Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19En pratiqueDans les archives françaises de R...

En pratique

Dans les archives françaises de Raoul Hausmann : l’autotraduction inachevée de Hylé II et la recherche d’une forme textuelle en mouvement

Hélène Thiérard

Résumés

Dans son œuvre littéraire de la maturité, Hylé II, élaborée en allemand entre 1933 et 1958, l’ancien dadaïste berlinois Raoul Hausmann revient sur ses années d’exil à Ibiza ; cet article propose une étude génétique de son autotraduction inachevée en français. L’analyse montre qu’en évoluant vers la réécriture libre, l’autotraduction commencée dès 1937 met en péril l’achèvement du projet allemand, et sera abandonnée vers 1945. Cette tentative avortée est d’abord à comprendre comme une étape cruciale dans la mise en place progressive du bilinguisme d’écriture alterné de Raoul Hausmann après-guerre, alors qu’il fait de la France son pays d’élection. L’autotraduction doit en outre être examinée par rapport au projet central de Hylé II, à savoir la production d’une forme textuelle en mouvement. La réintégration de l’autotraduction au sein du texte original, dans une phase tardive de sa genèse, est un des nombreux procédés utilisés par Hausmann pour opérer cette déstabilisation de la notion traditionnelle du texte, à rapprocher des attaques des avant-gardes historiques contre la catégorie d’œuvre et l’institution de l’art.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Raoul Hausmann, Courrier Dada, Paris, Le terrain vague, 1958.

1Figure majeure du mouvement dada à Berlin dans les années 1918-1920, Raoul Hausmann (1886-1971) participe à la formidable attaque contre l’institution artistique portée par les avant-gardes historiques – une attaque qui transforme radicalement notre conception de l’art au xxᵉ siècle. Parmi ses productions les plus représentatives de l’époque, l’assemblage « Tête mécanique ou l’esprit de notre temps » et le photomontage « ABCD » font aujourd’hui partie de la collection permanente du Centre Pompidou. Son œuvre d’écrivain, commencée après la période dadaïste, ne jouit pas de la même notoriété. Comme un certain nombre d’intellectuels fuyant l’Allemagne nazie dans les années 1930, Hausmann trouve refuge en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Après 1945, il s’installe définitivement à Limoges, où il poursuit son activité littéraire parallèlement en allemand et en français, passant au besoin par l’autotraduction. En 1958, la parution de Courrier Dada, recueil d’essais et de manifestes qui établissent son rôle prépondérant dans l’histoire du mouvement berlinois, lui apporte une légitimation bienvenue sur le plan artistique1. L’ancien dadaïste connaît cependant jusqu’à sa mort de grandes difficultés lorsqu’il s’agit de publier des textes d’une facture plus poétique, souvent inclassables et d’une virtuosité langagière déroutante.

  • 2 Sa thèse de doctorat, qui explore les relations de Hausmann écrivain avec les avant-gardes littérai (...)
  • 3 Pour une présentation détaillée de ce fonds d’archives, voir l’inventaire coordonné par Adelheid Ko (...)
  • 4 Raoul Hausmann, Hyle : Ein Traumsein in Spanien, avec une postface d’Adelheid Koch-Didier, Munich, (...)
  • 5 Cf. Hélène Thiérard, Hylé I et Hylé II de Raoul Hausmann. Des ensembles textuels autobiographiques (...)

2La reconnaissance de Hausmann comme écrivain au cours des trente dernières années doit beaucoup au travail scientifique d’Adelheid Koch-Didier2, qui initie une vaste revalorisation du principal fonds d’archives français avec la publication à titre posthume, entre 1994 et 2008, de nombreux inédits conservés au Musée d’art contemporain de Rochechouart3. L’accessibilité tardive à ce corpus littéraire de la maturité relance chez les spécialistes de Hausmann une question que la recherche adresse régulièrement aux anciens dadaïstes : en quoi leur production postérieure est-elle encore – même indirectement – dada ? Elle se pose notamment pour le projet littéraire le plus ambitieux de Hausmann, Hylé II, vaste ensemble textuel conçu entre 1933 et 1958 en allemand, publié une première fois, mais tronqué d’un tiers, en 1969, avant que ne paraisse l’édition complète en 20064. J’ai montré ailleurs comment Hausmann transpose dans sa pratique d’écrivain ses deux formes artistiques de prédilection – photomontage et poésie visuelle – afin de réaliser avec Hylé II une forme textuelle longue en mouvement, et restant mobile à l’état final5. Je reviens ici sur cette question par un autre biais, en la posant à partir de la problématique de l’autotraduction.

  • 6 Tous les documents de genèse figurant dans cet article sont reproduits avec l’aimable autorisation (...)
  • 7 Pour ces questions, on se reportera au numéro de Genesis consacré à l’approche génétique des traduc (...)
  • 8 Contrairement à ce que laisse entendre l’historienne de l’art Cécile Bargues, qui affirme que « [q] (...)

3Dans la stratégie du bilinguisme d’écriture qui se met progressivement en place à partir de l’exil, Hylé II occupe une place fragile : en effet, dès 1937, avant de s’installer définitivement en France, Hausmann entreprend de traduire en français Hylé II, dont la genèse allemande est encore en cours, puis abandonne ce projet autour de 1945. L’analyse génétique de cette autotraduction inachevée permet de reconstruire son évolution, de la traduction vers la réécriture libre, et de comprendre les raisons de son abandon6. Les recherches récentes en génétique textuelle appréhendent la traduction – et plus encore l’autotraduction – comme un processus d’écriture qui tend à défaire la clôture du texte original, à révéler la dimension provisoire de son achèvement7. Or Hylé II, sans être un texte inachevé à proprement parler8, est une forme textuelle expérimentale conçue pour échapper à l’achèvement. Il convient donc de se demander en quoi Hausmann, en s’autotraduisant, découvre un procédé créatif qui contribue à inquiéter la stabilité traditionnelle du texte. Avant d’en venir à l’analyse génétique de l’autotraduction, je m’arrêterai sur la spécificité de la forme textuelle obtenue par montage qu’est Hylé II et montrerai en quoi elle s’inscrit dans la continuité de la production dadaïste de Hausmann.

Une forme textuelle en mouvement

  • 9 La chronologie de l’exil de Hausmann entre 1933 et 1945 est mouvementée : exilé à Ibiza et Paris ju (...)

4Hylé, véritable work in progress auquel Hausmann travaille pendant plus de trente ans, de 1926 à 1958, nous est parvenu sous la forme de deux livres, Hylé I et Hylé II. Commencé à Berlin, le projet se sépare en deux livres distincts à partir de la fin des années 1940. Hausmann, ayant fait de la France son pays d’élection après la guerre, vit désormais à Limoges9. Le contenu autobiographique du livre est évident : Hylé I est consacré aux années allemandes de l’alter ego de l’auteur, « Gal », entre 1926 et 1933, jusqu’à sa fuite devant le nazisme avec sa femme et sa compagne « Ara » (Hedwig Hausmann et Vera Broido). Hylé II traite des années d’exil de Hausmann/Gal à Ibiza entre 1933 et 1936 ; la dimension onirique et mythologique se mêlent au récit politique de l’exil et de la guerre civile espagnole, et ancrent dans le temps long sa critique de la modernité européenne.

  • 10 Pour une étude approfondie de la genèse de Hylé, voir Hélène Thiérard, Hylé I et Hylé II de Raoul H (...)

5Malgré cette dimension autobiographique, il serait abusif de considérer Hylé comme un roman auto­biographique. La critique souligne le caractère hautement hétérogène, transgénérique et inclassable de Hylé, et ne s’accorde pas sur la catégorie de roman. On préférera le terme d’ensemble textuel, qui rend compte d’une forme plurielle obtenue par montage, et dont la modularité est la caractéristique principale. Hylé II reste à l’état de pièces détachées pendant vingt ans, l’écrivain accumulant de 1933 à 1953 des unités textuelles (autobiographiques, fictionnelles, poétiques, réflexives, théoriques, rêves) sans obéir à un plan préalable. L’articulation de ces unités au montage n’a lieu que tardivement, entre 1953 à 1958, étape au cours de laquelle certaines unités seront écartées, d’autres réécrites, de nouvelles programmées ou importées à partir d’autres projets de livre10. Cette façon de composer le texte par montage est motivée par la recherche d’une forme textuelle instable et contradictoire, qui demande au lecteur d’adopter un mode de lecture dynamique en navigant entre des unités hétérogènes selon la logique discontinue du réseau. On peut donc affirmer qu’avec Hylé II, l’ancien dadaïste adapte la forme d’expression visuelle du photomontage à l’écriture. Certes, ses propres poèmes visuels des années dada reposaient déjà sur la délinéarisation et l’exploration du mouvement de l’écriture sur l’espace de la page (fig. 1). Il est donc possible d’établir une ligne de continuité entre la poésie spatiale dadaïste de Hausmann et Hylé II en envisageant le dépassement des limitations de la forme brève – il s’agit en effet de mettre en mouvement un espace textuel de 300 pages.

Fig. 1.

Fig. 1.

Raoul Hausmann et Johannes Baader, « dadadegie », Der Dada 1 (couverture), juin 1919

Domaine public

  • 11 Cf. Joseph Frank, « La forme spatiale dans la littérature moderne », traduit de l’anglais par Jacqu (...)
  • 12 Sur le principe du montage qui donne à Hylé I sa macrostructure autocontradictoire, et s’explique p (...)

6Hausmann conçoit avec Hylé II une « forme spatiale11 » longue d’une grande complexité – qui fait apparaître par comparaison le caractère rudimentaire du montage textuel de Hylé I12 – en associant la technique du montage à une poétique de l’espace tournée vers l’imaginaire insulaire de la Méditerranée antique. C’est cet espace d’échanges pluriel et multidirectionnel, avec ses comptoirs et ses îles, qui fournit au lecteur un modèle spatial pour appréhender la cohérence dynamique en réseau de l’ensemble textuel.

  • 13 Sur la notion de texte dynamique et sa remise en cause du statut traditionnel du texte, cf. Pierre- (...)
  • 14 Je m’appuie ici sur une notion d’intra-intertextualité située à mi-chemin entre l’intertextuel rest (...)
  • 15 Cf. Michael Erlhoff, Raoul Hausmann, Dadasoph. Versuch einer Politisierung der Ästhetik, Hannover, (...)
  • 16 Cf. Walter Fähnders, « Projekt Avantgarde und avantgardistischer Manifestantismus », dans Wolfgang (...)
  • 17 On pense ici à la pauvreté des matériaux utilisés voués à s’autodétruire rapidement, mais aussi au (...)
  • 18 Peter Bürger, Théorie de l’avant-garde, Paris, Questions théoriques, 2013 [1974] (traduit de l’alle (...)

7Si la forme textuelle en mouvement ainsi conçue ne correspond pas exactement à la notion théorique de texte dynamique élaborée par les études génétiques13, un rapprochement s’impose cependant dans la mesure où Hausmann multiplie dans Hylé II les dispositifs intra-intertextuels14 faisant vaciller les frontières entre le dedans et le dehors du texte, entre le texte et l’avant-texte, attirant l’attention sur l’illusion de stabilité du texte achevé. Cette volonté de déstabiliser la conception traditionnelle du texte est à comprendre de manière analogue à la mise en question de la catégorie d’œuvre par les avant-gardes historiques dans les années 1910-1920, dans le sens d’une « politisation de l’esthétique15 ». En effet, si les manifestations des futuristes et des dadaïstes transcendent la notion d’œuvre par leur immédiateté performative16, si leurs « anti-œuvres » se préservent en partie de la récupération muséale par leur caractère éphémère17, c’est pour rapatrier l’art dans la pratique de la vie, selon la formule de Peter Bürger, qui insiste sur l’objectif utopique des avant-gardes18.

L’exil et la tentation de l’autotraduction

  • 19 Cf. tapuscrit C.I.2.2/O-a conservé aux archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart.
  • 20 Pour un aperçu du fonds d’archives berlinois, voir le volume coordonné par Eva Züchner, Scharfricht (...)

8Hausmann connaît avec Hylé des déboires éditoriaux qui entravent sa réception jusqu’à aujourd’hui : alors qu’il termine Hylé II en 195819, la première publication de ce livre en 1969 abrège d’un tiers le tapuscrit, l’éditeur imposant des coupes pour des raisons pratiques. Il faut attendre l’édition de 2006 pour rétablir le texte de 1958. L’infortune éditoriale de Hylé I est plus grande encore puisque le tapuscrit de 1950 (BG‑RHA‑1732), conservé aux archives de la Berlinische Galerie20, attend toujours d’être publié.

  • 21 Des déclarations dans ce sens remplissent les lettres de 1950 de Hausmann à son ex-femme Elfriede H (...)
  • 22 Cf. Correspondance conservée à la Berlinische Galerie, BG-RHA-188 et -189. Hausmann est lié à Auerb (...)
  • 23 Ces extraits correspondent à une soixantaine de feuillets du tapuscrit original de Hylé I.

9Ces difficultés sont en partie dues à la nature expérimentale d’un texte d’une longueur à décourager les éditeurs les plus ambitieux – respectivement 400 et 300 feuillets tapuscrits environ. Le fait que Hausmann choisisse de rester vivre en France après la Seconde Guerre mondiale ne facilite pas non plus ses démarches auprès des éditeurs germanophones. S’ajoutent en outre les doutes de l’écrivain concernant l’accueil que réserverait le public allemand à un livre d’une facture aussi peu conventionnelle21. Hausmann estime en effet que la réception de Hylé serait plus favorable s’il était publié directement en français ou en anglais, et déploie de grands efforts en ce sens. En 1951, il demande au philologue Erich Auerbach22 d’intercéder en sa faveur auprès de revues américaines pour publier des passages de Hylé I en anglais, et lui envoie les douze premières pages du livre en traduction. Cette traduction vers l’anglais a été réalisée bien avant 1950. Sur les huit extraits anglais répertoriés aux archives de Rochechouart (C.I.1.2/01 à C.I.1.2/08)23, six portent la date de 1938 qui correspond à leur révision par une autre personne – le plus souvent Thomas W. Schlichtkrull, traducteur chez l’éditeur allemand Claassen, qui envisage un temps de publier Hylé I (fig. 2 et 3).

Fig. 2.

Fig. 2.

« Tomatoes », autotraduction en anglais de Hylé I, C.I.1.2/01‑b

Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart

Fig. 3.

Fig. 3.

« Woodcutting », autotraduction en anglais de Hylé I, C.I.2.2/03‑b

Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart

  • 24 Adelheid Koch-Didier, « “Devenir auteur français” : Raoul Hausmann », dans Catherine Dufour et Henr (...)
  • 25 Pour la dimension créative de l’autotraduction dans la genèse bilingue de Courrier Dada, voir Agath (...)
  • 26 Cf. Hélène Thiérard, « Raoul Hausmann ou la subversion des identités nationales – bilinguisme d’écr (...)

10C’est à la même époque que Hausmann commence à traduire Hylé II en français, entreprise que l’on peut circonscrire aux années 1937-1945 en s’appuyant sur les dates des brouillons français conservés à Rochechouart. Après 1945, l’autotraduction en français jouera un rôle majeur dans la production de Raoul Hausmann qui, en choisissant de rester en France après la guerre, entend « devenir auteur français24 », comme le rappelle Adelheid Koch-Didier. Mais cette stratégie du bilinguisme alterné, qui fonctionne à plein pour le livre d’essais Courrier Dada/Am Anfang war Dada25 (1958/1972) ou pour des textes brefs comme Palissandre et Mélasse/Palisander und Melasse, échoue dans un projet poétique de l’ampleur de Hylé II26.

  • 27 Sans compter deux unités textuelles de Hylé II, que Hausmann semble avoir traduites en vue d’un aut (...)
  • 28 Ces documents de genèse se trouvent en partie dans le dossier d’extraits reclassés C.I.2.5 en parti (...)
  • 29 C.I.2.5/02‑FR, C.I.2.5/sd-07, C.I.2.5/sd-09, C.I.2.5/sd-03, C.I.2.5/sd-01 correspondent respectivem (...)
  • 30 C.I.2.5/45, C.I.2.5/sd-04, C.I.2.5/sd-05, C.I.2.5/sd-06.
  • 31 Voir en particulier les contributions dédiées à ce sujet dans le volume édité par Olga Anokhina, Mu (...)

11L’autotraduction de Hylé II en français, restée inachevée, concerne un volume de texte relativement restreint : on dénombre dans le dossier de genèse 11 unités abouties en français27 (soit à peu près 26 feuillets tapuscrits), auxquelles il faut ajouter environ autant d’extraits restés à l’état de brouillon28. À titre de comparaison, la traduction en anglais d’extraits de Hylé I évoquée plus haut est d’une plus grande ampleur, mais s’avère moins intéressante sur le plan de la créativité multilingue, car elle n’influence pas la genèse du texte original en cours d’élaboration ; on n’y trouve aucune trace de création directement en anglais. L’autotraduction française de Hylé II constitue au contraire un cas limite de traduction-réécriture : sur les 11 unités textuelles de la genèse française, 7 ont été réalisées par autotraduction et peuvent être lues en regard des unités originales allemandes29 ; les 4 autres, n’ayant pas d’équivalent allemand, ont manifestement été écrites directement en français30. On peut donc en conclure que la genèse secondaire de l’autotraduction tend rapidement à s’affranchir de la genèse principale – au plus tard en 1945, date inscrite sur l’unité textuelle française sans original allemand intitulée « El Verjero » (fig. 4). Cette tendance s’observe du reste fréquemment chez d’autres écrivains bilingues, comme Vladimir Nabokov ou Samuel Beckett, pour ne citer que les cas les plus emblématiques31.

Fig. 4.

Fig. 4.

« El Verjero », dossier de genèse de l’autotraduction en français de Hylé II, C.I.2.5/45

Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart

  • 32 Cf. Delphine Jaunasse, Raoul Hausmann : l’isolement d’un dadaïste en Limousin, Limoges, Pulim, 2002 (...)
  • 33 Ibid., p. 79-80.
  • 34 Raoul Hausmann, Hylé. État de rêve en Espagne, traduit de l’allemand par Hélène Thiérard, Dijon, Pr (...)

12En1945, dans l’espoir d’une publication en français, Hausmann soumet son manuscrit à Gallimard. Tout en reconnaissant la valeur littéraire du projet, Jean Paulhan et le lecteur Bernard Groethuysen objectent d’« insurmontables difficultés de traduction »32. En juillet 1945, Sarane Alexandrian annonce dans un article dédié à Raoul Hausmann (Unir, nᵒ 43) que « [s]on extraordinaire roman Hyle, en voie de traduction, sera lorsqu’il paraîtra une véritable révélation pour le public français33. » Alexandrian fait-il ici référence à une perspective d’(allo)traduction chez Gallimard, ou à la tentative de Hausmann de traduire lui-même Hylé II en français ? Quoi qu’il en soit, l’annonce était prématurée : les lecteurs francophones devront attendre jusqu’en 2013 pour découvrir en traduction Hylé. État de rêve en Espagne34.

La traduction d’un projet en cours d’élaboration : quelques enjeux génétiques

13La genèse allemande de Hylé II s’échelonne de 1933 à 1958. À l’époque où Hausmann entreprend de le traduire en français, entre 1937 et 1945, le texte original est donc encore en phase d’élaboration. Nous allons voir que le dossier de genèse de l’autotraduction nous apporte indirectement des renseignements précieux sur une époque de la genèse principale pour laquelle nous disposons de relativement peu de matériaux, une grande partie des brouillons ayant été détruits ou perdus pendant la guerre et les exils successifs.

  • 35 Sur l’interconnexion structurelle entre l’histoire de la séparation et l’histoire de l’initiation d (...)
  • 36 Voir par exemple Cécile Bargues, Raoul Hausmann après Dada, op. cit., p. 49-101.
  • 37 Ainsi que le montre Hubert Roland pour d’autres écrivains de langue allemande, Hubert Roland, Magis (...)

14De manière générale, le choix des unités textuelles traduites par Hausmann fait apparaître le principe de la cohérence du montage final de Hylé II, qui met en tension la dimension onirique et la dimension réaliste du récit de l’exil. En effet, on trouve d’une part des unités ancrées dans le substrat narratif de l’exil ibizenque, qu’elles aient trait au quotidien des exilés, comme « Trois chaises » (C.I.2.5/03‑FR, cf. p. 73-74), ou qu’elles soient en prise avec l’actualité politique espagnole, comme C.I.2.5/sd‑01 et C.I.2.5/sd‑03 (cf. p. 268-271), qui relatent le coup d’État nationaliste de juillet 1936 en Espagne et son retentissement à Ibiza. D’autre part, les unités relatives à l’initiation de Gal aux mystères de Tanit, la déesse tutélaire d’Ibiza, sont également bien représentées : le poème « Molgrano » (C.I.2.5/02‑FR, cf. p. 261-263), déclenché par l’épiphanie de l’arbre de Tanit, constitue le point culminant de cette histoire amenée sur le mode narratif du réalisme magique. L’unité « …Plus l’image d’un Dieu » (C.I.2.5/01‑FR, cf. p. 141-142) marque une étape intermédiaire de l’initiation, qui exige de Gal qu’il se détache peu à peu d’Ara au profit de Tanit35. Le choix de Hausmann de traduire en priorité la presque totalité de ce qui deviendra la séquence des pages 261-271 est significatif et contredit la lecture escapiste36, souvent faite dans la critique, de la dimension mythologique de Hylé II. Cette séquence relie la scène paroxystique du poème de l’initiation et le récit de la guerre civile espagnole sur lequel se clôt Hylé II. Il y a donc lieu de croire que, dès ce stade de la genèse, l’écrivain conçoit clairement ce qui donnera sa cohérence interne à Hylé II, à savoir l’intrication du politique et du mythe. On peut ainsi avancer que, chez Hausmann, le réalisme magique sert à articuler une « conscience de l’histoire » propre à l’exil37.

15De manière plus ponctuelle, la traduction de certaines unités textuelles met en lumière les remaniements ultérieurs du projet, en particulier dans sa dimension autobiographique. Prenons le cas de l’unité p. 263-264, où Gal évolue dans un état de conscience modifié, suite à l’initiation. La traduction française (fig. 5) a été réalisée à partir d’un état intermédiaire du texte allemand (fig. 6). Comme on peut le constater, l’écrivain a fortement remanié cette unité après l’avoir traduite, une moitié du texte tapuscrit disparaît sous les rayures.

Fig. 5.

Fig. 5.

Autotraduction française de Hylé II à partir d’un état intermédiaire du texte allemand, C.I.2.5/sd-07

Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart

Fig. 6.

Fig. 6.

Hylé II, avant-texte de l’unité p. 263-264, C.I.2.3/II-ex/fm s.p.

Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart

  • 38 Dans sa présentation des écrits de Hausmann sur la mythologie, A. Koch-Didier explique que « les my (...)

16On constate que les modifications apportées visent à éradiquer la référence à Ulysse, qui fournissait à Gal dans son exil en Méditerranée un type psychologique antique, une « mémoire ancestrale » de lui-même38. Hausmann agit peut-être ainsi par peur d’être considéré comme un épigone de James Joyce, mais cette modification s’inscrit aussi dans une évolution plus générale de la genèse du texte, touchant au récit de la séparation entre Ara et Gal à Ibiza. Autour de 1935, date de la rupture dans la biographie de Raoul Hausmann et Vera Broido, la genèse de Hylé II tend à s’enliser dans l’impossible deuil de cette relation, l’écriture sert alors surtout à ressasser la perte de l’être aimé. Or on voit sur ce tapuscrit que Hausmann ne remplace pas seulement le nom d’Ulysse par celui de Persée, mais raye aussi les passages évoquant l’absence d’Ara sur le mode nostalgique (« Ara, im blauen Kleid, auf leichten Füßen geht sie dahin, fort, hinweg. »/« toujours, éternellement volera ici cette image : Ara en robe bleue, sur des pieds légers, elle s’en va, s’en va, loin… » et « Für ewig eingebettet dem Luft-Ort, bleibt dies Bild der Frau, die davon geht »/« Éternellement enlacée à cet air-lieu il reste l’image de cette femme qui s’en va »). La mise à distance d’Ulysse témoigne d’une complète réévaluation de la rupture entre Gal et Ara : Hausmann substitue à la figure de Pénélope – fantasme déçu d’un amour à toute épreuve – celle de la Gorgone, dont le combat avec Persée symbolise chez Hausmann le combat entre les sexes. Alors que la traduction en français reflète un état du texte où l’amant était encore inconsolable, les modifications postérieures présentent celui-ci comme ayant terrassé son ancienne adversaire amoureuse.

De l’autotraduction à la réécriture libre, la créativité multilingue

17La reconstruction du dossier génétique français de Hylé II met en évidence le passage de l’autotraduction au sens strict, en 1937-1939, à la réécriture libre, ce dont témoignent les unités rédigées directement en français, au plus tard en 1945, que nous avons évoquées plus haut. Nous allons voir que cette évolution a lieu de manière progressive en nous arrêtant sur le cas concret d’une unité textuelle (p. 268-271) à laquelle Hausmann a travaillé simultanément en français et en allemand lors de sa rédaction initiale.

18Lorsque Hausmann commence à traduire Hylé II en 1937, la traduction des unités suit rapidement leur rédaction en allemand : l’unité française « …Plus l’image d’un Dieu » porte la mention « Prague 1937 » (fig. 7), alors que l’unité originale est datée de 1936 (fig. 8). On note qu’ici la traduction reste au plus près du texte allemand, ce qui est aussi le cas de « Trois chaises » (traduction non datée) et du poème « Molgrano » dont la traduction est datée de 1939 (fig. 9).

Fig. 7.

Fig. 7.

« L’image », autotraduction française de Hylé II, C.I.2.5/01‑FR

Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart

Fig. 8.

Fig. 8.

Extrait de Hylé II, C.I.2.5/01‑AL

Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart

Fig. 9.

Fig. 9.

« Molgrano », autotraduction française de Hylé II, C.I.2.5/02‑FR-a

Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart

19Il en va tout autrement pour l’unité textuelle p. 268-271, scène de marché à Ibiza où Gal prend connaissance du putsch nationaliste de Franco en discutant avec d’autres exilés et en lisant les journaux : ici, la version française (fig. 10) diffère considérablement du texte allemand. Elle constitue moins une traduction qu’une variante textuelle parmi d’autres, car l’avant-texte de cette unité est d’emblée bilingue.

Fig. 10.

Fig. 10.

« L’ordre », Hylé II, version française de l’unité textuelle p. 268-271, C.I.2.5/sd-01

Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart

20Sur les brouillons manuscrits de cette unité, les deux langues n’apparaissent pas de manière séparée, mais associée : ainsi, le texte commencé en allemand sur le recto du feuillet C.I.1.3/17 continue en français sur son verso (fig. 11 et 12).

Fig. 11.

Fig. 11.

Hylé II, avant-texte allemand de l’unité textuelle p. 268-271, C.I.1.3/17/recto

Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart

Fig. 12.

Fig. 12.

Hylé II, avant-texte français de l’unité textuelle p. 268-271, C.I.1.3/17/verso

Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart

21La rédaction de l’unité procède d’un montage interne qui associe indifféremment passages allemands et passages français. Ainsi, sur le manuscrit allemand C.I.1.3/17/recto, les marques d’insertion + + renvoient à des extraits de journaux en date des 12-15 juillet 1936, comme nous l’apprend la lecture du tapuscrit C.I.2.5/sd‑01 (fig. 10). Or ce passage a été inséré à partir d’un tapuscrit français, dans la marge duquel on retrouve les marques + + correspondantes (fig. 13). La pratique de l’autotraduction subvertit ici la séparation théorique entre texte original et texte traduit, car le va-et-vient entre l’allemand et le français a lieu dans un avant-texte commun.

Fig. 13.

Fig. 13.

Avant-texte français de l’unité textuelle p. 268-271, C.I.2.5/sd-03

Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart

22Dans un premier temps, traduire Hylé II résulte d’une décision pragmatique pour Hausmann, qui escompte une réception plus favorable de son projet dans le paysage littéraire français. Cependant, au fur et à mesure qu’il s’autotraduit, il découvre que l’alternance des langues d’écriture dynamise la genèse du texte en cours, d’abord en associant les deux langues d’écriture dans la rédaction initiale des unités, puis en rédigeant celles-ci directement en français. Les quatre unités françaises sans original allemand explorent ainsi de nouvelles directions dans lesquelles pourrait se développer Hylé II (C.I.2.5/45 ; C.I.2.5/sd-04 ; C.I.2.5/sd-05 ; C.I.2.5/sd-06). L’unité intitulée « El Verjero » (C.I.2.5/45), par exemple, élabore une intrigue de contrebande de cigarettes à Ibiza doublée de meurtre passionnel, autour d’un personnage secondaire qui reste sans grande importance dans Hylé II. Ce dédoublement alternatif de la genèse du texte en français n’est pas sans danger pour la genèse allemande encore en cours, car on se souvient que le mode d’écriture modulaire par montage adopté par Hausmann tend à repousser sans cesse le moment de fixer la forme du livre, dans une logique d’agrégation ouverte. Conscient du risque d’inachèvement qui pèse sur Hylé II, Hausmann abandonne après 1945 l’idée de le recréer en français, et laisse l’autotraduction inachevée pour se concentrer sur la genèse principale.

  • 39 Pour un développement approfondi de cet aspect, voir Hélène Thiérard, « Raoul Hausmann ou la subver (...)
  • 40 Au sens de “désirer”, comme l’entend Walter Benjamin dans son texte fondateur « La tâche du traduct (...)

23Le coup d’arrêt donné à l’autotraduction de Hylé II montre les limites de la stratégie du bilinguisme d’écriture alterné, grâce à laquelle Raoul Hausmann tente de s’imposer parallèlement comme écrivain de langue française et de langue allemande. Cet échec est relatif, car il faut aussi considérer l’autotraduction de Hylé II comme une étape cruciale dans la maturation de son écriture multilingue. En effet, dans une phase plus tardive de la genèse allemande, Hausmann réinvestit le geste autotraductif de manière productive au sein même de l’original39. En particulier, dans les unités de rêves (p. 293-294 et 256-258), des phrases entières sont redoublées en français comme si le texte allemand « appelait40 » sa traduction. On peut donc affirmer que pour Hylé II, le renoncement au bilinguisme alterné – la production d’une même œuvre littéraire parallèlement en allemand et en français, par le biais de l’autotraduction ou de la réécriture – s’est fait au profit d’un bilinguisme interne franco-allemand.

  • 41 « L’œuvre est le masque mortuaire de sa conception », dans Walter Benjamin, Sens unique, traduit de (...)
  • 42 On pense ici au fragment 116 de Fr. Schlegel dans l’Athenäum. C’est dans cette esthétique que Ph. L (...)

24L’écrivain va plus loin et accueille démonstrativement au sein du montage final de 1958 un passage conséquent de l’autotraduction française des années 1937-1945, mettant ainsi en évidence la fragilité de ce qu’il est convenu d’appeler l’achèvement du texte. L’autotraduction inachevée est finalement mise à profit par Hausmann dans sa recherche d’une forme textuelle longue en mouvement, une recherche à mettre en regard avec le dépassement du concept d’œuvre d’art initié par les premières avant-gardes dans les années 1910 – notamment par Hausmann dadaïste. En donnant à voir la processualité de la genèse au sein du texte achevé, Hausmann opère avec Hylé une déstabilisation de la notion traditionnelle de texte qui n’est rien moins que la forme consacrée de l’œuvre littéraire. On reconnaît ici le souci benjaminien de ne pas laisser le « masque mortuaire » de l’œuvre41 figer « l’œuvrer », la force créatrice en devenir. Cet agir poétique qui dirige chez les premiers romantiques une esthétique tendue entre le fini de l’œuvre particulière et l’infini inaccessible de la poésie universelle progressive42, Hausmann le rend sensible dans la matérialité concrète d’un texte dynamique qui subvertit l’opposition entre achevé et inachevé.

Haut de page

Notes

1 Raoul Hausmann, Courrier Dada, Paris, Le terrain vague, 1958.

2 Sa thèse de doctorat, qui explore les relations de Hausmann écrivain avec les avant-gardes littéraires autrichiennes de l’après-guerre, est la première monographie consacrée à l’œuvre littéraire hausmannienne ; Adelheid Koch, Ich bin immerhin der größte Experimentator Österreichs - Raoul Hausmann: Dada und Neodada, Innsbruck, Haymon, 1994.

3 Pour une présentation détaillée de ce fonds d’archives, voir l’inventaire coordonné par Adelheid Koch, « Je suis l’homme de 5000 paroles et de 10000 formes ». Écrits de Raoul Hausmann et documents annexes. Inventaire raisonné, Archives Raoul Hausmann/Musée Départemental de Rochechouart, 1997. Pour un aperçu succinct de ce fonds, on se reportera à Adelheid Koch-Didier, « Mot muet crie. L’écrivain Raoul Hausmann », Continents manuscrits, nᵒ 2, 2014, [en ligne] https://journals.openedition.org/coma/299.

4 Raoul Hausmann, Hyle : Ein Traumsein in Spanien, avec une postface d’Adelheid Koch-Didier, Munich, belleville, 2006 ; le titre court Hylé II renvoie à cette édition dans ce qui suit.

5 Cf. Hélène Thiérard, Hylé I et Hylé II de Raoul Hausmann. Des ensembles textuels autobiographiques en mouvement, Université Osnabrück/Sorbonne Nouvelle-Paris 3, thèse de doctorat soutenue le 7/4/2016 à Paris.

6 Tous les documents de genèse figurant dans cet article sont reproduits avec l’aimable autorisation du Musée d’art contemporain de Rochechouart.

7 Pour ces questions, on se reportera au numéro de Genesis consacré à l’approche génétique des traductions dirigé par Fabienne Durand-Bogaert, Genesis, nᵒ 38, 2014 ; et au numéro dédié à l’écriture « Entre les langues » dirigé par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, Genesis, nᵒ 46, 2018.

8 Contrairement à ce que laisse entendre l’historienne de l’art Cécile Bargues, qui affirme que « [q]uelques [sic] quatre-vingts années après que Raoul Hausmann eut commencé à l’assembler, Hylé reste à inventer », Cécile Bargues, « Raoul Hausmann, Hylé », Luna Park, nouvelle série, vol. 3, automne 2006, p. 47‑67, ici p. 48. Bargues alimente ainsi le mythe d’un livre perdu : « l’ouvrage n’est pas fixé en totalité, existant sous forme d’épisodes, de fragments, depuis lors dispersés » , Cécile Bargues, Raoul Hausmann après Dada, avec une préface de Marc Dachy, Bruxelles, Mardaga, 2015, p. 46.

9 La chronologie de l’exil de Hausmann entre 1933 et 1945 est mouvementée : exilé à Ibiza et Paris jusqu’en 1936, il fuit à nouveau après le déclenchement de la guerre d’Espagne, puis trouve refuge à Prague jusqu’à l’invasion de la Tchécoslovaquie par Hitler en 1938, et de là passe en France ; cf. Barbara Lindlar : « ‚Der modernste Mann im Lande‛: Biographie des ‚Dadasophen‛ Raoul Hausmann », dans Kurt Bartsch et Adelheid Koch (édi.), Raoul Hausmann, coll. « Dossier », nᵒ 10, Graz, Droschl, 1996, p. 281‑321.

10 Pour une étude approfondie de la genèse de Hylé, voir Hélène Thiérard, Hylé I et Hylé II de Raoul Hausmann, op. cit., chapitre ii, p. 122-192.

11 Cf. Joseph Frank, « La forme spatiale dans la littérature moderne », traduit de l’anglais par Jacqueline Flescher, Poétique. Revue de théorie et d’analyse littéraires, vol. 10, 1972, p. 244‑266.

12 Sur le principe du montage qui donne à Hylé I sa macrostructure autocontradictoire, et s’explique par le palimpseste de sa genèse, cf. Hélène Thiérard, « Le projet “Hylé”, un work in progress autobiographique », dans Raoul Hausmann. Dadasophe. De Berlin à Limoges, édité par Annabelle Ténèze, Paris, Dilecta, 2017, p. 93‑104. Pour l’analyse comparée des deux types de montage textuel, voir Hélène Thiérard, Hylé I et Hylé II de Raoul Hausmann, op. cit., chapitre iii, p. 193-323.

13 Sur la notion de texte dynamique et sa remise en cause du statut traditionnel du texte, cf. Pierre-Marc de Biasi, Génétique des textes, coll. « Biblis », nᵒ 10, Paris, CNRS Éditions, 2011, p. 61-64.

14 Je m’appuie ici sur une notion d’intra-intertextualité située à mi-chemin entre l’intertextuel restreint (les rapports entre des textes d’un même auteur) et l’intratextuel (la textualité préexistante d’un même écrivain, correspondant à l’étude de l’endogenèse), cf. Brian T. Fitch, « L’intra-intertextualité interlinguistique de Beckett. La problématique de la traduction de soi », dans A. Oliver, L’intertextualité : intertexte, autotexte, intratexte, coll. « Texte », nᵒ 2, Toronto, Trintexte, 1983, p. 85‑100.

15 Cf. Michael Erlhoff, Raoul Hausmann, Dadasoph. Versuch einer Politisierung der Ästhetik, Hannover, Zweitschrift, 1982.

16 Cf. Walter Fähnders, « Projekt Avantgarde und avantgardistischer Manifestantismus », dans Wolfgang Asholt etWalter Fähnders (éd.), Der Blick vom Wolkenkratzer. Avantgarde – Avantgardekritik – Avantgardeforschung, coll. « Avant-garde critical studies », nᵒ 14, Amsterdam, Rodopi, 2000, p. 97‑120.

17 On pense ici à la pauvreté des matériaux utilisés voués à s’autodétruire rapidement, mais aussi au fait que beaucoup de collages, assemblages, etc. de l’époque ont été perdus ou détruits.

18 Peter Bürger, Théorie de l’avant-garde, Paris, Questions théoriques, 2013 [1974] (traduit de l’allemand par Jean‑Pierre Cometti).

19 Cf. tapuscrit C.I.2.2/O-a conservé aux archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart.

20 Pour un aperçu du fonds d’archives berlinois, voir le volume coordonné par Eva Züchner, Scharfrichter der bürgerlichen Seele. Raoul Hausmann in Berlin 1900-1933. Unveröffentlichte Briefe, Texte, Dokumente aus den Künstler-Archiven der Berlinischen Galerie, Ostfildern, Hatje Cantz, 1998. Plus récemment, la présentation commune des fonds d’archives français et allemand permet de saisir leur complémentarité, cf. Kurt Bartsch, Ralf Burmeister, Adelheid Koch-Didier et Stefan Schwar, Raoul Hausmann (1886-1971). Werkverzeichnis, Biografie, Bibliografie, coll. « DDL Biographisches und bibliographisches Lexikon », Stuttgart, Frommann-Holzboog, 2011.

21 Des déclarations dans ce sens remplissent les lettres de 1950 de Hausmann à son ex-femme Elfriede Hausmann-Schaeffer conservées à la Berlinische Galerie, voir par exemple BG-RHA-159, -163, -169, -170.

22 Cf. Correspondance conservée à la Berlinische Galerie, BG-RHA-188 et -189. Hausmann est lié à Auerbach par l’intermédiaire de sa femme Hedwig née Mankiewitz, dont la sœur est mariée au philologue.

23 Ces extraits correspondent à une soixantaine de feuillets du tapuscrit original de Hylé I.

24 Adelheid Koch-Didier, « “Devenir auteur français” : Raoul Hausmann », dans Catherine Dufour et Henri Béhar (éd.), Dada circuit total, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2005, p. 582‑599.

25 Pour la dimension créative de l’autotraduction dans la genèse bilingue de Courrier Dada, voir Agathe Mareuge, « Les brouillons “entre les langues” de Raoul Hausmann. Dada plurilingue, entre montage et optophonie », Genesis, nᵒ 46, 2018, p. 103‑114.

26 Cf. Hélène Thiérard, « Raoul Hausmann ou la subversion des identités nationales – bilinguisme d’écriture, autotraduction et poétique multilingue après l’exil de 1933 », Recherches Germaniques, hors-série 18/2023, à paraître [en ligne].

27 Sans compter deux unités textuelles de Hylé II, que Hausmann semble avoir traduites en vue d’un autre contexte de publication : le poème cosmogonique p. 281 paraît en français dans la revue Méduse en 1946, légèrement remanié, en guise d’hommage à Federico Garcia Lorca ; l’unité hermétique p. 53-55 est reprise comme pièce détachée dans son recueil Sagemorcim (1971) sous le titre « La valgue ».

28 Ces documents de genèse se trouvent en partie dans le dossier d’extraits reclassés C.I.2.5 en partie dans le volumineux dossier non reclassé C.I.1.3.

29 C.I.2.5/02‑FR, C.I.2.5/sd-07, C.I.2.5/sd-09, C.I.2.5/sd-03, C.I.2.5/sd-01 correspondent respectivement aux pages 261-263, 263-264, 264, 270-271 et 268-271, C.I.2.5/03‑FR à l’unité p. 73-74 et C.I.2.5/01‑FR aux p. 141-142 de Hyle II.

30 C.I.2.5/45, C.I.2.5/sd-04, C.I.2.5/sd-05, C.I.2.5/sd-06.

31 Voir en particulier les contributions dédiées à ce sujet dans le volume édité par Olga Anokhina, Multilinguisme et créativité littéraire, coll. « Au cœur des textes », nᵒ 20, Louvain-la-Neuve, Academia/L’Harmattan, 2012.

32 Cf. Delphine Jaunasse, Raoul Hausmann : l’isolement d’un dadaïste en Limousin, Limoges, Pulim, 2002, p. 45.

33 Ibid., p. 79-80.

34 Raoul Hausmann, Hylé. État de rêve en Espagne, traduit de l’allemand par Hélène Thiérard, Dijon, Presses du réel, 2013. La traduction française se base sur l’édition originale non-abrégée de 2006.

35 Sur l’interconnexion structurelle entre l’histoire de la séparation et l’histoire de l’initiation dans Hylé II, voir Hélène Thiérard, Hylé I et Hylé II de Raoul Hausmann, op. cit., p. 356-365.

36 Voir par exemple Cécile Bargues, Raoul Hausmann après Dada, op. cit., p. 49-101.

37 Ainsi que le montre Hubert Roland pour d’autres écrivains de langue allemande, Hubert Roland, Magischer Realismus und Geschichtsbewusstsein in der deutschprachigen Literatur, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2021.

38 Dans sa présentation des écrits de Hausmann sur la mythologie, A. Koch-Didier explique que « les mythes et les légendes traduisent “l’épimnème” », notion créée par Hausmann pour rendre compte d’un inconscient collectif, qui nous déterminerait bien davantage que l’inconscient individuel, Adelheid Koch, « „Zählungen fälle dichte‟. Einführung in unveröffentlichte Buchprojekte Raoul Hausmanns », Raoul Hausmann, coll. « Dossier », nᵒ 10, p. 89‑146, ici p. 136-137 et Adelheid Koch-Didier, La Poésie a pour objet le mot : Raoul Hausmann, écrivain, Musée départemental de Rochechouart, 1997, p. 97-101.

39 Pour un développement approfondi de cet aspect, voir Hélène Thiérard, « Raoul Hausmann ou la subversion des identités nationales », art. cit.

40 Au sens de “désirer”, comme l’entend Walter Benjamin dans son texte fondateur « La tâche du traducteur », dans Walter Benjamin, Œuvres I, traduit de l’allemand par M. de Gandillac, R. Rochlitz et P. Rusch, Paris, Gallimard, 2000, p. 244-262.

41 « L’œuvre est le masque mortuaire de sa conception », dans Walter Benjamin, Sens unique, traduit de l’allemand par Jean Lacoste, Paris, M. Nadeau, 1978 [1928], p. 170.

42 On pense ici au fragment 116 de Fr. Schlegel dans l’Athenäum. C’est dans cette esthétique que Ph. Lacoue-Labarthe et J.‑L. Nancy identifient « l’absolu littéraire », Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, L’Absolu littéraire : théorie de la littérature du romantisme allemand, Paris, Seuil, 1978, p. 21.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende Raoul Hausmann et Johannes Baader, « dadadegie », Der Dada 1 (couverture), juin 1919
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-1.png
Fichier image/png, 361k
Titre Fig. 2.
Légende « Tomatoes », autotraduction en anglais de Hylé I, C.I.1.2/01‑b
Crédits Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 3.
Légende « Woodcutting », autotraduction en anglais de Hylé I, C.I.2.2/03‑b
Crédits Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 4.
Légende « El Verjero », dossier de genèse de l’autotraduction en français de Hylé II, C.I.2.5/45
Crédits Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-4.png
Fichier image/png, 122k
Titre Fig. 5.
Légende Autotraduction française de Hylé II à partir d’un état intermédiaire du texte allemand, C.I.2.5/sd-07
Crédits Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-5.png
Fichier image/png, 572k
Titre Fig. 6.
Légende Hylé II, avant-texte de l’unité p. 263-264, C.I.2.3/II-ex/fm s.p.
Crédits Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 7.
Légende « L’image », autotraduction française de Hylé II, C.I.2.5/01‑FR
Crédits Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-7.png
Fichier image/png, 193k
Titre Fig. 8.
Légende Extrait de Hylé II, C.I.2.5/01‑AL
Crédits Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-8.png
Fichier image/png, 139k
Titre Fig. 9.
Légende « Molgrano », autotraduction française de Hylé II, C.I.2.5/02‑FR-a
Crédits Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-9.png
Fichier image/png, 227k
Titre Fig. 10.
Légende « L’ordre », Hylé II, version française de l’unité textuelle p. 268-271, C.I.2.5/sd-01
Crédits Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-10.png
Fichier image/png, 894k
Titre Fig. 11.
Légende Hylé II, avant-texte allemand de l’unité textuelle p. 268-271, C.I.1.3/17/recto
Crédits Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-11.png
Fichier image/png, 202k
Titre Fig. 12.
Légende Hylé II, avant-texte français de l’unité textuelle p. 268-271, C.I.1.3/17/verso
Crédits Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-12.png
Fichier image/png, 557k
Titre Fig. 13.
Légende Avant-texte français de l’unité textuelle p. 268-271, C.I.2.5/sd-03
Crédits Archives du Musée d’art contemporain de Rochechouart
URL http://journals.openedition.org/coma/docannexe/image/9365/img-13.png
Fichier image/png, 608k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Thiérard, « Dans les archives françaises de Raoul Hausmann : l’autotraduction inachevée de Hylé II et la recherche d’une forme textuelle en mouvement »Continents manuscrits [En ligne], 19 | 2022, mis en ligne le 01 octobre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/coma/9365 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coma.9365

Haut de page

Droits d’auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search