Navigation – Plan du site

AccueilActualité scientifique et culture...Comptes-rendus de parutions2020Les Enjeux de la mémoire dans la ...

2020

Les Enjeux de la mémoire dans la littérature et les arts contemporains de la République démocratique du Congo, dir. Éloïse Brezault, Francofonia, n° 76, printemps 2019, Olschki Editore

Alice Desquilbet
Référence(s) :

“Les Enjeux de la mémoire dans le littérature et les arts contemporains de la République démocratique du Congo”, dir. Éloïse Brezault, Francofonia, n° 76, printemps 2019, Olschki Editore, 2019

Texte intégral

1L’ouvrage coordonné par Éloïse Brezault interroge le concept de mémoire, en proposant des lectures de romans congolais contemporains comme Samantha à Kinshasa de Marie-Louise Mumbu (2008), Tram 83 (2014) de Fiston Mwanza Mujila, Congo Inc. Le testament de Bismarck (2014) d’In Koli Jean Bofane, Généalogie d’une banalité de Sinzo Aanza (2015), ainsi que J’irai danser sur la tombe de Senghor (2014) et Sans capote ni kalachnikov (2017) de Blaise Ndala. Les enjeux mémoriels sont également examinés dans le genre de la bande-dessinée, lors d’un entretien avec Barly Baruti, et dans le cinéma congolais actuel, notamment le documentaire Congo 4 Acts (2010) ou les films E’Ville (2018) de Nelson Makengo, Kinshasa (2013) de Tshoper Kabambi et Viva Riva ! (2012) de Djo Tunda wa Munga. En outre, le livre présente des entretiens avec In Koli Jean Bofane et Fiston Mwanza Mujila, ainsi que des recensions et de nombreuses notes de lecture, témoignant du dynamisme de la revue francophone italienne.

2Pour analyser ces œuvres, les différentes théories de la mémoire sont convoquées par les contributeur·trice·s de ce numéro de Francofonia et on trouvera en particulier un appareil critique présenté avec minutie dans l’introduction d’Éloïse Brezault. Cependant, à la lecture de l’ouvrage, il m’a semblé que l’intérêt du questionnement mené par les critiques résidait surtout dans le fait que les œuvres congolaises contemporaines résistent à la lecture mémorielle. En effet, elles témoignent essentiellement de la « prédominance du temps présent » et d’une « quasi disparition du passé » (p. 8). Aussi les analyses attentives des contributeur·trice·s montrent-elles que l’histoire douloureuse – depuis la colonisation belge ouverte par les explorations de Stanley jusqu’à la dictature de Mobutu après l’assassinat de Lumumba – laisse place à « la reconnaissance des changements perpétuels » (p. 41) qui caractérisent la société contemporaine congolaise dont s’emparent les œuvres. La quête des traces de la mémoire traumatique se heurte ainsi à l’immédiateté ressentie dans Tram 83 ou au présent perpétuel (Hartog) palpable dans Congo Inc., analysés respectivement dans les articles de Kasongo Mulenda Kapanga et Éloïse Brezault.

3Pour comprendre cela, plusieurs hypothèses sont avancées : Elara Bertho évoque le rejet « des grands récits nationaux élaborés par la dictature » (p. 84) chez Sinzo Aanza, Éloïse Brezault montre que tout se passe « comme si l’Afrique de Bismark et de Léopold était finalement dépassée par les nouveaux enjeux que crée la mondialisation en Afrique » (p. 81). Matthias de Groof et Alessandro Jedlowski mentionnent quant à eux la désillusion face à l’élite politique dans les films de Kabambi, « à croire que le passé n’a rien appris à certains » (p. 129). Jean de Dieu Itsieki Putu Basey y souscrit en énumérant les « échecs avortés – la rébellion des lumumbistes, l’idéologie de l’authenticité, la démocratisation et le Front de libération nationale – », dont Blaise Ndala montre qu’ils sont « des phénomènes à répétition » (p. 105). L’art congolais contemporain semble donc moins célébrer que « forer les grands récits collectifs » (p. 90) comme le suggère Elara Bertho, moins viser à une représentation du passé qu’au souvenir du présent (« remebering the present » p. 131) comme l’avancent Matthias de Groof et Alessandro Jedlowski.

4Finalement, l’évocation d’un certain nombre de lieux de mémoire dans les œuvres émanerait surtout d’une volonté artistique de rendre compte de l’« immédiateté de la vie débauchée et globalisée » (p. 52), sans pour autant négliger de « mettre au jour une portion de l’histoire méconnue » (p. 152). De fait, la forêt de Congo Inc. oscille entre patrimonialisation et marchandisation, l’infrastructure coloniale du train côtoie le bar de Tram 83 – lieu d’oubli et de fête – et l’avion de Samantha à Kinshasa permet un « survol historique du Congo-Zaïre » (p. 35), lorsque la jeune femme se remémore avec nostalgie la ville de Kin la belle. La « dimension spectrale » (p. 130) du film E’Ville fait renaître à l’écran les fantômes de Pauline et Patrice Lumumba, tandis que la bande-dessinée Madame Linvingstone (2014) de Barly Baruti ressuscite des personnages de la Première Guerre mondiale. Tous ces contacts de mémoire (Vergès) dont parlent les contributeur·trice·s de la revue donnent très envie de découvrir les œuvres qui les font naître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Desquilbet, « Les Enjeux de la mémoire dans la littérature et les arts contemporains de la République démocratique du Congo, dir. Éloïse Brezault, Francofonia, n° 76, printemps 2019, Olschki Editore »Continents manuscrits [En ligne], Comptes-rendus de parutions, mis en ligne le 18 février 2020, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/coma/5217 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coma.5217

Haut de page

Auteur

Alice Desquilbet

Doctorante contractuelle à l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Continents manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraîbe, dispora   est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search