Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19En pratiquePourquoi Ébauche du père de Jean ...

En pratique

Pourquoi Ébauche du père de Jean Sénac ne peut-il être qu’un roman ébauché ?

Kaï Krienke

Résumés

Rédigé entre février 1959 et octobre 1962, mais accompagnant l’auteur tout au long de son séjour à Paris (1954-1962) et après son retour en Algérie, le roman autobiographique Ébauche du père, du poète algérien Jean Sénac (1926-1973), ne fut jamais publié de son vivant. Dans cet essai il est question d’introduire quelques grandes lignes du projet (publié de façon posthume chez Gallimard en 1989) — ses objectifs avoués, sa structure, sa profonde instabilité — avec comme point de référence le manuscrit original se trouvant dans le fonds Sénac de la Bibliothèque nationale d’Alger, et de réfléchir au caractère inabouti d’un roman qui se voulait « perpétuel ».

Haut de page

Texte intégral

1Une analyse critique et génétique ne peut être que très partielle, surtout quand il s’agit d’un texte publié de manière posthume dont l’ébauche, sous sa forme manuscrite, représente à la fois un ensemble relativement accompli et un achèvement qui n’a d’existence que dans l’esprit de l’auteur.

  • 1 Je voudrais remercier Guy Dugas, Naïma Beldjoudi, ainsi que Benghechoua Noureddine pour leur énorme (...)
  • 2 Jacques Miel m’a confirmé l’existence de ces deux copies, dont l’une fut utilisée par Rabah Belamri(...)

2L’analyse qui suit n’est qu’un début de mise en ordre d’un dossier qui reste encore largement à découvrir. Elle prend comme point d’appui un manuscrit se trouvant à la Bibliothèque nationale d’Alger1 – rédigé entre février 1959 et octobre 1962 – et qui aurait engendré deux versions partiellement tapuscrites (par l’auteur également) qui restent aujourd’hui malheureusement introuvables2.

  • 3 Ces deux textes feront très prochainement l’objet d’un numéro double (n° 20-21) dans la collection (...)

3La version publiée par Gallimard, sous le titre Ébauche du père, suit donc fidèlement le manuscrit original (contenant souvent des corrections et des ajouts en marge, parfois difficiles à déchiffrer), hormis quelques passages à caractère plus intime (surtout vers la fin), et deux chapitres sur Oran – intitulés “Essai sur Oran”, glissé dans le manuscrit, mais ne figurant pas dans la version publiée, et “New Oran”, ne figurant ni dans le manuscrit ni dans la version publiée3. Il nous faudra revenir sur ces deux textes, peut-être secondaires dans ce qu’ils révèlent de la genèse du roman qui nous intéresse ici, mais essentiels, vu que cette ville occupe une place centrale dans la vie et l’imaginaire de l’auteur. Leur occultation est par contre révélatrice de certains choix éditoriaux, et d’une volonté de cohérence, dans un texte qui se veut fondamentalement inabouti (et in-fini), comme nous allons tenter de le démontrer.

4La distinction entre l’abouti et l’inabouti en littérature n’est jamais chose facile, et certains diront qu’une œuvre n’est en réalité jamais achevée, puisque toujours perfectible et souvent reprise sous d’autres formes par l’auteur. 

5Ébauche du père a la particularité d’être une œuvre abandonnée (mais jamais oubliée) par son auteur, pour des raisons personnelles et surtout politiques, liées à l’indépendance de l’Algérie le 3 juillet 1962, puis à nouveau pour cause de décès le 30 août 1973. D’après quelques notes manuscrites conservées à la BnA, Jean Sénac avait en effet, peu avant sa mort, conçu le projet de reprendre l’écriture de son « roman perpétuel », indiquant un désir de poursuivre une œuvre qui se voulait à ses débuts une vaste fresque autobiographique, et dont il avait dessiné les chapitres futurs.

6La première partie, sous-titrée Pour en finir avec l’enfance, et publiée de façon posthume, constitue donc un exemple parfait d’inabouti tel que défini de façon multiple par l’écrivain et historien Marcel Bénabou, dans l’entretien en clôture de ce numéro4 : un inachèvement « à l’intérieur du texte », dans son prolongement (désir d’une continuité), un inachèvement « lié aux vicissitudes de la vie » (ici la mort de l’auteur), un inachèvement volontaire (abandon, mais aussi une intention dans la forme), un inachèvement comme thème (que nous retrouvons dans le titre même), et finalement comme programmation (dans le projet d’un roman infini, à la dimension de la vie).

L’inachèvement intérieur

7On pourrait dire que dans Ébauche du père Jean Sénac est en lutte avec l’idée même d’achèvement, ou de forme finale, qu’il est en proie au doute, à ses propres contradictions, qu’il exprime à plusieurs reprises, et sous différentes formes, dans son écriture. Ainsi dès le début du roman, il exprime son « horreur du récit », son « désir ne point écrire un roman », et poursuit :

J’ai trop de choses à dire pour ordonner mon chant. Je n’aime pas les fleuves, mais ne sais pas être bref. Je ne gommerai pas. J’irai parmi les mots, entrainé par ma hâte vers un point de fusion où, peut-être, une loque s’anime. Peut-être. Qu’en savons-nous ? Savoir, ce serait posséder le Père quand il nous fait si cruellement défaut.

8Il y a donc une première incertitude quant au genre du roman, l’écrivain ne souhaitant pas se limiter, ou se conformer à un format préétabli, mais plutôt à ce qu’on pourrait appeler une écriture automatique ou un flux de conscience. Cette « loque » pourtant qui hante l’horizon, cette instabilité du texte inquiète l’auteur tout au long de son récit, ainsi que le Père, qui en constitue l’ébauche formelle et personnelle. Ébauche ne voulant pas dire non plus incomplétude, mais il se peut qu’au fond ce « défaut » informe la nature même d’une complétude en quête d’auteur.

  • 5 Ébauche du père. Pour en finir avec l’enfance, Gallimard, 1989.

9Naturellement Jean Sénac, essentiellement poète, a pourtant choisi la prose, et non le poème, « puisqu’il faut bien jeter sa gourme », « [s]e débarrasser du vide qui gémit en soi », « [l]aisser la place nette pour un espace majeur où le poème éclate. » Ce poème « qui n’a pas à recueillir notre pus. » La prose, ce roman en devenir incertain, ferait alors office d’expiatoire, d’évacuation de ce qui entrave le poème, semant ainsi le doute quant à sa fonction littéraire. S’agit-il réellement d’un projet romanesque qui ne dit pas son nom, ou d’une sorte de journal intime à fonction thérapeutique ? Sénac y pense, puisqu’il distingue son poème « pour les autres », son théâtre « pour les autres », du roman qui ne serait en fin de compte que pour lui-même : « Ce roman, si j’ai la patience d’en faire un, je ne l’écris que pour moi. » Que le poète n’écrive que pour lui-même n’a rien de très surprenant, mais se pose alors la question du but, de la finitude d’un tel aveu d’un point de vue textuel. Il devient clair que Sénac a pour but de ne rien cacher, de s’exposer « comme les femmes qui se déshabillent sous les huées lubriques, parmi le champagne et le projecteurs », et ajoute « [c]’est mon strip-tease5 ». Il n’y a donc point de limites, ni de cadre, prenant le lecteur imaginaire comme complice d’un dévoilement qui se voudra indécent dans sa vérité.

  • 6 Selon un journal intime tenu par sa mère, et que Jean Sénac ne découvrira qu’en 1961 (soit en plein (...)

10Cette vérité se manifeste dans le viol dont Sénac est le fruit, et qui forme la raison d’être d’une recherche paternelle sans cesse imaginée, questionnant sans cesse la réalité dont il serait issu6. Il y a là sans doute une incomplétude fondamentale, celle d’un père dont il ignore jusqu’au nom. Mais, poursuit-il,

[ç]a n’a aucune importance. Ça n’a jamais eu d’importance pour moi. J’en parle dans ce roman parce que ma main me pousse. Est-ce un roman que raconter sa vie avec beaucoup d’imagination qui forme les choses à partir de leur vrai noyau ?

11Ce vrai noyau, en l’occurrence, c’est justement l’absence du père, qui en constitue néanmoins la trame, la structure profonde. Comment faire l’ébauche d’un être qui n’aura jamais été présent, même en nom, mais qui aura pourtant déterminé toute une existence ?

Fig. 1.

Fig. 1.

Page du manuscrit original du roman Ébauche du père, ne figurant pas dans la version publiée. Ici, Jean Sénac fait référence à son texte Essai sur Oran, se trouvant également dans le manuscrit original (sous forme tapuscrite), mais resté inédit

Document original du fonds Sénac à la Bibliothèque nationale d’Alger, reproduit avec autorisation de Jacques Miel

Inachèvement du prolongement

  • 7 Comprenant onze chapitres en tout, avec quelques changements de titraison (et sans sous-chapitres), (...)

12En plus d’un inachèvement formel du premier volume (le formel et la fin étant toujours remis en question chez un poète qui avait souvent du mal à compléter ses projets), Jean Sénac avait dans l’idée d’écrire pas moins de dix autres volumes, selon un plan provisoire qui date de Janvier 1960 (dont il existe une variante datant de novembre 19617) et qui définit la structure suivante (avec corrections manuscrites) :

Fig. 2.

Fig. 2.

Plan des différents volumes et chapitres envisagés du roman, datant de 1960, et retranscrit ci-dessous. Ne fut publié que le premier volume, Pour en finir avec l’enfance, lui-même incomplet puisque n’incluant pas New Oran (qui existe pourtant à l’état de tapuscrit) et Le Désir et la Mort (n’existant que sous forme de notes manuscrites)

Document original du fonds Sénac à la Bibliothèque nationale d’Alger, reproduit avec autorisation de Jacques Miel

Mémoires Imaginées
LA ROUE
Approches du père
EBAUCHE DU PÈRE
Plan provisoire (Janvier 1960)

« A la recherche du Père ».
« Le Pain Perdu ».
« Pour en finir avec l’enfance. »
« Ebauche du Père ».

I – Les falaises d’argile Pour en finir avec l’enfance
1 – Cueva del Agua
2 – New Oran
3 – Le Désir et la Mort

II – Les Chiens ou La Bataille d’Alger
La préparation des ténèbres

XI – Le Journal des Graffiti

II bis –
1 – Instituteur à Mascara
2 – Le Service Militaire (Béni-Méred) – Curé ! (Impossibilité d’être prêtre parce que bâtard, parents divorcés ! Ah, père !)
3 – Approches d’Alger (Brua)

III –
1– Bab-el-Oued – Les cousins Albertin – Mamé
2 – Les Écrivains (Cercle Lélian, Afrique)
3 – Le Sana – Sidi Madani

IV –
1 – La Radio
2 – Le Monde Arabe
3 – Môle – Casbah – Dib – Kateb – Sauveur –
4 – Les Yaouleds (la vérité algérienne)

X – La relâche des Pères
L’exil – Omar
Jacquot –
Miguel –
Pierrot –
Patrick

V –
1 – Marseille – L’Isle-sur-Sorgue (Char)
2 – Paris (Camus – NRF)
3 – Le Vieux Colombier – Yaneh [?] – HERMAN-Fernando
5 – Versailles –

  • 8 Afrique était la revue des Algérianistes ; par l’intermédiaire de Brua et Randau, Sénac y collabora (...)

VI –
1 – Retour à Alger – Terrasses8 – Oran (Raymond) – Le Môle – Millecam (Oran)
2 – La Révolution clandestine –
3 – Les ruptures – Les plages –

VII – Hermann ou la conscience du Père
1 – Retour à Paris (Mauriac – Camus) – Raymond
2 – La guerre d’Algérie – Les exilés – Hermann et la conscience du Père (Versailles)
3 – « Les Chiens » –

VIII –_Jacques ou la demeure [?] du fils
Le Vert Galant, Rue Bailleul, Mme Vincent, Alésia – Le Littré !
Le stop – Florence – Rodez
L’Émerveillement du Fils
La moto (le centaure, le Sagittaire [?]) « les cuisses »)

IX –
1 – L’Espagne
2 – L’Algérie de Paris
3 – Mort de Camus

Fig. 3.

Fig. 3.

Page du manuscrit original, éditée et publiée dans la version Gallimard de 1989. On y retrouve des éléments de la correspondance entre Jean Sénac et Albert Camus, publiée par Hamid Nacer‑Khodja dans son livre Albert Camus, Jean Sénac ou le fils rebelle, Paris-Méditerranée, 2004

Document original du fonds Sénac à la Bibliothèque nationale d’Alger, reproduit avec autorisation de Jacques Miel

13Il est à souligner que le titre du roman a subi de nombreuses modifications, que nous allons détailler plus bas, dont LA ROUE (toujours en majuscules chez Sénac), ainsi qu’Approches du père, le terme “Ébauche” étant venu tardivement dans la rédaction (peut-être était-ce d’ailleurs une prémonition quant à l’esquisse qu’il entrevoyait, celle de la fresque dont il nous donne les grandes lignes). Parmi les différents titres envisagés, puis biffés, figurant dans le manuscrit sur la page qui suit le titre finalement choisi d’Ébauche du père (Ébauche venant à nouveau remplacer Approches) – peut-être comme une manière de les inclure tous en filigrane – nous trouvons :

  • 9 Dans ce dernier titre, le « E » biffé permet de jouer sur deux définitions de « mémoires ».

LA ROUE
roman
LE PAIN PERDU
LES FALAISES D’ARGILES

récit roman
MEMOIRES IMAGINÉES9

14Sous ces différentes versions se cache un processus de création qui pourrait se rattacher à celui du peintre Jean Dubuffet, avec qui Jean Sénac est entré en correspondance à partir de 194710. En effet, le peintre serait « le premier interprète de son œuvre à travers les titres […] presque toujours créés après la réalisation de la peinture, de la sculpture, du dessin, ou de l’œuvre gravée11. » On connaît l’intérêt certain de Jean Sénac pour l’art pictural, en tant que critique (dans différents journaux et revues algériennes) et dessinateur à ses heures12, et cette résonance de titres – en plus du processus génétique qu’il révèle – nous suggère une titraison à posteriori d’un auteur en quête d’une finalité qu’il a voulu laisser à l’état d’ébauche, d’approches multiples (selon la version préliminaire du même titre). Ces variations nous offrent également des éléments critiques du texte, surtout concernant les chapitres futurs qui suivent de près la biographie de l’auteur, et dont la seule version publiée, Pour en finir avec l’enfance, contiendrait tous les éléments du « roman perpétuel » en germe.

Vicissitudes de la vie

  • 13 Le peintre et critique Édouard Roditi, ayant hébergé le poète pendant plusieurs semaines à Paris, l (...)

15Ce qui fait peut-être la plus grande spécificité de ce roman, qu’on peut constater dans la texture même du manuscrit, c’est qu’il s’agit d’un texte qui épouse la vie du poète au jour le jour dans son écriture (souvent rapide, sans corrections, dans l’urgence), dans les ajouts, les doutes, la spontanéité, les transitions abruptes qui expriment de par là même une certaine instabilité existentielle. C’est un roman qui s’approche souvent du journal intime, et dont certains passages du manuscrit peut-être trop crus ne figurent pas dans la version imprimée (par choix éditorial, par pudeur d’un auteur en proie parfois au désespoir ?). En plus d’une précarité matérielle pratiquement constante13, Jean Sénac vit quotidiennement la guerre fratricide qui se joue chez lui, en Algérie, et qui vient hanter les pages de son récit, menaçant même de les rendre insignifiantes, puisque vers la fin de son manuscrit resté inachevé, il écrit :

J’ai raconté l’enfance alors que de toutes parts fusaient les cris des torturés – et vers le Sud encore le fumet d’Hiroshima.

J’ai jeté mon enfance comme un crapaud à votre face, comme une injure – les outils de la mort tournoyaient sur mes notes.

  • 14 Récit qui se poursuit néanmoins en 1963, avec les prémisses d’un « tome 3 » intitulé « Mahfoud », e (...)

16Vicissitudes d’une vie au bord de la précarité, vicissitudes d’une guerre qui menaçait le projet même de sa recherche, Ébauche du père est finalement interrompu avec le retour du poète à sa terre natale en octobre 1962, date qui figure comme point final dans la version publiée, même si, à travers le journal que tient le poète, l’œuvre se poursuit par bribes, suivant les aléas d’une vie militante et engagée, qui ne laisse souvent que peu de place au récit autobiographique14. Les notes et ses Carnets, conservés dans le fonds Sénac de la Bibliothèque nationale d’Alger et de la bibliothèque de l’Alcazar de Marseille, nous laissent entrevoir que vers la fin d’une vie qui ne sera que trop courte – dans sa « cave vigie » – Jean Sénac avait bien le projet de reprendre cette recherche entamée plus de 10 ans plus tôt :

Penser. Écrire. Comme boire [?] une vinasse. Voilà, je suis nu. La page est pleine, allez…

Je ne définirai rien. Définir, c’est finir. Je ne finirai rien. Je prendrai le bruit de la vague, le chant de l’orgasme, le râle du massacre, tous mes Vietnam, toutes mes guerres d’Algérie, mon Hiroshima et, mes Auschwitz et j’en ferai le livre de ma chair. Commencer, non finir. Toute ma vie, je commencerai. L’amour n’est que commencement, l’art aussi. Mais qui parle ?

  • 15 Carnets en cours de transcription, et qui feront l’objet d’une publication intégrale par Guy Dugas (...)

Il faut publier ce roman. Pour la commodité, j’appellerai roman cette chose. Commodité ! Splendeur. Et puis, avec quoi vivre ? Les mots, ce mal qu’ils peuvent faire ! [1 mot ill.] Gillettes sur votre /la/ peau. Je ne veux pas !15

L’inachèvement d’une vie

  • 16 Tiré du titre du poème « Esquisse d’un corps total », publié dans Œuvres poétiques, Paris, Actes Su (...)
  • 17 Dans L’Afrique littéraire et artistique, n° 15, février 1971.

17Comment parler d’un aboutissement quand un roman se veut la vie même ? Cela sous-entend non seulement retracer ses souvenirs, mais suivre le cours des événements tels qu’ils se présentent, et tels que nous les vivons. En cela Ébauche du père ne se borne pas à la narration, mais au vécu que le poète n’arrêtera jamais d’exprimer dans sa poésie, et nous pourrions dire qu’il n’y a pas de frontière entre le projet d’écriture d’un « roman perpétuel » et le projet de vie d’un « corps total 16 » qui avait pour but d’abolir justement les frontières entre le politique et le personnel, le langage et la vie. L’Ébauche se veut une forme en devenir, puisque, selon le poète qui « milite par le verbe »17 : « J’écris pour l’homme qui vient. L’homme à l’objectivité frémissante. L’homme libre et vigilant. »

18Ce n’est donc pas une recherche purement autobiographie, mais humaine dans sa transparence et son inachèvement le plus parfait, et dans lequel le poète voulait peut-être refléter la condition de père qu’il incarnait.

  • 18 Publiée dans la revue Ballast le 4 novembre 2014.

19Cette condition, toujours inachevée dans l’absence même d’un père biologique que Sénac entait de saisir dans sa forme idéalisée se trouve réalisée d’une part par l’acte de l’écriture, et d’autre part dans le profond amour paternel pour son fils Jacques Miel, ce dont témoigne une correspondance soutenue tout au long de leur vie – et malgré la distance, Jean étant à nouveau en Algérie à partir de 1962, Jacques dans sa ferme à Morgeat (que son père visitait chaque année). L’ébauche que le roman dessine reflète ce désir d’une construction personnelle qui n’intéresse en réalité que son auteur, mais qui trouve sa concrétisation dans un engagement à la fois filial, mémoriel et politique, puisque le récit se veut aussi un retour césairien au « pays natal », un réveil du désir profond d’appartenir à un peuple, une nation en devenir. Dans une lettre d’une beauté fracassante adressée à son fils en décembre 196118, le poète fait le constat suivant :

Voilà, Jacques. Il faut que je tienne ma promesse. Les enfants de mon peuple m’appellent. J’ai écrit mon livre pour eux. Ils le connaissent et ils le savent. Maintenant que cela est fini, au point lancé, il faut aller au-delà, au plus profond. Du moins pendant tout ce temps aurai-je été avec eux. Comme eux j’ai connu la faim, la charité, l’humiliation. Mais cette œuvre est faite ; elle est là.

20Cette déclaration du poète révèle l’idée d’un achèvement qui irait au-delà de sa mission romanesque, de la complétude formelle de l’œuvre, pour arriver à une fin plus intime et plus politique d’un projet qui se voulait à la fois une transgression personnelle, comme le suggère le sous-titre du roman : Pour en finir avec l’enfance, et l’aboutissement d’un engagement politique envers le peuple algérien, un « point lancé » pour « aller au-delà ». Il s’agirait en réalité d’une œuvre génitrice dans sa part infinie de possibilités, de chapitres annoncés (dans le plan présenté ci-dessus, et qu’il faudrait étudier à la lumière des suites rédigées plus tard en Algérie), et dont l’ébauche constitue simultanément le point final et le point de départ sans cesse revisités par l’auteur (surtout vers la fin d’une vie qu’il pressentait dans ses poèmes) comme une façon de renouer avec un récit qui n’a d’aboutissement que celle de sa propre existence.

Haut de page

Notes

1 Je voudrais remercier Guy Dugas, Naïma Beldjoudi, ainsi que Benghechoua Noureddine pour leur énorme travail de classement, de numérisation et de transmission de documents, sans quoi ce travail n’aurait pu se faire, ainsi que Bahadi Mounir, directeur de la BnA, pour avoir permis l’accès aux archives. Profonds remerciements aussi à Jacques Miel, fils et unique ayant droit de Jean Sénac, pour avoir autorisé le regain d’activité autour de l’archive Sénac, à l’occasion du cinquantenaire de sa mort.

2 Jacques Miel m’a confirmé l’existence de ces deux copies, dont l’une fut utilisée par Rabah Belamri et Roger Grenier pour la version publiée chez Gallimard en 1989 (conversation personnelle du 1er août 2022). Nous n’avons pu vérifier la conformité de ce brouillon avec celui dont dispose Bachir Belamri, frère et ayant droit de Rabah Belamri. S’il est conforme, comme c’est probable, alors une seconde copie serait donc encore dans la nature.

3 Ces deux textes feront très prochainement l’objet d’un numéro double (n° 20-21) dans la collection PIM aux éditions El Kalima (Alger/Lunel).

4 Voir « Une histoire de l’in-fini », entretien avec Marcel Bénabou.

5 Ébauche du père. Pour en finir avec l’enfance, Gallimard, 1989.

6 Selon un journal intime tenu par sa mère, et que Jean Sénac ne découvrira qu’en 1961 (soit en pleine rédaction du roman), Jeanne Comma accouche de lui clandestinement le 26 novembre 1926 à la suite d’un viol. Son père biologique, et dont il ignorera toujours l’identité, était coiffeur de profession dans un salon avoisinant la boutique de Jeanne (modiste à l’époque), rue Mostaganem à Oran (voir la biographie de Bernard Mazo, Jean Sénac, poète et martyr, Seuil, 2013).

7 Comprenant onze chapitres en tout, avec quelques changements de titraison (et sans sous-chapitres), ainsi que les deux descriptifs « Roman perpétuel », « Roman-fou ».

8 Afrique était la revue des Algérianistes ; par l’intermédiaire de Brua et Randau, Sénac y collabora à ses débuts. Le cercle Lélian et la revue Terrasses sont deux de ses activités de jeunesse. Sur Terrasses, voir « Genèse de Forge et Terrasses », Continent manuscrits, nᵒ 9.

9 Dans ce dernier titre, le « E » biffé permet de jouer sur deux définitions de « mémoires ».

10 Date à laquelle Dubuffet aurait fait un séjour en Algérie, et rencontré le peintre Sauveur Galliéro, grand ami de Sénac, qui lui fera découvrir la Casbah d’Alger, selon Bernard Mazo (op. cit.).

11 Jakobi Marianne, « Nommer la forme et l’informe. La titraison comme genèse dans l’œuvre de Jean Dubuffet », Genesis, nᵒ 24, « Formes », 2004, pp. 94-95.

12 Ayant fait l’objet de deux ouvrages publiés par Hamid Nacer-Khodja : Jean Sénac, Visages d’Algérie. Écrits sur l’art, préface de Guy Dugas, Paris/Alger, Paris-Méditerranée/EDIF 2000, 2002, et Jean Sénac critique algérien, préface de Guy Dugas, Alger/Lunel, El Kalima, 2013.

13 Le peintre et critique Édouard Roditi, ayant hébergé le poète pendant plusieurs semaines à Paris, le décrit crûment dans un témoignage repris par Bernard Mazo (op. cit.) :

Jean ne payait en effet pas de mine. Souvent, je me voyais obligé de lui rappeler qu’il ferait peut-être bien de prendre un bain et de changer de linge. Je le logeais, le nourrissais et faisais moi-même la lessive de son linge, qui tombait en loques.

14 Récit qui se poursuit néanmoins en 1963, avec les prémisses d’un « tome 3 » intitulé « Mahfoud », et dont les derniers fragments disponibles (qui reviennent d’ailleurs sur ses souvenirs d’enfance avec sa mère et sa tante Emma) seront rédigés en août 1972.

15 Carnets en cours de transcription, et qui feront l’objet d’une publication intégrale par Guy Dugas (co-édition Actes Sud-El Kalima).

16 Tiré du titre du poème « Esquisse d’un corps total », publié dans Œuvres poétiques, Paris, Actes Sud, 1999, rééd. 2019.

17 Dans L’Afrique littéraire et artistique, n° 15, février 1971.

18 Publiée dans la revue Ballast le 4 novembre 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende Page du manuscrit original du roman Ébauche du père, ne figurant pas dans la version publiée. Ici, Jean Sénac fait référence à son texte Essai sur Oran, se trouvant également dans le manuscrit original (sous forme tapuscrite), mais resté inédit
Crédits Document original du fonds Sénac à la Bibliothèque nationale d’Alger, reproduit avec autorisation de Jacques Miel
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9240/img-1.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Fig. 2.
Légende Plan des différents volumes et chapitres envisagés du roman, datant de 1960, et retranscrit ci-dessous. Ne fut publié que le premier volume, Pour en finir avec l’enfance, lui-même incomplet puisque n’incluant pas New Oran (qui existe pourtant à l’état de tapuscrit) et Le Désir et la Mort (n’existant que sous forme de notes manuscrites)
Crédits Document original du fonds Sénac à la Bibliothèque nationale d’Alger, reproduit avec autorisation de Jacques Miel
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre Fig. 3.
Légende Page du manuscrit original, éditée et publiée dans la version Gallimard de 1989. On y retrouve des éléments de la correspondance entre Jean Sénac et Albert Camus, publiée par Hamid Nacer‑Khodja dans son livre Albert Camus, Jean Sénac ou le fils rebelle, Paris-Méditerranée, 2004
Crédits Document original du fonds Sénac à la Bibliothèque nationale d’Alger, reproduit avec autorisation de Jacques Miel
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9240/img-3.png
Fichier image/png, 3,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kaï Krienke, « Pourquoi Ébauche du père de Jean Sénac ne peut-il être qu’un roman ébauché ? »Continents manuscrits [En ligne], 19 | 2022, mis en ligne le 01 octobre 2022, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/coma/9240 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coma.9240

Haut de page

Auteur

Kaï Krienke

Kaï Krienke, Docteur en littérature comparée du centre d’études supérieures (Graduate Center) de l’Université de la ville de New York (CUNY). Il a publié plusieurs études sur l’œuvre de Jean Sénac, ainsi que des traductions en anglais, notamment son manifeste Le Soleil sous les armes, sa correspondance avec Mohammed Dib, et l’ouvrage de Hamid Nacer-Khodja, Albert Camus, Jean Sénac ou le fils rebelle. Il est actuellement maître de conférence à CUNY, College of Staten Island.

Haut de page

Droits d’auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search