Navigation – Plan du site

AccueilÉclectiquesThéorisations et médiations graph...2020Devenir auteur de bande dessinée....

2020

Devenir auteur de bande dessinée. Le cas des anciens élèves de l’atelier d’illustration de Strasbourg

Benjamin Caraco

Résumé

L’enseignement de la bande dessinée a pris de l’ampleur ces dernières décennies. Pour autant, il est possible de repérer des cours spécialisés dès les années 1970, comme en témoigne l’histoire de l’atelier d’illustration de l’école des arts décoratifs de Strasbourg. L’étude de cette formation spécialisée et des trajectoires artistiques de ses anciens élèves nous informe à la fois sur le processus de professionnalisation du métier d’auteur de bandes dessinées et sur la montée en légitimité du médium. En outre, à la lumière des parcours étudiés, elle nous invite à questionner les frontières entre bande dessinée et illustration.

Haut de page

Notes de la rédaction

Des données complémentaires sont disponibles pour cet article sur le blog de Comicalités : https://graphique.hypotheses.org

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’enquête montre un écart générationnel fort : parmi les auteurs répondants de plus de 50 ans, 4 % (...)

1Les travaux sur la formation des auteurs de bande dessinée et son enseignement restent encore rares. Pourtant, les écoles spécialisées dans ce médium se sont développées ces dernières décennies. Il est par ailleurs possible de repérer des premiers cours au sein d’écoles d’arts dès les années 1970 dans l’espace francophone. La question de la formation des auteurs de bande dessinée s’intègre à des interrogations plus larges sur la professionnalisation de cette pratique, comme en témoignent les travaux du sociologue Pierre Nocerino(NOCERINO, 2017) ou encore l’enquête des Etats Généraux de la Bande Dessinée de 2015 (EGBD, 2015). Cette dernière mettait en lumière la place croissante occupée par les écoles d’arts et les écoles spécialisées dans la bande dessinée dans la formation des auteurs1. En outre, la mise en place de ces formations spécialisées participe de la constitution d’une identité professionnelle, voire de mécanismes de fermeture ou de restriction d’accès à une profession indépendante non réglementée (SAPIRO, 2006 ; DANNER, 2010).

2La mise en place de tels cours invite aussi à interroger les passerelles et frontières entre illustration et bande dessinée. Si ces domaines sont voisins, ils ne se recouvrent pas totalement en dépit de la polyvalence d’un certain nombre de praticiens, qui passent de l’un à l’autre, à la fois pour des raisons artistiques, de préférence, mais également d’ordres économique et symbolique. Ainsi de nombreux praticiens et théoriciens revendiquent l’autonomie de la bande dessinée, à la fois indépendante du texte et de l’image, et donc de l’illustration. Pour autant, la bande dessinée emprunte une part de son répertoire graphique à l’illustration.

  • 2 Le terme d’atelier renvoie à l’ambition pratique de l’enseignement, héritage de la fondation alle (...)
  • 3 Marjane Satrapi est cependant inscrite en section graphisme à Strasbourg. Toutefois, elle suit li (...)

3En 2017, à l’occasion d’une table-ronde (GROENSTEEN, 2017), le modérateur, Thierry Groensteen, demande à Joseph Béhé, enseignant de bande dessinée à l’atelier d’illustration de la Haute école des arts du Rhin [HEAR], le nouveau nom de l’école des arts décoratifs de Strasbourg, « [dans la mesure où la HEAR est] identifiée comme une des plus grandes écoles de bande dessinée, pourquoi ne le revendique-t-elle pas d’une façon plus lisible ? » En effet, l’atelier d’illustration2, fondé au sein de l’école des arts décoratifs de Strasbourg en 1974 par Claude Lapointe, compte plusieurs auteurs de bande dessinée célèbres parmi ses anciens élèves : de Blutch à Camille Jourdy, en passant par Catel, Matthieu Sapin et Boulet, sans oublier Marjane Satrapi3.

4La bande dessinée a sa place, parmi d’autres productions, dès les origines de l’atelier d’illustration. Dans les années 1990, la maquette de la formation comprend des cours relatifs à la bande dessinée, en particulier via l’apprentissage du scénario. À la fin de cette même décennie, Joseph Béhé, auteur de bande dessinée et ancien élève de l’atelier dans les années 1980, est recruté comme chargé de cours pour la bande dessinée ; sa présence augmente tout au long des années 2000. En 2020, il est toujours enseignant de bande dessinée à mi-temps pour l’atelier et suit les travaux de fin d’année des élèves. À première vue, la bande dessinée occupe une place importante au sein de l’atelier d’illustration. Une analyse approfondie de l’histoire de l’atelier, des enseignements qu’il délivre et de ses intervenants, nous avait déjà permis de conclure à une place grandissante de la bande dessinée en son sein (CARACO, 2019). Une position à partager avec d’autres branches de l’image narrative cependant, l’atelier ne s’étant pas transformé au fil des ans en formation spécialisée en bande dessinée, à l’image de l’école d’Angoulême (EESI) qui la propose parmi ses trois options. Autrement dit, si la bande dessinée a su se faire une place dans de l’atelier d’illustration, elle n’a pas totalement bousculé la hiérarchie des arts graphiques qui y sont enseignés.

5Qu’en est-il lorsque l’on observe attentivement les trajectoires des anciens élèves de l’atelier d’illustration ? Cette polyvalence graphique – c’est-à-dire la capacité de passer d’un médium à l’autre, que cela soit lors d’exercices pendant la scolarité ou plus tard dans l’univers professionnel – est-elle confirmée ou infirmée par les parcours des anciens élèves de l’atelier une fois qu’ils en sont sortis ? L’absence de spécialisation du cursus dans la bande dessinée constitue-t-il un frein à l’entrée dans cette carrière ? Nous nous proposons de répondre à cette question en gardant en vue la place occupée par la bande dessinée pendant et après leur formation.

  • 4 Les recherches préliminaires à cet article ont été menées entre 2017 et 2018.
  • 5 Ces catalogues de diplômes sont consultables à la bibliothèque de la HEAR, dont je remercie au pa (...)

6Afin de répondre à ces questions, nous nous appuyons sur plusieurs sources complémentaires, qui portent sur la période 1974-2011, soit de la fondation de l’atelier à la création de la HEAR. Le choix de s’arrêter en 2011 permet de disposer de sept ans de recul pour analyser la potentielle première publication de bande dessinée de la dernière promotion étudiée4. Par première publication, nous entendons la publication d’un premier album de bande dessinée ou la participation à un album collectif, en tant que dessinateur, scénariste ou coloriste. Nous avons retenu l’album puisqu’il s’agit désormais du support dominant de publication et qu’il témoigne d’un début d’intégration dans un écosystème éditorial en mutation (LESAGE, 2015). Tout d’abord, afin de disposer d’une bonne idée du contexte, nous avons mené plusieurs entretiens semi-directifs avec des enseignants – actifs et retraités – de l’école et consulté les archives disponibles de l’école et du fondateur de l’atelier d’illustration. Ensuite, concernant la constitution de notre base de données des anciens élèves, nous avons eu principalement recours aux catalogues des diplômes, dont nous disposons systématiquement à partir de 19845. Pour les années antérieures, nous avons complété nos données à partir des listes conservées à la scolarité de l’école. Enfin, nous avons croisé cette liste avec une base de données spécialisée en bande dessinée (BDGest), qui nous informe sur le nombre de livres publiés, les dates et les choix d’éditeurs. Nous reviendrons au cours de notre développement sur les choix de construction de notre démarche et ses limites. Partant, nous pourrons ainsi saisir l’évolution de la présence de la bande dessinée et d’une spécialisation dans le domaine au sein de l’atelier d’illustration sur plus de quatre décennies à la fois lors du cursus et à travers les carrières des anciens élèves.

La bande dessinée au sein de l’atelier d’illustration et de l’école des arts décoratifs : une présence constante

  • 6 En effet, certains élèves peuvent arriver en troisième année (sur cinq) de scolarité aux arts déc (...)

7Depuis 1984, l’école des arts décoratifs de Strasbourg édite annuellement un catalogue des travaux exposés par les élèves des différents ateliers à l’occasion de leurs diplômes, qu’ils soient nationaux ou municipaux. Ces catalogues donnent donc une vue des élèves susceptibles de recevoir le diplôme chaque année et non des élèves diplômés puisque tous n’obtiennent pas le diplôme à l’issue de leurs travaux. Il nous a paru intéressant de se focaliser sur cette source et sur ce niveau d’étude pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les catalogues reproduisent des extraits des travaux présentés et permettent de déceler la trace d’une pratique de la bande dessinée à ce stade. Ensuite, ils offrent un point de comparaison homogène puisqu’il s’agit des deux dernières années de scolarité et que tous les élèves ont alors passé au moins deux ans aux arts décoratifs6.

8Les catalogues proposent cependant des informations variables en fonction des années. Nous avons pu remarquer une tendance à la baisse d’informations relatives à l’état-civil (année de naissance, lieu de naissance, adresse de résidence), qui auraient pu fournir des indications quant au rayonnement régional, national, voire international de l’atelier. Certaines informations sont donc trop lacunaires sur l’ensemble de la période pour être exploitées ; elles ne rentrent que peu dans le cadre de notre enquête. Nous avons également complété à la marge notre base à partir de la liste des diplômés conservés à la scolarité de la HEAR pour la période avant 1984.

9Nous pouvons alors étudier une population de 599 individus inscrits à l’atelier d’illustration, de sa fondation à 2011. Compte tenu de la taille de ce groupe, nous avons pris le parti de mettre avant tout en lumière des tendances, d’autant plus, que comme nous le verrons, plus l’analyse avance et plus la population retenue diminue du fait des critères appliqués. Nous avons mené d’abord des analyses annuelles, mais la taille de notre population nous a surtout poussé à privilégier l’échelle décennale, qui nous permet, d’une part, d’avoir un groupe final qui se prête plus à l’analyse quantitative, et, d’autre part, de moins subir l’aléatoire des parcours individuels.

L’atelier d’illustration au sein de l’école : une place importante

10Une première étape importante consiste à situer l’atelier d’illustration dans le contexte de l’école des arts décoratifs de Strasbourg. Quelle est la proportion d’étudiants inscrits à l’atelier par rapport aux autres offres de formations délivrées par l’école et comment cette place évolue-t-elle au fil des années ? En cela, notre questionnement centré sur la bande dessinée nous renseigne sur l’histoire globale de l’atelier d’illustration.

Tableau 1

Tableau 1

Evolution du nombre d’élèves de l’atelier d’illustration : à gauche en valeur absolue ; à droite en pourcentage par rapport à l’ensemble des ateliers.

Source : données et graphique de l’auteur

  • 7 Nous avons comptabilisé aussi bien les diplômes nationaux que municipaux mais nous n’avons pas re (...)
  • 8 En 1974, année de départ, les illustrateurs côtoient ainsi les ensembliers-décorateurs, les céram (...)
  • 9 La part relative très importante pour 1987 s’explique par l’absence des catégories « art » et « e (...)
  • 10 Entretien avec Claude Lapointe, 24 mars 2017.

11Ce premier graphique met en regard le nombre de diplômables7 au sein de l’atelier d’illustration, au sens strict, par rapport à la part représentée sur l’ensemble des formations de l’école afin de saisir le poids de l’atelier au sein de l’école8. En effectifs réels, l’on remarque ainsi trois périodes : un premier palier d’un effectif d’une dizaine d’élèves est atteint dans les années 19809, un second avec une vingtaine d’élèves à partir de mi-1990 pour finir avec un troisième où le nombre d’élèves s’établit autour de 25 pendant les années 2000, avant de redescendre à partir de 2010. La taille de l’effectif, alors qu’il était prévu initialement pour une dizaine d’élèves, oblige d’ailleurs Claude Lapointe à revoir en partie les modalités d’enseignement (plus de cours magistraux et d’autonomie dans la réalisation de leurs travaux personnels)10.

  • 11 À partir de 1979, et de manière quasi-ininterrompue, l’atelier d’illustration dispose toujours de (...)

12Une telle augmentation s’inscrit dans une croissance globale des effectifs de l’école, dont témoigne la part relative occupée par l’atelier, relativement stable – autour de 20 % – à partir des années 1990. En dépit de cette stabilisation, l’atelier d’illustration en vient, rapidement après sa création, dès 1979, à dominer assez largement les autres ateliers, voire les « groupes », par exemple « art » et « objet » qui regroupent plusieurs ateliers (la peinture et la sculpture étant par exemple rassemblées dans la catégorie « art »), et proposent souvent des disciplines plus prestigieuses par rapport à l’illustration11.

13Ainsi, avec des effectifs représentant 20 % à 25 % des futurs diplômés des arts décoratifs de Strasbourg, l’atelier d’illustration, à défaut de spécialiser l’école, contribue à lui donner une réelle coloration dans l’illustration et à asseoir sa réputation en tant que formation importante dans ce domaine, mais également dans celui de la bande dessinée en dépit de son nom.

La bande dessinée au sein de l’atelier d’illustration : une montée en puissance

14À partir des catalogues des diplômes de fin d’année, nous sommes donc partis à la recherche de travaux relevant de la bande dessinée au sein de cette formation initialement destinée à l’illustration. En raison de la période (1984-2011) amputée de dix ans par rapport à l’histoire de l’atelier, la population étudiée se réduit à 527 individus. Nous nous sommes concentrés sur les signes de pratique de la bande dessinée à partir des extraits reproduits dans les catalogues. Par défaut, hors bande dessinée, il s’agit quasi systématiquement d’extraits d’illustrations, indépendantes ou témoignant d’un projet d’album pour enfant, mais d’autres formes sont également présentes, comme des projets de dessin animé.

  • 12 Sur la question des marqueurs spécifiques de la bande dessinée, nous renvoyons par exemple le lec (...)

15Un tel travail présente plusieurs difficultés du fait de la présence de traits qui relèvent autant de l’illustration, de la caricature que de la bande dessinée. Par ailleurs, l’évolution de la bande dessinée contemporaine a conduit à l’effacement de certains marqueurs tels que les cases ou les phylactères, rendant encore plus difficile l’identification de cette forme. Ainsi, nous sommes confrontés à deux écueils potentiels : celui de surreprésenter la bande dessinée en incluant toutes les combinaisons de texte et d’image et celui de la sous-estimer au profit d’une bande dessinée respectant les conventions énoncées plus haut. Les marqueurs que nous avons retenus lors de notre dépouillement sont les suivants : présence de cases, de phylactères, de planches, de strips, de séquence d’images associées et bien sûr lorsque les précisions explicites figurent en légende (« croquis d’une BD pour adulte »)12.

16Nous avons pris le parti d’exclure les combinaisons de texte et d’image, sauf lorsque le premier était inséré dans une bulle ou dans une case, et même lorsque le texte était intégré dans le dessin ou en légende, puisqu’une telle disposition participe également de l’illustration de presse ou de jeunesse. Si une telle stratégie minore vraisemblablement la place de la bande dessinée dans quelques cas, elle évite de la gonfler démesurément.

17Le nombre d’extraits présentés par élève étant très variable d’un catalogue à l’autre, voire d’un élève à l’autre, sûrement dépendant de la mise en page par moments, nous avons relevé les pratiques de la bande dessinée une seule fois et n’avons pas cherché à indiquer l’intensité de la pratique (tous les extraits appartiennent au registre de la bande dessinée, seulement la moitié, etc.). Ainsi, proposer une bande dessinée dans le cadre des travaux de fin de cursus n’exclut pas de présenter aussi un projet en illustration ; c’est régulièrement la polyvalence, encouragée par la structure des enseignements, qui domine. Enfin, compte tenu de la taille des effectifs annuels, nous proposons un graphique en valeur absolue.

Tableau 2

Tableau 2

Nombre de diplômables présentant au moins une bande dessinée. (valeur absolue)

Source : données et graphique de l’auteur

18Ainsi, en 1990, 14 élèves de l’atelier d’illustration présentent le diplôme, un seul propose une bande dessinée.

19Globalement, en termes relatifs cette fois, il est possible de dégager quatre périodes de 1984 à 2011. De 1980 à 1990, la présentation de travaux relevant de la bande dessinée est très marginale. Cette part augmente de 1991 à 2002 mais avec des effectifs relativement faibles ce qui rend un tel constat moins significatif. Le véritable saut a lieu à partir de 2003 à 2007 où s’enclenche une période où près de la moitié des élèves propose tous les ans de la bande dessinée dans le cadre du diplôme. A partir de 2007 et jusqu’en 2011, on observe à la fois une diminution des effectifs et des travaux en bande dessinée, la part de cette dernière régressant.

20La progression continue à partir de 1999 coïncide également avec l’arrivée de Joseph Béhé en tant que chargé de cours sur la bande dessinée. Des cours sur ce médium étaient déjà proposés depuis les années 1990, notamment via l’apprentissage du scénario, mais le recrutement d’un auteur de bande dessinée au sein du corps enseignant semble avoir eu un effet sur la présentation de travaux de bande dessinée lors du diplôme. La relation joue sûrement dans les deux sens : les désirs des élèves de faire de la bande dessinée ont sûrement eu un poids dans le choix d’engager un professionnel du secteur afin de les suivre dans ce domaine, notamment lors des travaux pour le diplôme. Par ailleurs, et sans surprise, c’est également à partir de 2002 que la présence d’un auteur ou d’un éditeur de bande dessinée lors du jury de fin d’année se systématise afin d’évaluer en conséquence les travaux des élèves qui relèvent de plus en plus de cette forme. Le commentaire de Claude Lapointe dans l’un de ses rapports d’activité pour la même période est à ce titre éloquent et nous donne une idée de la teneur de certaines thématiques : « 2002/03 aura été l’année de l’émergence de projets autobiographiques (crise, maladie lourde, complexe, mort…) » L’atelier est alors en phase avec les développements contemporains de la bande dessinée autour de l’émergence d’une « bande dessinée du réel » et plus largement de la bande dessinée alternative (CARACO, 2017a).

21Il est également intéressant de relever que la période 2003-2007, qui est celle d’une croissance des travaux de bande dessinée, correspond aux effectifs les plus importants jamais connus par l’atelier. On peut faire l’hypothèse d’une réputation croissante de l’atelier pour la bande dessinée, grâce aux parcours de certains anciens, et d’une attractivité consécutive pour les aspirants-auteurs. Le premier tome de Persepolis de Marjane Satrapi paraît en 2000 et le travail de Blutch connaît de même un succès croissant. De 2003 à 2005, l’atelier d’illustration donne l’impression de prendre la physionomie d’un atelier de bande dessinée puisque les trois quarts des élèves proposent de la bande dessinée lors du diplôme. On revient vraisemblablement à une forme d’équilibre entre illustration et bande dessinée avec l’arrivée de l’illustrateur Guillaume Dégé à la tête de l’atelier à partir de 2006-2007 ; une telle hypothèse reste à confirmer car elle repose sur l’observation de cinq années et d’une centaine d’élèves, représentant néanmoins un cinquième de l’échantillon. La montée en puissance de l’auto-édition dans l’atelier d’illustration, avec la naissance de revues-fanzines comme Écarquillettes et de collectifs de micro-édition telles que l’Institut Pacôme, qui remonte au début des années 2000, a vraisemblablement contribué à une émulation de la pratique de la bande dessinée. Là encore, un tel développement est en phase avec la montée en puissance de l’édition alternative et de formes éditoriales à la frontière entre fanzinat, édition semi-professionnelle et professionnelle (DONY, 2014). À plus petite échelle, et sur des périodes antérieures, des effets de groupe et d’entraînement sont sûrement décelables (promotions de Joseph Béhé en 1986, de Blutch et Catel en 1989, de Boulet en 2000, de Grégoire Carlé et Matthias Picard en 2007) et encore davantage en termes de pratique après la sortie de l’école. Ils ne doivent pas pour autant être surestimés et ne relèvent parfois que de la conjonction de choix individuels.

22Avec seulement 38 % des élèves (202 sur 527) présentant au moins une bande dessinée dans leurs travaux de fin d’études, l’atelier d’illustration continue de justifier sa dénomination liée à cette forme artistique. L’observation des tendances à l’œuvre montre toutefois que la présence de la bande dessinée est désormais bien ancrée dans la formation. Si elle a toujours été permise depuis la création de l’atelier par Claude Lapointe, l’arrivée de Joseph Béhé a contribué à son développement – le facteur déterminant étant peut-être davantage le suivi de travaux que les seuls cours. En outre, la fortune de l’atelier est parallèle et en toute vraisemblance poussée par l’attractivité croissante de la bande dessinée en tant que secteur éditorial (BERTHOU, 2016, p. 22) et forme artistique. La place prise par les écoles d’art en France dans la professionnalisation des auteurs de bande dessinée découle de la reconnaissance socioculturelle grandissante du médium, largement étudiée par ailleurs (ORY, 1983, p. 84 ; MAIGRET, 1994 ; ORY, 2012), mais rarement sous l’angle de l’enseignement. En effet, la création de cursus spécialisés ou, plus simplement, la reconnaissance de l’existence d’élèves se destinant à la bande dessinée au sein d’écoles d’enseignement artistique nous renseigne sur le degré de légitimité qui lui est accordée par le monde de l’art, ainsi qu’à ses praticiens.

23Pour autant, si une spécialisation dans le domaine de la bande dessinée existe à titre individuel au sein de l’atelier, elle demeure limitée. Se prolonge-t-elle sur une professionnalisation de ces aspirants auteurs de bande dessinée une fois leur scolarité terminée et dans quelle mesure ?

Les anciens élèves auteurs de bande dessinée : une minorité visible ?

  • 13 <https://www.bedetheque.com/ > Les consultations de la base de BDGest se sont étalées sur la seconde moitié de l’année 2017.
  • 14 Sur l’émergence de ce type de plateforme, nous renvoyons à Louis Wiart (WIART, 2017).

24Ainsi, dans un second temps, nous avons entrepris de croiser les données recueillies à partir des catalogues des diplômes et des listes des scolarités avec une base de données spécialisée en bande dessinée afin de saisir les trajectoires des anciens élèves dans le domaine. La meilleure option aurait été de se référer au catalogue de la Bibliothèque nationale de France qui, au titre du dépôt légal, offre la meilleure vue possible sur les publications françaises. Il est néanmoins impossible de restreindre la recherche aux bandes dessinées dans le catalogue, ce qui nous a contraint à utiliser un outil plus limité mais ciblé sur la bande dessinée : la base de données BDGest ou Bédéthèque13. BDGest est une œuvre collaborative14 et bien qu’elle tende à une forme d’exhaustivité, elle n’en est pas moins lacunaire et tributaire des prédilections de ses contributeurs. Par ailleurs, BDGest se focalise sur l’album et, nous y reviendrons, reste très marquée par la logique de série.

25En conséquence, la base de données passe sous silence un vecteur important de la diffusion de la bande dessinée : la forme périodique. Cependant, comme Sylvain Lesage l’a bien montré, l’album tend cependant à devenir le standard dominant pour la bande dessinée à partir des années 1960-1970 (LESAGE, 2018). Les années 1980 marquent le déclin de plusieurs des principaux magazines de bande dessinée, qui ne constituent plus aussi fréquemment des portes d’entrée dans le monde de la bande dessinée pour des aspirants auteurs.

26Depuis les années 1990 et 2000, c’est vraisemblablement le fanzinat et l’auto-édition qui se sont en partie substitué à cette modalité d’entrée. À Strasbourg, l’encouragement à la micro-édition et au développement de revues d’école s’inscrit dans un tel processus. Thierry Groensteen suggère d’ailleurs un transfert de rôle des éditeurs aux écoles :

si les écoles arrivent, c’est parce qu’il y a professionnalisation de l’auteur, validation des savoir-faire, alors qu’auparavant, cette acquisition du savoir-faire se faisait au cœur des revues de prépublication, donc à la charge des éditeurs qui remplissaient le rôle qu’on leur attribue souvent, d’accompagner l’éclosion de l’auteur. Aujourd’hui, ils ne le font plus, car ils produisent des albums complets. Donc tout cet apprentissage sur les formats courts, dans des revues de prépublication, n’existe plus. (GROENSTEEN, 2017)

27En conséquence, nous avons choisi de retenir l’album comme premier format de publication car il témoigne d’un début de professionnalisation plus poussée que l’auto-édition, aussi aboutie puisse-t-elle être à Strasbourg avec la tradition des revues de promotion. Afin d’évaluer le degré de pratique de la bande dessinée post-atelier d’illustration, nous avons retenu plusieurs indicateurs qui nous apparaissent révélateurs : tout d’abord, le pourcentage de présents dans la base BDGest par rapport à l’ensemble de chaque promotion, donnée que nous croisons avec la présentation ou non d’une bande dessinée lors du diplôme ; ensuite nous tenterons de jauger l’intensité d’une telle pratique à l’aune du nombre de références présentes.

Une pratique post-atelier de la bande dessinée conjoncturelle

28Une évaluation conjointe de la pratique de la bande dessinée et de l’illustration, voire d’autres activités relatives à l’image, aurait eu tout son sens, d’autant plus dans une formation aussi polyvalente et dans un contexte économique poussant souvent à un nécessaire cumul d’activités (GAFFIOT, 2016). Compte tenu de l’envergure du chantier et de notre questionnement, nous nous sommes cantonnés à une étude de la seule pratique de la bande dessinée.

Tableau 3

Tableau 3

Nombre d’étudiants cités dans BDGest par rapport au nombre de diplômables (individus)

Source : données et graphique de l’auteur

  • 15 Une remarque s’impose sur la temporalité : en effet, les recoupements pour les dernières années b (...)

29Nous avons pris le parti d’exprimer ces données en valeur absolue15. Combien d’élèves de l’atelier sont présents en tant qu’auteurs sur la base ? Parmi les anciens élèves des promotions allant de 1974 à 2011, soit une population de 599 individus, 161 sont présents sur la base de données et ont donc publié au moins un livre de bande dessinée, ce qui représente 27 % de la population étudiée. La bande dessinée reste donc un débouché minoritaire pour les élèves de l’atelier d’illustration sur l’ensemble de la période et cela, vraisemblablement, même en tenant compte d’une sous-estimation de leur présence dans des périodiques de bande dessinée, puisque l’album traduit a priori une pratique plus poussée de la bande dessinée.

30Concernant les évolutions remarquables, les conjectures favorables des années 2000 avec la multiplication des titres publiés en bande dessinée (progression de + 165,5 % entre 2000 et 2010 [BERTHOU, 2016, p. 22]) contribuent en toute vraisemblance à expliquer la croissance du nombre de présents dans BDGest sur cette même période, phénomène à combiner avec l’augmentation globale des effectifs de l’atelier. Ainsi, à partir de 2000, on compte 85 présents, soit plus de la moitié du total. En effet, une décennie regroupe autant d’étudiants qu’un quart de siècle avant 2000, avec respectivement 39 présents parmi les élèves des années 1990, 34 pour les années 1980 et 3 pour les années 1970, qui constitue une décennie incomplète et avec de très faibles effectifs de départ. Si la comparaison a peu de sens avec les années 1970, les années 1980 et 1990 sont relativement stables. Le doublement dans les années 2000 s’avère d’autant plus significatif, sachant qu’il ne prend pas en compte des publications plus tardives de bande dessinée d’anciens élèves qui pourraient arriver dans les années à venir, quand elles sont en prises en compte pour les décennies précédentes. Finalement, la croissance de l’effectif global de l’atelier d’illustration trouve une part de son explication dans l’attractivité de la bande dessinée pour les futurs élèves se destinant à un tel médium, attractivité à la fois quantitative avec la progression du chiffre d’affaire de ce segment éditorial et qualitative avec l’émergence de nouveaux registres graphiques et narratifs (ORY, 2012).

Tableau 4

Tableau 4

Présents dans BDGest ayant présenté une bande dessinée en travail de fin d'année (valeur absolue)

Source : données et graphique de l’auteur

31Une telle hypothèse se confirme pour les années 2000 où l’on observe une corrélation assez forte entre des travaux de bande dessinée présentés pour le diplôme et une présence dans la base de données. Sur l’ensemble, pour les 147 présents dans BDGest, 90 avaient proposé une bande dessinée, soit 61 %. Une part non négligeable des présents n’avait pas choisi ce médium lors du diplôme, mais le pratique ultérieurement à la fois grâce à l’émulation née de l’enseignement artistique délivré et d’une conjoncture éditoriale en apparence favorable avec la multiplication des titres édités.

Une pratique professionnelle encore minoritaire

32Pour finir, nous souhaitions évaluer l’intensité de la pratique de la bande dessinée chez les anciens élèves, tout en étant conscient qu’un tel exercice a plusieurs limites. Chercher à savoir si un auteur s’inscrit durablement ou non dans la bande dessinée n’équivaut pas directement à une évaluation de son degré de professionnalisation, qui serait davantage visible dans la source de revenus qu’il tire d’une telle activité : représente-elle la majorité de ses ressources ou une minorité ? A cela s’ajoute le fait qu’à partir d’une population donnée, nous nous penchons sur différentes générations d’auteurs plus ou moins avancées dans leurs carrières respectives. Enfin, la base de données retenue ne facilite pas la tâche puisqu’elle fonctionne sur une logique de série, au sens éditorial, et qu’elle sous-estime l’intensité de la pratique pour des auteurs ayant par exemple publié plusieurs tomes d’une même série, qu’elle ne comptabilise alors que comme une seule référence. De leur côté, les auteurs de « one shot », pour reprendre un vocabulaire décalqué d’une telle logique, bénéficient d’une plus forte intensité numérique, d’autant plus que les livres s’écartant de la logique sérielle se sont multipliés avec l’évolution du paysage éditorial. Pour autant, l’auteur d’une seule série mais avec une forte tomaison a, ou avait, plus de chance de vivre de son métier. L’indicateur de l’intensité de la présence sur cette base de données est donc à prendre avec beaucoup de précautions, même si les auteurs les plus connus et a priori les plus professionnalisés comptent parmi les plus visibles dans la base (Béhé, Blutch, Boulet, Sapin, Catel, Béhé, Claude Guth, Mandel, etc.). Une telle étude livre quelques informations intéressantes.

Tableau 5

Tableau 5

Intensité de la présence dans BDGest

Source : données et graphique de l’auteur

33Un tiers des anciens élèves compte une seule référence sur la base, ce qui sous-entend pour la majorité une seule incursion dans le monde de la bande dessinée mais aussi, pour quelques cas, la concentration sur une seule série. Un second tiers compte deux à cinq références et pourrait être considéré comme regroupant des auteurs de bande dessinée, avec les mêmes réserves qu’évoquées précédemment. Enfin, un dernier tiers compte plus de cinq références sur la base et laisse accroire à un stade de spécialisation dans le domaine, sans qu’il soit possible d’en conclure grand-chose sur les revenus dégagés par cette activité. De manière globale, il est possible d’affirmer qu’entre 10 et 15 % des anciens élèves de l’atelier sont des auteurs professionnels de bande dessinée, ce qui traduit également un débouché encore largement minoritaire – bien que tendanciellement en augmentation – et aussi d’une difficile intégration dans le milieu. Ce pourcentage témoigne également de la dépendance encore forte de la bande dessinée à d’autres arts graphiques et invite à nuancer certaines conclusions relatives à la légitimé grandissante du médium.

Conclusion

  • 16 Un tel constat explique sûrement le peu d’empressement de ses responsables à faire évoluer le nom (...)

34Sur la période analysée, la section fondée par Claude Lapointe reste donc un atelier d’illustration, avec une place accordée à la bande dessinée de plus en plus prononcée à partir des années 200016. Cette montée en puissance se retrouve autant dans les cours proposés et dans les intervenants retenus, à l’image de Joseph Béhé, que dans les destinées d’une partie des anciens élèves. Ce mouvement est parallèle à la croissance économique du secteur à partir des années 1990-2000 mais également d’un renouveau artistique de la bande dessinée et d’une nouvelle légitimité (ORY, 2012) qui expliquent en partie son attractivité auprès des étudiants de l’atelier d’illustration. Il participe aussi à la professionnalisation de la pratique de la bande dessinée et à une forme de labellisation de ses praticiens par le passage quasi obligé par une école artistique, même si elle ne débouche pas sur une spécialisation stricte et autorise encore le passage d’un médium à l’autre.

35En termes numériques, la croissance des effectifs de l’atelier d’illustration dans les années 2000 relève en partie d’une attractivité de la bande dessinée puisque les travaux et les livres s’y rattachant se multiplient à partir de ces années. L’augmentation du nombre d’élèves et le succès de la formation pourraient être liés à la réputation grandissante de l’atelier dans le domaine de la bande dessinée. Plus largement, l’atelier d’illustration profite de la dynamique du secteur de la bande dessinée et l’alimente en retour, en témoignent le rôle joué par de nouveaux éditeurs (Glénat, Delcourt puis les alternatifs) dans la publication des premières œuvres des élèves. Ce rôle de vivier d’écoles d’art ou spécialisées aux effectifs croissants a, en toute vraisemblance, contribué à l’augmentation du nombre de titres publiés annuellement en bande dessinée et à la « surproduction » qui sévirait dans le secteur. En retour, la situation économique du secteur de la bande dessinée explique en partie la nécessaire polyvalence, héritée certes des enseignements, de ces auteurs. Puisqu’il est de plus de plus difficile de vivre de la seule bande dessinée (GAFFIOT, 2016), ces auteurs doivent cumuler une telle activité avec d’autres, notamment l’illustration ou les travaux de commande publicitaire.

  • 17 Une étude globale, sur le modèle de celle des EGBD, appréhendant illustration et bande dessinée (...)

36Si la bande dessinée est de moins en moins lucrative, pour un ensemble de raisons (dont la prolifération de nouveautés), et peut-être encore moins relativement à l’illustration17, est-elle pour autant plus reconnue artistiquement que sa consœur ? La visibilité de la bande dessinée par rapport à l’illustration conduit-elle, dans les représentations, à ce qu’elle prenne le pas sur l’illustration au sein de l’atelier, associé désormais au neuvième art ? Si la montée en légitimité de la bande dessinée transparaît de son attractivité croissante au sein de l’atelier, les dernières années de l’existence de celui-ci étudiées ici invitent à nuancer de tels propos au regard de la réception de plus en plus bienveillante donc bénéficie l’illustration strasbourgeoise. Article dans les Inrockuptibles, exposition en lien avec le New York Times et, plus largement, développement d’une illustration de recherche lors de la direction de l’atelier par Guillaume Dégé, dans la foulée et en parallèle du mouvement de bande dessinée alternative, constituent autant de preuves de l’intérêt accordé à l’illustration et de la stabilité de cette profession par rapport au développement du métier d’auteur de bande dessinée.

Haut de page

Bibliographie

BERTHOU, Benoît. Editer la bande dessinée. Paris : Editions du Cercle de la Librairie, 2016. Coll. « Pratiques éditoriales ». 123 p. ISBN 9782765414858

CARACO, Benjamin. Renouvellement et montée en légitimité de la bande dessinée en France de 1990 à 2011. Histoire de L'Association et de ses auteurs. Thèse d’histoire, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, 2017a. 645 p.

CARACO, Benjamin. « L'influence des espaces de sociabilité sur la création en bande dessinée : le cas des auteurs de L’Association », COnTEXTES [en ligne], n°19, 2017b. [consulté le 30 juillet 2019]. Disponible sur le Web. URL : <http://journals.openedition.org/contextes/6309>

CARACO, Benjamin. « Enseigner la bande dessinée : le cas de l’atelier d’illustration de l’École des arts décoratifs de Strasbourg ». Sociétés & Représentations, vol. 47, n°1, 2019, pp. 237-259. Disponible sur le Web. DOI : <DOI : 10.3917/sr.047.0237>

DANNER, Magali. « N’est pas indépendant qui veut ! Analyse des processus de fermeture dans l’accès à l’emploi ». Les notes de l’IREDU [en ligne], n°1, 2010. [consulté le 15 juin 2020]. Disponible sur le Web. URL : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00489294/file/note10-1.pdf>

DONY, Christophe, HABRAND, Tanguy et MEESTERS, Gert (dir.). La bande dessinée en dissidence / Comics in Dissent. Alternative, indépendance, auto-édition / Alternative, Independence, Self-Publishing. Liège : Presses universitaires de Liège, 2014. 218 p. ISBN 9782875620385

EGBD. « L’enquête auteurs ». Les Etats généraux de la bande dessinée [en ligne], 2016 [consulté le 23 janvier 2018]. Disponible sur le Web. URL : <http://www.etatsgenerauxbd.org/etat-des-lieux/enquete-auteurs/>

GAFFIOT, Julien. « La bande dessinée en crise ? Paupérisation des auteur.e.s et marchandisation des œuvres ». In SAPIRO, Gisèle et RABOT, Cécile (dir.). Profession ? Écrivain [en ligne]. Rapport pour le Ministère de la Culture et le Motif, 2016, p. 134-155 [consulté le 30 juillet 2019]. Disponible sur le Web. URL : <www.culture.gouv.fr/Media/Thematiques/Livre-et-lecture/Files/Economie-du-livre/2016/Profession-Ecrivain-etude-de-G.-Sapiro-et-C.-Rabot-pour-MOTif>

GROENSTEEN, Thierry. Système de la bande dessinée. Paris : Presses universitaires de France, 1999. 206 p. ISBN 97821305011831

GROENSTEEN, Thierry. « Les écoles de bande dessinée : un passage devenu obligatoire ? ». Neuvième art 2.0 [en ligne]. 2017 [consulté le 30 juillet 2019]. Disponible sur le Web. URL : <http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article1139>

LESAGE, Sylvain. « Mutation des supports, mutation des publics. La bande dessinée de la presse au livre ». Belphégor [en ligne], volume 13, n°1, 2015 [consulté le 30 juillet 2019]. Disponible sur le Web. URL : <http://journals.openedition.org/belphegor/628> DOI : <10.4000/belphegor.628>

LESAGE, Sylvain. Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album, 1950-1990. Villeurbanne : Presses de l’Enssib, 2018. Coll. « Papiers ». 424 p. ISBN 9791091281904

LESAGE, Sylvain. L’effet livre. Métamorphose de la bande dessinée. Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2019. Coll. « Iconotextes ». 432 p. ISBN 9782869067202

MAIGRET, Éric. « La reconnaissance en demi-teinte de la bande dessinée ». Réseaux [en ligne], volume 12, n° 67, 1994 [consulté le 22 avril 2012]. Disponible sur le Web. URL <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_1994_num_12_67_2742> DOI <10.3406/reso.1994.2742>

NOCERINO, Pierre. « Trois ficelles du métier d’ethnographe ». Recherches qualitatives [en ligne], hors-série n°22, 2017, p. 59-75 [consulté le 30 juillet 2019]. Disponible sur le Web. URL : <http://www.recherche-qualitative.qc.ca/documents/files/revue/hors_serie/HS-22/rq-hs22-nocerino.pdf>

ORY, Pascal. L’entre-deux-mai. Histoire culturelle de la France, mai 1968-mai 1981. Paris : Seuil, 1983. 282 p. ISBN 9782020064873

ORY, Pascal. « Neuvième Art ». In ORY, Pascal, MARTIN, Laurent, MERCIER, Jean-Pierre et VENAYRE, Sylvain (dir.), L’art de la bande dessinée. Paris : Citadelles & Mazenod, 2012, p. 321-383. 586 p. ISBN 9782850885310

PEETERS, Benoît. Lire la bande dessinée. Paris : Flammarion, 2002. 194 p. ISBN 2080800531

SAPIRO, Gisèle. « Les professions intellectuelles entre l'État, l'entrepreneuriat et l'industrie ». Le Mouvement Social [en ligne], n° 214, 2006, p. 3-18 [consulté le 15 juin 2020]. Disponible sur le Web. DOI : <10.3917/lms.214.0003>

WIART, Louis. La Prescription littéraire en réseaux. Enquête dans l’univers numérique. Villeurbanne : Presses de l’Enssib, 2017. Coll. « Papiers ». 348 p. ISBN 9791091281973

Haut de page

Notes

1 L’enquête montre un écart générationnel fort : parmi les auteurs répondants de plus de 50 ans, 4 % ont suivi une formation spécialisée en bande dessinée, ils sont environ 14 % entre 30 et 50 ans et 32 % pour les moins de 30 ans (EGBD, 2015, p.10).

2 Le terme d’atelier renvoie à l’ambition pratique de l’enseignement, héritage de la fondation allemande de l’école (CARACO, 2019).

3 Marjane Satrapi est cependant inscrite en section graphisme à Strasbourg. Toutefois, elle suit librement quelques-uns des cours de l’atelier d’illustration.

4 Les recherches préliminaires à cet article ont été menées entre 2017 et 2018.

5 Ces catalogues de diplômes sont consultables à la bibliothèque de la HEAR, dont je remercie au passage la responsable, Muriel Boulier.

6 En effet, certains élèves peuvent arriver en troisième année (sur cinq) de scolarité aux arts décoratifs afin de se spécialiser dans le domaine de l’illustration. Les arrivées en provenance d’Epinal ou d’écoles parisiennes ne sont pas rares. [Entretien avec Finzo, 18 mai 2017.]

7 Nous avons comptabilisé aussi bien les diplômes nationaux que municipaux mais nous n’avons pas retenu le « Certificat d'études supérieures en décoration étalage » les années où il était inclus. De même, nous nous en sommes tenus strictement à l’atelier d’illustration, excluant ainsi les ateliers « illustration médicale/didactique » et ateliers « publicité » puis « graphisme », même si de futurs auteurs de bande dessinée peuvent parfois en sortir.

8 En 1974, année de départ, les illustrateurs côtoient ainsi les ensembliers-décorateurs, les céramistes, les ébénistes, les décorateurs-étalagistes, les tapissiers, les relieurs, les peintures et les publicitaires.

9 La part relative très importante pour 1987 s’explique par l’absence des catégories « art » et « environnement » dans le catalogue de cette année.

10 Entretien avec Claude Lapointe, 24 mars 2017.

11 À partir de 1979, et de manière quasi-ininterrompue, l’atelier d’illustration dispose toujours de l’effectif le plus important ou a minima ex aequo. Sur les dernières années de notre période, il est dépassé par certains « groupes », « options » ou « départements » qui regroupent plusieurs ateliers.

12 Sur la question des marqueurs spécifiques de la bande dessinée, nous renvoyons par exemple le lecteur aux travaux de Benoit Peeters (PEETERS, 1998) et Thierry Groensteen (GROENSTEEN, 1999).

13 <https://www.bedetheque.com/ > Les consultations de la base de BDGest se sont étalées sur la seconde moitié de l’année 2017.

14 Sur l’émergence de ce type de plateforme, nous renvoyons à Louis Wiart (WIART, 2017).

15 Une remarque s’impose sur la temporalité : en effet, les recoupements pour les dernières années bénéficient d’un recul inférieur aux promotions des années 1990 et a fortiori 1980 et 1970. Pour les anciens élèves dont la scolarité s’est achevée en 2011, nous disposons bien sûr de moins de recul : seulement sept ans, ce qui n’est pas négligeable mais ce qui donne une relative prime aux plus anciens en termes de pratique potentielle. Le temps avant de publier un premier livre peut être long, à cause d’une intégration difficile. Certains élèves peuvent se reconvertir et passer de l’illustration à la bande dessinée tardivement, ou faire de brèves incursions à un moment ou à un autre dans leur carrière, à une date plus ou moins éloignée de leur sortie d’école. Précisons que le décalage entre la date de sortie d’école et de premier album n’est pas nécessairement significatif d’une vocation tardive. Ce décalage peut s’expliquer par la volonté de s’assurer un revenu régulier, dans l’illustration ou le graphisme, avant de se lancer dans un projet en bande dessinée, synonyme d’investissement temporel et moins lucratif, sauf à toucher une avance de la part d’un éditeur ou une subvention publique.

16 Un tel constat explique sûrement le peu d’empressement de ses responsables à faire évoluer le nom de l’atelier bien que plusieurs anciens élèves parmi les plus reconnus dans le domaine de la bande dessinée donnent l’impression que les arts décoratifs de Strasbourg forment d’abord des auteurs de bande dessinée. Une telle vision est toutefois la conséquence d’une focalisation sur ce dernier domaine et non sur celui plus large de l’image dessinée.

17 Une étude globale, sur le modèle de celle des EGBD, appréhendant illustration et bande dessinée fait défaut, sauf à l’échelle régionale, cf. l’étude de la Confédération de l’Image et du Livre Alsace. URL : https://issuu.com/clindoeil1/docs/maquette_cil_illustrateurs_issue_26

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1
Légende Evolution du nombre d’élèves de l’atelier d’illustration : à gauche en valeur absolue ; à droite en pourcentage par rapport à l’ensemble des ateliers.
Crédits Source : données et graphique de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/4646/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 2
Légende Nombre de diplômables présentant au moins une bande dessinée. (valeur absolue)
Crédits Source : données et graphique de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/4646/img-2.png
Fichier image/png, 19k
Titre Tableau 3
Légende Nombre d’étudiants cités dans BDGest par rapport au nombre de diplômables (individus)
Crédits Source : données et graphique de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/4646/img-3.png
Fichier image/png, 19k
Titre Tableau 4
Légende Présents dans BDGest ayant présenté une bande dessinée en travail de fin d'année (valeur absolue)
Crédits Source : données et graphique de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/4646/img-4.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 5
Légende Intensité de la présence dans BDGest
Crédits Source : données et graphique de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/4646/img-5.png
Fichier image/png, 6,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Caraco, « Devenir auteur de bande dessinée. Le cas des anciens élèves de l’atelier d’illustration de Strasbourg », Comicalités [En ligne], Théorisations et médiations graphiques, mis en ligne le 12 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/comicalites/4646 ; DOI : https://doi.org/10.4000/comicalites.4646

Haut de page

Auteur

Benjamin Caraco

Benjamin Caraco est conservateur des bibliothèques à l’université de Strasbourg. Docteur en histoire et chercheur associé au Centre d'histoire sociale des mondes contemporains, ses travaux portent sur l’histoire culturelle de la bande dessinée (éditeurs, enseignements).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search