Navigation – Plan du site
Séminaire Manuscrits francophones 2017-2018

Argumentaire du séminaire 2017-2018 de l’équipe Manuscrits francophones, ITEM (CNRS-ENS)

Kora Véron

Texte intégral

1Génétique et intertextualité ?

  • 1 « Antoine Compagnon – Génétique, intertextualité et histoire littéraire » – Entretien avec Pierre-M (...)

P.-M. de Biasi : Une des contributions majeures de la génétique est d’avoir démontré que la question des sources d’un texte ne se limite pas aux traces observables dans sa version publiée, mais doit être posée à l’échelle de sa genèse : dans l’épaisseur des documents de travail, des carnets, des notes, des brouillons, où l’on peut suivre la manière dont l’écriture se trouve informée par une foule d’éléments autobiographiques, historiques, contextuels ou intertextuels qui progressivement s’intègrent à l’œuvre au point de ne plus devenir repérables. Ces sources, pour la plupart, ne sont plus identifiables à l’échelle du texte définitif, ce qui ne les empêche pas d’avoir joué un rôle important, parfois décisif, dans la construction de l’œuvre, y compris dans certains cas par incompatibilité et par naufrage, ou encore par antagonisme, s’il s’agit d’une source conflictuelle contre laquelle le texte s’est écrit. Il s’agit là d’une voie importante pour la compréhension de l’écrivain et de son art : elle n’est guère praticable sans l’exploration des manuscrits.
A. Compagnon : Oui, absolument. Nous avons assisté à une certaine convergence de la génétique et de l’intertextualité. Je me reconnais pleinement à cette intersection des études de genèse et des études intertextuelles, entendant celles-ci dans un sens large qui inclut l’histoire culturelle. C’est à ce confluent que je situe la plupart de mes travaux sur Proust depuis plus de deux décennies. Mais cela ne correspond pas au programme type de la génétique.
P.-M. de Biasi : C’est quand même une des voies les plus pratiquées désormais par les chercheurs en génétique littéraire1.

2La « genèse externe » a bien intégré la notion d’intertextualité, sous conditions, comme nous le dit Almuth Grésillon dans Éléments de critique génétique (2016, 122), à propos de l’étude de la genèse d’Hérodias (un des Trois contes de Gustave Flaubert) :

Que l’on nous comprenne bien : il ne s’agit point d’étendre la notion de genèse jusqu’à vouloir lui faire embrasser toute l’archéologie du savoir ; quand nous parlons de documents de genèse externe, nous désignons simplement des documents dont il est prouvé qu’ils sont de la main ou de la bouche de l’auteur ou que l’auteur les a lus, regardés ou entendus, proférés, ou, enfin, qu’ils constituent des témoignages de tiers, produits dans le contexte direct de l’écriture d’une œuvre déterminée. […] Que Flaubert ait lu La Vie de Jésus de Renan intéressera le généticien non pas au titre des sources et influences, mais exclusivement au titre de la production, c’est-à-dire dans la stricte mesure où l’écriture de Flaubert importe, déforme, transforme, intègre ou rejette des fragments discursifs empruntés à Renan.

3Pour « domestiquer le concept si séduisant, mais si flou d’intertexte », Almuth Grésillon (2016, p. 204-205) impose donc qu’une trace (note documentaire, fiche de lecture, photographie…) soit disponible, comme support de l’analyse de « la transformation et déformation de discours antérieurs, sur lesquels un nouveau discours se construit » (2016, p. 205).

4La « convergence de la génétique et de l’intertextualité » a produit de nombreux effets, dont certains articles en ligne sur le site de l’ITEM2.

  • 3 Au sens large, qui regroupe à la fois ce que Gérard Genette définit dans Palimpsestes (1982) comme (...)

5Le séminaire de l’équipe « manuscrits francophones » se propose d’y revenir3, non pour tenter de définir un « intertexte francophone » univoque, dont il conviendrait de cerner les spécificités, mais pour à la fois interroger nos corpus à la lumière de cette convergence, et pour ouvrir le débat génétique. On pourra notamment se demander :

61. Quels sont les procédés intertextuels à l’œuvre dans nos dossiers de genèse :

a. Que peut-on en observer, en décrire, en penser ?
b. Quels hypotextes sont concernés ?
c. Quelles sont les « influences », traditions revendiquées ou rejetées ?…

72. Dans quelle mesure on peut considérer que l’intertextualité appartient de fait à l’heuristique génétique, même en l’absence de manuscrits ou de carnets de travail. Un hypotexte cité, suggéré, parodié, imité, plagié, réécrit… ne constitue-t-il pas en lui-même un avant-texte, qui légitime à lui seul une démarche génétique ?

83. Dans quelle mesure il est pertinent et fructueux d’envisager la traduction comme dispositif génétique intertextuel.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, Roland, « Théorie du texte », Genres et Notions littéraires, Paris, Encyclopaedia Universalis et Albin Michel, 1973.

Compagnon, Antoine, La Seconde Main ou le travail de citation, Paris, Éditions du Seuil, 1979.

Fabula, dossier sur l’intertextualité : http://www.fabula.org/atelier.php?Intertextualit%26eacute%3B

Genette, Gérard, Palimpsestes – La littérature au second degré. Paris, Éditions du Seuil (« Poétiques »), 1982.

Grésillon, Almuth, Éléments de critique génétique. Paris, CNRS éditions, [1994] 2016.

ITEM : « Parcours par notions : « intertextualité » : http://www.item.ens.fr/index.php?id=75959

Kristeva, Julia, Sèmiôtikè. Recherches sur une sémanalyse, Paris, Éditions du Seuil (« Tel Quel »), 1969.

Riffaterre, Michel, La Production du texte, Paris : Éditions du Seuil, 1979 ; Sémiotique de la poésie, traduit de l'anglais par Jean-Jacques Thomas, Paris, Éditions du Seuil,1983.

Samoyault, Tiphaine, L'Intertextualité, mémoire de la littérature, Paris : Nathan, 2001, réédition chez Armand Colin, 2005.

Haut de page

Notes

1 « Antoine Compagnon – Génétique, intertextualité et histoire littéraire » – Entretien avec Pierre-Marc de Biasi et Anne Herschberg Pierrot », Genesis, 30 : « Théorie : état des lieux », 2010, p. 55-57.

2 http://www.item.ens.fr/index.php?id=75959

3 Au sens large, qui regroupe à la fois ce que Gérard Genette définit dans Palimpsestes (1982) comme « intertextualité » : reprise d’un texte dans un autre, de manière plus ou moins explicite et littérale, et « hypertextualité » : processus de transformation, de dérivation d’un « hypotexte » à un « hypertexte ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kora Véron, « Argumentaire du séminaire 2017-2018 de l’équipe Manuscrits francophones, ITEM (CNRS-ENS) », Continents manuscrits [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 20 septembre 2017, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/coma/896 ; DOI : 10.4000/coma.896

Haut de page

Auteur

Kora Véron

Chercheuse associée, équipe « Manuscrits francophones », ITEM (UMR 8132, CNRS-ENS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Continents manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraîbe, dispora   est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • OpenEdition Journals