Navigation – Plan du site
Dossier

L’école élémentaire japonaise : des interactions de genre variées

Aline Henninger
p. 127-159

Résumés

Cet article vise à montrer comment les rapports de genre structurent les jeux d’enfants dans les écoles primaires japonaises. En fonction du jeu (balisage, cache-cache, jeux de ballon, mimes), les attitudes genrées des enfants sont toujours effectives, mais les filles et les garçons les remettent en question dans une certaine mesure. Basé sur un travail de terrain mené dans différentes classes de septembre 2013 à juin 2014, il dessine une microgéographie de ces espaces spécifiques. Le but de cet article est d’établir une description fine des jeux – barres fixes, corde à sauter, chat – où le genre est mis en scène, négocié ou contesté, en fonction du jeu et de l’âge. Les jeux changent clairement avec l’âge des enfants. En ce qui concerne les premières années (de la première à la troisième année, soit de six à huit ans), les filles et les garçons sont la plupart du temps ensemble, tandis que les classes supérieures (de la quatrième à la sixième année, soit de neuf à douze ans) ont tendance à former des blocs distincts de filles et de garçons bien séparés. Les jeux mixtes constituent un espace où les interactions entre filles et garçons peuvent être évitées ou souhaitées. Les relations des enfants dans la salle de classe sont un élément éclairant pour celles qui se nouent dans la cour de récréation. Cet article met également en question la configuration « occidentale » du terrain de jeu, où le terrain de football, central, demeure un espace dominé par les garçons.

Haut de page

Note de l’auteur

Sources : Notes de terrain, octobre 2013-juin 2014, école H, école S, école T et école Y, école primaire franco-japonaise de Tôkyô, ainsi que les réunions suivies à Y. les samedis 06/11/2013 et 20/01/2014 et à M. les mercredis 06/11/2013, 15/012014 et 19/02/2014.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Observer les cours de récréation japonaises
Cadre du terrain
La cour de récréation : un désordre bien organisé
Jeux de genre
Les barres fixes
La corde à sauter
Des enjeux spatiaux sexués et genrés : un continuum classe et cour de récréation
Le jeu de chat, microcosme des interactions genrées au sein d’une même classe
La récréation à l’école japonaise : particularités et universalités des rapports de genre
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

La cour de récréation constitue un espace propice à l’observation et à la compréhension des relations entre enfants (Delalande, 2001 ; Sirota, 1998 ; Thorne, 1993). Une observation prolongée permet de comprendre qu’elle est un espace de socialisation enfantine extrêmement organisé. C’est un lieu réglé socialement par les enfants, où il n’est pas bien vu d’être seul. Au Japon, la récréation est un espace-temps particulier au sein de l’école élémentaire : à la fois contrôlé par les adultes (rôles de surveillance et participation ponctuelle) et libre de leur regard (ils surveillent de loin et ne sont pas tous présents). Le temps de la récréation est considéré par les enseignants japonais comme le meilleur moyen pour les enfants de s’épanouir à travers le jeu libre, et également pour apprendre à ceux-ci à vivre en collectivité (Lewis, 1995 : 18-21). Dans le cadre de l’école élémentaire publique, il y a une récréation qui dure vingt ou vingt-cinq minutes le matin, appelée « r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aline Henninger, « L’école élémentaire japonaise : des interactions de genre variées », Les Cahiers d’Outre-Mer, 276 | 2017, 127-159.

Référence électronique

Aline Henninger, « L’école élémentaire japonaise : des interactions de genre variées », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 276 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/com/8436 ; DOI : 10.4000/com.8436

Haut de page

Auteur

Aline Henninger

MCF à l’Université d’Orléans (laboratoire Rémélice). Mail : aline.henninger@univ-orleans.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals