Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Génétique de la traduction collab...Le rôle de Marguerite Caetan...

Génétique de la traduction collaborative

Le rôle de Marguerite Caetani dans les traductions d’Anabase de Saint-John Perse

The role of Marguerite Caetani in the translations of Anabase by Saint-John Perse
Sara Aggazio

Résumés

Le poème Anabase de Saint-John Perse représente un cas assez singulier de texte dont la fortune est étroitement liée à son rayonnement international. Son succès est largement dû à l’autorité de ses traducteurs (Ungaretti, Benjamin, T. S. Eliot, entre autres), soigneusement choisis par Marguerite Caetani, princesse de Bassiano, qui s’est fait instigatrice de ces activités. Mécène et fondatrice des revues littéraires Commerce et Botteghe Oscure, la figure de Caetani, et notamment sa correspondance, sera interrogée pour montrer le rôle déterminant qu’elle a joué au sein de cette traduction dans différentes langues. En s’appuyant sur les études de Levillain et Hartmann et sur la correspondance de Marguerite Caetani publiée par le soin de Sophie Levie au sein de la Fondazione Camillo Caetani, nous nous proposons de reconstruire l’histoire éditoriale d’une traduction qui, à travers les différents acteurs et langues en jeu, tourne autour de cette personnalité restée souvent dans l’ombre. En abordant le cas exemplaire d’Anabase, cette étude vise à se faire témoin de l’intérêt et du regard que Caetani portait sur la traduction en général.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Publié pour la première fois dans La Nouvelle Revue Française en 1924. C’est à partir de cette publ (...)
  • 2 Se référant à la période 1925-1932, l’auteur écrira : « Pendant ces sept années de vie diplomatique (...)
  • 3 Henriette Levillain, Saint-John Perse et les traductions anglaises de son œuvre poétique : une lect (...)
  • 4 T. S. Eliot, trad. Marie Tadié, « Préface pour une édition anglaise d’Anabase », dans Jean Paulhan (...)
  • 5 Henriette Levillain, Sur deux versants, op. cit., p. 34.
  • 6 Esa Christine Hartmann, « Anabasis de T. S. Eliot et Saint-John Perse : genèse d’une traduction à q (...)
  • 7 Pour un éclairage plus détaillé des raisons de ce départ de la Guadeloupe, nous renvoyons à Renée V (...)
  • 8 Henriette Levillain, Sur deux versants, op. cit., p. 47-48.
  • 9 Il nous semble intéressant de remarquer que, pour le poète et philosophe martiniquais Édouard Gliss (...)

1L’histoire du poème Anabase1 de Saint-John Perse est strictement liée à ses traductions immédiates, signées de la plume de personnalités éminentes, telles que T. S. Eliot pour l’anglais, Ungaretti pour l’italien, Benjamin et Groethuysen pour l’allemand. En effet, le succès du poète et, en particulier, du poème qui fait l’objet de notre intérêt, est fortement marqué par son rayonnement international, étant donné qu’en France, toute publication avait été interdite par l’auteur à partir de 1925 et jusqu’à 19472. Les études pionnières de Henriette Levillain et Esa Christine Hartmann3 ont très bien montré que l’on ne peut pas lire ce succès sans considérer l’apport du poète lui-même, désigné par Eliot comme « demi-traducteur4 », dans la genèse des traductions anglaises et allemandes. L’enthousiasme que Saint-John Perse a consacré à la transposition de son poème dans d’autres langues mérite notre attention. En effet, le poète portait un regard très positif sur la traduction littéraire, conçue comme une « recréation poétique5 » plutôt que comme une simple translation de l’original dans une autre langue. Ce positionnement théorique est d’ailleurs confirmé par l’étude du manuscrit de la traduction anglaise qui, comme le soulignait Eliot dans sa préface, révèle d’une véritable opération de « création à quatre mains6 ». Il est fort probable que l’origine de cet intérêt de la part du poète pour la pratique traductive soit lié à sa biographie : né en Guadeloupe dans une famille de colons, à l’âge de douze ans Alexis Léger se voit obligé à quitter les Antilles en raison d’une crise économique et des émeutes qui éclatent à Point-à-Pitre7. Suivant les suggestions de Levillain, nous pouvons affirmer que ce premier arrachement à l’île natale, suivi d’un second exil aux États-Unis en 1940, l’amènera à épouser le principe de « déracinement8 » dont son œuvre est imprégnée et dont l’activité traductive semble représenter la meilleure mise en pratique9.

2Les études mentionnées ont aussi le mérite d’avoir suggéré qu’autour de ces traductions, d’autres acteurs étaient en jeu, notamment pour ce qui concerne leur instigation et leur publication. L’étude de Hartmann sur le manuscrit de la traduction anglaise d’Anabase a particulièrement retenu notre attention pour l’inscription à l’encre rouge qui figure sur la première page : « Report (par M de B) de mes annotations pour T. S. Eliot sur le texte de son projet de traduction (copie) ». Ces initiales appartiennent à Marguerite Caetani, princesse de Bassiano, qui a pris une part considérable dans l’œuvre de traduction du poème. C’est sur cette figure restée dans l’ombre que portera cette étude, afin de montrer son importance dans la fortune éditoriale d’Anabase. Dans un premier temps, nous nous attarderons sur le rapport entre Saint-John Perse et Marguerite Caetani, notamment au sein de la revue Commerce, fondée par la mécène, pour poser les jalons de l’intérêt de la princesse vis-à-vis du poème. Dans un deuxième temps, nous nous plongerons dans la riche correspondance entre Caetani et les différentes personnalités qu’elle avait cooptées pour l’entreprise traductive d’Anabase, en particulier pour les versions anglaise, italienne et allemande. La lecture de ces échanges de lettres permet non seulement de constater l’envergure de la contribution de Caetani pour la réussite de ces traductions, mais aussi d’esquisser, de manière générale, les différentes poétiques traductives des personnalités sollicitées dans cette aventure éditoriale.

La revue Commerce

  • 10 Le nom de Marguerite Caetani ne figure nulle part, les trois directeurs officiels de la revue étant (...)

3Mécène mais aussi fondatrice et animatrice « dans l’ombre » de deux revues parmi les plus importantes du xxᵉ siècle, à savoir Commerce10 (1924-1932) en France et Botteghe Oscure (1948-1960) en Italie, Marguerite Caetani a joué un rôle de premier plan dans la circulation de la littérature traduite en Europe. Pour comprendre l’envergure de l’opération culturelle menée par la princesse, ces quelques lignes de présentation dressent un portrait détaillé de cette personnalité :

  • 11 Caterina Fiorani et Massimiliano Tortora (dir.), Il Novecento di Marguerite Caetani. Atti del Conve (...)

Après un apprentissage rigoureux du chant, la jeune bostonienne fonde “Commerce” à Paris, c’est-à-dire dans la capitale du monde. Elle achète des tableaux de jeunes peintres prometteurs ; elle lit des romans et s’adonne au jardinage ; elle est intriguée par la photographie et dévore la poésie dans toutes les langues. Elle est convaincue que les arts traduisent les mêmes concepts d’une langue à l’autre et poursuivent les mêmes objectifs avec des formes d’expression différentes. Mais le mot “traduction” n’est pas utilisé avec désinvolture. Dans “Commerce” et “Botteghe Oscure”, la version dans une langue autre que l’original était une pratique établie. L’objectif n’est pas tant la vulgarisation : la traduction, dans la conception de Marguerite Caetani, consiste à recréer l’œuvre source en produisant un élément nouveau, original et lui aussi non reproductible11.

  • 12 On peut lire, dans une lettre que Léon-Paul Fargue envoyait à Léger un samedi en 1923 : « La prince (...)
  • 13 Paolo Tamassia, « Marguerite Caetani mécène et intellectuelle cosmopolite : les revues Commerce et (...)

4Née aux États-Unis, dans le Connecticut, en 1888 dans une famille d’origine franco-américaine, Marguerite Chapin se rend à Paris en 1902 et y rencontre Roffredo Caetani, futur prince de Bassiano et duc de Sormoneta. Lors des repas qu’ils organisaient dans leur « Villa romaine » à Versailles, le couple s’entoure de personnalités de premier plan avec lesquelles ils échangent des conversations sur les arts et la littérature. C’est à l’occasion d’un de ces dimanches conviviaux que Marguerite Caetani fait la rencontre d’Alexis Léger12, et que l’idée de créer la revue internationale et moderniste Commerce voit le jour. Si l’on considère l’origine « quelque peu mythique13 » de cette revue, l’on trouve un premier jalon du lien qui se tisse entre le travail de Marguerite Caetani et l’œuvre de Saint-John Perse : à partir du nom de la revue, plusieurs versions de l’histoire semblent en effet suggérer la paternité du poète français. D’un côté, le témoignage d’Iris Odigo, grande amie de Marguerite Caetani, qui, dans un article en hommage à la princesse, écrit :

  • 14 Iris Origo, « Marguerite Caetani », Atlantic Monthly, ccxv, 1965, p. 81-88, [en ligne].

Après plusieurs de ces rencontres, quelqu’un suggéra que les idées échangées soient couchées sur le papier ; peut-être sous la forme d’une série de lettres. Non, dit Léger, pourquoi ne pas publier un petit périodique ? Le titre est discuté avec ardeur : Valéry suggère Propos, Larbaud Échanges, Léger Commerce – commerce d’esprit – et c’est sa proposition qui l’emportait14.

5Cette version, qui relie l’histoire de la paternité de la revue au choix du titre, semble d’ailleurs être confirmée par le poète lui-même :

  • 15 Saint-John Perse, OC, op. cit., p. 1304. De manière générale, comme le rappellent tous ses critique (...)

Commerce : revue littéraire fondée, en 1924, à Paris par la Princesse de Bassiano, à l’instigation de Saint-John Perse, et pour la direction de laquelle il l’assistait amicalement, la rédaction demeurant placée, ostensiblement, sous la caution apparente de trois amis du poète : Paul Valéry, Valery Larbaud et Léon-Paul Fargue. Jean Paulhan aidait parfois Saint-John Perse à recueillir des manuscrits, où s’exerçait finalement son choix15.

  • 16 Sophie Levie et Massimiliano Tortora (dir.), La rivista “Commerce” e Marguerite Caetani. II. Giusep (...)
  • 17 Saint-John Perse, OC, op. cit., p. 93-94.
  • 18 Renaud Meltz, Alexis Léger dit Saint-John Perse, op. cit., p. 237-238.

6D’après deux autres versions16, le titre semble avoir été suggéré par Paul Valéry, soit en proposant « commerce des idées », soit en s’inspirant du premier chant d’Anabase, où l’on peut lire « ce pur commerce de mon âme » et, quelques lignes plus loin, « au commerce de l’âme17 ». Cette dernière hypothèse peut nous servir de prétexte pour justifier l’intérêt que Marguerite Caetani portait à ce poème, surtout si l’on considère qu’Anabase n’a jamais été publié dans la revue en question et que, par conséquent, il n’était pas strictement lié à l’activité promue par la princesse au sein de cette revue. Toutefois, cet intérêt n’est pas le fruit du hasard, étant donné que le poème répondait parfaitement aux critères établis par la ligne éditoriale de Commerce : en premier lieu, il s’agissait d’un texte inédit à l’étranger et bientôt difficile à repérer même en France ; en deuxième lieu, par ses motifs et son langage poétique, le poème incarnait parfaitement l’alliance entre classicisme et modernité18, valeur très prônée au sein de la revue ; pour finir, grâce au cercle de lecteurs internationaux qui s’était constitué autour de Commerce, Anabase représentait une occasion parfaite pour promouvoir la politique éditoriale chère à la princesse, c’est-à-dire la création, grâce à la pratique traductive, de couples littéraires intéressants. Ce parallélisme entre la création de la revue et la traduction du poème est d’autant plus pertinent que les deux événements peuvent être considérés comme les deux versants du même projet politico-éditorial de la princesse :

  • 19 Henriette Levillain, Sur deux versants, op. cit., p. 90. Comme le précise Levillain, chez le poète, (...)

Anabase était un événement exemplaire. Il était le modèle d’une relation d’échange et de réciprocité européenne qui dans le langage persien s’appelle un commerce. Ce n’est pas par hasard que ce nom est celui de la revue fondée par Mme de Bassiano en 1924 […] Commerce devait être le lieu d’un échange non seulement littéraire mais spirituel à l’intérieur d’une vaste république européenne de pairs, lieu tourné vers un public de lecteurs peu nombreux mais choisis19.

Anabase en anglais

  • 20 Saint-John Perse, OC, op. cit., p. 465. L’équivalence entre traduction et adaptation est établie pa (...)
  • 21 Carol Rigolot (dir.), Lettres atlantiques. Saint-John Perse, T. S. Eliot et Allen Tate (1926-1970), (...)
  • 22 Saint-John Perse, OC, op. cit., p. 1141.
  • 23 Henriette Levillain, Sur deux versants, op. cit., p. 35-36.
  • 24 Publiée sous le titre « Préface pour une édition russe d’Anabase » dans La Nouvelle Revue Française(...)

7Les traces littéraires de Saint-John Perse dans la revue sont, d’ailleurs, très rares et sporadiques : elles se limitent aux premiers numéros de l’année 1924 : « Amitié du prince » paru dans le Cahier i (été 1924), la chanson « J’honore les vivants » dans le Cahier iii (hiver 1924) et la traduction-adaptation du poème The Hollow Men de T. S. Eliot20. Ce premier contact avec le poète anglais est, une fois de plus, strictement lié à la personnalité de la princesse de Bassiano, cousine d’Eliot, qui s’engagera pour établir le « compagnonnage littéraire21 » entre les deux poètes. Il nous semble intéressant de remarquer que, comme c’est souvent le cas dans ses Œuvres complètes, Saint-John Perse véhicule un récit partiel des faits et lorsqu’il commente cette adaptation, il néglige totalement l’opération de médiation mise en place par Caetani : « Il l’avait donnée, très exceptionnellement, dans Commerce, en hommage au poète anglais qui s’était institué le premier traducteur d’Anabase22 ». En réalité, l’on n’est pas en mesure de savoir si Eliot avait déjà envisagé en 1924 de traduire le poème, l’échange épistolaire d’Eliot et Perse ne datant que de 1926. Ce qui est fort probable, c’est que la princesse de Bassiano fut la véritable instigatrice de « cette opération de lancement réussie23 » simultanément en Angleterre, en Allemagne et en Italie car, déjà en 1925, elle s’était intéressée à la traduction du poème, notamment pour ce qui concerne une traduction russe, déjà existante, signée G. Adamovitch et G. Ivanoff. Comme l’attestent les lettres extraites de la correspondance entre Caetani et Valery Larbaud, c’est la princesse qui pousse ce dernier à écrire une préface à l’édition russe24 :

  • 25 Sophie Levie et Ève Rabaté (dir.), La Rivista « Commerce » e Marguerite Caetani. IV. Correspondance (...)

Je viens vous demander de faire un petit service à Léger – sans qu’il le sache encore – car je crois que c’est à vous qu’il préférerait que je m’adresse comme certainement son ami le plus dévoué. Voilà de quoi il s’agit. L’Editeur Russe Povolovsky du 13 rue Bonaparte a fait faire une traduction d’« Anabase » qu’il va publier surtout pour envoyer en Russie. Il voulait arranger une entrevue entre Léger et ses traducteurs (ce sont deux poètes Russes) mais comme vous l’imaginez Léger refuse absolûment [sic], surtout en ce moment, de les voir. […] Personne mieux que vous saurait dire ce qu’il faut et surtout ce qu’il plairait à Léger qu’on dise. Je suis si sûre que je vous fais plaisir en vous demandant ceci que je n’hésite pas. Vous jugerez s’il faut faire une sorte de commentaire du poème sans parler de lui personnellement ou s’il faut faire les deux choses. Il me semble que, vu que c’est pour la Russie où il est absolument inconnu il faudrait peutêtre [sic] dire un mot aussi de lui. Qu’en pensez-vous ? Je suis sûre que vous serez bien inspiré25.

  • 26 T. S. Eliot, « Preface », Anabasis, London, Faber and Faber, p. 7.
  • 27 T. S. Eliot, « Préface pour une édition anglaise d’Anabase », art. cit., p. 420.
  • 28 Carol Rigolot (dir.), LA, op. cit., p. 10.

8La préface rédigée par Eliot à l’édition bilingue publiée en 1930 chez Faber & Faber nous éclaire – peut-être – davantage sur le rôle joué par Caetani : « For myself, once having had my attention drawn to the poem by a friend whose taste I trusted, there was no need for a preface26 » (nous soulignons). Bien qu’elle n’ait pas été nommée directement et que dans la traduction de cette préface contenue dans l’ouvrage Honneur à Saint-John Perse cet extrait ait été décliné au masculin : « [m]on attention ayant été attirée sur ce poème par un ami dont le goût m’inspirait confiance27 » (nous soulignons), c’est bien à Marguerite Caetani qu’Eliot se réfère, comme l’indiquent Rigolot28 et surtout Levillain :

  • 29 Henriette Levillain, Saint-John Perse, Paris, Fayard, 2013, p. 261.

C’est ainsi que la découverte d’Anabase par trois immenses poètes, T. S. Eliot, Ungaretti et Rilke, et sa traduction par deux d’entre eux, fut l’un des plus beaux coups de baguette magique de la princesse. Pour ce qui est de T. S. Eliot, la rencontre avait été habilement préparée par Marguerite lorsqu’elle avait invité St-J. Perse à traduire, en vue du numéro III de Commerce, le poème alors inédit du poète anglais, The Hollow Men. De son côté, St-J. Perse avait-il voulu en exécutant cette traduction, ou plutôt cette « adaptation », faire plaisir à la princesse, rendre hommage à un poète dont le récent recueil, The Waste Land (1922), l’avait impressionné ou préparer le terrain à une future traduction d’Anabase ? Peut-être les trois à la fois. Réciproquement, T. S. Eliot reçut des mains de Madame de Bassiano le poème de St-J. Perse et, le considérant « un des plus grands et plus singuliers poèmes des temps modernes », se décida à le traduire29.

9Tout au long de son travail de traduction, Eliot ne manquera pas – faute de réponses immédiates de la part de Saint-John Perse – de s’adresser à la princesse de Bassiano pour lui faire part de ses difficultés, de ses doutes et de son approche traductive :

  • 30 Lettre en anglais inédite, 27 octobre 1926, Archives Caetani, Rome.

Je confesse que c’est plus difficile que je ne le pensais au début. L’idée (et il y en a assurément une) est conduite par l’effet cumulatif d’une suite d’images et on ne peut pas simplement traduire les images, on doit trouver des équivalences, ce qui ne peut pas se faire fragment par fragment, mais en découvrant à l’intérieur de la langue anglaise une serrure à combinaison30.

  • 31 « Pour l’instant, je ne peux tout de même rien faire avant d’avoir l’avis de Leger, dont j’estime b (...)
  • 32 « En l’absence de toute réponse d’Alexis Léger, il [T. S. Eliot] recourait à l’entremise amicale de (...)

10Même une fois la traduction achevée et le manuscrit envoyé à l’auteur pour recevoir ses suggestions et ses commentaires, la réponse tardive de Saint-John Perse pousse Eliot à interpeller à plusieurs reprises sa cousine31 dont « l’entremise amicale32 » permettra la précieuse révision de la traduction de la part du poète français. Si Saint-John Perse réduit et minimise le rôle éminent joué par Caetani, Eliot, au contraire, se montre très reconnaissant envers la mécène, au point de proposer au poète français de lui offrir en dédicace la traduction :

  • 33 Carol Rigolot (dir.), LA, op. cit., p. 42-43 (2 septembre 1929).

J’ai été très heureux de recevoir, par l’entremise de Mme Bassiano, votre accord et votre révision que j’attendais avec tant d’impatience. […] Une seule chose me reste à vous dire, qui demande une réponse : comme c’est à Mme de Bassiano que je dois d’avoir pu étudier et admirer votre texte, et qu’elle a su, de temps à autre, exercer entre nous son entremise et son intercession, j’aimerais, avec votre consentement, pouvoir lui dédier la traduction d’Anabase au nom de l’auteur et du traducteur33.

  • 34 Les différentes éditions du poème Anabase en anglais datent de 1930, 1938, 1949 et 1959.
  • 35 Henriette Levillain, Sur deux versants, op. cit., p. 121.

11Malheureusement, aucune trace de cette dédicace ne demeure dans les différentes éditions d’Anabasis34, ce qui fait que l’apport de Marguerite Caetani à cette traduction « depuis son projet jusqu’à son exécution35 » ne sera pas publiquement révélé.

Anabase en italien

  • 36 « J’attends avec anxiété la traduction d’Eliot » (avril 1927) ; « La traduction d’Eliot est attendu (...)

12L’histoire de la traduction italienne d’Anabase n’est pas indépendante du destin de sa traduction anglaise. En effet, lorsque Ungaretti décide de traduire le poème, à plusieurs reprises il se dit impatient de lire le texte anglais révisé par l’auteur lui-même36. Entre août et septembre 1927, il écrit quatre lettres à Marguerite Caetani afin d’avoir des renseignements sur cette traduction et pour lui faire part de ses impressions sur le poème :

  • 37 « Ho incominciato a rivedere e a ricopiare la traduzione di Anabase. […] Un incontro è indispensabi (...)

J’ai commencé à réviser et à recopier la traduction d’Anabase. […] Une rencontre m’est indispensable. Il y a plusieurs passages que je ne saisis pas très bien, et une infinité de points de détail sur lesquels il est nécessaire que je n’aie aucune hésitation […] et dans une lettre on n’en finira plus37.

  • 38 « Quest’ottobre mi propongo di venire a Parigi a farLe vedere il lavoro fatto. Ci ho messo tutta l’ (...)

Le prochain octobre je compte venir à Paris pour vous montrer le travail accompli. J’y ai mis toute mon âme. Et cela a été pour moi une énorme révélation. Je vous suis très reconnaissant de m’avoir confié cette tâche38.

  • 39 « Travaillant en 1930 à sa traduction d’Anabase dans les mêmes conditions qu’Eliot, c’est-à-dire sa (...)

13À l’instar d’Eliot, le traducteur italien s’en remettait presque complétement à Marguerite Caetani pour mener à terme son travail, faute de toute réponse de la part de Saint-John Perse39. Cela n’est pas étonnant, étant donné que le poète italien – nous l’avons dit – avait été introduit à Anabase par la princesse :

  • 40 « La Sua lettera, cara Principessa, mi ha profondamente commosso. Come esprimerLe la gratitudine ch (...)

Votre lettre, chère Princesse, m’a profondément ému. Comment vous exprimer la gratitude que je ressens pour votre énorme gentillesse à mes égards ? […] J’ai tout de suite relu l’Anabase. Je le traduirai avec enthousiasme. J’aurai quelques explications à demander. Toute la difficulté sera d’arriver à la même simplicité, à la même intensité40.

  • 41 « “Commerce” è di certo l’antologia internazionale meglio portata a compimento della letteratura de (...)

14Le choix du poète en tant que traducteur italien n’est pas le fruit du hasard : Ungaretti était le correspondant et conseiller italien de Commerce, revue qu’il décrit comme « un modèle de goût » au-delà du temps et de l’espace des frontières françaises et « l’anthologie internationale concernant la littérature de la première moitié du xxᵉ siècle, la mieux accomplie41 ». Pour cette raison, son « enthousiasme » pour la traduction du poème ne saurait se lire sans considérer son appréciation pour le travail de la princesse au sein de sa revue :

Ce fut « Commerce » qui donna un grand relief aux œuvres de Perse, qui est à présent l’un parmi les poètes les plus suivis en France, admiré et suivi aussi en dehors de la France. […]

Pour d’autres initiatives, les écrivains d’aujourd’hui sont débiteurs d’une très vaste gratitude envers Marguerite Caetani, mais pour « Commerce », les rares survivants de l’ancienne génération lui disent que leur dette à son égard n’a pas de mesure.

  • 42 « Fu “Commerce” a dare grande risalto alle opere di Perse che è oggi uno dei poeti più seguiti in F (...)

« Commerce » a donné aux diversités d’une époque le juste ton, un ton très haut42.

15Outre l’admiration et la gratitude envers Marguerite Caetani, ces mots révèlent ouvertement son rôle déterminant dans la diffusion de l’œuvre de Saint-John Perse. De plus, à travers cet éloge de la revue, Ungaretti illustre de manière exemplaire l’engagement de Caetani dans la promotion d’échanges et de « commerces » littéraires à l’échelle internationale, relevant d’une grande confiance de la part de la princesse envers la circulation de la littérature dans cette période de crise des valeurs qui caractérise l’Europe de l’entre-deux guerres.

Anabase en allemand

  • 43 Klaus E. Bohnenkamp et Sophie Levie (dir.), La Rivista “Commerce” e Marguerite Caetani. I. Briefwec (...)
  • 44 Ibidem, lettre nᵒ 47 (24 juin 1925).
  • 45 Ibidem, p. lxvii.
  • 46 Ibidem, lettre nᵒ 42 (la date indiquée est « le jour de Pâques », c’est-à-dire le 4 avril 1926).
  • 47 Ibidem, lettre nᵒ 47 (24 juin 1926) ; « J’ai trouvé un collaborateur merveilleux en Groethuysen » ((...)
  • 48 La correspondance entre Caetani, Kippenberg, Groethuysen et Kessler à propos de la publication d’An (...)

16L’aventure de la traduction allemande d’Anabase est, sans aucun doute, la plus controversée et elle traverse, comme un fil rouge, presque toute la copieuse correspondance entre Marguerite Caetani et les auteurs et conseillers germanophones. Si la première lettre que Caetani a adressée à Rainer Maria Rilke à ce sujet date de février 1926, cette traduction n’a été publiée qu’en 1950 dans la version de Walter Benjamin, révisée par Groethuysen et préfacée par von Hofmannsthal. Le nombre des personnalités convoquées autour de ce texte en dit long sur les péripéties qui accompagnent cette traduction : peu après l’avoir rencontré, Caetani s’adressa en premier lieu à Rilke pour lui proposer de traduire Anabase, en dévoilant tout l’attachement qu’elle portait à ce poème et à son auteur : « J’espère toujours que vous vous sentirez inspiré à faire la traduction qui me tient tant à cœur – et je ne veux pas que quelqu’un d’autre que vous la fasse43 ». Le poète allemand, qui allait mourir peu de temps après, subit une pression considérable, pour ne pas dire gênante, de la part de la princesse qui souhaitait à tout prix surprendre le poète français avec un nouveau coup de baguette magique. Face au refus de Rilke, qui pourtant admirait Saint-John Perse mais jugeait que sa langue poétique appartenait à « une toute autre race44 », la princesse ne se découragea point, continuant jusqu’à la mort du poète allemand à l’interpeller pour recruter d’autres traducteurs, superviser les différentes étapes de la traduction, rédiger une préface ou plaider auprès des éditeurs allemands. La « malheureuse affaire45 » de cette traduction affecte toutes les étapes du processus : la première traduction de Benjamin, dans un premier temps appréciée par Rilke, sera jugée par la princesse comme émanant de quelqu’un « qui ne doit pas avoir la langue dans son oreille46 », ce qui demandera une nouvelle révision de la part de celui qui sera considéré comme traducteur à part entière de Anabase, à savoir Groethuysen, pour lequel les deux correspondants « débord[aient] d’admiration47 ». L’affaire s’avéra encore plus compliquée en ce qui concernait la publication, entre doutes, retours en arrière, difficultés économiques du marché éditorial allemand, perte du manuscrit de la traduction chez l’éditeur Insel-Verlag48 et – pour couronner le tout – interdiction définitive de publication en Allemagne de la part de Saint-John Perse.

  • 49 « En Angleterre et en Italie ça sera publié cet hiver – des traductions qui ont été commencées cet (...)

17Bien que, d’un point de vue strictement temporel, l’histoire de cette version allemande puisse sembler un échec par rapport aux versions anglaise et italienne49, l’acharnement et l’engagement de Marguerite Caetani demeurent identiques, voire supérieurs dans ce « tour de force » tel que le définit Rilke dans la lettre déjà citée du 24 juin 1926, où il informe la princesse de son impossibilité à traduire Saint-John Perse :

Aussi je reste ébahi devant cette traduction réalisée, réussie grâce à votre énergie, Princesse ! Mais ne me demandez jamais plus de collaborer à pareil tour de force […] c’est un magnifique empire, mais je ne saurais pas jeter la conquête de son image dans la profondeur transparente d’une autre langue. Si je vénère bien d’autres, je ne saurais cependant servir que mes propres Dieux…

18En effet, nous l’avons dit, Caetani ne se résolvait pas à accepter la distance de ses collaborateurs allemands vis-à-vis des textes persiens et tenta ainsi, jusqu’à l’épuisement, d’obtenir ce qu’elle exigeait, notamment de Rilke :

  • 50 Ibidem, lettre nᵒ 5, (22 [?] février 1925).

J’ai beaucoup de peine de votre décision de ne pas traduire Anabase. Ça m’est difficile de croire qu’il existe une forme poètique [sic] qui vous soit fermée – […] J’ai marqué les passages (parties) que je trouve les plus belles dans le vague espoir que vous vous laisseriez persuader à traduire les parties indiquées pour une revue peutetre [sic] – Vous voyez ça m’est difficile d’abandonner l’idée complètement ! je vous envoie pour vous la reproduction du manuscript [sic] d’un poème qui a paru au premier n de Commerce [il s’agit d’Amitié du Prince] et je vous prête un exemplaire très précieux pour moi d’Eloges et le n de la revue ou à [sic] paru son premier poème écrit quand il avait 13 ans je crois – J’espère que parmi tout cela vous trouverez quelque chose qui vous tentera !50

  • 51 Ibidem, lettre en allemand, nᵒ 209, (24 septembre 1928).
  • 52 Hugo von Hofmannsthal, « Einige Worte als Vorrede zu Saint-John Perse Anabase », Neue Schweizer Run (...)
  • 53 Hugo von Hofmannsthal, « Émancipation du lyrisme français », Commerce, été 1929, p. 7-11.
  • 54 Ibidem, lettre 90 (22 septembre 1928).
  • 55 Ibidem, lettre 93 (23 octobre 1928).

19Lorsqu’elle demanda une préface à von Hofmannsthal pour cette traduction51, elle se heurta également à la réticence de ce dernier vis-à-vis de toute traduction lyrique, qu’il n’arrivait pas à considérer comme une véritable pratique de création littéraire. En effet, la préface, publiée en allemand dans la Neue Schweizer Rundschau en mai 1929 sous le titre « Einige Worte als Vorrede zu Saint-John Perse Anabase52 », et parue en français dans Commerce xx (été 1929) sous le titre « Émancipation du lyrisme français53 », avait donné du fil à retordre à von Hofmannsthal, qui exigeait de la princesse « quelque chose de bien, quelque appréciation sérieuse de Léger […] paru[e] en France54 » et qui réclamait surtout l’œuvre originale, « la chose elle-même, pas l’ombre défigurée qu’est toute traduction55 ». D’ailleurs, la préface se termine avec ces quelques lignes très éloquentes :

  • 56 Cette préface est reprise dans Jean Paulhan (dir.), Honneur à Saint-John Perse, op. cit., p. 423-42 (...)

Je parle de l’original de M. Saint-John Perse, et non pas de la traduction. Une œuvre de ce genre est à peu près intraduisible. […] une traduction, en pareil cas, ne peut être qu’une référence très exacte et consciencieuse. Malgré tout il reste une certaine fascination dans l’ordonnance de la traduction ; sinon on ne pourrait expliquer que les traductions de poèmes chinois puissent attirer et enchanter, ainsi que des traductions en anglais ou en allemand, qui ne proviennent même pas de l’original, mais de transcriptions latines56.

20Malgré toutes les difficultés, ici à peine mentionnées, l’envergure de la contribution de Marguerite Caetani à cette traduction allemande est évidente, dans la mesure où celle-ci participe en profondeur aux différentes étapes du processus éditorial de la traduction. Les contingences très particulières de cette traduction, démarrée en 1926 et publiée seulement en 1950, montrent jusqu’à quel point la mécène avait à cœur Anabase et son auteur, et nous éclairent davantage sur son rôle d’animatrice culturelle sur la scène internationale.

Conclusion

  • 57 « Comment sortir de ce duel des deux hobbies, votre hobby étant la traduction et le mien : l’imposs (...)
  • 58 Henriette Levillain, Sur deux versants, op. cit., p. 90-91.

21L’engagement dans la transmission du poème hors des frontières linguistiques françaises et, plus généralement, l’attention pour les échanges entre les littératures et les poètes des différents pays de l’Europe du début du xxᵉ siècle, font de Marguerite Caetani une personnalité de premier plan dans le milieu intellectuel de l’époque. Son intérêt pour la traduction littéraire, qui revêt le caractère d’une passion, plutôt que d’un simple « hobby57 », nous semble cohérent avec l’esprit d’une génération dont faisait aussi partie Saint-John Perse. Comme le suggère Levillain, le concept du commerce, si cher à l’une comme à l’autre, représente le modèle de la conception de la traduction au sein de la « confrérie », cette « société internationale de poètes58 » qui s’était constituée autour de la personnalité de Caetani, et pour laquelle Anabase représentait un cas exemplaire :

  • 59 Ibidem, p. 102.

Dans la mesure où la traduction se présentait sous la forme d’un troc autant matériel que culturel, autant comme un échange de lettres, d’œuvres et d’hommages que comme une rencontre directe de valeurs culturelles égales, mais différentes dans leur expression, elle avait, aux yeux du poète [et de la mécène], une fonction civilisatrice59.

Haut de page

Bibliographie

Eliot T. S., « Preface », dans Anabasis, London, Faber and Faber, 1930, p. 7-11.

Eliot T. S., Tadié Marie (trad.), « Préface pour une édition anglaise d’Anabase », dans Jean Paulhan (dir.), Honneur à Saint-John Perse, Paris, Gallimard, 1965.

Fiorani Caterina et Tortora Massimiliano (dir.), Il Novecento di Marguerite Caetani. Atti del Convegno internazionale, Roma, palazzo Caetani 24-25 ottobre 2013, Fondazione Camillo Caetani, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2017.

Glissant Édouard, Le Discours antillais, Paris, Éditions du Seuil, 1981.

Hartmann Esa Christine, Les Manuscrits de Saint-John Perse. Pour une poétique vivante, Paris, L’Harmattan, 2007.

Hartmann Esa Christine, « Anabasis de T. S. Eliot et Saint-John Perse : genèse d’une traduction à quatre mains », Palimpsestes, 34, 2020, p. 101-118, [en ligne].

Hartmann Esa Christine, « Saint-John Perse et T. S. Eliot : une traduction à deux plumes », dans Patrick Hersant (dir.), Traduire avec l’auteur, Paris, SUP, 2020, p. 45-73.

von Hofmannsthal Hugo, « Einige Worte als Vorrede zu Saint-John Perse Anabase », Neue Schweizer Rundschau, xxii, nᵒ 5, mai 1929.

von Hofmannsthal Hugo, « Émancipation du lyrisme français », Commerce, été 1929, p. 7-11.

Larbaud Valery, « Préface pour une édition russe d’Anabase », Commerce, nᵒ 148, janvier 1926.

Levie Sophie et Bohnenkamp Klaus E. (dir.), La Rivista “Commerce” e Marguerite Caetani. I. Briefwechsel mit deutschsprachigen Autoren, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2012.

Levie Sophie et Tortora Massimiliano (dir.), La rivista « Commerce » e Marguerite Caetani. II. Giuseppe Ungaretti. Lettere a Marguerite Caetani, Fondazione Camillo Caetani Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2012.

Levie Sophie et Smith Gerald S. (dir.), La rivista « Commerce » e Marguerite Caetani. III. Letters from D. S. Mirsky and Helen Iswolsky to Marguerite Caetani, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2015.

Levie Sophie et Rabaté Ève (dir.), La Rivista « Commerce » e Marguerite Caetani. IV. Correspondance française : Paul Valéry, Léon-Paul Fargue, Valéry Larbaud, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2017.

Levillain Henriette, Saint-John Perse et les traductions anglaises de son œuvre poétique : une lecture de l’expérience poétique, thèse de doctorat, Caen, 1986, microfiches, BnF.

Levillain Henriette, Sur deux versants. La création chez Saint-John Perse d’après les versions anglaises de son œuvre poétique, Paris, José Corti, 1987.

Levillain Henriette, Saint-John Perse, Paris, Fayard, 2013.

Meltz Renaud, Alexis Léger dit Saint-John Perse, Paris, Flammarion, 2008.

Origo Iris « Marguerite Caetani », Atlantic Monthly, ccxv, 1965, p. 81-88, [en ligne]

Paulhan Jean (dir.), Honneur à Saint-John Perse. Hommages et témoignages littéraires, Paris, Gallimard, 1965.

Saint-John Perse , « Anabase », Nouvelle revue française, nᵒ 124, janvier 1924.

Saint-John Perse, trad. Eliot T. S., Anabasis, London, Faber and Faber, 1930.

Saint-John Perse , Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1972.

Rigolot Carol (dir.), Lettres atlantiques. Saint-John Perse, T. S. Eliot et Allen Tate (1926-1970), Paris, Gallimard, 2006.

Tamassia Paolo, « Marguerite Caetani mécène et intellectuelle cosmopolite : les revues Commerce et Botteghe Oscure », SigMa, vol. 4, 2020, p. 773-791, [en ligne].

Ungaretti Giuseppe, « La Rivista Commerce », dans G. Ungaretti, dir. M. Diacono et L. Rebay, Vita d’un uomo, saggi e interventi, Milano, Mondadori, 1974.

Ungaretti Giuseppe, dir. M. Diacono et L. Rebay, Vita d’un uomo, saggi e interventi, Milano, Mondadori, 1974.

Ventresque Renée, Les Antilles de Saint-John Perse. Itinéraire intellectuel d’un poète, Paris, L’Harmattan, 1993.

Haut de page

Notes

1 Publié pour la première fois dans La Nouvelle Revue Française en 1924. C’est à partir de cette publication qu’Alexis Léger adopte le pseudonyme de Saint-John Perse, afin de garder une séparation entre sa vie diplomatique et sa vie artistique.

2 Se référant à la période 1925-1932, l’auteur écrira : « Pendant ces sept années de vie diplomatique auprès d’Aristide Briand, Alexis Léger s’était rigoureusement soustrait à toute vie littéraire. Il avait autorisé seulement des traductions étrangères d’Anabase […] » (Saint-John Perse, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1972, p. xx, désormais OC).

3 Henriette Levillain, Saint-John Perse et les traductions anglaises de son œuvre poétique : une lecture de l’expérience poétique, 1986, thèse de doctorat, Caen, microfiches, BnF ; Id., Sur deux versants. La création chez Saint-John Perse d’après les versions anglaises de son œuvre poétique, Paris, José Corti, 1987 ; Esa Christine Hartmann, Les Manuscrits de Saint-John Perse. Pour une poétique vivante, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 67-77 ; Id., « Saint-John Perse et T. S. Eliot : une traduction à deux plumes », dans Patrick Hersant (dir.), Traduire avec l’auteur, Paris, SUP, 2020, p. 45-73 ; Id., « Anabasis de T. S. Eliot et Saint-John Perse : genèse d’une traduction à quatre mains », Palimpsestes, nᵒ 34, 2020, p. 101-118, [en ligne].

4 T. S. Eliot, trad. Marie Tadié, « Préface pour une édition anglaise d’Anabase », dans Jean Paulhan (dir.), Honneur à Saint-John Perse, Paris, Gallimard, 1965, p. 422.

5 Henriette Levillain, Sur deux versants, op. cit., p. 34.

6 Esa Christine Hartmann, « Anabasis de T. S. Eliot et Saint-John Perse : genèse d’une traduction à quatre mains », art. cit., p. 118.

7 Pour un éclairage plus détaillé des raisons de ce départ de la Guadeloupe, nous renvoyons à Renée Ventresque, Les Antilles de Saint-John Perse. Itinéraire intellectuel d’un poète, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 43-44.

8 Henriette Levillain, Sur deux versants, op. cit., p. 47-48.

9 Il nous semble intéressant de remarquer que, pour le poète et philosophe martiniquais Édouard Glissant, cette poétique du déracinement chez Saint-John Perse est strictement liée à son origine antillaise : « si Perse était venu à un autre monde, s’il était venu ailleurs au monde, il eût certes été plus contraint par des enracinements, des atavismes, une glu de terre qui l’eût attaché ferme. La naissance antillaise au contraire le laisse ouvert à l’errance. », Édouard Glissant, Le Discours antillais, Paris, Éditions du Seuil, 1981, p. 430.

10 Le nom de Marguerite Caetani ne figure nulle part, les trois directeurs officiels de la revue étant Paul Valéry, Valery Larbaud et Léon-Paul Fargue.

11 Caterina Fiorani et Massimiliano Tortora (dir.), Il Novecento di Marguerite Caetani. Atti del Convegno internazionale, Roma, palazzo Caetani 24-25 ottobre 2013, Fondazione Camillo Caetani, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2017, p. ix. Nous remercions Caterina Fiorani, directrice des Archives Caetani pour sa disponibilité et son aide dans la consultation des documents publiés. Ici comme dans le reste de l’article, sauf mention contraire, nous traduisons.

12 On peut lire, dans une lettre que Léon-Paul Fargue envoyait à Léger un samedi en 1923 : « La princesse Bassiano, avec qui je parle souvent de vous et qui est une amie de Larbaud, de Valéry, de Vinès, est très impatiente de vous connaitre. Elle me charge de vous amener demain dimanche, pour le déjeuner, à Versailles. Venez, je vous en prie, vous nous ferez un immense plaisir. […] Vous trouverez chez elle ses amis. Elle insiste beaucoup, moi aussi. » (Renaud Meltz, Alexis Léger dit Saint-John Perse, Paris, Flammarion, 2008, p. 234).

13 Paolo Tamassia, « Marguerite Caetani mécène et intellectuelle cosmopolite : les revues Commerce et Botteghe Oscure », SigMa, vol. 4, 2020, p. 776, [en ligne].

14 Iris Origo, « Marguerite Caetani », Atlantic Monthly, ccxv, 1965, p. 81-88, [en ligne].

15 Saint-John Perse, OC, op. cit., p. 1304. De manière générale, comme le rappellent tous ses critiques, il faut prendre les mots de Saint-John Perse avec précaution, étant donné que l’édition des œuvres complètes a été rédigée de sa propre main.

16 Sophie Levie et Massimiliano Tortora (dir.), La rivista “Commerce” e Marguerite Caetani. II. Giuseppe Ungaretti. Lettere a Marguerite Caetani, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2012, p. xvii, nbp 24, désormais La Rivista « Commerce » e Marguerite Caetani. II suivi du numéro de la lettre.

17 Saint-John Perse, OC, op. cit., p. 93-94.

18 Renaud Meltz, Alexis Léger dit Saint-John Perse, op. cit., p. 237-238.

19 Henriette Levillain, Sur deux versants, op. cit., p. 90. Comme le précise Levillain, chez le poète, ce terme s’apparente au troc et aux échanges directs fondées sur des relations humaines plus fécondes, plutôt qu’à son acception moderne.

20 Saint-John Perse, OC, op. cit., p. 465. L’équivalence entre traduction et adaptation est établie par le poète lui-même, tel qu’il l’indique dans la note en fin de volume des OC : « L’adaptation de St-J. Perse est la seule traduction que l’on connaisse de lui » (Saint-John Perse, OC, op. cit., p. 1141).

21 Carol Rigolot (dir.), Lettres atlantiques. Saint-John Perse, T. S. Eliot et Allen Tate (1926-1970), Paris, Gallimard, 2006, p. 211, désormais LA.

22 Saint-John Perse, OC, op. cit., p. 1141.

23 Henriette Levillain, Sur deux versants, op. cit., p. 35-36.

24 Publiée sous le titre « Préface pour une édition russe d’Anabase » dans La Nouvelle Revue Française, nᵒ 148, janvier 1926, p. 64-67 et reprise dans Jean Paulhan (dir.), Honneur à Saint-John Perse, op. cit., p. 426-428. Contrairement aux échanges que nous traitons dans cet article, la correspondance avec les collaborateurs russes n’est pas traversée par l’affaire Anabase. De plus, dans les lettres échangées avec Mirsky, ce dernier ne se montre jamais trop proche de la poétique persienne, lui préférant toujours celle de T. S. Eliot (Sophie Levie et Gerald S. Smith (dir.), La rivista « Commercee » e Marguerite Caetani. III. Letters from D. S. Mirsky and Helen Iswolsky to Marguerite Caetani, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2015, en particulier les lettres 1, 2, 6).

25 Sophie Levie et Ève Rabaté (dir.), La Rivista « Commerce » e Marguerite Caetani. IV. Correspondance française : Paul Valéry, Léon-Paul Fargue, Valéry Larbaud, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2017, lettre 188, 6 juin 1925.

26 T. S. Eliot, « Preface », Anabasis, London, Faber and Faber, p. 7.

27 T. S. Eliot, « Préface pour une édition anglaise d’Anabase », art. cit., p. 420.

28 Carol Rigolot (dir.), LA, op. cit., p. 10.

29 Henriette Levillain, Saint-John Perse, Paris, Fayard, 2013, p. 261.

30 Lettre en anglais inédite, 27 octobre 1926, Archives Caetani, Rome.

31 « Pour l’instant, je ne peux tout de même rien faire avant d’avoir l’avis de Leger, dont j’estime beaucoup l’opinion » (17 mars 1927) ; « peut-être pourrez-vous exercer votre influence sur Roditi […] aussi bien que sur Leger » (18 juin 1928) ; « Ma chère Marguerite, […] Je me suis résigné à attendre indéfiniment Leger. Quand il pourra m’envoyer ses commentaires et signer un contrat, nous sortirons le livre le plus vite possible. » (13 juillet 1929) (Carol Rigolot (dir.) LA, op. cit., p. 35-36-37).

32 « En l’absence de toute réponse d’Alexis Léger, il [T. S. Eliot] recourait à l’entremise amicale de la princesse de Bassiano, fondatrice de la revue Commerce et amie du poète, pour obtenir indirectement quelques indications ou précisions nécessaires. » (Saint-John Perse, OC, op. cit., p. 1142).

33 Carol Rigolot (dir.), LA, op. cit., p. 42-43 (2 septembre 1929).

34 Les différentes éditions du poème Anabase en anglais datent de 1930, 1938, 1949 et 1959.

35 Henriette Levillain, Sur deux versants, op. cit., p. 121.

36 « J’attends avec anxiété la traduction d’Eliot » (avril 1927) ; « La traduction d’Eliot est attendue avec la plus grande impatience. Déjà Caffi, avec ses remarques ponctuelles et éclairées, a résolu presque toutes les difficultés. Ils ne restent que deux ou trois passages, vis-à-vis desquels on ne pouvait que jouer d’hypothèses. Et c’est sur ces passages qu’Eliot va certainement m’éclairer » (août 1927) ; « J’attends avec impatience la traduction d’Eliot pour réviser la mienne » (10 septembre 1927). Lettres en italien dans La Rivista « Commerce » e Marguerite Caetani. II, op. cit.

37 « Ho incominciato a rivedere e a ricopiare la traduzione di Anabase. […] Un incontro è indispensabile. Ci sono diversi punti che non afferro bene, e un’infinità di nonnulla sui quali è necessario io non abbia esitazioni […] e per lettera non si finirebbe più ». Ibidem, nᵒ 7 (avril 1927).

38 « Quest’ottobre mi propongo di venire a Parigi a farLe vedere il lavoro fatto. Ci ho messo tutta l’anima. Ed è stata per me una grande illuminazione. Le sono gratissimo di avermi affidato questo compito ». Ibidem, nᵒ 8 (août 1927).

39 « Travaillant en 1930 à sa traduction d’Anabase dans les mêmes conditions qu’Eliot, c’est-à-dire sans contact possible ni correspondance avec l’auteur, il avait dû, lui aussi, pour s’assurer de son accord et de ses vues, recourir aux bons offices de la Princesse Bassiano, fondatrice, à Paris, de la revue Commerce » (Saint-John Perse, OC, op. cit., p. 1149).

40 « La Sua lettera, cara Principessa, mi ha profondamente commosso. Come esprimerLe la gratitudine che provo per tanta Sua bontà a mio riguardo? […] Ho subito riletto l’Anabase. Lo tradurrò con entusiasmo. Avrò da chiedere alcune spiegazioni. Tutta la difficoltà sarà d’arrivare alla stessa semplicità, alla stessa intensità », La Rivista « Commerce » e Marguerite Caetani. II, op. cit., lettre du 5 mai 1926.

41 « “Commerce” è di certo l’antologia internazionale meglio portata a compimento della letteratura del primo cinquantennio del Novecento ». (Giuseppe Ungaretti, « La Rivista Commerce », dans G. Ungaretti, dir. M. Diacono et L. Rebay, Vita d’un uomo, saggi e interventi, Milano, Mondadori, 1974, p. 661).

42 « Fu “Commerce” a dare grande risalto alle opere di Perse che è oggi uno dei poeti più seguiti in Francia, e ammirato e seguito anche fuori di Francia. […] Per altre iniziative gli scrittori d’oggi hanno doveri di forte gratitudine verso Marguerite Caetani, ma per “Commerce”, i pochi superstiti della vecchia generazione, anche a nome dei loro numerosi compagni scomparsi, le dicono che il loro debito verso di lei non ha misura. “Commerce” ha dato alle diversità di un’epoca il tono giusto, e un tono alto ». (Ibidem, p. 664-665).

43 Klaus E. Bohnenkamp et Sophie Levie (dir.), La Rivista “Commerce” e Marguerite Caetani. I. Briefwechsel mit deutschsprachigen Autoren, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2012, lettre nᵒ 2 (16 février 1925), dorénavant La Rivista “Commerce” e Marguerite Caetani. I, suivi du numéro de la lettre. Avant cette lettre, il n’y a aucune trace écrite de la promesse de Rilke de traduire Anabase, ce qui n’empêche pas un accord verbal entre Rilke et Caetani.

44 Ibidem, lettre nᵒ 47 (24 juin 1925).

45 Ibidem, p. lxvii.

46 Ibidem, lettre nᵒ 42 (la date indiquée est « le jour de Pâques », c’est-à-dire le 4 avril 1926).

47 Ibidem, lettre nᵒ 47 (24 juin 1926) ; « J’ai trouvé un collaborateur merveilleux en Groethuysen » (ibidem, lettre de Marguerite Caetani à von Hofmannsthal, nᵒ 115, 29 septembre 1925).

48 La correspondance entre Caetani, Kippenberg, Groethuysen et Kessler à propos de la publication d’Anabase couvre une période de quatre ans (1926-1930).

49 « En Angleterre et en Italie ça sera publié cet hiver – des traductions qui ont été commencées cet été ! » écrira Marguerite Caetani à Rilke (La Rivista “Commerce” e Marguerite Caetani. I, op. cit., lettre nᵒ 59, 5 novembre 1926). Bien qu’avec un destin plus heureux, il faut rappeler que les réponses tardives de Perse allaient différer également la sortie de ces deux autres traductions.

50 Ibidem, lettre nᵒ 5, (22 [?] février 1925).

51 Ibidem, lettre en allemand, nᵒ 209, (24 septembre 1928).

52 Hugo von Hofmannsthal, « Einige Worte als Vorrede zu Saint-John Perse Anabase », Neue Schweizer Rundschau, xxii, nᵒ 5, mai 1929.

53 Hugo von Hofmannsthal, « Émancipation du lyrisme français », Commerce, été 1929, p. 7-11.

54 Ibidem, lettre 90 (22 septembre 1928).

55 Ibidem, lettre 93 (23 octobre 1928).

56 Cette préface est reprise dans Jean Paulhan (dir.), Honneur à Saint-John Perse, op. cit., p. 423-425.

57 « Comment sortir de ce duel des deux hobbies, votre hobby étant la traduction et le mien : l’impossibilité de la traduction […]. » (La Rivista “Commerce” e Marguerite Caetani : I, op. cit., lettre nᵒ 95 de von Hoffmansthal à Marguerite Caetani, 12 avril 1929).

58 Henriette Levillain, Sur deux versants, op. cit., p. 90-91.

59 Ibidem, p. 102.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sara Aggazio, « Le rôle de Marguerite Caetani dans les traductions d’Anabase de Saint-John Perse »Continents manuscrits [En ligne], 21 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/coma/11058 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coma.11058

Haut de page

Auteur

Sara Aggazio

Università di Cagliari

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search