Navigation – Plan du site

AccueilDossiers thématiquesHistoire et influence des pratiqu...2022Pratiquer la bédéphilieLes manifestations générationnell...

2022
Pratiquer la bédéphilie

Les manifestations générationnelles de la passion bédéphilique : un traitement secondaire de l’enquête de 2011 sur le lectorat de bande dessinée

Generational manifestations of bedephilia: a secondary treatment of the 2011 survey on comic book readership
Sylvain Aquatias

Résumés

L’enquête menée en 2011 par la Bibliothèque Publique d’Information et le Département des Études, de la Prospective et des Statistiques du ministère de la Culture et de la Communication a permis d’avoir une vision plus précise des pratiques de lecture de bande dessinée en France, dans toute leur diversité. De même qu’il y a plusieurs catégories de lecteurs, les chiffres issus de l’enquête, analysés ici de façon plus ciblée autour de la notion de « passion », démontrent également l’existence de plusieurs catégories de bédéphiles. Si une pratique comme la collection définit de façon évidente la passion bédéphilique, elle ne peut s’y limiter au regard de l’étude qui nous permet de détailler la variété des critères qui déterminent un comportement de fans. La prise en compte de la variable générationnelle permet d’identifier au moins trois populations de passionnés aux pratiques différenciées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1De larges transformations ont affecté la bande dessinée depuis l’après-guerre, où ce medium s’affirmait avant tout dans les revues illustrées destinées aux enfants : on a vu l’avènement de la bande dessinée adulte et du roman graphique, la disparition de la majorité des revues et la consécration de l’album, l’arrivée de productions étrangères conséquentes, avec notamment le développement du marché des mangas et des comics, puis, ces dernières années, l’expérimentation de nouveaux formats numériques. On ne peut croire que ces transformations ne puissent agir sur les pratiques mêmes des lecteurs.

  • 1 Notamment, mais pas seulement, Lombardo Philippe, Wolff Loup, « Cinquante ans de pratique culturell (...)
  • 2 L’enquête a été réalisée par TMO Régions sous la direction de Jacques Bonneau et Vincent Guillaudeu (...)
  • 3 De plus, les jeunes âgés de 11 à 14 ans avaient été interrogés soit par téléphone, directement à la (...)
  • 4 La catégorie « bande dessinée » regroupe ici aussi bien bande dessinée franco-belge traditionnelle (...)

2Pour les étudier, une enquête s’impose : celle menée en 2011 par la Bibliothèque Publique d’Information (BPI) et du Département des Études, de la Prospective et des Statistiques (DEPS) du ministère de la Culture et de la Communication. Si cette recherche est déjà ancienne — depuis sa parution, on a pu voir arriver quelques autres recherches portant plus ou moins directement sur le lectorat de bande dessinée1 —, elle est néanmoins la seule à notre connaissance à permettre une approche claire des différents publics de la bande dessinée et donc de tenter de différencier ceux-ci en fonction de leurs pratiques. Elle traitait un échantillon représentatif de 4981 personnes2, lecteurs, non-lecteurs et anciens lecteurs. Seuls les lecteurs de bande dessinée au moment de l’enquête nous intéresseront ici, ce qui constitue presque un tiers de l'échantillon (32 %). Cependant, si les enfants et les adolescents peuvent posséder des bandes dessinées, ce n'est pas toujours de leur propre chef et les conceptions mêmes de leurs parents peuvent agir sur la possession de bande dessinée3. On sait aussi que, parmi les jeunes, nombreux sont ceux qui arrêteront de s'intéresser à la bande dessinée : c’est 76 % de la population qui a lu de la bande dessinée étant enfant, mais c’est moins de la moitié de cette proportion (32 %) qui a poursuivi cette lecture à l’âge adulte (Aquatias, 2015). Pour ces raisons, nous avons décidé de ne considérer ici que les adultes lecteurs actuels de bande dessinée4, soit 1258 personnes.

3Cette population devrait nous permettre d’examiner les variations des pratiques du lectorat de bande dessinée et plus encore de celui des passionnés : le bédéphile est-il un simple lecteur acharné, un collectionneur qui accumule les volumes, un « fan » qui court les dédicaces, un esthète qui parcourt les expositions, ou tout cela à la fois ? Si la bédéphilie s’inscrit bien dans le domaine des passions ordinaires, auxquelles on sacrifie argent, temps et espace (BROMBERGER, 1998), il nous faut mieux rendre compte de la variété des pratiques et des facteurs agissant. C’est l’objet de cet article.

La bédéphilie, la collection, la passion

4On pourrait penser que le moyen le plus évident d’aborder la bédéphilie serait de le faire par l’angle de la collection. Penser qu’aimer la bande dessinée amènerait avant tout à en posséder ne semble pas illogique. Mais, si collectionner consiste à rassembler peu à peu des objets, deux variables vont se montrer déterminantes : l'âge et les revenus de la personne considérée. En effet, les livres de bande dessinée, comme bien d'autres objets, ont un coût qui ne permet pas aux moins fortunés d'en constituer une accumulation massive en peu d’années ; les revenus et l'ancienneté de la passion entrent donc en compte. Or, si l’accumulation se construit dans le long terme, il sera difficile de l’observer chez les plus jeunes passionnés. C’est ce que montre le tableau suivant.

  • 5 Les classes d’âge ont été constituées par tranches égales à partir de 18 ans, âge légal de la major (...)
  • 6 Les indicateurs retenus ici pour déterminer la fiabilité des tableaux statistiques sont bien sûr le (...)

Tableau 1. Nombre de bandes dessinées possédées en fonction de l’âge5, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs (n = 1258). Khi2 =60,4 ddl =12 p =0,001 (Très significatif)6. Les cellules grises indiquent un lien statistique positif entre une partie de l’échantillon et une des variables, déterminé par le PEM (pourcentage d’écart maximal), lien d’autant plus fort que la cellule est foncée.

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

  • 7 Pour contrôler ce point, nous avons fait un croisement entre la taille des collections et la statut (...)

5On voit ici un phénomène d’accumulation assez logique au niveau des 48 à 57 ans. Si l'on considère qu'une collection se construit dans la durée, il n'y a rien là d'étonnant. En toute logique, il faudrait aussi considérer les revenus desdites personnes : collectionner est une passion coûteuse. Nous avons peu d'indications sur ce point dans l’enquête. Les catégories socio-professionnelles montrent que l’accumulation de livres est liée aux revenus puisque ce sont 26 % des artisans, commerçants et chef d’entreprises et 25 % des cadres et professions supérieures qui ont une collection de plus de 100 volumes contre 19 % des professions intermédiaires, 13 % des ouvriers et 9 % des employés. C’est au demeurant chez les employés (38 % d’entre eux), les ouvriers (34 %) et les inactifs (49 % d’entre eux) que l’on trouve les collections les plus faibles. Si le rôle des revenus est indéniable, le seul indicateur des catégories socioprofessionnelles reste un peu général et il nous faudrait plus de précision pour statuer sur ce point7.

6Au demeurant, il semble difficile de penser que les différentes générations de lecteurs aient de mêmes pratiques. Empiriquement, on peut postuler qu’entre un collectionneur né dans les années 60, imprégné par une bande dessinée avant tout diffusée dans la presse, puis s’installant dans les bibliothèques familiales et publiques au fur et à mesure que s’affirme sa légitimité (Boltanski, 1975) et un jeune lecteur, né dans les années 90, ayant d’abord connu les récits sériels des mangas, les ayant peut-être découvert d’abord à travers les dessins animés diffusés à la télévision, en ayant lu peut-être au travers des scantrad publiés sur Internet et ne disposant pas des moyens que nécessite l’accumulation d’une vaste collection, il existera des différences de pratiques, qui, pourtant, ne remettront pas en cause leur passion pour la bande dessinée. Il importe donc de ne pas saisir uniquement la bédéphilie à travers le critère de la grandeur des collections.

7Deux autres indicateurs permettent de s’assurer d’un intérêt des lecteurs pour la bande dessinée : le fait qu’ils la qualifient de passion et le fait qu’ils déclarent ne pas pouvoir s’en passer. Ces deux indicateurs doivent d’abord être comparés à l’importance des bibliothèques personnelles pour que nous puissions valider notre approche. En effet, ces deux indicateurs sont plus subjectifs que le chiffrage des livres possédés, puisqu’ils reposent sur la manière dont les lecteurs considèrent leurs pratiques. Nous allons donc les comparer à la possession d’ouvrages pour vérifier leur pertinence.

8En premier lieu, nous allons examiner la question du sentiment de manque face à l’absence de bande dessinée : parmi les questions de l’enquête, l’une demandait aux personnes interrogées si ne pas lire de la bande dessinée pendant six mois leur manquerait. Ce sont 16 % des lecteurs adultes qui répondent beaucoup, 40 % un peu, 44 % pas du tout. Y-a-t-il une relation directe entre ce besoin de lire de la bande dessinée et les volumes possédés ? C'est ce que présente le tableau suivant, sans surprise.

Tableau 2. Manque ressenti en cas de privation de bande dessinée pendant six mois selon le nombre de bandes dessinées possédées, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs (n = 1258). Khi2 =133,9 ddl =8 p =0,001 (Très significatif).

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

  • 8 On trouve ici une limite de l’approche statistique. Seuls des entretiens approfondis permettraient (...)

9Les personnes qui possèdent au moins 100 bandes dessinées (6,5 % du total des lecteurs adultes) sont celles à qui la bande dessinée manquerait le plus. Il est deux façons d’interpréter ce résultat. On peut penser que les passionnés de bande dessinée, craignant de ne pouvoir disposer de leur loisir favori, auraient soigneusement gardé leurs livres. On peut aussi imaginer qu’une accumulation sans intention de collection a produit une habitude de lecture qui, à terme, fait ressentir le besoin de lire de la bande dessinée. À ce stade, il est impossible de statuer sur cette variable8. Quoi qu’il en soit, ce que nous voulions avant tout montrer ici est que le sentiment de manque est un indicateur viable pour approcher la passion. Sa convergence avec les collections semble le démontrer.

10Qu’en est-il du second indicateur, celui qui porte sur la manière dont les personnes interrogées considéraient la bande dessinée ? Parmi les items proposés pour répondre, figurait l’expression « une passion dévorante ». Or, s'ils étaient 202 à penser que la bande dessinée leur manquerait beaucoup s'ils en étaient privés 6 mois durant, ils ne sont plus que 74, soit 6 % de la sous-population des lecteurs actuels, à la présenter comme « une passion dévorante ». Ce terme a peut-être transmis une connotation quelque peu péjorative pour qu'on voit un tel écart entre les réponses à ces deux questions qui devraient, en toute logique, toucher une population assez similaire. Le tableau suivant présente l’étendue des collections en fonction des différentes réponses à la question « la bande dessinée, c’est principalement pour vous... ».

Tableau 3. Nombre de volumes possédés et représentations de la bande dessinée, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs actuels (n = 1258). Khi2 =114,7 ddl =15 p =0,001 (Très significatif).

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

11Si on ne s'étonne pas que d’importantes collections se trouvent bien chez ceux qui considèrent la bande dessinée comme « une passion dévorante », on ne peut que noter la présence de personnes disposant d'une forte collection et ne considérant pas la bande dessinée comme une passion. C'est 25 % des adultes lecteurs de bande dessinée possédant plus de 100 volumes qui pensent que la bande dessinée est un divertissement comme un autre et ce motif représente presque un tiers du total des réponses. De même, la bande dessinée est décrite de manière conséquente comme un moyen d'évasion ou une pratique culturelle par les possesseurs de 100 volumes et plus. Autrement dit, le fait de disposer d'une vaste collection n’est pas suffisant pour déterminer qu’existe une passion bédéphilique et les deux autres indicateurs examinés complètent utilement la vision que l’on peut avoir de la bédéphilie.

  • 9 Unir ces deux items permet d’éviter que la connotation associée à la dévoration passionnelle n’affe (...)

12En conséquence, nous avons créé une sous-population avec ceux qui, soit déclaraient considérer la bande dessinée comme une passion dévorante, soit qu'elle leur manquerait, dussent-ils s'en passer pendant six mois, sous-population qui sera désormais nommée par facilité « les passionnés »9. On obtient alors une sous-population de 18 % de la population des lecteurs actuels, soit 224 personnes.

13Si l’on compare passionnés et non-passionnés au regard de la lecture annuelle de bande dessinée, on obtient un résultat sans équivoque.

Tableau 4. Nombre de bandes dessinées lues dans l’année selon que l’on est passionné ou non, pourcentage en colonnes, sous-population des lecteurs adultes (n = 1258). Khi2 =163,1 ddl =3 p =0,001 (Très significatif).

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

14On peut certes s’interroger sur les 1,8 % (20 personnes) qui lisent 100 bandes dessinées et plus par an alors qu’ils ne considèrent la bande dessinée ni comme une passion dévorante, ni comme quelque chose qui leur manquerait. Reste qu’entre les passionnés et les non-passionnés, la différence de lecture annuelle est significative et que l’on peut donc considérer que la partition est pertinente.

15Le tableau suivant décrit la population des passionnés en termes d'âge et de collection.

Tableau 5. Répartition des classes d’âge en fonction du nombre de volumes possédés, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs passionnés par la bande dessinée (n =224). Khi2 =36,9 ddl =12 p =0,001. V de Cramer =0,274

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

  • 10 Les lecteurs adultes passionnés de plus de 58 ans ne sont que neuf, ce pourquoi nous ne commentons (...)

16Le facteur générationnel s'affirme clairement ici. En effet, d'une part, on voit des jeunes de 18 à 27 ans dont la plus grande proportion (59 %) a moins de 50 bandes dessinées dans sa bibliothèque et, d'autre part, des personnes de 48 à 57 ans disposant d'une vaste collection (74,9 % d'entre eux)10.

17Plus précisément, on peut regrouper quatre types de population, selon leur passion et la taille de leurs collections :

– des passionnés de bande dessinée qui n’ont aucune ou moins de dix bandes dessinées (2 %) ou entre 10 et 100 volumes (8,5 %), soit 10,5 % au total ;

– des passionnés possesseurs de plus de 100 volumes de bandes dessinée (7,5 %) ;

– des possesseurs d'une grande collection de bande dessinée, ne déclarant pas une passion dévorante pour la bande dessinée ou que celle-ci leur manquerait (8 %) ;

– des personnes non passionnées n’ayant aucune ou moins de 10 livres de bande dessinée, (25 %) ou entre 50 et 100 volumes (49 %), soit 74 % de la population totale.

18Deux populations différentes peuvent donc être qualifiées de bédéphiles : d'un côté des personnes plus âgées qui disposent d'une bibliothèque conséquente, de l'autre des personnes plus jeunes, qui ont un intérêt important pour la BD, mais sans disposer d’une grande collection. On peut donc valider notre hypothèse d’une bédéphilie qui ne s’exprime pas uniquement par l’accumulation de livres de bande dessinée.

  • 11 Bien que nous ayons décrit quatre populations plus haut, il nous semble nécessaire, lors de la prés (...)

19Le tableau ci-dessous donne la répartition sexuée des lecteurs selon les populations11.

Tableau 6. Passion et collections selon le sexe, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs (n =1258). Khi2 =45,5 ddl =5 p =0,001 (Très significatif).

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

  • 12 Il n’est que pour les non-passionnés à très faible collection qu’un écart se fait à nouveau entre h (...)

20Comme on le voit, en 2011, la répartition sexuée opposait encore les hommes et les femmes. Si 11,8 % des femmes sont passionnées par la bande dessinée, ce sont 21,9 % des hommes. Mais c’est essentiellement en ce qui concerne les passionnés possédant plus de 100 volumes que se fait la différence, les pourcentages étant assez proches pour les hommes et les femmes disposant d’une collection faible ou entre 10 et 100 volumes12.

21Est-ce que la passion de la bande dessinée serait alors moins sexuée chez les plus jeunes ? Si l’on observe la sous-population des lecteurs de bande dessinée de 18 à 27 ans (n =494), cela semble assez clair, même si les effectifs sont assez faibles à ce niveau (on trouve 90 passionnés de bande dessinée pour cette classe d’âge). En effet, l’écart entre hommes et femmes passionnés est beaucoup moins important entre 18 et 27 ans (53 % d’hommes et 47 % de femmes), que pour les passionnés de 48 à 57 ans où elle est de 93 % d’hommes et de 7 % de femmes.

22L’âge est donc un marqueur important de l’affirmation de la passion bédéphilique. Au-delà de la répartition sexuée, il s’affirme dans la possession d’ouvrages. Ainsi, les 18-27 ans représentent 55 % des passionnés n'ayant pas de collection ou disposant d'une collection faible, les 28-37 ans 31 % des passionnés ayant une collection moyenne et les 48-57 ans 35 % des possesseurs d'une collection de plus de 100 volumes. Dire que l'accumulation se produit avec l'âge semble donc évident et l’hypothèse d’importantes différences générationnelles au sein de la population de bédéphiles s’affirme alors avec force.

23Mais que faire alors des possesseurs d'une importante collection de bande dessinée qui ne déclare ni une passion dévorante de la bande dessinée, ni que sa lecture leur manquerait s'ils devaient en être privés pendant six mois ? Ils représentent 10,2 % de la population des lecteurs actuels de bande dessinée (77 personnes). Peut-être, en examinant les usages distinctifs des passionnés à faible collection et de ceux à forte collection, pourra-t-on aller plus loin dans la réflexion.

Les usages des collectionneurs et des bédéphiles

24L'enquête propose en effet plusieurs questions permettant de spécifier des pratiques liées à la bande dessinée qui ne sont pas liées directement à la lecture.

  • 13 Dans les tableaux qui suivent, pour plus de précision, nous montrerons les passionnés et les non pa (...)

25La première question permet d'aborder la fréquentation des festivals de bande dessinée13.

Tableau 7. Fréquentation des festivals selon la passion et la taille de la collection, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs (n =1258). Khi2 =91,2 ddl =5 p =0,001.

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

  • 14 C’est 19,4 % des lecteurs actuels s’étant déjà déplacé en festival qui considère la bande dessinée (...)

26On voit ici une différence, d'une part entre les non passionnés et les passionnés, puisque la fréquentation des festivals par les premiers est proportionnellement plus importante, se situant toujours à 50 % au minimum des différentes sous-populations, d’autre part entre les non-passionnés à forte collection et les non-passionnés à collection faible ou moyenne. En effet, un tiers des non-passionnés possédant 100 volumes et plus a déjà été en festival. On peut penser qu’il s’agit là de la proportion de ceux pour qui la bande dessinée ne représente qu’un intérêt parmi d’autres, intérêt cependant suffisant pour se déplacer à un évènement14.

27La question suivante complète la précédente puisqu’elle permet d'aborder la recherche de dédicace des livres de bande dessinée. Le tableau ci-dessous en montre les résultats.

Tableau 8. Recherche de dédicaces selon la passion et la taille de la collection, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs (n =1258). Khi2 =86,0 ddl =10 p =0,001.

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

28On voit bien l'opposition entre les passionnés et les simples bibliophiles, une opposition assez nette puisqu'il semble que, parmi ceux disposant d’une collection de plus de 100 volumes, on trouve assez clairement deux tendances, celle des non-passionnés et des passionnés entre lesquels la recherche de dédicace passe du simple au double (de 48 % à 22 %). On ne peut que noter aussi que c'est 41 % des passionnés disposant d’une très faible collection qui ont déjà fait dédicacer des livres de bande dessinée.

29Quoi qu’il en soit, il existe bien des non-passionnés disposant d’une importante collection. On avait bien spécifié plus haut que la relation entre forte collection et passion ne pouvait être unidirectionnelle. On en a ici la preuve par la présence de cette population : peut-être leur bibliothèque s'est-elle lentement emplie au fil des ans, peut-être sont-ce des collectionneurs effrénés possédant de multiples intérêts parmi lesquels la bande dessinée. Ces deux hypothèses sont aussi viables l’une que l’autre et, en l’état, ne peuvent être vérifiées.

30Pour autant, sur ces deux questions, on voit qu'il est assez difficile de statuer sur une séparation nette et franche entre les détenteurs d'une importante collection, passionnés ou non. Une partie de ceux qui ne se décrivent pas comme passionnés ou comme ressentant un manque s'ils ne pouvaient lire de bande dessinée sont clairement assez intéressés par la bande dessinée : un peu plus du tiers d'entre eux se déplacent en festival et un peu plus du cinquième demande des dédicaces.

31C’est l’âge qui semble ici être le facteur décisif, comme le montre le tableau suivant.

Tableau 9. Recherche de dédicace selon l’âge, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs passionnés (n =224). Khi2 =11,4 ddl =4 p =0,022 (Significatif).

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

32Ce résultat est quelque peu troublant, dans la mesure où la dédicace suppose souvent l’achat d’un livre et qu’on a vu aussi que c’était chez les 18-27 ans qu’on trouvait les collections les plus faibles. Mais comme la question ne demandait pas de préciser le nombre de recherche de dédicace, les résultats restent cohérents.

33Reste que l’ambigüité entre les détenteurs d'une importante collection, qu’ils soient passionnés ou non, subsiste en ce qui concerne l’achat des produits dérivés, comme le montre le tableau suivant.

Tableau 10. Achat de produits dérivés selon la passion et la taille de la collection, pourcentage en lignes, sous-population des adultes lecteurs (n =1258). Khi2 =44,3 ddl =10 p =0,001.

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

34Même si l’écart est significatif entre passionnés et non-passionnés, l’achat de produits dérivés concerne une proportion non négligeable des non-passionnés. Peut-on imaginer une variable qui pourrait expliquer cela ? Il nous a semblé que le fait d’avoir des enfants était une hypothèse recevable. C’est effectivement le cas, puisque ce sont 46,3 % des non passionnés avec enfant(s) qui en ont déjà acheté contre 37,1 % des non passionnés sans enfant. Mais le fait d’être parent agit aussi sur les passionnés puisque ce sont 70,4 % de ceux avec enfant(s) qui ont déjà acheté un produit dérivé contre 60,3 % des passionnés sans enfant. Dans tous les cas, l’écart est assez faible (10 % environ). Le fait d'avoir des enfants agit bien sur l'achat de produits dérivés, indépendamment du fait que l’on soit passionné ou non.

35Pour autant, il est d’autres usages sur lesquels les populations de passionnés se séparent et qui portent de manière générale sur l’usage des nouvelles technologies. Ainsi, une question portait sur le fait d'intervenir sur des forums de bandes dessinées sur Internet.

Tableau 11. Intervention sur des forums de bande dessinée selon la passion et la taille de la collection, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs (n =1258). Khi2 =136,2 ddl =10 p =0,001.

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

36On voit clairement ici des usages qui séparent les bibliophiles passionnés ou non des passionnés ayant une collection moyenne ou faible. Ces derniers sont assez nombreux à être déjà intervenus sur des forums (42 % dans les deux cas), là où les passionnés ayant une collection de 100 volumes et plus sont peu nombreux à l'avoir fait (13 %) et les non passionnés, quelle que soit la taille de leur collection, encore moins (entre 4 et 5 %). Probablement jouent ici l'âge et l'habitude du numérique, puisque ce sont 19 % des 18 à 27 ans et 15 % des 28 à 37 ans qui l'ont déjà fait contre 5 % des 38 à 47 ans et 2 % des 48 à 57 ans, les occurrences pour les plus âgés étant nulles.

37De même, des questions portaient sur des usages davantage liés au manga, notamment la fréquentation de « cafés manga » ou la pratique du cosplay. Dans ces deux cas, c’est encore l’âge qui est déterminant : c’est 38,2 % des passionnés de 18 à 37 ans qui ont fréquenté un café manga et 40,2 % qui ont participé à un cosplay (PEM positif dans les deux cas), les chiffres étant très bas pour toutes les autres classes d’âge, qu’il s’agisse ou non de passionnés.

38Enfin, une question portait sur le fait d'avoir tenté soi-même de faire de la bande dessinée en amateur. C'est ce que présente le tableau suivant.

Tableau 12. Avoir déjà essayé de faire de la BD en amateur selon la passion et la taille de la collection, pourcentage en lignes, sous-population des adultes lecteurs (n =1258). Khi2 =45,1 ddl =5 p =0,001.

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

39On voit ici une proportion non négligeable de passionnés qui a déjà essayé de faire de la bande dessinée, proportion d'autant plus importante que la collection est faible. Mais, surtout, cette propension à faire de la bande dessinée est d'autant plus importante que l'âge est bas.

Tableau 13. A déjà ou non fait de la BD en amateur selon la classe d’âge, sous-population des passionnés, (n =224)

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

  • 15 On sait aussi que, depuis plusieurs années, le nombre d'auteurs a cru de manière importante en même (...)
  • 16 « 29 % des 15-19 ans le pratiquent en 2018, contre 41 % en 2008. » (Lombardo, Wolff, 2020, 70)

40Les pratiques en amateur ont été en constante évolution ces dernières décennies, ce que montraient les travaux d'Olivier Donnat (2009)15. Si elles s’essoufflent à présent, comme le notent bien Philippe Lombardo et Loup Wolff, le dessin reste la pratique préférée des 15-19 ans, alors même qu’elle décline16.

  • 17 Une récente recherche sur les auteurs de bande dessinée montre que le début de l’intérêt pour ce mé (...)

41La propension des jeunes générations à pratiquer le dessin et peut-être la bande dessinée17 en amateur peut laisser supposer qu’il s’agit probablement d’un marqueur de passion aussi important que la lecture, l'un n'excluant pas l'autre, bien sûr. C’est 52 % des lecteurs adultes passionnés de 18 à 27 ans qui ont pratiqué en amateur la bande dessinée, 34,6 % des 28 à 37 ans et 11,8 % des plus de 37 ans. On notera qu’il existe une conjonction entre le fait de pratiquer en amateur et d’aimer le manga : c’est 83 % des passionnés ayant pratiqué la bande dessinée en amateur qui sont dans ce cas. Mais, comme on le verra plus bas, cela ne crée pas de lecture exclusive de ce type de bande dessinée.

42Reste qu’émergent avec force des différences générationnelles qu’il nous faut maintenant examiner avec plus d’attention.

Les variations générationnelles de la bédéphilie

43Se précise donc bien l'idée qu'il est des collectionneurs qui ont accumulé de la bande dessinée sans que cela engendre chez eux d’autres comportements de bédéphiles, alors que des passionnés sans grande collection adoptent ces mêmes comportements. Autrement dit, l’accumulation de volumes de bandes dessinées n’est pas le seul critère de la bédéphilie, ni peut-être même le critère principal, selon l’âge des passionnés.

44Pour autant, au vu des différences générationnelles précédemment évoquées, on ne peut éviter de se poser la question de la forme même des collections. En effet, l’évolution de la bande dessinée sous ses formats numériques, que ce soit à l’aide des plateformes dédiées (Comixology, Izneo, Sequencity, etc.) ou au format numérique (e-book), s’est beaucoup développée. Les digital natives pourraient bien se distinguer en la matière.

45C'est ce que permet de vérifier le tableau suivant, qui distingue non-lecteurs et lecteurs de bandes dessinées numériques, mais aussi, parmi ces derniers, ceux qui possèdent ou non des fichiers numériques de bandes dessinées.

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

46Si on voit clairement ici le fait que les passionnés sont plus nombreux que les non-passionnés à lire et posséder des bandes dessinées numériques, néanmoins, on doit noter que c'est toujours la majorité des lecteurs actuels de bande dessinées qui ne lit pas de bandes dessinées au format numérique, qu'ils soient passionnés ou non. On retrouve là les conclusions de Julien Baudry (2018) lorsqu'il signale qu'en France, la bande dessinée reste majoritairement placée sous le règne du papier.

  • 18 Les classes d’âge ont été amplifiées ici pour augmenter le volume des réponses. Pour exemple, les 1 (...)

47Reste à vérifier si l'âge joue, comme on peut le supposer, sur la lecture et la possession de bandes dessinées numériques. C'est ce que présente le tableau suivant18.

Tableau 15. Lecture et possession de bandes dessinées numériques selon l'âge, pourcentage en lignes, sous-population des adultes lecteurs passionnés par la bande dessinée (n =224). Khi2 =28,7 ddl =8 p =0,001.

Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).

  • 19 Plus on monte en âge, moins on trouve de lecteurs de bandes dessinées numériques. Cependant, on en (...)

48On voit ici nettement que les 18-37 ans sont les plus nombreux à lire des bandes dessinées numériques (47,8 % d'entre eux), proportion qui baisse ensuite19. La proportion la plus importante de ceux qui lisent et possèdent des fichiers numériques est clairement située entre 18 et 37 ans, mais la proportion de ceux qui lisent des bandes dessinées numériques et n'en possèdent pas baisse après 28 ans. La forte présence des mangas en scantrad sur le Net pourrait expliquer la lecture et la non-possession des plus jeunes, mais, d’une part, aucune question ne portait directement sur ce point et, d’autre part, la population des passionnés qui lisent des bandes dessinées numériques sans en posséder est trop faible pour conclure (6 % de la sous-population des passionnés).

49L’âge agit aussi sur le comportement de lecture dans les bibliothèques publiques : si c’est 51 % des 18 à 37 ans qui lisent des bandes dessinées en bibliothèque, ce ne sont que 34 % des 38 à 57 ans et 1 % des plus de 58 ans. De même, les passionnés disposant d’une faible collection représentent le plus fort pourcentage de ceux qui empruntent des bandes dessinées à des personnes extérieures : c’est 70,5 % d’entre eux qui sont dans ce cas, contre 57 % des passionnés ayant entre 10 et 50 bandes dessinées et 56 % des passionnés ayant plus de 100 bandes dessinées. Là encore, cet usage est lié à l’âge, puisque ce sont 67 % des 18 à 37 ans qui l’adoptent contre 47,5 % des 38 à 57 ans et 32 % des plus de 58 ans.

50À la fois, ce résultat explique comment les passionnés à faible collection se procurent leur lecture favorite, mais il montre aussi combien l’intérêt pour la bande dessinée se nourrit au sein de réseaux de sociabilité, puisque c’est toujours la majorité des passionnés qui emprunte à des amis.

51Enfin, on peut vérifier quels sont les goûts des passionnés en matière de bandes dessinées. Le questionnaire permettait de différencier mangas, comics, bandes dessinées traditionnelles et romans graphiques. Ce sont très clairement les plus jeunes qui sont les plus nombreux à consommer indifféremment ces quatre types de bande dessinée. Ce ne sont que 10,8 % des 18 à 27 ans qui sont affiliés à un seul genre alors que c’est 28,7 % des 38-47 ans et 45,8 % des 48 ans (PEM positif dans ces deux derniers cas) et plus, soit presque la moitié. Au contraire, ce sont 47 % des 18-27 ans (PEM positif) qui apprécient les quatre types.

52Un seul genre émerge de manière notable pour une tranche d’âge : la bande dessinée traditionnelle qui est largement plébiscitée comme seul type de bande dessinée lue pour les 48 ans et plus. Les autres tranches d’âge consomment des combinaisons variées de manga, de comics, de romans graphiques et de bande dessinée traditionnelle sans qu’une véritable tendance ne se détache, y compris dans les tranches d’âge les plus basses où on aurait peut-être pu s’attendre à une prédominance du manga (Détrez, Vanhée, 2012).

53Peut-on alors caractériser les différentes populations de passionnés ? On peut globalement en détacher trois, en termes de tendance, pour lesquelles le facteur le plus évident est l’âge.

54On voit ainsi :

– une population de 18 à 27 ans, disposant majoritairement d’une collection allant de 10 à 100 volumes (58 %), empruntant, lisant en bibliothèque ou sur le Net, très mixte (53 % d’hommes et 47 % de femmes), ayant des usages davantage liés au manga, mais lisant toujours d’autres types de bandes dessinées que le manga. La majorité d’entre eux (52 %) a pratiqué la bande dessinée en amateur. C’est dans cette population que l’on trouve le plus fort pourcentage de passionnés ayant aucune ou moins de 10 bandes dessinées (24 % d’entre eux), alors même que ce sont aussi ceux qui sont les plus nombreux à chercher des dédicaces (61 % d’entre eux) ;

– une population de 28 ans à 47 ans, dont une proportion non négligeable a une collection de plus de 100 volumes (41 % d’entre eux), lisant peu le numérique, allant moins en bibliothèque et empruntant moins de bandes dessinées à des amis, peu mixte (82 % d’hommes, 18 % de femmes). Eux aussi aiment plusieurs styles de bande dessinée ;

– une population de plus de 47 ans, ayant très souvent une collection de plus de 100 volumes (68 % d’entre eux), eux aussi ne lisant pas le numérique, n’allant pas en bibliothèque et empruntant peu à des amis, peu mixte (79 % d’hommes, 21 % de femmes), particulièrement adepte de bande dessinée franco-belge traditionnelle.

En guise de conclusion

55Il semble donc que la passion bédéphilique ne puisse être définie par le seul usage de la collection, mais qu'elle s'est complexifiée, produisant de nouvelles pratiques qui ne tiennent pas seulement à l’accumulation de volumes. La structure même du public a évolué chez les plus jeunes, devenant plus mixte.

56Plus encore, on peut constater une véritable divergence générationnelle dans les modes de consommation de la bande dessinée que ce soit au niveau des supports de lecture ou de l’emprunt. Ces modes suivent les transformations historiques de la bande dessinée. Christophe Evans et Françoise Gaudet (2012) avaient déjà noté que la hausse de la consommation de bande dessinée en population générale était liée à une plus grande exposition à la bande dessinée après la Seconde Guerre mondiale. Ce que l’on voit ici poursuit ce raisonnement : l'importation de productions étrangères (comics et mangas) et l'arrivée des nouvelles technologies ont eu des effets sur la manière même dont s’affirme la passion bédéphilique, qui ne peut plus être cantonnée aux seules bibliothèques familiales, s’opposant même à la bibliophilie dans son sens courant.

57Tout amène même à penser que les 18-27 ans se distinguent par une bédéphilie très active, qui passe autant par la pratique en amateur et la recherche de dédicaces que par la collection de livres. Au contraire, l’usage de la collection semble être davantage l’apanage des plus âgés, qu’ils soient passionnés ou non, résultant d’une accumulation au fil du temps : c’est ce qui explique aussi la présence de fortes collections chez les non-passionnés.

58Ces résultats s’inscrivent dans des tendances sociologiques bien connues. D’une part, l’appauvrissement d’une part conséquente de la jeunesse en France, que montrent bien les travaux actuels (Labadie, 2012, Portela, Raynaud, 2020), ne lui permet pas de toujours disposer des conditions financières permettant l’accumulation de volumes. D’autre part, la transformation des pratiques culturelles des jeunes s’associant plus fortement aux nouvelles technologies numériques et aux pratiques en amateur (Octobre, 2009) permet une ouverture d’une part vers la pratique de la bande dessinée en amateur, d’autre part vers l’accès numérique à la bande dessinée.

59La baisse incessante de la lecture en France pourrait cependant changer la donne : « Suivant cette même tendance, les lecteurs de bandes dessinées sont eux-mêmes de moins en moins nombreux, et leur part diminue de moitié au sein de la population entre 1988 et 2018 (passant de 41 % à 20 %) » (Lombardo, Wolff, 2020, 31). Ceci étant, la proportion de femmes lectrices (tous livres confondus) au sein de la population reste stable, alors qu’elle baisse parmi les hommes. Cela pourrait expliquer en partie la présence plus forte des femmes passionnées de bande dessinée dans les classes d’âge basses de notre échantillon, d’autant plus que l’on sait que la lecture de livres et celle de bandes dessinées sont fortement liées (Aquatias, 2015). Néanmoins, les résultats récents de l’enquête Ipsos Connect-CNL montrent que les adultes lecteurs de bande dessinée sont encore avant tout des hommes (Vincent, Chaniot et Lapointe, 2020). On ne peut extrapoler davantage sur ces évolutions, qui, au demeurant, ne nous permettent guère de traiter de la passion bédéphilique.

60Ce qui est certain, c’est que cette dernière prend des formes générationnelles différentes qui prennent leur source dans les transformations du champ éditorial et plus généralement dans les avancées technologiques, l’évolution des loisirs et la dégradation des conditions socio-économiques des jeunes.

Haut de page

Bibliographie

AQUATIAS, Sylvain et FRANÇOIS, Alain. « Conditions de vie des auteurs de bande dessinée francophone et effets de champ », Rapport de recherche LRSH-GRESCO, Pôle Magelis, Grand-Angoulême, CIBDI. Janvier 2021.

AQUATIAS, Sylvain. « Extension du domaine de la bande dessinée : une lutte pour la survie ? », Les carnets de Comicalités. Mars 2018. Disponible sur le Web. URL <https://graphique.hypotheses.org>.

AQUATIAS, Sylvain. « Le goût de la bande dessinée : acquisition, transmission, renforcement et abandon », In BERTHOU, Benoît et EVANS, Christophe. La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?. Paris : Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2015. 231 p.

BAUDRY, Julien. Cases – Pixels, une histoire de la bande dessinée numérique en France. Tours : Presses Universitaires François-Rabelais, 2018. 367 p.

BOLTANSKI, Luc. « La constitution du champ de la bande dessinée ». Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 1, Janvier 1975, p. 37-59.

BROMBERGER, Christian (dir.). Passions ordinaires : du match de football au concours de dictée. Paris : Bayard, 1998. 544 p.

DETREZ, Christine et VANHEE, Olivier. Les Mangados : lire des mangas à l’adolescence. Paris : Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2012. 320 p. Coll. « études et recherches ».

DONNAT, Olivier. Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Enquête 2008. Paris : La Découverte, 2009. 288 p.

EVANS, Christophe et GAUDET, Françoise. « La lecture de bandes dessinées ». Culture-études, bulletin numérique de la DEPS, Ministère de la culture et de la communication, 2012-2. [21-02-2019] Disponible sur le Web. URL <https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Etudes-et-statistiques/Publications/Collections-de-synthese/Culture-etudes-2007-2020/La-lecture-de-bandes-dessinees-CE-2012-2>.

LABADIE, Francine (dir.). Inégalités entre jeunes sur fond de crise. Rapport de l’Observatoire de la Jeunesse, Paris : INJEP, La Documentation Française, 2012. 240 p.

LOMBARDO, Philippe et WOLFF, Loup, « Cinquante ans de pratiques culturelles en France », Cultures études, bulletin numérique de la DEPS, Ministère de la culture et de la communication, 2002-2.

OCTOBRE, Sylvie, « Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc de cultures ? », Culture Prospective, 2009, n° 1, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS.

PORTELA, Mickaël et RAYNAUD, Émilie. Devenir adulte, comment évoluent les ressources ? Montant et composition des ressources des 18-24 ans à partir de l’enquête nationale sur les ressources des jeunes (ENRJ), Paris : Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, 2020. 42 p., « Les dossiers de la DREES », n° 48.

VIARDOT, Jean, « Qu’est-ce que la bibliophilie », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 115, 2015, p. 27-47.

VINCENT GERARD, Armelle et CHANIOT, Cécile et LAPOINTE, Maëlle. Les Français et la BD, 2020, Paris : Centre National du Livre/IPSOS-Connect, 2020.

Haut de page

Notes

1 Notamment, mais pas seulement, Lombardo Philippe, Wolff Loup, « Cinquante ans de pratique culturelle en France », Culture-Études, 2020-2, Ministère de la Culture et Les Français et la BD, 2020, Vincent Gérard Armelle, Chaniot Cécile et Lapointe Maëlle, CNL, IPSOS-Connect, 2020. À la différence de l’enquête de la BPI, pour laquelle nous disposons des données originales, celles du ministère de la culture et d’Ipsos nous sont inaccessibles. Surtout, la structure même des questionnaires de ces deux enquêtes permet de comprendre que le travail livré ici n’aurait pas été faisable avec ces données.

2 L’enquête a été réalisée par TMO Régions sous la direction de Jacques Bonneau et Vincent Guillaudeux, avec la collaboration d’Arnaud Crépin. Le comité scientifique de l’étude était composé de Christophe Evans et Françoise Gaudet (BPI), d’Olivier Donnat et de Sylvie Octobre (DEPS), d’Iegor Groudiev et de Jean-François Hersent (Direction générale des médias et des industries culturelles du ministère de la Culture et de la Communication). Gilles Ciment, directeur général de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, et Thierry Groensteen, théoricien et historien de la bande dessinée, y participaient en tant qu’experts.

3 De plus, les jeunes âgés de 11 à 14 ans avaient été interrogés soit par téléphone, directement à la suite du parent enquêté, soit en ligne. Les enfants âgés de 7-10 ans avaient été interrogés de façon indirecte par questionnement auprès de leurs parents, qui avaient décrit les pratiques de leur enfant ou d’un de leurs enfants de cette tranche d’âge. Ces particularités agissent immédiatement sur l'enquête, puisque les enfants de moins de 11 ans lisant de la BD se trouvent affectés d'un taux de non-réponse de 72,8 %. Pour cette raison, il semblait difficile de les retenir dans ce traitement.

4 La catégorie « bande dessinée » regroupe ici aussi bien bande dessinée franco-belge traditionnelle et bande dessinée alternative que comics et mangas.

5 Les classes d’âge ont été constituées par tranches égales à partir de 18 ans, âge légal de la majorité. On les a arrêtées après 58 ans, les effectifs baissant de manière conséquente.

6 Les indicateurs retenus ici pour déterminer la fiabilité des tableaux statistiques sont bien sûr le Khi2 et le degré de liberté (ddl), le P (estimation de la probabilité que le résultat soit né d’un accident statistique. Plus il est faible, plus la significativité est élevée), les mentions (significatif) ou (très significatif) qui indiquent une faible dispersion des valeurs basses et la présence de PEM. Sur le PEM, voir : http://cibois.pagesperso-orange.fr/PEM2009Fr.pdf.

7 Pour contrôler ce point, nous avons fait un croisement entre la taille des collections et la statut professionnel (actif, demandeur d’emploi, étudiant, etc.). Celui-ci est peu rentable dans la mesure où les plus faibles collections (ou l’absence de collections) se trouvent d’abord chez les jeunes actifs et non chez les étudiants. On peut faire l’hypothèse qu’il s’agit d’étudiants travaillant à côté de leurs études puisqu’on sait qu’ils sont de plus en plus nombreux (Portela, Reynaud, 2020), ce qui expliquerait la différence de possession de BD entre les étudiants n’ayant pas besoin de travailler et ceux pour qui c’est nécessaire. Mais cette hypothèse ne peut être démontrée en l’état.

8 On trouve ici une limite de l’approche statistique. Seuls des entretiens approfondis permettraient de répondre à cette question.

9 Unir ces deux items permet d’éviter que la connotation associée à la dévoration passionnelle n’affecte les effectifs. Il semble que la présence d’un des deux items est suffisamment conséquent pour déterminer l’attraction vers la bande dessinée.

10 Les lecteurs adultes passionnés de plus de 58 ans ne sont que neuf, ce pourquoi nous ne commentons pas ce résultat.

11 Bien que nous ayons décrit quatre populations plus haut, il nous semble nécessaire, lors de la présentation des tableaux, de reposer l’ensemble des catégories afin de considérer de manière plus fine les différents résultats.

12 Il n’est que pour les non-passionnés à très faible collection qu’un écart se fait à nouveau entre hommes et femmes, qui semble montrer que les hommes sont plus portés à avoir des bandes dessinées. Les chiffres sont néanmoins trop faibles pour statuer sur cet écart.

13 Dans les tableaux qui suivent, pour plus de précision, nous montrerons les passionnés et les non passionnés selon qu’ils ont une collection très faible (0 à 10 volumes), petite à moyenne (10 à 100 volumes) ou une collection importante (Plus de 100 volumes). Les non passionnés à très faible collection n’ont pas été pris en compte dans ces tableaux.

14 C’est 19,4 % des lecteurs actuels s’étant déjà déplacé en festival qui considère la bande dessinée comme un divertissement comme un autre et 26,4 % comme un moyen d’évasion. Ceux qui la considèrent comme une passion dévorante ne représentent que 14,4 % du total. Il aurait fallu pouvoir considérer les localités de résidence des personnes interrogées et vérifier l’existence d’un festival proche. On peut postuler sans trop de risque que les non passionnés vont d’autant plus facilement à un festival de bande dessinée que cela ne nécessite pas un déplacement important. Au demeurant, le déploiement des festivals de bande dessinée en France montre bien une logique d’attractivité des territoires au moins autant qu’un intérêt réel pour la bande dessinée.

15 On sait aussi que, depuis plusieurs années, le nombre d'auteurs a cru de manière importante en même temps que le nombre d'écoles de bande dessinée (Aquatias, 2018). Serait-ce le cas pour certains de ceux qui disent faire ou avoir fait de la bande dessinée en amateur ? Aucune question ne permet de préciser ce profil. On peut seulement noter que 20,5 % des étudiants de l'échantillon disent avoir fait de la BD en amateur.

16 « 29 % des 15-19 ans le pratiquent en 2018, contre 41 % en 2008. » (Lombardo, Wolff, 2020, 70)

17 Une récente recherche sur les auteurs de bande dessinée montre que le début de l’intérêt pour ce médium naît autant d’une pratique du dessin que de la lecture de bande dessinée ou de la vision de dessin animé. Cette pratique concerne rarement, à l’enfance, la réalisation de bandes dessinées, restant au pur plaisir de la reproduction graphique. Sylvain Aquatias, Alain François, « Conditions de vie des auteurs de bande dessinée francophone et effets de champ », recherche LRSH-GRESCO, Pôle Magelis, Grand-Angoulême, CIBDI. Janvier 2021.

18 Les classes d’âge ont été amplifiées ici pour augmenter le volume des réponses. Pour exemple, les 10,7 % de passionné de plus de 58 ans lisant des bandes dessinées numériques ne représentent en fait qu’un seul individu (les 8,4 % de passionnés entre 18 et 37 ans en représentent 11).

19 Plus on monte en âge, moins on trouve de lecteurs de bandes dessinées numériques. Cependant, on en trouve 11 % pour les 58 ans et plus, ce qui est lié au fait qu'on n’a que 13 passionnés dont un seul lit des bandes dessinées numériques. C'est ce pourquoi nous avons regroupé ici l'ensemble des plus de 38 ans, afin de mieux montrer les proportions des différentes classes d'âge.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Nombre de bandes dessinées possédées en fonction de l’âge5, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs (n = 1258). Khi2 =60,4 ddl =12 p =0,001 (Très significatif)6. Les cellules grises indiquent un lien statistique positif entre une partie de l’échantillon et une des variables, déterminé par le PEM (pourcentage d’écart maximal), lien d’autant plus fort que la cellule est foncée.
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Légende Tableau 2. Manque ressenti en cas de privation de bande dessinée pendant six mois selon le nombre de bandes dessinées possédées, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs (n = 1258). Khi2 =133,9 ddl =8 p =0,001 (Très significatif).
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-2.png
Fichier image/png, 13k
Légende Tableau 3. Nombre de volumes possédés et représentations de la bande dessinée, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs actuels (n = 1258). Khi2 =114,7 ddl =15 p =0,001 (Très significatif).
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-3.png
Fichier image/png, 17k
Légende Tableau 4. Nombre de bandes dessinées lues dans l’année selon que l’on est passionné ou non, pourcentage en colonnes, sous-population des lecteurs adultes (n = 1258). Khi2 =163,1 ddl =3 p =0,001 (Très significatif).
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-4.png
Fichier image/png, 12k
Légende Tableau 5. Répartition des classes d’âge en fonction du nombre de volumes possédés, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs passionnés par la bande dessinée (n =224). Khi2 =36,9 ddl =12 p =0,001. V de Cramer =0,274
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-5.png
Fichier image/png, 15k
Légende Tableau 6. Passion et collections selon le sexe, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs (n =1258). Khi2 =45,5 ddl =5 p =0,001 (Très significatif).
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-6.png
Fichier image/png, 16k
Légende Tableau 7. Fréquentation des festivals selon la passion et la taille de la collection, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs (n =1258). Khi2 =91,2 ddl =5 p =0,001.
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-7.png
Fichier image/png, 20k
Légende Tableau 8. Recherche de dédicaces selon la passion et la taille de la collection, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs (n =1258). Khi2 =86,0 ddl =10 p =0,001.
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-8.png
Fichier image/png, 18k
Légende Tableau 9. Recherche de dédicace selon l’âge, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs passionnés (n =224). Khi2 =11,4 ddl =4 p =0,022 (Significatif).
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-9.png
Fichier image/png, 10k
Légende Tableau 10. Achat de produits dérivés selon la passion et la taille de la collection, pourcentage en lignes, sous-population des adultes lecteurs (n =1258). Khi2 =44,3 ddl =10 p =0,001.
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-10.png
Fichier image/png, 20k
Légende Tableau 11. Intervention sur des forums de bande dessinée selon la passion et la taille de la collection, pourcentage en colonnes, sous-population des adultes lecteurs (n =1258). Khi2 =136,2 ddl =10 p =0,001.
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-11.png
Fichier image/png, 20k
Légende Tableau 12. Avoir déjà essayé de faire de la BD en amateur selon la passion et la taille de la collection, pourcentage en lignes, sous-population des adultes lecteurs (n =1258). Khi2 =45,1 ddl =5 p =0,001.
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-12.png
Fichier image/png, 19k
Légende Tableau 13. A déjà ou non fait de la BD en amateur selon la classe d’âge, sous-population des passionnés, (n =224)
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-13.png
Fichier image/png, 13k
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-14.png
Fichier image/png, 10k
Légende Tableau 15. Lecture et possession de bandes dessinées numériques selon l'âge, pourcentage en lignes, sous-population des adultes lecteurs passionnés par la bande dessinée (n =224). Khi2 =28,7 ddl =8 p =0,001.
Crédits Tableau de l’auteur (Sylvain Aquatias).
URL http://journals.openedition.org/comicalites/docannexe/image/6760/img-15.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Aquatias, « Les manifestations générationnelles de la passion bédéphilique : un traitement secondaire de l’enquête de 2011 sur le lectorat de bande dessinée »Comicalités [En ligne], Histoire et influence des pratiques bédéphiliques, mis en ligne le 01 février 2022, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/comicalites/6760 ; DOI : https://doi.org/10.4000/comicalites.6760

Haut de page

Auteur

Sylvain Aquatias

GRESCO – Université de LIMOGES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search