Navigation – Plan du site

AccueilThématiquesHistoire et influence des pratiqu...Pratiquer la bédéphilieUne catégorie ambiguë : le « spéc...

Pratiquer la bédéphilie

Une catégorie ambiguë : le « spécialiste »

An Ambiguous Category: the “Specialist”
Thierry Groensteen

Résumés

La recherche sur la bande dessinée a été historiquement, et continue à être (dans une proportion moindre qu’autrefois), conduite en dehors du champ académique. Elle est le fait de spécialistes passionnés, pour certains d’entre eux autodidactes, qui souvent occupent des fonctions multiples à l’intérieur du monde professionnel de la bande dessinée. Cet article tente de définir leur profil type, en opposition à celui du chercheur universitaire.

Haut de page

Texte intégral

Préambule par la rédaction :

Nous publions ci-dessous l’intervention qu’a donnée Thierry Groensteen lors du colloque MEDIABD du 27 et 28 juin 2019 (Cité de la Bande Dessinée et de l’Image, à Angoulême). Thierry Groensteen est un théoricien et historien de la bande dessinée actif depuis les années 1980. Ses mémoires sont parues sous le titre Une vie dans les cases en 2021 chez PLG, et il a récemment dirigé Le Bouquin de la bande dessinée, compilation d’articles pour certains issus de son Dictionnaire esthétique e thématique de la bande dessinée en ligne (2021, chez Robert Laffont). Dans son intervention, il interroge, à partir de sa propre expérience, les frontières de la notion de « spécialiste » de la bande dessinée.

Nous lui avons posé trois questions complémentaires pour introduire et contextualiser son intervention :

Vous définiriez-vous comme un bédéphile, que ce soit maintenant ou à une autre période de votre vie ?

Convenons que l’on peut nommer bédéphile une personne qui aime la bande dessinée et qui en a acquis une bonne connaissance. Dans le contexte où j’ai grandi, celui où le médium était méprisé par les élites, tenu en suspicion par les éducateurs et assimilé à un divertissement infantile, le bédéphile était en outre quelqu’un qui avait à cœur de défendre l’objet de sa passion et de militer pour sa reconnaissance. Je crois que dès l’adolescence j’ai correspondu à ce profil.

Vous employez le terme « bédélogue » dans votre série d’entretiens avec des spécialistes (GROENSTEEN, 2016-2018), et ce terme semble fusionner le préfixe « bédé » de « bédéphile » avec le suffixe « -logue » du savant. Est-ce que pour vous les catégories de « spécialiste » et de « bédéphile » sont interchangeables ? Faut-il être bédéphile pour être spécialiste de bande dessinée ?

Je ne savais pas sous quel terme réunir des personnes aussi dissemblables que Pierre Fresnault-Deruelle et Gilles Ratier ou Henri Filippini. Je me suis souvenu du fait qu’Yves Frémion aime à se présenter comme « iconologue ». J’ai donc forgé ce néologisme, facile à comprendre, mais auquel je n’ai pas cru devoir donner de définition plus précise. Pour répondre plus particulièrement à votre question, je vois mal comment l’on pourrait vouloir devenir un spécialiste de la bande dessinée sans être préalablement déjà bédéphile. Les termes ne sont pas interchangeables mais il y a une continuité de l’un à l’autre.

Vous avez dirigé Les Cahiers de la Bande Dessinée entre 1984 et 1988, à l’origine une revue importante de la bédéphilie des années 1970. A partir de cette expérience, comment passe-t-on, historiquement, du « bédéphile » au « spécialiste » ? Comment franchit-on cette frontière ?

Je crois être devenu spécialiste à partir du moment où j’ai donné à mon étude de la bande dessinée une dimension systématique (dépouillant et épluchant toute la littérature spécialisée) et où j’ai commencé à nourrir mes articles de références à l’histoire du genre, d’une part, à la théorie, de l’autre.

1Paris, Lille, Calgary, Austin, Indiana, Alberta, Limoges, Liège, Louvain, Bordeaux, Gand, Lyon, Poitiers, Nice... Tous les intervenants qui participent à ce colloque sont rattachés à une université et parlent à ce titre, investis de l’autorité que leur confère leur appartenance au monde académique.

2J’ai bien peur d’être le seul à faire exception.

3Comme la règle veut qu’à chaque intervenant corresponde un rattachement, le programme me range sous la double bannière de l’EESI (École Européenne Supérieure de l’Image) et de la CIBDI (Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image). Mais cette double appartenance, que je n’ai pas revendiquée, est quelque peu fallacieuse : à l’EESI je ne suis qu’un simple intervenant ponctuel, titulaire d’aucun poste, et la Cité ne me salarie plus depuis plus de cinq ans – c’est en free lance que je remplis certaines missions pour elle.

4En un mot, je suis ce qu’il faut appeler un chercheur indépendant.

5Si je suis fréquemment invité à participer à des colloques sur la bande dessinée, en France et à l’étranger, où je me retrouve bien souvent dans cette situation d’être le seul non-universitaire, c’est que l’on me reconnaît une expertise, une légitimité que me valent mes écrits et les autres activités que j’ai conduites autour et en faveur de la bande dessinée depuis environ quatre décennies.

6Vous me pardonnerez, je l’espère, d’avoir ouvert cette communication par une évocation de mon cas personnel. Il s’agit certainement d’un cas particulier, mais il n’en fait pas moins symptôme. Il existe en effet, dans le champ de la bande dessinée, une activité de recherche soutenue, visible, qui n’est pas conduite dans l’université ou depuis l’université. Elle est pratiquée par ceux que, faute de mieux, j’appellerai les spécialistes et que, en paraphrasant Godard, on pourrait même appeler les « spécialistes de la spécialité ».

7Je voudrais aujourd’hui apporter quelques éléments de réflexion pour mieux cerner cette catégorie par définition assez floue, notamment dans son opposition avec les chercheurs du monde académique que vous êtes, mesdames et messieurs.

8Dans la première génération de bédéphiles francophones, on comptait deux universitaires : l’historien Pierre Couperie, investi dans l’étude de la bande dessinée dès le début des années soixante, et le sémiologue Pierre Fresnault-Deruelle, dont le premier ouvrage sur le sujet parut en 1972. Autour d’eux, le mouvement bédéphile regroupait une nébuleuse de personnalités venues d’horizons divers : des gens de cinéma (Claude Beylie, Alain Resnais, Barthelémy Amengual...), des hommes exerçant des responsabilités dans le monde de l’édition (Francis Lacassin, Claude Moliterni, Jacques Sadoul), des enseignants (Edouard François, Antoine Roux, Jean-Claude Glasser, Guy Gauthier, Bernard Toussaint...), et des francs-tireurs comme Numa Sadoul, homme de théâtre – mais qui avait passé une Maîtrise de Lettres sur la BD en 1971 –, ou Jean-Pierre Dionnet, qui fut vendeur aux puces, puis commis à la librairie Futuropolis...

9Les uns et les autres publiaient dans les mêmes revues d’étude, qui étaient généralement l’émanation d’une association ou d’un club. En dehors de rares numéros spéciaux – je pense en particulier à Communications n°24, en 1976 –, les revues académiques n’accordaient alors aucune place à la bande dessinée. Internet n’existait pas encore. Les lieux où se déposait le savoir étaient donc ces revues. Pour ne citer que les principales : Giff-Wiff (1962-1967) puis Phénix (1966-1977) et, à partir de 1977, Le Collectionneur de bandes dessinées. Lieux œcuméniques, où l’on ne demandait pas aux contributeurs de faire état de références académiques : la passion suffisait à les recommander et à leur ouvrir les colonnes. Henri Filippini, qui rédigeait seul le bulletin de la Société française de bande dessinée, intitulé Alfred, avait arrêté ses études au niveau du collège.

10Néanmoins, les bédéphiles, qui militaient pour la légitimation de l’objet qu’ils chérissaient, n’ignoraient pas qu’un titre universitaire pouvait les servir et leur apporter un surcroît de légitimité. C’est ainsi que Claude Moliterni se prévalait indûment d’être chartiste.

11Les temps ont bien changé. Aujourd’hui, la bande dessinée s’apprend dans des écoles, et cet enseignement se voit presque partout prolongé par des deuxièmes cycles (masters en bande dessinée), sans parler de la possibilité de faire un doctorat. Dès lors, les auteurs de bande dessinée qui consacrent une partie de leur activité à l’enseignement sont incités à se muer en chercheurs et à décrocher à leur tour cette onction académique en s’inscrivant en thèse. C’est le cas, parmi les enseignants de l’EESI, de Benoît Preteseille et Johanna Schipper, qui sont parmi nous, comme avant eux ce fut celui de Jean-Christophe Menu.

12Il est intéressant de se pencher sur la composition des équipes rédactionnelles des revues d’études. Au Collectionneur de bandes dessinées, elle était plutôt éclectique : Michel Béra était statisticien, Michel Angot travaillait à l’office des HLM, Patrice Caillot était conservateur à la Bibliothèque nationale de France, Philippe Mellot était journaliste, Michel Denni libraire et Jacques Bisceglia bouquiniste.

13Dans la première équipe de Schtroumpf qu’avait réunie Jacques Glénat, les principaux collaborateurs étaient avant tout des écrivains. J’ai déjà cité Numa Sadoul, homme de théâtre ; il convient d’y ajouter les noms de François Rivière, critique littéraire, qui publia ses deux premiers romans dans les années 1970 ; et celui d’Yves di Manno qui, dans cette même décennie, collabora à de nombreuses revues de poésie.

14Lorsque, en 1984, je dus en hâte constituer une équipe pour animer les nouveaux Cahiers de la bande dessinée (nouvelle appellation officielle du même Schtroumpf, pour le même éditeur), ma démarche fut assez semblable. Je pouvais m’appuyer sur mes complices Harry Morgan et Thierry Smolderen, et sur Bruno Lecigne, qui avait certes publié des essais sur la bande dessinée chez Futuropolis et Magic Strip, mais qui était par ailleurs écrivain de science-fiction (auteur de dix romans avec Sylviane Corgiat) et qui sera plus tard scénariste pour la télévision. C’était insuffisant pour remplir 100 pages serrées tous les deux mois. Pour compléter l’équipe, dans un premier temps, je cherchai autour de moi, à Bruxelles, des « plumes », c’est-à-dire de jeunes écrivains qui n’avaient jamais rien écrit sur la bande dessinée jusque-là mais qui éprouvaient un certain intérêt à son endroit. C’est sur cette base que furent recrutés Anita Van Belle, Patrick Delperdange, Arnaud de la Croix et Luc Dellisse... Je ne crois pas qu’aucun de ceux-là revendiquerait le titre de spécialiste de la bande dessinée. Il n’empêche que, venus au journalisme spécialisé par l’écriture, ils ont produit quantité d’articles sur le sujet pendant les cinq années où je fus à la tête du titre.

15Une revue, un magazine, sont par définition des lieux de confrontation entre plusieurs paroles. On demandait autrefois aux personnes qui s’exprimaient publiquement « d’où » elles parlaient. On voit que, au sommaire des revues d’études, ont cohabité des rédacteurs présentant des profils hétérogènes : les uns s’exprimant principalement au nom d’une expertise revendiquée par rapport à l’objet, d’autres en tant qu’amateurs éclairés, d’autres encore se définissant plutôt comme des hommes (plus rarement des femmes) d’écriture, qui saisissaient simplement l’opportunité qui leur était offerte d’essayer de dire quelque chose à propos des œuvres de bande dessinée qui leur étaient soumises.

16À une époque pas très lointaine où les travaux universitaires sur la bande dessinée étaient encore rares, des livres comme Case, planche, récit, de Benoît Peeters (Casterman, 1991), Système de la bande dessinée, de votre serviteur (PUF, 1999), Principes des littératures dessinées, de Harry Morgan (L’An 2, 2004), ou Naissances de la bande dessinée, de Thierry Smolderen (Les Impressions nouvelles, 2009), pour ne mentionner que ceux-là – mais il conviendrait d’y ajouter notamment les entretiens de Sadoul avec Hergé et ceux de Petitfaux avec Pratt – se sont imposés comme des ouvrages de référence et sont devenus des classiques de la littérature secondaire, utilisés et cités par la recherche académique.

17Pourtant, les ouvrages en question ne s’embarrassent pas toujours des précautions qui caractérisent cette dernière ; l’appareil de notes peut être plus succinct, le vocabulaire plus accessible, l’approche plus directe. D’où, par exemple, les contorsions sémantiques de la directrice de la collection « Formes sémiotiques », aux PUF, qui, tout en y accueillant mon Système de la bande dessinée (et plus tard le volume 2, Bande dessinée et narration), crut devoir, en quatrième de couverture, avertir le lecteur qu’il s’agissait d’« un essai fort éloigné de l’horizon de pensée analytique, théorique et axiomatique des ouvrages publiés jusqu’ici ». C’est ainsi : les ouvrages théoriques conçus par les chercheurs indépendants se tiennent toujours dans un entre-deux inconfortable : trop conceptuels pour les uns (l’anti-intellectualisme étant assez répandu dans le milieu de la bande dessinée), mais ne donnant pas assez de gages de rigueur scientifique pour les autres.

18En outre, la volonté de conduire une activité de recherche pour laquelle on n’a aucun mandat, aucune légitimité institutionnelle, peut se heurter à d’autres obstacles. Pour un « spécialiste » travaillant en dehors du champ académique, les exigences de la recherche doivent souvent composer avec celles du journalisme ou de l’édition, notamment en termes de délais, et il arrive que le conflit entre les deux prenne un tour assez aigu. Je me souviens, par exemple, d’avoir reçu commande de La Bande dessinée, son histoire et ses maîtres (Skira Flammarion / CIBDI) et de m’être vu signifier que j’avais neuf mois pour accoucher du manuscrit, le livre devant paraître au moment de l’ouverture du nouveau musée de la bande dessinée, en juin 2009. Des conditions qui, regrettablement, ne laissaient guère le temps pour des recherches approfondies, obligeaient à rendre un ouvrage de seconde main, une synthèse de travaux antérieurs, qui de surcroît ne pouvait qu’être rédigée à la hâte, au fil de la plume.

19Les spécialistes contribuent certes au développement des connaissances et de la réflexion, mais ils se distinguent encore des chercheurs universitaires sous deux aspects. 1° Ils sont généralement moins restrictifs quant à leur objet d’étude, et moins enfermés dans le cadre d’une discipline ou les présupposés d’une méthode. 2° À côté de leur travail – intermittent – de chercheur, ils exercent quantité d’autres activités en rapport avec la bande dessinée. C’est particulièrement le cas de ceux qui cherchent à vivre de leur passion et ne peuvent y arriver qu’en multipliant les collaborations.

20Le spécialiste est donc souvent quelqu’un qui se déplace d’une fonction à l’autre, enchaînant ou cumulant des expériences professionnelles multiples, une sorte d’acteur tous terrains du monde de la bande dessinée.

21Didier Pasamonik, pour prendre un premier exemple, a été éditeur (successivement chez Magic Strip, Bethy et Hachette), conseiller éditorial ou directeur de collection, journaliste, essayiste, responsable d’un site d’actualité (Actuabd) et commissaire de plusieurs expositions.

22Renaud Chavanne, en plus de ses activités extérieures au champ de la BD, comme journaliste et consultant, est l’organisateur du salon SOBD, l’animateur d’une librairie en ligne et l’auteur d’essais sur la bande dessinée.

23Thierry Smolderen est enseignant et scénariste.

24Patrick Gaumer – qui a le Bac pour tout diplôme – a été libraire puis journaliste spécialisé et continue, au gré des opportunités, à être tour à tour préfacier, commissaire d’expositions, conférencier, formateur, animateur de rencontres, gagnant sa vie comme spécialiste en bande dessinée free lance.

25Moi-même, j’ai été rédacteur en chef de revues spécialisées, directeur de musée, organisateur de colloques, et suis encore, et tout à la fois, éditeur, enseignant, scénariste, commissaire d’expositions, essayiste et conférencier.

26Cette multi-activité a valu, dans son pays, à notre collègue anglais Paul Gravett le sobriquet de « the man at the crossroads », l’homme qui se tient au carrefour.

27S’agissant strictement des travaux écrits, les spécialistes se voient ouvrir une multitude de supports : revues et sites spécialisés, hors-série de magazines tels que L’Express, Géo, Les Inrocks, L’Histoire ou Paris Match, rééditions de bandes dessinées patrimoniales désormais presque systématiquement assorties d’un appareil critique, ouvrages collectifs – le fait de signer un livre en nom propre apparaissant comme une manière de couronnement qui assied une stature d’auteur, bien qu’il puisse être le résultat d’une commande et non d’une initiative personnelle.

28Un nombre non négligeable de spécialistes ont aussi été amenés à exercer des responsabilités dans le monde de l’édition de bandes dessinées : ainsi Moliterni chez Hachette, Filippini chez Glénat, Lecigne aux Humanoïdes associés, Peeters et de la Croix chez Casterman – moi-même comme fondateur des éditions de l’An 2.

  • 1 Le dossier comprend un septième entretien, avec Pierre Fresnault-Deruelle. Il est en ligne à cette (...)

29J’ai conduit, entre 2016 et 2018, une série d’entretiens avec Patrick Gaumer, Louis Cance, Numa Sadoul, Yves Frémion, Dominique Petitfaux et Gilles Ratier, publiés sur la revue en ligne NeuvièmeArt2.0 dans un dossier intitulé « profession bédélogue »1. C’est un échantillon suffisant, sans doute, pour tenter de vérifier s’il existe, parmi les spécialistes, des profils ou des parcours type.

30Un trait récurrent particulièrement frappant est un intérêt précoce, non seulement pour les bandes dessinées elles-mêmes, mais pour leur étude.

31Filippini s’était abonné à Giff-Wiff avant l’âge de 20 ans. Il témoigne :

« Non seulement j’étais passionné par la BD, mais j’ai toujours été curieux de savoir ce qu’il y avait derrière, de connaître le dessinateur, le scénariste, l’éditeur… »

32Petitfaux :

« Dès l’âge de sept-huit ans j’avais commencé à établir des listes, des bibliographies des grandes séries. »

33Gaumer :

« À treize ou quatorze ans, j’étais abonné à Phénix et au Rantanplan d’André Leborgne. (...) ... je voulais approfondir, en savoir plus. Je commençais à faire des petites fiches pour rassembler les renseignements disponibles sur les auteurs. Quand un dessinateur me frappait, mettons Hermann, je voulais connaître sa vie, savoir ce qu’il avait pu faire d’autre... Ou connaître l’historique d’une revue... »

34La volonté d’organiser les bribes d’information qu’il était possible de collecter auprès des rares sources disponibles dans les années 1960 et 1970 a conduit les spécialistes de cette génération à créer, individuellement, leurs propres outils : fichiers, listes, répertoires, bibliographies. Démarche d’autodidacte, sans doute, mais qui procédait d’une nécessité : celle de pallier l’absence d’ouvrages de référence ou de bases de données.

35Même encore aujourd’hui qu’il a cessé de rédiger le rapport annuel de l’ACBD, Gilles Ratier tient des listes de toute la production, répertorie tout ce qui se publie.

36Yves Frémion dit avoir commencé à faire des fiches sur les dessinateurs à l’âge de 20 ans : « Ce sont des fiches cartonnées de format 125 x 200, illisibles pour tout autre que moi. J’en ai des dizaines de milliers, qui représentent cinquante ans de travail. »

37Le 30 avril 2010, sur mon blog Neuf et demi, j’expliquais comment j’avais, moi aussi, commencé à vingt ans à noircir des fiches bristol (« jaunes pour les auteurs, bleues pour les revues, blanches pour les ouvrages de référence »), tâche que j’avais poursuivie avec plus ou moins d’assiduité « jusqu’au début des années quatre-vingt-dix », les fiches ayant fini par « remplir trois gros boîtiers ».

38Contrairement à Ratier ou Frémion, j’ai non seulement cessé de mettre mes fiches à jour, je m’en suis même débarrassé, considérant que « la bibliographie spécialisée [s’était], entre-temps, considérablement étoffée en ouvrages de référence généraux, sectoriels ou monographiques, jusqu’à constituer une bibliothèque entière » et que l’information était donc désormais disponible, si on savait où aller la chercher.

39À l’opposé des théoriciens dont j’ai cité les ouvrages tout à l’heure, on observe donc, chez une certaine catégorie de spécialistes de la bande dessinée, une obsession pour l’archivage, une prédilection pour les bibliographies, l’encyclopédisme, l’accumulation érudite, la collecte et la compilation d’informations. Les spécialistes ayant ce profil trouvent leur plaisir dans le fait de dépouiller la collection d’un périodique ou d’établir la bibliographie exhaustive d’un auteur et en tirent fierté.

40On doit observer que cette propension à l’exhaustivité maniaque, qui a partie liée avec le collectionnisme, va souvent de pair avec une certaine anesthésie du jugement, une absence revendiquée de discrimination. Ainsi Patrick Gaumer a-t-il signé un très grand nombre de préfaces ou d’appareils critiques, non seulement pour les Archives Goscinny et pour une intégrale Blueberry, mais également, de façon indifférenciée et au gré des sollicitations, toutes également bien accueillies, pour Michel Vaillant, Buck Danny, Thorgal, Les Tuniques bleues, Tanguy et Laverdure, Simon du Fleuve ou Boulouloum et Guiliguili... sans parler des monographies sur Tibet, Duchâteau, Cauvin et Rosinski. De même, Dominique Petitfaux a déployé de grands efforts pour réhabiliter Pat’ Apouf, de Gervy, et Gilles Ratier s’emploie à faire rééditer les bandes dessinées oubliées de Jean-Michel Charlier, sans paraître se demander si elles n’auraient pas été oubliées pour de bonnes raisons. Dès l’instant où une bande dessinée a existé, où elle a eu une surface d’apparition dans l’un des grands magazines canoniques de la tradition franco-belge, cette sorte de spécialistes considère qu’elle appartient au patrimoine et mérite autant de considération que les œuvres plus remarquables par leurs qualités artistiques.

41Dans l’article « Bédéphilie » qu’elle a rédigé pour le Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, Julie Demange écrit :

« Les membres de la SOCERLID [avaient] à cœur de faire connaître [les œuvres des grands auteurs] par de longs articles, par la réalisation d’entretiens, de rencontres et d’expositions. Une démarche analogue à celle de la "politique des auteurs" théorisée par François Truffaut en 1955 et développée par les cinéphiles des Cahiers du Cinéma, une décennie plus tôt. Pourtant, que ce soient les rédacteurs de Giff-Wiff ou ceux de la SOCERLID, ils refusent de se désigner et d’être désignés comme des critiques. Ils se revendiquent amateurs et c’est cet "amour de la BD" qu’ils souhaitent partager et faire estimer à un public élargi. S’ils n’ont pas hésité à désigner les bandes dessinées qu’ils appréciaient comme des "chefs-d’œuvre", ils n’ont en revanche guère cherché à établir les critères du jugement esthétique. »

42Harry Morgan, dressant le bilan historique des discours sur la bande dessinée, a lui aussi dénoncé la propension à l’encyclopédisme qui caractérise l’élaboration d’un discours fanique.

43Cette passion dévorante et indifférenciée qui se traduit, d’un côté par la manie de l’archivage et de la compilation, de l’autre par le refus du jugement critique, va souvent de pair avec un certain conservatisme, un attachement aux formes anciennes, correspondant à l’état de la création à l’âge où les intéressés l’ont découverte, une difficulté – pointée elle aussi par Morgan – à intégrer et à apprécier les évolutions plus récentes. Henri Filippini a incarné ce conservatisme jusqu’à la caricature. Ainsi, dans l’entretien qu’il m’a accordé, fidèle aux positions qu’il a toujours défendues, il déclare :

« La bande dessinée, ça raconte des histoires, ça dépayse, et c’est un travail d’artisan. Quand on raconte sa dernière crise de foie, ou le trajet conduisant de la chambre à la cuisine, ce n’est plus la même chose. »

44Toutefois, il me paraît important de souligner que nos spécialistes ne sont pas les seuls à avoir forgé dans l’enfance un lien affectif avec la bande dessinée. Les chercheurs travaillant au sein de l’institution académique et qui ont élu la bande dessinée comme objet d’étude l’ont le plus souvent fait pour des raisons analogues. Pierre Fresnault-Deruelle en témoigne, qui dit avoir été « hypnotisé » dans son enfance par le dessin d’Hergé. De même, pour nombre de chercheurs – notamment américains – qui travaillent de façon restrictive sur les seuls super-héros, souvent sans avoir de connaissance plus large de l’histoire de la bande dessinée, il est évident, à les lire ou à les entendre, qu’ils ne sont rien d’autre que des fans reconvertis en chercheurs, la recherche étant après tout un moyen comme un autre de réactiver des affects, de se complaire dans une forme d’attachement nostalgique.

45Ce qui définit un spécialiste, c’est d’avoir des connaissances approfondies sur un domaine. Mais l’expertise dont il se prévaut comporte aussi, presque toujours, une expérience professionnelle, un savoir pratique tiré du fait d’avoir travaillé dans le monde de la bande dessinée comme animateur de fanzine, libraire, bibliothécaire, enseignant, éditeur ou à tout autre poste, d’avoir fréquenté des auteurs, participé à des festivals, baigné dans un réseau relationnel. Les connaissances du spécialiste ne sont pas seulement livresques, elles proviennent de tous les échanges qu’il a noué au fil du temps avec un grand nombre d’autres acteurs du champ. Le spécialiste est à l’intérieur du champ, quand le chercheur universitaire reste généralement extérieur à celui-ci.

46Une dernière différence entre l’un et l’autre concerne son rapport à la légitimation culturelle de la bande dessinée. Par le seul fait qu’elle s’y intéresse, l’université y contribue ; elle confère une certaine dignité aux « Petits Miquets » en en faisant un objet d’étude, fût-ce comme élément de la Popular Culture. Pour les spécialistes, du moins jusqu’aux années 2000, la légitimation culturelle de la bande dessinée était un objectif à atteindre, et la volonté d’y contribuer s’inscrivait en filigrane de leurs écrits et de toutes leurs initiatives dans le champ. Convaincus, pour leur part, de la valeur artistique et culturelle de la littérature graphique, ils souffraient de voir que celle-ci n’était pas universellement reconnue ; aussi leurs actions, leurs prises de parole étaient-elles animées, explicitement ou implicitement, par une forme de militantisme. Leur seule autorité ne suffisait pas à produire un effet de légitimité, celle-ci devait donc être conquise, démontrée. Leurs travaux – les miens y compris – en acquéraient parfois une dimension par trop démonstrative, entre effusion du passionné et rhétorique du polémiste. Dans la mesure où la légitimité de la bande dessinée semble à présent à peu près acquise, cette différence-là, du moins, entre les chercheurs académiques et les autres, me semble s’être estompée.

Haut de page

Bibliographie

DEMANGE, Julie. « Bédéphilie » [en ligne]. In GROENSTEEN, Thierry (dir.), Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée. Juillet 2017. [consulté le 20 février 2021]. Disponible sur le Web. URL <http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article1169>.

GROENSTEEN, Thierry. « Adieu aux fiches » [en ligne]. In Neuf et demi, le blog de Thierry Groensteen. 30 avril 2010. [consulté le 20 février 2021]. Disponible sur le Web. URL <http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article244>.

GROENSTEEN, Thierry. « Profession bédélogue » [en ligne]. Dossier d’entretiens réunis dans Neuvième art 2.0. 2016-2018. [consulté le 20 février 2021]. Disponible sur le Web. URL <http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique160>

MORGAN, Harry. « Les discours sur la bande dessinée. Bilan historique ». Neuvième Art hors-série : La bande dessinée, bien ou mal culturel ? Angoulême. CNBDI. Juillet 2007. Disponible sur le Web. [consulté le 20 février 2021]. Disponible sur le Web. URL <http://theadamantine.free.fr/univete.html>.

Haut de page

Notes

1 Le dossier comprend un septième entretien, avec Pierre Fresnault-Deruelle. Il est en ligne à cette adresse : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique160/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Groensteen, « Une catégorie ambiguë : le « spécialiste » », Comicalités [En ligne], Histoire et influence des pratiques bédéphiliques, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/comicalites/5338

Haut de page

Auteur

Thierry Groensteen

Thierry Groensteen est un historien et théoricien de la bande dessinée, docteur en lettres modernes et essayiste. Il a dirigé entre 1984 et 1988 la revue Les Cahiers de la Bande Dessinée, puis Neuvième Art à partir de 1996. Il est conseiller scientifique à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image à Angoulême.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Presses Universitaires de Liège
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search