Navigation – Plan du site

AccueilActualité scientifique et culture...Actualité culturelle et artistiqu...Journées d’étude sur les univers ...

Journées d’étude sur les univers des Schwarz-Bart (Université de Lausanne, 30 septembre - 1er octobre 2021)

Ndéye Mbaba Diouf

Notes de l’auteur

Toute information supplémentaire sur les journées d’étude peut être demandée aux organisateurs du colloque : Anaïs Stampfli, docteure en littératures française et francophone, première assistante diplômée de l’Université de Lausanne ; Éléonore Devevey, maître-assistante à l’Université de Genève, auteure de Terrains d’entente. Anthropologues et écrivains dans la seconde moitié du xxe siècle (thèse de doctorat) ; Jean-Pierre Orban, écrivain, éditeur, traducteur et chercheur associé à l’ITEM (CNRS-ENS), équipe Manuscrits francophones ; Claire Riffard, docteure et ingénieure de recherche à l’ITEM, responsable de l’équipe Manuscrits francophones.

Les univers des Schwarz-Bart : sources et traces dans les textes et les avant-textes

À l’initiative du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures (CIEL) et de la section de français de l’Université de Lausanne, en partenariat avec l’équipe Manuscrits francophones de l’Institut des Textes et Manuscrits modernes (ITEM) au CNRS, qui anime depuis 2017 un groupe de travail Schwarz-Bart, et le département de langues et de littérature française moderne de l’Université de Genève, se sont tenues au Château de Dorigny, du 30 septembre au 1er octobre, des journées d’étude autour de l’œuvre du couple d’écrivains André et Simone Schwarz-Bart. Dans le prolongement des travaux de recherche menés à l’ITEM, à l’Université de Lausanne, en Guadeloupe et ailleurs autour de l’œuvre des Schwarz-Bart, ces rencontres se présentent comme des moments de réflexion et d’échanges, mais aussi de vive émotion et d’hommages portés par les différents participants, en présence de Simone Schwarz-Bart.

Les différentes communications ont choisi la réflexion collective pour tracer les contours des univers littéraire, historique, philosophique, linguistique et religieux sur lesquels repose la production Schwarz-Bart. Les interventions ont été également des occasions de suivre l’évolution de l’œuvre d’André Schwarz-Bart, du Dernier des Justes jusqu’au projet « Kaddish », sous une approche génétique bien sûr.

Après les mots d’accueil prononcés par Gilles Philippe, président de la section de français de l’Université de Lausanne, le colloque s’ouvre avec une riche communication de Francine Kaufmann, professeure émérite de l’Université de Bar Ilan, qui a consacré sa thèse de doctorat au Dernier des Justes. Pour sa communication, elle s’intéresse à « L’histoire(s) des archives Schwarz-Bart », et dans un souci de reconstitution archéologique, revient sur le processus de création de ses propres archives, constituées autour de l’œuvre d’André Schwarz-Bart pour sa thèse. Elle rappelle ensuite que grâce aux fonds légués à la Bibliothèque nationale de France, les chercheurs ont désormais accès à une bonne partie des archives Schwarz-Bart à Paris. Pour elle, c’est l’occasion de redécouvrir l’œuvre, pour en montrer l’ampleur et la dimension intellectuelle et culturelle. Dans la discussion qui suit, Kathleen Gyssels confirme les propos de Kaufmann et lit dans Le Dernier des Justes la volonté de création d’un univers romanesque enrichi de données historiques voire autobiographiques. Gyssels fait usage dans ses publications du concept de « roman encyclopédique », comme chronique d’une société à un certain moment, dans sa complexité sociale.

La première session est consacrée à une étude comparée de l’œuvre d’André Schwarz-Bart et de celle de ses pairs. Ainsi, Nelly Wolf, professeure émérite à l’Université de Lille, consacre sa communication à la réception géomédiatique et journalistique du Dernier des Justes et des Eaux Mêlées de Roger Ikor, en se penchant sur les ressemblances dans la réception des deux œuvres. Elle insiste sur le rôle de Schwarz-Bart dans l’accueil médiatique des Eaux Mêlées d’Ikor qui, sans doute, influencera l’écriture du Dernier des Justes. Si cet accueil est d’abord favorable, il devient hostile après l’attribution du prix Goncourt, entre accusations d’ignorance de la culture juive, d’assimilation du judaïsme, reproches à Ikor sur son silence vis-à-vis de l’antisémitisme, accusations de christianisation… La formulation de ces griefs a eu des répercussions sur la considération de ces œuvres après l’attribution des prix Goncourt.

L’histoire du génocide et de l’extermination des Juifs occupe une place essentielle dans la fiction de Schwarz-Bart. Maxime Decout, maître de conférences à l’université Aix-Marseille, soulève le rapport aux faits et aux documents. Son propos élucide d’abord les différents aspects de la tension entre factualité et « fictionnalité » dans Le Dernier des Justes et L’Étoile du Matin. Cette tension se joue à travers un certain nombre de choix esthétiques, l’adoption d’une écriture mimétique appuyée sur un travail de documentation, mais aussi le choix d’un cadre réaliste où s’insèrent des éléments merveilleux appartenant au réalisme magique. Outre la restauration de la factualité dans les récits, l’écriture permet de réfléchir sur l’effacement et la destruction des faits, ce qui ouvre des perspectives sur la singularité de cette œuvre dans le champ littéraire français.

Albert Dichy, directeur littéraire de l’IMEC (Institut Mémoires de l’édition contemporaine), propose une lecture des points de convergence, une convergence paradoxale, entre l’œuvre de Schwarz-Bart et les travaux de Jean Genet, dans le contexte du silence énigmatique des deux écrivains. Cet exposé est marqué par une analyse approfondie du parallélisme entre ces œuvres, au-delà d’une série de similitudes et de dissemblances. Cette comparaison s’effectue en étudiant leurs rapports à la langue, à l’enfance, à une conception de l’écriture comme engagement, mais aussi au silence mystérieux marquant, à une certaine période, la vie des deux auteurs.

Au terme de cette communication qui clôture la première journée de réflexion, Simone Schwarz-Bart prend la parole pour remercier les initiateurs. Elle revient sur son chagrin après le décès de son époux et témoigne avoir puisé du courage dans le fait que de jeunes chercheurs et universitaires s’intéressent à l’ensemble de leurs œuvres.

Cette première journée de présentation était ainsi l’occasion pour les participants de découvrir des travaux d’archéologie littéraire, dans les archives Schwarz-Bart, mais aussi de revenir sur la réception de l’œuvre dans la presse nationale et juive.

En amorce à la session du vendredi 1er octobre, les chaleureux mots d’ouverture de Kathleen Gyssels orientent la matinée de conférence sur la genèse de l’œuvre des Schwarz-Bart. L’intervention de Keren Mock, diplômée de psychologie clinique et de philosophie, docteure ès lettres, chercheuse associée à la BnF et enseignante à l’université Paris Diderot, propose un focus sur « les géométries secrètes de l’œuvre “Kaddish” ». Elle revient essentiellement sur la particularité de l’écriture de « Kaddish », qui s’éloigne de tout formalisme car dans l’œuvre s’unissent différentes formes littéraires. Elle détaille la topologie des supports (ouvrages, presse, carnets, documents audio) présente dans « Kaddish », telles des empreintes de l’écriture mémorielle. En effectuant un croisement entre les supports et la mémoire, elle procède à une analyse de fond permettant de saisir la dimension temporelle de l’œuvre marquée par la destruction et la dislocation de la mémoire qui rappelle la structure du traumatisme. Catherine Rovera, maître de conférences à l’université Paris-Dauphine, analyse ensuite La Mulâtresse Solitude en proposant une étude des notes préparatoires autographes sur la révolution et sur l’esclavage. Sa démonstration appuyée sur des commentaires de documents d’archives projetés au public ont permis d’appréhender les fonctions et l’hybridité de ces notes, qui génétiquement repoussent les frontières de l’exogène et constituent l’amorce du travail esthétique.

Prolongeant les réflexions sur l’inachèvement dans l’œuvre, Fanny Margras, doctorante en codirection à l’université des Antilles et à l’université Lyon 2, entame sa communication qui aborde la « poétique du reflet » dans l’Hommage à la femme noire. Elle questionne la nature de l’ouvrage, met en valeur son hybridité, sa démarche collaborative, mais aussi son ampleur, touchant à l’encyclopédie romanesque par sa forme, ses thématiques, les traces de l’oralité et son caractère intertextuel.

Plusieurs échanges sur les questions éditoriales ainsi qu’un très beau témoignage de la coauteure prolongent cette matinée. Simone Schwarz-Bart, en évoquant sa conférence à la prison de Guadeloupe, témoigne de la réception de L’Hommage à la femme noire par les détenues qui se réapproprient l’œuvre, souligne paradoxalement les limites de sa diffusion. Fanny Margras intervient pour insister sur la portée de l’ouvrage, qui a suscité de nouvelles recherches et parutions, dont témoigne par exemple Des vies de combat. Femmes, noires et libres d’Audrey Celestin. Kathleen Gyssels souligne la nécessité de la réédition récente de L’Hommage.

À l’entame de la dernière séance, Christine Le Quellec Cottier, professeur à l’Université de Lausanne, salue l’assistance et donne la parole à Odile Hamot, de l’université des Antilles. Hamot revient sur le personnage « hors du commun » d’André Schwarz-Bart. Elle évoque notamment la figure du personnage de l’auteur, faisant un parallélisme avec le ballottement du moi racinien et l’héroïsme du personnage. Parlant de La Mulâtresse Solitude, elle pose la question des rapports entre l’histoire et la fiction, en évoquant l’importance qu’André accordait aux sources. Aussi souligne-t-elle la fonction de l’épigraphe, qui éclaire les intentions de l’auteur.

Éléonore Devevey, de l’université de Genève, s’intéresse aux « Sources, traces et horizons anthropologiques » et évoque le rapport d’André Schwarz-Bart à l’anthropologie. Elle montre, sur la base d’extraits et exemples précis tirés des œuvres, le point commun entre discours anthropologique et littéraire. Devevey revient sur la démarche littéraire d’André Schwarz-Bart en soulignant la mise en fiction des données ethnographiques. Elle évoque le voyage d’André et Simone à Dakar et en Casamance (Sénégal) où ils affrontent la différence culturelle, fréquentent l’IFAN, et développent une écriture qui partage le vécu culturel de l’autre. Dans son argumentaire, elle insiste sur la relation amicale qui s’instaure entre André Schwarz-Bart et Louis-Vincent Thomas, en montrant leur proximité. Son intervention a élucidé la thématique de la mort qui traverse l’œuvre, l’importance de l’épigraphe et le désir entre l’individu et la société.

La deuxième partie de la journée est ouverte par la projection d’extraits de films documentaires sur la vie d’André et de Simone en Suisse et de photos d’archives, commentées par Simone, qui revient sur les circonstances de ces prises de vue et sur l’importance qu’André accordait à ces images. Avant de conclure, prise d’émotion, elle témoigne être profondément touchée par les différentes interventions qui lui rendent présente la figure d’André, son époux. C’est avec ce témoignage de Simone Schwarz-Bart que s’achèvent ces journées d’étude.

  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo École normale supérieure
  • Logo EUR Translitterae
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search