Navigation – Plan du site
Dossier

La plateforme YouTube, un nouveau vecteur de circulation des films marocains ?

L’expérience de Cinémaghrébia
Abdelfettah Benchenna
p. 87-114

Résumés

En partant de l’expérience d’une chaîne YouTube, Cinémaghrébia, consacrée au cinéma marocain, l’objectif de cette contribution est d’essayer de montrer qu’en l’absence d’une stratégie qui prend en compte le cycle de vie du film dans un contexte de mutations technologiques, se développent de nouvelles formes de circulation du film marocain, initiées par de nouveaux entrants, auxquelles les responsables de la filière prêtent peu d’intérêt. Ces nouvelles offres rencontrent des publics et permettent parfois à ces productions d’avoir une nouvelle visibilité voire de générer de la valeur pour les ayants droit. Il s’agit d’identifier les mutations en cours liées aux nouvelles formes de circulation du film tant au niveau de stratégies d’acteurs concernés par la filière (État, les ayants droit, les distributeurs, les diffuseurs, etc.) qu’au niveau des publics (nouvelles formes de consommation du film).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le film marocain : quelques éléments de contextualisation
Une stratégie orientée plus vers la production et la quantité…
Quelle présence pour la production marocaine dans le peu de salles de cinéma encore en fonctionnement ?
Les chaînes de télévision et leur rapport aux productions cinématographiques marocaines
Les films marocains : une présence prohibée dans les réseaux de vente des DVD contrefaits ?
Une présence soutenue des copies contrefaites des productions audiovisuelles et cinématographiques sur le Net ?
Aux origines de la chaîne YouTube Cinémaghrébia
Une intermédiation entre Google et les ayants droit
Cinémaghrébia : Un positionnement en aval de la vie d’un film
Convaincre de l’intérêt d’être présent sur YouTube…
Cinémaghrébia, cinq ans après ?
Vingt-sept contrats et un contenu éclectique
Des données sur les publics mais peu d’informations pertinentes sur les pratiques spectatorielles
Une monétarisation des vues à l’image des valeurs des marchés publicitaires…
Conclusion : Quid des responsables marocains de la filière cinéma : Le CCM

Aperçu du début du texte

Depuis le début des années 1980, les responsables chargés de la filière cinématographique au Maroc concentrent leurs efforts pour développer une production nationale du film. Cette volonté politique s’est traduite par le déploiement d’un fonds de soutien à la production nationale qui a bénéficié à 281 films, entre 1980 et 2014 (CCM, 2015, p. 46-48) et par la participation de certains films à des manifestations et festivals nationaux et internationaux. À l’inverse, peu d’intérêt a été porté à la distribution, à la diffusion de cette production et à son exploitation commerciale dans le peu de salles de cinéma encore en fonctionnement : 28 établissements avec 61 écrans dans tout le pays (CCM, 2017, p. 54). L’objectif de ce texte n’est pas de discuter ces orientations, nécessaires au demeurant pour penser l’état actuel de la filière cinématographique au Maroc, mais d’essayer de montrer qu’en l’absence d’une stratégie qui prend en compte le cycle de vie du film dans un contexte de mutati...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdelfettah Benchenna, « La plateforme YouTube, un nouveau vecteur de circulation des films marocains ? », Les Cahiers d’Outre-Mer, 277 | 2018, 87-114.

Référence électronique

Abdelfettah Benchenna, « La plateforme YouTube, un nouveau vecteur de circulation des films marocains ? », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 277 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/com/8752 ; DOI : 10.4000/com.8752

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals