Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22L’amitié particulière entre Josep...

L’amitié particulière entre Joseph Zobel et Armand Guibert, et les manifestations culturelles francophones à Paris, Knokke-le-Zoute et Dakar (1947-1966)

Charles W. Scheel

Résumés

La correspondance des années 1957-1966 entre Joseph Zobel et Armand Guibert, conservée dans le fonds Patrimoine méditerranéen de l'université de Montpellier, révèle une relation particulière entre deux écrivains dont la complicité s'est développée autour d'un même goût de la poésie et de l'homosexualité. Alors qu'ils avaient fait connaissance brièvement à Paris lors d'une soirée littéraire autour de Senghor en 1947, leur relation – surtout épistolaire – prend rapidement un tour intime lorsque Zobel prend la décision de quitter Paris pour s'installer avec sa famille au Sénégal en 1957. Une mutation obtenue grâce au soutien de Senghor, auquel Guibert allait consacrer une monographie dès 1961. À partir de ce noyau d'intérêt commun, les lettres entre Zobel et Guibert montrent comment ils allaient partager les textes d'autres poètes francophones (ou traduits en français, comme ceux de Pessoa par Guibert) pour alimenter les manifestations littéraires (dont de nombreuses lectures partagées sur les réseaux radiophoniques de la francophonie), auxquelles ils participaient entre Paris et Dakar, en passant par des festivals comme celui de la Biennale internationale de poésie de Knokke-Le-Zoute, station balnéaire belge huppée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il est d’ailleurs touchant de remarquer que le décès de la grand-mère de l’écrivain, Marie Roche, a (...)

1Depuis son décès en 2006, la réception critique de Joseph Zobel a surtout porté sur l’œuvre de l’écrivain – poète, romancier et conteur – au détriment de ses activités de journaliste, d’acteur radiophonique, de récitant de poèmes, d’enseignant, de producteur d’émissions culturelles à la radio, d’artiste plasticien (peintre, sculpteur, céramiste, jardinier, ikébaniste…), d’organisateur d’expositions et autres manifestations culturelles, que ce soit en France hexagonale, aux Antilles, en Europe, en Afrique ou ailleurs. Dans sa Martinique natale, c’est l’auteur de La Rue Cases-Nègres – son roman-phare de 1950, popularisé par la très belle adaptation filmique d’Euzhan Palcy en 1983 – qui est toujours célébré. Et si le Lycée de Rivière Salée, sa ville natale, a été nommé Lycée Joseph Zobel, en présence de l’écrivain, en l’an 2000, c’est parce qu’il est devenu, en quelque sorte, l’enfant chéri de son personnage le plus célèbre, la valeureuse M’man Tine, qui s’est sacrifiée dans les champs de canne pour que son petit-fils, José Hassam, échappe à cette destinée et puisse faire des études secondaires1.

  • 2 Dans la collection « Contemporary French and Francophone Cultures », nᵒ 51, Liverpool, Liverpool Un (...)
  • 3 Voir la recension de cet ouvrage par Charles W. Scheel, « Joseph Zobel, la négritude et le roman – (...)
  • 4 Dans l’ouvrage collectif édité par Martine Antle et Dominique Fisher, The Rhetoric of the Other: Le (...)

2En 2015, le centenaire de la naissance de Zobel a été dûment célébré en Martinique – notamment par une exposition intitulée « Joseph Zobel : Chemin de vie 1915-2006 », de documents et d’artefacts issus du Fonds Zobel, acquis par le Musée d’Histoire et d’Ethnographie de Fort-de-France quelques années auparavant – et par un colloque « Joseph Zobel. Héritages, portées et modernités » au campus universitaire de Schoelcher, dont les actes sont parus aux éditions Passages, à Caen, en 2020. Toutes sortes de lectures intéressantes étaient proposées dans ces manifestations, mais c’est dans une note discrète au bas de la page 175 de son remarquable ouvrage, en langue anglaise, Joseph Zobel, Négritude and the Novel, paru en 20182, que Louise Hardwick apportait un élément inattendu. Elle y mentionne, en effet, « une discussion autour des notions de masculinité et d’homosexualité dans La Rue Cases-Nègres, qui oppose des critiques comme Jacques André et Keith B. Mitchell à Keith Q. Warner et Renée Larrier »3. Plus précisément, la notion de « désir homosexuel » (attribué au narrateur de La Rue Cases-Nègres quand il décrit les corps musclés des dockers du port) était mentionnée dans le titre d’une étude de Keith B. Mitchell : « Naming That Which Dare Not Speak: Homosexual Desire in Joseph Zobel’s Black Shack Alley », parue aux États-Unis en 20024.

  • 5 La première fois que j’ai entendu parler de ce thème, en conjonction avec le nom de Zobel, c’était (...)
  • 6 Archives et manuscrits de la bibliothèque interuniversitaire de Montpellier, fonds spécialisés de l (...)
  • 7 D’autres correspondances de Zobel sont connues, mais elles concernent des périodes ultérieures et p (...)

3Même si on admet que le narrateur d’un roman est une construction fictive, une telle lecture de l’œuvre de Zobel était aussi surprenante que choquante pour qui n’avait jamais entendu, ou lu, jusque-là, la moindre mention d’homosexualité dans ses textes ou dans la littérature critique sur l’écrivain, et préféré ne pas accorder trop de crédit à des rumeurs, entendues à droite ou à gauche5. Or voilà que dans une correspondance d’une vingtaine de lettres, conservée dans le Fonds Armand Guibert de l’Université de Montpellier6 et devenue récemment accessible au public, Zobel parle lui-même de sa vie cachée d’homosexuel, pendant son séjour en France dans les années 1950 et ensuite à Dakar. Une telle découverte n’aurait aucun intérêt au-delà de l’anecdote biographique, s’il s’agissait d’une correspondance purement privée. Mais ce n’est pas le cas, car il s’agit d’un échange entre deux hommes de lettres, unis par une appréciation commune de la poésie et par une même préférence – inavouable en public – en matière de sexualité. Or cette complicité clandestine constitue un mini-réseau de solidarité, à la fois pour la partie cachée de leurs vies privées, et pour leurs activités professionnelles, notamment leur participation à toutes sortes de manifestations culturelles – littéraires ou artistiques – entre Afrique et Europe pendant la période concernée7.

4Pour qui s’étonnerait de la « dimension clandestine » de l’homosexualité dans ladite période, une série d’articles publiés dans Le Monde en 2022 a rappelé à quel point l’opprobre pesait sur elle, même en France, où il fallut attendre 1982, sous la première présidence de François Mitterrand, pour que le « délit d’homosexualité » soit abrogé et qu’une vie ouvertement gay soit envisageable8. Avant cela, il convenait d’avancer masqué pour les personnes concernées par de telles « déviances », si elles voulaient vivre « normalement » dans la société de leur temps et peut-être aussi faire carrière dans telle ou telle institution9. Le problème était évidemment bien plus aigu, sur le plan des relations personnelles, pour les personnes mariées – ce qui était le cas de Zobel, mais non pas de Guibert. Dans leur correspondance, cette différence de statut social est évidente (même si la vie familiale de Zobel n’est thématisée qu’une seule fois, dans une brève allusion de Guibert aux fils de Zobel, qui venaient de quitter Dakar pour faire des études en France) et, sur elle, viennent se greffer de fortes disparités culturelles dans la tolérance de relations homosexuelles, entre une ville comme Paris, des villes du Maghreb (majoritairement musulman, mais sous administration coloniale française, où Guibert a longtemps vécu), et une ville d’Afrique noire sous forte emprise musulmane, comme Dakar, où Zobel a vécu, lui, de 1958 à 1974.

5Or, en cette fin de période coloniale et de début des « Indépendances », les réseaux de la francophonie – politiques, économiques ou culturels – étaient mobilisés pour toutes sortes de manifestations auxquelles les deux hommes ont participé – parfois comme organisateurs. Comment se conjuguaient, alors, les affinités particulières – vraiment électives dans ce cas : Zobel et Guibert n’étaient pas amants, mais complices en poésie et dans leur désir de relations intimes avec des hommes – avec les programmes officiels ?

1. Zobel et Guibert : rencontre à Paris, en 1947, autour de Senghor

  • 10 En tant que membre de l’équipe Manuscrits francophones de l’ITEM, pressenti vers 2016 pour coordonn (...)

6Ayant été avisé en 2022 de l’existence de la correspondance Guibert-Zobel10, j’ai découvert par la même occasion Armand Guibert, un écrivain français dont je n’avais jamais entendu parler. Divers sites en ligne m’ont permis de prendre connaissance de quelques données de base : né et mort dans le Midi-Pyrénées (1906-1990), il avait beaucoup voyagé après des études d’anglais à Toulouse ; devenu poète, écrivain, éditeur, directeur de revue, conférencier et traducteur, il avait fréquenté de grands écrivains du xxᵉ siècle, comme Léopold Sédar Senghor, Henri Bosco ou Albert Camus. Auteur de quelque cinq recueils de poésie et d’une dizaine d’ouvrages consacrés à des poètes, ses travaux de traducteur ont notamment permis au public francophone de découvrir l’œuvre de l’immense poète portugais Fernando Pessoa (1888-1935). Outre une bibliothèque conséquente, il a laissé des centaines de correspondances dans ses archives privées – qui ont intégré le fonds « Patrimoine Méditerranéen » de la Bibliothèque interuniversitaire de Montpellier en 2007 – et un « Journal intime », conservé à la Bibliothèque de l’Alcazar de Marseille (où il est consultable depuis 2020, soit trente ans après la mort de l’auteur, comme il l’avait stipulé).

7Plusieurs études ont été consacrées à l’écrivain par Guy Dugas, professeur émérite de l’université Paul-Valéry de Montpellier, dont une concernant une autre – et longue – relation littéraire de Guibert, intitulée « Négritude et lusitanité : Léopold Sédar Senghor et Armand Guibert à travers leur correspondance11 » (entre 1948 et les années 1980). C’est via leur liens respectifs avec la poésie de Senghor que Zobel et Guibert se sont connus – brièvement – à Paris en 194712, et c’est à Paris et à Dakar qu’ils auront l’occasion de se rencontrer par la suite, autour de la littérature et des arts africains, comme leurs lettres le montrent13.

  • 14 Dans un bel hommage (Littératures, nᵒ 24, 1991, p. 165-177), Robert Condat le qualifie « d’enseigna (...)
  • 15 C’est dans le numéro 20 de cette revue que Guibert a publié le recueil Poésie d’abord (Tunis, Éditi (...)

8Contrairement à Zobel, qui n’avait jamais quitté la Martinique avant de venir à Paris fin 1946, Guibert avait beaucoup bougé, dès la fin de ses études d’anglais à Toulouse14. Après une année à Cambridge, il avait mis le cap sur la Tunisie en 1931 pour un premier poste d’enseignant d’anglais, et y avait rencontré, au lycée de Sousse, un jeune collègue avec qui il allait vivre une relation passionnée pendant une dizaine d’années : Jean Amrouche (1906-1962), homme de lettres d’expression française et d’origine kabyle, qui était revenu en Tunisie après des études de lettres à l’ENS à Paris. Ensemble, ils ont repris la revue Mirages en 1932, puis fondé la collection des Cahiers de Barbarie15, en 1934, avant de reprendre les éditions Monomotapa, de 1938 à 1939, et d’animer la page littéraire du journal La Tunisie française. La seconde guerre mondiale déclenchée, Guibert se retrouvait avec Amrouche à Alger aux côtés de l’éditeur Edmond Charlot, en 1941, avant de revenir en France et de participer aux « Rencontres de Lourmarin », en Provence, en septembre de la même année. Il y a rencontré l’éditeur Pierre Seghers et rejoint le comité de rédaction de la petite collection « Poésie ».

  • 16 Ce qui voulait dire surveillant ou répétiteur, poste que Zobel avait déjà occupé au Lycée Schoelche (...)

9Mais ce n’est qu’en 1947 que Guibert – après une année à Rome, deux années au Portugal et un long voyage, comme conférencier, en Afrique du Sud et dans l’océan Indien – a rencontré Zobel à Paris. Ce dernier venait d’y arriver et de faire la connaissance de Léopold Sédar Senghor, sur recommandation de son ex-collègue martiniquais au Lycée Schoelcher de Fort-de-France, Aimé Césaire, qui avait été récemment élu député, comme Senghor aussi, dans le cadre de l’Union française, créée par la ivᵉ République. Mais, en cette année 1947, Zobel ne faisait pas plus de politique que Guibert qui, avec Louis Parrot, éditait le nᵒ 7 de la collection « Poètes d’aujourd’hui » de Seghers, consacré au poète espagnol Federico Garcia Lorca. Très peu de temps après, en 1948, le jeune député Senghor publiait au Seuil son second recueil de poésie, Hosties noires, et éditait la fameuse Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache, un ouvrage collectif réunissant des textes d’Aimé Césaire, Léon-Gontran Damas, Birago Diop, David Diop et Jacques Rabemananjara, avec une préface de Jean-Paul Sartre. Or ce sont ces « poèmes noirs » que Zobel allait mettre au centre de son répertoire d’acteur radiophonique et de récitant dans toutes sortes de festivals de poésie. C’est aussi en 1948 que débute la correspondance entre Guibert et Senghor – tous deux étant basés à Paris mais voyageant beaucoup – alors que Zobel s’installait avec sa famille à Fontainebleau, où il avait obtenu un emploi d’adjoint d’enseignement au lycée16. Et c’est de Fontainebleau qu’était partie la première lettre connue de Zobel à Guibert, neuf ans plus tard.

  • 17 Les ayants droit de Joseph Zobel étant majoritairement opposés à la publication de cette correspond (...)
  • 18 Le Fonds Zobel (comprenant des meubles, des objets d’art, des livres, des photos et des corresponda (...)
  • 19 Notamment dans la presse dakaroise. Voir à ce sujet l’article de Laure Demougin, « Joseph Zobel, d’(...)
  • 20 Cette correspondance, déjà mentionnée, a fait l’objet d’une publication par Emily Zobel Marshall et (...)
  • 21 Dénoncé dans le roman De purs hommes, Paris, Philippe Rey/Jimsaan, 2018, par l’écrivain sénégalais (...)

10Comme le montre le tableau de la correspondance en annexe17, sur les vingt-trois lettres conservées dans le Fonds Guibert, seules trois sont de Guibert (manifestement des copies-carbone des lettres envoyées), et vingt de Zobel. Il est peu probable qu’on retrouve les lettres de Guibert dans le fonds Zobel, conservé en Martinique18, car Zobel, soucieux de préserver les apparences d’une vie familiale conventionnelle19, les aura certainement détruites. Zobel était marié depuis 1943 et avait trois enfants, nés en Martinique. Sa correspondance avec sa femme, pendant l’année qu’il avait passée seul à Paris de décembre 1946 à novembre 1947, le montre comme un mari amoureux20 et un père attentionné, et il est resté proche de ses enfants pendant toute sa vie. Or, les lettres à Guibert montrent à quel point Zobel souffrait de mener une double vie qu’il percevait comme honteuse, car il était déchiré en permanence entre l’amour de sa famille et des désirs irrépressibles qui le mettaient à la merci de tentatives de chantage, surtout dans l’environnement homophobe de Dakar21.

  • 22 Voir l’extrait de la lettre de Zobel du 21 juin 1957 à Amadou M. M’Bow, alors Chef des Missions d’é (...)
  • 23 Comme le montrent les très belles photos prises par Joseph Zobel à Fontainebleau et autour de sa ma (...)
  • 24 Le saut s’avérera plus périlleux que prévu, en raison de complications administratives qui firent l (...)

11C’est à la veille de son départ pour le Sénégal, après dix ans de vie en région parisienne, que Zobel commence à se confier, par lettres, à Guibert, et fournit ainsi, une soixantaine d’années plus tard, des éléments qui mettent en question certaines perceptions de son parcours et de son œuvre, par la critique zobélienne ou les médias. À commencer par ses motivations pour quitter la France. Certes, il aura voulu, comme tant d’autres Antillais ou Noirs américains, et comme il le mentionne dans une lettre de candidature à un poste au Sénégal, « découvrir la terre de ses ancêtres »22, mais de là à quitter Fontainebleau et Paris, où il était très bien intégré, avec son épouse et trois enfants scolarisés (de treize, douze et dix ans)23, pour partir dans une Afrique en pleine mutation, il y avait un grand pas à franchir24. Or les premières lettres à Guibert, en 1957, révèlent que Zobel vivait une crise existentielle profonde. Dans celle du 28 septembre, il priait son « cher ami » de prendre rendez-vous pour lui chez un psychologue – un homme à qui il puisse « tout dire » et qui puisse lui être d’un « véritable secours ». On ne sait ce qu’il est advenu de cet appel au secours cryptique, mais dans la dernière lettre de la correspondance, en janvier 1966, c’est Zobel qui compatissait avec son « cher Armand », déprimé suite à une rupture, en lui assurant qu’il avait connu la même « angoisse du déchirement » et le même « silence désespérant d’un ami, dont on n’attendait ne fût-ce qu’un mot », lorsqu’il avait quitté Paris et Fontainebleau « pour fuir en Afrique ».

  • 25 Guibert avait aussi un domicile parisien sur l’île Saint-Louis.

12Même sans le facteur de crise psychique d’origine sentimentale, à laquelle Zobel faisait allusion, les mois de l’été et de l’automne 1957 – avant de prendre l’avion avec sa famille pour le Sénégal le 11 novembre – ont été très éprouvants pour lui. Non seulement en raison des affres du départ projeté, mais aussi d’un fantasme de rencontre avec « une personne » que Zobel avait trouvée chez Guibert25 un jour, et dont il espérait que Guibert voudrait bien « avoir assez de complaisance » pour lui faire part de son désir de « la » revoir. Dans la même lettre (la deuxième, du 1er juillet), la mention, également anonyme, « d’un poète », auquel Zobel avait suggéré de contacter Guibert par téléphone, paraît bien moins importante que celle du fantasme d’une rencontre privée avec cette « personne » que Zobel nommera ensuite « Taizol (ou Taisol, ou Thésol) » ou le « Centaure », dans plusieurs lettres ultérieures, sans jamais obtenir satisfaction, semble-t-il.

13Dans cette correspondance, l’imbrication des remarques personnelles et des considérations littéraires ou organisationnelles est frappante. En général, Zobel espérait obtenir des contacts masculins par Guibert quand il venait en France l’été, et tâchait de favoriser des rencontres « discrètes » pour Guibert quand celui-ci venait à Dakar. Ceci est arrivé au moins deux fois dans la période concernée, en 1961 et en 1963 – la correspondance cessant avant le Festival de Dakar de 1966, pour lequel Guibert devait figurer parmi les invités de marque du Président Senghor, comme le lui annonçait Zobel, dès le 14 novembre 1965. Or si, en 1957, Zobel et Guibert connaissaient Paris et la poésie de Senghor de longue date, il leur restait – pour tous les deux – à découvrir le Sénégal dans ses réalités physiques et sociologiques.

2. « L’âme noire », « le Noir musulman », « ça » ou « la chose »

14Dès sa première lettre d’Afrique, du 18 janvier 1958, sur papier à en-tête de son « Collège Normal de Ziguinchor » (encore à l’état de chantier), un Zobel désabusé fait d’abord une allusion assez coquine à ce que Guibert ferait avec 168 élèves, des « jeunes gens de 16 à 19 ans » qui couchent encore sur des nattes, à défaut de lits dans les dortoirs… Mais il ajoute, un peu plus loin, « qu’ici, personne ne semble avoir entendu parler de ça » ; que Guibert sait, du reste, « combien l’Islam détruit toute passion et toute lubricité » ; et que « Ziguinchor n’est pas Dakar ». Ces quelques remarques généralisantes contiennent le noyau des questions qui seront développées ultérieurement dans la correspondance – et sans doute bien davantage dans les occasions de rencontre – entre les deux hommes, autour du « ça » innommable : l’homosexualité.

15Il convient aussi de noter que la correspondance conservée à Montpellier n’est pas complète, même en ce qui concerne les lettres de Zobel à Guibert. Entre la courte lettre depuis Ziguinchor en janvier 1958, citée plus haut, et la suivante, envoyée depuis Dakar le 13 février 1960, deux ans se sont écoulés. Zobel mentionne qu’il est débordé de travail – à la fois au Lycée Van Vollenhoven (où il est employé depuis plus d’un an et doit aussi remplacer le proviseur en juillet, avant de pouvoir partir en vacances en France) et à Radio-Mali (station basée à Dakar, où il fait deux émissions de poésie par semaine, « passionnantes » mais aussi « épuisantes », car il est mal assisté). Ayant cru comprendre que Guibert s’ennuyait en France, Zobel lui suggère de se porter candidat à un poste d’enseignement à Dakar, auprès du ministre de l’Éducation, Dieng, qui se trouve être à Paris. Mais Zobel avertit son ami « qu’ici », il souffrirait, à moins de pouvoir, comme lui, compenser par le travail. Il termine en rappelant à Guibert combien il espère pouvoir « rencontrer Taizol, seul, à Paris, l’été prochain ».

16Ces allusions à la solitude – affective ou sexuelle – éprouvée à Dakar trouvent un écho dans la réponse de Guibert du 4 mars, qui se décrit également débordé par les tâches, dont la préparation d’une conférence sur le thème de « L’âme noire » qu’il a, « imprudemment », accepté de donner en Belgique un mois après. S’il entend s’appuyer, « pour l’interprétation psychologique », sur les écrits d’auteurs noirs dont il dispose, il demande à Zobel de le renseigner sur les derniers ouvrages de Mongo Béti, de Fanon et de Camara Laye. Et, surtout, il lui demande s’il existe, à son avis, « une psychologie spécifique du Noir musulman », question qui le « hante ».

  • 26 Des variantes de ces commentaires apparaissent dans la lettre suivante de Zobel, du 5 mai 1960, dan (...)

17Manifestement, le courrier entre Paris et Dakar était déjà aérien, car Zobel a répondu à son ami dès le 8 mars, en donnant les renseignements demandés sur les œuvres d’auteurs africains, et en conseillant à Guibert de faire un tour à Présence Africaine (à Paris…) pour découvrir les nouveautés. Quant à la « psychologie du Noir musulman », Zobel précise ne connaître que le Sénégal, n’avoir rien lu sur la question, et ne pas réussir à avoir de contacts utiles parce que, à Dakar, il est considéré soit comme un « toubab », soit comme un chrétien. Par contre, il développe un long paragraphe en réponse à un thème soulevé par Guibert dans une lettre antérieure, celui de la « vénalité qui règne dans certaines villes » (sans doute du Maghreb), pour dire que : « jamais tu ne trouverais ici l’amitié véritable qui existe chez un Tézol » ; « ici, la “chose” est une opération commerciale » et les « étreintes » ont souvent des relents de chantage26. Si bien qu’il a, lui, renoncé à tout espoir de trouver « même un bon camarade » et – ayant été humilié à chaque tentative – renoncé « à tout désir » ou « illusion d’une rencontre merveilleuse ». Mais le travail le « sauve ».

3. Des « Biennales de Poésie » de Knokke au « Festival des Arts Nègres » de Dakar

  • 27 Fernando Pessoa, Ode Maritime, Paris, Seghers, 1955 ; Bureau de tabac et autres poèmes, Paris, Cara (...)
  • 28 Federico de Onis (choix, introduction et notes), Anthologie de la poésie ibéro-américaine. Présenta (...)

18Ayant découvert la poésie de Senghor en 1947-1948, Guibert allait devenir l’un des grands connaisseurs du poète sénégalais et oeuvrer pour sa gloire en éditant une des premières monographies sur cet écrivain dès 1961 chez Seghers (rééditée plusieurs fois jusque dans les années 2000), et une autre chez Présence Africaine en 1963. Vers la même époque, plusieurs recueils des traductions, par Guibert, de poèmes de Fernando Pessoa paraissaient en France27. Or, comme déjà mentionné, les poèmes de ces deux écrivains, en particulier, font partie du répertoire d’oeuvres que Zobel interprétait à la radio ou sur scène. La correspondance Zobel-Guibert montre bien à quel point leur interaction a été particulièrement fertile en ce qui les concerne. Ainsi Zobel mentionne-t-il, dans sa lettre du 13/02/1960, combien il apprécie les « merveilleuses » traductions de textes, par Guibert, dans l’Anthologie de la poésie ibéro-américaine (de 1956)28, dont il se sert dans les « montages sonores » qu’il crée pour ses deux émissions hebdomadaires de poésie sur Radio-Mali. Dans la même lettre, il annonce qu’il sera à Bruxelles, en août, pour « une série d’émissions poétiques à la télévision belge », et lui demande aussi, en p.s., s’il a une idée de revue où il pourrait publier une ou deux des récentes nouvelles, « assez longues : de 15 à 25 pages », qu’il vient d’écrire.

19Il vaut de noter que, dans sa réponse du 4 mars 1960, Guibert soulève la question des droits des traducteurs de poèmes lus à la radio, dont Zobel n’avait aucune conscience. Après en avoir parlé « avec Lucien Fouché, directeur des émissions culturelles de la RTF », rencontré à Paris, Guibert prie donc Zobel de faire le relevé des poèmes brésiliens de sa traduction, lus à l’antenne de Radio-Mali, afin qu’il puisse le transmettre à la Société des Gens de Lettres. La réponse de Zobel prouve à quel point le réseau des radios francophones importait dans ce contexte : lui-même avait « aperçu Lucien Fouché à la Biennale de poésie de Knokke en septembre dernier », où il avait donné un récital, mais sans pouvoir lui parler. En tout cas, dorénavant, il mentionnera les noms des traducteurs dans les documents de travail des émissions.

  • 29 Il est frappant de constater à quel point les festivals de poésie – très prisés dans les années 194 (...)
  • 30 Recension dans Textyles nᵒ 42, 2012, p. 174-175, par Hubert Roland, de Arthur Haulot, Remember. Cyc (...)
  • 31 Il reste une référence (SPAT 00054) à un enregistrement audio de 2ʹ49ʺ de sa lecture en 1954 d’« Ép (...)
  • 32 Les Archives de Bruxelles, citées plus haut, mentionnent une lettre à Géo Libbrecht dans la rubriqu (...)

20Les « Biennales de Knokke-le-Zoute » sont mentionnées à plusieurs reprises dans la correspondance – souvent de manière allusive – et méritent quelques précisions car elles ont constitué un lieu de rencontre culturel bi-annuel extraordinaire pendant la vingtaine d’années de l’âge d’or de la radio, avant que la télévision ne devienne accessible à tous29. Elles avaient été mises sur pied en 1952, dans cette station balnéaire hyper-mondaine sur la côte belge de la Mer du Nord, par le poète liégeois Arthur Haulot (1913-2005) avec Pierre-Louis Flouquet (1900-1967), « dans un esprit pacifiste hérité du mouvement “Clarté” et des efforts de Romain Rolland et d’Henri Barbusse », à la fin de la Première Guerre mondiale, afin de « privilégier la médiation culturelle comme vecteur d’internationalisation et de construction d’une société civile européenne30 ». Si Senghor devait participer à la première et à la deuxième édition de cette Biennale31, cela est sans doute dû au fait que Guibert entretenait une correspondance privilégiée avec son co-fondateur, Pierre-Louis Flouquet, depuis 1932. Et c’est très probablement par Guibert et le réseau de Knokke que Zobel a développé des contacts avec des poètes belges comme Géo Libbrecht et Jean-Louis Vanham, dont il a lu des œuvres à la Biennale de 1959 et dans divers récitals ou à la radio32.

  • 33 On ne peut, ici, entrer dans le détail de toutes les interactions littéraires ou artistiques mentio (...)
  • 34 Étude publiée dans Présence africaine, nᵒ 39, 1961, p. 59-78. Lamine Diakhaté (1928-1987) était un (...)

21Si donc Zobel écrivait à Guibert, en 1960, qu’il faisait des émissions sur Pessoa à Radio-Mali, il lui demandait, un an plus tard, de lui envoyer « des poèmes » (de Guibert, ou traduits par lui ? on ne sait) pour la Biennale de Knokke de 196133. On ne l’apprend pas dans la correspondance, mais à cette Biennale avait aussi participé Lamine Diakhaté, avec une communication importante sur « Le mythe dans la poésie populaire au Sénégal et sa présence dans l’œuvre de Léopold Sedar Senghor et de Birago Diop34. »

  • 35 Guibert mentionne notamment, dans sa lettre du 16/07/1963, à quel point il avait été exaspéré par « (...)

22Avec une telle implication dans les manifestations sur la poésie, entre Paris, Dakar et Knokke, en sus de ses travaux sur l’oeuvre de Senghor35, il n’est guère étonnant qu’Armand Guibert ait figuré – quoique blanc – avec Marian Anderson et le Dr. Price-Mars sur la liste initiale, restreinte à trois invités personnels, que le Président du Sénégal envisageait pour le Festival de Arts Nègres de Dakar, ainsi que l’écrivait Zobel à son ami, le 14 novembre 1965.

4. 1963 : crise de Guibert au sujet de Jean Amrouche, décédé en 1962

23Les échanges épistolaires entre Zobel et Guibert en 1963 fournissent un exemple particulièrement intéressant de court-circuit entre les domaines privé et professionnel de ces hommes. Dans sa lettre – assez cryptique – du 9 juillet, Zobel conclut en espérant que Guibert lui pardonnera d’avoir parlé « avec désinvolture », avec un ami commun, d’un homme rencontré par Zobel au Quartier Latin, dont il ne savait pas qu’il avait tenu auparavant une grande place « dans le cœur » de Guibert. Ce dernier lui répond, une dizaine de jours plus tard, en l’assurant que « le trouble et le scrupule » exprimés dans sa lettre étaient tout à son honneur, mais qu’il y avait eu, en fait, « une monumentale erreur d’interprétation » de la part de leur ami commun. Pour faire court, Guibert déclarait, dans sa longue réponse, qu’il ne se sentait aucun droit sur « le monsieur », rencontré par Zobel après leur récente entrevue à Paris (« rencontre voulue par le fatum qui régit nos destins ») et que leur ami commun avait confondu – par ignorance – avec un autre ami de Guibert, qui avait en effet tenu une place immense dans sa vie, et dont il avait découvert récemment la duplicité : Jean Amrouche. Voici la transcription de l’extrait de la lettre concernant cette question :

[16/07/63] Mon cher Joseph,
[…] Dans ma lettre à Jacques dont tu étais le porteur, il y avait bien quelques lignes de confidence sur une grave crise psychique qui a fait depuis trois mois de ma vie intérieure une ruine, un amas d’illusions brisées ; mais il s’agissait là, uniquement et exclusivement, d’une découverte dont Jacques avait déjà par moi quelques notions : celle de la duplicité à mon adresse d’un être que j’ai mis très haut, pour qui je me suis cent fois sacrifié, que j’ai mis sur le pavois aussi bien de son vivant que depuis sa mort. Au moment où on lui dresse une statue – et j’y ai plus que tout le monde collaboré, puisque j’ai écrit depuis l’an passé cinq articles et fait trois émissions radiophoniques à sa mémoire – je découvre, par des témoignages verbaux et des lettres adressées à des tiers que, s’il me couvrait de fleurs chaque fois que je lui rendais des services positifs, il était mû, dès que [je] paraissais m’élever, par mes écrits ou mes relations, un peu au-dessus de la poussière, par l’envie, la jalousie, sentiments qui provoquaient chez lui la médisance, la calomnie, la vilenie. Cet être, que je ne t’ai pas encore nommé, parce que l’aveu est toujours cuisant, n’est autre que Jean Amrouche…
Et voilà très exactement ce qui faisait l’objet de ma lettre à Jacques. Peut-être effectivement n’ai-je pas fait une mention explicite de celui en qui j’ai vu des années le plus fraternel des amis, et qui depuis 1942 ne cessait de me trahir. Tu comprendras ce sentiment.
[…] / Dis bien mon cordial souvenir aux tiens (amputés, sur le plan local, de deux membres, n’est-il pas vrai ?)
et crois à ma toujours / sincère affection / Armand G.

24Il n’y a pas lieu ici d’entrer plus avant dans l’exploration de cette crise vécue par Guibert. Elle suffit néanmoins à expliquer la phrase finale d’un très bel hommage à son ancien ami, « Jean Amrouche : Cet être de feu… », que Guibert devait publier peu après :

  • 36 « Jean Amrouche : Cet être de feu… » par Armand Guibert, texte écrit pour Preuves-Informations, re- (...)

C’est ici que je suspendrai, à ce point [vers 1942] où le souvenir en est sans ombres, l’évocation d’un être généreux et dévorant – parce que tout ce qu’il touchait était drame, et que le drame était en lui – avec celle d’une union d’esprit que l’Afrique avait faite, et que l’Europe devait relâcher36.

25Et Guibert aura sans doute relativisé la portée de la citation la plus répandue d’Amrouche, issue d’un texte ultérieur à leur relation si chaleureuse et particulière entre 1932 et 1942, alors qu’Amrouche, dorénavant marié, s’était engagé en tant qu’Algérien contre la France colonisatrice :

L’homme ne peut vivre s’il ne s’accepte tel qu’il est, s’il ne se sent pas accepté par la société où il vit, s’il ne peut avouer son nom37.

Conclusion

26La correspondance Zobel-Guibert révèle une relation de nature sans doute unique parmi toutes celles que Zobel a connues. Contraint, par son statut d’homme marié et de père de trois enfants, de vivre son homosexualité de façon bien plus strictement clandestine qu’un célibataire comme Guibert, il a trouvé en ce dernier une âme sœur pendant une période très riche pour lui, sur le plan professionnel, mais aussi très frustrante, sur le plan affectif. En s’installant au Sénégal, il a bénéficié du soutien de son congénère Senghor, alors que celui-ci devenait le premier président du pays et allait lancer, quelques années plus tard, un ambitieux Festival des Arts Nègres au retentissement international. Le Sénégal a permis à Zobel de sortir du tiroir « adjoint d’enseignement » en lycée, dans lequel il était coincé depuis vingt ans par divers ministères de l’Éducation nationale française, et de s’épanouir dans le rôle de producteur d’émissions culturelles à la radio et d’organisateur de festivals d’art et de poésie, pour lesquelles il était éminemment préparé (par ses publications et son travail d’attaché de presse du gouverneur Ponton, en Martinique, en 1943-1944, puis par sa formation de comédien radiophonique en 1947-1948, sa fréquentation du « Paris Noir » de l’après-guerre et ses activités de récitant).

  • 38 Guibert et Zobel parlaient d’égal à égal – sur tous les plans. Dans les autres correspondances cité (...)

27Le revers de la médaille dakaroise était que la visibilité de Zobel dans le quartier des élites de la ville, son statut familial, et l’intolérance, dans la société sénégalaise, de l’homosexualité, rendaient son fantasme d’une relation « totale » avec un véritable « ami » encore plus irréalisable qu’à Paris. Avec Guibert, il pouvait au moins parler librement de tout cela – notamment dans leurs lettres38. La correspondance de ce couple d’amis – Noir et Blanc – témoigne surtout de la sublimation de leurs désirs respectifs dans la production d’une poésie sans frontières. Ainsi Zobel écrivait-il à Guibert, dans sa lettre du 13 février 1960 :

Je consomme de la poésie quotidiennement et à forte dose.

Annexe

Correspondance Joseph Zobel – Armand Guibert (1957-1966)

28Archives et manuscrits de la Bibliothèque interuniversitaire de Montpellier. Fonds spécialisés de la Bibliothèque interuniversitaire de Montpellier. Section Lettres et Sciences humaines. Fonds Armand Guibert. Correspondance avec Joseph Zobel. Cote : GUIM COR Z3

Liste

1. JZ (ms), Fontainebleau, le 6.6.57, « Mon cher Guibert,… Très cordialement à vous, JZ »
2. JZ (ms), Fontainebleau, le 1.7.57, « Mon cher Guibert,… Très cordialement vôtre, JZ »
3. JZ (ms), Générargues, le 18.8.57, « Mon cher Armand,… Très cordialement à vous, JZ »
4. JZ (ms), Fontainebleau, le 28.9.57, « Mon cher ami,… Très cordialement à vous, JZ »
5. JZ (ms), Ziguinchor, le 18.1.58, « Mon cher Armand,… crois-moi toujours très cordialement ton JZ »
6. JZ (tps), Dakar, le 13.02.60, « Mon cher Armand,… je te garde ma vieille et toujours très cordiale amitié. JZ »
7. AG (tps), Paris, le 04.03.60, « Cher Ami,… D’avance mille fois merci Et toute mon amitié, AG »
8. JZ (tps), Dakar, le 08.03.60, « Cher ami,… Très cordialement à toi, Joseph »
9. AG (tps), Paris, le 16.03.60, « Cher Ami,… Je te dis mon souvenir, mes voeux et mon amitié. AG »
10. JZ (tps), Dakar, le 09.05.60, « Mon cher Armand,… Toujours très affectueusement à toi, JZ »
10b.* JZ (tps), Dakar, le 24.06.60, « Mon cher Armand,… et ma vieille et très fidèle amitié, JZ »
11. JZ (tps), Dakar, le 29.07.60, « Mon cher Armand,… Toujours très cordialement à toi, JZ »
12. JZ (tps), Dakar, le 29.12.60, « Très cher Armand,… et reçois avec ma meilleure amitié les vœux que je forme pour ta santé, tes succès et ton bonheur, JZ »
13. JZ (tps), Dakar, le 04.01.61, « Très cher Armand,… Très amicalement à toi, Joseph »
14. JZ (tps), Dakar, le 03.03.61, « Mon cher Armand,… je suis toujours très affectueusement ton Joseph »
15. JZ (tps), Dakar, le 08.05.62, « Mon cher Armand,… Très affectueusement à toi, JZ »
16. JZ (ms), Dakar, le 08.05.63, « Très cher Armand,… Très affectueusement à toi, JZ »
17.* JZ (tps), Dakar, le 02.07.63, « Mon cher Armand,… J’espère que j’ai toujours été assez digne de ton amitié pour que tu me pardonnes. JZ »
18. AG (tps), Paris, le 16.07.63, « Mon cher Joseph,… et crois à ma toujours sincère affection, Armand »
19. JZ (tps), Dakar, le 07.06.65, « Très cher Armand,… Toujours très fidèlement à toi, JZ »
20. JZ (tps), Anduze, le 17.09.65, « Très cher Armand,… Toujours très fidèlement à toi, JZ »
21. JZ (tps), Dakar, le 14.11.65, « Très cher Armand,… Très cordialement à toi, JZ »
22. JZ (tps), Dakar, le 17.01.66, « Très cher Armand,… A toi de tout cœur, Joseph »

* Lettre retrouvée récemment dans le fonds.

Haut de page

Notes

1 Il est d’ailleurs touchant de remarquer que le décès de la grand-mère de l’écrivain, Marie Roche, a été annoncé dans l’hebdomadaire Le Sportif de Fort-de-France du 29 mars 1959, sous le titre « M’man Tine est morte », et en précisant : « après avoir longuement attendu le retour de son fils [sic] ». Ce qui montre que la fiction peut perturber la réalité dans la presse, pour peu que le sentiment s’en mêle.

2 Dans la collection « Contemporary French and Francophone Cultures », nᵒ 51, Liverpool, Liverpool University Press, 2018, 275 p.

3 Voir la recension de cet ouvrage par Charles W. Scheel, « Joseph Zobel, la négritude et le roman – selon Louise Hardwick », Archipélies, nᵒ 7, 2019, [en ligne].

4 Dans l’ouvrage collectif édité par Martine Antle et Dominique Fisher, The Rhetoric of the Other: Lesbian and Gay Strategies of Resistance in French and Francophone Contexts, New Orleans, University Press of the South, 2002, p. 115-130. Cet ouvrage étant introuvable en France, Keith Mitchell, Professeur associé au Département d’anglais à l’université du Massachusetts, campus de Lowell, a eu l’amabilité de fournir une copie numérisée de son article.

5 La première fois que j’ai entendu parler de ce thème, en conjonction avec le nom de Zobel, c’était au téléphone avec une collègue de l’université d’Anvers, qui m’a surpris en disant « avoir soulevé la question de l’homosexualité de Joseph Zobel, avec Emily et Jenny Zobel dans les couloirs de l’ENS » (après leur conférence sur les lettres écrites par Joseph Zobel depuis Paris en 1946/47, lors du Séminaire « Manuscrit francophone » organisé par l’ITEM le 14 octobre 2016). Littéralement, donc, un « ragot de couloir » – mais entre deux universitaires et la fille de l’écrivain – qui m’a fait tomber des nues. Deux ans et demi plus tard, en mai 2019, c’est à la table d’une grande écrivaine de Guadeloupe, à qui je venais d’offrir un exemplaire de mon livre La Forge de Zobel, qu’un comédien, très connu sur l’île, s’est exclamé (en créole) : « Zobel ? Ah oui, ce Martiniquais qui était tombé éperdument en amour d’un beau jeune homme, lors d’une exposition à Marie-Galante, dans les années 1980… ».

6 Archives et manuscrits de la bibliothèque interuniversitaire de Montpellier, fonds spécialisés de la bibliothèque interuniversitaire (Montpellier), section lettres et sciences humaines, fonds Armand Guibert, correspondance avec Joseph Zobel, cote GUIM COR Z3.

7 D’autres correspondances de Zobel sont connues, mais elles concernent des périodes ultérieures et plus particulièrement des amis en Martinique, où Zobel se rendait périodiquement, pour des expositions ou des signatures de ses livres, dans les années 1980 et 1990. L’une d’elles a été publiée : Zobel’ami – lettres de Joseph Zobel à Roland Rosélie et à Jean-Dedieu Léon Armède, éditées et présentées par Cécile Bertin-Elisabeth, Saint-Denis, Ibis Rouge, 2020, 167 p. Une autre a fait l’objet d’un don par M. Jean-Michel Collat (ancien conseiller pédagogique en musique de l’Académie de Martinique) à la bibliothèque du campus de Schoelcher de l’université des Antilles, en juillet 2019, sous la forme d’un classeur contenant divers articles de presse, ainsi que « 27 lettres et 12 cartes postales originales de Joseph Zobel adressées à Jean-Michel Collat et/ou Félix Nimar entre janvier 1983 et février 2005 ». Jean-Michel Collat avait fait la connaissance de Zobel alors qu’il visitait, avec une classe d’élèves du primaire, une exposition d’ikebana à la bibliothèque Schoelcher de Fort-de-France en 1982. Par la suite, Zobel est venu à plusieurs reprises dîner chez Jean-Michel Collat, qui vivait avec son compagnon de longue date, Félix Nimar (devenu son mari, quelques années avant son décès en 2017). Selon Jean-Michel Collat, par un accord tacite, le mot « homosexuel » n’était jamais prononcé pendant les visites que leur faisait l’illustre écrivain, alors qu’il était clair que ses « chers amis » vivaient en couple et qu’il adressait, à leur deux noms, des lettres chaleureuses et parfois fort longues.

8 Voir https://www.lemonde.fr/les-annees-clandestines. Notons aussi que le qualificatif « homosexuel » n’apparaissait toujours pas dans les notices consacrées à des écrivains aussi célèbres – et notoirement homosexuels – que Marcel Proust, André Gide et Jean Cocteau, dans des ouvrages de référence, tel Le Nouveau dictionnaire des auteurs publié par Laffont-Bompiani en 1994, ou dans le Dictionnaire Larousse de 2010. Ce n’est que récemment que les effets de cette forme de censure (et souvent d’auto-censure, comme chez Proust) commencent à être étudiés.

9 Zobel savait-il que la candidature à un poste dans l’Outre-Mer impliquait une enquête de mœurs ? Dans le rapport de la préfecture de Seine et Marne du 9 octobre 1957, le préfet, ayant constaté une « très bonne conduite privée et publique », donnait un avis favorable (dossier administratif de Joseph Zobel, EE II 5771, ANOM ; je remercie Céline Labrune-Badiane de m’avoir donné accès à une copie de ce dossier). Le moindre fichage lié au « délit d’homosexualité » aurait probablement annulé sa candidature.

10 En tant que membre de l’équipe Manuscrits francophones de l’ITEM, pressenti vers 2016 pour coordonner un groupe Joseph Zobel.

11 http://www.limag.com/Textes/Dugas/Guibert-Senghor.htm.

12 Sans doute lors de la conférence sur « La poésie négro-africaine » donnée par Senghor le 10/05/1947 à l’Hôtel de Massa, à laquelle Guibert avait été invité (voir le dossier-leopold-sedar-senghor en ligne).

13 Dans sa première lettre à Guibert, du 6 juin 1957, Zobel le vouvoie mais implique, dans une formule humoristique, qu’il l’avait déjà rencontré dix ans auparavant.

14 Dans un bel hommage (Littératures, nᵒ 24, 1991, p. 165-177), Robert Condat le qualifie « d’enseignant globe-trotter et commis-voyageur en poésie ».

15 C’est dans le numéro 20 de cette revue que Guibert a publié le recueil Poésie d’abord (Tunis, Éditions de Mirages, 1937), dont le titre a été repris dans « Armand Guibert et la “Poësie d’abord” : une figure de la “réaction” », thèse de doctorat de Céline Brugeron en littérature comparée sous la direction de Guy Dugas, soutenue le 26/11/2011 à Montpellier 3.

16 Ce qui voulait dire surveillant ou répétiteur, poste que Zobel avait déjà occupé au Lycée Schoelcher de Fort-de-France. N’ayant jamais obtenu de diplôme universitaire, il n’avait pas rang de professeur du secondaire dans la hiérarchie administrative.

17 Les ayants droit de Joseph Zobel étant majoritairement opposés à la publication de cette correspondance, je me contente, dans le tableau, de citer les dates et les formules d’ouverture et de clôture, pour donner une idée de l’évolution de la relation entre les correspondants.

18 Le Fonds Zobel (comprenant des meubles, des objets d’art, des livres, des photos et des correspondances) a été acquis par le Musée d’Histoire et d’Ethnographie de Fort-de-France lorsque ses héritiers ont vendu « Moun Oustaou », la maison de Générargues, dans les Cévennes, où l’écrivain s’était installé après son retour du Sénégal et avait vécu durant ses trente dernières années. La direction du Musée ne m’a jamais permis de consulter le moindre document de ce fonds, malgré mes demandes répétées depuis 2016, prétextant que « Les Carnets intimes » de Zobel devaient préalablement être lus par les ayants droit – ce qui n’a toujours pas été fait, pour diverses raisons, dont l’éloignement géographique, mais justifie difficilement un blocage d’accès au reste du fonds.

19 Notamment dans la presse dakaroise. Voir à ce sujet l’article de Laure Demougin, « Joseph Zobel, d’Awa à Présence africaine : histoire et géographies (imaginaires) d’une publication noire », Études littéraires africaines, nᵒ 47, 2019, p. 27-42.

20 Cette correspondance, déjà mentionnée, a fait l’objet d’une publication par Emily Zobel Marshall et Jenny Zobel dans la rubrique Témoignages du nᵒ 8 de Continents manuscrits en 2017 : « “Comme si c’était chez moi” : Joseph Zobel à Paris à travers ses lettres (1946-1947) ». L’article contient aussi des extraits des lettres que Zobel avait envoyées, à la même époque, à son ami d’enfance, Valbrun Apat, avec qui il échangeait sur des thèmes plus littéraires qu’avec sa femme.

21 Dénoncé dans le roman De purs hommes, Paris, Philippe Rey/Jimsaan, 2018, par l’écrivain sénégalais Mbougar Sarr, lauréat du prix Goncourt 2021 pour La Plus secrète mémoire des hommes, Paris, Philippe Rey/Jimsaan, 2021.

22 Voir l’extrait de la lettre de Zobel du 21 juin 1957 à Amadou M. M’Bow, alors Chef des Missions d’éducation de base au Sénégal, aux pages 142-145 concernant Zobel, dans l’article de Céline Labrune-Badiane, « Voyages vers un “continent imaginaire” : Antillais au Sénégal (1960-1970) », Outre-Mers. Revue d’histoire, nᵒ 378-379, 2013, p. 137-149.

23 Comme le montrent les très belles photos prises par Joseph Zobel à Fontainebleau et autour de sa maison de campagne à Générargues, parues dans le volume édité par sa petite-fille, Charlotte Zobel, Joseph Zobel – Photographies, Graulhet, Impr. Escourbiac, 2016.

24 Le saut s’avérera plus périlleux que prévu, en raison de complications administratives qui firent la famille Zobel se retrouver, non pas à Dakar comme souhaité par Zobel, mais à Ziguinchor en Casamance, et Zobel allait décrire cette installation, dans sa lettre à Guibert du 18 janvier 1958, comme une « aventure catastrophique et angoissante ». Il est intéressant de noter que Zobel (qui avait rempli, le 18/07/1957, un formulaire de candidature de poste pour : 1. le Sénégal, 2. la Guinée, 3. la Côte d’Ivoire) annonçait à Guibert, dès le 18/08/1957, qu’il partait « pour Dakar en octobre ». Or ce n’est que le 24 septembre qu’une affectation « au Sénégal », sans précision, lui avait été proposée par le ministère (voir le dossier administratif de Zobel, op. cit., qui montre aussi que l’affectation de Zobel à Dakar ne sera clarifiée que rétroactivement, par le ministère, en février 1959).

25 Guibert avait aussi un domicile parisien sur l’île Saint-Louis.

26 Des variantes de ces commentaires apparaissent dans la lettre suivante de Zobel, du 5 mai 1960, dans laquelle il concède que certains touristes ont parfois de la chance dans leurs aventures à Dakar, mais des résidents, comme lui, connaissent plutôt « la muflerie, un manque de tendresse et un chantage répugnants ». Il ajoute que sa « perversion » à lui, consiste à rechercher « l’attachement et la fidélité » dont ne sont pas capables « ces gens pour qui “cela” n’est qu’un expédient ». Si bien que l’on peut se demander comment Zobel pourrait – sans risquer de se compromettre – « faciliter aussi les désirs les plus discrets » de l’invité Guibert, qui doit venir en tant que conférencier à Dakar, comme il l’annonce dans la lettre nᵒ 14 du 3 mars 1961.

27 Fernando Pessoa, Ode Maritime, Paris, Seghers, 1955 ; Bureau de tabac et autres poèmes, Paris, Caractères, 1955 ; Le Gardeur de troupeaux et les autres poèmes d’Alberto Caeiro, Paris, Gallimard, collection « Blanche », 1960 ; également une monographie intitulée Fernando Pessoa, suivie d’un choix de textes, traduits par Armand Guibert, Paris, Seghers, 1960.

28 Federico de Onis (choix, introduction et notes), Anthologie de la poésie ibéro-américaine. Présentation de Ventura García Calderón, Paris, Nagel, 1956, 391 p. Il s’agit d’une précieuse édition bilingue, avec la traduction française en regard du texte espagnol ou portugais, incluant, en annexes, des notes biographiques et bibliographiques, ainsi qu’un index (mais les noms des traducteurs ne sont pas cités dans la notice du SUDOC).

29 Il est frappant de constater à quel point les festivals de poésie – très prisés dans les années 1940 à 1960 – ont disparu de la mémoire dans les pages web officielles de villes comme Knokke-le-Zoute. Rares sont aussi les références directes sur le web aux articles qui leur avaient été consacrés dans moultes revues. Pour « La Biennale de Knokke » (qui avait réuni 200 poètes de 29 pays en 1952, et 500 de 52 pays en 1961), on a néanmoins trouvé celui-ci.

30 Recension dans Textyles nᵒ 42, 2012, p. 174-175, par Hubert Roland, de Arthur Haulot, Remember. Cycle de Dachau-Zyklus (Si lourd de sang – Mit Blut durchtränkt). Poème pour l’Europe – Gedicht für Europa, Helios & Obelit, Neue literaturhefte – Nouveaux cahiers littéraires, nᵒ iii, 2007. Hubert Roland cite aussi l’ouvrage de Bibiane Fréché, Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960), Bruxelles, Le CRI/CIEL-ULB-Ulg, 2009.

31 Il reste une référence (SPAT 00054) à un enregistrement audio de 2ʹ49ʺ de sa lecture en 1954 d’« Épitre à une princesse » (poème qui allait être publié dans Éthiopiques en 1956), dans le catalogue en ligne des Archives et Musée de la Littérature de la Bibliothèque Royale à Bruxelles.

32 Les Archives de Bruxelles, citées plus haut, mentionnent une lettre à Géo Libbrecht dans la rubrique Joseph Zobel, correspondance (1961/02/21 _ML 05250/0518) ; un document audio avec Zobel parmi les auteurs d’entretiens ou de lectures en 1959 (MLPI 0005) ; un article “La poésie sur les ondes” à Radio-Mali (Sénégal), conférence du poète Joseph Zobel sur Jean-Louis Vanham, Le Soir. La Vie littéraire, 20/09/1962 (ML00630/1962/009/20/12) ; un article “La poésie sur les ondes”, “ce fruit cueilli trop vert” de Jean-Louis Vanham, présenté à Radio-Mali (Sénégal) par le poète Joseph Zobel et à Radio Monte-Carlo, Le Soir. La Vie littéraire, 14/02/1963 (ML 00630/1963/002/14/2) ; un article “Poésie belge à radio-Mali”, Jean-Louis Vanham présenté par Joseph Zobel, Le Soir. La Vie littéraire, 08/08/1963 (ML 00630/1963/008/08/8).

33 On ne peut, ici, entrer dans le détail de toutes les interactions littéraires ou artistiques mentionnées dans cette correspondance. Mais relevons qu’il est question aussi de René Lacôte (1913-1971, journaliste et poète communiste) dans la lettre nᵒ 13 ; Gilles Sala (1926-2016, chanteur « de charme », né au Cameroun de parents guadeloupéens) dans la lettre nᵒ 14 ; Jacques Michel (1908-1996, écrivain qui a rendu visite à Zobel à Anduze) dans les lettres nᵒ 17, 18 et 20 ; et Jean-Pierre Chabrol (1925-2001, écrivain cévenol) dans la lettre nᵒ 20.

34 Étude publiée dans Présence africaine, nᵒ 39, 1961, p. 59-78. Lamine Diakhaté (1928-1987) était un écrivain sénégalais et, à cette époque, le jeune directeur de cabinet du Président Senghor. Selon la lettre nᵒ 5 de Zobel en 1962, il admirait les poèmes de Guibert.

35 Guibert mentionne notamment, dans sa lettre du 16/07/1963, à quel point il avait été exaspéré par « une Télévision qui complique les choses à plaisir » alors qu’il participait à l’enregistrement « du film sur L.S. Senghor (une heure d’écran) » qui « passera dimanche prochain 21 juillet, à la suite du reportage que je dois faire également, de la remise du Prix International de Poésie, à Rouen, le même jour ».

36 « Jean Amrouche : Cet être de feu… » par Armand Guibert, texte écrit pour Preuves-Informations, re-publié dans Etudes méditerranéennes, nᵒ 11, 2ᵉ trimestre 1963, p. 44-47, et mis en ligne en 2013.

37 Jean Amrouche, Un Algérien s’adresse aux Français, ou L’histoire d’Algérie par les textes: 1943-1961, Paris, L’Harmattan, 1994.

38 Guibert et Zobel parlaient d’égal à égal – sur tous les plans. Dans les autres correspondances citées, Zobel dominait par sa stature d’artiste et d’écrivain. S’il avait connu un grand ami sur son île natale dans sa jeunesse (Valbrun Apat), il est intéressant de noter qu’en 1983, il écrivait à ses deux nouveaux amis martiniquais ces phrases sybillines : « Mon prochain séjour en Martinique est toujours fixé en novembre-décembre, mais je ne promets même pas d’aller vous voir : Fort-de-France est devenue une ville impropre à l’amitié » (lettre datée Anduze, le 19.07.1983, à Félix Nimar et Jean-Michel Collat). Zobel écrivait cela dans l’effervescence de la sortie du film Rue Cases-Nègres, et intimait, peut-être, que fréquenter deux hommes, vivant en couple à Fort-de-France, lui paraissait difficile, alors qu’il cherchait une résidence en Martinique pour lui-même et sa femme. Il allait pourtant les fréquenter par la suite et apprécier leur compagnie, mais en conservant le tabou sur « ça », comme déjà mentionné.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles W. Scheel, « L’amitié particulière entre Joseph Zobel et Armand Guibert, et les manifestations culturelles francophones à Paris, Knokke-le-Zoute et Dakar (1947-1966) »Continents manuscrits [En ligne], 22 | 2024, mis en ligne le 24 avril 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/coma/11349 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coma.11349

Haut de page

Auteur

Charles W. Scheel

Charles W. Scheel est professeur émérite de littérature américaine au campus de Schoelcher de l’université des Antilles. Docteur en littérature française de l’université du Texas à Austin et de l’université Paris 3-Sorbonne nouvelle, son HDR en littérature comparée porte sur les notions de “réalisme magique” et de “réalisme merveilleux” dans le roman d’Europe et des Amériques du 20ᵉ siècle. Il coordonne depuis octobre 2020 le groupe René Maran de l'équipe Manuscrits francophones de l'ITEM-CNRS. Une grande partie de ses publications est consultable sur https://univ-antilles.academia.edu/CharlesScheel.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search