Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Des réseaux en temps de guerre

Des réseaux en temps de guerre

Amrouche, Guibert, Fouchet, Brua à “Jeune France”
Guy Dugas

Résumés

Les guerres ont toujours été propices à la création de réseaux de toutes sortes. Cet article est consacré au mouvement “Jeune France” et aux liens qu’il entretint avec les artistes et écrivains d’Afrique du Nord coloniale, notamment Jean Amrouche, Edmond Brua, Armand Guibert, Max-Pol Fouchet, qui, comme M.-P. Fouchet ou A. Guibert, à la suite de la dissolution de ce mouvement, rallièrent des revues de résistance intellectuelle (Fontaine ou Poésie) ou qui, comme Brua, furent au contraire inquiétés à la Libération pour leurs activités dans le cadre de “Jeune France”.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Qui voyait dans ce mouvement le moyen d’expérimenter in vivo ses idées d’une « culture personnalist (...)

1Certes, il n’est pas aisé de faire l’histoire de “Jeune France”, mouvement de décentralisation et de rénovation culturelle né dans un contexte de grande ambigüité et qui ne s’exprima que de manière météorique – créé par le régime de Vichy en janvier 1941 dans l’esprit et l’action d’Emmanuel Mounier1, et placé sous la direction de Pierre Schaeffer, alors animateur à Radio-Jeunesse, il a été dissous en mai 1942 – et assez limitée, quoique spectaculaire (on pense surtout à la médiatisation des grandes rencontres de Lourmarin, en septembre 1941), en France métropolitaine comme en Afrique Française du Nord, où il accompagna, bien plus qu’en métropole, la Libération. Raison pour laquelle cet historique est plus difficile encore à dresser ici que là, du fait de la dispersion des archives, lorsqu’elles existent, mais à quoi peut néanmoins contribuer l’évaluation, à partir de fonds personnels, de certains itinéraires intellectuels méconnus ou ignorés.

  • 2 Né à Montpellier en 1903, Roger Leenhardt n’a alors aucune connaissance de l’Afrique du Nord. Pour (...)

2C’est ce que je voudrais tenter ici en évoquant le rôle joué dans cette singulière aventure par Max-Pol Fouchet et Edmond Brua en Algérie, aux côtés du réalisateur Roger Leenhardt, directeur de “Jeune France” à Marseille2, à qui Schaeffer confia l’implantation du mouvement outre-Méditerranée, et ailleurs par Armand Guibert (1906-1990), très actif durant les quelques mois de guerre en Tunisie, puis en France, en Algérie et au Portugal.

1. Guibert avant-guerre : un trublion dans la Tunisie coloniale

  • 3 Armand Guibert, Transparence, Paris, Les Cahiers libres, 1926 ; Enfants de mon silence, Toulouse, S (...)

3Professeur d’anglais frais émoulu de l’université de Toulouse et lecteur pendant deux années à Cambridge, Armand Guibert, poète ayant déjà à son actif une paire de recueils3, est nommé en Tunisie à l’automne 1929. Quelques mois lui suffisent pour mesurer l’insignifiance de la vie culturelle du Beylick et l’isolement dans laquelle s’y trouvent les intellectuels et les artistes. Quelques mois de plus, et le voilà lancé dans une folle entreprise de revuiste et d’éditeur !

1.1. Le constat

  • 4 Que Guibert jugeait « bourgeoise et gentiment académique ».

4Au moment où ce jeune homme amateur de voyages et de découvertes débarque en Tunisie sans idées préconçues, ce pays, à l’instar de l’Algérie voisine, est sur le point de célébrer avec faste et démesure le Centenaire de la colonisation. Malgré les efforts de la Société des écrivains de l’Afrique du Nord (SEAN4), née à la fin de la Grande Guerre et désormais concurrencée par l’Association des Écrivains algériens (AEA), qui bénéficie d’importants subsides du Gouvernement Général, le Protectorat souffre à la fois d’un grand vide culturel et littéraire et d’une distension des liens avec les intelligentsias étrangères. Alors que les sociétés officielles ne cessent de se lamenter sur le peu d’intérêt que manifeste la métropole à l’égard des milieux intellectuels de ses colonies, Armand Guibert sait immédiatement tirer la leçon de cette indigence et invite à voir plus loin, plus grand, plus neuf :

  • 5 Armand Guibert, « Tunis et la décentralisation littéraire », Saisons, automne 1934. Il est frappant (...)

Sachons voir au-delà des frontières d’un petit pays limité, dont l’importance intellectuelle doit passer infiniment l’importance numérique. Faisons litière de cette conception dite coloniale, d’une littérature construite comme un décor d’Exposition, et aussi peu durable : laissons-nous féconder par les esprits du dehors si nous voulons que notre propre influence rayonne au-delà des mers. Il n’est de terre si pauvre qui ne fructifie par l’apport d’éléments neufs de richesse et de vie5.

1.2. L’action

  • 6 4 numéros, dont 2 doubles, de novembre 1932 à mars-avril 1933.

5C’est dans la collaboration avec des esprits jeunes et modernes, de France et d’ailleurs, des poètes pour la plupart, que Guibert va rechercher ce rayonnement et cette ouverture. En premier lieu auprès de Jean Amrouche (1906-1962), poète non encore publié qui est son collègue à Sousse, puis au lycée Carnot de Tunis, foyer de grande fécondation intellectuelle. Avec son aide, il fait renaître de ses cendres une petite revue locale, Mirages6, où ils publient, à côté d’auteurs locaux (Amrouche, Ryvel) des poètes métropolitains (Jules Supervielle, Léon-Gabriel Gros, Valery Larbaud, Patrice de la Tour du Pin) et étrangers (Ramon Gomez de la Serna, Salvatore Quasimodo).

6En 1933, Guibert crée les éditions de Mirages, essentiellement pour publier ses propres œuvres poétiques (Palimpsestes, 1933) et le premier recueil de son ami Amrouche, Cendres (1934). Enfin tous deux s’associent à Anne Denis Dagieu et Camille Bégué pour publier un hommage à un jeune poète, Patrice de la Tour du Pin, que vient de révéler la publication d’un seul et unique poème dans la Nouvelle Revue Française.

7Mais c’est surtout entre 1934 et 1937, avec les trois séries des Cahiers de Barbarie, où il publie des textes inédits de Français : Louis Brauquier, Montherlant (1ʳᵉ édition de sa pièce Pasiphaë), Jean Cayrol, de l’Espagnol Federico García Lorca, du Malgache Jean-Joseph Rabearivelo ou du Sud-Africain Roy Campbell, que Guibert fait brusquement souffler sur l’Afrique du Nord un grand vent de modernité, d’ailleurs souligné par des observateurs attentifs de la vie des Lettres tels qu’Adrienne Monnier, Jean Ballard ou Paul Valéry.

  • 7 À la veille de la guerre, la société tunisienne se compose en effet d’une myriade de communautés et (...)
  • 8 Alger Républicain, 15 juillet 1940.

8C’est alors que la guerre vient frapper de plein fouet la société tunisienne cosmopolite7, après une ultime expérience éditoriale des deux amis, au nom cristallin de Monomotapa (1938-1939). Initiative qui permet à Amrouche de recueillir les Chants Berbères de Kabylie (1939) et à Guibert de publier son œuvre majeure, Oiseau privé (1939), long poème en vers libres où Albert Camus voit « à la fois une sorte de geste intérieure, un voyage métaphysique et un itinéraire sentimental8 ». Néanmoins, ce n’est pas grâce à sa poésie mais pour un récit de voyage, Périple des îles tunisiennes, qu’il obtient en 1938 le prestigieux Prix de Carthage.

1.3. L’influence de Patrice de la Tour du Pin

  • 9 Annonce qui conduira Guibert et Amrouche à composer un émouvant hommage dans la Tunisie Française L (...)

9Parmi la pléiade d’écrivains que croisent nos deux poètes-jumeaux durant ces années d’apprentissage, il en est un de grand prestige à leurs yeux, qui joua probablement un grand rôle dans leur ralliement à “Jeune France”, le poète chrétien Patrice de la Tour du Pin (1911-1975), auquel ils avaient, dès 1934, consacré l’essai précité, et dont les Cahiers de Barbarie avaient publié L’Enfer (1935), puis Le Lucernaire (1936), avant que Les Anges ne paraissent aux éditions de Monomotapa (1939). Cette activité éditoriale, participant à la large reconnaissance qu’acquiert de la Tour du Pin dans l’entre-deux-guerres, tisse entre les trois poètes des liens quasi-affectifs que va renforcer la guerre, durant laquelle de la Tour du Pin est tour à tour blessé au combat, emprisonné en Allemagne durant trois ans, enfin considéré comme mort9.

10Que ce soit cette haute figure intellectuelle, par eux vénérée, qui, dans les temps difficiles de sa captivité, ait été nommée Président d’honneur de “Jeune France” n’a pu, je le présume, que rapprocher Amrouche et Guibert de ce mouvement.

2. Une conception singulière du rôle du poète

11Il est impossible de comprendre les motivations d’Armand Guibert, et même sa conception de l’existence, sans tenir compte de l’idée très particulière qu’il se fait de la poésie et du rôle social et politique du poète.

2.1. Poésie d’abord

12Dès 1937, il publie en clôture de l’ultime série des Cahiers de Barbarie un petit essai qui constitue, en quelque sorte, son art poétique. L’idée qu’il s’y fait du poète – dont la fonction est de porter « la voix de ceux qui sont muets » – est d’ordre messianique :

[…] Une lumière émane de son être, qui transfigure les plus humbles objets. Il sait le prix de l’ignorance, celle des limbes où se forment les phantasmes futurs, celle d’un monde éternellement vierge, et neuf éternellement.

  • 10 Armand Guibert, Poésie d’abord, Tunis, Éditions de Mirage, coll. « Cahiers de Barbarie », 1937.

Il monte souvent sur une cime, tant lui plaît la contemplation de son univers dans le sens du relief et de la profondeur : il y saisit les rapports cachés. Il converse à cette altitude avec on ne sait quel démon familier, Ariel peut-être, ou Dieu lui-même. Solitaire, il n’est plus seul, puisqu’habité d’une Présence. Parfois le rejoint quelqu’un des hommes de la vallée qui, guidé par un chant dissous dans l’air, a su retrouver le chemin secret de la montagne inconnu des guides et des pâtres10.

  • 11 « …Cette société secrète de la Poësie dont les adeptes sont disséminés à travers le monde, unis par (...)
  • 12 A. Guibert, Poésie d’abord, op. cit.

13Dans les temps de méconnaissance et d’oubli des valeurs, ce véritable « initié » ne peut être qu’abandonné à sa solitude, seulement entouré de quelques adeptes11, « faisant confiance au temps, à la durée, à la continuité humaine » . Avec la masse des lecteurs, au contraire, c’est l’incompréhension, « le terrible divorce du poète et du public sur lequel on n’a pas fini d’épiloguer12. »

  • 13 Ibid.

14Mais n’imaginons pas que cet isolement relatif soit refus de se confronter au monde, aux problèmes de l’heure : que vienne l’heure des nécessaires engagements, que geignent « des hommes avec des fers, comme un soir de Judée au jardin des Olives », et le poète, « éternel irréductible », saura descendre de ses cimes, « riant d’un rire de perpétuelle enfance » pour « accomplir sa besogne humaine et porter le fardeau de la charge originelle13. »

2.2. La question de l’engagement

15…Et justement, la guerre survient, occasion pour Guibert de rappeler le rôle du poète dans les temps difficiles :

  • 14 Armand Guibert, “Les poëtes à l’honneur”, T.F.L., 13 octobre 1940. Il est significatif de noter que (...)

Poëtes, votre heure vient. Les repus se détournent de vous, mais au milieu de la souffrance du monde, votre voix est entendue, parce qu’elle monte des profondeurs élémentaires de l’âme14.

16Cette conception très élitiste ne va pas tarder à l’opposer à Aragon, et même à son ami Jules Roy, sur la question de l’engagement :

  • 15 Jules Roy, « Guibert et notre mémoire algérienne », entretien avec Guy Dugas, Les Carnets de l’exot (...)

Ce qui l’intéresse [Guibert], c’est la poésie, c’est le verbe, plus que le malheur des hommes. Il était au-dessus de tout cela, ou plutôt en dehors, intemporel. […] [Son départ au Portugal en 1942 constitue] un précédent que nous ne lui avions jamais pardonné. On ne quitte pas comme cela les copains, en un tel moment. Nous étions en guerre, et la Tunisie tout particulièrement, complètement passée sous la botte nazie. En 1942, nous avions besoin de chaleur, de panache, de coups d’éclats, pas de purs poètes… Ou alors de poètes casqués, pas masqués. […] Où était Guibert ? À l’écart, en marge. Un peu effrayé par les audaces que je prenais15.

17Car, pour Guibert, c’est moins en termes d’engagement que de réaction que la guerre, puis très vite la défaite, obligent à voir les choses. Contre l’avilissement, le conformisme régnant,

  • 16 Armand Guibert, « Tous les rèves du monde », mémoires inédits, tps., “Fonds patrimoine méditerranée (...)

Réagir était un devoir (qui réhabilitera le beau mot de réactionnaire ?). Écrire une “Nostalgie de la pourriture” […] eût pu paraître provocant ; je jugeai plus sérieux et plus efficace en profondeur d’opposer une gigue à la montée de la bave. Un travail d’équipe s’imposait, qui ne fût plus confiné aux membres d’une “chapelle”. Un quotidien du soir, dont le titre, La Tunisie française, laisse aujourd’hui rêveur, fut accueillant à mes vues. Il s’agissait d’y publier une section hebdomadaire consacrée à la littérature, au sens le plus large du terme, sans aucun contrôle de la rédaction – ce qui ne préjugeait en rien des harcèlements de la censure16.

3. Face à la guerre

  • 17 Doit-on croire Guibert, ou mettre cela sur le compte de sa jalousie croissante à l’égard de son ami (...)

18Pour Armand Guibert comme pour Jean Amrouche, la guerre qui s’annonce va entraîner de nouvelles conditions de création, contraindre à de nombreux déplacements, placer devant des choix cruciaux dans le contexte ambigu de sociétés coloniale écartelées17. Mais elle va d’abord conduire, dans une ultime tentative en commun, à la création dans un quotidien généraliste local d’une page littéraire ouverte à toutes les plumes d’Occident et d’Orient – expérience dont l’importance dans la vie culturelle de l’A.F.N. en guerre n’a encore jamais été vraiment mesurée.

3.1. L’expérience de la T.F.L.

  • 18 Les deux expressions sont de Jean Amrouche, « 9 et 12 déc. 1940 », dans Journal, Paris, Non lieu, 2 (...)

19Dans les derniers jours d’octobre 1940, les deux amis poètes avaient créé, dans un parfait « compagnonnage » et une grande « émulation fraternelle18 », une page littéraire hebdomadaire dans La Tunisie Française, journal le plus lu de Tunisie mais pas le moins conservateur, portant en sous-titre une citation du Maréchal Pétain : « Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal. »

20À côté d’articles écrits sous leur propres noms ou sous les pseudonymes d’Agathocle (Amrouche) et Thrasybule (Guibert), on trouve dans cette page de nombreuses contributions de poètes, venus de divers horizons, tels que le pacifiste Louis Emié, l’administrateur Gabriel Audisio qui ne tarderait pas à connaître la géôle, le jeune Pierre Emmanuel, l’aviateur Jules Roy et Max-Pol Fouchet, qui donne dans le numéro d’avril 1942 un poème dédié “Aux amis de l’Apocalypse” :

Liberté belle à mourir
À subir le crime et la prison
Notre âme Liberté notre rire
Juste folie Liberté des saisons

O foins coupés ô bel oubli
Fontaine au coeur d’histoire
Notre France au blé ravi.
Mains unies de la mémoire

  • 19 “Les Amis de l’Apocalypse”, poème inédit, plus tard repris dans Les Limites de l’amour, Alger, Édit (...)

Pour un seul vers d’aurore
Cent strophes au poème noir
Les camarades de la mort
Sont associés de l’espoir19.

  • 20 T.F.L., 1/3/41.
  • 21 28 numéros, dont deux doubles, de février 1944 à septembre 1948 (édition de Paris à partir de l’été (...)

21Tous les collaborateurs à la page littéraire de La Tunisie Française prendront part quelques mois plus tard à la résistance intellectuelle dans la France en guerre ; la plupart collaborent déjà à Fontaine. Très tôt, du reste, Guibert et Amrouche vont eux aussi se rapprocher d’autres revues de la Résistance intellectuelle en Afrique du Nord : le premier en collaborant à Fontaine, que Max-Pol Fouchet a créée à Alger fin 1938, dès ses premiers numéros : « Nous aimons – dit Guibert de Fontaine – qu’elle sourde de cette terre africaine , cette eau de renaissance et de foi. Et nous lui sommes reconnaissants de s’ouvrir sur l’un des plus beaux textes de la poésie moderne, Le Livre de la pauvreté et de la mort de Rainer Marie Rilke. Il est si grand ce tchèque de langue allemande, que nous avons oublié les limites de sa patrie : il est nôtre, il est de cette patrie sans frontières que nous appelons le monde de l’âme20 » – les deux amis seront réunis au sommaire du célèbre numéro spécial de mars-avril 1942, “De la poésie comme exercice spirituel” ; le second en créant quelques années plus tard, au sein des éditions Charlot, à Alger puis à Paris, L’Arche, sous le parrainage d’André Gide21.

  • 22 T.F.L., 22/11/41 (dans la même page paraît l’annonce de trois spectacles théâtraux au Théâtre munic (...)

22Si dès 1941 l’essentiel semble donc déjà là, dans l’action commune, les liens déjà constitués, comme dans la réflexion politique et poétique entamée de concert, les deux amis vont affronter la défaite, puis Vichy par des voies différentes : l’auteur d’Étoile secrète est resté en Afrique du Nord (Tunisie, puis Algérie à partir de mai) ; ses relations avec le mouvement “Jeune France” continuent donc de passer par les liens qu’il y a tissés avec des personnalités de peu de notoriété hors des frontières du Beylick, comme le poète Pierre Bonnet Dupeyron, animateur des cercles locaux d’Esprit, ou Philippe du Puy de Clinchamps qui l’accueille dans la revue Quatre vents22, organe du mouvement “Jeune France” en Tunisie, cette collaboration débutant par un compte rendu lucide d’Amrouche dans la T.F.L. :

Nous saluerons d’abord la naissance d’une jeune revue publiée par “Jeune France”, Quatre vents. […] le programme de Quatre vents est fort séduisant : “Grouper les forces neuves, exalter la qualité, autoriser les esprits neufs à s’exprimer, voir clair, bien entendre. La propreté dans les arts, défendre ce que nous aimons, la fantaisie. Quatre vents n’aime pas les petites chapelles, l’opportunisme, l’académisme, l’escroquerie littéraire et artistique., les bêlements et les prêches, les paroles creuses et l’ennui. […] Mais si “Jeune France” s’en tient à ce programme, Quatre vents aura beaucoup d’ennemis dans la Régence qui est le paradis du poncif et le royaume de l’escroquerie littéraire et artistique. […]

23Laissons à d’autres le soin d’analyser le développement et les activités de “Jeune France” en Tunisie, et plaçons-nous résolument dans les pas de la personnalité que nous avons choisi de présenter ici : sans même attendre la fin de l’exaltante expérience de journalisme engagé que constitue la création de la page littéraire de la T.F.L., Armand Guibert a quitté la Tunisie en quête de nouvelles rencontres et de nouvelles découvertes – le voilà déjà en France et aux alentours de Vichy.

3.2. Les Poètes casqués et la poésie de la Résistance

  • 23 S’il faut en croire Pierre Juquin, Aragon ou un destin français, vol. 2, 1939-1982, Paris, La Marti (...)

24Il est difficile de déterminer dans quelles conditions Guibert est entré en relation avec Pierre Seghers, qui publie depuis Nîmes où il est en garnison, la revue Poètes casqués, “Cahiers de poésie publiés par des poètes soldats”. Depuis son installation en Tunisie, le jeune professeur passe chaque été auprès de sa mère dans le Tarn, courant à vélo les routes de France, ce qui le conduit du Larzac (où il rencontre Jules Roy) à Vichy, « termitière de larves » (y croisa-t-il le fondateur de “Jeune France”, Pierre Schaeffer, qui au même moment arpente lui aussi les couloirs de l’amère capitale ?) puis dans le Gard, où il fit sans doute la connaissance de Seghers et peut-être celle d’Aragon, avec qui il avait eu l’occasion de dialoguer du temps de la T.F.L., sans parvenir à le faire participer à cette page23.

25Toujours est-il que Guibert, usant de son statut de sous-officier, participe dès le début de la guerre aux deux volumes de PC 39 et PC 40, avant d’intégrer le comité de rédaction de Poésie 40, “qui fait suite à la revue Poètes casqués”. Dans le numéro 2 de Poésie 41, il affirme à nouveau la Présence éclairée du poète au cœur de la défaite :

Dans la débacle de toutes les notions chères à un monde qui se croyait définitif, une seule foi demeure, une seule certitude affermie par l’épreuve : celle du poète attentif à ses voix et à toutes les voix du monde dont il est la caisse de résonnance. Rien ne l’étonne, si tout le surprend : tous les pouvoirs sont en lui, et avant tous celui de précéder le siècle et de se jeter à corps perdu dans les plus folles anticipations – les plus vraies. Sur la mer convulsée, il pressent déjà la paix des îles, et les chante comme si elles s’éployaient sous ses yeux de chair.

4. Les rencontres “Jeune France”

26C’est fort de ce bagage de “poète classique” et de son expérience d’homme de revue et d’éditeur que Guibert aura l’occasion de frayer avec les rencontres “Jeune France” de Lourmarin, dans le Sud de la France (19-22 septembre 1941), dont il rendra compte abondamment, puis de Tipasa (22-23 novembre), auxquelles il ne participa pas physiquement.

4.1. À Lourmarin

  • 24 “Trois jours à Lourmarin dans une ronde de poètes et de musiciens”, Le Figaro littéraire, 27 septem (...)
  • 25 “Poètes et musiciens dans un château de Provence”, dans la T.F.L. 1ᵉʳ octobre 1941 et L’Écho d’Alge (...)

27Alors qu’il rejoint son poste pour ce qui sera sa dernière année en Tunisie, à l’issue des vacances 1941, Guibert fait halte à Lourmarin. Il évoquera à de multiples reprises dans la presse métropolitaine24 ou nord-africaine25 ces journées, véritable chant du cygne du mouvement “Jeune France”, leur personnel et les lieux qui les accueillent. Laissant le soin au lecteur de retourner à ces évocations, nous préférons recopier les pages inédites des Mémoires sur cet événement :

Un grand souffle d’air pur vivifiait Lourmarin où, sur le chemin qui me ramenait en Afrique, je passai quelques jours. c’est là que la naissante association “Jeune France” tint ses premières assises. Le château n’était guère connu que des gens du Moyen-Âge, cette citadelle vieille de sept siècles au pied de laquelle les gitans allumaient de grands feux pour chasser les reptiles et gravaient des signes cabalistiques. Était venu un homme éclairé qui avait fait fortune en vendant des lotions capillaires. Aidé d’un maçon nommé Aristote, il releva la ruine, jusqu’au jour où l’édifice de pierre dorée dressa à nouveau sa masse seigneuriale, entourée de pièces d’eau et de cyprès, au-dessus du pays qu’il avait défendu au temps des guerres de religion.

  • 26 Henri Davenson est le pseudonyme que prend l’historien René Irénée Marrou, très proche d’Esprit, da (...)

Ici pas de contraintes, pas de méfiance, pas de clôture : rien ne nous séparait de la campagne herbeuse et de ces collines du Lubéron qu’Henri Bosco avait déjà peuplées de sangliers et de monstres sans figure. Pierre Schaeffer, Roger Leenhardt et Gabriel d’Aubarède, qui nous avaient groupés, donnaient des conseils plus que des directives. Poètes et musiciens cherchaient en commun des chenaux, des galeries de communication entre leurs arts respectifs. Tandis qu’une jeune femme cuivrée se baigne dans un bassin, Henri Davenson26, érudit musicologue au crâne chauve et vêtu en boy-scout, converse avec Lanza del Vasto, qui porte dans un étui de santal le manuscrit du Chiffre des choses, et qui, sous les voûtes nocturnes éclairées d’un feu d’olivier, jette comme un appel de cloche son quatrain alors inconnu :

J’ai ma maison dans le vent sans mémoire
J’ai mon savoir dans les livres du vent
Comme la mer, j’ai dans le vent ma gloire,
Comme le vent, j’ai ma fin dans le vent.

Certains des participants, comme le blond et pétulant Claude Roy qui, à la suite d’une illumination, vient de déserter les rangs de “l’Action française”, grimpent aux arbres et jouent à saute-mouton. Ce n’est pas le cas de Jean Rivier et des autres musiciens, Claude Arrieu, Maurice Martenot, Daniel Lesur, qui nous initient à cette technique en enfance, le montage radiophonique. Très enfant de chœur et arborant une cravate rouge (je le note dans un journal, et il m’en voudra pendant six mois) Max-Pol Fouchet cherche le rythme vocal et instrumental qui convient le mieux à ses poèmes. Avec Pierre Emmanuel, qui collectionne les implications bibliques – son pseudonyme et cette ville de Dieulefit d’où il nous vient – nous retrouvons, plus proche du récitatif que du chant, le bloc d’une rhétorique obstinée. Dans sa voix aux inflexions parfois théâtrales qui s’épanouit pourtant dans la nudité, les tempêtes de mots fiévreux sont suivies de bonaces d’extase. Vers Loys Masson, cornaqué par le chaleureux et dévoué Pierre Seghers, s’empressent les compositeurs du groupe musical, sensibles à son accent créole et à la cocasserie de ses fabliaux hoffmanesques. Son passeport britannique – qu’il a d’ailleurs perdu – lui confère un halo de clandestinité et d’audace qui fascine tout notre groupe, au sein duquel ne se manifeste aucune dissonance.

  • 27 Armand Guibert, « Pierre qui roule. Mémoires inédits » ; dactylographie conservée dans le fonds Pat (...)

Dans une France humiliée, seule au milieu d’un monde acharné à l’auto-destruction, à l’heure dernière de l’embrasement du château, bloc de lumière sur la nuit dense, je pense à de vrais brasiers qui flambent aux quatre horizons, à tout inconnu “de sang et de larmes” qui va dévider sa longue histoire, et je bénis cette réunion riche de contacts humains et d’authentique fraternité. Il en restera certainement quelque chose, fût-ce à l’état de dilution : un ferment, un besoin d’art et de création, un tout naturel appétit de communion et de pureté27.

4.2. Tipasa, « un Lourmarin algérien28 »

  • 28 Nous empruntons l’expression au titre d’un article non signé de L’Écho d’Alger, 22 nov. 1941.
  • 29 Dans ses carnets, à la date du 24 juin 1945, Jean Sénac sous-entend que Brua a lui-même détruit cet (...)

28En Algérie, c’est dès le printemps 1941 que s’exprime “Jeune France”, à travers la représentation en plein air, au stade municipal d’Alger, d’un long poème dramatique d’Edmond Brua, alors l’un des écrivains les plus en vue de la Colonie, intitulé La Chevauchée de Jeanne d’Arc. On sait l’usage que fit Vichy de ce personnage historique : cette pièce publiée en tirage limitée par la direction de la jeunesse du Gouvernement français d’Algérie semble y avoir dérogé, ce qui la rendra vite suspecte et conduira à sa destruction dès la fin de la guerre29.

  • 30 « Tradition et Jeunesse : les Invités de “Jeune France” écoutent à Tipasa, les leçons du passé », L (...)
  • 31 L’Écho d’Alger, 22 nov. 1941, art. cit.
  • 32 Qui, d’après le journal L’Écho d’Alger, « présenta le poète Mohammed El Aïd » (sans doute Mohammed (...)

29Deux mois plus tard, les 22 et 23 novembre 1941, Roger Leenhardt, en tournée en Afrique du Nord, organise à Tipasa – lieu historique, plus emblématique que Lourmarin, où « parmi les absinthes sauvages, les ruines s’intègrent à un paysage d’un merveilleux équilibre. […] C’est bien là qu’il fallait convier des écrivains, des poètes, des musiciens, des peintres, des sculpteurs, des architectes, des artistes et des intellectuels. Nul autre endroit n’aurait été plus digne de leurs entretiens30 » – un événement similaire. Selon L’Écho d’Alger, qui annonce la rencontre, avant d’en rendre compte assez longuement, « le but de ces journées est de nouer des liens solides entre les meilleurs et les plus féconds esprits de l’Algérie », d’informer aussi « de ce qu’est cette association, de ses réalisations et de ses buts précis31. » Et le journal de produire une longue liste d’invités, peintres, musiciens, journalistes et écrivains, parmi lesquels on note la présence de Jean Grenier, Max-Pol Fouchet, François Bonjean, Emmanuel Roblès, et trois ou quatre musulmans : Saadedine Bencheneb32, Tahar Bouchouchi et Mostefa Lacheraf…

30Retenu à Tunis par ses enseignements, Guibert ne participe pas à ce cette rencontre, mais il y est présent dès l’ouverture, par le biais d’une lecture d’un de ses poèmes :

  • 33 Sic, sans doute pour “lied”, pièce poétique accompagnée de musique. Marcelle Schweitzer, présente à (...)
  • 34 Mylène Arden et Sylvain Dhomme sont alors de jeunes acteurs métropolitains, sans doute venus à Tipa (...)

Après que Sylvain Dhomme eût proclamé, en lisant un leader33 d’Armand Guibert, l’excellence de la poésie et que Mylène Arden34 eût interprété un poème de Patrice de la Tour du Pin, président honoraire de “Jeune France”, on put entendre une très belle “Sarabande” de Frank Turner, un fragment du remarquable “Trio” de Mme Marcelle Schweitzer, de subtils “Croquis de Médéa” de Léo-Louis Barbès, deux pièces de Charles Simian d’un excellent dessin mélodique.

  • 35 Célèbre chorégraphe et danseur allemand d’origine juive, pionnier de la “modern dance”. Danseur à l (...)
  • 36 L’Écho d’Alger, 27 nov. 1941, art. cit.

Des lectures firent connaître des poèmes et des textes de François Bonjean, de R.-J. Clot, de Jules Roy, de Gabriel Audisio, de Max-Pol Fouchet, de Jean Grenier, d’Albert Camus, d’Edmond Brua. Puis Loudolf Child35 conclut cette soirée par plusieurs danses d’un style remarquable.36

31Mais “Jeune France”, fondé sur un malentendu, ne résistera pas au durcissement du régime du maréchal Pétain. Au Maghreb plus encore qu’en métropole, le mouvement va vite faire la preuve de ses incapacités et de ses limites. Des défections se font jour, des interdictions également. Convoqués ici par la résistance des intellectuels, là par le débarquement des Alliés en Afrique du Nord, ses participants sont sommés de choisir leur camp. Brua demeurera dans l’ambigüité, ce qui, lors de l’épuration, lui vaudra les ennuis déjà mentionnés. Guibert, à travers Poésie 41, comme Max-Pol Fouchet à travers Fontaine, rejoindront des points de vue plus clairement hostiles au régime de Vichy.

Haut de page

Notes

1 Qui voyait dans ce mouvement le moyen d’expérimenter in vivo ses idées d’une « culture personnaliste » et de restituer à l’art sous toutes ses formes son « rôle intégral », en profitant du provincialisme affiché par Vichy pour le décentraliser.

2 Né à Montpellier en 1903, Roger Leenhardt n’a alors aucune connaissance de l’Afrique du Nord. Pour y coordonner les activités de “Jeune France”, il s’appuiera donc sur Max-Pol Fouchet en Algérie et Pierre Bonnet Dupeyron en Tunisie, deux personnalités proches d’Esprit.

3 Armand Guibert, Transparence, Paris, Les Cahiers libres, 1926 ; Enfants de mon silence, Toulouse, Studio technique d’éditions, 1931.

4 Que Guibert jugeait « bourgeoise et gentiment académique ».

5 Armand Guibert, « Tunis et la décentralisation littéraire », Saisons, automne 1934. Il est frappant de noter combien le titre de cet article résonne avec les ambitions de « décentralisation culturelle » que se fixera quelques années plus tard le mouvement “Jeune France”.

6 4 numéros, dont 2 doubles, de novembre 1932 à mars-avril 1933.

7 À la veille de la guerre, la société tunisienne se compose en effet d’une myriade de communautés ethniques et religieuses dont les alliances et l’Occupation vont révéler les antagonismes dès le début de la guerre : le 10 juin 1940, Mussolini déclare l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés de Hitler, plaçant dans une position difficile la très forte communauté italienne de Tunisie.

8 Alger Républicain, 15 juillet 1940.

9 Annonce qui conduira Guibert et Amrouche à composer un émouvant hommage dans la Tunisie Française Littéraire !

10 Armand Guibert, Poésie d’abord, Tunis, Éditions de Mirage, coll. « Cahiers de Barbarie », 1937.

11 « …Cette société secrète de la Poësie dont les adeptes sont disséminés à travers le monde, unis par une solidarité dont on chercherait en vain dans les autres domaines de l’activité littéraire », dans A. Guibert et al., Patrice de la Tour du Pin, Tunis, Éditions de Mirages, 1934.

12 A. Guibert, Poésie d’abord, op. cit.

13 Ibid.

14 Armand Guibert, “Les poëtes à l’honneur”, T.F.L., 13 octobre 1940. Il est significatif de noter que Guibert orthographie “poëte” et “poësie” avec un tréma, graphie abandonnée par le dictionnaire de l’Académie depuis… 1848 !

15 Jules Roy, « Guibert et notre mémoire algérienne », entretien avec Guy Dugas, Les Carnets de l’exotisme, nᵒ 9, « Une Famille de rebelles, hommage à Armand Guibert », mai-juin 1992, p. 43-48.

16 Armand Guibert, « Tous les rèves du monde », mémoires inédits, tps., “Fonds patrimoine méditerranéen”, bibl. universitaire, section Lettres, Université Paul Valéry – Montpellier 3.

17 Doit-on croire Guibert, ou mettre cela sur le compte de sa jalousie croissante à l’égard de son ami, lorsqu’il avance dans « Tous les rèves du monde », ibid. : « En juin 1940, son sens naturel de l’autorité […] portait [Amrouche] à approuver les visées expansionnistes du Grand Reich, la proclamation du 18 juin lui avait arraché des réactions parodiques dont il perdit rapidement la mémoire et la légende dorée du Maréchal Pétain avait trouvé en lui, comme dans l’immense majorité d’entre nous, un adepte respectueux ». Durant l’année 40, bien des Français des colonies, même parmi les intellectuels, étaient farouchement pétainistes.

18 Les deux expressions sont de Jean Amrouche, « 9 et 12 déc. 1940 », dans Journal, Paris, Non lieu, 2009, p. 83.

19 “Les Amis de l’Apocalypse”, poème inédit, plus tard repris dans Les Limites de l’amour, Alger, Éditions de la revue Fontaine, coll. « Nouvelle poésie française », 1942.

20 T.F.L., 1/3/41.

21 28 numéros, dont deux doubles, de février 1944 à septembre 1948 (édition de Paris à partir de l’été 1945).

22 T.F.L., 22/11/41 (dans la même page paraît l’annonce de trois spectacles théâtraux au Théâtre municipal de Tunis, assortie de la mention « C’est un spectacle “Jeune France” »). Quatre vents ne connut que 6 numéros de novembre 1941 à avril 1942.

23 S’il faut en croire Pierre Juquin, Aragon ou un destin français, vol. 2, 1939-1982, Paris, La Martinière, 2012, Aragon a pourtant publié « sur une idée de milieux proches des rencontres de Lourmarin » un poème patriotique, « Made in France » dans Tunis soir du 10 janvier 1942.

24 “Trois jours à Lourmarin dans une ronde de poètes et de musiciens”, Le Figaro littéraire, 27 septembre 1941.

25 “Poètes et musiciens dans un château de Provence”, dans la T.F.L. 1ᵉʳ octobre 1941 et L’Écho d’Alger, 2 octobre 1941 ; “Lourmarin, jeunesse du passé” dans Patrie (Algérie), première année nᵒ 5, 1942.

26 Henri Davenson est le pseudonyme que prend l’historien René Irénée Marrou, très proche d’Esprit, dans ses activités artistiques.

27 Armand Guibert, « Pierre qui roule. Mémoires inédits » ; dactylographie conservée dans le fonds Patrimoine méditerranéen, université Paul Valéry Montpellier 3.

28 Nous empruntons l’expression au titre d’un article non signé de L’Écho d’Alger, 22 nov. 1941.

29 Dans ses carnets, à la date du 24 juin 1945, Jean Sénac sous-entend que Brua a lui-même détruit cette œuvre « qui a failli lui coûter des ennuis […] à la suite d’une représentation sabotée donnée il y a quelques mois dans les environs de Paris ». Jean Sénac, Un cri que le soleil dévore, Paris/Alger, Le Seuil/El Kalima, 2023, p. 223. De fait, ce texte est désormais introuvable.

30 « Tradition et Jeunesse : les Invités de “Jeune France” écoutent à Tipasa, les leçons du passé », L’Écho d’Alger, 27 nov. 1941. Article également non signé que certains croient pouvoir attribuer à Albert Camus, qui « se retrouve un moment à Alger (en 1942 il se retrouve définitivement en France) dans le cadre d’une initiative de l’organisation de la collaboration “Jeune France” », note du 2 décembre 2013, consultée le 17/11/2018. J’ai les plus grands doutes à ce sujet, le nom de Camus ne figurant absolument pas dans la liste des invités.

31 L’Écho d’Alger, 22 nov. 1941, art. cit.

32 Qui, d’après le journal L’Écho d’Alger, « présenta le poète Mohammed El Aïd » (sans doute Mohammed Laïd Khalifa, considéré comme l’un des plus grands poètes algériens de langue arabe), démontrant ainsi la volonté de “Jeune France” de « resserrer les liens entre les cultures musulmanes et françaises. Les journées de Tipasa prouvent cette volonté. Faire tomber les barrières entre les civilisations, il n’est peut-être pas, aujourd’hui, de tâche plus souhaitable. »

33 Sic, sans doute pour “lied”, pièce poétique accompagnée de musique. Marcelle Schweitzer, présente à Tipasa, avait, avant-guerre, mis en musique plusieurs poèmes de Guibert et Amrouche.

34 Mylène Arden et Sylvain Dhomme sont alors de jeunes acteurs métropolitains, sans doute venus à Tipasa à dans les pas de Roger Leenhardt. Après-guerre, Sylvain Dhomme, devenu metteur en scène, permettra la découverte d’Eugène Ionesco en créant Les Chaises.

35 Célèbre chorégraphe et danseur allemand d’origine juive, pionnier de la “modern dance”. Danseur à l’Opéra de Hambourg dans les années 30, il est contraint par la montée du nazisme à quitter l’Allemagne pour Paris. Mobilisé en Algérie pendant la guerre, il en profita pour y donner de nombreux récitals de 1941 à 1944.

36 L’Écho d’Alger, 27 nov. 1941, art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Dugas, « Des réseaux en temps de guerre »Continents manuscrits [En ligne], 22 | 2024, mis en ligne le 24 avril 2024, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/coma/11610 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coma.11610

Haut de page

Auteur

Guy Dugas

Guy Dugas est

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search