Navigation – Plan du site
Rubriques
Les COM des concours

Le quartier indien de Singapour : cultures sud-asiatiques et rivalités socio spatiales

The Little India of Singapore: South Asian cultures and socio spatial rivalries
Delon Madavan
p. 505-524

Résumés

Le quartier de Serangoon road (Little India) est devenu, avec le soutien de la cité-État, la vitrine de l’identité indo-singapourienne. Ce territoire cumule aujourd’hui les fonctions de centre social, culturel, religieux et d’approvisionnement pour les populations d’origine sud-asiatique (Tamouls, Malayalis, Punjabis, Gujératis, etc.) de l’île. L’arrivée depuis les années 1990 de travailleurs peu qualifiés de l’État indien du Tamil Nadu et du Bangladesh a transformé la physionomie et l’utilisation du quartier. L’appropriation de Little India et la circulation en grand nombre d’étrangers peu qualifiés le dimanche soir est à l’origine d’un nouveau problème de cohabitation avec les autres usagers du quartier.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Inscription spatiale des cultures sud-asiatiques dans Little India et ses environs
La présence des populations sud-asiatiques à Little India
La vie du quartier indien en semaine et le samedi
La présence des immigrants sud-asiatiques peu qualifiés le dimanche
Les rivalités pour l’espace entre les différents usagers de Little India
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Lors du recensement de 2010, la population d’origine sud-asiatique à Singapour s’élevait à 348 100 résidents sur un total de 3,77 millions. Cette communauté, qui comprend à la fois les citoyens indo-singapouriens et les Sud-Asiatiques étrangers possédant le titre de résident permanent, représente 8,4 % de la population résidente totale. Par ailleurs, 90 000 à 100 000 travailleurs étrangers du sous-continent indien (Rai, 2006), employés comme ingénieurs informatiques, ouvriers de construction ou encore domestiques, vivent aussi dans le pays avec un titre de séjour temporaire. Si la communauté sud-asiatique constitue incontestablement une petite minorité par rapport à la population totale, elle a joué, depuis l’établissement du comptoir commercial, un rôle significatif dans l’histoire, la vie politique, culturelle et socio-économique de l’île.

Dès son arrivée, Stamford Raffles, fondateur de Singapour en 1819, débarque sur l’île avec 120 soldats originaires du Bengale. Par l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delon Madavan, « Le quartier indien de Singapour : cultures sud-asiatiques et rivalités socio spatiales », Les Cahiers d’Outre-Mer, 278 | 2018, 505-524.

Référence électronique

Delon Madavan, « Le quartier indien de Singapour : cultures sud-asiatiques et rivalités socio spatiales », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 278 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/com/9560 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.9560

Haut de page

Auteur

Delon Madavan

Géographe, chercheur associé au Centre d’Études de l’Inde et l’Asie du Sud (CEIAS-EHESS/CNRS) et au Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS-Université de Québec à Montréal). Courriel : delonmadavan(at)gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals