Navigation – Plan du site

AccueilNuméros278DossierCommerce de réexportation des tex...

Dossier

Commerce de réexportation des textiles et villes frontalières entre Niger et Nigéria

Olivier J. Walther et Moustapha Koné
p. 465-491

Résumés

L’objectif de cet article est d’examiner les conditions économiques qui ont rendu possible le développement du commerce de réexportation aux frontières du Niger. Une analyse empirique des réseaux marchands organisés autour du textile d’occasion au sud du pays montre que l’émergence du commerce de réexportation repose sur la proximité de la région au port de Cotonou, des conditions fiscales attrayantes, et l’existence d’une diaspora marchande disposant du capital et de l’expérience suffisante pour mettre à profit la situation frontalière des marchés. L’article montre que les marchands du commerce de réexportation se sont installés au cours de trois grandes vagues de migration dont les origines géographiques sont toujours plus lointaines. Depuis l’élection du Président Buhari au Nigéria, l’essor de ce commerce de réexportation est toutefois remis en cause par des contrôles renforcés visant à limiter l’importation de produits frappés d’interdiction.

Haut de page

Texte intégral

Cette recherche est financée par le Fonds National de la Recherche du Luxembourg (Projet CROSSTRADE FNR C10/LM/783313).

Introduction

1Depuis les années 1980, certains pays d’Afrique de l’Ouest ont mis en place des politiques fiscales et douanières permettant de réexporter divers produits agricoles et manufacturiers vers les pays disposant de politiques économiques plus protectionnistes (Beuving, 2015 ; Rosenfeld, 2017 ; Golub et Mbaye, 2019). Ces politiques de réexportation ont donné naissance à de véritables « Etats-entrepôts », selon la formule d’Igué et Soulé (2005), qui utilisent leurs infrastructures portuaires et routières pour contourner les interdictions d’importation de leurs voisins. Elles permettent par exemple à la Gambie d’alimenter le Sénégal, au Togo d’exporter vers le Ghana, et au Bénin de ravitailler le Nigéria en riz et en voitures d’occasions (Ezehoa et al., 2019). Ces politiques ont également été adoptées par certains États sahéliens éloignés du Golfe de Guinée, désireux de tirer parti des différentiels frontaliers qui les séparent de leurs voisins côtiers. Ainsi, malgré son éloignement aux grands ports, le Niger est activement engagé dans le commerce de réexportation de certains produits que le Nigéria souhaite produire sur son territoire national (Walther, 2015).

2Moins spectaculaire que les exportations de matières premières africaines ou les importations de céréales venues du marché asiatique, ce commerce participe au processus de mondialisation « discrète » (Choplin et Pliez, 2015) qui relie l’Afrique au monde. Localement, il a donné lieu à un développement spectaculaire des marchés frontaliers nigériens, qui servent de lieux de stockage et de transit pour les marchandises destinées au marché nigérian. Bien qu’un grand éventail de produits agricoles et de produits manufacturés soient concernés par ces flux, c’est surtout le textile d’occasion qui est à l’origine de l’enrichissement des marchands des régions frontalières du Niger et des transformations urbanistiques rapides affectant les marchés frontaliers. En quelques décennies, le commerce de friperie a transformé ces villes frontalières en carrefours régionaux sur lesquels se croisent des petits commerçants attirés par la rente frontalière, de grands marchands actifs dans l’import-export et des fonctionnaires d’État chargés de la surveillance des frontières.

3Le commerce de réexportation est cependant sujet à de fortes variations conjoncturelles, qui dépendent des changements opérés dans la politique douanière du Nigéria, à plusieurs milliers de kilomètres des marchés frontaliers nigériens (Benjamin et al., 2015). Durant l’été 2019, par exemple, le gouvernement du Président Muhammadu Buhari a décidé de fermer les frontières terrestres de la République fédérale aux importations frauduleuses de riz afin de favoriser la production nationale. Cette décision unilatérale, prise alors même que les pays africains venaient de signer l’accord permettant la mise en place de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), a immédiatement affecté les fournisseurs des pays voisins, malgré les appels de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à rouvrir les frontières.

4Dans ce contexte, l’objectif de cet article est d’examiner les conditions économiques qui ont rendu possible le développement du commerce de réexportation aux frontières méridionales du Niger. Une analyse empirique des réseaux marchands organisés autour du textile d’occasion dans la région du Dendi (Carte 1) montre que l’émergence du commerce de réexportation repose sur trois facteurs principaux : la proximité géographique de la région au port de Cotonou, des conditions fiscales attrayantes, et l’existence d’une diaspora marchande allochtone disposant du capital et de l’expérience suffisante pour mettre à profit la situation frontalière des marchés. L’article montre que les marchands du commerce de réexportation se sont installés au cours de trois grandes vagues de migration successives. Aux pionniers venus d’autres régions du Niger dans les années 1980 ont succédé des marchands chassés par la guerre civile ivoirienne dans les années 2000. La troisième vague de migration arrivée à partir de 2010 dans la région est formée d’entrepreneurs d’Afrique du Nord et d’Asie.

5L’article débute par une revue de la littérature consacrée au commerce de la friperie en Afrique avant de détailler la méthodologie utilisée pour retracer les origines du développement commercial de la région et le parcours professionnel de ses commerçants. La partie suivante analyse l’évolution temporelle des importations de friperie transitant par le sud du Niger et met en évidence l’impact des contrôles renforcés sur la frontière nigériane. L’article discute ensuite l’origine historique et géographique de la diaspora commerçante actuellement à l’œuvre dans la région. La dernière partie s’interroge sur l’avenir du commerce de textile d’occasion dans un contexte de libéralisation des échanges régionaux.

Carte 1 – La région frontalière du Dendi

Carte 1 – La région frontalière du Dendi

Source : auteurs.

Le commerce des textiles d’occasion en Afrique

6Le commerce des textiles d’occasion repose sur un ensemble de réseaux marchands mondialisés (Brooks, 2013). En amont de la filière, les habits sont collectés gratuitement par des organisations caritatives établies dans les pays occidentaux au moyen de containers spéciaux placés à proximité des grands centres de consommation et le long des axes routiers principaux. Les organisations caritatives se chargent ensuite du lavage des habits, de leur tri en plusieurs catégories, de leur conditionnement en balles et de leur revente à des exportateurs spécialisés. Les consommateurs européens et nord-américains sont généralement peu informés de la destination finale des habits (Hansen, 2000). Les organisations caritatives ne précisent généralement pas quelle est l’issue finale réservée à la friperie exportée dans les pays du Sud. Nombre de donateurs de vêtements de seconde main pensent alors que leurs dons sont distribués aux populations démunies et non revendus à des intermédiaires.

7Ainsi, près de la moitié des exportations de friperie d’Oxfam se dirigent vers l’Afrique de l’Ouest, un quart vers l’Europe de l’Est et la même quantité vers le Moyen Orient (Brooks, 2013). Les États-Unis sont de très loin le plus grand exportateur de textile usagé avec une valeur estimée à plus de $ 2,8 milliards annuellement, suivis du Royaume-Uni ($ 2,0 miliards) et de l’Allemagne ($ 1,7 milliard) en 2018 (UN COMTRADE, 2019). Parmi les grands importateurs mondiaux de friperie figurent le Ghana ($ 128 millions) et le Kenya ($ 125 millions), deux pays qui disposent pourtant d’une industrie textile (OEC, 2019). En Afrique de l’Ouest, le Bénin a importé 62 000 tonnes de friperie en 2018 pour une valeur de $ 23,5 millions, dont $ 5 millions en provenance de Chine (UN COMTRADE, 2019). Bien qu’enclavé, le Niger a importé 23 500 tonnes en 2016, pour une valeur de $ 11,8 millions. La majeure partie de ces importations gagne illégalement le Nigéria, dont les importations officielles ne sont que de 530 tonnes en 2018 pour une population estimée à plus de 190 millions d’habitants (Banque mondiale, 2019). Cette situation s’explique par le fait que le Nigéria a placé la friperie sur la liste des produits frappés d’interdiction d’importation.

8Les politiques d’importations relatives au textile d’occasion sont sujettes à de fortes controverses à l’intérieur des pays africains et à d’intenses pressions internationales. Ainsi, en 2015, les pays de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) décident de bannir la friperie d’ici à 2019. Cette décision est vivement contestée par les États-Unis, qui notent qu’elle contrevient à l’African Growth and Opportunity Act (AGOA), une loi destinée à favoriser le commerce et les investissements, qui permet notamment aux pays africains d’accéder plus facilement au marché américain. À l’issue des discussions, les décideurs politiques des pays de l’EAC ont finalement décidé de ne pas bannir l’importation de friperie mais de lui imposer une taxe supplémentaire, un compromis qui permet certes de ne pas compliquer les relations avec Washington et de permettre aux petits commerçants de textile de survivre, mais qui n’encourage guère la production textile africaine (Deutsche Welle, 2018).

9Le développement du commerce de friperie au cours des dernières décennies a en effet très fortement compromis les chances de l’industrie textile africaine, sans même parler de la production artisanale locale. Brooks et Simon (2012) montrent ainsi que la libéralisation économique intervenue dans les années 1980 en Afrique de l’Est a conduit à une baisse substantielle de la production industrielle du textile au Malawi et au Mozambique. En Afrique de l’Ouest, les études conduites au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Cap Vert montrent également que la concurrence des textiles d’occasion importés d’Europe et des États-Unis a conduit au déclin de l’industrie textile nationale, dans un contexte pourtant marqué par une production cotonnière de qualité (Bredeloup et Lombard, 2008).

10Depuis quelques années, le textile africain subit en outre la concurrence des importations de textiles neufs d’origine chinoise (Prag, 2013), qui concernent à la fois les habits à la mode « européenne » et les pagnes « africains », dont les motifs doivent beaucoup aux maisons hollandaises depuis plus d’un siècle (Sylvanus, 2009). À partir des années 1990, les producteurs chinois mettent sur le marché une quantité toujours plus importante de textile, dont certaines imitations portant la mention « made in Nigeria » (Burgis, 2016). Sur le Golfe de Guinée, le déclin du commerce des pagnes hollandais aux mains des femmes d’affaires togolaises (Nana Benz) doit autant à l’érosion de leur monopole au cours de la libéralisation du commerce des années 1980 qu’à la démocratisation du pays, qui a affaibli leurs liens avec le régime du président Gnassingbé Eyadéma. Aujourd’hui, le marché du pagne ouest-africain est inondé d’imitations de produits d’origine chinoise (Sylvanus, 2013) et les Nana-Benz supplantées par une nouvelle génération de femmes entrepreneurs qui traitent directement avec les producteurs chinois.

11L’une des particularités du commerce de textiles d’occasion est d’approvisionner des marchés officiellement fermés à ces importations (Soulé, 2011). La contradiction entre les stratégies industrielles protectionnistes de certains pays africains et la réalité des importations officieuses ouvre la porte à des stratégies rentières qui mêlent grands commerçants et élites politiques (Boone, 1994). Loin d’être une conséquence de l’incapacité des pays africains à réguler la fraude à leurs frontières, le commerce de réexportation est le signe d’une implication directe des élites économiques et politiques dans les flux régionaux (Benjamin et M’Baye, 2012). Ces dernières se nourrissent des imperfections de l’intégration régionale tout en revendiquant publiquement une plus grande implication dans les programmes de libéralisation et les organisations régionales (Bach, 2016).

12L’importation d’importants volumes de friperie serait en effet impossible sans arrangements officieux entre acteurs privés et représentants de l’État (Grégoire, 2002). Au plus haut niveau, le rapprochement des sphères économiques et politiques autour du commerce de réexportation se marque par l’entrée des marchands dans les parlements et gouvernements de la région et par le patronage privé des campagnes politiques (Walther, 2009). Dans les régions frontalières, des collusions entre fonctionnaires et marchands permettent aux chargements de passer officieusement les frontières malgré les interdictions. Dans ce contexte, les saisies effectuées par les douanes sont d’avantage un signe des rapports parfois conflictuels entretenus entre élites publiques et privées que d’une réelle volonté de mettre fin aux trafics.

13En Afrique de l’Ouest, c’est avant tout aux frontières du Nigeria que les flux illégaux de friperie sont les plus visibles (Grégoire, 1986 ; Nugent et Asiwaju 1996 ; Galtier et Tassou, 1996 ; Walther 2012,) du fait de l’interdiction d’importation qui frappe ces produits (NCS, 2019). Les textiles sont généralement importés par le Bénin en franchise de douane puis réexportés illégalement vers le Nigéria par la bande côtière ou vers le sud du Niger, à partir duquel ils gagnent le marché nigérian (Golub et Mbaye, 2019). Ces flux se développent quand bien même le Nigeria est engagé, comme de nombreux pays africains, dans un processus de libéralisation du commerce et d’harmonisation des législations douanières avec les pays de l’UEMOA qui devrait, en théorie, mettre fin aux interdictions d’importation. L’exemple des textiles montre à ce titre que les politiques protectionnistes se maintiennent, officiellement pour préserver les industries nationales de la concurrence des produits de deuxième main.

14Bien qu’il ait des effets déstructurant sur la production textile et l’industrie de l’habillement en Afrique, le commerce de réexportation génère des taxes douanières et fiscales indispensables au fonctionnement des États qui se sont appuyés sur cette spécialisation. Au Bénin, au Togo et au Niger, par exemple, les impôts prélevés sur le commerce international représentent 45 %, 42 % et 29 % des taxes sur le revenu de l’État en 2019 (IMF, 2019a, b, c). Ces valeurs très supérieures aux 10 % habituellement observés dans les pays à faible revenu indiquent une forte dépendance des États béninois, togolais et nigériens au commerce de réexportation (Golub et Mbaye, 2019). Les taxes prélevées sur les camions alimentent également les caisses des municipalités frontalières, dans un contexte où la décentralisation administrative ne s’est généralement pas accompagnée d’une redistribution des compétences et des budgets vers les échelons locaux (CSAO/OCDE, 2017).

15Les effets du commerce de réexportation sur le développement des régions frontalières restent peu documentés malgré leur importance pour les marchés de la région. D’une part, il apparaît que la réexportation est créatrice d’emplois locaux (Niang, 2013 ; Sanka, 2014). Les commis comptables, vendeurs, manœuvres, gardiens de magasins, chauffeurs, intermédiaires et détaillants contribuent en effet à la transition actuellement observée en Afrique de l’Ouest entre une économie essentiellement agricole et pastorale à une économie plus orientée vers les emplois ruraux non-agricoles et les services (Allen et Heinrigs, 2016). D’autre part, le commerce de la friperie contribue à l’enrichissement de grands marchands venus s’établir dans certains marchés frontaliers pour bénéficier des différentiels législatifs entre États et superviser la circulation transfrontalière des textiles usagés (Koné, 2015 ; Sougué, 2016).

Cas d’étude et méthodologie

16L’étude du commerce de textiles d’occasion s’appuie sur une enquête qualitative menée auprès de la communauté marchande de la région frontalière du Dendi, aux confins du Bénin, du Niger et du Nigéria, entre 2012 et 2019. Des entretiens semi-directifs ont tout d’abord été conduits avec 21 marchands ayant un chiffre d’affaires annuel d’au moins CFA 100 millions (€ 152 000) durant la période considérée. Ce chiffre d’affaires permet de distinguer les petits et moyens marchands actifs dans le commerce local des grands opérateurs capables de commander une dizaine de containers de fripes sur le marché mondial et d’en assurer les frais de transport et de transit jusqu’au Dendi.

17Comme dans d’autres études précédentes (Grégoire et Labazée, 1993), le choix de considérer les plus grands opérateurs économiques s’explique par le fait que le commerce de la friperie s’est structuré historiquement autour d’un petit nombre de familles marchandes capables d’investir de larges sommes dans l’import-export. Outre ces grands opérateurs, le Dendi attire une multitude de plus petits marchands, dont certains sont actifs dans le commerce ambulant ou le détail de la friperie sur les marchés de la région (Kuépié et al., 2016 ; Walther et al., 2019). Ces plus petits opérateurs dépendent cependant fortement des importations effectuées par les grands commerçants faisant l’objet de cette étude, qui contrôlent les volumes et la qualité des vêtements vendus localement.

18Les fondateurs des grandes familles commerçantes proviennent d’autres régions du Niger. D’origine songhay, zarma et haoussa, ces entrepreneurs se sont établis dans le Dendi pour bénéficier des avantages législatifs liés aux frontières et aux opportunités offertes par le marché nigérian, dix fois plus peuplé que le marché nigérien. Le parcours migratoire de ces entrepreneurs implique de nombreuses étapes intermédiaires et de longues années de formation, au cours desquelles ils ont constitué un réseau de contacts internationaux. Par conséquent, l’âge moyen (58 ans) et l’expérience professionnelle moyenne (29 ans) des grands acteurs du secteur de la friperie sont élevés (Tableau 1). Ces marchands ont un niveau d’éducation très faible, qui contraste avec celui de leurs fils, généralement envoyés dans les écoles professionnelles de la région. Seul un tiers des marchands a bénéficié de l’expérience d’un père actif dans le commerce, un résultat qui confirme la difficulté d’établir des dynasties marchandes dans la région.

19Des entretiens plus approfondis avec sept grands marchands établis de longue date dans la région frontalière du Dendi ont ensuite été conduits afin de reconstituer les grandes étapes de la communauté d’affaires de la région ainsi que les variations conjoncturelles inhérentes au commerce de réexportation. Ces entretiens ont été croisés avec ceux conduits auprès des représentants des autorités publiques, parmi lesquels les chefs des douanes nigériennes, la direction générale des impôts de Gaya, les associations et entreprises de transport, le responsable des entrepôts de friperie et les transitaires chargés de faciliter le passage des frontières aux camions de friperie.

Tableau 1. Caractéristiques socio-économiques des marchands enquêtés

Gaya

Malanville

Région du Dendi

Nombre d’enquêtés

11

10

21

Age (années)

60

57

58

Expérience (années)

29

29

29

Appartenance ethnique

Haoussa

4

1

5

Zarma

4

2

6

Songhay

2

6

8

Peul

1

0

1

Autres

0

1

1

Niveau de formation

Moderne

5

3

8

Coranique

6

3

9

Aucune

0

4

4

Profession des parents

Commerçants

3

4

7

Agriculteurs

6

6

12

Pêcheurs

1

0

1

Autres

1

0

1

Source : auteurs

20Un intérêt particulier est porté à la ville nigérienne de Gaya (Carte 1), qui s’est spécialisée au cours des dernières décennies dans la friperie, ce qui en fait un observatoire privilégié des dynamiques de réexportation aux frontières du Nigeria. L’un des avantages de Gaya est que le commerce de friperie y est légal, ce qui permet d’observer l’activité marchande plus facilement que dans la ville voisine de Kamba au Nigeria où les chargements de friperie arrivent souvent pendant la nuit, où dans la ville béninoise de Malanville, qui fonctionne surtout comme un lieu de transit.

21Gaya et Malanville ont connu une croissance démographique supérieure à la moyenne nationale depuis 1980 (Figure 1). Au cours des 40 dernières années, la population de Gaya est ainsi passée de 10 000 à 60 000 habitants, tandis que celle de Malanville augmentait de 11 500 à 75 000 personnes, soit un taux de croissance annuel moyen de 4,9 % contre 4,5 % au Niger et au Bénin (Africapolis, 2019). Cette particularité s’explique par la libéralisation du commerce régional intervenue à partir des années 1980, qui a rendu le commerce de réexportation possible et attiré de nombreux entrepreneurs dans les régions frontalières (Walther, 2015). Cette situation est représentative de l’évolution démographique des villes frontalières ouest-africaine, dont la croissance annuelle moyenne a été supérieure à celle des autres villes de la région depuis les années 1960 (CSAO/OCDE, 2019). En comparaison, la ville nigériane de Kamba, qui sert seulement de point de passage au commerce de réexportation sans abriter de communauté marchande spécialisée, a connu une croissance annuelle moyenne plus faible que celle des autres villes du Dendi (+3,3 % entre 1980 et 2020) et du Nigéria (+4,6 %).

Figure 1 – Croissance démographique des villes du Dendi, 1960-2020

Figure 1 – Croissance démographique des villes du Dendi, 1960-2020

Source : Africapolis (2019).

22Les données qualitatives recueillies auprès des marchands et des représentants de l’État sont mises en relation avec les statistiques fournies par les différents services chargés du suivi des échanges régionaux. Trois sources principales sont utilisées pour apprécier l’évolution des tonnages de friperie au cours des 20 dernières années : le Conseil nigérien des utilisateurs de transport publics (CNUT), la Société nigérienne de transit (NITRA) et les statistiques du commerce extérieur de l’Institut national de la statistique (INS) du Niger.

23Le CNUT est une organisation professionnelle réunissant les utilisateurs des services des transports internationaux. Elle comptabilise les volumes de friperie qui passent par le port de Cotonou et transitent par le poste de douane de Gaya en s’adressant directement auprès des transporteurs. La NITRA est une ancienne société d’État, aujourd’hui société anonyme, chargée du suivi des chargements internationaux et de leur passage frontalier. Jusqu’à une date récente, la NITRA avait le monopole de l’entreposage de la friperie à Gaya. De ce fait, les marchands de friperie devaient faire appel à la NITRA pour entreposer leurs marchandises et lui faire passer les contrôles douaniers. L’INS collecte quant à elle les données fournies par la Direction de la Statistique de la Douane du Niger.

24De fortes disparités sont observées entre les sources de données. Ainsi, les volumes d’importation de friperie de l’INS sont nettement inférieurs à ceux du CNUT et de la NITRA. Ces différences n’ont rien de surprenant dans un secteur où l’enregistrement des chargements est fréquemment sous-évalué pour réduire les taxes prélevées par l’État ou dissimuler l’ampleur de la politique de réexportation nationale. Malgré ces disparités, les tendances générales dégagées de l’analyse du CNUT, de la NITRA et de l’INS sont convergentes et sont utilisées pour juger de l’évolution générale du secteur de la friperie.

25L’étude des tonnages est privilégiée à celle des prix car ces derniers sont sujets à de fréquentes variations. Les fermetures de frontières ou les boycotts de certains ports du Golfe de Guinée entraînent en effet des hausses subites du prix des textiles d’occasion qui reflètent davantage les rapports de force entre États et associations professionnelles de la région que l’ampleur de la demande. Cette dernière est en constante augmentation du fait de la croissance démographique très élevée des pays sahéliens et de l’urbanisation qui conduit à l’adoption d’habits occidentaux.

Évolution des importations de friperie

26Le commerce de la friperie a connu de fortes variations conjoncturelles au cours des vingt dernières années. Jusqu’à la fin des années 2000, les flux annuels transitant par Gaya restent limités, ne dépassant 10 000 tonnes qu’en de rares occasions (Figure 2). Cette période de relative stagnation est suivie par une forte hausse des tonnages exportés par le Niger. À partir de 2009, les flux de friperie connaissent une croissance spectaculaire, atteignant 50 000 tonnes en 2013 selon les données du CNUT. À partir du milieu des années 2010, les volumes enregistrés au poste de Gaya connaissent une baisse sensible, atteignant entre 28 000 et 12 000 tonnes selon les sources. Cette évolution faite de brusques hausses et de déclins rapides est caractéristique des marchés frontaliers, qui dépendent plus que les autres places de commerce des changements de politiques tarifaires et réglementaires (Walther, 2014).

Figure 2 – Évolution des importations de friperie à Gaya, en tonnes, 2002-2019

Figure 2 – Évolution des importations de friperie à Gaya, en tonnes, 2002-2019

Sources : CNUT, NITRA, INS.

27Les transitaires de Gaya expliquent la forte hausse des tonnages constatée à partir de la fin des années 2000 par le fait que les grands importateurs nigérians recourent de plus en plus fréquemment à des prête-noms nigériens, en règles vis-à-vis de la législation nigérienne, plutôt que de s’approvisionner directement au Niger. Une fois la marchandise écoulée au Nigéria, une partie des bénéfices est reversée aux intermédiaires nigériens.

28Le déclin relatif du secteur observé à partir du milieu des années 2010 s’explique quant à lui par l’élection de Muhammadu Buhari à la présidence du Nigéria en 2015. Les marchands enquêtés notent à ce propos que des contrôles plus rigoureux sont apparus aux frontières depuis que le Président Buhari, originaire de la ville de Katsina par laquelle passent une grande partie des flux qui alimentent Kano, est au pouvoir. Durant l’été 2019, par exemple, le Nigéria a décidé de fermer unilatéralement ses frontières terrestres avec les pays voisins. Cette mesure destinée à lutter contre la contrebande de riz, un autre produit frappé d’interdiction, a également pour conséquence de rendre le commerce de réexportation de textiles usagés par le Bénin et le Niger plus difficile.

29Les marchands enquêtés observent également une certaine compétition entre le Niger et le Bénin pour le contrôle des routes de réexportation. Ils notent que les autorités béninoises cherchent à améliorer les infrastructures portuaires de Cotonou et les axes menant à Lagos afin de réexporter une part croissante de la friperie directement depuis le Bénin, soit par la voie côtière, soit par le nouvel axe goudronné qui relie Malanville à Illo au Nigéria. Engagé depuis plusieurs décennies dans une politique nationale de réexportation, le Bénin est également en concurrence avec les autres ports du Golfe de Guinée, comme Abidjan, Téma et Lomé, par lesquels arrivent les marchandises destinées au Sahel en provenance des marchés chinois, européens et américains.

Des entrepreneurs venus d’ailleurs

30En l’espace de trois décennies, Malanville, puis Gaya, sont devenus des villes entrepôts, à partir desquelles plusieurs dizaines de milliers de tonnes de friperie sont réexportées chaque année vers le Nigéria. Ce développement n’aurait été possible sans la présence d’une communauté d’affaires spécialisée dans le commerce à longue distance. Depuis la fin des années 1980, ces entrepreneurs venus d’ailleurs sont parvenus à bâtir des fortunes considérables sur les opportunités offertes par le contournement des interdictions frontalières. Leur installation dans le Dendi a connu trois grandes vagues historiques.

Les pionniers du commerce de réexportation (1980-2000)

31Jusqu’au début des années 2000, l’essentiel des marchands actifs dans le commerce de réexportation du Dendi provient des autres régions du Niger. Ces entrepreneurs venus de Niamey, de Dosso ou de Tillabéri, où ils ont acquis leur expérience professionnelle, sont des demi-grossistes qui achètent un nombre limité de balles de vêtements pour les revendre aux détaillants des marchés de la région. Ils travaillent pour la plupart sur le marché béninois de Malanville, l’une des plus grandes places commerciales du pays grâce à son marché d’envergure régionale. Le Dendi n’est certes pas encore devenu une plaque tournante du marché régional de la friperie à cette époque, mais Malanville permet cependant aux premiers marchands de friperie de se rapprocher de leur source d’approvisionnement au port de Cotonou.

  • 1 Les noms des personnes enquêtées ont été changés pour préserver l’anonymat.

32Le parcours d’El Hadj Maibouraboura et El Hadj Maidokafilé1 est représentatif de cette première vague d’entrepreneurs (entretiens du 4 février 2013 et du 4 avril 2012). Tous deux figurent aujourd’hui parmi les marchands les plus riches de Gaya. El Hadj Maibouraboura est un Peul de la région de Dosso âgé de 61 ans. Il s’installe à Niamey en 1971 comme vendeur de fripe au détail puis s’installe à Malanville à partir de 1984 où il réside jusqu’en 1991 avant de déménager à Gaya. El Hadj Maidokafilé est un Zarma de la région de Dosso de 57 ans. Comme El Hadj Maibouraboura, il s’installe d’abord à Niamey pour vendre de la fripe avant de déménager à Cotonou puis à Malanville lorsque ses activités se développent au cours des années 1980.

33Ces deux grossistes sont à l’origine d’une entreprise familiale gérée au quotidien par leurs fils. Leurs investissements dans la ville de Gaya se marque par la construction de nombreux entrepôts destinés à accueillir les chargements de friperie avant leur transfert au Nigéria, ainsi que par la construction de résidences privées et de mosquées ostentatoires, dont la taille et le style influencé par l’architecture saoudienne rompent avec l’habitat de terre séchée des anciens quartiers (Walther, 2008).

34Parmi les pionniers du commerce de friperie figurent d’autres Nigériens initialement établis au Ghana. Ces entrepreneurs sont parmi les quelque 100 000 étrangers chassés du Ghana à la fin des années 1960 (Peil, 1971), un épisode connu localement sous le nom de Koran Busia, du nom du premier ministre ghanéen de l’époque. Leur expérience dans le commerce de la friperie, qui constitue déjà une activité florissante sur le Golfe de Guinée, est transférée à la région frontalière du Dendi, où leurs contacts internationaux leur permettent de développer des réseaux de plus en plus larges. Ces entrepreneurs intègrent la communauté d’affaires naissante venue des autres régions du Niger, avec laquelle ils partagent d’évidentes similarités ethniques et linguistiques. Pour autant, le secteur de la friperie du Dendi ne semble pas dominé par un seul groupe linguistique ou ethnique, comme l’a été le commerce de la kola (Haoussa) ou plus récemment, celui de l’oignon et des matériaux de construction de Niamey (Aderawa). Le commerce de la friperie est devenu bien trop mondialisé pour ne reposer que sur les réseaux de solidarité ethniques. Dans le Dendi comme dans d’autres régions frontalières ouest-africaines branchées sur le marché mondial, les réseaux commerciaux ne possèdent pas d’ancrage identitaire exclusif et dépassent les clivages de peuplement (Walther, 2008).

35Bien que le commerce de réexportation se soit initialement développé à Malanville dans les années 1980, c’est pourtant à Gaya, de l’autre côté du fleuve Niger, que ces activités vont connaître leur plus grand essor. Les marchands installés au Bénin déménagent leurs entrepôts et leurs familles au Niger, encouragés par des mesures incitatives prises par les autorités nigériennes, qui favorisent la pratique de la réexportation par le Niger au début des années 1990. Les marchands de cette époque se souviennent que le chef du bureau de douane de Gaya entreprit des démarches auprès des commerçants, en concertation avec les autorités préfectorales et les responsables de la Direction générale des impôts, afin de les inciter à revenir au Niger. Pour ce faire, il initia une politique selon laquelle les marchands sont autorisés à stocker leur marchandise en franchise de douane à Gaya avant de la réexporter dans le pays de leur choix. Initialement les produits fripiers étaient entreposés à Gaya avec l’obligation de libérer le magasin sous douane après un mois seulement, ce qui ne permettait guère de répondre aux demandes fluctuantes venant du Nigéria. Pour améliorer leur compétitivité, les pionniers de la friperie de Gaya ont, à partir de 1991, construit des entrepôts en collaboration avec la société de transit NITRA et sous le contrôle des autorités douanières.

Les marchands connectés au Golfe de Guinée (2000-2010)

36Dix ans après l’installation des premiers grossistes à Malanville et à Gaya, un second groupe d’entrepreneurs atteint le Dendi. Comme leurs précurseurs, ces marchands sont d’origine nigérienne. Ils quittent la Côte d’Ivoire dès les premières années de la guerre civile (2002-2007) après avoir acquis une expérience commerciale prolongée sur le Golfe de Guinée. En Côte d’Ivoire, ces marchands sont parvenus à nouer des relations d’affaires avec les fournisseurs européens, américains et libanais travaillant dans le domaine des textiles à Abidjan. Comme les immigrés du Ghana, ces compétences sont utilisées pour développer un réseau international à partir du Dendi.

37Le parcours migratoire d’El Hadj Ader, un commerçant haoussa de 40 ans, est représentatif de cette nouvelle vague. El Hadj Ader quitte Tahoua au Niger en 1985 pour s’installer à Abidjan où il travaille comme vendeur ambulant puis détaillant de friperie jusqu’en 2000. La détérioration de la situation politique en Côte d’Ivoire et les violences exercées sur les ressortissants étrangers le convainquent de quitter le pays pour l’Italie : « En Europe, j’étais un employé dans un commerce à Naples où je suis resté jusqu’en 2005. Dès le départ, j’avais l’intention de revenir au bercail après avoir amassé un capital suffisant pour faire des affaires au Niger. Pour ce faire je me suis efforcé d’économiser de l’argent » (entretien du 18 avril 2012). L’expérience de la Côte d’Ivoire d’abord, puis de l’Europe, permet de nouer des contacts indispensables au développement de son entreprise. Comme El Hadj Ader l’indique : « J’avais en ce moment deux objectifs : constituer un capital de départ et nouer des relations solides avec des amis italiens afin qu’une fois de retour au pays nous puissions faire des affaires. J’ai donc réussi à nouer des bons rapports là-bas, qui me permettent aujourd’hui de bénéficier des appuis financiers et surtout d’avoir leur confiance » (entretien du 18 avril 2012).

38À partir du milieu des années 2000, ces marchands mettent en place un réseau commercial toujours plus sophistiqué, bien qu’informel, avec le Nigéria. Ils renforcent la collaboration entre fournisseurs et grossistes situés de part et d’autre des frontières. Une division des tâches est progressivement instaurée : alors que les grossistes nigériens importent les habits et les stockent dans leurs magasins de Gaya, les importateurs nigérians utilisent leurs camions pour venir chercher la marchandise au Niger et se chargent de lui faire passer la frontière avec la complicité des forces de l’ordre.

39La fonction d’intermédiaire jouée par les commerçants de la diaspora marchande du Dendi gagne de l’importance. Certains travaillent dans les entrepôts de Gaya et veillent au chargement des camions affectés au transport des produits fripiers. D’autres démarchent les clients au Nigéria au profit des grossistes nigériens. À mesure que les affaires se développent, le marché potentiel de ces intermédiaires grandit : limité aux États du nord du Nigéria à l’origine, la fripe importée par le Bénin et le Niger redescend en direction du sud du Nigéria, pourtant nettement plus proche du port de Cotonou, où les habitudes vestimentaires sont plus proches de la mode occidentale que dans le nord.

Les entrepreneurs globaux (depuis 2010)

40Le dernier groupe d’entrepreneurs de friperie à s’implanter dans le Dendi est plus divers ethniquement et d’origine géographique plus lointaine que les précédents. Il est composé d’entrepreneurs igbo venus du Nigéria, de Libanais ayant quitté d’autres centres commerciaux d’Afrique de l’Ouest, de Tunisiens et de Marocains venus s’implanter dans le Dendi à partir des années 2010. Certains migrants viennent même du Pakistan, signe de l’internationalisation croissante du commerce de réexportation.

41L’arrivée de cette troisième vague correspond à l’apogée du commerce de réexportation tel qu’il apparaît dans les données officielles jusqu’en 2015. À mesure que le secteur gagne en importance, les grossistes investissent dans l’achat de camions qui leur permettent alors d’acheminer eux-mêmes les chargements jusqu’à leur destination finale. Ils s’affranchissent des intermédiaires libanais et igbo qui détenaient le monopole de l’importation sur les ports du Golfe de Guinée jusqu’ici et passent commande directement auprès des fournisseurs européens, américains et chinois. Ces derniers font parvenir aux marchands de Gaya une liste des produits disponibles, qui indique la quantité et la qualité des textiles. Les plus grands opérateurs sont alors capables de diversifier leurs achats de manière à répondre à la demande du marché africain.

42Pour chaque balle de friperie les grossistes payent CFA4500 (€ 7) de frais de transit à la douane nigérienne ou CFA16 000 FCFA (€ 24) si le produit est destiné à être consommé sur le territoire nigérien. Le prix du container fluctue entre dix et quinze millions de francs CFA (€ 15 100-22 700) selon la valeur du produit. Les balles de fripes sont classées en trois catégories selon leur qualité : le second choix est le plus demandé sur le marché nigérian, notamment urbain, alors que le troisième choix est destiné aux marchés ruraux. Chaque container contient 600 balles de friperie. Une balle de chemises de premier choix, est vendue entre CFA250 000 et 350 000 (€ 380-530). Elle contient en général 400 chemises vendues à environ CFA1000 FCFA (€ 1,5) pièce.

43L’entreposage d’un nombre croissant de balles de friperie nécessite de construire des entrepôts toujours plus vastes à Gaya. Alors que les premières constructions étaient concentrées dans le quartier Plateau, à proximité de la vieille ville (Walther, 2008), les nouveaux magasins sont maintenant construits dans les quartiers plus éloignés d’Acajou et de Zone Cotonnière 2, sur la route menant à Dosso vers le nord de Gaya. Ces structures sont suffisamment vastes pour charger ou décharger plusieurs camions en même temps et en toute discrétion. Estimé par les marchands enquêtés à une soixantaine en février 2012 (Carte 2), le nombre d’entrepôts dépasse la centaine en 2019 selon nos dernières enquêtes.

Carte 2 – Localisation des entrepôts à Gaya, Niger, 2012

Carte 2 – Localisation des entrepôts à Gaya, Niger, 2012

Source : auteurs.

44La construction des entrepôts marchands participe du mouvement d’extension spatiale de Gaya. Depuis la fin des années 1970, plusieurs plans de lotissements de grande taille ont été mis en œuvre à la faveur d’opérations fortement teintées de spéculation (Walther, 2008). Du fait de la présence du fleuve Niger au sud et d’un relief de plateaux à l’ouest, l’essentiel des nouvelles constructions a été réalisé en direction du nord-est, sur la route menant à Dosso et Niamey.

45Autour des nouvelles habitations et des nouveaux entrepôts se sont greffés de nombreux services destinés à faciliter le commerce à longue distance, comme des garages, des magasins d’alimentation et des stations-service. Pas moins de six banques permettent aux transitaires et grands commerçants d’effectuer leurs opérations financières depuis la région frontalière sans avoir à se rendre à Niamey (BIA, Bank of Africa, Atlantique Banque, Banque Agricole du Niger, Sonibank, Banque Islamique du Niger). La vente de matériaux de construction destinés aux propriétés individuelles et aux entrepôts commerciaux est également en plein essor, ainsi que les emplois plus ou moins qualifiés liés au développement urbain (maçons, charpentiers, plombiers).

46Cette suburbanisation n’est pas sans poser de graves problèmes de gestion à la commune urbaine de Gaya. Dès la fin des années 2010, les extensions des quartiers Acajou, Plateau et Carré, où se trouvent la majorité des entrepôts fripiers, couvrent une surface de 257 hectares, soit dix fois plus que la superficie du Dendikourey, le centre-ville historique de Gaya. À ces surfaces loties viennent s’ajouter les nouveaux quartiers de Zone Cotonnière, à l’ouest de la route nationale, ainsi que de vastes zones d’habitat informel encore plus éloignées. L’immensité des surfaces loties, conjuguées aux faibles densités et à une occupation partielle des habitations rend l’entretien des nouveaux quartiers périphériques très difficile. Comme dans d’autres marchés frontaliers en plein essor, la gestion des eaux usées, des déchets et des voies de transport est incapable de suivre le rythme de la croissance urbaine. La société nigérienne d’électricité (NIGELEC) et la Société d’exploitation des eaux du Niger (SEEN) sont ainsi dans l’incapacité d’assurer l’approvisionnement effectif des nouveaux quartiers. Il a également fallu attendre l’été 2019 pour que la ville de Gaya se dote de caniveaux et encore cet investissement ne concerne-t-il que les environs de la route principale.

Diversification ou transition ?

47La baisse des tonnages de friperie observée depuis le milieu des années 2010 a des répercussions évidentes pour l’économie des villes frontalières du Dendi. Depuis la fermeture de la frontière nigériane décrétée par le Nigéria en 2015 pour faire respecter l’interdiction d’importation de la friperie, nombre d’entrepôts construits à grands frais sont aujourd’hui partiellement vides du fait de la difficulté à exporter les balles de vêtements au Nigéria. Le marché nigérien est bien incapable d’absorber les quantités qui étaient initialement destinées au Nigéria, ce qui force les marchands de ce secteur à une reconversion rapide, par exemple dans le commerce du riz d’origine asiatique ou locale.

48Le Dendi est une région de forte production rizicole. L’abondance d’eau offerte par la vallée du fleuve Niger permet aux producteurs locaux d’approvisionner le marché nigérian par l’intermédiaire des petites villes frontalières, qui jouent le rôle de centre de collecte et de transit avant les grands marchés de Sokoto au Nigéria (CSAO/OCDE, 2019). Bien que le riz et la friperie soient tous deux interdits d’importation au Nigéria, leurs réseaux d’approvisionnement diffèrent considérablement. Alors que le commerce de textiles est aux mains de très grands opérateurs capables de contourner les législations nationales en faisant parcourir des milliers de kilomètres à leurs camions, le commerce du riz est dominé par des opérateurs dont le rayon d’action s’étend des grandes villes du nord-ouest du Nigéria (Jega, Birnin Kebbi, Sokoto, Kano) au Dendi.

49Les mesures prises par le président Buhari visent également le monopole que certains commerçants détenaient sur l’importation de fripes au Nigéria. D’après les entretiens effectués auprès des grossistes du Dendi, la fermeture des frontières affecte notamment les activités internationales d’El Hadj Dahirou Mangal, un riche commerçant de Katsina dont la fortune repose notamment sur le commerce de réexportation. El Hadj Mangal est une personnalité reconnue du milieu des affaires nigérianes et nigériennes grâce à un réseau qui le relie aux centres de production et de commerce du Golfe d’Arabie, de Chine et d’Inde (Burgis, 2016). Le rôle de facilitateur qu’il joue entre les producteurs mondiaux et le marché nigérian lui permet d’importer des centaines de containers de biens manufacturés vers le nord du Nigéria à partir des années 1990, en passant par le poste de Dan Issa (Wikileaks, 2008). Le commerce de réexportation de textile neufs et usagés est alors en plein essor au Nigéria du fait que les producteurs chinois commencent à copier les produits textiles africains à grande échelle.

50La fortune de ce commerçant fluctue en fonction des vicissitudes de la vie politique nigériane. Son ascension dès la fin des années 1990 s’appuie sur les relations nouées avec le Président nigérian Umaru Musa Yar’Adua, lui-même gouverneur de l’État de Katsina de 1999 à 2007 (Wikileaks, 2008). Des contributions financières effectuée en faveur du Parti démocratique populaire (PDP) lui assurent également le soutien du Président Goodluck Jonathan, qui succède à Yar’Adua à partir de 2010. L’élection de Muhammadu Buhari sur les listes du Congrès progressiste (APC) en 2015 constitue de ce point de vue un revers de fortune pour El Hadj Mangal comme pour les autres commerçants ayant longtemps soutenu le PDP. Au Niger, en revanche, El Hadj Mangal semble toujours pouvoir compter sur le soutien des grands marchands de la région de Maradi, par laquelle transitent ses camions (Le Souffle, 2013) ainsi que d’une partie de l’élite politique nigérienne, dont les ressources dépendent fortement du commerce de réexportation.

51Bien que spectaculaire, l’annonce récente d’une fermeture unilatérale des frontières nigérianes ne devrait pas surprendre les marchands de la région du Dendi. Ce n’est en effet pas la première fois que le Nigéria utilise ce moyen de pression pour susciter des changements politiques dans les pays voisins, avec des résultats dramatiques pour les économies bâties sur la réexportation. Ces disputes prennent souvent une tournure personnelle entre chefs d’Etats. Entre 1983 et 1986, par exemple, les présidents Muhammadu Buhari et Ibrahim Babangida procèdent à plusieurs fermetures des frontières du Nigéria avec le Niger et le Bénin d’abord pour éviter la fuite de certains politiciens, puis à l’occasion d’un changement de monnaie, enfin pour lutter contre le trafic des produits pétroliers et agricoles. Ces mesures provoquent la faillite de nombreux entrepreneurs du Bénin et du Togo, sans toutefois avoir un effet à long terme sur la contrebande entre les deux pays (Miles, 2005). Dix ans plus tard, le président Sani Abacha ferme à nouveau la frontière du Nigéria avec son voisin occidental pendant 50 jours au cours d’une dispute portant sur le soutien supposé du président béninois Nicéphore Soglo à des opposants nigérians. Les pénuries causées par cette mesure au Bénin contribuent à la défaite du président Soglo lors des élections présidentielles de 1996 (IPS, 1996). En 2003, une brève fermeture de la même frontière est décrétée suite à une dispute avec le président béninois Mathieu Kérékou, suivie d’un embargo sur les voitures d’occasion provenant de Cotonou en 2008 (Golub et Mbaye, 2019).

52Outre les fermetures épisodiques des frontières nigérianes, les marchands du Dendi endurent les fréquents boycotts des ports du Golfe de Guinée décrétés par les associations de transporteurs du Niger ou du Bénin. Ces boycotts ont des répercussions immédiates sur les importations de friperie, puisqu’elles obligent les marchands nigériens à changer de port et de route d’approvisionnement. Quand le port de Cotonou se ferme aux camionneurs nigériens, les grossistes de Gaya passent alors commande par Lomé au Togo ou Téma au Ghana, où les infrastructures portuaires sont performantes pour la région.

53Pour répondre à ces aléas politiques, les marchands du Dendi ont adopté plusieurs stratégies. La première consiste à réexporter la friperie vers le Nigéria sous d’autres formes, malgré la fermeture récente des frontières. De nouvelles routes d’approvisionnement réapparaissent chaque jour tout au long des milliers de kilomètres séparent les pays de la région. Compte tenu des effectifs limités des forces douanières et du manque d’équipement chronique, il est toujours possible pour les commerçants de friperie de faire parvenir des ballots de vêtements sur des motos au Nigéria. Des pirogues empruntant le fleuve Niger introduisent toujours de façon informelle des grandes quantités de produits fripiers sans que les autorités en charge du contrôle des frontières ne puissent mettre un terme aux trafics faute de moyens de surveillance adaptés.

54Une autre stratégie consiste à diversifier les activités en investissant vers la réexportation de produits agricoles ou de grande consommation. De ce fait, un nombre de plus en plus important d’entrepôts jadis remplis exclusivement de fripe sont aujourd’hui occupés par du riz asiatique, du sucre et de l’huile, trois produits dont l’importation au Nigéria est aussi interdite pour protéger l’industrie nationale. Une troisième stratégie consiste enfin à diversifier l’offre de produit usagés, en important des sacs, des vélos, des ustensiles de cuisine, des draps, du matériel électriques et électronique, des chaussures et des jouets de seconde main. Les marges bénéficiaires réalisées sur ces produits sont cependant inférieures à celles des textiles d’occasion et ne parviennent guère à compenser le manque à gagner occasionné par l’évolution des politiques frontalières nigérianes.

55Ces stratégies sont présentées comme temporaires dans le Dendi, où l’ensemble des grossistes et des intermédiaires de la filière de la friperie espère une réouverture prochaine des frontières nigérianes. Une fermeture prolongée et effective des frontières nigérianes aurait des répercussions dramatiques sur l’activité commerciale du secteur de la friperie et le développement des marchés frontaliers situés sur les périphéries nigérianes. De l’avis d’un grand opérateur nigérien établi à Malanville, « Si le Nigéria ferme ses frontières, et si jamais cette situation perdurait, je suis convaincu que tous les commerçants quitteront la ville pour des horizons meilleurs. Ne perdons pas de vue que la raison pour laquelle les commerçants se sont installés ici dans la zone frontalière, c’est uniquement à cause de la proximité du Nigéria. Aucune autre raison ne justifie notre présence ici à mon avis » (entretien du 23 avril 2012).

56Les acteurs du secteur gardent un œil attentif à l’évolution de la situation sur les autres frontières de la région. Au Ghana, par exemple, le gouvernement a récemment obtenu de pouvoir faire transiter les marchandises importées vers le Nigéria à travers le Bénin sans qu’elles soient bloquées à la frontière (Daily Graphic, 2019). À l’issue de cette négociation, les marchands ghanéens pourront à nouveau accéder au marché nigérian, contrairement à leurs homologues béninois, qui subissent actuellement les conséquences de la politique explicite de réexportation adoptée par l’État béninois.

Réseaux sociaux et réponses à l’incertitude

57La région frontalière du Dendi est devenue au cours des dernières décennies un carrefour régional du commerce de réexportation de la friperie occidentale. Situées à plus de 700 km du port le plus proche, les petites villes de Gaya et de Malanville servent d’entrepôts aux balles de textiles usagés importées en franchise de douane par le Bénin puis introduites frauduleusement au Nigéria. Plusieurs vagues de migration d’entrepreneurs aux origines sociales et géographiques toujours plus lointaines ont contribué à cette transformation urbaine. Le mérite de ces marchands est d’avoir compris dès les années 1980 le bénéfice commercial qu’ils pouvaient tirer de la situation géostratégique du Dendi, puis d’avoir su profiter de cette situation pour construire une fortune basée sur l’exploitation des différentiels législatifs entre États ouest-africains. A bien des égards, ces entrepreneurs réalisent l’idéal de l’intermédiaire interculturel de Curtin (1984), capable de communiquer avec sa communauté d’origine tout en bénéficiant de la distance nécessaire pour générer un profit (Whitehouse, 2011).

58D’une manière générale, le commerce de la friperie est dominé par des acteurs qui y ont investi de longue date plutôt que par des opportunistes venus d’autres secteurs d’activité. Cette particularité s’explique par les investissements nécessaires à l’importation de grandes quantité de marchandises et par le fait que sa réexportation nécessite des compétences bien particulières. Seule une poignée de grands marchands sont capables d’entretenir des contacts interpersonnels de longue date tout au long de la chaîne d’approvisionnement allant des fournisseurs occidentaux aux grossistes nigérians. Le Dendi se caractérise par une communauté d’affaires allochtone de petite taille, dans laquelle seule un petit nombre d’intermédiaires (brokers) sont capables de relier plusieurs marchés organisés sur des bases nationales (Walther, 2015). Cette particularité le distingue des autres régions frontalières du Niger, comme le pays haoussa plus à l’est, où la proportion de marchands entretenant des relations transfrontalières est importante du fait des relations historiques entretenues entre les marchés du nord du Nigéria et du Niger.

59L’étude de l’itinéraire migratoire de ces marchands met en évidence deux éléments fondamentaux pour la conduite du commerce dans la région : la constitution d’un réseau personnel capable de transcender les divisions territoriales et la flexibilité de leurs réponses aux incertitudes politiques qui marquent la vie des frontières ouest-africaines. Les entrepreneurs du Dendi ont réussi à nouer des relations durables aussi bien auprès des fournisseurs occidentaux et asiatiques de friperie qu’au niveau des importateurs nigérians désireux d’approvisionner le marché national au moindre coût. Ces réseaux sociaux bâtis sur plusieurs décennies d’expérience professionnelle pallient l’absence ou l’inefficacité des institutions formelles supposées réduire les risques et les incertitudes liées au commerce, comme les tribunaux ou les associations professionnelles. Bâtis sur la confiance, ils sécurisent les échanges d’information relatifs à l’offre et à la demande entre différents lieux de transit des marchandises. Ils assurent également que les marchandises se déplacent sans délais et sans coût excessif des ports européens, américains et asiatiques jusqu’au Nigéria, en passant par le Golfe de Guinée.

60La position d’intermédiaire occupée par les grands marchands de friperie est néanmoins fragile car elle dépend de l’exploitation de différentiels qui peuvent à tout moment être remis en cause par l’harmonisation des politiques tarifaires régionales ou la fermeture des frontières. La première réponse apportée à cette incertitude est la diversification, une stratégie propre à de nombreuses sociétés sahéliennes, qui ont depuis longtemps privilégié les investissements flexibles (Walther et Retaillé, 2008). Cette diversification opérée par la nouvelle génération de marchands du Dendi passe par l’élargissement de la gamme des produits réexportés et l’élargissement à d’autres marchés potentiels dans la région, y compris à l’intérieur du Niger, où les besoins de la population urbaine sont croissants.

61La seconde stratégie adoptée par les marchands ouest-africains est la mobilité. Comme le rappelle El Hadj Maidokafilé, un grand commerçant zarma établi à Gaya, les commerçants du secteur de la friperie sont « comme des bergers qui s’installent là où leurs animaux trouvent à brouter. Autrement dit, si demain l’environnement économique qui a motivé leur installation à Gaya venait à se dégrader, ils seraient parmi les tout premiers à quitter cette ville » (entretien du 4 avril 2012). Ce scénario aurait des conséquences désastreuses sur les recettes publiques perçues par les autorités locales et nationales et mettrait fin à plusieurs décennies de développement urbain dans le sud du Niger. Sans le commerce de réexportation, les petites villes du Dendi perdraient leur rente de situation et redeviendraient de petits bourgs périphériques.

62Plus généralement, l’évolution des politiques douanières en Afrique de l’Ouest met en lumière la tension toujours active entre la stratégie de production des États basée sur l’exploitation de ressources localisées et la stratégie de circulation des marchands fondée sur l’exploitation d’un réseau de villes et de routes (Walther, 2012). La circulation marchande qu’avait connu l’Afrique de l’Ouest durant la période précoloniale a été progressivement contrainte par le contrôle des frontières et la formalisation de l’informel mises en place par l’administration coloniale, puis postcoloniale.

63L’ouverture de ces frontières à la faveur de la libéralisation du commerce dans les années 1980 a donné lieu à un développement spectaculaire des lieux marchands par lesquels transitaient les flux de marchandises mondialisés et à un essor considérable des communautés d’affaires ayant le capital et l’expérience nécessaires pour bénéficier des avantages de cette situation géographique. Pendant plusieurs décennies, ce commerce a été encouragé à la fois par les États qui avaient mis en œuvre des politiques de réexportation, comme le Bénin, le Togo ou le Niger, et par les institutions chargées de promouvoir l’intégration régionale, comme la CEDEAO. Le retour du protectionnisme nigérian observé au cours des dernières années est susceptible de contrecarrer ces efforts s’il s’accompagne d’une fermeture durable et effective des frontières terrestres de la première puissance économique de la région.

Haut de page

Bibliographie

Africapolis, 2019 – Africapolis, OCDE, www.africapolis.org

Allen T., Heinrigs P., 2016 – Emerging opportunities in the West African food economy. Paris, OECD West African Papers 1.

Bach D., 2016 – Regionalism in Africa. Genealogies, Institutions and Trans-State Networks. New York, Routledge.

Banque mondiale, 2019 – Nigéria, population, https://donnees.banquemondiale.org/pays/nigeria

Benjamin N., M’Baye A. A. (éds) 2012 – The Informal Sector in Francophone Africa. Firm Size, Productivity, and Institutions. Washington, D.C., World Bank.

Benjamin N., Golub S., Mbaye A. A., 2015 – « Informality, trade policies and smuggling in West Africa ». Journal of Borderlands Studies, 30(3), 381-394.

Beuving J., 2015 – « American cars in Cotonou : Culture in African entrepreneurship and the making of a globalising trade ». The Journal of Modern African Studies, 53(3), 317-338.

Boone C., 1994 – « Trade, taxes and tribute : Market liberalization and the new importers of West Africa ». World Development, 22(3), 453-467.

Brédeloup S., Lombard J., 2008 – « Mort de la fripe en Afrique ou fin d’un cycle ? » Revue Tiers Monde, 194, 391-412.

Brooks A., 2013 – « Stretching global production networks : The international second-hand clothing trade ». Geoforum, 44, 10–22

Brooks A., Simon D., 2012 – « Unravelling the relationships between used-clothing imports and the decline of African clothing industries ». Development and Change, 43(6), 1265-1290.

Burgis T., 2016 – The Looting Machine : Warlords, Oligarchs, Corporations, Smugglers, and the Theft of Africa’s Wealth. New York, Public Affairs.

Choplin C., Pliez O., 2015 – The inconspicuous spaces of globalization. Articulo - Journal of Urban Research, 12, http://journals.openedition.org/articulo/2905.

CSAO/OCDE, 2017 – Coopération transfrontalière et réseaux de gouvernance en Afrique de l’Ouest. Paris, OCDE.

CSAO/OCDE, 2019 – Population et morphologie des villes frontalières. Paris, OECD, Notes ouest africaines 21.

Curtin P. D., 1984 – Cross-cultural Trade in World History. Cambridge, Cambridge University Press.

Daily Graphic (2019) – Nigeria-Benin border closure : Ghana secures temporary corridor, 18 octobre, https://www.graphic.com.gh/news/general-news/nigeria-benin-border-closure-ghana-secures-temporary-corridor.html.

Deutsche Welle (2018) – East Africa pushes second-hand clothing ban, https://www.dw.com/en/east-africa-pushes-second-hand-clothing-ban/a-42747222.

Ezeoha, A., Okoyeuzu C., Onah E., Uche C., 2019 – « Second-hand vehicle markets in West Africa : A source of regional disintegration, trade informality and welfare losses ». Business History, 61(1), 187-204.

Galtier F., Tassou Z., 1998 – « La réexportation : vice ou vertu ? Le commerce du Bénin vers le Nigeria ». Autrepart, 6, 123-143.

Golub S. S., Mbaye A. A., 2019 – Benin’s informal trading with Nigeria. Economic Development & Institutions Working Paper 19.

Grégoire E., 1986 – Les Alhazaï de Maradi (Niger). Histoire d’un groupe de riches marchands sahéliens. Paris, ORSTOM, Travaux et documents, 187.

Grégoire E., Labazée P. (éds) 1993 – Grands commerçants d’Afrique de l’Ouest. Logiques et pratiques d’un groupe d’homme d’affaires contemporains. Paris, Karthala.

Grégoire E., 2002 – « Territoires marchands en Afrique subsaharienne ».
 Historiens et géographes, 379, 227-234.

Hansen K. T., 2000 – Salaula : The World of Secondhand Clothing and Zambia. Chicago, University of Chicago Press.

Igué J.O., Soulé B., 2005 – L’État entrepôt en Afrique. Paris, Karthala.

IMF, 2019a – Benin. Washington, D. C., International Monetary Fund, Country Report 19/203.

IMF, 2019b – Niger. Washington, D. C., International Monetary Fund, Country Report 19/239.

IMF, 2019c – Togo. Washington, D. C., International Monetary Fund, Country Report 19/205.

IPS, 1996 – Nigeria-Benin : The politics of the border, Inter Press Service, 2 mai.

Koné M., 2015 – Marchands ouest-africains et marchés frontaliers : Construction d’une communauté d’affaires. Université de Bordeaux, thèse de doctorat.

Kuépié M., Tenikue M., Walther O., 2016 – « Social networks and small businesses performance in West African border regions ». Oxford Development Studies, 44(2), 202-219.

Le Souffle, 2013 – Tsahirou Mangal : Ami ou Partenaire du Niger ? 22 octobre, http://news.aniamey.com/h/8728.html

Miles W. F., 2005 – « Development, not division : local versus external perceptions of the Niger–Nigeria boundary ». The Journal of Modern African Studies, 43(2), 297-320.

Niang A., 2013 – « The (in) commodities of laissez-faire integration : Trade and mobility in a cross-border market ». African Studies, 72(1), 41-63.

NCS, 2019 – Import prohibition list. Abuja, Nigeria Customs Service.

Nugent P., Asiwaju A., 1996 – African Boundaries : Barriers, Conduits and Opportunities. Londres, Pinter.

OEC, 2019 – Used clothing, https://oec.world/en/profile/hs92/6309/

Peil, M., 1971 – « The expulsion of West African aliens ». The Journal of Modern African Studies, 9(2), 205-229.

Prag E., 2013 – « Mama Benz in trouble : Networks, the state, and fashion wars in the Beninese textile market ». African Studies Review, 56(3), 101-121.

Rosenfeld M., 2017 – Car connection : La filière euro-africaine de véhicules d’occasion. Paris, Karthala.

Sanka J. L., 2014 – « Les marchés transfrontaliers et la régionalisation en Afrique », in Boesen, E., Marfaing, L. (éds) – Mobilités dans l’espace ouest-africain. Ressources, développement local et intégration régionale. Paris, Karthala, 161-178.

Sougué E., 2016 – « Malanville - Gaya, une dynamique de territorialisation à la frontière Benin – Niger ». Territoire en mouvement, 29, DOI :10.4000/tem.3216

Soulé B. G., 2011 – Accès aux marchés transfrontaliers de Cinkansé et de Malanville pour les produits d’agriculture durable. Cotonou, VECO WA, rapport final.

Sylvanus N., 2009 – « Commerçantes togolaises et diables chinois. Une approche par la rumeur ». Politique Africaine, 113(1), 55-70.

Sylvanus N., 2013 – « Chinese devils, the global market, and the declining power of Togo’s Nana-Benzes ». African Studies Review, 56(1), 65-80.

UN COMTRADE, 2019 – Worn clothing, textile articles, https://comtrade.un.org/db/mr/daCommoditiesResults.aspx?px=S3&cc=269

Walther O., 2008 – Affaires de patrons. Villes et commerce transfrontalier au Sahel. Berne, Peter Lang.

Walther O., 2009 – « A mobile idea of space. Traders, patrons and the cross-border economy in Sahelian Africa ». Journal of Borderlands Studies, 24(1), 34-46.

Walther O., 2012 – « Traders, agricultural entrepreneurs and the development of cross-border regions in West Africa ». Entrepreneurship and Regional Development, 25(3-4), 123-141.

Walther O., 2014 – « Border markets : An introduction ». Articulo – Journal of Urban Research, 10, DOI : 10.4000/articulo.2532.

Walther O., 2015 – « Business, brokers and borders : The structure of West African trade networks ». Journal of Development Studies, 51(5), 603-620.

Walther O., Retaillé D., 2008 – « Le modèle sahélien de la circulation, de la mobilité et de l’incertitude spatiale ». Autrepart, 47, 109-124.

Walther O., Tenikue M., Trémolières M., 2019 – « Economic performance, gender and social networks in West African food systems ». World Development, 124, 1-14.

Whitehouse B., 2012 – « Enterprising strangers : Social capital and social liability among African migrant traders ». International Journal of Social Inquiry, 1, 93-111.

Wikileaks, 2008 – Nigeria : Kano businessman alleges Yar’Adua corruption, 21 février, 08ABUJA320_a, https://www.wikileaks.org/plusd/cables/08ABUJA320_a.html.

Haut de page

Notes

1 Les noms des personnes enquêtées ont été changés pour préserver l’anonymat.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – La région frontalière du Dendi
Crédits Source : auteurs.
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/9487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 1 – Croissance démographique des villes du Dendi, 1960-2020
Crédits Source : Africapolis (2019).
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/9487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Figure 2 – Évolution des importations de friperie à Gaya, en tonnes, 2002-2019
Crédits Sources : CNUT, NITRA, INS.
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/9487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Carte 2 – Localisation des entrepôts à Gaya, Niger, 2012
Crédits Source : auteurs.
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/9487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier J. Walther et Moustapha Koné, « Commerce de réexportation des textiles et villes frontalières entre Niger et Nigéria »Les Cahiers d’Outre-Mer, 278 | 2018, 465-491.

Référence électronique

Olivier J. Walther et Moustapha Koné, « Commerce de réexportation des textiles et villes frontalières entre Niger et Nigéria »Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 278 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/com/9487 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.9487

Haut de page

Auteurs

Olivier J. Walther

Département de Géographie, Université de Floride. Courriel : owalther(at)ufl.edu

Moustapha Koné

Département de Géographie, Université de Niamey. Courriel : konemoustapha723(at)gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search