Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Introduction

Texte intégral

1La France et le Viêt Nam ont une histoire commune depuis le xviiᵉ siècle. La mémoire partagée des deux pays s’enrichit en particulier de la littérature vietnamienne de langue française, fruit direct de la colonisation française en Indochine. Cette littérature n’est toutefois pas l’expression d’une adhésion à la culture du colonisateur, mais une tentative de retourner contre lui une tradition littéraire française héritée des Lumières. Elle contraint à se poser au plus haut degré la question de savoir ce qu’est une littérature nationale, puisqu’elle n’utilise pas la langue vietnamienne, laquelle a elle-même renoncé aux sinogrammes au profit de caractères latins. Les écrivains vietnamiens francophones expriment dans leurs œuvres, d’une manière ou d’une autre, un esprit nationaliste, ou du moins une identité nationale fortement enracinée. L’ambiguïté de la situation de ces auteurs repose sur le fait qu’en utilisant la langue du vainqueur comme langue d’expression littéraire, ils ne cessent de manifester leur admiration pour la culture française en même temps qu’ils cherchent à affirmer l’identité de leur peuple. Parmi les écrivains vietnamiens francophones on rangera par exemple Phạm Văn Ký, Phạm Duy Khiêm, Nguyễn Đức Giảng, Hoàng Xuân Nhị, Phạm Quỳnh, Trương Đình Tri, Nguyễn Văn Nhỏ, Nguyễn Phan Long, Trần Văn Tùng, Nguyễn Hữu Châu, Cung Giũ Nguyên, Lý Thu Hồ, Kim Lefèvre etc. L’héritage culturel ancestral se manifeste encore aujourd’hui dans de nombreux écrits d’auteurs français d’origine vietnamienne comme Linda Lê, Anna Moï, Hoai Huong Nguyen, Minh Huy Tran et d’autres.

2L’étude des manuscrits littéraires et des archives d’écrivains se révèle pertinente, dans le cas du Viêt Nam du xxᵉ siècle, quand la décolonisation suivie de la guerre civile met en évidence de complexes confrontations idéologiques. On découvrira dans ces pages inédites les pensées et les sentiments les plus intimes des intellectuels vietnamiens face au contexte historico-politique, des témoignages concernant des faits ou des personnages. D’une part, l’écriture sert d’exutoire aux auteurs vietnamiens francophones ; elle leur permet d’échapper au choix difficile, voire impossible : être Vietnamien du Nord ou Vietnamien du Sud. D’autre part, le fait d’écrire en français et de se faire publier en France leur octroie une liberté pour exprimer leurs opinions par rapport aux événements historiques. Malheureusement, la tentative d’intégration au champ littéraire français n’a été ni évidente ni aisée pour eux. Après une première parution chez de grands éditeurs parisiens comme le Mercure de France, Grasset, Le Seuil, Gallimard, les œuvres vietnamiennes francophones ne sont guère rééditées.

3Phạm Văn Ký est considéré jusqu’à ce jour comme l’écrivain vietnamien francophone le plus publié en France. Seuls sept de ses romans, quatre de ses recueils de poésie et un de légendes ont été publiés. Or des milliers de pages de ses manuscrits sont conservées à la Bibliothèque nationale de France, constituant tout un fonds à part entière : le Fonds Pham Van Ky. La partie Romans est composée de 6 493 folios dactylographiés, tandis que l’ensemble des textes dramatiques représente 5 461 folios de tapuscrits de pièces de théâtre et pièces radiophoniques. En dehors de pochettes de poésie, d’essais et d’écrits divers, la partie biographique comprend sa correspondance avec ses amis écrivains, des éditeurs, des libraires. Ces lettres reçues par l’auteur révèlent son processus de création et son ancrage littéraire en France et au Viêt Nam1.

4Phạm Duy Khiêm, auteur du célèbre roman Nam et Sylvie, a toujours été obsédé par l’idée d’une mort subite. Il a donc envoyé à plusieurs de ses amis ses manuscrits, comme ceux de Nam et Sylvie, de De La Courtine à Vichy, ou de Ma mère, pour les conserver et les faire publier au cas où il mourrait soudainement. En 1974, il s’est suicidé à son domicile sarthois, sans que personne n’en sache la véritable raison. La correspondance qu’il a échangée avec Denise Horel constitue un premier corpus pour l’étude biographique de cet écrivain et homme politique, ainsi que pour l’étude génétique de son roman Nam et Sylvie.

5Le cas de Cung Giũ Nguyên est particulier. À la différence de Phạm Văn Ký, Phạm Duy Khiêm et d’autres, Cung Giũ Nguyên n’a jamais quitté son pays, tout en restant francophone dans son expression littéraire. En dehors de ses trois romans publiés, ses descendants conservent encore aujourd’hui à Nha Trang, sa ville natale, les milliers de pages manuscrites de ses romans en français. Conservés au Viêt Nam, ses manuscrits ont connu le même sort que de nombreux textes littéraires en langue vietnamienne. Les structures des bibliothèques et des archives au Viêt Nam ne semblent pas considérer les manuscrits à leur juste valeur, historique et littéraire. Elles ne disposent pas non plus des conditions de conservation adéquates pour des documents manuscrits qui sont pour la plupart fragiles. D’autre part les archives, même si elles sont conservées dans les familles des auteurs, subissent des dégradations considérables à cause des conditions climatiques (moussons…), ou faute d’équipements adaptés. Enfin, on ne doit pas négliger l’impact de l’histoire et de la politique, qui fait qu’un grand nombre de documents ont été détruits par les autorités ou par les écrivains ou leurs familles, pour éviter une large diffusion.

6Ce numéro de Continents manuscrits propose des analyses génétiques, aussi bien du roman Nam et Sylvie de Phạm Duy Khiêm, des sonnets de Phạm Văn Ký et du roman graphique 40 hommes et 12 fusils – Indochine 1954 de Marcelino Trương, que de manuscrits inédits de Cung Giũ Nguyên, de Phạm Văn Ký, de Kim Lefèvre et d’Émile Bonnetain.

7Un riche dossier, présenté par Giang-Huong Nguyen et composé de cent vingt lettres de Phạm Duy Khiêm adressées à son amie Denise Horel, nous révèle la genèse du roman Nam et Sylvie, paru en 1957 aux éditions Plon, notamment l’étape de finalisation du roman. Hoai Huong Aubert-Nguyen s’interroge sur le plurilinguisme littéraire de Phạm Văn Ký en comparant deux sonnets « Le quena » et « Le palanquin » publiés dans le recueil Une voix sur la voie (Aspar, Saigon, 1936) avec les versions manuscrites qu’elle a trouvées dans le Fonds Pham Van Ky conservé à la Bibliothèque nationale de France. Quant à Marcelino Trương, il nous livre le fruit de sa recherche documentaire, approfondie durant plusieurs années, menant à la publication de son  dernier roman graphique, 40 hommes et 12 fusils – Indochine 1954, paru aux éditions Denoël en octobre 2022. S’inscrivant dans une approche sociologique, l’étude de Phạm Văn Quang sur le manuscrit Journal du Kauthara de Cung Giũ Nguyên consiste à observer la trajectoire littéraire de l’écrivain à travers une fiction enrichie d’éléments historiques et autobiographiques. Dans le prolongement des travaux du groupe Manuscrits littéraires vietnamiens autour de l’écrivain Phạm Văn Ký2, Lê Lan Anh décrit un processus de genèse en se fondant sur des copies au net diversement retravaillées du roman inédit Paris, qu’as-tu fait de nous ? conservées à la BnF. L’étude codicologique met en lumière quelques aspects de la réconciliation entre l’Orient et l’Occident, une des caractéristiques de l’écriture de Phạm Văn Ký. Jack Yeager présente, quant à lui, sa lecture du manuscrit inédit de Kim Lefèvre intitulé « Le territoire du père ». Ce projet d’écriture nous permet de mieux comprendre l’itinéraire de Kim Lefèvre et la direction qu’aurait pris ce récit, qui s’inscrit dans la continuité de Métisse blanche, si l’auteure avait pu le poursuivre et le publier. Les analyses génétiques sont exposées plus précisément dans la comparaison de deux versions du récit d’un même événement, le voyage en Suisse de Kim Lefèvre en compagnie de camarades vietnamiens. Les articles d’analyse sont complétés par un entretien avec Anna Moï sur son processus d’écriture et son travail sur un langage littéraire particulier, s’inscrivant entre son identité vietnamienne et sa recherche de liberté dans l’expression en français. Enfin, la chronique d’Henri Copin contribue à élargir le corpus d’analyse en présentant un manuscrit, intitulé Souvenirs du Tonkin, 1886-1909, d’Émile Bonnetain qui est le frère inconnu de Paul Bonnetain, l’un des premiers auteurs décrivant l’Indochine.

8Nous espérons que ce numéro contribuera, dans un premier temps, à signaler à l’attention des chercheurs des sources d’archives littéraires méconnues. Il pourrait également enrichir le domaine des études génétiques de données et d’observations concernant les textes littéraires vietnamiens, encore trop peu explorés à ce jour.

Haut de page

Notes

1 Voir Giang-Huong Nguyen, « À la découverte d’un écrivain oublié : Phạm Văn Ký (1910-1992) », Continents manuscrits  nᵒ 6, 2016, mis en ligne le 31 octobre 2016, consulté le 05 mars 2023. 

2 Giang-Huong Nguyen (dir.), Pham Van Ky et son œuvre : un taoïsme littéraire, nouvelle édition [en ligne],. Paris, Demopolis, 2018 (consulté le 5 mars 2023).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giang-Huong Nguyen, « Introduction »Continents manuscrits [En ligne], 20 | 2023, mis en ligne le 15 mars 2023, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/coma/10490 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coma.10490

Haut de page

Auteur

Giang-Huong Nguyen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search