Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19En pratique“Le Partisan” d’Albert Memmi : un...

En pratique

Le Partisan” d’Albert Memmi : un essai in-fini

Hervé Sanson

Résumés

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, Albert Memmi, alors étudiant à la Sorbonne, met au point un essai, Le Partisan. Essai sur la constitution d’un rôle psycho-sociologique, qu’il décline en une seconde version, constituée d’aphorismes. Soumis à la lecture de professeurs et camarades, cet essai est très rapidement remisé dans les tiroirs de l’écrivain. Quelque quarante ans plus tard, Memmi y revient : envisageant cette notion de partisanerie à l’aune d’une actualité marquée par le fondamentalisme islamiste, il reprend sa réflexion et rédige alors un grand nombre de notes ainsi qu’un récit – demeuré inachevé – de la genèse de cet essai, tâchant d’éclaircir un certain nombre de postulats de départ. L’essai sera une nouvelle fois remisé dans les tiroirs de Memmi. Quel nœud dans la réflexion de l’auteur du Portrait du colonisé a donc pu engendrer de telles résistances et empêcher la finalisation de cet essai, portrait avant la lettre ? Quel motif fondateur peut-on déceler dans cet essai de jeunesse pour que Memmi l’ait repris dans sa maturité et y songeât encore peu de temps avant sa disparition ? Pourquoi Memmi a-t-il éprouvé la nécessité de rédiger une version aphoristique du Partisan ? À l’aune des différents avant-textes, nous tâcherons de répondre à ces différentes interrogations.

Haut de page

Texte intégral

« En réalité, si nous ne donnons pas une définition préalable exhaustive, c’est que notre texte multiplie les différences partielles. Si notre effort était fondé, on ne le verra qu’au résultat, ou plutôt dans l’impression de reconnaissance de déjà-vu qui doit se dégager au fur et à mesure à la lecture de ces pages. »

  • 1 Les initiales GM désignent toujours dans les archives d’Albert Memmi le Garde-manger, c’est-à-dire (...)
  • 2 A. Memmi, Portraits, (éd. G. Dugas), Paris, CNRS éditions, coll. « Planète libre », 2015, avec la c (...)

(Memmi, Note ms « Dans l’introd. », in GM1, cité par G. Dugas, Portraits, p. 152)

  • 3 Nous nommerons respectivement ces deux états Tps1 et Tps2.

1Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, alors qu’Albert Memmi suit des études de philosophie à la Sorbonne, il compose un premier essai d’envergure, qu’il intitule « Essai sur la constitution d’un type [rôle] psycho-sociologique : le Partisan ». Il décline cet essai en une version aphoristique, “Psychologie du Partisan”, datée d’avril-mai 19463.

Page de titre. Le Partisan – version aphoristique

Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi

2Cet essai en sa double physionomie envisage de « faire le tour complet du Partisan », et d’en dresser une typologie objective, s’écartant d’une description « de l’intérieur », telle qu’Arthur Koestler dans Le Zéro et l’infini a pu la dégager. Dans le roman de Koestler, publié en traduction française au sortir de la guerre, et auquel Memmi se réfère d’emblée, il convient de spécifier que le « zéro » désigne l’individu, celui qui ne peut exister hors du système, par lui-même, et « l’infini » n’est autre que le parti figurant le tout, le possible, mais sacrifiant sans hésitation l’individu si celui-ci n’adhère pas au système ou le gêne de quelque façon. Dans un pays totalitaire non nommé, Roubachov, le personnage principal, membre actif et important du parti, enfermé pendant toute la durée de la fiction dans une cellule de prison, se remémore son histoire et se pose des questions qu’il ne s’était jamais posées auparavant, analysant son parcours de militant et les idées du parti.

  • 4 Tps1, p. 2.

34

  • 5 Un troisième lecteur, Mouton, autre condisciple de Memmi, est mentionné dans le Journal (Cf Les hyp (...)
  • 6 Dans son journal, Memmi évoque cette réaction de Le Senne et sa conviction profonde que celui-ci n’ (...)

4Memmi soumet son tapuscrit à deux lectures critiques, celle d’un condisciple, André Devaux, futur spécialiste reconnu de Simone Weil, et celle de René Le Senne, l’un de ses professeurs de philosophie à la Sorbonne5. Le Senne reconnaît la pertinence de l’essai de Memmi en ce qui concerne le partisan communiste ; en revanche, il réfute le bien-fondé de l’évocation du partisan catholique6, qu’il trouve caricaturale.

  • 7 Memmi utilise dans ce premier chapitre, « Actualité du Partisan », le terme « islamiste ». Mais il (...)

5Quelque quarante ans plus tard, Memmi reprend ce manuscrit demeuré inédit, et entreprend non seulement de narrer la genèse de celui-ci, mais aussi de reprendre et approfondir son travail à la lumière d’un nouveau type de partisan, le fanatique musulman, le terroriste agissant au nom d’une idéologie ou d’une foi religieuse7.

Note ms 2. Actualité du Partisan

Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi

Sommaire réactualisé du Partisan. Principaux chapitres

Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi

  • 8 Le dossier du Partisan est contenu dans deux boîtes de classement cartonnées, jaunes, de format 25× (...)
  • 9 Le quatrième chapitre envisagé est resté à l’état de notes, « Signes et insignes ». Memmi a établi (...)

6Malgré la centaine de notes que le sociologue rédige alors8, ainsi que les trois premiers chapitres, aboutis9, la nouvelle impulsion donnée au projet ne trouvera pas de terme. Le sommaire provisoire du “Partisan” en sa nouvelle mouture montre à même la page les hésitations, les doutes, les interrogations de Memmi quant à la place que les différents chapitres doivent occuper dans le canevas final. À partir de la figure contemporaine du fanatique agissant au nom de la foi (ici, l’islam), Memmi introduit de nouvelles sections respectivement intitulées « Dogmatisme et vérité », et son corollaire, « Croyance et foi » ; « L’utopiste » ; « Violence et terrorisme », qui déportent l’essai initial vers d’autres contrées, ce que le repentir du titre dans le second sommaire réactualisé du Partisan laisse apparaître : « Portrait du Partisan [ou du Fanatique ?] »

Sommaire réactualisé du Partisan I. Chemise Le Partisan ms + frappe

Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi

  • 10 Memmi, à sa mort, laissa plusieurs tapuscrits, demeurés inédits à ce jour, dont le “Journal de l’in (...)

7Par ailleurs, la conclusion établirait les traits d’une autre philosophie, laquelle permettrait d’aboutir à « l’homme incrédule », une notion que Memmi a beaucoup travaillé dans les dernières années de son existence10.

  • 11 À la fin de son existence, Memmi demeurait convaincu de l’importance de cet essai de jeunesse, et e (...)

8L’essai sur “Le Partisan” demeurera définitivement dans les tiroirs d’Albert Memmi11.

I. “Le Partisan” : la démarche du penseur et la structure de l’essai

9Il convient tout d’abord de relever que Memmi, dès la page de titre, rature le terme premier utilisé, « type », pour le remplacer par celui de « rôle ». La substitution est exemplaire : à « l’ensemble des traits caractéristiques d’une catégorie de personnes ou de choses, en tant que modèle » que les dictionnaires Le Robert donnent pour définition au « type », le philosophe en herbe qu’était alors Memmi a préféré un second terme, que l’on peut expliciter ainsi selon Le Littré : « le personnage qu’on fait dans le monde, le caractère qu’on y montre ». Dans le premier cas, le terme d’abord choisi entérine une catégorisation, pérenne, qui « fige » l’objet envisagé. Le choix ultérieur du terme « rôle » confère une plus grande souplesse à l’objet étudié, et, en déplaçant la notion (la partisanerie) sur le plan de l’action, du comportement, la ventile. L’adoption de ce terme correspond en outre au « nécessaire passage à l’action » qu’évoque Memmi lorsqu’il évoque le Partisan dans le court chapitre, « Partisan et partisan ». Selon lui, tout homme est partisan à divers degrés, mais ce constat relève de la position, donc d’une attitude partielle. Le partisan (avec une minuscule) ne fait qu’exprimer un souhait, alors que le Partisan (avec majuscule) met en jeu sa propre volonté, et ne peut que viser une possibilité de réalisation. En ce sens, le Partisan développe une conception du monde spécifique, que Memmi nomme « partisianisme », et engage son être tout entier, c’est-à-dire « tous les niveaux de la personnalité de l’homme, y compris la personnalité intime ».

  • 12 Dans son Journal, Memmi note le 24 janvier 1947 : « Le Senne avait trouvé le terme : affectif (in : (...)

10Memmi en deuxième page de l’essai indique le plan adopté : une première partie intitulée « Considérations générales » puis « Le contexte social », suivi d’une troisième section, « Le texte affectif12 », avant d’appréhender in fine « Le Prétexte logique », lequel fera le lien avec la section précédente.

Page 2. Le Partisan – Sommaire – Tps 1 version initale

Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi

  • 13 Memmi ne numérote pas son tapuscrit de façon continue. Il attribue une numérotation spécifique à ch (...)

11Dans l’introduction intitulée « La logique du Partisan », Memmi invoque Koestler pour affirmer tout d’abord que son essai était fixé dans les grandes lignes lorsqu’il a lu le roman de l’écrivain, Le Zéro et l’infini ; mais, bien qu’il ait reconnu un certain nombre de ses propres observations dans cette œuvre, il s’en écarte aussitôt pour revendiquer dans le cadre de son essai une objectivité que lui dicterait l’appréhension de cette figure de l’extérieur. Le point de vue interne du roman de Koestler constitue selon Memmi la limite de la démonstration de l’écrivain hongrois. Celui-ci, depuis la conscience réfléchie de son alter ego fictionnel, a procédé à partir du soubassement logique de l’attitude partisane – attitude logique que le partisan, selon Memmi, revendique toujours. Le jeune intellectuel tunisien prétend pour sa part interroger le soubassement psychologique de cette attitude, qui lui semble commander la justification logique intervenant par la suite : « nous acquîmes la conviction que le plan logique n’était que l’explicitation ou une superstructure du plan psychologique » (Tps1, « La logique du partisan », 213).

  • 14 Et non la partisanerie (sic).

12Dans le chapitre intitulé « Sur le choix du mot Partisan », Memmi confie d’emblée son « embarras » (Tps1) quant au terme adopté. Il spécifie d’emblée que le type qu’il envisage d’étudier est « complexe » ; l’objet se dérobe continûment, et à chaque tentative de délimitation de sa nature, endosse des contours plus vastes, tout en favorisant un certain nombre de confusions. Memmi écrit ainsi fort significativement : « Nous aurions tout aussi bien pu adopter la lettre X ou Y. » L’on sait qu’en mathématiques, la lettre x désigne une inconnue, mais, lorsqu’elle est transcrite avec majuscule, elle désigne alors en général une variable aléatoire. Ce n’est que par pure convention – et commodité – qu’il se résout à conserver un mot, et non un symbole, afin d’accorder au lecteur une certaine lisibilité. Ainsi, il s’est d’abord attelé à préciser les traits de la figure du militant politique, avant de comprendre que celui-ci ne représentait qu’un type précis au sein de ce complexe de comportements que Memmi nomme la « partisanie14 ». Dès lors, une incertitude terminologique a guidé sa réflexion : envisageant un temps le terme de « révolutionnaire », avant de réaliser ici encore la trop grande précision de sa référentialité, au regard dudit Partisan, le penseur a finalement retenu celui de « partisan », quand bien même, au sortir de la guerre, sa signification désignait-elle une figure historique précise. Memmi a alors choisi de l’écrire avec une majuscule, afin de le distinguer de « ces hommes qui ont offert leur vie et toute leur personne pour la liberté de leur patrie et plus exactement pour leur conception de leur Patrie » (Tps1). L’on perçoit par conséquent le caractère constamment fuyant de la terminologie, l’ambivalence présidant à la compréhension des termes retenus. Mais ce caractère « fuyant » constitue l’objet même de l’essai ; Memmi s’applique à préciser une attitude particulière, présente à tous les âges de l’histoire, en en dégageant les traits spécifiques. D’une série d’observations aussi concrètes et minutieuses que possible, le jeune philosophe prétend ne découvrir le dessein général qu’une fois parvenu au terme de son relevé d’indices.

13Dans le troisième et dernier chapitre que Memmi rédige alors, « L’angoisse et l’appartenance » (Tps3, 10-12), Memmi se sert à nouveau du roman de Koestler pour poser à nouveaux frais la redoutable question de la liberté, et de son corollaire antagoniste, le besoin d’appartenance de l’homme. Il donne ainsi une impulsion nouvelle à ses réflexions sur le partisan en prolongeant certains postulats développés quarante ans plus tôt. L’individu abdique sa liberté, et consent à n’être qu’un « zéro », pour trouver refuge dans le « parti », refuge surestimé, et qui, par retour, permettra à l’individu de trouver une valorisation, mais par la seule entremise du parti précisément. Dès lors, « le partisan pense et se conduit à l’opposé d’un homme libre. » (Tps3, 11) Memmi puise alors dans des exemples précis des étais à sa démonstration : ainsi, pour le parti communiste, des intellectuels comme Roger Vailland ou Henri Lefevre, dont le « donjuanisme » était jugé contraire à l’austérité nécessaire réclamée aux membres du parti. La loi suprême exigeant cette soumission inconditionnelle – qu’elle émane d’une église ou d’un ordre laïque – débouche dès lors sur le culte de la personnalité, la glorification du chef. Et Memmi d’actualiser sa démonstration, en citant nombre de chefs d’état du xxᵉ siècle (Staline, Mao, Hitler, ou certains dirigeants arabes) qui ont instauré et entretenu ce culte de la personnalité. Ce troisième chapitre rencontre les préoccupations du Memmi des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix : la défense d’un judaïsme laïque (et du principe de laïcité plus largement), qui tout en préservant le lien au groupe, à la culture d’origine, permet d’instaurer une distance salutaire vis-à-vis de la communauté, et, partant, de sauvegarder sa liberté ; parallèlement, par le biais de ses travaux sur la dépendance et la pourvoyance, initiés en 1979 avec la publication de La Dépendance, de sauvegarder le besoin d’appartenance de l’homme, qui menace continûment cette liberté.

II. Quarante ans plus tard : la terminologie réinterrogée

14Lorsque Memmi revient à cet essai de jeunesse, il en narre d’abord la genèse dans un premier chapitre intitulé « Actualité du Partisan », dans lequel il précise avoir composé cet essai en deux temps :

15Ce n’est qu’à son arrivée en France, et plus précisément à Paris, où il entreprend des études de philosophie, que, confronté à ses condisciples catholiques, les « talas », il affine alors son essai, en s’inspirant également de ce modèle évoluant sous ses yeux. Il s’inspire également des membres de sa belle-famille, catholiques « fidéistes », qu’il raille régulièrement dans son journal. Malgré les antagonismes semblant différencier communistes et catholiques, Memmi entrevoit très rapidement des affinités profondes entre eux, et notamment la proximité formelle ainsi que la finalité commune à ces deux ferveurs : « atteindre je ne sais quel paradis, mystique pour les uns, politique pour les autres ».

16Il questionne ensuite la pertinence même du terme employé dans son second chapitre, « Sur le mot partisan ». Dans une note incluse dans le premier chapitre, nommée « Permanence du Partisan », Memmi écrit : « Nous pensions en avoir fini avec l’utopie marxiste/voir l’utopie islamiste ». La reprise de son essai quelque quarante ans après sa prime rédaction déplace ainsi l’optique adoptée : l’apparition et le développement des attentats islamistes durant les années quatre-vingt amènent l’auteur à élargir le champ d’application d’une notion dont Memmi reconnaît dès 1946 le caractère labile, mouvant. Cependant, Memmi défend encore l’usage de ce terme, et, en opérant un certain nombre de comparaisons avec d’autres termes momentanément envisagés (« fanatique », « militant », « fidèle », « adhérent »…), réaffirme le choix motivé d’un tel mot :

17Dès le début de ce chapitre, Memmi concède à d’éventuels détracteurs le caractère réifiant, tout comme radical, de ce terme, qui comporte le risque de transformer en type ce qui peut n’être qu’une attitude provisoire, ou partielle ; il comprend donc la gêne de certains à le voir érigé en catégorie répondant à des spécificités établies. Cependant, il assume la permanence et l’universalité du phénomène observé, et réaffirme ainsi la nécessité de le comprendre et le théoriser.

18Albert Memmi éprouve le besoin de rappeler sa méthode – observée dans les différents portraits qu’il a composés, ceux du colonisé, du Juif, du décolonisé – méthode qui fut donc adoptée et appliquée dès ses tout premiers travaux :

19Dès l’augure du parcours intellectuel du penseur Memmi, la méthode se voit fixée et ne connaîtra plus de modification décisive : ce sont toujours des expériences diverses, des constats progressivement confrontés les uns aux autres, qui fourniront par la suite le modèle général, lequel se construira progressivement, par retouches, repentirs, affinages successifs. L’expérience vécue produit donc un constat, lequel engendre une démarche de théorisation, qui aboutit finalement au concept – et non l’inverse. Théorisation qui, au regard du contexte changeant, peut être également actualisée, réinvestie, réorientée différemment.

20Ce premier essai promouvait en fait le doute méthodique, la défiance à l’égard des dogmes, quels qu’ils fussent, l’adhésion à une pensée critique, dans laquelle Memmi se reconnut d’emblée. La contestation de toute vérité définitive, établie, universelle, et la quête de vérités relatives, partielles, étayées par une démarche rationnelle, figurent ainsi dès l’origine la démarche du futur sociologue, et dessinent des constantes intellectuelles dont Memmi ne s’écartera pas par la suite.

III. Un essai à double visage : pourquoi la version aphoristique ?

  • 15 Ainsi de la judéité ; du racisme ; ou bien encore, de l’hétérophobie.
  • 16 Les dernières années de son existence, Memmi se consacrait à plusieurs travaux qui n’ont pu aboutir (...)

21Memmi a professé à de nombreuses reprises un goût authentique pour l’aphorisme. Il a publié ainsi un certain nombre d’ouvrages faisant une part importante à cette forme : Feu sur 40 idées reçues en 1999 ; Dictionnaire critique à l’usage des incrédules en 2002, réédité en 2017, par exemple. Cette inclination pour l’aphorisme peut être rapprochée de sa pratique de la définition – pratique qui donna lieu à certaines définitions passées à la postérité15. Mais l’ensemble de son œuvre est parcouru de ces formules sentencieuses, condensées, qui frappent par leur densité sémantique16. L’aphorisme, par sa concision, son trait d’esprit qui confine parfois au paradoxe, invite le lecteur à la réflexion et procède par suggestion. Cette forme antidogmatique par excellence, stimule volontiers la capacité d’interrogation, de questionnement de chacun d’entre nous, et s’oppose de ce fait au lieu commun.

22

Fig. 6.

Fig. 6.

Page 1. Le Partisan – version aphoristique

Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi

23Précisément, « en guise de préface » à cette version, ainsi qu’il intitule son préambule, Memmi cite un aphorisme de Friedrich Nietzsche, extrait de ses Opinions et sentences mêlées :

  • 17 Aphorisme 127. Les Opinions et sentences mêlées, intitulées Le Voyageur de l’ombre, constituent la (...)

Contre ceux qui blâment la brièveté : quelque chose qui est dit brièvement peut être le fruit et le résultat de quelque chose de longuement médité, mais le lecteur qui est novice sur ce terrain et qui n’y a pas autrement réfléchi, voit quelque chose d’embryonnaire dans tout ce qui est dit brièvement, non sans un blâme à l’adresse de l’auteur qui a osé lui présenter un mets qui n’était pas cuit à point17.

  • 18 Dalie Giroux, « L’unité de la forme et du fond et la grande politique nietzschéenne », Sociétés, nᵒ (...)
  • 19 Ibid., p. 53. Cf https://doi.org/10.3917/soc.081.0045 (consulté le 30/06/2022).
  • 20 Memmi a rapporté à plusieurs reprises ne pas avoir trouvé dans les études philosophiques telles qu’ (...)

24Memmi se défend donc d’entrée contre d’éventuels reproches qui pourraient lui être faits à propos de l’adoption de la forme aphoristique, en se plaçant sous le patronage de l’auteur de Humain, trop humain (1879/1880), lequel a érigé par le mode aphoristique une totalité qui ne soit pas système : cette totalité doit être comprise « en tant que le monde est l’ensemble des possibles et non une forme fixée des possibles18 ». Ce système anti-systémique que Dalie Giroux qualifie d’« auto-constitué, auto-généré, plastique et donc ouvert19 » coïncide dans la pensée-mosaïque que constitue l’organisation, la composition de la série d’aphorismes, avec la recherche par Memmi d’une pensée philosophique qui échappe à la pensée conceptuelle telle qu’enseignée alors à la Sorbonne20. Ce choix de la forme aphoristique peut être rapproché également du refus d’une œuvre « finie », ainsi que Nietzsche a pu à l’occasion en formuler l’idée, tout en désirant pour cette œuvre un caractère ouvert ainsi qu’une postérité.

  • 21 Cité par D. Giroux, « L’unité de la forme et du fond et la grande politique nietzschéenne », art. c (...)
  • 22 Ainsi le célèbre Portrait du colonisé, publié initialement en 1957, trouve-t-il sa pleine configura (...)
  • 23 Ibidem.

25Une autre dimension essentielle propre à la forme aphoristique aurait trait à la question du style : Nietzsche qualifiait celui-ci comme la communication par des signes d’un état, « une tension intérieure propre à un état affectif, y compris par le tempo de ces signes21 ». La simplicité de la formulation revendiquée par Memmi dans son journal pour la version initiale – et rapportée en amont – répondait en quelque sorte à l’infatuation verbale à laquelle s’adonnaient les philosophes d’alors. Elle semble avoir trouvé dans la seconde version un dérivatif, qui, tout en ne le cédant pas sur la consistance réclamée par les « maîtres » de Memmi, permet de concilier à la fois la concision, l’essentiel du propos, déjà revendiqués par le jeune intellectuel tunisien, avec un style qui fasse du tempo, du rythme, des intervalles ménagés entre les différents aphorismes, du jeu entre les différentes pièces, la garantie d’une pensée « en mouvement », tissée de mises en relation22. Cette assomption du rythme, Dalie Giroux l’identifie comme l’indicateur que « la forme du monde est une poésie cosmologique23 ».

Fig. 7.

Fig. 7.

Page 2. Le Partisan – version aphoristique

Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi

26Ainsi, dans l’introduction suivant l’exergue emprunté à Nietzsche, Memmi précise en une remarque : « Pour ne pas alourdir le texte, tout développement concret en a été omis exclu. Exemples et commentaires ont été réunis en quelques notes complémentaires » (Tps2, 2). Puis, dans la courte notule intitulée « De la méthode à suivre », il établit une analogie explicite avec la démarche de l’artiste :

27Memmi utilise ici un lexique spécifique (peintre, œuvre, toile, touches) qui lie ainsi deux préoccupations qui lui sont chères : la forge d’un style, nous l’avons vu, qui permette ici de ne pas fixer l’objet de la réflexion et de ne pas l’enfermer dans des catégories préétablies ; par ailleurs, la volonté constante chez Memmi d’enraciner sa pensée dans le vécu et l’expérience, toujours préalables. De cette prise en compte initiale du vécu, émerge la théorisation, et la définition, celles-ci toujours secondes.

28Néanmoins, Memmi oscille entre la forme aphoristique, laquelle lui permet de donner du jeu à sa réflexion, et d’inclure le lecteur dans la fabrique du sens, et une forme plus conventionnelle, qui consiste à donner les clefs de compréhension et à conditionner la lecture à venir. Ainsi, la version aphoristique du “Partisan” possède une introduction (Tps2, 2), qui, certes sur un mode synthétique, moins développé que dans la version initiale, livre au lecteur un « mode d’emploi », susceptible de le guider dans le canevas mobile des aphorismes.

Il existe un type humain, sous des aspects divers au cours de l’histoire, représenté par plusieurs nuances à un moment donné de l’histoire, mais identique en son fond psychologique.
Ce type que nous avons appelé le Partisan se caractérise brièvement par une triple unité :
Unité de personnalité : unité du logique et de l’affectif, unité du logique et du moral, unité du moral et de l’affectif, unité entre les niveaux de la personnalité.
Conception unitaire de la connaissance.
Passage à l’action.
Remarque 1 : Ces notes relèvent uniquement de la psychologie d’observation. Il n’y entre aucun jugement appréciatif.
Remarque 2 : Pour ne pas alourdir le texte, tout développement concret en a été omis exclu. Exemples et commentaires ont été réunis en quelques notes complémentaires (Tps2, 2, « Introduction »).

29Au sein même du tapuscrit de la version aphoristique, se fait jour le conflit entre une forme libre, mobilisant les capacités de suggestion du langage, ainsi que l’aptitude d’implication du lecteur, et qui puisse fortifier la pensée par l’instauration d’un rythme, d’un tempo singuliers, et une forme plus consensuelle, académique, universitaire en somme, ayant recours à force notes, précisions et observations subsidiaires, « débordant » le projet premier. La pagination incertaine des quelque quarante-deux pages de cette version atteste, en outre, le caractère non-définitif de celle-ci, son état « transitoire ». Ainsi, Memmi a-t-il glissé dans le tapuscrit entre la page 10, corrigée en 11, et la page 12, une note : « La page 10 n’existe pas. Simple erreur de numérotation de ma part. » Sur de nombreuses pages, des notations manuscrites ajoutées par Memmi après-coup paraissent des formes de repentirs. Par exemple, sur la seconde page de la section intitulée « Partisan et conservateur », paginée 11 avant d’être corrigée en 10, et figurant en deux exemplaires dans le jeu tapuscrit, Memmi a inscrit sur le premier exemplaire : « à replacer à sa place » ; puis sur la seconde, il a développé un commentaire de Mouton, condisciple et l’un des trois lecteurs de cet essai :

  • 24 Nous avons retranscrit l’ajout manuscrit de Memmi dans sa disposition initiale, tel qu’il se présen (...)

« Il y a les P. du passé », m’écrit Mouton. Parfaitement exact.
Que devient alors la définition du P. par la promotion du futur ?
Elle subsiste. Car en fait les P. du passé, veulent projeter le passé dans
l’avenir. Le passé ne les intéresse pas en tant que tel mais en tant qu’ipeut
devenir aussi futur de nouveau futur. La preuve est leur action pour le promouvoir.
S’ils se complaisaient un peu ne faisaient que se complaire dans le passé,
ils se feraient archéologues ou historiens et vivraient en rats de bibliothèque
ou dans les musées24 (Tps2, 11).

30Ainsi, sur la même page tapuscrite, deux canons génériques se confrontent, deux conceptions essayistiques sont mises en regard : forme aphoristique et forme strictement prosaïque, académique, s’envisagent, et, dans la tension ainsi ménagée, s’annulent et projettent l’œuvre dans un in-fini qui suspend toute mise en forme ultérieure, et toute publication a fortiori.

Seuils : un projet augural et in-fini ou le pré-Portrait

  • 25 Dans son introduction aux Portraits, et plus spécifiquement dans le chapitre intitulé « Du portrait (...)

31“Le Partisan”, élaboré dans ses deux versions dès 1946, constitue ainsi le premier essai conséquent d’Albert Memmi. Le choix second de la forme aphoristique, placée sous le regard de Nietzsche, tend à impulser à son essai un dynamisme, et une labilité interprétative que le jeu des différents aphorismes, signifiants à la fois envisagés dans leur unité singulière, mais aussi dans le réseau de connexions que le lecteur peut établir entre eux, permet de ménager. Cette forme alliant la rigueur de la réflexion, de la démonstration, à la peinture prise sur le vif, inspirée par le vécu, il en trouvera le point d’aboutissement avec Portrait du colonisé, précédé du Portrait du colonisateur, en 1957. Et c’est grâce au genre du portrait que Memmi investit et se réapproprie, inaugurant ainsi une « géométrie passionnée », selon les mots même de Sartre, que cette alliance pourra trouver sa forme achevée25. Et par la découverte d’une notion fondamentale dans la pensée de Memmi : celle du « duo », qui n’envisage jamais la peinture d’un type de façon isolée, mais dans ses interactions avec le partenaire de la relation de domination ou de dépendance mise en jeu.

32“Le Partisan” représente sans conteste un jalon dans la quête de notre auteur : il marque une prime étape dans la recherche de cette forme médiane, compromis entre la rigueur scientifique nécessaire et la part d’invention propre au créateur, et qui se traduit dans Le Partisan par cette prise en compte du rythme, auquel le montage des aphorismes au sein d’un ensemble donne une configuration particulière. Le premier état, déjà, par la prise en compte initiale de l’expérience vécue, des observations diverses, théorisées, systématisées seulement dans un deuxième temps, pour aboutir à la conceptualisation finale, rompait avec l’écriture essayistique d’alors, et la démarche philosophique alors enseignée, et imprimait à l’écriture de cet essai une vivacité, un dynamisme, que le second état viendra accentuer. Le Partisan constituerait ainsi un pré-Portrait, un portrait en devenir, avorté, que les Portraits ultérieurs viendront parachever sur le plan formel.

Fig. 8.

Fig. 8.

Note ms 1. Actualité du Partisan

Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi

33Sur l’une des notes que Memmi rédige dans les années quatre-vingt-dix lorsqu’il reprend son essai, le caractère fuyant, évasif de la notion étudiée se fait jour – une fois de plus :

Le p. n’est pas tant un personnage d’1 bloc
(ce qui existe qui existe aussi) qu’une tendance
en chacun de la plupart d’entre nous, dont l’exaspération
conduirait à [être] ce personnage

  • 26 Selon les dictionnaires Le Robert.

34Précisément : une tendance, c’est-à-dire « ce qui porte à être, à agir, à se comporter d’une certaine façon26 », ce qui porte – et emporte. Memmi, au-delà des attitudes partielles, nombreuses et variées, qu’il a su observer, et saisir, n’a pu immobiliser ce mouvement global qu’est la partisanerie, et pu décrire le personnage, point d’aboutissement de cette exaspération. Les multiples irisations du “Partisan” ont dès lors, par dissémination, donné lieu à de nouvelles pousses, de nouvelles figures, dont les configurations s’éclairent à la lumière de cette figure première.

Haut de page

Notes

1 Les initiales GM désignent toujours dans les archives d’Albert Memmi le Garde-manger, c’est-à-dire le réceptacle (boite de rangement, chemise…) où l’ensemble de la documentation provisionnelle, mais aussi les diverses notes rédigées, sont contenues, et où Memmi peut piocher selon ses besoins.

2 A. Memmi, Portraits, (éd. G. Dugas), Paris, CNRS éditions, coll. « Planète libre », 2015, avec la collaboration de Lia Brozgal, Claire Riffard et Hervé Sanson.

3 Nous nommerons respectivement ces deux états Tps1 et Tps2.

4 Tps1, p. 2.

5 Un troisième lecteur, Mouton, autre condisciple de Memmi, est mentionné dans le Journal (Cf Les hypothèses infinies, Journal 1936-1962, G. Dugas (éd.), Paris, CNRS éditions, coll. « Planète libre », 2021, p. 643, 670, 690 et 742). Celui-ci mourra prématurément en avril 1948.

6 Dans son journal, Memmi évoque cette réaction de Le Senne et sa conviction profonde que celui-ci n’a pas compris son propos, à cause d’une lecture trop rapide : « Vu Lesenne samedi, à qui j’ai donné à lire 50 pages de La psychologie du Partisan. A été très dur avec moi, mais je peux le dire à ce journal, je suis sûr qu’il a lu beaucoup trop rapidement mon mémoire. À preuve, ses critiques sur le fond, où il a régulièrement passé à côté. Une critique plus dure : mon mémoire n’est pas assez dense. Or cela provient du style. Lesenne qui qui, comme beaucoup de “philosophes” français actuels, sait faire quelque chose de presque rien n’a pas trouvé chez moi tout le développement dialectique, surtout verbal, qui fait ressembler leurs œuvres à des blancs d’œuf battus [en] neige. Chez moi, il y avait l’essentiel, et surtout dit simplement, sans technique verbale particulière. » (Les hypothèses infinies, op. cit., pp . 670-671).

7 Memmi utilise dans ce premier chapitre, « Actualité du Partisan », le terme « islamiste ». Mais il précise : « Il faut prendre garde ici à la généralisation : ce qui serait un comble : en dénonçant un totalitarisme, on tomberait dans un autre » (Tps3, 5). Nous nommerons les trois chapitres, dont la pagination est tout-à-fait chronologique, Tps3. Ils narrent la genèse du Partisan quelque trente ans plus tard. Nous n’avons aucune indication nous permettant de dater précisément ces quelques chapitres, et la reprise du projet par Memmi. Un troisième temps de reprise du projet est à noter : en 2019, après avoir redécouvert son essai lorsque je lui en parlai, Memmi a rédigé un certain nombre de notes, et envisagea alors de lui donner une physionomie définitive et de le publier enfin, reprise qui ne se concrétisa que sous la forme exclusive de ces notes manuscrites.

8 Le dossier du Partisan est contenu dans deux boîtes de classement cartonnées, jaunes, de format 25×33, toutes deux remplies d’un nombre impressionnant de documents hétérogènes : les deux versions augurales de 1946 (Tps1 et Tps2) ; le document tapuscrit, puis manuscrit, contant la genèse de ce texte trente ans plus tard (Tps3) ; enfin, des centaines de notes manuscrites d’importance variable qu’il nous sera impossible ici de prendre en compte, certaines contemporaines de la rédaction de l’essai ; d’autres, rédigées quelque quarante ans plus tard ; enfin un garde-manger renfermant une documentation provisionnelle hétérogène. Nous ne considérerons que les deux versions successives, ainsi que le tapuscrit court, rédigé quelque quarante plus tard. Pour des raisons de volume imparti, nous ne pourrons prendre en compte les notes ni le garde-manger.

9 Le quatrième chapitre envisagé est resté à l’état de notes, « Signes et insignes ». Memmi a établi en outre un nouveau sommaire – inachevé – de ce Partisan réactualisé. Nous retrouvons les trois premiers chapitres dans ce sommaire.

10 Memmi, à sa mort, laissa plusieurs tapuscrits, demeurés inédits à ce jour, dont le “Journal de l’incrédule” (auquel il fait déjà allusion dans ce sommaire) et les “Carnets de l’incrédule”.

11 À la fin de son existence, Memmi demeurait convaincu de l’importance de cet essai de jeunesse, et envisageait que nous puissions en établir une édition enfin définitive.

12 Dans son Journal, Memmi note le 24 janvier 1947 : « Le Senne avait trouvé le terme : affectif (in : Texte affectif pour le P[artisan]) trop étroit ou trop imprécis. Je trouve un terme + large dans Ribot qui à la rigueur ferait l’affaire. Ribot parle de self-feeling (cf. Psychologie des sentiments, p. 249). Montrer Préciser mon terme d’affectif par le self-feeling, i. e. un affectif avec une certaine intellectualisation. Garder cependant le terme d’affectif. » (Les hypothèses infinies, op. cit., p. 677).

13 Memmi ne numérote pas son tapuscrit de façon continue. Il attribue une numérotation spécifique à chaque chapitre. En outre, certaines parties de son essai sont manuscrites.

14 Et non la partisanerie (sic).

15 Ainsi de la judéité ; du racisme ; ou bien encore, de l’hétérophobie.

16 Les dernières années de son existence, Memmi se consacrait à plusieurs travaux qui n’ont pu aboutir, dont un volume intitulé Aphorismes. Par ailleurs, Marc Aurèle, l’un des auteurs de l’Antiquité qu’il admirait le plus, figurait parmi ses auteurs de chevet peu avant sa mort (Pensées pour moi-même). Plus généralement, il admirait et lisait les Stoïciens, parmi lesquels Épictète et Sénèque.

17 Aphorisme 127. Les Opinions et sentences mêlées, intitulées Le Voyageur de l’ombre, constituent la seconde partie de l’ouvrage Humain, trop humain et comportent 408 aphorismes. Le premier tome a été publié en 1879, puis le second tome en 1880. Sans doute Memmi a-t-il lu l’édition en langue française de 1927, au Mercure de France, dans la traduction d’Henri Albert.

18 Dalie Giroux, « L’unité de la forme et du fond et la grande politique nietzschéenne », Sociétés, nᵒ 81, 2003/3, pp. 45-59 ; ici : p. 52. Cf https://doi.org/10.3917/soc.081.0045 (consulté le 30/06/2022).

19 Ibid., p. 53. Cf https://doi.org/10.3917/soc.081.0045 (consulté le 30/06/2022).

20 Memmi a rapporté à plusieurs reprises ne pas avoir trouvé dans les études philosophiques telles qu’enseignées alors à l’Université française, au lendemain de la guerre, la matière nécessaire pour appréhender les problèmes concrets posés par l’existence, mais aussi par la situation socio-politique, et notamment pour un colonisé né et ayant grandi en Afrique du Nord. Cette déception à l’égard de la philosophie ne sera pas étrangère à son orientation ultérieure vers la sociologie. De même, Pierre Bourdieu, découvrant lors de son service militaire en Algérie, et alors que la guerre d’indépendance fait rage, les conditions de vie déplorables des Algériens et les dommages profonds que la colonisation a causés, se détourne de la philosophie, pourtant sa première formation, et se tourne vers l’anthropologie et la sociologie.

21 Cité par D. Giroux, « L’unité de la forme et du fond et la grande politique nietzschéenne », art. cit., p. 54.

22 Ainsi le célèbre Portrait du colonisé, publié initialement en 1957, trouve-t-il sa pleine configuration sémantique par la mise en relation, tout autant que par la tension aménagée, avec le Portrait du colonisateur qui le précède.

23 Ibidem.

24 Nous avons retranscrit l’ajout manuscrit de Memmi dans sa disposition initiale, tel qu’il se présente sur la page du tapuscrit.

25 Dans son introduction aux Portraits, et plus spécifiquement dans le chapitre intitulé « Du portrait selon Memmi », Guy Dugas synthétise les bénéfices qu’apporte le genre du portrait, tel que Memmi a pu se l’approprier : un aspect dynamique tout d’abord, le portrait étant saisi « dans le mouvement de la vie d’un individu », cette saisie se devant d’offrir un caractère différentiel ; un aspect relationnel ensuite, puisque chaque portrait saisi en appelle un autre, le conditionne ; un aspect sociologique, enfin, qui permet d’échapper tout autant à l’énumération psychosociologique qu’à la métaphorisation romanesque. (Portraits, op. cit., p. 15).

26 Selon les dictionnaires Le Robert.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Page de titre. Le Partisan – version aphoristique
Crédits Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-2.png
Fichier image/png, 40k
Légende Note ms 2. Actualité du Partisan
Crédits Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-3.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Sommaire réactualisé du Partisan. Principaux chapitres
Crédits Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende Sommaire réactualisé du Partisan I. Chemise Le Partisan ms + frappe
Crédits Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Page 2. Le Partisan – Sommaire – Tps 1 version initale
Crédits Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-7.png
Fichier image/png, 38k
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-8.png
Fichier image/png, 38k
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-9.png
Fichier image/png, 52k
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-10.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 6.
Légende Page 1. Le Partisan – version aphoristique
Crédits Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-11.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 7.
Légende Page 2. Le Partisan – version aphoristique
Crédits Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-13.png
Fichier image/png, 24k
Titre Fig. 8.
Légende Note ms 1. Actualité du Partisan
Crédits Avec l’autorisation des ayants droits d’A. Memmi
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9229/img-14.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Sanson, « Le Partisan” d’Albert Memmi : un essai in-fini »Continents manuscrits [En ligne], 19 | 2022, mis en ligne le 01 octobre 2022, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/coma/9229 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coma.9229

Haut de page

Auteur

Hervé Sanson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search