Navigation – Plan du site
Dossier

Commerce de réexportation des textiles et villes frontalières entre Niger et Nigéria

Olivier J. Walther et Moustapha Koné
p. 465-491

Résumés

L’objectif de cet article est d’examiner les conditions économiques qui ont rendu possible le développement du commerce de réexportation aux frontières du Niger. Une analyse empirique des réseaux marchands organisés autour du textile d’occasion au sud du pays montre que l’émergence du commerce de réexportation repose sur la proximité de la région au port de Cotonou, des conditions fiscales attrayantes, et l’existence d’une diaspora marchande disposant du capital et de l’expérience suffisante pour mettre à profit la situation frontalière des marchés. L’article montre que les marchands du commerce de réexportation se sont installés au cours de trois grandes vagues de migration dont les origines géographiques sont toujours plus lointaines. Depuis l’élection du Président Buhari au Nigéria, l’essor de ce commerce de réexportation est toutefois remis en cause par des contrôles renforcés visant à limiter l’importation de produits frappés d’interdiction.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le commerce des textiles d’occasion en Afrique
Cas d’étude et méthodologie
Évolution des importations de friperie
Des entrepreneurs venus d’ailleurs
Les pionniers du commerce de réexportation (1980-2000)
Les marchands connectés au Golfe de Guinée (2000-2010)
Les entrepreneurs globaux (depuis 2010)
Diversification ou transition ?
Réseaux sociaux et réponses à l’incertitude

Aperçu du début du texte

Introduction

Depuis les années 1980, certains pays d’Afrique de l’Ouest ont mis en place des politiques fiscales et douanières permettant de réexporter divers produits agricoles et manufacturiers vers les pays disposant de politiques économiques plus protectionnistes (Beuving, 2015 ; Rosenfeld, 2017 ; Golub et Mbaye, 2019). Ces politiques de réexportation ont donné naissance à de véritables « Etats-entrepôts », selon la formule d’Igué et Soulé (2005), qui utilisent leurs infrastructures portuaires et routières pour contourner les interdictions d’importation de leurs voisins. Elles permettent par exemple à la Gambie d’alimenter le Sénégal, au Togo d’exporter vers le Ghana, et au Bénin de ravitailler le Nigéria en riz et en voitures d’occasions (Ezehoa et al., 2019). Ces politiques ont également été adoptées par certains États sahéliens éloignés du Golfe de Guinée, désireux de tirer parti des différentiels frontaliers qui les séparent de leurs voisins côtiers. Ainsi, malgré son éloigne...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier J. Walther et Moustapha Koné, « Commerce de réexportation des textiles et villes frontalières entre Niger et Nigéria », Les Cahiers d’Outre-Mer, 278 | 2018, 465-491.

Référence électronique

Olivier J. Walther et Moustapha Koné, « Commerce de réexportation des textiles et villes frontalières entre Niger et Nigéria », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 278 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/com/9487 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.9487

Haut de page

Auteurs

Olivier J. Walther

Département de Géographie, Université de Floride. Courriel : owalther(at)ufl.edu

Moustapha Koné

Département de Géographie, Université de Niamey. Courriel : konemoustapha723(at)gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals