Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels en coursÉcrivains vietnamiens francophone...

Écrivains vietnamiens francophones. Pour une perspective génétique

Appel à contributions, Continents manuscrits, n° 21, mars 2023
Giang-Huong Nguyen

Textes vietnamiens francophones

La littérature vietnamienne de langue française constitue une partie importante de la mémoire franco-vietnamienne. Parmi les écrivains vietnamiens francophones, on rangera par exemple Phạm Văn Ký, Phạm Duy Khiêm, Pierre Đỗ Đình Thạch, Hoàng Xuân Nhị, Trần Văn Tùng, Nguyễn Hữu Châu, Cung Giũ Nguyên, Lý Thu Hồ, Kim Lefèvre etc. L’héritage culturel ancestral se manifeste encore aujourd’hui dans de nombreux textes d’auteurs français d’origine vietnamienne comme Linda Lê, Anna Moï, Hoai Huong Nguyen, Minh Huy Tran et autres. Cependant, l’histoire de la littérature française et contemporaine révèle une négligence ou un oubli des lettres francophones d’Indochine de la part des critiques littéraires. Si la quantité modeste de cette production (environ 300 œuvres tous genres littéraires confondus) peut expliquer en partie cet état de fait, il s’avère qu’un grand nombre de manuscrits vietnamiens francophones est encore archivé sans avoir jamais été publié. La Bibliothèque nationale de France conserve par exemple les archives de l’écrivain Phạm Văn Ký, qui constituent un fonds à part entière, le Fonds Pham Van Ky. Les 6 493 folios dactylographiés de romans, 5 461 folios dactylographiés de textes dramatiques, sans compter de multiples pochettes de poésie, d’essais et de correspondance, révèlent son processus de création et son ancrage littéraire en France et au Vietnam. Autre exemple, les descendants de l’écrivain Cung Giũ Nguyên conservent encore aujourd’hui à Nha Trang, sa ville natale, des milliers de pages manuscrites des romans en français, en dehors de ses trois romans publiés. L’étude de ses brouillons et de sa correspondance dévoilerait non seulement la vie de l’écrivain et l’homme politique Pham Duy Khiem mais aussi la genèse de ses romans et de ses mémoires autobiographiques.

Ce numéro de Continents Manuscrits invite donc les chercheurs à réfléchir à l’étude génétique des textes vietnamiens francophones à partir des pistes de travail suivantes :

La fabrique d’une langue littéraire originale

Il serait intéressant d’observer si les écrivains vietnamiens produisent une langue spécifique, liée au fait que la langue maternelle vietnamienne est enregistrée à jamais dans la conscience linguistique des écrivains. L’étude des manuscrits permettrait de discerner s’ils se corrigent et si des traces de ces auto-corrections subsistent.

On pense toujours à Marguerite Duras et à ses références sous-jacentes à la langue vietnamienne. Mais ne pourrait-on pas aussi parler de traces d’une langue vietnamienne sous-jacente pour quelques écrivains français qui ont passé des décennies au Vietnam ? Ce serait peut-être le cas d’Yveline Féray, Jules Boissière, Claude Farrère ou de Jean d’Esme, etc. mais aussi celui des auteurs vietnamiens contemporains de langue française comme Anna Moï, Linda Lê ou Hoai Huong Nguyen, qui sont des écrivaines françaises travaillant sur les réminiscences de leurs vies familiales, même si leur culture littéraire est principalement française.

La traduction comme prémisse de l’écriture francophone

Il serait intéressant d’étudier le lien particulier, dans le cas vietnamien, entre la genèse des textes francophones et les traductions d’œuvres françaises. Par exemple, le traducteur Nguyễn Văn Vĩnh traduit, d’un côté, La Fontaine en vietnamien et, de l’autre côté, transpose le Kiều de Nguyễn Du en français. C’est Pierre Đỗ Đình Thạch qui a introduit au Vietnam les œuvres majeures d’André Gide. À leur manière, les traducteurs comme Nguyễn Văn Vĩnh et Pierre Đỗ Đình sont donc aussi des écrivains francophones. La liste des auteurs français traduits dessine les contours de ce que pourraient être les sources d’inspiration premières de ces auteurs francophones.

Une genèse au carrefour des genres

Le choix de la francophonie a conduit les auteurs vietnamiens à adopter certaines formes littéraires spécifiques à la littérature occidentale. C’est ainsi, par exemple, que Phạm Văn Ký choisit une prosodie française sollicitant le sonnet et l’alexandrin, mais en la mélangeant à son héritage oriental, par des références à la tradition japonaise dans ses « Haikaïs et Stances », mais aussi à des mots d’origine chinoise et en remodelant la forme vietnamienne du « luc-bat » (6/8) dans des vers en langue française. On pourrait étudier le processus de genèse de son écriture poétique afin de voir l’évolution de ces différents marqueurs multiculturels dans ses archives et ses manuscrits. D’une manière analogue, Pham Duy Khiêm a opté pour la forme du roman autobiographique dans son roman Nam et Sylvie (1955) publié sous le pseudonyme de Nam Kim. Il serait intéressant d’étudier les témoins génétiques de la construction de l’identité franco-vietnamienne du narrateur au fil du texte. La correspondance est aussi une dimension importante pour observer le lien entre les auteurs vietnamiens avec l’intelligentsia française, en l’occurrence la NRF et Pontigny. Ce lien joue sans doute un rôle déterminant dans le processus de la création littéraire.

On pourra ainsi interroger le processus de genèse des œuvres francophones vietnamiennes et la manière dont l’écriture des auteurs s’est acclimatée aux formes choisies, à la fois en se conformant à des modèles et en les adaptant à leur style singulier.

Calendrier

juin 2022

validation du sommaire

octobre 2022 

remise des articles à la coordinatrice

décembre 2022

remise des articles aux rédacteurs en chef

février 2023 

remise à la secrétaire de rédaction

1er mars 2023 

mise en ligne « test »

15 mars 2023

mise en ligne

Les propositions seront envoyées à Giang Huong Nguyen (nguyengianghuong119@yahoo.fr), coordinatrice du dossier.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search