Navigation – Plan du site
Lectures

Julien LONGHI (2018), Du discours comme champ au discours comme terrain

Paris, L’Harmattan, Coll. « Humanités numériques »
Irène Krymko-Bleton et Paul Bleton
Référence(s) :

Julien LONGHI (2018), Du discours comme champ au discours comme terrain, Paris, L’Harmattan, Coll. « Humanités numériques »

Texte intégral

1Doit-on se laisser conduire par ce sous-titre explicatif, « Contribution méthodologique à l’analyse sémantique du discours » ? Apparemment explicatif, analyse sémantique du discours doit moins s’entendre comme un composé de ces trois notions que comme une expression synthétique renvoyant, certes, à une tradition disciplinaire (de l’analyse de discours datant de Michel Pêcheux jusqu’à la sémantique des textes de François Rastier), mais surtout à sa reconfiguration, elle-même work in progress fait de leçons de pragmatique, de sociolinguistique, de sémantique, de théorie linguistique du sens commun, d’analyse de discours assistée par ordinateur…

  • 1 Inspirée d’Aron Gurwitsch — l’original américain de sa Théorie du champ de la conscience (1964) qu’ (...)
  • 2 Pour Aristote et le réalisme transcendant, la substance est l’être dans son essence, ce qui dans le (...)
  • 3 Catégories tirées d’une proposition de Georges-Elia Sarfati (2011).

2En raison du chapitre II, « Méthodes : constitution des observables », contribution méthodologique prête moins à confusion. En amont, Julien Longhi propose de considérer le discours (annoncé par le sous-titre) comme un champ, à la fois dans l’acception sociologique de Pierre Bourdieu (il « sémiotise l’appréhension du monde social », p. 26) et dans celle, phénoménologique1, de Pierre Cadiot et Yves-Marie Visetti (2001) (qui parlent du « caractère irréductiblement sémiotique de la perception », p. 68). Outre les recommandations habituelles des sociologues sur le terrain (question de départ, spécification du thème général en question d’enquête, elle-même « désabtractisée », décomposée en événements et pratiques sociales), il en découle la promotion méthodologique du provisoire et du variable. Impermanence relative pour caractériser l’objet d’étude, afin de tenir compte de la plasticité de l’enquête et de son évolution ; variation, inspirée par la sociolinguistique et par l’évolution d’un Rastier (2011) en direction non seulement d’une approche empirique de l’objet linguistique, mais aussi de sa désubstantification2 — moins de stabilité dans ce qui est observé, certes, mais plus d’ouverture à des perspectives multiples faisant à travers lui surgir de nouveaux observables. Que faire dès lors des conditions de constitution du corpus classiques en linguistique (sa pertinence, sa cohérence, sa représentativité, son ampleur, son homogénéité, etc.) ? Simplement leur préférer une approche plus souple valorisant cette hétérogénéité relative qui, seule, permet, en remontant à partir des observables, de distinguer les formes d’expression disponibles et les choix sémiodiscursifs, les normes génériques et les statuts discursifs, les discours et les statuts sociologiques3.

  • 4 Inspiré des travaux de Rodolphe Ghiglione sur l’analyse propositionnelle du discours et sur l’analy (...)

3Une fois le corpus (provisoirement) établi, l’auteur passe en revue quelques procédures et outils de traitement. L’analyse morphosyntaxique (avec le catégoriseur et lemmatiseur Cordial) repère des régularités caractéristiques des différents genres de discours ; l’analyse en grammaire du sens à la Patrick Charaudeau (avec le logiciel Tropes4) fournit une bonne représentation des types de verbes, des types d’adjectifs, etc., qui constituent le style du texte ; l’analyse statistique permet non seulement de caractériser les effectifs lexicaux d’un texte et d’effectuer des comparaisons lexicométriques avec d’autres textes (notamment à l’aide du logiciel Iramuteq), mais aussi d’extraire des classes de sens (mots et phrases les plus significatifs), de représenter graphiquement les cooccurrences (analyse des similitudes) avec le logiciel Alceste et de représenter graphiquement les résultats de l’analyse factorielle de correspondances (fréquence d’un mot dans une partie du texte, sur-représenté ou sous-représenté par rapport à sa fréquence dans l’ensemble, avec Lexico3).

  • 5 Il s’agit de tweets issus de comptes politiques influents. Le projet CoMeRe (communication médiée p (...)

4Vous voudriez peut-être quelque chose de plus concret ? Nous aussi. Rendez-vous donc au chapitre III. Il décrit la constitution et l’analyse d’un corpus, Polititweet5. Après quelques précisions sur la manière dont le corpus a été constitué, quelques échantillons et quelques anecdotes sur des obstacles logiciels à contourner, ce chapitre insiste sur le caractère crucial de la variation dans la méthode, explique l’antanaclase réunissant dans le titre les deux métaphores agricoles de champ et terrain et, surtout, fait apparaître à partir de ces tweets politiques une conception nouvelle de l’idéologie, inspirée de Sarfati et fondée sur sept critères (p. 95-98) :

  • Le statut discursif de l’idéologie se résume à une formule qui est celle de la greffe.

  • Le régime sémantique de l’idéologie est polylectale.

  • L’état discursif idéologique prétend à l’intemporalité.

  • L’idéologie s’articule comme un discours homogène, discursivement lisse.

  • L’universalité et l’atemporalité confèrent à l’idéologie un statut de vérité générale, valable pour tous et de tout temps.

  • Une idéologie se donne pour autotélique.

  • L’idéologie est polychrone.

5À partir de ces critères, des règles de traitement sont proposées. Par exemple, pour le critère 4, la règle « En ne référant qu’à elle-même, l’idéologie ne devrait pas comporter de marques de discours autre (pas de voix extérieures : pas de guillemets, pas de “selon”, pas de “comme x dit / pense…”, pas de personnes mises en scène) » (p. 100). Le traitement automatique est ensuite validé manuellement.

6C’est dans la conclusion que l’auteur :

  • oppose le surplomb de sa position critique aux « phénomènes sémiotiques complexes, peu saisissables dans le flot communicatif continu et quotidien » (p. 106) ;

  • explicite ce qu’est la « demande sociale » pour l’application d’une telle théorie des objets discursifs : enjeux citoyens « pour sortir des analyses de surface et des paraphrases journalistiques » (p. 108) et enjeux entrepreneuriaux (« analyse de l’image, de la réputation et de la e-réputation […], expertises sur les discours produits par ou sur les entreprises », « démarches qualité » fondées sur des critères sémiodiscursifs se substituant aux « grilles d’analyse relevant du management ou du marketing », etc., p. 108) ;

    • 6 Ce qui n’empêche pas l’objectivation des données langagières de s’effectuer par les statistiques en (...)
    • 7 « Données » : telle est bien là la divergence fondamentale puisque la théorie des objets discursifs(...)

    souligne la flexibilité de la théorie des objets discursifs pour répondre à ces demandes. Cette théorie des objets discursifs  concurrence sérieusement d’autres méthodologies fondamentalement quantitatives6 (notamment issues de l’informatique) pour analyser les données textuelles7, de manière multidisciplinaire (avec une multidisciplinarité à géométrie variable). En outre, elle permet de le faire dans une fourchette temporelle allant du temps lent de la recherche approfondie au temps court de l’intervention experte dans les médias, du rythme qui permet de répondre aux « appels d’offres, liés à des demandes territoriales, nationales ou européennes, ainsi qu’à des préoccupations venant d’entreprises » (p. 110) au rythme qui permet de « donner à l’expertise discursive un statut d’éclairage nécessaire dans les débats politiques et médiatiques » (p. 109).

7Deux courtes annexes donnent des exemples de réponses à des demandes sociales et les étapes d’une analyse de tweet (fichier, auteur, interaction et technolangage, contexte spatial et matériel, destin du tweet, langue).

  • 8 La théorie des objets discursifs : concepts, méthodes, contributions.

8Paradoxalement, il n’est pas si facile de préciser de quel genre relève ce livre pourtant écrit par un spécialiste de l’analyse de discours attentif à l’importance d’une telle notion. Issue de la recherche universitaire, sa préoccupation méthodologique aurait pu en faire un manuel ; ce n’est toutefois pas le cas, même si éventuellement des étudiants qui connaissent déjà un peu l’analyse de discours pourraient y trouver de quoi alimenter leur formation. Alors ? Exposé bardé de justifications épistémologiques destinées à des pairs afin de présenter une méthodologie faite moins d’une séquence que d’un faisceau de démarches différentes, mais toutes aimantées par un même noyau théorique (lui-même composite) ? Un opuscule de 150 pages serait-il le meilleur format pour y réussir ? Instantané essayistique d’un moment de la réflexion où sont saisis ensemble spéculations théoriques (dans des champs voisins, mais distincts) et problèmes pratiques à résoudre ? Ou recyclage allégé d’une habilitation dont le titre semble couvrir le même domaine8 ? Ou, comme la conclusion en donne l’indice, document promotionnel ou rapport de recherche pour justifier une nouvelle demande de subvention ? On le voit, à cette incertitude de lecture correspond une intention d’auteur restée floue, ce qui est le symptôme d’une réflexion pas encore aboutie sur le lectorat visé. Aussi, puisque cette intention n’est pas complètement claire, sans doute est-il nécessaire d’interroger le cadrage contextuel du livre pour en appréhender la fonction.

  • 9 Comme cette toute première note infrapaginale : « Nous remercions Georges-Elia Sarfati pour ses rel (...)
  • 10 Sauf dans le rappel des critères de définition de l’idéologie, au chapitre III.

9Commençons par ses références — moins pour leur contenu que pour leur forme. Mentor revendiqué, Sarfati reçoit de sympathiques marques de reconnaissance9 ; le livre n’en reste pas moins presque partout10 très discret, voire allusif, à propos de sa théorie même lorsque la théorie des objets discursifs avoue des emprunts spécifiques au mentor — ainsi, même pourvu d’un paragraphe de commentaires, le tableau de la page 60 reste assez sibyllin pour qui n’a pas lu le texte même de Sarfati. Aux antipodes de cette anémie informative, quelle surprise que ces 140 entrées de la bibliographie en fin de volume ! Certes, établir sa légitimité dans un domaine qui se revendique très multidisciplinaire impose sans doute le recours à une très longue carte de visite ; mais comme 38 de ces entrées renvoient à Julien Longhi lui-même, on soupçonne derrière cette pléthore une construction préméditée de l’ethos, une subreptice affirmation de légitimité.

10Coquetterie, petite tentation narcissique ? Peut-être, mais pas seulement ni même prioritairement. Après ce que recélaient les références, voyons ce qu’exhibe la collection, dont le nom s’affiche en couverture, « Humanités numériques ». Vocable glosé dans l’exposé des intentions éditoriales puisque, dès ses débuts et dans chaque volume, cette très jeune collection annonce avoir pour objectifs de faire connaître problématiques et travaux actuels sur le renouvellement des humanités via le numérique, des dispositifs techniques vis-à-vis de la transmission et la circulation de connaissances, des différentes appréhensions du numérique, ou encore de l’accès aux savoirs au regard de la médiation symbolique, sémiotique, et technologique des nouveaux médias et supports

  • 11 Illustration du travail de LEMEL, groupe de recherche de l’Université de Cergy-Pontoise portant sur (...)
  • 12 Un manuel destiné aux étudiants en métiers du multimédia et de l’Internet.
  • 13 Parue en 2018, issue d’une thèse en histoire, sur les professions de foi des députées de la Cinquiè (...)
  • 14 La concordance de l’œuvre de Thomas d’Aquin à l’initiative du père Roberto Busa s.j. avait débuté à (...)
  • 15 La page Wikipédia « Humanités numériques » donne un bon aperçu des institutions qui leur sont consa (...)
  • 16 Le directeur de collection a vraisemblablement eu de la difficulté à imposer un travail d’édition à (...)

11Objectifs éditoriaux assez ambitieux ou prudence rhétorique de ne pas s’emprisonner dans un carcan liminaire trop étroit ? Quelle qu’en soit la formulation, c’est dans les titres parus que s’incarne vraiment leur réalisation : outre Du discours comme champ au corpus comme terrain, trois collectifs (L’Europe dans les médias en ligne11, La communication numérique, du code à l’information12, Critique du numérique, analysant prioritairement le discours des acteurs) et une étude d’analyse de discours de Magali Guaresi, Parler au féminin13. Mais que ces illustrations, cette définition extensionnelle, ne soient pas une tentation pour délaisser ces humanités numériques. La chose n’est pas une nouveauté si l’on en croit le Companion to digital humanities dont seul le dernier chapitre était consacré à l’« ère de l’Internet », les trois précédents épluchant et périodisant l’évolution du domaine dans les quatre décennies après 194914 ! Mais l’expression calquée de l’anglais humanités numériques ne s’impose qu’à partir de la parution du Companion. Et en France, le Conseil national des universités ne reconnaît pas encore les humanités numériques comme une discipline de plein droit, même si certaines écoles et universités offrent des formations — par exemple à l’Université de Cergy-Pontoise, où justement enseigne Longhi et où il dirige un Institut des humanités numériques15. Et Longhi est justement directeur de la collection « Humanités numériques » chez l’Harmattan. Aussi mince, mal défini et décevant soit Du discours comme champ au corpus comme terrain16, sa fonction clandestine est à replacer dans un bien plus large processus d’institutionnalisation des humanités numériques, dans une recherche de reconnaissance de cette interdiscipline par l’université française. Et la nomination récente de l’auteur comme membre junior à l’Institut universitaire de France augure bien du résultat, à terme.

Haut de page

Bibliographie

CADIOT, Pierre et Yves-Marie VISETTI (2001), Pour une théorie des formes sémantiques : motifs, profils, thèmes, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Formes sémiotiques ».

CANU, Roland, Johann CHAULET et Caroline DATCHARY (dir.) (2018), Critique du numérique, Paris, L’Harmattan, Coll. « Humanités numériques ».

GUARESI, Magali (2018), Parler au féminin : les professions de foi des député.e.s sous la Cinquième République (1958-2007), préface de Françoise THÉBAUD, Paris, L’Harmattan, Coll. « Humanités numériques ».

LONGHI, Julien et Jonathan WEBER (dir.) (2017), La communication numérique, du code à l’information, Paris, L’Harmattan, Coll. « Humanités numériques ».

RADUT-GAGHO, Luciana, Denisa-Adriana OPREA et Axel BOURSIER (dir.) (2017), L’Europe dans les médias en ligne, Paris, L’Harmattan, Coll. « Humanités numériques ».

RASTIER, François (2011), La mesure et le grain. Sémantique de corpus, Paris, Honoré Champion, Coll. « Lettres numériques ».

SARFATI, Georges-Elia (2011), « Analyse du discours et sens commun : institution de sens, communautés de sens, doxa et idéologie », dans Jacques GUILHAUMOU et Philippe SCHEPENS (dir.), Matériaux philosophiques pour l’analyse du discours, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 139-174.

SCHREIBMAN, Susan, Ray SIEMENS et John UNSWORTH (dir.) (2004), A Companion To Digital Humanities, Hoboken NJ, Blackwell Publishing.

Haut de page

Notes

1 Inspirée d’Aron Gurwitsch — l’original américain de sa Théorie du champ de la conscience (1964) qu’avait traduit Michel Butor avait paru en 1957, la même année que le fameux roman La modification ; par ailleurs, lecteur critique de Maurice Merleau-Ponty, Gurwitsch avait à son tour été lu par le philosophe français au moment où ce dernier écrivait Le visible et l’invisible (1964).

2 Pour Aristote et le réalisme transcendant, la substance est l’être dans son essence, ce qui dans le langage donne l’orthonyme univoque, transparent, permanent, qui rassure sur la stabilité du monde puisqu’il le représente adéquatement.

3 Catégories tirées d’une proposition de Georges-Elia Sarfati (2011).

4 Inspiré des travaux de Rodolphe Ghiglione sur l’analyse propositionnelle du discours et sur l’analyse cognitivo-discursive.

5 Il s’agit de tweets issus de comptes politiques influents. Le projet CoMeRe (communication médiée par les réseaux) a rendu ce corpus accessible : https://corpuscomere.wordpress.com/. Page consultée le 3 mai 2019.

6 Ce qui n’empêche pas l’objectivation des données langagières de s’effectuer par les statistiques en théorie des objets discursifs.

7 « Données » : telle est bien là la divergence fondamentale puisque la théorie des objets discursifs ne les considère pas comme des données, mais comme un corpus textuel, potentiellement constitué et traversé de convergences et divergences qualitatives réclamant interprétation.

8 La théorie des objets discursifs : concepts, méthodes, contributions.

9 Comme cette toute première note infrapaginale : « Nous remercions Georges-Elia Sarfati pour ses relectures attentives et nos nombreux échanges » (p. 7).

10 Sauf dans le rappel des critères de définition de l’idéologie, au chapitre III.

11 Illustration du travail de LEMEL, groupe de recherche de l’Université de Cergy-Pontoise portant sur les manières dont les journalistes de différents pays problématisent ou narrativisent l’Europe.

12 Un manuel destiné aux étudiants en métiers du multimédia et de l’Internet.

13 Parue en 2018, issue d’une thèse en histoire, sur les professions de foi des députées de la Cinquième République entre 1958 et 2007, cherchant à évaluer si cette opération discursive visant à légitimer leurs candidatures avait ou non permis de faire évoluer les normes en vigueur au Parlement.

14 La concordance de l’œuvre de Thomas d’Aquin à l’initiative du père Roberto Busa s.j. avait débuté à cette date et a demandé une trentaine d’années.

15 La page Wikipédia « Humanités numériques » donne un bon aperçu des institutions qui leur sont consacrées, en France, dans la francophonie et ailleurs. Humanités numériques (s.d.), Wikipédia, l’encyclopédie libre. [En ligne]. https://fr.wikipedia.org/wiki/Humanités_numériques. Page consultée le 17 mars 2019.

16 Le directeur de collection a vraisemblablement eu de la difficulté à imposer un travail d’édition à son auteur…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Krymko-Bleton et Paul Bleton, « Julien LONGHI (2018), Du discours comme champ au discours comme terrain », Communication [En ligne], Vol. 36/2 | 2019, mis en ligne le 15 juillet 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/10368

Haut de page

Auteurs

Irène Krymko-Bleton

Irène Krymko-Bleton est professeure au département de psychologie, Université du Québec à Montréal. Courriel : krymko-bleton.irene@uqam.ca

Paul Bleton

Paul Bleton est professeur au département Sciences humaines, lettres et communication, Université Téluq. Courriel : paul.bleton@teluq.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals