Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/1ArticlesCroire en la technologie

Articles

Croire en la technologie

Médiatisation du futur et futur de la médiatisation
Mihaela-Alexandra Tudor et Stefan Bratosin

Texte intégral

1À partir de la deuxième moitié du siècle dernier, la médiatisation a acquis un poids important dans la tentative, d’une part, de construire une épistémologie qui explique mieux les problématiques actuelles dans la recherche en communication et, d’autre part, de fédérer une recherche qui rassemble à la fois les études des médias et de la médiation et les approches interdisciplinaires, telles que la sociologie des médias, les sciences politiques, les sciences religieuses, les sciences de l’éducation et le droit, touchées par l’essor des nouvelles technologies de l’information et de la communication (Lunt et Livingstone, 2016).

2Trois éléments décisifs font de ce programme de recherche en construction un levier essentiel pour explorer de nouvelles idées et pistes ainsi que pour interroger de nouveaux phénomènes et processus de société, vu que l’histoire des médias est inéluctablement liée à l’histoire des changements sociaux et sociétaux. Premièrement, la médiatisation est un concept qui aide à la sensibilisation, c’est-à-dire un guide pour la recherche empirique confrontée à des problèmes inouïs qui appellent des réponses immédiates et adaptées, à visée sociétale globale face aux technologies et à leurs impacts difficilement prévisibles (Lunt et Livingstone, op. cit.). Deuxièmement, elle est un concept qui aide à l’interprétation des résultats de la recherche, résultats à évaluer de façon plus productive dans un contexte plus complexe et plus interactionnel, qui nécessite la prise en compte du dépassement du problème de la parcimonie des explications et des impensées des cadres théoriques existants dans tous les domaines. Troisièmement, la médiatisation est un concept qui aide à la simulation. Il s’agit de tester de nouvelles hypothèses, de stimuler des questions de recherche, des connaissances innovantes et d’intégrer des savoirs auparavant indépendants que les technologies mettent en relation. Ces trois aspects sont à la base du présent dossier, qui pose la question de la médiatisation au cœur d’un métaprocessus de la modernité — la technologisation de la société et de la vie.

3La médiatisation porte en soi l’idée du futur. Elle est concernée par une continue « mise en question » dans le contexte des transformations futures de nos sociétés puisque le rôle des médias change, leurs usages et pratiques collectifs poussent aux développements qui prennent diverses formes, « futuristes », contribuant à la naissance de formes d’interaction et de participation inouïes qui appellent à de nouveaux paradigmes d’intermédiation des technologies dans la compréhension de l’homme et de la société. L’analyse des enjeux de la médiatisation pour le futur de l’homme et de la société dans le contexte des croyances et dogmes de la foi en technologie devient donc de mise pour faire avancer la recherche sur les rapports que les médias entretiennent avec les métaprocessus de la hypermodernité tels la mondialisation, la démocratisation, le changement climatique, etc. avec de profondes conséquences civilisationnelles et anthropologiques. Et cela compte tenu que les médias sont devenus l’extension (McLuhan, 1964) et l’intégration technologique de l’homme, dissolvant toute frontière des activités (Krotz, 2001), redéfinissant les temporalités et les espaces en brisant les représentations canoniques du temps et de l’espace (Dayan et Katz, 1992), combinant « bio » et « technologie » (Tudor et Bratosin, 2020). Les processus de médiatisation (Krotz, 2007 et 2017) revêtent ainsi un caractère cyborg encapsulant en même temps des représentations et expressions du futur correspondant à une pensée mythique et religieuse à laquelle les prédictions scientifiques et parascientifiques sur la technologie apportent leur contribution.

4Dès lors, la médiatisation du futur agglutine les craintes d’une apocalypse où la prise technologique du contrôle sur la vie serait le sens de l’avenir de l’humanité, ce qui suscite l’espérance quasi évangélique d’une percolation salutaire de la technologie dans le corps humain et dans son environnement.

« Hashtag médiatisation ». Un état de l’art en chantier

5La médiatisation, cadre épistémologique dans lequel s’inscrivent les contributions à ce dossier, connaît une longue histoire conceptuelle. Initialement, comme l’expliquait Sonia Livingstone (2009) dans son presidential address à l’Annual Conference of the International Communication Association à Montréal en mai 2008, la médiatisation a été utilisée par les historiens pour désigner un processus de réorganisation des États germaniques au xixe siècle connu sous le nom de « médiatisation allemande ». Ce processus a aussi été présent dans des pays comme l’Italie ou la Russie. Le concept correspondait à une annexion d’une monarchie par une autre mais avec la préservation d’un pouvoir résiduel et des titres de noblesse. Sans aucun lien avec les médias (mais avec sans doute la médiation comme intermédiation), l’usage historique renvoie à une perte de pouvoir (Deacon and Stanyer, 2014) tandis que l’usage actuel suppose une annexion du pouvoir des institutions de la modernité et de l’individu via l’omniprésence et l’autonomie des organisations, valeurs et technologies des médias.

6Plus précisément,

  • 1 dans les sociétés antérieures, les institutions sociales telles que la famille, l’école et l’Église (...)

in earlier societies, social institutions like family, school and church were the most important providers of information, tradition and moral orientation for the individual member of society. Today, these institutions have lost some of their former authority, and the media have to some extent taken over their role as providers of information and moral orientation, at the same time as the media have become society’s most important storyteller about society itself (Hjarvard, 2013 : 83)1.

7Il s’agit donc d’un passage de l’histoire non médiatisée à l’histoire médiatisée (Livingstone, 2009) qui place les médias et l’analyse des médias au centre des développements actuels.

Origines et ambiguïtés

8Le terme de médiatisation n’apparaît dans la littérature scientifique anglo-saxonne qu’avec la contribution de Knut Lundby (2009) et les monographies d’Andreas Hepp (2012) et de Stig Hjarvard (2013) faisant suite à ses articles (Hjarvard, 2008a, 2008b). L’appropriation du concept dans le domaine de la communication se produit au fur et à mesure que les études théoriques et empiriques commencent à prendre de l’ampleur.

9Il est à noter qu’une ambiguïté jalonne l’usage des concepts de médiation et de médiatisation, qui sont parfois interchangeables dans la recherche anglo-saxonne (Livingstone, op. cit. ; Martino, 2019). Ils ont le même sens ou une certaine proximité sémantique, ce qui suggère une continuité (Couldry, 2008 ; Lundby, op. cit. ; Livingstone, op. cit. ; Bratosin, 2016 ; Tudor et Herteliu, 2017). Sonia Livingstone, dans le même propos présidentiel où elle offre une analyse détaillée de cette ambiguïté, observe même que « [s]on collègue français a eu le moins à dire sur le sujet — en français, la médiation est médiation » (op. cit. : 3). Nick Couldry (op. cit.) note la différence suivante : la médiation est une interaction entre les processus sociaux et médiatiques ou, plus exactement, une présence des médias dans la constitution et l’articulation des processus sociaux. Quoi qu’il en soit, une action médiatique est présente dans les transformations que subissent les institutions, les espaces ou les processus socioculturels.

10À l’origine, l’usage du terme de médiatisation montre également une ambiguïté en raison de la diversité des domaines où il a cours. En France, Jean Baudrillard (1976) l’utilise dans son approche de l’image en tant qu’élément central dans la construction des relations sociales. Il qualifie le processus de simulation de la réalité par l’image comme « médiatisation » de la société. Ce concept — en réalité non problématisé et non interrogé par Baudrillard — est lié à l’étude des conditions de possibilité d’une société d’images qui mènent à la construction d’une culture du simulacre. Jürgen Habermas (1989) invite la notion sur le terrain de la sociologie par l’intermédiaire de l’action communicative. La médiatisation est la présence du « système » dans le « monde de la vie ». Le « monde de la vie » est une production de sens et « le système » est un espace de régulation bureaucratique-normative des activités dans leurs différentes dimensions. Il n’y a pas de référence particulière aux médias.

11John B. Thompson (1995) évoque la perspective de la société progressivement « médialisée » qui met en son centre le rôle fondamental de l’information médiée et de l’échange d’information, fondamentaux pour l’activité citoyenne dans une société conquise par l’expansion des médias. Cependant, ces usages ne sont pas l’écho des perspectives actuelles. Les travaux de Marshall McLuhan (op. cit.) ou Joshua Meyrowitz (1999), ceux sur l’écologie de la communication de David L. Altheide et Robert P. Snow (1979) ou encore la tradition américaine des études des médias représentent des précurseurs qui, interrogeant notamment le média et ses effets sur la société, font le choix de considérer la centralité des médias ainsi que leur rôle social et sociétal transformationnel, thèse propre aux approches de la médiatisation comme paradigme à part entière en sciences de la communication. Selon les écrits fondateurs actuels (Hepp, Hjarvard et Lundby, 2010), définir et comprendre la médiatisation signifie dépasser la césure entre « médias » et « société » présente dans les traditions de recherche antérieures. Les médias sont au sein de la société et font partie de la culture.

Médiatisation : un programme de recherche en cours

12Peter Lunt et Sonia Livingstone (op. cit.), répondant aux seules critiques plus aiguës du concept formulées par David Deacon et James Stanyer (2014), argumentent que la médiatisation n’est pas forcément un paradigme, mais plutôt un programme de recherche, qui s’est déjà créé une tradition d’école. Deux écoles font débat et fondent ce programme, étiquetées par Hepp (2013) comme des traditions « institutionnalistes » et « constructivistes sociales » (voir aussi Hoskins, 2009 ; Couldry et Hepp, 2013). Dans la lignée institutionnaliste, la médiatisation est une adaptation des différents systèmes et domaines (social, politique, religieux, etc.) aux règles et contraintes des institutions médiatiques (Hjarvard, 2008). Dans la lignée constructiviste sociale, elle est un processus où l’évolution des technologies de l’information et de la communication entraîne les « transformations de la construction communicative de la culture et de la société » (Hepp, 2013 : 616). Les deux traditions travaillent en fonction de deux sens accordés aux médias : les « grands médias », mainstream, institutionnalisés, et les « petits médias », les technologies de l’information et de la communication. Elles tablent, d’une part, sur la nécessité des acteurs, autres que médiatiques, de fonctionner selon leur logique et, d’autre part, sur leur pénétration immédiate dans le quotidien, sur tous les plans (Hoskins, op. cit.), avec pour effet la restructuration de toutes les actions et activités.

13Les auteurs sont généralement d’accord pour dire que médiatisation est un terme qui, par sa structure, implique un changement historique. Par exemple, Friedrich Krotz (2009) la considère comme un métaprocessus à long terme accompagné par d’autres métaprocessus tels que la mondialisation ou la démocratisation. Hepp (2013) la voit comme un processus cumulatif qui augmente avec le temps de manière non linéaire. De leur côté, Deacon et Stanyer (op. cit.) la considèrent plutôt comme une mode conceptuelle sur la base des arguments suivants :

  1. Le concept mise sur le postulat que le changement est produit par un ensemble restreint de variables causales, les médias de masse et les technologies de l’information et de la communication, suffisamment puissants pour provoquer des transformations historiques majeures dans tous les contextes. Or, selon les deux critiques, le rôle des facteurs non médiatiques dans l’influence des pratiques de communication est complètement ignoré ;

  2. La médiatisation est considérée comme un processus continu émergeant sur une longue période. Mais il n’y a pas ou presque pas de consensus sur le moment où elle a commencé, et certains auteurs soutiennent même qu’elle a pris fin. Elle pourrait donc être un processus erratique. Des recherches diachroniques sont nécessaires ;

  3. Le concept apporte une valeur ajoutée à la compréhension des processus de changement social, politique et culturel. Étant donné qu’il se prête à une indéfinition conceptuelle, Deacon et Stanyer soulignent qu’il n’est pas susceptible d’enrichir les connaissances.

14Lunt et Livingstone (op. cit.) ont essayé de surmonter ces critiques qui, selon eux, font preuve d’une résistance naturelle devant un changement de paradigme ou plutôt de programme de recherche en communication, dans un contexte où les outils classiques n’ont plus la portée et la pertinence pour expliquer les problématiques actuelles posées par les médias. Pour résumer, leurs arguments pointent trois aspects importants :

  1. Au cours de l’histoire des médias, la contribution changeante et l’importance croissante des médiations sociotechnologiques (institutionnelles et culturelles) pour la modernité restent indéniables ;

  2. L’intensification des processus de médiation à l’ère de la connectivité mondiale et de l’instabilité totale dans les dernières décennies a conduit inexorablement à un intérêt aigu pour la médiatisation ;

  3. Les périodes de médiatisation sont loin d’être linéaires et prennent différentes formes à travers l’histoire.

15En bref, les théories et cadres classiques des études des médias ne sont pas en mesure de sensibiliser à de nouveaux questionnements liés à la fois à une conscience historique accrue qui devrait aller au-delà de la polarisation simpliste entre médias « classiques » et « nouveaux », au « comment » et « si » les transformations sociétales d’une variété de domaines peuvent être réinterprétées sous l’angle de la médiatisation, à la manière dont la médiatisation apporte une plus-value à l’analyse des métaprocessus de la modernité (mondialisation, commercialisation, etc.) (ibid.).

16Ce programme de recherche ne se limite pas au monde anglo-saxon. Compte tenu de la vitalité du concept liée principalement aux trois fonctions évoquées en début d’article — sensibilisation aux problématiques nouvelles, interprétation des résultats pour surmonter la parcimonie d’explications et d’impensées des cadres théoriques existants et simulation de nouvelles hypothèses et pistes de réponse —, les chercheurs d’autres pays, notamment le Brésil et la France, s’en sont emparés.

  • 2 Les approches latino-américaines de la médiatisation sont redevables à une tradition vieille de tro (...)

17Le Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico (CNPq) soutient un groupe de recherche qui travaille sur la médiatisation, animé par des enseignants-chercheurs du Programa de Pós-Graduação em Ciências da Comunicação (PPGC) de l’Universidade do Vale do Rio dos Sinos (UNISINOS)2. Il mobilise le concept au travers des recherches théoriques et empiriques mettant à l’épreuve des hypothèses en construction dans les directions suivantes : ambiance et environnement ; circulation et circuit ; dispositifs et interactions ; institutions et acteurs ; sémiosis et transformations des croyances et religions (Fausto Neto, Ferreira, Braga et Gomes, 2010 ; Gomes, 2016 et 2017 ; Martino, op. cit.). Ce groupe réunit chaque année, lors d’un congrès international arrivé à sa quatrième édition, des chercheurs du Nord et du Sud pour faire avancer la recherche sur la question dans un dialogue fédératif entre le monde anglo-saxon, latino-américain et français. Des ouvrages collectifs et d’autres publications sont issus de ce travail, qui témoigne de la nécessité de continuer à interroger le futur de la médiatisation autrement, en relation avec le futur technologique de la société et de l’humanité. D’où une autre nécessité, mise en avant par les contributions françaises récentes de l’unité de recherche Corhis de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et de son réseau de chercheurs Iarsic, de travailler le concept sous l’angle des technologies convergentes. En effet, puisqu’il remplace le paradigme du xixe siècle de l’utopie technoscientifique, le concept s’inscrit inéluctablement sur le chemin dessiné par la vision technologique sans césure des médias entre « classiques et nouveaux » (Hay et Couldry, 2011 ; Jenkins, 2006). Ce volet, ouvert en 2018 dans le cadre de la quatrième édition du colloque international ComSymbol, fait l’objet de ce dossier et interroge la médiatisation au prisme des avancées de la technologie et de leur impact sur l’homme et la société, articulant deux visions contrastées : technoprogressiste et technoconservatrice (Tudor et Bratosin, 2018a). Il s’associe aux axes et terrains privilégiés par l’équipe française : communication symbolique (pensée et imaginaire mythico-religieux), religions, fait religieux et politique (pouvoir, autorité, radicalisation, religion publique, etc.) et spiritualités (populaires et nouvelles) (Tudor, 2015 ; Bratosin et Tudor, 2016 ; Tudor et Herteliu, op. cit. ; Bratosin, 2016 ; Tudor, 2018 ; Tudor et Bratosin, 2018b ; Bratosin et Jauffret, 2018 ; Bratosin, 2019). Il interpelle les représentations médiatisées du futur dans le contexte plus large de la communication comme processus de production de sens au cœur des travaux de Iarsic-Corhis sur la base de l’approche intégratrice de la « médiatisation de tout » (Livingstone, op. cit. ; Bratosin, 2016 ; Tudor et Herteliu, op. cit.)

un modèle d’hypothèses mis en évidence par les recherches en communication politique (Peters et al., 2008 ; Schäfer, 2009 ; Rödder, 2009), observable dans la communication publique propre à toutes les autres formes symboliques (religion, art, science, culture, etc.) à l’œuvre dans l’espace public. Ce modèle se caractérise par a) la prévalence croissante de la communication médiatique comme source d’information pour tous les acteurs de la société ; b) la perception de l’importance décisive des médias dans la diffusion des idées ; c) l’adaptation des acteurs de la communication à une « communication orientée média (Bratosin, 2016 : 412).

  • 3 La recherche française est cantonnée dans les approches désormais classiques des études des médias (...)

18Et cela, dans le contexte particulier de la recherche française (et francophone) en communication qui n’a intégré que de façon parcellaire ce programme3 attaché à mettre au premier plan la variable médiatisation et à reléguer au plan second les autres variables possibles impliquées dans les processus de transformation de la société.

Croire en la technologie

19La portée de la médiatisation est un enjeu important pour l’ensemble des domaines disciplinaires désormais concernés par l’impact de la technologie. Krotz (2017) saisit ce potentiel. Prenant en compte plusieurs perspectives et critiques sur la médiatisation (avec des références à Hepp, Lundby, Schulz, Hjarvard, etc.), il propose une approche qui a pour vocation d’être intégrative et fructueuse pour la compréhension du concept dans la perspective de ses rapports irréversibles avec la technologie et les mises futuristes qui lui incombent : la médiatisation est un processus de transformation profonde du système des médias, les médias sont dissous complètement et invisiblement dans l’ensemble de notre vie, l’impact politique de la médiatisation produit une reconstruction du champ de la gouvernance (médiatisation répressive et libérale). Cela fait qu’ils sont omniprésents, qu’ils pénètrent tous les usages quotidiens, créant une « media-life » (Deuze, 2011), concept proche de celui de Krotz (Tudor et Bratosin, 2020). Les contributions sur la médiatisation dans le paradigme des sciences neurocognitives s’emparent aussi de ces perspectives et vont plus loin. Elles dépassent le sens de la socialité que les media studies confèrent au concept et avancent l’idée que la médiatisation consiste en une communication « cerveau à cerveau », où les principaux mécanismes du travail cérébral peuvent être décrits, expliqués et numérisés (Mangus, Aubrie et Weber, 2015 ; Nannicelli et Taberham, 2014). Plus exactement, la médiatisation signifie « être semblable à un cyborg », et vice-versa. Cela ouvre le chemin pour introduire un nouveau terme, technique, celui de panmédiatisation (Zagidulina, 2018) : un processus d’intégration des médias dans le corps humain et une transition vers la prochaine étape de communication humaine, caractérisée par une extension hybride de l’humanité médiatisée, c’est-à-dire une technologie d’amélioration des systèmes de communication naturels.

20L’assimilation des médias dans le corps social, économique, politique, culturel, mais aussi dans le corps humain sur la trame tissée par les perspectives divergentes et convergentes de la médiatisation (anglo-saxonnes, françaises, etc.) est le leitmotiv des contributions du présent numéro sur le « croire en la technologie ». Les chercheurs qui y ont contribué ont tenté d’apporter des éléments de réponse à deux questions majeures : Comment les représentations médiatisées du futur rendent-elles compte de la pensée mythico-religieuse dont participent les prédictions scientifiques et parascientifiques sur la technologie ? Comment la médiatisation des discours scientifiques, politiques, philosophiques, économiques, sociologiques, etc., sur la technologie du futur contribue-t-elle à la mystification et / ou à la démystification de la foi en la technologie ?

21Dans le sillage des penseurs tels que Jean-François Lyotard, Jean-Luc Nancy et Jacques Rancière, la contribution de Julien Cueille, qui ouvre le numéro, se penche sur la fonction (mythique) de métarécit de légitimation, considérée comme perdue dans nos sociétés individualistes, « désenchantées ». La narration transhumaniste et les fictions technologiques sont analysées en tant que discours de légitimation du paradigme technoprogressiste « qui accompagne les avancées des bio-neuro-sciences et leur convergence avec le champ des technologies numériques » dans un effort de légitimer la rationalité scientifique accueillant, par l’intermédiaire de la technologie et des médias, le politique, l’économique, le social, le sociétal… Le métarécit transhumaniste englobe une diversité de discours adossés à l’imaginaire, constituant un nouveau mythe à la fois entier, selon le sens de Vernant et Eliade (cf. Cueille) et éclaté (selon les perspectives de Blanchot, Nancy, Rancière), propre à la hypermodernité, unique et hétérogène, mais en rupture avec le caractère sacrificiel des mythes traditionnels. Cueille enrichit sa contribution d’une analyse inédite du mythe transhumaniste comme métanarration au prisme de la psychanalyse afin de mettre en exergue surtout le caractère nouveau de ce mythe. Au miroir des (trans)médias, Cueille montre que la narration transhumaniste ne détient pas le monopole du « mythe autrement ». Harry Potter et films de science-fiction, c’est-à-dire les produits de la culture populaire, y sont concernés. Ils sont « […] des candidats de rechange à un “réenchantement du monde” » par des mythes en rupture avec la tradition anthropologique, mais toujours merveilleux, servant de modèle, suscitant une participation collective à la création et une implication émotionnelle, un schème d’initiation. Le contexte de médiatisation entraîne donc une rupture avec les mythes traditionnels en proposant un nouveau modèle qui se fonde sur

  1. « l’“amalgamation” et l’“accommodation” des contenus médiatisés avec les activités qui n’en relèvent pas (comme la science) » (Schulz, 2004 : 88) ;

  2. le brouillage des frontières généré par les médias ;

  3. le court-circuitage des discursivités qui effacent leur hétérogénéité par l’intermédiaire des convergences technologique et neuro-bio-info-cognitive.

22Étienne Damome, Aminata Ouédraogo et Élodie Alimata Tapsoba s’intéressent pour leur part à la médiatisation au travers du rôle prophétique qu’on attribue aux réseaux socionumériques dans un pays comme le Burkina Faso, où les citoyens investissent les médias sociaux d’un contre-pouvoir pour réagir aux problèmes générés par les crises démocratiques, sociales et sociétales. Les auteurs étudient les croyances mythiques au numérique des usagers burkinabè à l’aide des outils méthodologiques qualitatifs qui combinent analyse du discours des médias sur les fonctions et usages des réseaux sociaux, entretiens, observation participante et netnographie des pages Facebook. Qu’il s’agisse des pouvoirs politiques et publics ou des jeunes, des représentations « enchantées » de nature mythico-religieuse sont à l’origine des usages des médias (même si c’est pour des raisons différentes). Ces représentations se déclinent sous diverses formes :

  1. des engagements exaltés (Facebook devenu presque un outil de « rédemption » face aux différentes crises) ;

  2. des attachements mystiques (médias sociaux transformés en objet d’adoration fervente) ;

  3. des partages d’un espace sacré (par exemple, groupes fermés Facebook ou WhatsApp « entre copains », entre « initiés »).

23La médiatisation est appréhendée ici par son caractère de métaprocessus, étendu à l’échelle globale, qui intègre tous les domaines de la vie conduisant à une sacralisation par consolidation de leur pouvoir tout en faisant des victimes notables sur le chemin.

24Sur un tout autre terrain, celui des organisations, Daniela Roventa-Frumusani et Elena Farcaș posent le problème de la gestion de l’avenir des institutions au temps de la convergence des médias et de l’« intersection entre numérique, innovation et identité organisationnelle sur un socle communicationnel ». Les auteures étudient 21 ministères roumains et leur technoscape (Appadurai, 1996 et 2013), mobilisant l’analyse de contenu des sites Web et l’observation ethnographique en ligne dans une approche pragmatique des actes de langage (Austin et Searle). Les résultats montrent que les processus de médiatisation engagent les institutions publiques sur la voie du fonctionnement selon la logique des médias. La médiatisation devient un univers discursif des organisations étatiques qui sont « colonisées » par les réseaux sociaux et Internet. Désormais attachées à des pratiques trans-plateformes, les institutions utilisent, d’une part, leurs sites Web pour construire la communication avec la presse et les parties prenantes et, d’autre part, les réseaux sociaux, notamment Facebook (très prisé en Roumanie), pour s’adresser au grand public et interagir avec lui (tendances qui rejoignent d’autres recherches internationales). Dans cet univers des discursivités des ministères publics, médiatiser consiste à s’emparer des médias et à institutionnaliser leur usage et leur logique de fonctionnement mainstream. Plus exactement, il s’agit de garder l’emprise sur la production de contenu et le contrôle sur la source qui fournit l’information, l’usager, le citoyen, ne participant pas encore à la coproduction de l’information et du contenu médiatisé.

25Pour sa part, Maria Holubowicz traite d’une sorte de métamédiatisation par le truchement de l’analyse du discours médiatisé de démystification des nouvelles technologies d’un journal local grenoblois, Le Postillon, bimensuel satirique né en 2009, qualifié d’extrême gauche et qui se donne pour mission de produire une information alternative et indépendante. La technologie est d’emblée considérée par l’auteure comme un objet de mystification dans l’entre-espace des médias mainstream (qui l’idéalisent) et alternatifs (qui la démonisent) du territoire grenoblois. Un corpus de 85 articles du Postillon qui traitent des nouvelles technologies et du numérique est étudié au moyen de l’analyse de contenu quantitative et qualitative. Le cas est intéressant non pas par son ampleur (car le journal ne touche qu’un public restreint), mais parce qu’il vise à faire une critique de la technologie et des médias, sans échapper néanmoins aux outils des médias et à la mise en convergence des médias classiques et nouveaux, sur la base d’une vision mythique, le « David contre Goliath », « en adversaire absolu et résolu de la bien-pensance des médias historiques de Grenoble ». Cette étude de cas montre que la médiatisation s’incarne non seulement dans les espaces de monopole, mais aussi dans les espaces considérés comme libérés, à l’intersection et dépendant des mêmes métaprocessus de la modernité discutés dans la théorie sociale, par exemple la mondialisation.

26La conceptualisation de la médiatisation spécifiquement brésilienne (Braga, Fausto Neto, Ferreira, Gomes, Martino ; Salgueiro Marques, Biondi et De Jesus, 2019) procure à Ângela Cristina Salgueiro Marques, Jean-Luc Moriceau et Bruno Menezes le cadre théorique de base pour étudier les stratégies médiatiques du « croire », notamment l’usage d’invectives, la censure morale et le cadrage normatif dans l’économie de la foi chrétienne. À cet effet, les auteurs considèrent dans leur texte le cas du débat qui a eu lieu sur les réseaux sociaux brésiliens lors de la proposition du Front parlementaire évangélique — l’ensemble des personnes politiques liées à une dénomination confessionnelle chrétienne qui a une place à la Chambre des députés et au Sénat fédéraux — concernant le Statut de la famille. Dans ce cadre — où la « parole » devenue algorithme est associée à la médiatisation du rapport entre la religion et la politique —, le débat public, loin de la « rationalité » de l’agir communicationnel habermassien, apparaît comme une occasion transconfessionnelle de revisiter non pas l’organisation et l’institution religieuses, mais plutôt la fonction et la substance mêmes du « croire » (Bratosin, Gomes et Fausto Neto, 2017). Les résultats de cette étude mettent finalement en évidence des formes politiques parfois inouïes de transposition médiatique de la vie religieuse des individus et posent, fondamentalement, le problème majeur de la « liquidité » de l’autorité dans la société de la médiatisation, société qui réduit de plus en plus l’espace personnel en faveur de l’espace public, tout en ouvrant la sphère publique à l’espace intime.

27La participation de Maude Riverin à ce dossier est un regard qui enrichit le spectre des gender studies par une analyse ouvrant des perspectives sur la compréhension du devenir-digital à travers le corps humain féminin. Il s’agit d’une analyse construite à partir de références issues du champ des théories portant sur le posthumanisme, théories convoquées dans le sens des travaux réalisés sur les chantiers de la recherche universitaire autour du nouveau matérialisme. L’observation empirique qui est délimitée par le film Lucy (Besson, 2014), c’est-à-dire par la médiatisation de la transformation du corps féminin en rapport avec le mythe selon lequel l’humain ne se servirait que de 10 % de son cerveau, se focalise sur deux perspectives apparemment hétérogènes. D’une part, le questionnement s’attache à rendre compte de la « conscience de la matière ». D’autre part, les interrogations sont orientées par l’optique posthumaniste où « la chair devient technologique ». Mais, en fin de compte, pour Riverin, les deux perspectives du « devenir » s’articulent autour d’un point commun du vécu sensible présent : la médiatisation des nouvelles mythologies du dépassement des frontières « naturelles » qui séparent et lient en même temps l’être humain et la technologie. La conclusion de Riverin — « la chair est obsolète » — ancre ce texte dans la sphère des grands travaux sur le sens salutaire de la « chair » autrefois « verbe », alors que désormais, puisque « nous devenons tous digitaux » (Negroponte, 1995 : 231), la « chair » s’est fait « nombre », c’est-à-dire elle est devenue « obsolète ».

28Enfin, Marco Saraceno offre un regard for éclairant sur l’historique bouleversement de l’idéologie du progrès dans une société conquise par la médiatisation. Ainsi, en considérant la médiatisation comme fonction symbolique du futur technologique, Saraceno produit une analyse qui valide son hypothèse sur l’ambiguïté narrative de nature mythique ayant ouvert le passage de la rhétorique du « prospectivisme technologique » des années 1980 vers le récent discours de la « révolution numérique », un discours fondé sur le développement évident et, en même temps, religieusement fascinant des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Dans l’analyse de Saraceno, le discours séduisant sur un avenir industriel en rupture avec le rôle substitutif rattaché à la robotique participe, à la faveur de la médiatisation, d’une association paradoxale de représentations de la technique industrielle : la mécanisation de l’homme et l’humanisation du travail. Plus exactement, le changement idéologique de fond concernant la façon de penser le travail repose désormais sur l’interprétation du sensible dans le paradigme de la médiatisation. Ce paradigme est la clé pour comprendre la production du sens dans les discours sur l’industrie du futur. Par conséquent, il est le cadre intellectuel idéal pour légitimer le rôle de la robotique en l’associant au progrès tout en mettant l’homme au cœur du système technique, alors que le système technique est intrinsèquement assujetti d’une manière inaliénable aux représentations d’émancipation rattachées aux connotations sociales positives de l’interaction et de la collaboration. La médiatisation induit, en somme, un jugement de valeur déterminant dans les lectures idéologiques du rapport futur entre les êtres humains et les machines. 

Conclusion

29La genèse et la consécration des usages et pratiques de la médiatisation et des enjeux technologiques pour le futur sont constitutives des réponses apportées aux questions soulevées par ce dossier, qui se présente comme un espace discursif assez divers en ce qui concerne le consensus autour des visions conceptuelles choisies. Nous pouvons conclure que ces travaux et leurs résultats représentent une base pour continuer à développer des pistes de recherche (dans le monde de la recherche francophone et ailleurs) qui, à l’aide de la médiatisation, interrogent les « nouveaux mondes imaginaires » de la technologie et dressent la cartographie des controverses et des extrêmes à l’œuvre dans les utopies et dystopies technologiques qui tablent soit sur le hopeless future, soit sur le bright future.

Haut de page

Bibliographie

ALTHEIDE, David L. et Robert P. SNOW (1979), Media Logic, Beverly Hills, Sage.

APPADURAI, Arjun (1996), Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press.

APPADURAI, Arjun (2013), The Future as Cultural Fact: Essays on the Global Condition, Londres, Verso.

BRATOSIN, Stefan (2016), « La médialisation du religieux dans la théorie du post néo-protestantisme », Social Compass, 63 : 405-420.

BRATOSIN, Stefan (2019), « Mediatization, post neo-Protestant spirit and affective capitalism », dans Jairo FERREIRA et al. (dir.), Between What We Say and What We Think: Where Is Mediatization?, Santa Maria, FACOS-UFSM, p. 181-208.

BRATOSIN, Stefan, Pedro-Gilberto GOMES et Antonio FAUSTO NETO (2017) (dir.), « Mediatization of religion and power », Essachess. Journal for Communication Studies, 10(20) : 5-203.

BRATOSIN, Stefan et Marie JAUFFRET (2018), « Le mythe politique français de la laïcité : foi et sens politique », dans Mihaela-Alexandra TUDOR, Gheorghe CLITAN et Marcia GRILO MARAT (dir.), Politique et religion au défi de la communication numérique, Paris, L’Harmattan, p. 41-55.

BRATOSIN, Stefan et Mihaela-Alexandra TUDOR (dir.) (2016), Religion(s), laïcité(s) et société(s) au tournant des humanités numériques, France, Iarsic.

BAUDRILLARD, Jean (1976), L’échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard.

COULDRY, Nick (2008), « Mediatization or mediation? Alternative understandings of the emergent space of digital storytelling », New Media and Society, 10(3) : 373-391.

COULDRY, Nick et Andreas HEPP (2013), « Conceptualising mediatization: Contexts, traditions, arguments », Communication Theory, 23(3) : 191-202.

DAYAN, Daniel et Elihu KATZ (1992), Medias Events. The Live Broadcasting of History, Londres, Harvard University Press.

DEACON, David et James STANYER (2014) « Mediatization: Key concept or conceptual bandwagon? », Media, Culture & Society, 36 : 1032-1044.

DEUZE, Mark (2011), « Media life », Media, Culture & Society, 33 : 137-148.

DOUYERE, David et Frédéric ANTOINE (2018), « Penser l’entrelacs des religions et des médias », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 13. [En ligne]. http://journals.openedition.org/rfsic/3756. Page consultée le 24 février 2020.

FAUSTO NETO, Antonio, Jairo FERREIRA, José BRAGA et Pedro Gilberto GOMES (2010), Midiatização e processos sociais: aspectos metodológicos, Santa Cruz do Sul, Unisc.

GOMES, Pedro Gilberto (2016), « Mediatization: A concept, multiple voices », Essachess. Journal for Communication Studies, : 197-212. [En ligne]. http://www.essachess.com/index.php/jcs/article/view/349/398. Page consultée le 24 février 2020.

GOMES, Pedro Gilberto (2017), A Midiatização no Processo Social, Brazil, São Leopoldo, PPGcom.

HABERMAS, Jürgen (1989), The Theory of Communicative Action. Lifeworld and System, New York, Beacon Press.

HAY, James et Nick COULDRY (2011), « Rethinking convergence/culture: An introduction », Cultural Studies, 25(4-5) : 473-486.

HEPP, Andreas (2012), Cultures of Mediatization, Londres, Polity.

HEPP, Andreas (2013), « The communicative figurations of mediatized worlds: Mediatization research in times of the “mediation of everything” », European Journal of Communication, 28 : 615-629.

HEPP, Andreas, Stig HJARVARD et Knut LUNDBY (2010), « Mediatization empirical perspectives: An introduction to a special issue », Communications, 35(3) : 8-26.

HJARVARD, Stig (2008a), « The mediatization of society », Nordicom Review, 29(2) : 105-134.

HJARVARD, Stig (2008b), « The mediatization of religion. A theory of the media as agents of religious change », Northern Lights, 6 : 9-27.

HJARVARD, Stig (2013), The Mediatization of Culture and Society, Londres/New York, Routledge.

HOSKINS, Andrew (2009), « Flashbulb memories, psychology and media studies: Fertile ground for interdisciplinarity », Memory Studies 2(2) : 147-150.

JENKINS, Henry (2006), Convergence Culture: Where Old and New Media Collide, New York, New York University Press.

KROTZ, Friedrich (2001), Der Symbolische Interaktionismus und die Kommunikationsforschung Zum hoffnungsvollen Stand einer schwierigen Beziehung, dans Patrick RÖSSLER, Uwe HASEBRINK et Michael JÄCKEL (Hrsg.), Theoretische Perspektiven der Rezeptionsforschung, München, Fischer, p. 73–95.

KROTZ, Friedrich (2007), Mediatisierung. Fallstud. zum Wan. von Komm, VS, Wiesbaden, Germany.

KROTZ, Friedrich (2009), « Mediatization: A concept with which to grasp media and societal change », dans Knut LUNDBY (dir.), Mediatization: Concept, Changes, Consequences, New York, Peter Lang, p. 21-40.

KROTZ, Friedrich (2017), « Explaining the mediatisation approach », Jav.–The Publ. Journal of the European Institure for Communication and Culture, 24 : 103-118.

LIVINGSTONE, Sonia (2009), « On the mediation of everything », Journal of Communication, 59(1) : 1-18.

LÖVHEIM, Mia et Eveline LUNDMARK (2019), « Gender, religion and authority in digital media », Essachess. Journal for Communication Studies, 12 : 23-35. [En ligne]. http://www.essachess.com/index.php/jcs/article/view/462/487. Page consultée le 24 février 2020.

LUNDBY, Knut (dir.) (2009), Mediatization: Concept, Changes, Consequences, Bern/Berlin/Bruxelles/Frankfurt am Main/New York/Oxford/Wien, Peter Lang.

LUNT, Peter et Sonia LIVINGSTONE (2016), « Is “mediatization” the new paradigm for our field? A commentary on Deacon and Stanyer (2014, 2015) and Hepp, Hjarvard and Lundby (2015) », Media, Culture & Society, 38 : 462-470.

MARTINO, Luís Mauro Sá (2019), « Mediatization, North, and South: Highlights and outlines in Brazilian and Anglo-Saxon research », dans Jairo FERREIRA et al. (dir.), Between What We Say and What We Think: Where is Mediatization? Santa Maria, FACOS-UFSM, p. 209-228.

MANGUS, J. Michael, Aubrie ADAMS et Rene WEBER (2015), « Media neuroscience », dans Robert SCOTT et Stephen Martin KOSSLYN (dir.), Emerging Trends in the Social and Behavioral Sciences, New York, Wiley & Sons, Inc, p. 1-44.

McLUHAN, Marshall (1964), Understanding Media, The Extensions of Man, New York, McGraw Hill Book Company.

MEYROWITZ, Joshua (1999), « Understandings of media », A Review of General Semantics, 56(1) : 44-52.

NANNICELLI, Ted et Paul TABERHAM (dir.) (2014), Cognitive Media Theory, New York, Routledge.

NEGROPONTE, Nicholas (1995), Being Digital, New York, Knopf.

SALGUEIRO MARQUES, Ângela Cristina, Angie BIONDI et Eduardo DE JESUS (2019), « Spatialités et temporalités de la domesticité dans l’image photographique : entre la représentation et la figuration des femmes brésiliennes appauvries », Essachess. Journal for Communication Studies, 12(23) : 27-51. [En ligne]. http://www.essachess.com/index.php/jcs/article/view/443/479. Page consultée le 24 février 2020.

THOMPSON, John B. (1995), The Media and Modernity: A Social Theory of the Media, Stanford, Stanford University Press. 

TUDOR, Mihaela-Alexandra (dir.) (2015), « Communication symbolique », Essachess. Journal for Communication Studies, 8(15). [En ligne]. http://www.essachess.com/index.php/jcs/issue/view/16. Page consultée le 24 février 2020.

TUDOR, Mihaela-Alexandra (2018), « Religion, politique et nouveaux médias : lieux d’incarnation des pathologies communicationnelles », dans Mihaela-Alexandra TUDOR, Gheorghe CLITAN et Marcia GRILO MARAT (dir.), Politique et religion au défi de la communication numérique, Paris, L’Harmattan, p. 25-41.

TUDOR, Mihaela-Alexandra et Stefan BRATOSIN (2018a), « The Romanian religious media landscape: Between secularization and the revitalization of religion », Journal of Religion, Media and Digital Culture, 7(2) : 223-250. [En ligne]. https://brill.com/abstract/journals/rmdc/7/2/rmdc.7.issue-2.xml. Page consultée le 24 février 2020.

TUDOR, Mihaela-Alexandra et Stefan BRATOSIN (2018b), Croire en la technologie : médiatisation du futur et futur de la médiatisation, Actes du 4e Colloque international Comsymbol, France, Iarsic.

TUDOR, Mihaela-Alexandra et Stefan BRATOSIN (2020), « French media representations towards sustainability: Education and information through mythical-religious references », dans Divina FRAU-MEIGS et Irma VELEZ (coordonnatrices), « Media education and sustainable futures », Sustainability, 12(5) : 2095. [En ligne]. https://doi.org/10.3390/su12052095. Page consultée le 15 mars 2020.

TUDOR, Mihaela-Alexandra et Agnos-Millian HERTELIU (2017), « L’église connectée. Le cas de la plateforme Jesus Market », Revue des sciences religieuses, 91(4) : 589-604. [En ligne]. https://journals.openedition.org/rsr/3564. Page consultée le 24 février 2020.

ZAGIDULLINA, Marina (2018), « Panmediatization of the future we are building today: An analysis of ICT roadmaps in the European Union », dans Mihaela-Alexandra TUDOR et Stefan BRATOSIN (dir.), Croire en la technologie : médiatisation du futur et futur de la médiatisation, Actes du 4e Colloque international Comsymbol, France, Iarsic, p. 17-34.

Haut de page

Notes

1 dans les sociétés antérieures, les institutions sociales telles que la famille, l’école et l’Église étaient les principaux fournisseurs d’information, de tradition et d’orientation morale pour chaque membre de la société. Aujourd’hui, ces institutions ont perdu une partie de leur ancienne autorité et les médias ont, dans une certaine mesure, repris leur rôle de fournisseurs d’informations et d’orientation morale et sont devenus le plus important storyteller de la société sur la société elle-même (Traduction des auteurs).

2 Les approches latino-américaines de la médiatisation sont redevables à une tradition vieille de trois décennies. Il s’agit des études d’Eliseo Véron, qui a formulé les premières hypothèses sur la médiatisation comme objet émergent de la communication.

3 La recherche française est cantonnée dans les approches désormais classiques des études des médias et de la médiation (les théories du médium, l’école de Toronto ou des usages et effets des médias, etc.). Elle ne distingue pas tout particulièrement l’usage de la médiation de celui de la médiatisation. Comme déjà évoqué, Livingstone (op. cit.) notait la parcimonie d’usage et l’indifférenciation dans la littérature française de spécialité. Outre les apports du réseau Iarsic de Montpellier et l’insertion de ses recherches dans les groupements scientifiques internationaux travaillant sur la médiatisation, autres chercheurs se revendiquant du champ en construction « communication, médias et religion », ceux du réseau Relicom en l’occurrence, commencent à s’y atteler (voir Douyère et Antoine, 2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mihaela-Alexandra Tudor et Stefan Bratosin, « Croire en la technologie »Communication [En ligne], vol. 37/1 | 2020, mis en ligne le , consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/11021 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.11021

Haut de page

Auteurs

Mihaela-Alexandra Tudor

Mihaela-Alexandra Tudor est maître de conférences habilitée à diriger des recherches et directrice adjointe de l'unité de recherche Communication, ressources Humaines et Intervention Sociale (CORHIS), Université Paul Valéry Montpellier 3. Courriel : mihaela.tudor.com@gmail.com

Stefan Bratosin

Stefan Bratosin est professeur des universités, responsable de l'axe « Communication et transformation sociale » du CORHIS et directeur du Institute for Advanced Religious Studies and Internetworking Communication (IARSIC), Université Paul Valéry de Montpellier. Courriel : sbratosin.univ.montp3@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search