Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels en coursInaboutissement, inachèvement : l...

Inaboutissement, inachèvement : l’œuvre in-finie

Appel à contributions, Continents manuscrits, n° 19, octobre 2022
Guy Dugas
  • 1 Henry de Montherlant

« Une œuvre littéraire est comme une auto, il faut qu’elle soit révisée tous les dix ans. »1

  • 2 Julien Gracq

« Un élément essentiel risque de toujours manquer à la critique littéraire [...]. Cet élément – sur lequel l’écrivain seul pourrait renseigner – ce sont les fantômes de livres successifs que l’imagination de l’auteur projetait à chaque moment en avant de sa plume [...]. À chaque tournant du livre, un autre livre, possible et même probable, a été rejeté au néant. »2

Argument

Grace aux avant-textes laissés par l’auteur et le parti que la génétique textuelle nous apprend à en tirer, on est plus ou moins en mesure de savoir comment naît une œuvre ; quand, pourquoi, comment…

Mais que sait-on de son achèvement ? Le point final tant attendu par les écrivains vient-il vraiment achever le projet qu’ils s’étaient fixé ? D’autres choix structurels, une intrigue tournée différemment, un personnage supplémentaire ou autrement caractérisé n’auraient-ils pas pu conférer d’autres significations, conduire à un autre dénouement, comme dans ces collections de romans populaires ou pour enfants où le lecteur est invité à construire lui-même son propre cheminement dans le récit ?

Que sait-on aussi de ces œuvres mort-nées, qui vivent néanmoins dans l’esprit du lecteur par un titre ou quelques idées que l’auteur en a jetées ici ou là ? De ces œuvres-palimpsestes dont il suffit de gratter la surface pour se rendre compte qu’un projet différent se dissimule sus le projet qu’elles affichent ? Des œuvres inachevées dont le point final fut – lorsqu’il le fut – tardivement rajouté, parfois par son auteur, parfois d’une main autre ? Et dans ce cas, par qui, comment et de quel droit le projet initial a-t-il pu être mené à terme, et comment être certain de la fidélité du texte rendu au projet initial ?

De l’œuvre inachevée d’Isabelle Eberhardt à La Mort d’Akli de Jean Amrouche, de « Kaddish » d’André Schwartz-Bart à Un homme pareil aux autres de René Maran et d’Ébauche du Père de Jean Sénac au Premier homme d’Albert Camus, la littérature nous offre ainsi maints exemples d’œuvres inabouties, inachevées, parfois abandonnées, souvent reprises de manière autographe ou allographe.

Dans une perspective génétique que viendront alimenter des analyses poétiques, sociocritiques voire juridiques, on s’intéressera donc dans ce numéro à toutes les œuvres d’art inachevées ou inabouties, reprises ou non, sans s’interdire des incursions dans le domaine des arts plastiques, de la poésie, du théâtre aussi, genres susceptibles de nous mettre sur la piste d’une autre définition de l’œuvre : et si, par définition, toute œuvre était in-finie, sinon peut-être dans l’esprit d’un lecteur à qui la stratégie éditoriale la présente comme achevée ?

Calendrier

janvier 2022 

validation du sommaire

mai 

remise des articles au coordinateur

début juillet

remise des articles aux rédacteurs en chef

fin août 

remise à la secrétaire de rédaction

1er octobre 

mise en ligne « test »

15 octobre 

mise en ligne

Les propositions seront envoyées à Guy Dugas (dugas.montp3@gmail.com), coordinateur du dossier.

Notes

1 Henry de Montherlant

2 Julien Gracq

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search