Navigation – Plan du site
Dossier : "Vie et mort des revues en période coloniale et postcoloniale"

Lotte Arndt, Les Revues font la culture !

Négociations postcoloniales dans les périodiques parisiens relatifs à l’Afrique (1947-2012), Trier, WWT Wissenschaftlicher verlag Trier, 2016
Boniface Mongo-Mboussa

Texte intégral

  • 1 V. Y. Mudimbe (dir) The Surreptitious Speech, Présence Africaine and the politics of Otherness 1947 (...)
  • 2 Hans-Jürgen Lüsebrink, La Conquête de l’espace public colonial, Prises de parole et formes de parti (...)

1Bien que Présence Africaine ait suscité depuis une dizaine d’années quelques essais de qualité1, les études sur les revues dans le champ littéraire francophone africain sont rares. Récemment, Hans-Jürgen Lüsebrink a publié aux éditions Nota bene La Conquête de l’espace public colonial2 : une analyse de la prise de parole par les écrivains et intellectuels africains dans la presse coloniale entre 1900 et 1960.

2Dans la préface qu’il consacre à cet ouvrage, Bernard Mouralis salue l’originalité de la démarche. Une originalité résidant, selon lui, dans le changement de perspective. Contrairement aux travaux de ses prédécesseurs portés sur des livres écrits par des auteurs africains, Hans Jürgen Lüsebrink, lui, met l’accent sur l’activité d’écriture notamment sur des articles, contes et feuilletons parus dans les journaux et revues.

  • 3 Négociations postcoloniales dans les périodiques parisiens relatifs à l’Afrique (1947-2012).

3Sa compatriote et collègue Lotte Arndt amplifie cette démarche tout en se distinguant. Son essai Les Revues font la culture ! paru l’an dernier aux VVT (Wissenschaftlicher Verlag Trier) introduit une rupture par rapport au travail de Hans Jürgen Lüsebrink sur quatre aspects. En premier lieu l’espace géographique. Alors que Hans Jürgen Lüsebrink analyse la presse en Afrique, Lotte Arndt, elle, s’intéresse aux périodiques africains parisiens ; vient ensuite le contexte : Lüsebrink évoque l’époque coloniale, Lotte Arndt ancre son travail dans la postcolonie. D’où son sous-titre éloquent3. La troisième rupture est le statut des revues et par là même celui des rédacteurs. Les revues coloniales publiées en Afrique sont des périodiques sous tutelle ; celles qui se créent à Paris (Présence Africaine, Revue Noire, Peuples Noirs Peuples Africains, Africultures) sont autonomes, ou se veulent telles, du moins dans le cas de Présence Africaine et de Peuples Noirs Peuples Africains. Une autonomie qui, du coup, influe sur les contenus. Car, écrit Lotte Arndt : « Depuis le premier numéro de Présence Africaine, l’universalisme est un des thèmes centraux de débat, pour le redéfinir ou le remettre en question. Toutes les revues, s’engagent dans des stratégies de mise en cause de l’universalisme colonial et républicain : pour construire une nouvelle Afrique (Présence Africaine), pour se débarrasser du néocolonialisme (PNPA) pour s’approprier une histoire culturelle (LMMA) et pour élaborer une nouvelle critique, au-delà de l’exotisme (Africultures), ou encore pour montrer les artistes du continent africain et de sa diaspora (Revue noire). » (p. 15). Enfin, la méthode : le travail de Jans Jürgen Lüsebrink repose sur le document ; celui de sa compatriote allie archives et entretiens avec les rédacteurs.

  • 4 Il s’agit de Présence Africaine, Peuples Noirs Peuples Africains, Revue Noire, Lettre des musiques (...)

4À tout prendre, l’essai de Lotte Arndt met en perspective cinq revues africaines parues à paris entre 1947 et 19724. Le choix ici de la revue comme objet d’étude permet à Lotte Arndt de procéder à un travail critique dans le cadre théorique des études postcoloniales. Et pour mieux le réaliser, elle situe son essai à l’intersection des études culturelles postcoloniales et de l’histoire des idées.

  • 5 Michel Winock, « Esprit » Des intellectuels dans la cité, Paris, Seuil, 1975
  • 6 Anna Boschetti, Sartre et « Les Temps modernes », Paris, Éditions de Minuit, 1985

5Remarquablement documenté, servi par une langue claire, ce travail constitue une contribution essentielle à l’africanisme. Il fera date, parce qu’il s’inscrit dans l’espace francophone dans toute une tradition des essais consacrés à des revues comme ceux de Michel Winock5 ou Anna Boschetti6.

Haut de page

Notes

1 V. Y. Mudimbe (dir) The Surreptitious Speech, Présence Africaine and the politics of Otherness 1947-1987, Chicago, The University of Chicago Press ; Salah Hassan « Inaugural Issues : The cultural politics of the Early Présence Africaine, 1994-1955 », Research in African literatures, no 30, vol. 2, p. 1994-221.

2 Hans-Jürgen Lüsebrink, La Conquête de l’espace public colonial, Prises de parole et formes de participation d’écrivains et d’intellectuels africains dans la presse à l’époque coloniale (1900-1960), Québec/Frankfurt am Main/London, Éd. Nota bene/IKO-Verlag, coll. Studien zu den frankophonen Literaturen ausserhalb Europas, Bd. 7, 2003, 272 p.

3 Négociations postcoloniales dans les périodiques parisiens relatifs à l’Afrique (1947-2012).

4 Il s’agit de Présence Africaine, Peuples Noirs Peuples Africains, Revue Noire, Lettre des musiques et des Arts africains, Africultures

5 Michel Winock, « Esprit » Des intellectuels dans la cité, Paris, Seuil, 1975

6 Anna Boschetti, Sartre et « Les Temps modernes », Paris, Éditions de Minuit, 1985

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boniface Mongo-Mboussa, « Lotte Arndt, Les Revues font la culture !  », Continents manuscrits [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 13 octobre 2017, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/coma/891

Haut de page

Auteur

Boniface Mongo-Mboussa

Auteur, critique, corédacteur en chef de la revue Africultures

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Continents manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraîbe, dispora   est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • OpenEdition Journals