Navigation – Plan du site
Dossier

Construction sociale du bassin rizicole au Rio Grande do Sul (Brésil)

Frédéric Fortunel, Rosa Vieira-Medeiros et Roberto Verdun
p. 269-289

Résumés

Au sud du Brésil comme ailleurs dans le monde, la culture du riz ne se cantonne pas seulement à la production d’une céréale. L’action de cultiver la terre contribue à faire émerger des identités et des rapports sociaux d’autant plus prégnants qu’ils sont associés à la réussite professionnelle de cette production. Cet article a pour objectif de comprendre comment, dans l’État le plus méridional du Brésil, le riz a permis d’une part la reconstruction identitaire du gaucho comme marqueur d’un ancrage territorial et d’autre part de modifier considérablement les paysages et l’économie régionale. On y discutera la notion de bassin de production comme un outil de compréhension de la spatialité du produit. Le propos se compose en deux parties : la première analyse le codage socio-économique initial du riz au Rio Grande do Sul et la seconde aborde les métissages socio-professionnels associés à la diffusion spatiale de l’activité productive.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La riziculture, une innovation sociologiquement codée
La centralité territoriale de la riziculture
Le riz au Rio Grande do Sul, une affaire de symbole identitaire
Du colon au grand producteur, des contreforts montagneux aux plaines
Quand le colon devient céréalier gaúcho
Du singulier au pluriel : la multiplicité des producteurs de riz
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le Rio Grande do Sul (RS) est traditionnellement divisé entre la partie méridionale des grandes exploitations extensives bovines et la partie septentrionale d’occupation plus céréalière et intensive. Cette partition entre éleveurs et agriculteurs qui a d’ailleurs donné son titre à la thèse de Raymond Peybale au milieu des années 1970 (Peybale, 1974) apparaît intéressante à réinterroger au travers de la culture du riz devenue au cours du xxe siècle une des activités agricoles majeures de l’État. Ce succès agricole, faisant sans conteste la fierté régionale, s’est réalisé par un renversement symbolique et territorial que nous pouvons tenter de résumer ainsi : les éleveurs se sont retrouvés en un siècle d’une certaine manière dépossédés de ce qui faisait leur fierté – le cheval et la terre – au profit des héritiers de migrants cultivateurs venus au cours du xixe siècle chercher le pays de cocagne. L’essentiel des surfaces est encore occupé par les bovins mais ils sont de moins en moins...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Fortunel, Rosa Vieira-Medeiros et Roberto Verdun, « Construction sociale du bassin rizicole au Rio Grande do Sul (Brésil) », Les Cahiers d’Outre-Mer, 278 | 2018, 269-289.

Référence électronique

Frédéric Fortunel, Rosa Vieira-Medeiros et Roberto Verdun, « Construction sociale du bassin rizicole au Rio Grande do Sul (Brésil) », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 278 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/com/9150 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.9150

Haut de page

Auteurs

Frédéric Fortunel

Enseignant-chercheur, Le Mans Université/UMR CNRS ESO 6590, frederic.fortunel(at)univ-lemans.fr

Rosa Vieira-Medeiros

Enseignante-chercheuse, UFRGS, rmvmedeiros(at)ufrgs.br.

Roberto Verdun

Enseignant-chercheur, UFRGS, verdum(at)ufrgs.br.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals