Navigation – Plan du site

Représentations auctoriales dans Excel Saga : figures, enjeux et métafiction

Authorship's representations in Excel Saga : figures, issues and metafiction
Sofiane Taouchichet

Résumés

Au Japon, l’anime Excel Saga exhibe une autoreprésentation de l’auteur particulière et exubérante. En effet, dans le contexte d’une série animée, liée aux modalités de la culture populaire, l’autoreprésentation ne se limite pas à l’auteur du manga original, mais elle intègre les différentes autorités attachées au projet. Auteur, réalisateur, équipe de réalisation, destinataire apparaissent ainsi au fil des épisodes. Néanmoins, il ne s’agit guère d’une autobiographie plurielle, car l’autoreprésentation formalise avant tout le projet parodique — au sens large — de la série. Elle cherche également à tromper tant les attentes du destinataire que les conventions génériques. L’autoreprésentation constitue surtout l’assise d’un discours métafictionnel sur le manga qui explore les nombreuses facettes du genre et offre en retour un récit poétique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Toutes les images sont des captures d’écran de l’édition DVD française : RIKUDO Kōshi (auteur), WATANABE Shinichi (réalisateur), Excel Saga –L’intégrale, Dybex/9ème Dimension, 2007.

Le numéro de l’épisode et sa date de première diffusion japonaise sont précisés en légende.

Texte intégral

Introduction

1Au xixe siècle, le romantisme enclenche une réflexion sur la représentation de l’artiste qui, au fil du temps, transforme et adapte son image selon divers intérêts. La figure du génie libre, souverain de son art, s’impose peu à peu comme un paradigme. Or, que penser d’une telle posture à l’égard des artistes liés aux productions populaires sérielles où les visées d’un auteur négocient, implicitement et explicitement, avec de vastes ensembles d’œuvres culturelles, de médiateurs humains et non humains ou encore des déclinaisons transmédiatiques ? Paradoxalement, l’industrialisation et la mondialisation des productions culturelles n’ont guère annihilé la représentation de l’auteur qui rencontre dès lors de nombreuses résonances parmi les supports populaires et les aires géographiques. Par exemple, aux États-Unis, la saison 4 du sitcom Seinfeld (1989-1998) propulse le protagoniste, Jerry Seinfeld, à la réalisation… d’un sitcom. Toute la saison propose ainsi aux téléspectateurs une mise en abyme (comique/satirique) à plusieurs niveaux qui portent autant sur le processus de création, d’industrialisation et de distribution d’un sitcom que sur les personnages de la série. Au Japon, la série animée Excel Saga (1999-2000) utilise les représentations auctoriales pour croiser les niveaux extradiégétique, diégétique et métadiégétique afin de produire un récit poétique sur le manga.

  • 1 À l’exemple de Bioman (1984-1985), le sentai se caractérise par un groupe de héros costumés qui pro (...)
  • 2 L'auteur tient à remercier les évaluateurs de l'article pour les remarques sur les titres.

2Excel Saga est l’œuvre de Kōshi Rikudō, un mangaka appartenant au monde du dôjinshi, des fanzines de bandes dessinées réalisées par des amateurs, des semi-professionnels et parfois par des professionnels. Ces fanzines sont édités de manière artisanale et s’écoulent le plus souvent lors du Comic Market (Comiket), manifestation biannuelle réservée au genre. Lancé en 1975, le Comiket ambitionnait d’offrir un espace de liberté aux dessinateurs, au-delà des circuits industriels et commerciaux (BARRAL, 2000). La parodie, le pastiche et les détournements de mangas constituent alors une production importante du Comiket. Municipal Force Daitenzin (2001), un des premiers fanzines de Rikudō, parodie ainsi le genre sentai et pose au passage les bases d’Excel Saga1. Toutefois, dans son adaptation audiovisuelle, Excel Saga ne se limite ni à la parodie ni au pastiche. Le titre original est Heppoko jikken animêshon ekuseru sâga. En France, les diffuseurs ont traduit par Série Expérimentale Excel Saga tandis qu’en anglais le titre est Quack Experimental Animation Excel Saga. Le projet se situe sans doute entre le Quack (escroquerie) et le Experimentale (création originale)2. En effet, les détournements servent à tromper le destinataire, mais, au fur et à mesure des épisodes, ils constituent, non plus des artifices du récit, mais ils apparaissent comme les éléments d’un récit poétique. Pour incarner ce projet, les représentations auctoriales se révèlent être la pierre angulaire.

  • 3 Dans le cadre de l’analyse, nous précisons ici le sens des trois termes : l’intericonicité se défin (...)

3L’auctorialité désigne une instance extérieure à l’œuvre qui en assume la responsabilité. Partant de là, les représentations auctoriales d’Excel Saga ne se bornent donc pas à la seule figuration de l’auteur, Kōshi Rikudō, mais elles désignent également toutes les autorités liées au processus créatif – autorité entendue ici comme : « reconnaissance de la validité de la parole d’autrui, et une remise en contexte de celle-ci » (BARON, 2010, p. 89). À l’analyse, les différentes facettes auctoriales apparaissent certes hétérogènes, à plusieurs niveaux, mais elles convergent et définissent le cœur du projet. Dans le cadre de cet article, notre propos démontrera que les représentations auctoriales d’Excel Saga poussent le spectateur à s’interroger tant sur le statut de l’œuvre que sur le signifiant « série animée ». Pour ce faire, il s’agira, dans une première étape, d’identifier l’imagerie auctoriale. Quelles sont les instances d’autorité ? Dans un deuxième temps, comment les interventions définissent le projet créatif ? Dans un dernier développement, comment les conceptualisations auctoriales articulent-elles un discours critique ? À partir des travaux en littérature sur la métafiction, nous montrerons que la mise en scène du soi vise constamment à produire un récit analytique et poétique sur la série animée, les conventions intericoniques et archi-iconiques ou encore la culture populaire3.

Imagerie auctoriale

4Comptabilisant vingt-six épisodes, Excel Saga décrit les aventures et mésaventures d’une organisation secrète Across, qui cherche à dominer le monde, à commencer par la ville fictive de F. Dirigé par Il Palazzo, Across compte également deux membres. Fraîchement diplômée, l’exubérante Excel se caractérise par une motivation débordante et un engagement sans faille qui, malheureusement, ne masquent guère ses maladresses et son incompétence. Excel est accompagnée par l’effacée Hyatt, une princesse martienne qui, avec une santé vacillante, apporte une aide relative à la réalisation des desseins d’Il Palazzo. De manière générale, chaque épisode s’articule autour d’une mission mégalomaniaque qui se termine, irrémédiablement, par un échec. L’originalité de la série réside dans le ton absurde, les aventures ubuesques, le déroulement aberrant, l’utilisation constante de la parodie et du pastiche, les personnages stéréotypés à l’excès, les digressions constantes ou encore les interventions auctoriales.

De l’auteur au réalisateur

5Inspirée du manga Excel Saga (1996-2011), l’évolution générale de la série diffère de l’œuvre initiale. Mieux, Kōshi Rikudō offre une « liberté totale » à l’équipe de réalisation. En effet, le premier épisode (Complot meurtrier, 10 octobre 1999) s’ouvre sur un fond noir où un parchemin libelle la position de l’auteur :

Moi, Kōshi Rikudō m’engage par la présente à accorder une liberté totale à l’équipe responsable de l’adaptation animée de la série Excel Saga que j’ai créée, et à n’introduire ni plainte ni réclamation auprès de quiconque, quel que soit le produit final.

6L’utilisation du sceau (Hanko) souligne le caractère officiel de l’annonce. Toutefois, le parchemin montre un premier partage dans l’autorité. Kōshi Rikudō est certes l’auteur, symbolisé ici par le parchemin et l’écriture scripturale, mais la transformation du manga en série d’animation implique une nouvelle instance d’autorité : l’équipe de réalisation. Roland Barthes (BARTHES, 1984), Michel Foucault (FOUCAULT, 1994) et la critique poststructuraliste mettent en évidence l’illusion qui entoure la notion d’auteur démiurge. En ce sens, l’ouverture d’Excel Saga matérialise bien une responsabilité partagée.

Image 1

Image 1

RIKUDO Kōshi, WATANABE Shinichi, Excel Saga, épisode 1, « Complot meurtrier », DVD-1, [00:10], 2007 (1ere diff. : 10 octobre 1999)

© Dybex/9e dimension

  • 4 Wataru Takagi est le doubleur de Kōshi Rikudō.
  • 5 L’histoire vraie du chien Hachikō raconte la loyale attente d’un chien pour son maître, à la gare d (...)

7Le passage des responsabilités n’annihile nullement la représentation de l’auteur qui, au cours de la série, occupe une fonction particulière ; Kōshi Rikudō personnifie le prologue. Chaque séquence fonctionne sur un modèle type où, mise en fiction, l’auteur annonce la convention générique de l’épisode. Par exemple, l’épisode 2 (La fille qui vient de Mars, 14 octobre 1999) reprend l’ouverture des films Star Wars (1977), fond intersidéral et texte jaune déroulant. La voix off de Kōshi Rikudō annonce la transformation d’Excel Saga en série de science-fiction4. Encore, le prologue de l’épisode 10 (La grande aventure de Menchi, 9 décembre 1999), exhibe les éléments stéréotypiques de l’histoire de Hachikō, une gare et un chien5. Vêtu d’un costume animalier, l’auteur annonce la conversion d’Excel Saga en série animalière. Pour chaque prologue, Kōshi Rikudō apparaît donc dans sa fonction d’auteur et valide les mutations par l’utilisation du sceau.

  • 6 Shinichi Watanabe prête directement sa voix à son personnage.
  • 7 L’histoire secondaire se concentre sur la destinée d’un immigré sud-américain Pedro qui, transformé (...)

8Les interventions de Kōshi Rikudō, transformé en personnage-auteur, montrent une entité graphique de légitimité intellectuelle et créatrice. L’adaptation animée implique nécessairement d’autres figures d’autorité, notamment un réalisateur. Par le biais du personnage Nabeshin, le réalisateur Shinichi Watanabe se met également en images6. Reconnaissable à sa coupe afro, à une veste rouge, chemise bleue, cravate jaune, Nabeshin se caractérise par son omnipotence. Il navigue entre l’histoire principale et l’histoire secondaire7 ; il développe également un récit autonome. En qualité de réalisateur, Nabeshin entretient des relations avec l’ensemble des personnages. Dans l’épisode 6 (Le froid est hivernal, 11 novembre 1999), l’arrivée de Misaki Matsuya personnage secondaire récurrent, passe par de nombreux gros plans sur les courbes féminines du personnage. Or, Misaki Matsuya invective directement la réalisation graveleuse de Nabeshin qui, plan suivant, s’excuse platement. Shinichi Watanabe/Nabeshin traverse ainsi les cadres diégétiques. Par exemple, le prologue de l’épisode 17 (Animation USA, 3 février 2000) présente Kōshi Rikudō affairé à dessiner Nabeshin, dans une vision archétypale du dessinateur à sa table de travail. Puis, un fondu enchaîné installe Kōshi Rikudō dans un studio de réalisation où Shinichi Watanabe dirige la séance de travail. Du celluloïd « Nabeshin » à la représentation du réalisateur « Shinichi Watanabe », la séquence symbolise bien l’autorité transcendante du personnage qui, contrairement à Kōshi Rikudō, intègre pleinement le récit.

Image 2

Image 2

RIKUDO Kōshi, WATANABE Shinichi, Excel Saga, épisode 17, « Animation USA », DVD-4, [00:03], 2007 (1ere diff. : 3 février 2000)

© Dybex/9e dimension

En passant par le marché

  • 8 Il apparaît sous le nom de Junichi Azuma.

9La figure du réalisateur désigne implicitement une structure professionnelle et économique en charge de l’adaptation. En l’occurrence, il s’agit de J.C Staff. Cette monstration de l’envers professionnel se poursuit avec la représentation d’une partie de l’équipe : le directeur artistique Junichi Higashi8, les deux scénaristes Yôsuke Kuroda et Hideyuki Kurata. Les prologues des épisodes 14 à 20, excepté le 19, s’intéressent aux séances de travail entre J.C Staff et l’auteur. Par exemple, l’épisode 14 (Sang neuf, 13 janvier 2000) présente les remontrances sévères de Junichi Higashi à l’équipe de réalisation, devant les incohérences scénaristiques. Pour relancer la série, le directeur artistique implore Kōshi Rikudō d’introduire un nouveau personnage. L’équipe responsable de l’adaptation apparaît de fait comme une instance créatrice dans l’évolution de la série quitte à s’éloigner de l’œuvre originale.

10La représentation de la structure professionnelle rappelle les considérations économiques. En effet, l’épisode 14 introduit bien un nouveau personnage qui disparaît cependant à la fin dudit épisode. Or, le prologue de l’épisode 15 (Encore plus de sang neuf, 20 janvier 2000), Junichi Higashi impose la réintroduction du personnage (donc disparu) afin de porter une campagne de produits dérivés. On voit ici la logique transmédiatique opérée dans le processus créatif. La déclinaison transmédiatique implique de penser l’œuvre, non plus dans une unité narrative, mais comme une marque liée à un développement et à une exploitation industrielle. L’approche transmédiatique accompagne le manga dès les années 1970, avec au centre la société japonaise de jouets Bandai (BROUGERE, 2008) ; aux États-Unis, le film MegaForce (1982) ou les dessins animés G.I Joe (1983-1986) et M.A.S.K (1985-1986) poussent la logique, car la commercialisation des produits dérivés précéda la réalisation des œuvres auxquelles furent rattachés les jouets. Quoi qu’il en soit, dans Excel Saga, la logique transmédiatique apparaît bien comme une autorité auctoriale en influant directement sur le processus artistique.

  • 9 Citons également HAYWARD (2009) et JENKINS (2006).
  • 10 « Mais surtout, le courrier permet d’évaluer le potentiel d’un personnage et de tester, les réactio (...)

11Aux origines de la culture médiatique et populaire, on trouve les fameux Mystères de Paris d’Eugène Sue (1842-1843). Les nombreux travaux consacrés à l’œuvre soulignent le rôle central du destinataire dans l’évolution du récit, par le biais notamment du courrier des lecteurs (GALVAN, 1998)9. Toujours en culture populaire, avec le sitcom, Dominique Pasquier analyse la place prépondérante du courrier des lecteurs dans l’évolution des personnages d’Hélène et les garçons (1992-1994) (PASQUIER, 1994, p. 143)10. L’épisode 8 (Plus d’audimat !, 25 novembre 1999) fictionnalise ce coauteur. Le prologue s’ouvre sur un fond noir où, au centre, une lumière présente une enveloppe rose et une lettre manuscrite qui détaille les doléances d’une jeune téléspectatrice ; la voix off et l’écriture maladroite trahissent l’âge. Le contenu presse Excel d’amoindrir la violence masculine. En réponse, l’héroïne annonce l’évacuation totale des personnages masculins au profit d’éléments féminins. La séquence matérialise explicitement l’implication du destinataire dans le processus créatif.

  • 11 Les conventions génériques, qu’elles soient graphiques, esthétiques, narratives, thématiques, styli (...)

12Les entités auctoriales sont riches, variées et complexes. L’originalité d’Excel Saga réside dans la rencontre frontale entre les diverses autorités. Cette posture affiche alors un ethos – la construction d’une image de soi – déstabilisant (DHONDT, VANACKER, 2013, p. 5). Excel Saga projette une image personnelle où les figures auctoriales dialoguent avec les personnages et/ou naviguent entre les niveaux diégétiques ce qui a pour effet de déstabiliser sans cesse les conventions génériques et les attentes11. Cette approche invite le lecteur à s’interroger sur le projet de l’œuvre qui revendique une liberté.

Représentations auctoriales et autonomie de l’œuvre

13Le genre absurde, les détournements constants, les pastiches de tous les instants et les parodies incessantes exhibent une volonté d’échapper à toute catégorisation générique, schème narratif ou à toute instance auctoriale. Catégoriser Excel semble malaisé tant la série joue et trompe les attentes. Pis, la rencontre dialogique entre les figures auctoriales et les personnages exhibe le caractère indiscipliné des personnages ainsi que de la diégèse. La série impose bien des indicateurs de genre (aventure, horreur, romance, science-fiction, etc.) qui déterminent des attentes génériques et établissent dès lors un contrat communicationnel. Le jeu de conventions invite le destinataire à intervenir et à anticiper telle ou telle scène. Or, Excel court-circuite perpétuellement les attentes et met le destinataire à l’épreuve de suivre la série, au-delà de tous systèmes de conventions. Ce faisant, la série revendique explicitement une liberté.

Contester l’autorité

14La souveraineté de l’œuvre s’incarne en premier lieu avec le meurtre de l’auteur. Au cours de l’épisode 1, sur ordre d’Il Palozzo, la première mission d’Excel consiste à assassiner les mangakas de la ville de F. Armée d’un sabre proéminent, dans la nuit, Excel se rend chez Kōshi Rikudō ; un plan s’arrête sur la porte de l’appartement où le nom de l’auteur apparaît distinctement. Les plans suivants représentent Kōshi Rikudō s’activant à la réalisation d’un manga. Après quelques interrogations sur la portée éthique du geste, et malgré les récriminations de l’auteur, Excel exécute la mission, présentée sous une forme elliptique. Face à Excel, Kōshi Rikudō, dans sa fonction professionnelle, ne reconnaît guère sa créature. Toutefois, suite à l’assassinat, Excel se penche sur la table de travail et découvre, horrifiée, sa propre image ; il s’agit de la première planche du manga papier. Cette séquence ressaisit un aspect du mythe de la créature de Victor Frankenstein ou du Golem. La séquence prend sens dans le regard du destinataire qui observe là la créature se libérer de l’auteur : « Dans ces textes, comme les œuvres contemporaines, la monstruosité du Golem ou du robot renvoie donc moins à son apparence qu’à son autonomie » (MUNIER, 2014, p. 145).

Image 3

Image 3

RIKUDO Kōshi, WATANABE Shinichi, Excel Saga, épisode 1, « Complot meurtrier », DVD-1, [08:58], 2007, (1ere diff. : 10 octobre 1999)

© Dybex/9e dimension

15La représentation d’une planche du manga n’est pas innocente car, ici et là, les épisodes affirment et revendiquent un affranchissement au manga initial. Le générique d’ouverture symbolise cette libération.

Image 4

Image 4

RIKUDO Kōshi, WATANABE Shinichi, Excel Saga, épisode 5, « La grande tour intéressante », DVD-1,  : [01:22], 2007 (1ere diff. : 4 novembre 1999)

© Dybex/9e dimension

16En effet, un plan présente trois personnages secondaires récurrents qui s’échappent littéralement d’une page du manga, à l’arrière-plan. De même, le prologue de l’épisode 5 pointe ironiquement l’écart entre la série animée et le manga. Certes, les caractéristiques générales de la série puisent dans le manga de Kōshi Rikudō, mais l’animé semble peu disposé à suivre l’auteur et préfère évoluer selon ses propres aspirations — quitte à transformer l’auteur en auteur-personnage.

  • 12 À la suite de l’assassinat de l’auteur, au cours de l’épisode 1, la Volonté suprême de l’univers re (...)
  • 13 Épisode 13 : Nouvel An - Concours de talents, 6 janvier 2000 ; Épisode 20 Pedro sélection, 24 févri (...)

17Libéré de la tutelle de l’auteur et du manga12, il reste toutefois l’omnipotent Shinichi Watanabe/Nabeshin. Le personnage dirige non seulement la série, mais les interventions continuelles dans les différentes ramifications scénaristiques permettent à Nabeshin d’occuper un espace égal avec les protagonistes. Or, les remarques et les critiques sur le script et/ou sur la réalisation indiquent là encore une volonté d’autonomie. À deux reprises13, Excel Saga présente un épisode récapitulatif (ou clip show) où s’étalent pleinement les diatribes à destination du réalisateur. Pratique courante en culture populaire, l’épisode récapitulatif se compose principalement d’extraits d’épisodes précédents, rythmés par quelques scènes inédites introductives. L’intérêt d’une telle pratique consiste à fidéliser les téléspectateurs épisodiques ou retardataires ; d’un point de vue économique, il permet une rationalisation poussée de la production, car des images recyclées constituent le fond de l’épisode. Toutefois, pour le public sériel assidu, le clip show s’avère frustrant. Non seulement le contenu est connu par avance, impliquant une coopération interprétative faible, mais, en refusant du « nouveau », il y a là un renoncement au pacte de confiance entre la série et le public. Dans l’épisode 13, le récapitulatif se présente sous la forme d’une émission en prime time où les deux héroïnes annoncent, embarrassées, l’interruption du programme due à la paresse de l’équipe de réalisation. Il n’y a certes pas la dimension symbolique du meurtre, mais les remarques directes adressées à Nabeshin affichent des désaccords.

Jouer avec les structures narratives

18L’œuvre ne se contente pas d’affirmer sa propre autorité, sa propre liberté, à l’égard des instances auctoriales. Elle tente également d’échapper aux conventions génériques. Comme nous l’avons précisé auparavant, les prologues, annoncés par l’auteur, donnent généralement la trame générique de l’épisode (science-fiction, film de série B, film policier, horreur, romance, etc.). À chaque fois, le prologue extradiégétique annonce un genre et crée un espace d’attente. Le destinataire modèle se tient à prêt à mobiliser telle ou telle stéréotypie (BLETON, 1997). Or, la série s’amuse des attentes et tourne en dérisions les autorisations de l’auteur. Par exemple, le prologue de l’épisode 13 adopte les caractéristiques du film d’horreur, mais l’épisode se déroule par la suite selon les conventions d’une émission prime time. Autre exemple, l’épisode 9 (Bowling girls !, 2 décembre 1999) annonce un shōnen sportif. Or, l’épisode intègre des éléments du genre sentai, caractérisé par les costumes et un mécha-humanoïde. Pis, les signes du shōnen sportif sont tournés en ridicule. La séquence archétypale de l’entraînement est ainsi réduite à un plan fixe d’Excel (élève) et de Nabeshin (maître), pantalon baissé, regardant le soleil couchant ; un monologue convenu du maître conclut l’entraînement. Si certaines œuvres parodiées sont identifiables, les détournements portent davantage sur les conventions génériques et, ce faisant, Excel joue avec ses propres structures.

  • 14 Les études théâtrales ont abondamment traité le quatrième mur. Bertolt Brecht presse par exemple l’ (...)

19Le meurtre de l’auteur, les critiques adressées à l’équipe de réalisation ou les attentes trompées s’expliqueraient sans doute par un souci d’originalité et de renouvellement à l’égard du public. Toutefois, la destruction récurrente du quatrième mur confirme cette liberté qui conteste le cadre même de la fiction. Lors de l’épisode 2 (La fille qui vient de Mars, 14 octobre 1999), Excel présente les spécificités de la série (titre, décors, personnages) avec, par moments, des planches du story-board et des feuilles du manga. Pour le spectateur, la séquence oblige à sortir Excel, le personnage, du cadre de la fiction pour en faire un personnage extérieur et complice. Encore, dans l’épisode 16 (Amours synthétiques, 27 janvier 2000), les deux héroïnes ont pour mission la livraison d’un colis. Or, le lieu de livraison est tout bonnement leur domicile. Face à cette économie de moyens, Excel et Hyatt se moquent des scénaristes ; plan suivant, le directeur artistique, Junichi Higashi, est représenté en boxeur défait, dans le coin d’un ring. L’une comme l’autre, les séquences brisent le quatrième mur. Dans la majorité des cas, briser le quatrième mur permet d’intensifier la coopération interprétative, car il offre l’illusion de s’approcher du personnage14. Ici, il s’agit bien plus de se dépendre de la fiction pour établir une connivence avec le monde réel. Enfin, ici et là, les inserts d’images réelles appuient notre propos. Dès le générique d’ouverture, une séquence présente les deux héroïnes, accompagnées de la chienne Menchi, courant à toute allure sur un insert d’une route réelle ; ce plan fait directement suite à l’échappée des personnages secondaires du manga, que nous avons indiqué auparavant. Ce croisement entre deux mondes, le réel et le fictif, montre une volonté de brouiller les conventions.

Image 5

Image 5

RIKUDO Kōshi, WATANABE Shinichi, Excel Saga, épisode 16, « Amours synthétiques », DVD-4, [01:27], 2007 (1ere diff. : 27 janvier 2000)

© Dybex/9e dimension

  • 15 Young King Ours est le magazine de prépublication de mangas où Excel Saga fut édité originellement.
  • 16 Le procédé est régulièrement utilisé dans les récits parodiques, cf. : « La prise de distance à l’é (...)

20Les inserts d’images réelles déstabilisent le cadre fictionnel de la série. Dans l’épisode 11 (Debout les jeunes !, 16 décembre 1999), Excel présente le magazine Young King Ours, avec Excel Saga en couverture15. Bien que les couleurs aient été adaptées pour l’occasion, le destinataire reconnaît là le support papier, dans sa dimension matérielle. Toutefois, il est montré par un personnage de fiction qui, présent en une, se trouve dupliqué entre l’objet réel et le cadre fictionnel de la série. Excel met ici en scène ses propres modes d’énonciation, en jouant sur les différents registres. Il ne s’agit ni d’une mise en abyme ni d’un placement de produit ; l’un et l’autre n’expliquent pas la présence du véritable magazine. Or, si on part de l’hypothèse que la série brouille son statut fictionnel, pour maintenir sa pleine autonomie, on peut apporter une explication au flottement entre réalité/fiction. L’enchevêtrement du réel et de la fiction engage un nouveau rapport à la vraisemblance et à la suspension consentie de la crédulité. Fiction et réel se confondent et déplacent la problématique, non sur l’histoire racontée, mais sur « le matériau lui-même »16. Pour le dire autrement, l’enchevêtrement déplace l’intérêt sur le signifiant au détriment du signifié.

Métafiction

21Les représentations auctoriales attirent constamment l’attention du destinataire sur les cadres génériques, sur les conventions narratives ou encore sur les structures professionnelles et économiques. À l’égard de l’immersion fictionnelle, Excel Saga installe davantage le public dans une position critique où il est appelé à juger tel ou tel ressort, à accompagner les digressions ou à commenter la réalisation. À bien y regarder, les procédés employés rattachent Excel Saga à la métafiction : « fiction about fiction — that is, fiction that includes within itself a commentary on its own narrative and/or linguistic identity » (HUTCHEON, 1980, p.1). Jacques Sohier développe la théorie :

La métafiction est une fiction qui prend explicitement pour objet la fiction. Le modernisme n’est pas exempt de cette autoréflexivité de la fiction, mais comme le formule Robert Alter la métafiction ‘’systématise’’ l’autoréférence textuelle. La métafiction demande une prise de conscience critique du texte par le lecteur et pour ce faire ‘’systematically flaunts its own condition of artifice’’. Le texte métafictionnel fait travailler la fiction en général, que ce soit la fiction canonique ou les formes populaires qui sont tissées dans une même trame narrative. (SOHIER, 2002, p. 39)

Enjeux de la métafiction

22Les représentations auctoriales revêtent une fonction pivot. En effet, elles portent ce discours second par rapport à un discours premier. La parodie, le pastiche et les détournements au sein des épisodes soulignent les visées métafictionnelles. Les procédés employés ne débouchent nullement sur une subversion des conventions, au sens littéral du terme. La série n’est guère cynique. Au contraire, l’esthétique combinatoire d’Excel Saga apparaît jubilatoire. Les croisements absurdes des genres poussent le destinataire à s’interroger, non sur l’œuvre, car le récit décousu de la série offre un gain réduit, mais bien sur les moyens employés. Les travaux en métafiction soulignent la lucidité et la finesse de l’émetteur parvenant à conjuguer récit, commentaires sur son propre récit ainsi que sur les conventions auxquelles se rattache ledit récit. Chez Excel Saga, la métafiction ne prétend guère copier un Flaubert ou un Joyce, mais la mise à nu de la narration et des conventions ainsi que de l’autorité pousse à la réflexivité sur le monde des séries animées populaires.

23L’attitude réflexive porte en premier lieu sur le créateur. Le prologue de l’épisode 18 (Daitenjin, les guerriers de la mairie, 10 février 2000) s’ouvre sur une photographie du Comic Market, avec en incrustation l’équipe de réalisation. Puis, retour à l’animation, l’équipe se rend au stand de Kōshi Rikudō pour lui soutirer de nouvelles idées ; l’équipe exige la permission d’utiliser un manga antérieur de l’auteur, Municipal Force Daitenzin. Malgré le refus de Kōshi Rikudō, l’équipe le contraint à signer ; pis, dans l’épisode 20, l’équipe de réalisation fabrique un faux sceau pour outrepasser l’accord de l’auteur. Les deux séquences soulèvent la question de l’autorité, dans le milieu de l’animation. Les séquences ne présentent nullement un partage, mais, là, une appropriation. Le studio d’animation, J.C Staff, se donne non seulement comme une instance créatrice, mais également de contrôle, car elle impose à l’auteur des contraintes esthétiques et éthiques sur son œuvre. La série ne prend guère parti, mais les séquences métafictionnelles présentent l’autorité comme une entité discursive, en mouvement avec l’œuvre.

24Excel Saga interroge tout autant l’identité générique. En effet, le prologue de l’épisode 3 (L’agneau sacrificiel de la grande évasion venimeuse de l’enfer, 21 octobre 1999) met en scène Kōshi Rikudō déambulant dans un vidéoclub. Piochant au hasard une cassette dans un rayon de films « Action », l’auteur annonce la transformation d’Excel Saga en film de série B. Pour opérer le changement de médium, de la série animée japonaise au cinéma, la série débute par l’apparition de bandes noires en haut et en bas de l’image, pour un effet « cinémascope ». L’histoire secondaire, centrée sur une romance entre Hyatt et un personnage secondaire récurrent, maintient, elle, l’esthétique générale de la série. Cette attention à l’aspect formel, conjugué à d’autres éléments, amène le destinataire à s’interroger sur la spécificité générique. L’annonce de Kōshi Rikudō et la reprise d’éléments stéréotypiques (jungle, arme à feu, hélicoptère, sauvetage fatal, etc.) identifient bien le genre, mais la saturation et la parodie des signes révèlent le jeu des conventions génériques.

Poétique de la métafiction

25Les procédés métafictionnels demandent au destinataire d’être en mesure de reconnaître telle ou telle référence, telle ou telle convention, au-delà de l’histoire ; bien qu’il existe toujours une lecture au premier degré. Par exemple, le prologue de l’épisode 23 (La légende du conquérant, 16 mars 2000) annonce la transformation d’Excel Saga en série post-apocalyptique. Dans une étendue désertique, parsemée de ruines, Nabeshin, poursuivi par un groupe d’hommes belliqueux, apporte un parchemin à Kōshi Rikudō qui se présente sous les signes de Kenshiro (Ken le survivant, 1984-1987). L’arrière-plan post-apocalyptique, l’habillement et le cri iconique sont ici repris et identifient autant la référence intericonique que le cadre archi-iconique. Le destinataire averti perçoit sans doute les traits caractéristiques de la série Ken le survivant tandis que le destinataire naïf (ou simplement ignorant de la référence) distingue les spécificités du genre post-apocalyptique qui sont véhiculées par un ensemble de productions plus ou moins large et indéfini.

L’efficacité de la sérialité repose sur la convergence d’effets de transtextualité, invitant à lire l’œuvre dans la perspective d’un ensemble cohérent, souvent distribué entre un architexte aux contours vagues et une série d’intertextes ayant une valeur de relais prototypiques. (LETOURNEUX, 2017, p. 44)

26Les procédés favorisent en-cela une relation d’intimité avec le destinataire qui, constamment aux aguets, oscille entre la suspension volontaire de l’incrédulité et la distanciation et la lucidité qu’implique l’identification des références employées et détournées. Au fil des épisodes, pour le destinataire qui accepte le jeu des références, la série montre dès lors toute une encyclopédie de signes qui constitue la richesse du manga et des séries animées.

27Jacques Sohier montre que l’utilisation de la métafiction porte sur l’identité même des personnages : « Le cadre qui permet de fixer le genre d'appartenance d’un écrit se dérobe un moment et place le lecteur dans un entre-deux problématique. Cette incertitude de nature logique autant qu’ontologique induit des questionnements inquiets sur ce qui fonde la limite d’un genre, d’une identité, d’un savoir, du processus de compréhension lui-même » (SOHIER, 2002, p. 40). Au cours de l’épisode 17, Excel pastiche l’héroïne de la série Sailor Moon (1992-1997) et adopte pour ce faire les signes d’Usagi Tsukino (Bunny Rivière, VF). Face aux moqueries des opposants, Excel réplique par les gains financiers obtenus par la doubleuse Kotono Mitsuishi qui est également sa doubleuse. Pour le destinataire, la séquence opère une disjonction entre le personnage animé et le seiyū, le doubleur. La scène met en lumière là le rôle du doubleur dans la construction, l’appréhension et le succès d’un personnage.

  • 17 Populaires au Japon, les jeux de séduction simulent les relations humaines, notamment amoureuses.

28En exhibant les traces, les traits, les caractéristiques, les cadres, la série pousse le destinataire à découvrir les soubassements. La série opère un véritable travail d’introspection sur son bassin culturel. La métafiction n’a nullement une ambition satirique, à l’exemple de Tristam Shandy (1759 et 1767) ou de Jacques le Fataliste (1765-1784). La métafiction propose bien plus une approche ludique et poétique. Les nombreuses références, explicites et/ou implicites, demandent à être identifiées et comparées afin de créer du récit sur du récit. La dimension ludique s’expose de manière frontale au cours de l’épisode 4 (Eau de rose, 28 octobre 1999). L’épisode adopte l’esthétique d’un jeu de simulation de séduction ou dating sim17. Il ne s’agit plus de bandes noires, mais d’une image pixellisée, avec un texte déroulant. L’histoire, elle, progresse selon la réponse à choix multiples.

Image 6

Image 6

RIKUDO Kōshi, WATANABE Shinichi, Excel Saga, épisode 4, « Eau de rose », DVD-1, [03:24], 2007 (1ere diff. : 28 octobre 1999)

© Dybex/9e dimension

  • 18 Jean-Marie Bouissou distingue trois générations : 1) Génération Tezuka-Shirato (années 1930) ; 2) Ô (...)

29Née 1970, Kōshi Rikudō appartient à la troisième génération de mangakas qui commence sa carrière professionnelle dans les années 199018. En introduction, nous avons précisé la formation de l’auteur qui appartient au monde du dôjinshi où la pratique du fragment (parodique) reste une caractéristique. À cela, le contexte de crise des années 1990 participe sans doute à l’élaboration du projet poétique d’Excel. Après l’âge d’or des années 1980, l’industrie du manga, à l’instar d’autres secteurs, connaît un recul du chiffre d’affaire et une saturation du marché qui affectent de nombreux projets. Jean-Marie Bouissou souligne le formatage et la rationalisation des productions, par les éditeurs, afin de répondre à des créneaux ciblés. Parallèlement, afin de séduire de nouveaux publics, des studios expérimentent de nouvelles formules. Avec Evangelion (1995-1996) Anno Hideaki renouvelle le genre mecha (BOUNTHAVY, 2017). Les studios misent également sur les medias-mix, à l’exemple de Card Captor Sakura (1996-2000), Pokémon (1997-) ou encore Yu-Gi-Oh ! (1998). Il ne s’agit plus de se limiter à la commercialisation de figurines, mais, désormais, les œuvres se déclinent à base de jeux vidéo, de cartes ou, à présent, d’applications pour smartphone. Excel Saga témoigne de cette époque d’évolutions. À l’égard d’un marché en crise, la série offre des fragments poétiques de son âge d’or qui traduisent les mutations historiques, esthétiques ou encore formelles des séries animées.

Conclusion

30Pour conclure, les représentations auctoriales visent un projet critique. La mise en relief du signifiant, le croisement des catégories conventionnelles des séries animées, du manga et de la culture populaire montrent l’étendue d’une esthétique du manga et/ou d’une poétique de la série animée. Le rôle de la métafiction révèle la richesse des sources à l’œuvre au sein d’Excel Saga. Nous aurons pu citer les nombreuses références et citations, allant de Black Jack (1973-1983) à Dragon Ball Z (1989-1996), en passant par Alien (1979), mais l’entreprise serait ennuyeuse et rendrait mal compte du rôle, ici, poétique de la métafiction. La tension qui jaillit entre la perception d’un signe, le commentaire et la confrontation dudit signe avec son environnement culturel souligne toute la culture à l’œuvre. L’utilisation du pastiche montre un regard bienveillant porté sur les sources intericoniques et le cadre archi-iconique. Excel Saga réinvestit ces sources pour mieux en examiner les caractéristiques et montrer parallèlement l’apport de cette culture qui devient alors l’objet de la réflexion. Nous nous risquons sans doute à une analogie hasardeuse, mais l’œuvre se rapproche du cubisme synthétique. Excel Saga détruit l’illusion référentielle et travaille par fragmentation. La série décompose entièrement les dynamiques internes et externes. Le rôle de la métafiction permet de relier, de manière poétique, les nombreux champs à l’œuvre.

Haut de page

Bibliographie

ARRIVE, Mathilde. « L’intelligence des images - l’intericonicité, enjeux et méthodes ». E-rea [en ligne], n° 13.1, 2015 [consulté le 22 octobre 2018]. Disponible sur le Web. URL <http://journals.openedition.org/erea/4620>

BARON, Christine. « Autorité, auctorialité, commencement ». In BOUJU, Emmanuel. L'autorité en littérature. Genèse d'un genre littéraire en Grèce. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 85-94. ISBN 9782753512429.

BARRAL, Étienne. « Le Comiket, royaume des fanzines ». Critique internationale, 2000, vol. 7, p. 1-8.

BARTHES, Roland. « La mort de l’auteur ». In Le bruissement de la langue. Essais critiques IV. Paris : Seuil, 1984, p. 63-69. ISBN 2020069318.

BLETON, Paul. Récit paralittéraire et culture médiatique. Québec : Université Laval, 1997. 193 p. ISBN 2920949144.

BOUISSOU, Jean-Marie. « Pourquoi le manga est-il devenu un produit culturel global ». Esprit, 2008, n° 7, p. 42-55.

BOUISSOU, Jean-Marie. Manga. Histoire et univers de la bande dessinée japonaise. Arles : Philippe Picquier, 2012. 459 p. ISBN 9782809703719.

BOUNTHAVY, Suvilay. « Neon Genesis Evangelion ou la déconstruction du robot anime ». ReS Futurae [en ligne], n° 9, 2017 [consulté le 27 septembre 2018]. Disponible sur le Web. URL <http://journals.openedition.org/resf/954> DOI 10.4000/resf.954

BRECHT, Bertolt. « L’achat du cuivre. 1939-1941 ». In Écrits sur le théâtre. Paris : Gallimard, 2000 (1951), p. 551-557. « Bibliothèque de la Pléiade ». ISBN 9782070116614

BROUGERE, Gilles. « La ronde de la culture enfantine de masse ». In BROUGERE, Gilles. La ronde des jeux et des jouets. Harry, Pikachu, Superman et les autres. Paris : Autrement, 2008, p. 5-21. « Mutations ». ISBN 9782746711150.

CLEMENTS, Jonathan et MCCARTHY, Helen. The Anime Encyclopedia. Revised & Expanded Edition: A Guide to Japanese Animation Since 1917. Berkeley : Stone Bridge Press, 2006. 867 p. ISBN 1933330104.

DALLENBACH, Lucien. Le Récit spéculaire. Essai sur la mise en abyme. Paris : Seuil, 1977. 247 p. ISBN 9782020045568.

DHONDT, Reindert et VANACKER, Beatrijs. « Ethos : pour une mise au point conceptuelle et méthodologique ». COnTEXTES [en ligne], n° 13, 2013 [consulté le 10 septembre 2018]. Disponible sur le Web. URL <http://journals.openedition.org/contextes/5685> DOI 10.4000/ contextes.5685

DOLORES, Vivero García María. « Les fausses vraisemblances. Parodie et mise en abyme du vraisemblable fictionnel dans Les Caves du Vatican ». Poétique. 2010/1, n° 161, p. 75-88.

DRAZEN, Patrick. Anime Explosion!: The What? Why? and Wow! of Japanese Animation. Berkeley : Stone Bridge Press, 2014. 554 p. ISBN 9781611725506.

EL REFAIE, Elisabeth. Autobiographical Comics. Life Writing in Pictures. Jackson : University Press of Mississippi, 2012. 192 p. ISBN 9781617036132.

FITCH, Brian. « Le Métatexte du commentaire critique : son fonctionnement, son statut, sa réception ». Texte. 1994, n° 15/16, p. 137-171.

FOUCAULT, Michel. « Qu’est-ce qu’un auteur ? ». In Dits et écrits I, 1954-1975. Paris : Gallimard, 1994, p. 817-849. ISBN 9782070761869.

GALVAN, Jean-Pierre. « Les Mystères de Paris ». Eugène Sue et ses lecteurs. Paris : L’Harmattan, 1998. 430 p. ISBN 9782738466945.

GENETTE, Gérard. Palimpsestes. La littérature au second degré. Paris : Seuil, 1982. 573 p. 9782020189057.

GROENSTEEN, Thierry. « Autoreprésentation ». Neuvième art 2.0 [en ligne], avril 2013, [consulté janvier 2019]. Disponible sur le Web. URL <http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article567>

HAYWARD, Jennifer. Active Audiences and Serials Fictions from Dickens to Soap Opera. Lexington : University Press of Kentucky, 2009. 228 p. ISBN 9780813192826.

HUTCHEON, Linda. « L’autoreprésentation : le texte et ses miroirs ». Texte, n° 1, 1982, p. 7-14.

HUTCHEON, Linda. Narcissistic Narrative. The Metafictional Paradox. Londres : Routledge, 1980. 168 p. ISBN 9780889201026.

JENKINS, Henry. Fans, Bloggers and Gamers, Exploring Participatory Culture. New York : New York University Press, 2006. 279 p. ISBN 9780814742853.

KOORTBOJIAN, Michael. Autoportraits. Paris : Réunion des musées Nationaux, 1992. 64 p. ISBN 9782711825332.

KOYAMA-RICHARD, Brigitte. L’animation japonaise. Du rouleau peint aux pokémons. Paris : Flammarion, 2010. 245 p. ISBN 9782081227873.

LEJEUNE, Philippe. Le Pacte autobiographique. Paris : Seuil, 1996. 381 p. ISBN 9782020296960.

LETOURNEUX, Matthieu. Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique. Paris : Seuil, 2017. 546 p. ISBN 9782021320886.

MUNIER, Brigitte. « Homme et machine : la phase du miroir ». Hermès, La Revue. 2014/1, n° 68, p. 143-148.

PASQUIER, Dominique. « Hélène et les garçons : une éducation sentimentale ». Esprit. Juin 1994, n° 202 (6), p. 125-144.

PAQUIN, Éric. « Autobiographie dessinée ». Spirale. 2004, n° 197, p. 4-5.

SOHIER, Jacques. « Les fonctions de la métatextualité ». In LEPALUDIER, Laurent. Métatextualité et métafiction. Théorie et analyses. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2002. 211 p. ISBN 2868477658.

WAUGH, Patricia. Metafiction, The Theory and Practice of Self-Conscious Fiction. Londres et New York : Routledge, 1984. 176 p. ISBN 9780415030069.

WELLS, Paul. Understanding Animation. Londres : Routledge, 2008. 265 p. ISBN 9780415115964.

Haut de page

Notes

1 À l’exemple de Bioman (1984-1985), le sentai se caractérise par un groupe de héros costumés qui protège la Terre contre le mal. Les armures colorées, les transformations, les combats et les robots géants complètent l’identification générique.

2 L'auteur tient à remercier les évaluateurs de l'article pour les remarques sur les titres.

3 Dans le cadre de l’analyse, nous précisons ici le sens des trois termes : l’intericonicité se définit comme les échanges et les parentés plus ou moins explicites entre les images (ARRIVE, 2015) ; Gérard Genette définit l’architextualité comme les relations complexes d’une œuvre au genre à laquelle elle émane et se rattache. Ici, dans le champ des images, tout en gardant la définition de Genette, nous avons adapté le terme en « archi-iconicité » (GENETTE, 1982). Enfin, nous employons le terme « culture populaire » dans le cadre de la culture médiatique et des modalités de lecture et d’écriture qui lui sont associées (LETOURNEUX, 2017).

4 Wataru Takagi est le doubleur de Kōshi Rikudō.

5 L’histoire vraie du chien Hachikō raconte la loyale attente d’un chien pour son maître, à la gare de Shibuya, malgré la mort de ce dernier.

6 Shinichi Watanabe prête directement sa voix à son personnage.

7 L’histoire secondaire se concentre sur la destinée d’un immigré sud-américain Pedro qui, transformé en fantôme, tente de revenir parmi les siens. Dans son périple, il rencontre la Volonté suprême de l’univers, l’Homme ou encore son fils Sandora.

8 Il apparaît sous le nom de Junichi Azuma.

9 Citons également HAYWARD (2009) et JENKINS (2006).

10 « Mais surtout, le courrier permet d’évaluer le potentiel d’un personnage et de tester, les réactions aux intrigues. Ces informations sont ensuite transmises à l’équipe qui s’occupe de l’écriture de la série. […] Mais ce guide d’écriture pour les scénarios à venir est très important dans la mesure où il permet de savoir où il ne faut pas aller. Par exemple, une intrigue où Hélène se laissait séduire par Thomas Fava (un de ces anciens flirts) déclencha une véritable panique dans le public. Des sacs entiers d’insultes arrivèrent au nom du séducteur, et Nicolas, l’amoureux trompé, fut assailli de lettres compatissantes et de conseil sur les manières de reconquérir sa belle. […] Depuis, les producteurs d’AB ont appris qu’il faut maintenir l’intégrité de l’héroïne principale ».

11 Les conventions génériques, qu’elles soient graphiques, esthétiques, narratives, thématiques, stylistiques, servent à identifier et à caractériser un genre.

12 À la suite de l’assassinat de l’auteur, au cours de l’épisode 1, la Volonté suprême de l’univers ressuscite toutefois Kōshi Rikudō. Dans l’évolution de la série, l’auteur reste toutefois confiné aux prologues.

13 Épisode 13 : Nouvel An - Concours de talents, 6 janvier 2000 ; Épisode 20 Pedro sélection, 24 février 2000.

14 Les études théâtrales ont abondamment traité le quatrième mur. Bertolt Brecht presse par exemple l’acteur de théâtre d’abattre ce quatrième mur afin, entre autres, d’entraîner le spectateur dans une attitude critique (BRECHT, 1951).

15 Young King Ours est le magazine de prépublication de mangas où Excel Saga fut édité originellement.

16 Le procédé est régulièrement utilisé dans les récits parodiques, cf. : « La prise de distance à l’égard des conventions procure alors un plaisir différent de celui qu’assurent les effets de vrai et l’identification avec les protagonistes : c’est le plaisir de voir fonctionner le matériau littéraire lui-même, sans que soit exclue une première réception plus naïve » (DOLORES, 2010, p. 80).

17 Populaires au Japon, les jeux de séduction simulent les relations humaines, notamment amoureuses.

18 Jean-Marie Bouissou distingue trois générations : 1) Génération Tezuka-Shirato (années 1930) ; 2) Ôtomo-Toriyama (années 1950) ; 3) Fujisawa-Takaya (années 1970) (BOUISSOU, 2014, p. 134-135).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
Légende RIKUDO Kōshi, WATANABE Shinichi, Excel Saga, épisode 1, « Complot meurtrier », DVD-1, [00:10], 2007 (1ere diff. : 10 octobre 1999)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/3359/img-1.png
Fichier image/png, 280k
Titre Image 2
Légende RIKUDO Kōshi, WATANABE Shinichi, Excel Saga, épisode 17, « Animation USA », DVD-4, [00:03], 2007 (1ere diff. : 3 février 2000)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/3359/img-2.png
Fichier image/png, 893k
Titre Image 3
Légende RIKUDO Kōshi, WATANABE Shinichi, Excel Saga, épisode 1, « Complot meurtrier », DVD-1, [08:58], 2007, (1ere diff. : 10 octobre 1999)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/3359/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Image 4
Légende RIKUDO Kōshi, WATANABE Shinichi, Excel Saga, épisode 5, « La grande tour intéressante », DVD-1,  : [01:22], 2007 (1ere diff. : 4 novembre 1999)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/3359/img-4.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Image 5
Légende RIKUDO Kōshi, WATANABE Shinichi, Excel Saga, épisode 16, « Amours synthétiques », DVD-4, [01:27], 2007 (1ere diff. : 27 janvier 2000)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/3359/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Image 6
Légende RIKUDO Kōshi, WATANABE Shinichi, Excel Saga, épisode 4, « Eau de rose », DVD-1, [03:24], 2007 (1ere diff. : 28 octobre 1999)
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/3359/img-6.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sofiane Taouchichet, « Représentations auctoriales dans Excel Saga : figures, enjeux et métafiction », Comicalités [En ligne], Représenter l’auteur de bandes dessinées, mis en ligne le 13 avril 2019, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/comicalites/3359

Haut de page

Auteur

Sofiane Taouchichet

Docteur en histoire de l’art contemporain, rattaché au laboratoire EA 4414, Histoire des arts et des représentations (Université Paris Nanterre)

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • OpenEdition Journals