Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20ManuscritsCorrespondance et genèse

Manuscrits

Correspondance et genèse

Les échanges entre Phạm Duy Khiêm et Denise Horel dans la fabrique du roman Nam et Sylvie1
Giang-Huong Nguyen

Résumés

Dans les archives de la famille de Marcelino Trương, célèbre illustrateur et auteur de romans graphiques, nous avons trouvé des lettres que sa grand-mère maternelle, madame Denise Horel, a reçues de Phạm Duy Khiêm concernant la préparation du roman Nam et Sylvie, ainsi que deux tapuscrits de ce récit. Nous nous proposons d’étudier le dossier génétique de Nam et Sylvie et d’analyser l’étape de finalisation par laquelle Phạm Duy Khiêm est passé, en confrontant les cent vingt lettres de l’écrivain envoyées à son amie et les deux dactylogrammes qu’elle a conservés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier particulièrement Marcelino Trương, qui nous a donné accès aux archives de s (...)

1En nous décidant à nous déplacer jusqu’au littoral malouin, nous ne nous attendions pas à un véritable voyage dans le temps, au grenier de la villa « Bouton d’or ». Construite au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, elle a été habitée par trois générations : Henri et Denise Charles Horel, puis leur fille Yvette Horel Trương et son époux Trương Bửu Khánh, et aujourd’hui l’un des petits-fils des Horel, Marcelino Trương – célèbre illustrateur, auteur de romans graphiques – et sa compagne. Dans cette villa, chargée de souvenirs, sont conservés jusqu’à présent des cahiers de notes de la studieuse élève Denise Charles à l’École normale de Chasseneuil, le cartable d’écolier de son fils Henri, décédé prématurément à l’âge de 8 ans, ou encore des milliers de pages de correspondance qu’elle a reçues de sa fille Yvette Trương, de 1947 à 1970, lors des voyages diplomatiques de Trương Bửu Khánh aux Philippines, à Saïgon, à Londres et aux États-Unis. C’est aussi l’adresse qui est inscrite sur cent vingt enveloppes que l’écrivain Phạm Duy Khiêm a adressées à madame Denise Horel entre 1956 et 1968. La correspondance s’est avérée quotidienne durant les deux années 1956 et 1957 ; elle accompagne la finalisation du manuscrit du roman Nam et Sylvie, que Phạm Duy Khiêm a scrupuleusement travaillé, avec la relecture infatigable de Denise Horel.

2Ces documents composent un dossier intéressant concernant la genèse de Nam et Sylvie, notamment de la mise au net jusqu’à la publication du roman. Dans cet article, nous tâcherons d’abord de présenter les lignes principales de la vie de Phạm Duy Khiêm. Ce travail est nécessaire, dans la mesure où plusieurs éléments biographiques restés obscurs jusqu’à ce jour sont révélés à la lumière des correspondances. La deuxième perspective consiste à présenter les composantes du dossier génétique de Nam et Sylvie. Enfin, nous analyserons l’étape de finalisation par laquelle Phạm Duy Khiêm est passé, en confrontant les cent vingt lettres de l’écrivain envoyées à son amie et les deux tapuscrits qu’elle a conservés.

Quelques éléments biographiques

3Phạm Duy Khiêm (1908-1974) est l’un des plus grands écrivains vietnamiens francophones de l’époque coloniale, aux côtés de Pierre Đỗ Đình (1906-1970), Phạm Văn Ký (1910-1992) ou encore Cung Giũ Nguyên (1909-2008). Son père, Phạm Duy Tốn (1883-1924), l’une des premières figures d’écrivains en quốc ngữ2 du début du xxᵉ siècle, meurt alors que Khiêm3 est élève de troisième. Aîné des enfants, il devient dès lors chef de famille et doit assumer non seulement la charge financière de sa mère et de ses quatre frères et sœurs4, mais aussi payer les dettes laissées par son père. Élève brillant du lycée franco-indigène Albert Sarraut, il obtient en 1928 une bourse pour entrer au lycée Louis-le-Grand, dans les mêmes années que Léopold Sédar Senghor (1906-2001) et Georges Pompidou (1911-1974)5. En 1931, il est le premier vietnamien à réussir le concours d’entrée à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Devenu agrégé de grammaire en 1935, il retourne dans son pays pour honorer ses devoirs de fils aîné. À Hanoi, il enseigne le latin, le grec et le français au lycée Albert Sarraut.

  • 6 Cet ouvrage a été remanié puis réédité en 1958 chez Plon sous le titre La Place d’un homme, de Hano (...)
  • 7 Tapuscrit inédit conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote 2012-216433. Texte num (...)

4Quand la Seconde Guerre Mondiale éclate en 1939, Khiêm part volontairement s’engager dans l’armée française. Simple soldat, puis élève-officier, il sillonne la France, de Carcassonne à La Courtine et de La Courtine à Vichy. Son premier récit édité en 1941 à Hanoi, intitulé De Hanoï à La Courtine, septembre 1939-juin 19406, et son manuscrit inédit De La Courtine à Vichy : Mai-Juillet 1940,7 relatent en détail cette période de sa vie.

5Phạm Duy Khiêm regagne le Viêt Nam en 1941, après l’Armistice du 22 juin 1940. Pendant la guerre d’Indochine (1945-1954), il ne veut pas se lier au communisme, ni s’allier aux partisans de l’empereur déchu Bảo Đại, bien qu’étant un patriote convaincu. Il se consacre dès lors à l’enseignement et à l’écriture, notamment à l’écriture en français. Khiêm exprime son amour pour la patrie à travers la littérature, notamment dans une étude sur la langue vietnamienne parue en 1941, Grammaire annamite, écrite en collaboration avec Bùi Kỷ et Trần Trọng Kim, ou bien le recueil Légendes de Terres sereines, qui obtient le Prix littéraire d’Indochine en 1951. C’est en 1957 qu’il rédige le roman autobiographique Nam et Sylvie, qui reçoit le Prix Louis Barthou de l’Académie française.

6Après les Accords de Genève, en 1954, Phạm Duy Khiêm accepte le poste de Secrétaire d’État à la Présidence du conseil de Ngô Đình Diệm. Il arrive en France en 1955 en tant que haut-commissaire, puis ambassadeur de la République du Viêt Nam en France. En qualité d’homme politique, Khiêm travaille à éviter à tout prix la rupture entre la France et le Viêt Nam, conformément aux attentes de Diệm. Par conséquent, à la fin de 1957, il est écarté de ses fonctions par Ngô Đình Diệm, contre une promesse d’être nommé délégué permanent du Viêt Nam à l’UNESCO. Il quitte son poste d’ambassadeur le 15 décembre 1957, mais sa nouvelle affectation n’a jamais été rendue effective, malgré l’annonce qui en a été faite dans la presse8. Il le rapporte ainsi à Trương Bửu Khánh :

Vous écrivez : « Vous vous êtes retiré de la vie politique. » Je ne me suis pas retiré. On m’a débarqué en me promettant la nomination à l’UNESCO (délégué permanent de Vietnam). Puis on a cessé de me payer dès ma sortie de l’ambassade : 15.12.57. Depuis lors j’attends. Il ne s’est rien passé d’autre. Tous les papiers sont là. [Lettre autographe de Phạm Duy Khiêm à Trương Bửu Khánh, datée du 2 juin 1959]

  • 9 Tapuscrit corrigé par l’auteur de ce roman demeuré inédit. La Bibliothèque nationale de France en c (...)
  • 10 « Pham Duy Khiêm », Académie des sciences d’outre-mer, consulté le 7 décembre 2022.

7Khiêm passe le reste de sa vie en France à enseigner, à l’École alsacienne puis à Saint-Calais, et à rédiger son roman Ma mère9. En novembre 1957, il reçoit les insignes du grade de docteur honoris causa à l’université de Toulouse. Il est élu membre correspondant de la 1re section de l’Académie des sciences d’outre-mer le 5 décembre 195810.

  • 11 D’après Julia Emerson, Phạm Duy Khiêm aurait été interné dans un hôpital du Mans pour dépression. A (...)

8En 1968, au lendemain de l’offensive du Têt, il tente de renouer avec le Viêt Nam lors d’un voyage à Huế, mais sans résultat. C’est son dernier retour au pays natal. Phạm Duy Khiêm meurt à son domicile de Montreuil-le-Henri, dans la Sarthe, le 30 novembre 1974. Il se serait suicidé après une longue période de dépression11.

La correspondance avec Denise Horel

9Dans l’exemplaire nᵒ 72 des Légendes des terres sereines, une dédicace autographe révèle les circonstances de la naissance de la correspondance entre Phạm Duy Khiêm et Denise Horel :

Pour Monsieur et Madame Horel :
en venant vous apprendre ce que votre gendre a fait pour moi, je découvre, en même temps que vous-mêmes, que vous m’avez déjà lu grâce à lui, à un moment où il ne me connaissait pas encore !
Que puis-je ajouter à cet ensemble de rencontres qui semble le fruit heureux du hasard et qui résulte entièrement des démarches du cœur et de l’esprit ?
4 mars 1956
Saint-Malo, Paris
Khiêm

  • 12 Trần Trọng Kim, Phạm Duy Khiêm, Bùi Kỷ, Grammaire annamite.
  • 13 Trương Bửu Khánh, « La gestation de “Nam et Sylvie” », p. [2].

10En effet, sans ce gendre vietnamien des Horel, Monsieur Trương Bửu Khánh, cette rencontre de deux âmes littéraires n’aurait pas eu lieu. Fils d’instituteur, Trương Bửu Khánh (1927-2012) a fait ses études secondaires à l’Institut La Providence à Huế, puis poursuivi ses études universitaires à l’université de la Sorbonne, en lettres françaises et anglaises, ainsi qu’à l’Institut d’études politiques, en relations internationales. C’est au collège de Huế qu’il voit pour la première fois le nom de Phạm Duy Khiêm sur la couverture d’un de ses manuels scolaires, Grammaire annamite12, puis comme examinateur, réputé « féroce13 » selon son expression, au baccalauréat.

11À la Sorbonne, Trương Bửu Khánh fait la connaissance d’Yvette Horel, étudiante née à Saint-Malo. Ils se marient à Paris en 1951, et non dans la colonie d’Indochine, où ce mariage mixte avait moins de chances de pouvoir se réaliser.

12Il est ensuite recruté sur place, à l’issue de ses études supérieures, au cabinet de sa majesté Bảo Đại à Paris, qui va devenir successivement Haut-commissariat, puis ambassade du Viêt Nam en France. Il dirige le service de presse du Haut-commissariat du Viêt Nam en France de 1951 à 1954, puis devient diplomate de la République du Viêt Nam de 1954 à 1964. Il rencontre Phạm Duy Khiêm pour la première fois en 1955, lorsque ce dernier est désigné par Ngô Đình Diệm pour remplacer le prince Bửu Lộc au poste de haut-commissaire. Selon Trương Bửu Khánh, Khiêm doit faire face, peu après sa prise de fonction, à de rudes affrontements au sein du Haut-commissariat, avec des partisans de son prédécesseur. N’ayant aucun doute sur son intégrité, monsieur Trương n’hésite pas à défendre le nouveau haut-commissaire auprès du Ministère des affaires étrangères. Khiêm sort vainqueur de cette épreuve tandis que Trương Bửu Khánh est exilé aux Philippines. Sensible au geste risqué de Trương en sa faveur, Khiêm se rend en personne à l’aéroport du Bourget le jour où la famille Trương quitte Paris pour Manille, afin de lui exprimer sa reconnaissance. C’est donc à l’aéroport qu’il rencontre Denise Horel, belle-mère de Trương Bửu Khánh, accompagnée de son autre fille Annie Horel. Au cours de cette rencontre est décidé le premier voyage de Khiêm à Saint-Malo.

13Voici la première lettre autographe adressée à Denise Horel :

Paris le 27 février 1956
Haut Commissariat de Viet Nam [mention imprimée]
Le Haut Commissaire [mention imprimée]

Madame,
Ayant très probablement la possibilité de passer le prochain week-end du côté de Saint-Malo, je serais très heureux de pouvoir vous saluer, ainsi qu’il a été promis, et de faire la connaissance de monsieur Horel. Puis-je savoir quelle heure vous conviendrait dans la journée du dimanche ?
Je viens de recevoir aujourd’hui une lettre de votre gendre, et c’est ce qui m’a décidé à mettre à exécution l’idée qui m’était venue le soir du Bourget : il faut que vous sachiez – ainsi que Monsieur Horel – ce que Khanh a fait pour moi, ce qu’il est pour moi.
Dans l’espoir de vous revoir bientôt, je vous prie d’agréer, Madame, mes hommages.

  • 14 Nous abrégeons ces mêmes correspondants pour les références suivantes.

Khiêm [signature]
Khiêm
77 boulevard Suchet
Paris xviiᵉ (16ᵉ) [Lettre de Phạm Khiêm à Denise Horel14 datée du 27 février 1956]

  • 15 Titre initial du roman Nam et Sylvie.

14Au lendemain de cette visite à la villa « Bouton d’or » durant laquelle il a dû entendre les appréciations par Denise Horel de son recueil de légendes, Khiêm décide de lui demander ses impressions sur son manuscrit, qu’il appelle encore à l’époque Liên et Sylvie15. Le dimanche 16 mars 1956, Khiêm lui écrit :

En vous remerciant de vous déclarer prête à m’accueillir de nouveau, je dois vous dire le service que je me proposais de vous demander. Votre compréhension si profonde, traduite dans cette allusion de votre lettre à mes Légendes, que vous reliez à ma vie, après d’autres intuitions et d’autres spontanéités que j’avais remarquées au cours de ma visite, m’avait décidé à vous soumettre, en partie tout au moins, l’ouvrage pour lequel je n’ai pas trouvé la forme définitive, depuis de longues années, faute de talent d’abord, et faute de temps ensuite, depuis vingt mois.
[Lettre du 18 mars 1956]

15Khiêm se montre particulièrement touché par les commentaires subtils de Denise Horel, une dame malouine qui n’a jamais quitté son pays ni jamais connu les horizons extrême-orientaux. Et Denise Horel, issue d’un milieu modeste et devenue institutrice par son travail assidu et son intelligence, devrait être impressionnée par le style précieux de l’ambassadeur et son instruction prestigieuse de normalien et agrégé de lettres. Leur amitié s’est établie d’autant plus naturellement qu’ils sont tous deux liés à la famille Trương : Khiêm éprouve une reconnaissance profonde envers Trương Bửu Khánh tandis que madame Horel devrait penser souvent à sa fille, Yvette Trương, qui s’exilait pour la première fois de sa vie, très loin de son pays natal, et accompagnée d’enfants en bas âge. L’échange épistolaire avec Khiêm serait, d’une part, un enrichissement intellectuel pour Denise Horel et d’autre part, servirait à combler le manque de ses enfants et petits-enfants.

16La correspondance entre Phạm Duy Khiêm et Denise Horel s’établit dès lors autour de leur vécu quotidien, mais concerne essentiellement le travail stylistique, jusqu’à la finalisation de Nam et Sylvie.

Le dossier génétique de Nam et Sylvie 

Les archives de Phạm Duy Khiêm à la villa « Bouton d’or »

  • 16 Pour la suite de sa carrière, après ses activités sous la direction de Phạm Duy Khiêm, Trương Bửu K (...)
  • 17  Monsieur Trương Bửu Khánh désigne ainsi ses propres parents. Les Vietnamiens, après avoir eu des e (...)

17Le rôle de Trương Bửu Khánh ne s’arrête pas au fait d’avoir mis en contact Khiêm et madame Horel en 1956. Nous lui devons aussi aujourd’hui un travail méticuleux d’archivage. Selon Marcelino Trương, sa grand-mère maternelle avait l’habitude de conserver tous les courriers, photos, papiers administratifs des membres de la famille, soigneusement classés par ordre chronologique, dans des boîtes à chaussures ou des sacs en plastique. Héritant de la maison des Horel, la famille Trương va enrichir ces archives avec des lettres et photos rassemblées lors de ses séjours à l’étranger, d’autres provenant du Viêt Nam, essentiellement celles des parents de monsieur Trương Bửu Khánh. En dehors de ses activités de traducteur pour l’OMI et l’UNESCO16, ce dernier passe du temps à défaire ces fameuses boîtes à chaussures de sa belle-mère et à dater les archives familiales. Puis, il les range, feuille par feuille, dans les classeurs plastifiés, par année (1947-1948, 1949-1953, 1953-1954, années 1950, etc.) ou par thème (ông bà nội [grand-parents paternels17], ambassades, étudiants à Paris, diplomates américains, etc.) titrés au dos (fig. 1). La plupart de ces dossiers sont accompagnés de pages tapuscrites de Trương Bửu Khánh, documentant en détail les événements, les éléments historiques ou biographiques avec ses propres commentaires. C’est aussi le cas du dossier Phạm Duy Khiêm, qu’il a rangé à part.

Figure 1.

Figure 1.

Les archives de la famille Trương.

Nguyen Giang-Huong

18Dès notre arrivée à son domicile, Marcelino Trương nous a montré un grand sac plein de classeurs plastifiés et de chemises cartonnées, coiffés d’une feuille de format A4 portant l’écriture de son père : « Archives Pham Duy Khiem. »

19La totalité du dossier (fig. 2) comporte :

  • 18 Ce qu’on appelle « reliure électrique ». L’expression est trompeuse. La reliure électrique désigne (...)

– un tapuscrit de 182 feuillets relié sous une couverture rigide à ressort18. La couverture est fabriquée par la société I. F. Paris-London (étiquette collée sur la 2ᵉ page de couverture) commandée par « Khiêm, 7 rue Laromiguière, 7 Paris vᵉ » (étiquette collée sur la 3ᵉ page de couverture).

– Un exemplaire des Légendes des terres sereines par Phm Duy Khiêm, édition de 1951 au Mercure de France, avec une dédicace autographe, et deux exemplaires de La Place d’un homme par Nam Kim (nom de plume de Khiêm), édition de 1958 chez Plon.

– Trois classeurs plastifiés, dont deux entièrement remplis de lettres manuscrites, et le dernier des feuillets tapuscrits du roman Nam et Sylvie.

– Une pochette plastifiée contenant l’allocution prononcée par Phạm Duy Khiêm à la rentrée de l’université de Toulouse, où il est nommé docteur honoris causa en 1957.

  • 19 Les chemises sont numérotées par nous.

– Cinq chemises cartonnées19 : nᵒ 1. Tapuscrit « La gestation de “Nam et Sylvie” : lettres de Pham Duy Khiêm à une institutrice de Saint-Malo (1956-1957) » ; nᵒ 2. Deux courriers de l’Institut d’information des sciences sociales de Hanoi et un de la bibliothèque municipale de Dinan à destination de Trương Bửu Khánh ; nᵒ 3. Quinze pochettes en plastique contenant des lettres manuscrites et des articles de critique sur des œuvres de Khiêm ; nᵒ 4. Des photocopies de documents sur Khiêm et d’un tapuscrit inédit, De La Courtine à Vichy (mai-juillet 1940), recueillis par Alain Guillemin ; nᵒ 5. Une photocopie du tapuscrit inédit de Ma mère.

Figure 2.

Figure 2.

Les archives de Phạm Duy Khiêm.

Photographie Nguyen Giang-Huong

20Dans la chemise nᵒ 1, nous avons trouvé seize feuilles volantes liées par un trombone usé. Au recto figure un texte tapuscrit intitulé « La gestation de “Nam et Sylvie” : lettres de Pham Duy Khiêm à une institutrice de Saint-Malo (1956-1957) ». Au verso se présentent des pages de documentation hétérogène, rédigées en anglais : deux notices de Disc Distribution Ltd mentionnant « Daily sale report » et datant de mai 2002, trois pages d’un article en anglais de Ray D. Bollman sur la vie rurale au Canada, des modèles de tableaux de statistiques, une feuille imprimée depuis le site de Libération sans contenu datant du 17 mai 2002, et une déclaration de l’authenticité des informations signée par Mireille Trương, fille aînée de Trương Bửu Khánh, datée du 29 avril 2002. Selon Marcelino Trương, l’utilisation des brouillons imprimés au verso étant une habitude typique de son père, le tapuscrit sur la gestation de Nam et Sylvie devrait alors avoir été rédigé par monsieur Trương père. Les datations de la face imprimée nous permettent également d’établir que le texte a dû être dactylographié en 2002.

  • 20 « Pour Mireille, les CD avec toutes les lettres, et manuscrits de Nam et Sylvie et des articles et (...)
  • 21 Julia Collier Emerson, Pham Duy Khiêm (1908-1974): a man apart. Mireille Trương nous a confirmé son (...)

21Les chemises nᵒ 4 et nᵒ 5, comportant des photocopies en bon état, l’une avec la mention « A.<lain> Gu<i>llau<e>min <Chargé de recherche CNRS> – Pham Duy Khiêm », l’autre portant l’écriture de Julia Emerson : « For Mireille, CD’s with all the letters, both manuscripts of Nam et Sylvie and articles and review. JE [signature] Also a copy of the manuscript of “Ma mère”20 », ont été offertes à Mireille Trương par Julia Emerson, suite au travail, en 2012, de cette dernière sur la biographie de Khiêm21. Quant à l’état du dossier après le décès de Denise Horel, Trương Bửu Khánh le décrit avec précision ainsi :

J’ai trouvé parmi les papiers que Madame Denise Horel a laissés après sa mort un paquet contenant deux manuscrits de « Nam et Sylvie » et les lettres reçues de Pham Duy Khiêm.

Les deux manuscrits se présentaient sous la forme de textes dactylographiés corrigés à la main par Khiêm lui-même. L’un des deux textes est dactylographié sur des feuilles volantes, l’autres sur des feuilles reliées[.] Dans ses lettres, Khiêm fait allusion à ces manuscrits, fait des commentaires sur la dactylographe, et suggère de faire appel à Monsieur Horel, dont il connaît déjà les talents de bricoleur, pour arranger la reliure, et confirme que le second manuscrit que détient Mme Horel correspond bien au texte définitif retenu pour l’impression.

Outre les deux manuscrits, environ cent vingt lettres, soigneusement conservées, chacune avec son enveloppe intacte, la date de réception de la lettre étant marquée sur l’enveloppe, ce qui est très utile car Khiem datait rarement ses lettres, se contentant de mettre le jour de la semaine, comme dans un journal intime. Outre les lettres, il y avait deux télégrammes et – innovation technique de l’époque à Paris – un pneumatique. La plupart des lettres étaient expédiées de Paris, mais quelques-unes partaient de province, notamment des lieux de villégiature, tel Chamonix, ou de l’étranger, Genève, par exemple. Une lettre a été écrite en voiture. Une lettre et deux cartes ont été écrites dans l’avion, au cours d’un voyage en mission de Paris à Saigon. La lettre a été postée à Karachi, les deux cartes Air France étaient deux petits essais littéraires, des descriptions du paysage vu de l’avion et dans lesquels on retrouve l’œil du photographe. Une autre lettre a été écrite dans un café. Le papier à lettres et les enveloppes étaient ceux à en tête du Haut-Commissariat du Viêt Nam, puis, de l’ambassade du Viêt Nam à Paris, l’en‑tête étant parfois en vietnamien et le papier à lettres étant celui réservé à l’usage personnel de l’ambassadeur. La plupart des lettres étaient adressées à Bouton d’or, à Saint-Malo, quelques-unes à Guissalle, village natal de Mme Horel […]. Une lettre est allée même jusqu’à Manille, aux Philippines, où Mme Horel s’était rendue au chevet de sa fille, malade[.] C’est d’ailleurs lors de ce voyage que Mme Horel, qui voyageait rarement hors de France, fit la découverte de l’Extrême-Orient et surtout, du Viêt Nam à l’égard duquel sa correspondance avec Pham Duy Khiêm avait accentué la curiosité.

Les lettres sont échelonnées entre 1956 et 1968, mais la correspondance a été la plus intense pendant les deux années 1956 et 1957, qui correspondaient à la gestation de « Nam et Sylvie ». Les lettres étaient souvent quotidiennes. Parfois, deux lettres partaient le même jour.

A part les lettres, Khiêm et Mme Horel se sont rencontrés à plusieurs reprises, à Paris et à Saint-Malo, pour discuter de vive voix des modifications à apporter au texte du manuscrit.

  • 22 Trương Bửu Khánh, « La gestation de “Nam et Sylvie” », p. [5]-[6].

Les lettres se sont espacées progressivement après la publication de « Nam et Sylvie », en avril 1957. En 1958, après son départ de l’ambassade, Khiêm continuait à écrire de loin en loin aux hôtes du Bouton d’or de diverses adresses, de chez les amis qui lui offraient l’hospitalité. La dernière lettre date [sic] portait le cachet postal du 6 mai 1968 : Khiêm leur faisait parvenir le texte de la déclaration qu’il avait faite le 17 avril 1968 à Saigon, condamnant en tant qu’intellectuel vietnamien les massacres de l’offensive du Tet à Hue, avec ces derniers mots autographes : « En toute fidélité » Khiêm22

22Nous saluons le talent d’archiviste inné de monsieur Trương Bửu Khánh et son dépouillement minutieux des cent-vingt lettres que Phạm Duy Khiêm avait adressées à Denise Horel. Par ailleurs, il n’a pas manqué d’ajouter des dates d’envoi sur des post-it puis d’insérer les lettres dans des pochettes (son écriture sur les post-it a été confirmée par son fils Marcelino). Monsieur Trương a sans doute consulté rétrospectivement le calendrier de 1956, en comparant avec les jours de la semaine marqués par Khiêm sur ses lettres (fig. 3).

Figure 3.

Figure 3.
  • 23 L’écriture de Khiêm est confirmée par la comparaison avec ses lettres manuscrites. Celle de Denise (...)

Enveloppe de courrier envoyé à Denise Horel par Phạm Duy Khiêm23.

Famille Trương

23Ainsi, les 104 lettres que Khiêm a envoyées à Denise Horel du 27 février 1956 au 18 août 1957 nous révéleront la démarche de Khiêm dans la gestation de Nam et Sylvie, accompagnée de la relecture de son amie. À ce stade, nous n’avons pas eu de contact avec la famille de Phạm Duy Khiêm, résidant pour partie au Viêt Nam et pour partie aux États-Unis, et qui aurait pu nous donner accès à ses archives, contenant probablement les lettres de Denise Horel. Par conséquent, nous avons mené une enquête à travers la lecture des lettres de Khiêm, des corrections manuscrites et la comparaison des versions dactylographiées entre elles et avec l’édition de 1957.

Le manuscrit

24Dans les archives de la villa « Bouton d’or » se trouvent deux tapuscrits du roman Nam et Sylvie, sur papier vélin, non réglé, non filigrané, de format 270 × 210 cm. La foliotation suit l’ordre dans lequel le manuscrit nous est parvenu.

25Le premier tapuscrit se compose de 70 feuillets entièrement remplis de textes dactylographiés accompagnés d’ajouts manuscrits disparates en interligne, des biffures de Khiêm à l’encre bleue. Nous appellerons cet état du texte « version A ».

  • 24 Abrégé dorénavant f.

26Le folio24 1 comporte les mentions, « Pham Duy Khiêm », « Liên et Sylvie », disposées comme sur une page de titre ; au verso en haut à droite est écrit à l’envers par Denise Horel :

Nam et Sylvie
Manuscrit M. Khiêm

27A part le f. 2, tous les autres sont paginés de manière discontinue : f. 1 et 2 – non paginés, f. 3 paginé 2, f. 4-5 paginés 3 (2 v.), f. 6-7 paginés 5-6, f. 8 paginé 13, f. 9-11 paginés 25-27, f. 12 paginé 30, f. 13-14 paginés 46-47, f. 15-16 paginés 50-51, f. 17-20 paginés 72-75, f. 21-22 paginés 76 (2 v.), f. 23-25 paginés 77 (3 v.), f. 26-27 paginés 78-79, f. 28-33 paginées 81-86, f. 34-35 paginés 91-92, f. 36-37 paginés 93 (2 v.), f. 38-39 paginés 94-95, f. 40 paginé 102, f. 41-44 paginés 104-107, f. 45-46 paginés 110-111, f. 47-48 paginés 123-124, f. 49-51 paginés 140-142, f. 52-55 paginés 152-155, f. 56-66 paginés 160-170. Le f. 67 comporte la mention « Prière d’insérer » en haut à droite. Le tapuscrit se poursuit jusqu’à la fin du f. 68. Le f. 69 comporte la mention manuscrite (auteur non identifié) « Projet de 4ᵉ page couverture ». Le tapuscrit contenant des biffures au crayon bleu et des ajouts manuscrits en interligne, au crayon bleu, à l’encre bleue ou noire, se poursuit jusqu’un premier quart du f. 70. Au milieu du verso, se trouve une transcription manuscrite à l’encre bleue par Khiêm : 

14 midi.
Je vous remercie : je reçois le paquet 

  • 25 Selon Trương Bửu Khánh, Khiêm l’a d’ailleurs confirmé. Cf. Trương Bửu Khánh, « La gestation de “Nam (...)

28Le second tapuscrit comprend 182 feuillets dactylographiés reliés en couverture à ressort, dont les plats et dos sont cartonnés. Nous appellerons cet état du texte « version B » ; elle correspond à l’état définitif25, et sera comparée avec la version éditée.

29Le f. 1 comporte une mention manuscrite de Khiêm, à l’encre bleue grisée :

A la mémoire de mon camarade René Maillard qui m’a soutenu dans la longue gestation de ce livre.
1955
K.

30Au verso, en bas à droite, se trouve une mention à l’envers : « Cao uỷ phủ Việt Nam Paris » [Haut commissariat du Viêt Nam à Paris] biffée à l’encre bleue, précédée d’un timbre sec du drapeau de la République du Viêt Nam du Sud, et en superposition l’image d’un dragon. À part le f. 2, les autres feuillets sont paginés continûment de 2 jusqu’à 180 (f. 181). Le f. 182 est une feuille cartonnée volante comportant le logo de la marque commerciale des papiers Vélin d’Angoulême et deux mentions manuscrites, de deux écritures distinctes :

  • 26 L’écriture de Denise Horel est attestée suite à la comparaison avec celle dans un de ses cahiers pe (...)

K. Villa « Ma Raïma »
Av. G. Clemenceau. Cap-Breton (Landes) [auteur non identifié]
Manuscrit de Nam et Sylvie de M. Khiem [noté par madame Denise Horel26]

31Du f. 2 au f. 181, l’espace est entièrement rempli au recto du texte tapuscrit, accompagné d’ajouts manuscrits à l’interligne et de biffures à l’encre bleue, plus rarement au crayon.

La genèse de Nam et Sylvie 

Le journal intime et les correspondances

  • 27 Cf. Nguyen Giang-Huong, La Littérature vietnamienne francophone (1913-1986). Nous avons fait dans c (...)
  • 28 Nam Kim, Nam et Sylvie, p. 244.
  • 29 Pham Duy Khiêm, Légendes des terres sereines.

32Le roman Nam et Sylvie est une histoire d’amour entre un étudiant vietnamien, Nam, et une jeune fille française, Sylvie. L’auteur met en scène toutes les émotions de l’amour, dans une histoire sentimentale mêlant bonheur, tristesse et angoisse27. Le roman comprend de nombreux éléments autobiographiques : le vécu du boursier d’origine vietnamienne, élève à l’École normale supérieure, la résidence à la Cité Universitaire, la responsabilité de l’aîné envers sa famille endettée. D’une part, la présentation de la quatrième de couverture précise que : « l’histoire de ce grand couple, de cet amour […] est une histoire vraie. Elle fut réellement vécue et soufferte28. » D’autre part, Khiêm confirme la dimension autobiographique à plusieurs reprises dans sa correspondance avec Denise Horel : « Maintenant, est-ce que le Liên jeune, et le Liên vieilli, vous paraissent un peu frères de l’auteur des Légendes29 ? Meilleurs ? Pires ? Différents ? […]. » (Lettre du 4 avril 1956) ; « Mais voyons, dans L. et S., il y a L., mais il y a aussi… moi ! » (Lettre du 30 novembre 1956).

33Par conséquent, le texte de Nam et Sylvie entretient un rapport direct avec son avant-texte, constitué par les extraits du journal de l’écrivain et de sa correspondance avec son amoureuse, connue du lecteur sous le nom de Sylvie. Ces documents participent de la phase de recherche préliminaire et vont travailler le texte jusqu’à la phase éditoriale.

  • 30 Nam Kim et Nam Liên, De Hanoï à La Courtine, septembre 1939-juin 1940 ; Pham Duy Khiêm, Nam et Sylv (...)

34Mis à part le recueil de légendes, les œuvres30 de Phạm Duy Khiêm sont composées de fragments de son journal intime et de sa correspondance, reliés pour constituer une histoire cohérente relatée par un narrateur. Il semble que Khiêm le diariste se confie toujours à son journal, non seulement pour noter les éléments quotidiens, mais aussi pour explorer par l’écriture toutes les dimensions émotionnelles. De plus, sa passion épistolaire l’incite à délivrer abondamment ses confidences les plus sincères à ses correspondants comme l’amante servant de modèle à Sylvie, Denise Horel, et probablement d’autres. Les notes du journal et la correspondance entrent ainsi dans une gestation d’abord involontaire puis consciemment élaborée. Elles conservent des données biographiques et émotionnelles de l’écrivain à plusieurs périodes et à travers différents personnages. Ces écrits servent de source d’inspiration, comme Khiêm l’a attesté dans une lettre à Denise Horel :

Sauf une seule : vous vous demandiez s’il ne faut pas dire quelque part que Sylvie (1956) autorise ou encourage le livre (et la publication de « ses » lettres).

  • 31 Souligné par Khiêm.

Je ne vois pas la possibilité de glisser cela quelque part. Je n’en vois pas la nécessité non plus. Sincèrement, si c’est gênant, tout serait gênant, toutes les confidences, tout cet étalage intime. Mais l’inspiration31, le *tout*, la sincérité, le but, emportent tout. [Lettre postée le 5 novembre 1956]

  • 32 Selon Philippe Lejeune, pour qu’il y ait autobiographie il faut qu’il y ait équivalence des noms pr (...)
  • 33 Nam Kim, Nam et Sylvie, p. [14].
  • 34 Ibid., p. 25.
  • 35 Ibid., p. 127.
  • 36 Ibid., p. 24.

35Au moment de la mise en scène, l’auteur crée un narrateur autodiégétique, Nam, qui raconte son histoire d’amour vingt ans plus tôt (scénographie rétrospective) en relisant des extraits de son journal intime (scénographie autobiographique), et de sa correspondance entre amants (scénographie épistolaire). Ces trois scénographies associent donc trois formes distinctes d’ethos, qui représentent l’auteur lui-même dans différents contextes : ethos autobiographique, qui se confie dans son journal intime, ethos épistolaire, qui apparaît dans les correspondances de Nam et ethos narratif, qui figure le narrateur rétrospectif autodiégétique. Ces trois ethos sont associés à la même personne sociale qu’est l’auteur32. Tout en projetant un regard rétrospectif sur son histoire d’amour avec Sylvie, le narrateur relit son journal en donnant des commentaires de son point de vue d’adulte : « Au retour j’écris dans mon journal, sans fard33 », « Mon journal s’en tint là ; une fois de plus il ne dit pas tout34 » ou bien il interprète ses lettres : « Bientôt une autre lettre encore plus vraie, plus nue si possible35 ». Il les donne également comme témoignages afin d’assurer l’authenticité de l’autobiographie : « Sans le témoignage de mon journal, je ne saurais croire à quel point j’étais alors sensible et impressionnable36. »

36Les extraits diaristiques et épistolaires entrent dans la phase rédactionnelle. Ils font partie du texte à l’état dactylographié – distingués par un trait vertical rouge en marge à gauche pour les extraits de journal, et par un interligne simple pour les extraits de lettres – et portent des corrections et des remaniements plus ou moins importants.

  • 37 Ibid., p. [7]-9. Pour la transcription du manuscrit, nous optons pour la transcription linéarisée.

37Observons par exemple l’épisode où Nam rencontre Sylvie pour la première fois à la Maison de l’Indochine37. Dans la version A, le dernier tiers du f. 6 (paginé 5) et tout le f. 7 (paginé 6) comportent un long extrait de journal personnel qui se prolonge probablement jusqu’à la page suivante, absente. Dans la version B, le texte est entrecoupé d’interventions du narrateur rétrospectif, qui commente le comportement de sa jeunesse en prenant du recul devant les faits et les émotions du passé.

  • 38 Tel qu’ils sont présentés dans les tapuscrits. Nous n’avons pas trouvé les journaux personnels de K (...)

38Enfin, en phase éditoriale, les écrits initialement intimes font définitivement partie de l’édition de 1957 : les extraits du journal38 sont présentés en italique, tandis que ceux des correspondances, avec interligne simple, sont signalés en caractères plus petits que le texte narratif. Toutes les corrections du manuscrit définitif sont reprises dans cette édition.

La finalisation du texte

39N’ayant pas pu consulter les éléments de l’avant-texte antérieurs à la visite de Khiêm à Saint-Malo, nous n’avons pas l’ambition d’approfondir les différentes étapes avant la mise au net. Nous pouvons seulement constater que les premières phases semblent s’échelonner sur de longues années, et sous plusieurs formes différentes, selon une confidence de Khiêm :

Je voulais surtout, en vous écrivant, me lier par une promesse et me forcer ainsi, dès ce jour-là, à prendre le temps et le courage nécessaire pour me consacrer plus régulièrement à ce manuscrit depuis si longtemps en chantier. Quand vous aurez su que plusieurs éditeurs l’ont refusé, sous ses formes successives, vous comprendrez mes doutes, mon manque de foi, et d’énergie. Ajoutez la lassitude affrontée par l’âge et par… mes fonctions ! [Lettre du 18 mars 1956]

  • 39 Lettre autographe de Khiêm à Denise Horel datée du 14 mars 1956.

40Les premiers échanges avec Denise Horel auraient incité Khiêm à peaufiner son manuscrit durant les mois de mars et avril 1956. Les trois premiers quarts ont dû être remis en main propre lors de sa deuxième visite à Bouton d’or à Pâques, le 2 avril 195639. Il continue à travailler la seconde partie durant la première moitié du mois d’avril :

C’est pour vous dire simplement que j’ai encore eu de la chance, j’ai trouvé le temps de continuer mon travail. Je ne suis plus loin de la fin. Et si toutes ces pages sont aussi bonnes que les trois premiers quarts (du moins vous les avez trouvé tels), je serai bientôt au bout de mes peines. [Lettre du 9 avril 1956]

  • 40 Son nom est mentionné dans la lettre autographe de Phạm Duy Khiêm à Denise Horel, datée du 7 janvie (...)

41et il la confie à sa dactylographe, mademoiselle Meulemberg40, pour la mise au net à la fin de ce mois-là, comme indiqué dans la lettre du 26 avril 1956 : « J’ai encore travaillé ces jours-ci. Je suis en train de faire retaper le tout. » Après une nouvelle révision par Khiêm, l’intégralité du manuscrit dactylographié est supposé parvenir à Denise Horel le mercredi 9 mai 1956 :

Après avoir fait retaper « mon manuscrit », il m’a fallu le relire (rapidement) et corriger les nombreuses fautes de frappe et de lecture […] Il va falloir relire attentivement, corriger encore, repenser lentement, page par page ; je vais m’y mettre. […] « Liên et Sylvie » aura avancé, sera peut-être digne d’être présenté à un éditeur.

Vous allez m’aider, si vous voulez bien, pour votre part. Je vous enverrai demain un exemplaire. Vous le relirez sans vous presser, et vous voudrez bien m’envoyer vos impressions. (Pour la reliure « électrique », Monsieur Horel saura vous replacer les feuilles, si elles ont bougé pendant le transport.)

[…] Quant au manuscrit, avec “mardi – jour férié”, il ne vous arrivera que mercredi, je pense. [Lettre du 6 mai 1956]

42Cette lettre suggère que Khiêm aurait confié à Denise Horel le 6 mai 1956 le manuscrit définitif, ou le tapuscrit relié en couverture à ressort que nous avons à notre disposition. Cependant, une centaine de lettres de Khiêm, chargées des propositions de correction, et les feuillets dactylographiés volants concernant le même texte, nous révèlent le contraire. Dès le lendemain de la réception du manuscrit par Mme Horel, Khiêm lui écrit pour commenter ses propres corrections :

Pour Liên et Sylvie, vous avez dû voir l’utilité des corrections nouvelles. Par exemple, dès la première phrase. Relisez les 7 premières lignes : vous sentirez la différence, l’amélioration apportée par le remaniement introduit juste avant de vous envoyer l’exemplaire. Ces premières lignes m’ont coûté de nombreuses heures de travail, des jours même, pourrais-je dire sans exagérer. [Lettre du 10 mai 1956]

43Nous ne saurons pas comment ces sept premières lignes ont été améliorées, car les deux versions consultées correspondent aux états pré-définitif et définitif, et aucun remaniement important n’y figure, à part quelques corrections de détail :

  • 41 Nam Kim, Nam et Sylvie, p. [1].

[f. 2 non paginé, Version A] Il y a plus de vingt ans, au moment où<,> mes<|>études achevées, je m’apprêtais à quitter Paris et la France, je voulus revoir Sylvie : <,> / nous avions <avec qui j’avais> rompu depuis plusieurs mois.

Je la revis, mais la rencontre fut sans lendemain.

Trois semaines après, dans la nuit qui précédait mon départ, je me mis soudain à lui écrire, alors que raisonnablement je n’avais plus rien à attendre d’elle.

[f. 2 non paginé, Versions B et éditée] Il y a plus de vingt ans, au moment où, mes études achevées, je m’apprêtais à quitter Paris et la France, je voulus revoir Sylvie, avec qui j’avais rompu depuis plusieurs mois.

Je la revis, mais la rencontre fut sans lendemain.

Trois semaines après, dans la nuit qui précédait mon départ, je me mis soudain à lui écrire, alors que raisonnablement je n’avais plus rien à attendre d’elle41.

  • 42 Il s’agit des pages dactylographiées rassemblées sous la « reliure électrique ». Elles peuvent être (...)

44Dans la même lettre du 10 mai viennent ensuite des corrections notées par pages (« page 3, vers les 2/3, correction », « p. 5, 8ᵉ ligne », « p. 12 », « p. 15 », etc.). Par conséquent, tout au long des échanges épistolaires durant l’année 1956, jusqu’au 29 novembre, Khiêm rapporte à Denise Horel des séries de corrections de détail ligne par ligne, puis page par page. Des pages qui donnent lieu à des remaniements importants seront retapées et envoyées à Denise Horel en « rouleau42 » (lettre du 22 mai 1956). L’ancienne version sera détruite, si l’on en croit les lettres de Khiêm :

J’étais en train de retaper quelques pages (104 et suivantes, remaniements importants), quand on m’apporta votre lettre… [Lettre du 14 mai 1956]

P. 3. J’ai retapé la page, après avoir remanié tout le dernier tiers. (Rapidement.) Qu’en pensez-vous ?

(Pour cette page 3, comme pour les p. 104 à 107 que je vous envoie, veuillez les mettre à la place des anciennes, que vous jetterez.) [Lettre du 22 mai 1956]

45Ainsi, les deux tapuscrits que nous avons à notre disposition ne sont pas deux versions composées et tapées linéairement. Le tapuscrit à couverture à ressort ou le manuscrit définitif sont en réalité composés des feuillets tapés à des moments différents au cours des différentes campagnes de correction.

46On sait qu’il existait au moins deux exemplaires du manuscrit le 2 octobre 1956, quand Khiêm écrit à son amie, dans l’avion, en annonçant la signature du contrat éditorial la veille de son départ en mission pour le Viêt Nam : « s’il m’arrive un accident, vous pouvez à écrire à <<M. Orengo chez>> Plon pour dire que votre exemplaire porte les dernières corrections (et aussi celui que j’ai laissé dans mon appartement) » (lettre du 2 octobre 1956). L’un reste donc chez Khiêm et l’autre chez Denise Horel. Le 11 janvier 1957, Khiêm envoie à Denise Horel un exemplaire pour lui demander ses ultimes propositions de corrections. Sa description ressemble au tapuscrit à couverture rigide que nous avons trouvé à Saint-Malo :

  • 43 Souligné par l’auteur. A propos du « bon à tirer », l’écrivain a dû se précipiter, car il n’aura se (...)

Pour mes enfants plus fidèles « Liên et Sylvie », je vais vous les envoyer peut-être tout à l’heure, en même temps que ceci. Regardez bien : il y a des corrections invisibles soit parce que j’ai retapé la feuille, soit parce qu’il s’agit de corrections déjà faites, mais ensuite enlevées au corrector ! Il y a eu de très heureux remaniements, mais ils ne partent jamais sur de longs passages. Relisez, faites ou refaites toutes les observations que vous voulez… avant le « bon à tirer43 ». [Lettre du 11 janvier 1957]

47Quant à madame Horel, elle n’a pas jeté toutes les versions précédant la version définitive, comme Khiêm le souhaitait. Soixante-dix feuillets ont été conservés, séparés ou assemblés par séries de deux à dix pages (160-170). En ce qui concerne les pages absentes dans ce tapuscrit, il existe deux possibilités : soit elles n’ont jamais été retapées et insérées directement dans le manuscrit définitif, car l’auteur et la relectrice y ont trouvé une satisfaction commune ; soit leurs anciennes versions ont été détruites, à la demande de Khiêm, par Denise Horel, qui ne garda que la version finale pour composer le manuscrit définitif. Dans tous les cas, l’ensemble de ces 70 feuillets, présentant les états antérieurs du manuscrit définitif a fait l’objet de multiples ajustements et remaniements des passages problématiques aux yeux de l’écrivain et de sa relectrice – parfois invisibles car ils sont retapés, avec çà et là diverses corrections manuscrites.

48En parcourant les lettres de Khiêm, nous constatons que l’écrivain a procédé à la finalisation par différentes campagnes de relecture du début à la fin de son manuscrit. Les premières campagnes s’étalent sur une dizaine de jours : la 1re campagne concerne la série de lettres des 10, 22, 27 mai et 1er juin 1956, la 2ᵉ concerne celles des 16, 21, 25 juin. Puis elles se concentrent sur moins d’une semaine : la 5ᵉ campagne se réalise dans les lettres des 14, 18, 19 août, la 6ᵉ dans celles des 26 août et 7 septembre. Après l’acceptation de Plon annoncée dans la lettre du 11 septembre 1956, les relectures s’accélèrent pour devenir quotidiennes, jusqu’à la parution de l’œuvre. Du 10 mai jusqu’au 29 novembre 1956, Khiêm procède au total à treize relectures consécutives, durant lesquelles il soumet à Denise Horel de nombreux ajustements et corrections sur l’ensemble de son texte. Pendant de longs mois, le manuscrit est analysé ligne par ligne et page par page par l’écrivain, avant de bénéficier de la relecture scrupuleuse de son amie. Son manuscrit ayant été refusé par plusieurs éditeurs, Khiêm montre la dernière version à plusieurs personnes, mais Denise Horel reste sa relectrice privilégiée. Il lui parle des autres relecteurs dans ses lettres, en commentant leurs réactions. Parfois, il prend Denise Horel à témoin ou comme arbitre :

Là où je suis perplexe, où j’ai surtout peur, c’est quand elle [La dame de Ruffec, ex-professeur d’École Normale] s’accorde avec vous. Ex : contre “la mère” (de Sylvie). Que faire ? Expliquer davantage ? Dire que Sylvie lui racontait bien des choses… (Mais non ; après tout, je n’ai jamais dit au lecteur que cette mère était admirable. Alors ?)
Je vous reparlerai de tout cela, vous serez consultée, en détail !
[Lettre du 17 juillet 1956]

49En ce qui concerne le titre, ce n’est que dans la lettre du 2 octobre 1956 que l’intitulé Nam et Sylvie, qui est finalement retenu comme titre du roman édité, est mentionné pour la première fois par Khiêm, sans aucun commentaire. Cette lettre est écrite dans l’avion à destination du Viêt Nam. Le 6 novembre, l’écrivain rappelle de nouveau ce titre dans sa lettre, tout en appelant son héros Liên. Enfin, dans la lettre du 19 novembre 1956, il explicite son choix de titre :

Pour “Nam et Sylvie”, c’est simple : j’ai décidé, sur nouveaux avis et après réflexion, de mettre cela, car “Liên” se prononcerait comme “lien” (= attache, ficelle etc) surtout en majuscules (LIEN) et ce n’est pas joli. Décision prise entre l’éditeur, quelques amis et moi-même avant de partir pour Saïgon. […] Et je n’ai pas eu une minute pour penser à vous le dire ! Excusez-moi. [Lettre du 19 novembre 1956]

50Nous reconnaissons ici la sensibilité linguistique de l’homme de lettres au croisement de deux langues, le vietnamien et le français. La lecture de l’ensemble des corrections proposées par Khiêm dans sa correspondance confirme sa délicatesse dans le choix du vocabulaire, ainsi que le souci de la perfection dans des tournures syntaxiques.

51Le manuscrit Nam et Sylvie est imprimé au cours des premières semaines d’avril 1957. Le roman est paru le 20 avril 1957 sous le nom de plume Nam Kim. Il a obtenu en même année le prix Louis Barthou de l’Académie française.

52Dans la limite de ce présent travail, nous nous sommes contenté de déchiffrer la gestation de Nam et Sylvie à travers la lecture des correspondances entre Khiêm et Denise Horel. Quelques observations sur les tapuscrits trouvés illustrant la démarche d’écriture de l’écrivain mériteraient d’être approfondies dans une prochaine étape. Car Phạm Duy Khiêm s’attache beaucoup à la maîtrise de la langue et du style. Les corrections présentées dans ses lettres en sont la preuve. La correspondance avec Denise Horel, révélatrice de la vie de l’ambassadeur, de sa personnalité ainsi que de l’amitié entre ces deux personnages, devra être analysée sous l’angle des études biographiques, d’autant plus que plusieurs épisodes de la vie de Phạm Duy Khiêm restent jusqu’à ce jour un mystère pour ses lecteurs.

Haut de page

Bibliographie

Cuénot Claude, « Pham Duy Khiêm », La table ronde, nᵒ 139-140, 1959

Emerson Julia Collier, Pham Duy Khiêm (1908-1974): a man apart, Mémoire de Master, Columbia University & Université Paris Diderot-Paris VII, Paris, 2012

Nguyen Giang Huong, La Littérature vietnamienne francophone (1913-1986), Paris, Classiques Garnier, 2018.

Pham, Duy Khiêm [Nam Kim], De la Courtine à Vichy : Mai-Juillet 1940, [dactylographie inédite], 1940.

Pham, Duy Khiêm [Nam Kim], Légendes des terres sereines, Hanoi, Impr. Taupin, 1942, Paris, Mercure de France, 1951.

Pham, Duy Khiêm [Nam Kim], Nam et Sylvie, Paris, Plon, 1957.

Pham, Duy Khiêm [Nam Kim], La Place d’un homme, de Hanoï à La Courtine, Paris, Plon, 1958.

Pham, Duy Khiêm [Nam Kim], Ma mère, [dactylographie inédite], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501248p ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501252d.

Pham, Duy Khiêm [Nam Kim], et Nam Liên, De Hanoï à La Courtine, septembre 1939-juin 1940 : lettres de Nam Liên recueillies par Pham Duy Khiem, Hanoi, Lê-Thăng, 1941, s.d.

Sirinelli Jean-François, « Deux étudiants “coloniaux” à Paris à l’aube des années trente », Vingtième siècle, nᵒ 18, 1988.

Trần Trọng Kim, Phạm Duy Khiêm, Bùi Kỷ, Grammaire annamite, Hanoi, Lê-Thăng, 1940.

Trương Bửu Khánh, « La gestation de “Nam et Sylvie” : lettres de Pham Duy Khiêm à une institutrice de Saint-Malo (1956-1957) », tapuscrit inédit.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier particulièrement Marcelino Trương, qui nous a donné accès aux archives de sa famille à Saint-Malo, et sa sœur Mireille Trương pour les informations complémentaires sur les membres de la famille. Nous remercions Julia Collier Emerson et Alain Guillemin qui nous avaient informée de l’existence de ces archives et nous avaient fourni la version numérisée de certains documents provenant de la villa « Bouton d’or ».

2 L’écriture romanisée vietnamienne remplacera définifitivement les idéogrammes empruntés au chinois, pour devenir l’écriture officielle du Viêt Nam jusqu’à ce jour.

3 Nous l’appelons dès lors par son prénom Khiêm. Sur la page de couverture des Légendes des terres sereines (édition de 1951) et dans l’annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, Khiêm, inscrit en fin et en majuscule, est présenté comme nom de famille. C’était peut-être l’intention de l’écrivain lui-même, qui préférait être appelé Khiêm plutôt que Phạm, un nom de famille très courant chez les Vietnamiens.

4 Ses deux frères sont Phạm Duy Nhượng et Phạm Duy Cẩn (1921-2013), célèbre compositeur vietnamien connu sous le nom d’artiste Phạm Duy. Ses deux sœurs s’appellent Phạm Thị Thuận et Phạm Thị Chinh. Cf. Julia Collier Emerson, Pham Duy Khiêm (1908-1974): a man apart, p. 14.

5 Jean-François Sirinelli, « Deux étudiants “coloniaux” à Paris à l’aube des années trente », p. 79.

6 Cet ouvrage a été remanié puis réédité en 1958 chez Plon sous le titre La Place d’un homme, de Hanoï à La Courtine.

7 Tapuscrit inédit conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote 2012-216433. Texte numérisé consultable uniquement sur place, à la Bibliothèque de recherche, sous la cote NUMM-1506847.

8 Claude Cuénot, « Pham Duy Khiêm », p. 5.

9 Tapuscrit corrigé par l’auteur de ce roman demeuré inédit. La Bibliothèque nationale de France en conserve trois exemplaires, dont un (cote 2012-239376) au Département Littérature et Art, et deux autres (NAF 27323, NAF 27324) donnés par Mme Sylvia Schachter en 2003 au Département des manuscrits. Deux versions numérisées de ce dernier département sont disponibles sur le site Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501248p ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501252d.

10 « Pham Duy Khiêm », Académie des sciences d’outre-mer, consulté le 7 décembre 2022.

11 D’après Julia Emerson, Phạm Duy Khiêm aurait été interné dans un hôpital du Mans pour dépression. Après quinze jours de traitement, Phạm Duy Khiêm serait rentré chez lui. Il se serait suicidé la même nuit. Cf. Julia Collier Emerson, Pham Duy Khiêm (1908-1974): a man apart, p. 68-69.

12 Trần Trọng Kim, Phạm Duy Khiêm, Bùi Kỷ, Grammaire annamite.

13 Trương Bửu Khánh, « La gestation de “Nam et Sylvie” », p. [2].

14 Nous abrégeons ces mêmes correspondants pour les références suivantes.

15 Titre initial du roman Nam et Sylvie.

16 Pour la suite de sa carrière, après ses activités sous la direction de Phạm Duy Khiêm, Trương Bửu Khánh sera directeur de Vietnam-Presse et interprète de président Ngô Đình Diệm de 1961 à 1963. Chargé d’affaires à l’ambassade de la République du Viêt Nam à Londres de 1963 à 1964, il quittera le service diplomatique et deviendra journaliste à l’agence Reuters et correspondant du quotidien français La Croix, tout en continuant d’assurer l’édition du Bulletin de l’ambassade de la République du Viêt Nam en Grande-Bretagne. En 1970, il entrera comme traducteur à l’Organisation Maritime Internationale (OMI) à Londres, puis comme traducteur-réviseur à l’UNESCO, Paris (anglais vers le français). Pendant sa retraite, il poursuivra son activité de traducteur pour l’OMI et l’UNESCO.

17  Monsieur Trương Bửu Khánh désigne ainsi ses propres parents. Les Vietnamiens, après avoir eu des enfants, ont la coutume d’appeler leurs proches comme le feraient leurs enfants.

18 Ce qu’on appelle « reliure électrique ». L’expression est trompeuse. La reliure électrique désigne en réalité une couverture dont les plats et dos sont solidaires, et qui, par un système de pince à ressort, permet d’assembler rapidement des feuilles ou des cahiers.

19 Les chemises sont numérotées par nous.

20 « Pour Mireille, les CD avec toutes les lettres, et manuscrits de Nam et Sylvie et des articles et compte-rendu. JE. Aussi une copie du manuscrit de “Ma mère” ». Nous traduisons. Cependant, nous n’avons retrouvé que la photocopie du manuscrit de “Ma mère” dans cette chemise.

21 Julia Collier Emerson, Pham Duy Khiêm (1908-1974): a man apart. Mireille Trương nous a confirmé son contact avec Julia Emerson lors de la préparation de son mémoire en 2012.

22 Trương Bửu Khánh, « La gestation de “Nam et Sylvie” », p. [5]-[6].

23 L’écriture de Khiêm est confirmée par la comparaison avec ses lettres manuscrites. Celle de Denise Horel correspond à l’écriture d’un de ses cahiers personnels. La mention manuscrite sur les post-it appartient à Trương Bửu Khánh, ceci a été confirmé par son fils Marcelino Trương.

24 Abrégé dorénavant f.

25 Selon Trương Bửu Khánh, Khiêm l’a d’ailleurs confirmé. Cf. Trương Bửu Khánh, « La gestation de “Nam et Sylvie” », p. [5]-[6].

26 L’écriture de Denise Horel est attestée suite à la comparaison avec celle dans un de ses cahiers personnels.

27 Cf. Nguyen Giang-Huong, La Littérature vietnamienne francophone (1913-1986). Nous avons fait dans cet ouvrage un recensement succinct des œuvres francophones d’Indochine traitant de l’amour franco-vietnamien en contexte colonial. Le roman Nam et Sylvie y a été étudié sous l’angle de l’analyse du discours dans les chapitres « Le sujet multiculturel. 1. Un idéal amoureux » (pp. 140-147) et « La France, l’appel de l’Ouest. 1. Paris, un autre fascinant » (pp. [209]-214).

28 Nam Kim, Nam et Sylvie, p. 244.

29 Pham Duy Khiêm, Légendes des terres sereines.

30 Nam Kim et Nam Liên, De Hanoï à La Courtine, septembre 1939-juin 1940 ; Pham Duy Khiêm, Nam et Sylvie ; La Place d’un homme, de Hanoï à La Courtine ; De La Courtine à Vichy : Mai-Juillet 1940 ; Ma mère.

31 Souligné par Khiêm.

32 Selon Philippe Lejeune, pour qu’il y ait autobiographie il faut qu’il y ait équivalence des noms propres du narrateur et de l’auteur. Le nom de plume de Phạm Duy Khiêm est Nam Kim. Et son héros autobiographique s’appelle Nam. Quant au pourquoi ce nom de plume, nous n’avons à ce stade pas assez d’éléments pour l’expliquer.

33 Nam Kim, Nam et Sylvie, p. [14].

34 Ibid., p. 25.

35 Ibid., p. 127.

36 Ibid., p. 24.

37 Ibid., p. [7]-9. Pour la transcription du manuscrit, nous optons pour la transcription linéarisée.

38 Tel qu’ils sont présentés dans les tapuscrits. Nous n’avons pas trouvé les journaux personnels de Khiêm pour en attester de l’authenticité.

39 Lettre autographe de Khiêm à Denise Horel datée du 14 mars 1956.

40 Son nom est mentionné dans la lettre autographe de Phạm Duy Khiêm à Denise Horel, datée du 7 janvier 1957.

41 Nam Kim, Nam et Sylvie, p. [1].

42 Il s’agit des pages dactylographiées rassemblées sous la « reliure électrique ». Elles peuvent être séparées facilement, grâce au système de pince à ressort.

43 Souligné par l’auteur. A propos du « bon à tirer », l’écrivain a dû se précipiter, car il n’aura ses épreuves qu’en mars, selon la lettre du 12 mars 1957.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Les archives de la famille Trương.
Crédits Nguyen Giang-Huong
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/10329/img-1.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Figure 2.
Légende Les archives de Phạm Duy Khiêm.
Crédits Photographie Nguyen Giang-Huong
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/10329/img-2.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 3.
Légende Enveloppe de courrier envoyé à Denise Horel par Phạm Duy Khiêm23.
Crédits Famille Trương
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/10329/img-3.png
Fichier image/png, 653k
Titre Tableau 1
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/10329/img-4.png
Fichier image/png, 223k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giang-Huong Nguyen, « Correspondance et genèse »Continents manuscrits [En ligne], 20 | 2023, mis en ligne le 15 mars 2023, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/coma/10329 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coma.10329

Haut de page

Auteur

Giang-Huong Nguyen

Giang-Huong Nguyen est actuellement responsable des fonds d’Asie du Sud-Est à la Bibliothèque nationale de France. Après des études de français à l’université nationale du Vietnam, puis comme élève internationale à l’ENS de Lyon, elle a écrit à l’université Paris Nanterre sa thèse sur la littérature vietnamienne francophone. Elle organise à l’ENS Ulm un séminaire sur les formes d’utilisation de la mémoire franco-vietnamienne. Elle dirige le groupe « Manuscrits littéraires vietnamiens » au sein de l’équipe Manuscrits francophones de l’ITEM.

Elle a publié La littérature vietnamienne francophone (1913-1986) (Classiques Garnier, 2018) – prix Renaissance française de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer – et dirigé les ouvrages Pham Van Ky et son œuvre : un taoïsme littéraire (Demopolis, 2018) et Le portail France-Vietnam (Kimé, 2021).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search