Navigation – Plan du site
Atlas de COM

La transmission des savoirs dans les écoles et monastères au Laos

Souvanxay Phetchanpheng
p. 163-175

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Vous qui avez soutenu en 2013 une thèse sur la transmission des savoirs dans les monastères tai lue du Laos, pourriez-vous nous expliquer la place du bouddhisme dans la République démocratique populaire du Laos ?

Selon le Département des affaires religieuses du Front lao pour la construction nationale (FLCN), le Laos est un pays qui compte officiellement 67 % de bouddhistes dans un pays d’environ 7 millions d’habitants. Dans les groupes de langue tai comme les Lao, les Thaïs de Thaïlande, les Tai Lue, les Yuan du nord de la Thaïlande, les Tai Khuen de l’est du Myanmar, tout jeune homme est censé se faire « ordonner » au cours de sa vie pour une période déterminée.

On distingue les novices des bonzes (pali. bhikkhu ; lao. khuba). Il existe deux rites d’entrée en religion. Le premier est appelé pabbajjā (lao. banphasa). Il correspond à l’admission à la vie monastique en tant que novice. Le second rite nommé upasampadā (acceptation) permet à l’individu âgé d’au moins vingt ans d’être adm...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Souvanxay Phetchanpheng, « La transmission des savoirs dans les écoles et monastères au Laos », Les Cahiers d’Outre-Mer, 276 | 2017, 163-175.

Référence électronique

Souvanxay Phetchanpheng, « La transmission des savoirs dans les écoles et monastères au Laos », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 276 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/com/8466

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals