Navigation – Plan du site
Dossier

Les terres sacrées, nouveaux fronts d’urbanisation au Bénin

Adéothy Adegbinni
p. 353-372

Résumés

L’instauration de la notion de propriété privée individuelle est en contradiction avec le principe de l’inaliénabilité qui fonde le régime foncier traditionnel. Cette évolution a créé un marché foncier. Cela est remarquable dans la commune périurbaine d’Adjarra qui conjugue des principes en tension (urbains, ruraux, traditionnels, etc.). Jadis protégés par leur caractère spécifique, les sites sacrés ont longtemps été conservés grâce à la croyance à la religion traditionnelle, mais ils subissent aujourd’hui la pression urbaine contribuant ainsi à leur mutation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Mutation et maintien de terres sacrées dans un contexte de forte pression foncière périurbaine
Singularité paysagère, architecturale et sociale des Vodoun-Honto
Les Vodoun-Honto : des espaces sacrés à valeur architecturale particulière
Le Vodoun-honto, un véritable espace de sociabilité
Les Vodoun-honto, nouveaux fronts d’urbanisation
Vers une transformation des espaces sacrés en places publiques
Les espaces sacrés : une alternative à la quête de nouvelles terres
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les problèmes fonciers sont récurrents au Bénin. L’adjectif « foncier » renvoie au vocabulaire juridique et désigne les rapports de droit réel entre les personnes et un fonds de terre ou de terrain (Durand-Lasserve et al., 1982) mais il peut également recouvrir les relations de l’homme à la terre. Le foncier apparaît en effet comme « l’ensemble des rapports entre les hommes pour l’accès et le contrôle de la terre et la gestion des ressources naturelles » (Lavigne Delville et al., 2008). Selon ces définitions, le foncier n’est pas réduit uniquement à la terre, il implique également une dimension relationnelle voire affective. Ces définitions ne mettent pas l’accent sur la dimension religieuse du foncier. Elle caractérise pourtant de nombreuses sociétés africaines comme le constate Verdier qui considère la terre comme « une entité naturelle et spirituelle, participant tout à la fois de l’ordre de l’univers et de l’ordre humain » (Verdier, 1986). Cette appropriation, qui élargit au pla...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adéothy Adegbinni, « Les terres sacrées, nouveaux fronts d’urbanisation au Bénin », Les Cahiers d’Outre-Mer, 278 | 2018, 353-372.

Référence électronique

Adéothy Adegbinni, « Les terres sacrées, nouveaux fronts d’urbanisation au Bénin », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 278 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/com/9347 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.9347

Haut de page

Auteur

Adéothy Adegbinni

Docteur en aménagement de l’espace et urbanisme, Maître-assistant à l’Université Nationale des Sciences, Technologies, Ingénierie et Mathématiques d’Abomey/Bénin. Courriel : adeothy.adegbinni(at)gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals