Navigation – Plan du site
Dossier

« We are operating in a global economy »

Accès aux marchés et différenciations des agricultures est-africaines
Bernard Calas
p. 317-335

Résumés

La comparaison de trois terrains situés en Ouganda et au Kenya permet de montrer les dynamiques d’intégration aux marchés mondiaux des agricultures est-africaines. L’introduction récente du riz, des oléagineux, des légumes de contre saison ou encore des fleurs de saison se fait principalement sous l’impulsion de coalitions de croissance agricoles ad hoc réunissant les paysans volontaires, des ONG expertes, des entreprises agro-exportatrices souvent diasporiques, les services techniques étatiques et des bailleurs de fonds internationaux attachés à promouvoir le développement. Elle provoque une structuration de l’espace en bassins de production dessinés par les réseaux de collecte et une différenciation sociale croissance des espaces agricoles avec l’apparition de nouveaux socio-types incarnant l’intégration aux chaines de valeur globales.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Qui est à l’origine de cette greffe capitaliste en ces lieux disparates ? En d’autres termes qui la finance et dans quels buts ?
Pourquoi ces investisseurs s’intéressent-ils aux marais des bas-fonds entre les planèzes des Aberdares, au plateau du Kinangop ou aux marais et glacis du pays lango ougandais ?
L’accès aux marchés d’exportation est donc un des facteurs essentiels de la transformation des exploitations et des agricultures est-africaines. C’est aussi un des facteurs essentiels de leur différenciation
Conclusion

Aperçu du début du texte

Pour lire la coexistence des agricultures des espaces tropicaux, il faut désormais examiner les nuances de leur intégration à l’économie mondiale et les différenciations socio-spatiales induites. Pour ce faire, l’approche la plus commode consiste à comparer des situations proches, spatialement ou socialement ou économiquement. La plupart du temps, une telle approche vise explicitement à questionner le discours sur la mondialisation homogénéisatrice. En revenant sur le caractère homogénéisant apparent de cette dynamique, souvent présentée comme irrésistible et pour laquelle le milieu local serait un simple support, une pâte molle en quelque sorte, la plupart des scientifiques tentent de montrer que l’intégration dans l’économie mondiale et la greffe capitaliste qu’elle implique présentent d’indéniables nuances locales et qu’il faut souligner l’importance du support pré-existant et la marge de manœuvre des acteurs et ainsi, par-delà l’apparente contemporanéité des évolutions, insister...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Calas, « « We are operating in a global economy » », Les Cahiers d’Outre-Mer, 278 | 2018, 317-335.

Référence électronique

Bernard Calas, « « We are operating in a global economy » », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 278 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/com/9281 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.9281

Haut de page

Auteur

Bernard Calas

Professeur de géographie Université Bordeaux Montaigne, « Les Afriques dans le Monde » UMR 5115 CNRS IEP Bordeaux.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals