Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/1RecherchesMèmes, gifs et communication cogn...

Recherches

Mèmes, gifs et communication cognitivo-affective sur Internet

L’émergence d’un nouveau langage humain
Albin Wagener

Résumés

L’auteur propose une approche permettant de mieux saisir le rôle communicationnel des mèmes et des gifs, d’en mesurer la portée au sein des recherches en humanités numériques et de les définir en tant que signes médiatiques d’une communication interactionnelle en ligne. L’approche se veut volontairement théorique et conceptuelle tout en s’inscrivant dans une observation pragmatique des rapports sociaux numériques et des processus de création qui y sont liés, en prenant notamment appui sur des exemples de mèmes et de gifs actuellement en circulation sur des plateformes ou réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter ou encore WhatsApp.

Haut de page

Texte intégral

1Si l’utilisation massive de mèmes et de gifs est en train de peser lourdement dans les interactions communicationnelles sur les réseaux sociaux et les forums en ligne, qu’il s’agisse de productions individuelles privées ou professionnelles, à travers notamment les énonciations sémiotiques de certains community managers sur Twitter, les études concernant ces modes très spécifiques de communication restent relativement limitées pour le moment, du fait non seulement de leur émergence récente, mais également de leur capacité relativement inédite à combiner transmission virale extrême et mécanismes à la fois discursifs, graphiques et vidéomédiatiques. Largement utilisés dans les derniers événements politiques nationaux et internationaux (élections présidentielles américaines et françaises, pour ne citer que celles-ci), qui leur ont fourni un terrain de consécration sémiotique et communicationnelle, les mèmes et les gifs fonctionnent selon leur capacité à mobiliser des références partageables et aisément reproductibles, tout en réussissant à essentialiser des sensations ou des pensées dans une unité texto-graphique ou vidéo-graphique qui représente un nouveau type de langage, avec ses propres signes (comprenons par là ses propres signifiés et ses propres signifiants). De ce point de vue, le présent article s’inscrit dans un paradigme résolument systémique de la communication (Meunier, 2003), au sens où nous postulons le fait que nos sociétés traversent actuellement une transformation radicale des systèmes qui les fondent, dans la mesure où les modes élémentaires de communication et d’échange d’informations se retrouvent affectés par une révolution relativement inédite. Il s’ensuit notamment une inflation exponentielle de création de nœuds sémantiques nouveaux, exclusivement dédiés à la sphère numérique et propres aux interactions en ligne :

Ces nœuds de connexion fonctionnent comme autant de points de rencontre à partir desquels le sens se forme pour les interactants, afin que ceux-ci puissent interpréter et donner forme aux éléments à l’intérieur et à l’extérieur du système. Nous proposons d’appeler « nœuds sémantiques » ces points de rencontre et de connexion, dans la mesure où ils constituent autant d’indices capables d’apporter une compréhension significative des systèmes interactionnels étudiés (Wagener, 2012 : 94).

2Les mèmes et les gifs, dans leur immense variété, permettent précisément de cristalliser l’expression cognitivo-affective de signes qui se veulent dynamiques et éphémères dans un environnement d’interaction et de communication qui l’est tout autant, et qui interroge les recherches en sémiotique et en communication, au sens large, tout en partant fondamentalement des usages pensés, construits, transmis et mis en scène par les interactants :

À la faveur des recherches ouvertes de part et d’autre sur la complexité, les processus, les dispositifs, les questions de médiation, de signification, d’interprétation n’ont cessé de créer des ponts, visibles et invisibles, entre les différentes approches de la sémiotique et de la communication. Au-delà des messages, il s’agira de composer avec des usages, de voir du sens au-delà des signes. Signes et images qui sont notre ombre projetée sur la scène sociale, dans cette fiction d’un monde possible que nous construisons à chaque interaction (Boutaud, 2004 : 102).

3Le but du présent article, après avoir isolé les fonctionnements des mèmes et des gifs en prenant appui sur des travaux scientifiques et sur la capacité du chercheur à observer des dynamiques numériques en ligne, sera de proposer une approche permettant de mieux saisir le rôle communicationnel des mèmes et des gifs, d’en mesurer la portée au sein des recherches en humanités numériques et de les définir en tant que signes médiatiques d’une communication interactionnelle en ligne. Notre approche se veut volontairement théorique et conceptuelle : elle propose des hypothèses tout en s’inscrivant dans une observation pragmatique des rapports sociaux numériques et des processus de création qui y sont liés, en prenant notamment appui sur des exemples de mèmes et de gifs actuellement en circulation sur des plateformes ou réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter ou encore WhatsApp. Dans notre étude, nous ne prenons pas en considération les émojis, qui ont par ailleurs déjà fait l’objet de nombreuses études démontrant à la fois leur caractère plutôt conservateur et simpliste sur le plan de la communication (Stark et Crawford, 2015) et leur nature peu propice à la polysémie (Highfield et Leaver, 2016 : 56).

Le mème : le signe grapho-textuel comme vecteur de sémiosis numérique

4Le terme de mème lui-même fait référence aux travaux de Richard Dawkin (1976) sur la capacité de l’espèce humaine à pouvoir transmettre des traits socioculturels reproductibles, dans une analogie souvent discutée à propos des gènes. Si nous ne souhaitons pas ici débattre de la pertinence et du fond de cette théorie, il est utile de rappeler que l’une des principales critiques faites à Dawkin est de réduire les pratiques humaines à des items culturels réifiés et transmissibles, de manière analogue aux gènes. C’est précisément cette comparaison et une vision assez mécaniste de la transmission dans les travaux de Dawkin qui tempèrent la théorie des mèmes, dans la mesure où elle ne semble absolument pas tenir compte de l’évolution des pratiques (évolution qu’elle ne permet par ailleurs pas d’expliquer) et surtout des principes de créativité et de libre arbitre chez les individus, fussent-ils membres de sociétés structurées. Au-delà de cette discussion, il nous faut désormais constater que le terme même de mème est clairement entré dans la culture numérique et représente un objet communicationnel précis, certes inspiré d’une théorie âprement débattue, mais néanmoins discursivement employé et résolument pertinent pour ce qui concerne la description de ce phénomène de communication. Le mème est directement lié à des phénomènes de société et croise culture pop et actualité, avec une distance souvent critique et humoristique, comme le définit Christian Bauckhage de façon tout à fait limpide :

  • 1 Le terme de mème sur Internet fait référence au phénomène lié à la diffusion rapide de contenu ou d (...)

The term Internet meme refers to the phenomenon of content or concepts that spread rapidly among Internet users. […] In their basic form, Internet memes propagate among people by means of email, instant messaging, forums, blogs, or social networking sites. Content-wise, they usually consist of offbeat news, websites, catch phrases, images, or video clips […]. Put in simple terms, Internet memes are inside jokes or pieces of hip underground knowledge, that many people are in on. Internet memes typically evolve through commentary, imitations, or parodies, or even through related news in other media. Most Internet memes spread rapidly; some were observed to go in and out of popularity in just a matter of days. Memes are spread in a voluntary, peer to peer fashion, rather than in a compulsory manner. Their proliferation through social communities does not follow predetermined paths and usually defies efforts to control it1 (2011 : 42).

5Si la définition de Bauckhage permet de mieux comprendre ce qu’est un mème numérique (nous préférons d’ailleurs cette distinction à celle de mème d’Internet qu’utilise Backhauge), elle est cependant relativement récente dans sa sédimentation épistémologique ; nous pouvons d’ailleurs remarquer le fait qu’il inclut dans les mèmes les clips vidéo, ce qui lui permet de faire une allusion indirecte et non formulée aux gifs — nous y reviendrons plus loin.

6Concrètement, un mème circule sous une forme relativement simple, alliant un texte bref et riche en références symboliques transmissibles, avec une image liée à un phénomène culturel ou d’actualité, ce qui permet un phénomène de sémiosis rapide, percutant et immédiatement reproductible chez les initiés, lui assurant ainsi une diffusion dynamique, jusqu’à ce que le phénomène s’éteigne de lui-même. Pour comprendre la manière dont les sujets sont traités à travers les mèmes, nous avons utilisé deux sources principales, à savoir Google et 9gag. Pour les mèmes 1 et 2, nous avons simplement tapé dans le moteur de recherche les mots-clés « Fillon mème rends l’argent » pour le 1 (en citant nommément le slogan utilisé à l’époque par certains Français qui commentaient sur les réseaux sociaux ou les forums de discussion) ainsi que « apu simpsons mème » pour le 2. Pour ce qui est du mème 3, nous l’avons obtenu en tapant la recherche « socially awkward penguin », afin d’obtenir une illustration de ce que permet ce mème. Les exemples suivants sont donc des illustrations des résultats de ces recherches, piochées dans les 10 premières images qui apparaissent dans les résultats de Google, puisque les recherches de Google permettent de totaliser 296 000 résultats sur cette recherche seule (toutes productions confondues).

Capture d’écran 1. Mème 1 : mème faisant référence à l’affaire Fillon lors de la campagne présidentielle française de 2017

Capture d’écran 1. Mème 1 : mème faisant référence à l’affaire Fillon lors de la campagne présidentielle française de 2017

Capture d’écran 2. Mème 2 : mème faisant référence à la possible disparition du personnage d’Apu de la série The Simpsons, en raison de la polémique au sujet d’une représentation stéréotypée des Indiens

Capture d’écran 2. Mème 2 : mème faisant référence à la possible disparition du personnage d’Apu de la série The Simpsons, en raison de la polémique au sujet d’une représentation stéréotypée des Indiens

Capture d’écran 3. Mème 3 : mème faisant référence à une anecdote de vie quotidienne, racontée à travers l’utilisation du « socially awkward penguin » (pingouin mal à l’aise socialement)

Capture d’écran 3. Mème 3 : mème faisant référence à une anecdote de vie quotidienne, racontée à travers l’utilisation du « socially awkward penguin » (pingouin mal à l’aise socialement)

7Si le premier mème est facilement lisible du fait de la qualité sloganesque du texte et de l’homme politique français reconnaissable sur la photo, le second contient en fait deux références culturelles distinctes. La première référence du mème 2 est en effet bien celle des Simpson et de la polémique autour du maintien du personnage d’Apu, alors que la manière dont Apu est en train de disparaître, par effacement progressif sur l’image, fait référence au film populaire Avengers : Infinity Wars et à la manière dont le « méchant » du film, Thanos, fait disparaître la moitié de la population de l’univers ; le texte lui-même est également un clin d’œil à ce film. Le troisième mème, quant à lui, représente simplement un événement de la vie quotidienne de l’internaute, qui a souhaité le partager au sein de sa communauté en utilisant un « advice animal image macro », que nous traduisons directement par « macro graphique de conseil par une figure d’animal ». Ces macros graphiques sont très importantes dans les communautés en ligne : des sites Web comme knowyourmeme.com ou encore makeameme.org permettent à la fois d’en connaître les définitions, de les utiliser de manière pertinente sur le plan communicationnel et de les générer en adaptant un texte individualisé sur une image déjà connue et partagée, donc aisément diffusable. Certaines communautés en ligne, par exemple 9gag, fonctionnent exclusivement à travers le partage et la diffusion de ces mèmes, souvent en utilisant l’humour comme masque d’une discrimination rampante envers certaines minorités (Wagener, 2012).

8Selon Michele Knobel et Colin Lankshear (2007), les mèmes numériques sont un phénomène communicationnel nouveau, en ce qu’ils doivent répondre à un objectif de réussite dans la diffusion et la popularité en ligne, tout en permettant le partage de références culturelles à travers des espaces d’affinités. Nous pouvons le constater dans l’exemple du mème 2 : sans la connaissance des références de culture pop à la série The Simpson et au film Avengers : Infinity War, il sera effectivement impossible de décoder le signe que représente ce mème. En ce sens, le mème suppose donc un niveau potentiellement élevé de charge interdiscursive (Garric et Longhi, 2013), ce qui permet aux internautes d’exploiter leur créativité de manière ludique. En prenant appui sur les travaux de Dawkin pour les appliquer au mème vidéo viral « Leave Britney alone », Limor Shifman affirme qu’il est difficile, voire impossible de comprendre les mécanismes de la culture numérique si les chercheurs ne consacrent pas plus de travaux à l’étude des mèmes, dans la mesure où ceux-ci représentent, selon lui, l’essence des mécanismes qui font la culture numérique :

  • 2 Étudier Internet et la culture numérique à travers les mèmes est fondamental. Le comportement mémét (...)

The meme is a natural for studying Internet and digital culture. Memetic behavior is not novel, but its scale, scope, and global visibility in contemporary digital environments are unprecedented. In this hyper-memetic era, user-driven circulation of copies and derivatives is a prevalent logic […]. Copies become, in this sense, more important than the « original »: they are the raison d’etre of digital communication. It is clear that much more work is needed in excavating the wealth deriving from the coupling of the meme concept and digital communication2 (2013 : 373).

9Sans pour autant ancrer notre réflexion dans la théorie mémétique de Dawkin, nous sommes cependant en accord avec le constat de Shifman, et ce, pour une raison différente : dans le paradigme systémique, celui dans lequel nous enracinons nos travaux d’analyse discursive et communicationnelle, tout changement dans le mode de communication ou dans le contenu d’information implique une réorganisation du système pour atteindre un nouvel état. En ce sens, la valeur indicielle forte des mèmes devient capitale pour comprendre les bouleversements interactionnels et sociétaux induits par la communication numérique, non pas en tant que phénomène virtuel propre, mais en tant qu’ensemble de faisceaux interdynamiques qui lient ontologiquement le réel physique et le réel numérique (terme que nous préférons à celui, daté et proprement inexact, de « virtuel »).

Le gif : du signe animé à la dynamique référentielle

10Pour les chercheurs qui s’intéressent aux phénomènes de communication numérique, le gif, pour « graphical interchange format » (littéralement « format d’échange graphique »), est parfois défini comme une catégorie de mème. Il est vrai qu’il renferme toutes les qualités décrites par Backhauge (2011). Cependant, en tant que dispositif communicationnel, le gif présente une différence de taille : il est animé et redondant, puisque son animation redémarre toujours à son point de départ lorsque la fin de la boucle est atteinte. De manière assez étonnante pourtant, l’un des premiers travaux à s’intéresser aux gif comme phénomènes de communication provient d’un chercheur en études artistiques. En rappelant l’histoire du gif, né en 1987 et en circulation dès les débuts d’Internet, à une époque où la faiblesse de la connexion rendait hasardeux le chargement complet de toutes les images contenues dans un gif, Daniel Rourke dissocie ainsi la contemporanéité du mème de l’origine plus ancienne du gif, précisément remis au goût du jour sur les forums parce qu’il représentait initialement quelque chose de kitsch et d’obsolète :

  • 3 Les gifs remplissent un espace entre commodité et abondance, où la panne apparente de communication (...)

GIFs inhabit the space between convenience and abundance, where an apparent breakdown in communication can stimulate new modes of expressing non-sensuous similarities in the internet world. Sites like dump.fm, 4chan and ytmnd revel in the GIF’s ability to quickly correspond to the world. GIFs can be broken into their constituent frames, compressed and corrupted on purpose and made to act as archives for viral events travelling the web. A playground of correspondences that at first reflected language and the wider world now looks increasingly inward. Finding meaning in the semiotic sludge of these GIFs requires a sensitivity to similitude bordering on the magical3 (2012 : 2). 

11En admettant le caractère ontologiquement protéiforme et entrelacé du gif dans son utilisation numérique contemporaine, Rourke admet l’impossibilité de le classer du point de vue sémiotique, et structure donc les gifs en cinq catégories techniques, qui les séparent du point de vue de leur production même : (I) classique, (II) capture d’image, (III) artistique, (IV) buggé et (V) mash-up — tout en admettant que d’autres catégories sont possibles et pourront encore être créées dans les évolutions à venir de la communication numérique (2012 : 2-4).

12Si le gif peut donc agir comme un mème, dans la mesure où il contient lui aussi une forte charge intediscursive, le recours à des références culturelles partageables et un potentiel de diffusion important parmi les communautés en ligne, il n’en reste pas moins que sa nature même, à savoir l’animation ou la capture vidéo, le sépare de facto du mème traditionnel, uniquement constitué d’une image assortie d’un texte. Si la nature même de cet article ne permet pas de saisir la dynamique inhérente aux gifs, nous souhaitons ici aussi en montrer trois exemples, tous issus de la plateforme giphy.com, l’une des bases de données principales concernant ces formats grapho-sémiotiques, principalement intégrée sur Facebook, WhatsApp ou Twitter notamment. Ces illustrations ont été collectées au moyen d’une recherche sur cette plateforme : pour le mème 1, « nyan cat » ; pour le mème 2, « funny tyrion » ; pour le mème 3 « wtf blink 182 ». Cette recherche nous permet de proposer l’exemplier suivant.

Capture d’écran 4. Gif représentant le nyan cat, symbole absurde de la culture underground ou marginale des forums numériques

Capture d’écran 4. Gif représentant le nyan cat, symbole absurde de la culture underground ou marginale des forums numériques

Plateforme Giphy4

Capture d’écran 5. Gif représentant le personnage de Tyrion Lannister, issu de la série Game of Thrones et joué par Peter Dinklage, dans une scène tirée d’un bêtisier lié au procès du personnage

Capture d’écran 5. Gif représentant le personnage de Tyrion Lannister, issu de la série Game of Thrones et joué par Peter Dinklage, dans une scène tirée d’un bêtisier lié au procès du personnage

Plateforme Giphy5

Capture d’écran 6. Gif représentant l’émotion de surprise mêlée d’incompréhension, faisant référence à un clip du groupe de punk américain Blink 182 — ici représenté par quatre captures d’écran pour tenter de saisir l’expression « what the fuck »

Capture d’écran 6. Gif représentant l’émotion de surprise mêlée d’incompréhension, faisant référence à un clip du groupe de punk américain Blink 182 — ici représenté par quatre captures d’écran pour tenter de saisir l’expression « what the fuck »

Plateforme Giphy6

13La qualité intrinsèque de l’animation permet précisément de retranscrire plus finement des émotions, des états mentaux, des références culturelles ou des productions numériques à vocation artistique ; en ce sens, la portée des gif, véritables mèmes animés, peut se révéler plus grande que celle des mèmes inanimés.

14Pour Ödül Akyapi Gürsimsek, qui étudie les gifs en lien avec les phénomènes de littératie numérique, ce format de production sémiotique constitue une ressource quasiment inépuisable de créativité et de mélanges référentiels, en plus de pouvoir constituer des éléments archivistiques de viralité numérique, au sens où le décrit Rourke. En utilisant une sémiotique sociale mulitmodale pour s’intéresser au phénomène de production technique de gifs à partir de la série à succès Lost sur Tumblr, Gürsimsek installe le gif dans une logique de production et de réception transmédiatique :

  • 7 La production et l’utilisation de gifs animés peuvent être considérées comme une forme de littérati (...)

Making and using animated GIFs can be considered a kind of literacy in and of itself. Audiences make use of this literacy and the knowhow of particular software to produce animated GIFs from films and television, appropriating artistic performances into short, to-the-point expressions. Other content users then make use of the GIF literacy to use them appropriately in fitting contexts such as reactions, appropriation, humor, or commentary7 (2016 : 330).

15Là où le mème véhicule une référence de nature socioculturelle, le gif est plus souvent approprié dans des situations où des réactions affectives ou cognitives nécessitent d’être exprimées de manière condensée, ce qui peut se révéler particulièrement utile dans le domaine de la communication numérique, plus spécifiquement dans les interactions en ligne, où brièveté et pertinence représentent des notions utiles et efficaces si l’on souhaite à la fois susciter l’intérêt et se maintenir dans un flot d’interactions continues.

16Ici, nous rejoignons le point de vue développé par Kate M. Miltner et Tim Highfield dans leurs travaux sur le gif comme phénomène culturel ontologique des univers numériques, dans la mesure où il représente une évolution sémantique dans l’expression sémiotique des individus et des communautés, créant un nouveau langage riche de ses nouveaux systèmes symboliques, langage qui dépasse de loin le simple phénomène de mode ou la répétition de phénomènes communicationnels qui existent déjà par ailleurs :

  • 8 Si le gif dispose de potentialités techniques spécifiques qui le rendent hautement polyvalent, cela (...)

While the GIF has certain technical affordances that make it highly versatile, this is not the sole reason for its ubiquity. Instead, GIFs have become a key communication tool in contemporary digital cultures thanks to a combination of their features, constraints, and affordances. GIFs are polysemic, largely because they are isolated snippets of larger texts. This, combined with their endless, looping repetition, allows them to relay multiple levels of meaning in a single GIF. This symbolic complexity makes them an ideal tool for enhancing two core aspects of digital communication: the performance of affect and the demonstration of cultural knowledge. The combined impact of these capabilities imbues the GIF with resistant potential, but it has also made it ripe for commodification. The adoption of the GIF for commercial purposes demonstrates the recognition of these key features and highlights how the GIF has transitioned from a user-driven format within niche digital cultures to a visual device with institutional applications and investment8 (2017 : 2-3). 

17À ce titre, l’énorme potentialité polysémique du gif, associée à la façon dont il modifie la capacité à exprimer et à échanger des savoirs ainsi que des états émotionnels et cognitifs, est en train de le transformer en ressource sémiotique singulière, capable à la fois de parler aux aficionados des communautés numériques tout en se muant en dispositif marketing à forte percussion et de s’installer dans les dispositifs d’expression permis par les réseaux sociaux et leurs messageries, ce qui est le cas pour Giphy notamment9. C’est pour ces raisons que nous formulons l’hypothèse suivante : plus qu’une simple mode associée à la versatilité des cultures et communautés numériques, les gifs, mais également les mèmes, représentent tout simplement un nouveau langage sémiotique et polysémique. Plus prosaïquement, en assistant à la naissance des mèmes et des gifs comme langage numérique multimodal et multi-usages, nous assistons tout simplement à la naissance d’une nouvelle forme de langage.

Ce qu’Internet permet aux interactions : l’émergence des capsules cristallisantes d’expression cognitivo-affective

18Pour mieux comprendre en quoi l’inflation des mèmes et des gifs représente quelque chose de fondamentalement nouveau dans la communication humaine, précisément à travers la créativité permise par les vecteurs numériques qui représentent eux-mêmes un mode inédit d’interaction, nous souhaitons d’abord regrouper les mèmes et les gifs sous une famille langagière spécifique, que nous appellerons système de capsules d’expression cognitivo-affectives (ou CECA). Ces systèmes particuliers constitués de mèmes et de gifs (pour le moment), basés sur un réseau de nœuds sémantiques fortement cristallisés et dont la densité interreliante est particulièrement importante, obéissent à une nouvelle manière de faire circuler de l’information systémique au sein d’un canal de communication numérique. Les caractéristiques fondamentales de ce système de capsules qui cristallise les expressions cognitivo-affectives en les réduisant à des signes condensés, mais hautement polysémiques sont les suivantes :

  • Une capacité à mobiliser des référents culturels variés, voire éloignés du point de vue des liens entre les nœuds sémantiques qui les constituent ;

  • Une forte teneur en intertextualité et en interdiscursivité ;

  • Une forte capacité pragmatique de diffusion et de viralité, au sens numérique du terme ;

  • Une adaptabilité importante aux contraintes et aux possibilités propres aux dispositifs numériques de communication ;

  • Une forte valeur de socialisation et de partage culturel et sociétal ;

  • Une dynamique créative inhérente à leurs mécanismes techniques ;

  • Un dépassement du linguistique pur pour se concentrer dans un lien non verbal entre l’expression et la réception de la perception cognitivo-affective ;

  • Une réduction des nœuds sémantiques à un agglomérat plurisémiotique.

19En d’autres termes, si les mèmes et les gifs se retrouvent intégrés dans l’appropriation par les utilisateurs de diverses plateformes, c’est parce que les modalités sémiotiques et pragmatiques de la communication numérique impliquent la création d’un langage spécifique, avec son propre système de signification, condensé dans des capsules qui mêlent texte, image et animation pour une plus grande pertinence de production, de transmission, de réception et de diffusion. Pour comprendre cela, les travaux sur la contagion et la viralité des mèmes sur Internet par Rosanna Guadagno, Daniel Rempala, Shannon Murphy et Bradley Okdie se révèlent particulièrement utiles :

  • 10 Le phénomène de contagion deviendrait plus probable en ligne, en raison de la facilité avec laquell (...)

Specifically, contagion may be more likely online due to the ease with which information can be transmitted between individuals. Sharing information with twenty friends in order to increase group solidarity and engage in a shared emotion is easier and faster online. By forwarding a single email, an individual can simultaneously share information with countless others. Accomplishing a similar feat offline would require substantially greater resources and time. Thus, while the Internet itself may not motivate the spread of Internet memes, the ease with which it enables individuals to spread them may exacerbate the extent to which memes propagate online10 (2013 : 2318).

  • 11 Voir Fonrad (2016).

20En réinstallant l’information que constituent les mèmes et les gifs au cœur des processus d’interaction et de diffusion propres aux rapports sociaux et à l’organisation des sociétés, Guadagno et ses collègues soulignent parfaitement le fait que la création d’un nouvel espace d’interaction implique la création de nouveaux modes de communication. En d’autres termes : l’émergence de nouvelles contraintes et de nouvelles potentialités de communication et de circulation d’information entre les individus d’une communauté implique la création d’un nouveau langage et de nouvelles formes sémiotiques. Bien évidemment, cette hypothèse renferme une limite : tous les internautes n’utilisent pas des gifs ou des mèmes, et il n’existe pas à l’heure actuelle de statistiques permettant de saisir la circulation de ces nouvelles expressions sémiotiques. L’un des rares chiffres provient du magazine en ligne Forbes, qui estimait en 2016 que, pour ce qui est de la plateforme Giphy, 100 millions d’utilisateurs envoyaient 1 milliard de gifs par jour11 — ce qui représente une quantité somme toute remarquable pour ce mode d’expression plurisémiotique, même si rien n’est exprimé à propos des caractéristiques sociologiques de ces utilisateurs.

21En se penchant sur la diffusion des mèmes au sens dawkinien du terme, et même sans analyser cette viralité dans le contexte numérique, Chip Heath, Chris Bell et Emily Sternberg avaient déjà repéré la potentialité de certaines informations de pouvoir être diffusées rapidement en dehors de toute véracité ou qualité de leur contenu. En s’intéressant aux légendes urbaines, ils introduisent la notion de sélection émotionnelle pour expliquer la rapidité de propagation d’une information :

  • 12 La sélection émotionnelle représente une théorie intéressante en ce qu’elle implique que la sélecti (...)

Emotional selection is theoretically interesting because it tells us that informational selection is not the only process at work in the marketplace of ideas. However, emotional selection may also be practically important because it has the potential to alter social and community relationships. For example, if memes are selected for their emotional content, then social systems may sometimes experience emotional snowballing — runaway selection for emotional content rather than for information12 (Heath, Bell et Sternberg, 2001 : 1040).

22Heath, Bell et Sternberg soulignent ici un point qu’il nous semble crucial de réinvestir à propos des nouvelles capsules d’expression cognitivo-affective, tout en expliquant avant la lettre l’essor des fake news auprès des communautés numériques. En effet, nous constatons ici l’apparition d’un schisme fondateur qui sépare la véracité du contenu d’une information de la portée potentiellement affective d’une information — ce qui permet précisément d’expliquer les phénomènes de viralité propres au rythme même de la circulation communicationnelle numérique, et donc de comprendre pourquoi et comment un nouveau langage a pu émerger pour cristalliser et essentialiser des informations à forte potentialité diffusionnelle. C’est d’ailleurs précisément ce que relèvent Lilian Weng, Alessandro Flammini, Alessandro Vespignani et Filippo Menczer, en étudiant la viralité des mèmes dans un monde où l’attention est devenue limitée :

  • 13 Dans le monde de l’information, l’attention et le temps limités du comportement humain suffisent à (...)

In the information world the limited time and attention of human behavior are sufficient to generate a complex information landscape and define a wide range of different meme spreading patterns. This calls for a major revision of many concepts commonly used in the modeling and characterization of meme diffusion and opens the path to different frameworks for the analysis of competition among ideas and strategies for the optimization/suppression of their spread13 (2012 : 6-7). 

23En d’autres termes, les modèles statistiques utilisés par Weng et ses confrères, dans leur article capital paru dans la revue Scientific Reports, annoncent une refonte des modèles de compréhension de la manière dont les mèmes se diffusent au sein des espaces numériques, à travers des formes de réappropriation singulières. Plus spécifiquement, c’est parce que les individus ont une attention limitée lorsqu’ils se retrouvent actifs en ligne, et parce que le temps s’en retrouve alors compressé et fragmenté, qu’une nouvelle forme de langage peut devenir utile pour produire, transmettre, recevoir et diffuser de l’information — que celle-ci soit de nature purement informationnelle ou fondamentalement affective, et en tenant bien évidemment compte de la relativité de fréquence d’utilisation en fonction des internautes, de leur accès au réseau numérique et de leurs habitudes d’utilisation des plateformes —, tant d’éléments non exhaustifs qui sont susceptibles de varier en fonction des pays, des populations et des catégories sociologiques. Malgré ces nuances, cette hypothèse transforme mèmes et gifs en véritables capsules cristallisantes : elles renferment une richesse protéiforme, multimodale et polysémique de contenu sémiotique, et ce contenu se retrouve d’abord activable pour ses qualités d’immédiateté dans la diffusion et la réception cognitive et affective. Pour le dire plus simplement : c’est parce que les dispositifs numériques et leurs contraintes ont un impact fort sur l’adaptation humaine que certains internautes se retrouvent de facto obligés de générer un mode langagier susceptible de répondre aux exigences pratiques de ce nouvel environnement numérique de communication.

Conclusion : nouveau langage, nouveaux discours

24Le présent article s’est donné pour ambition d’embrasser la compréhension de l’utilisation des mèmes et des gifs en mettant en lien l’état de l’art des études pluridisciplinaires sur le sujet avec les théories systémiques, sémiotiques et linguistiques. Il s’en dégage une théorisation pragmatique et communicationnelle de l’utilisation des mèmes et des gifs, redéfinis comme des capsules d’expression cognitivo-affective, dans le sens où celles-ci font systèmes et que, d’après les études citées dans cet article, les mèmes et les gifs disposent d’une viralité (donc d’une efficacité communicationnelle numérique) plus importante lorsque leur charge cognitivo-affective est élevée. Un tel degré de viralité peut expliquer, de manière indirecte et en demandant confirmation par des travaux ultérieurs, la capacité des fake news à être aussi efficientes du point de vue de leur diffusion, mais également la difficulté qu’ont les analystes à en produire une critique informationnelle, malgré leur volonté pédagogique d’information juste et vérifiable. De ce point de vue, le caractère vérifiable d’une information diffusée par les mèmes et les gifs ne dispose pas d’une valeur suffisamment élevée ; en d’autres termes, peu importe que l’histoire véhiculée soit vraie, ce qui compte est qu’elle puisse toucher les destinataires. Le nouveau langage que constitue ce système de capsules d’expression cognitivo-affective va alors produire de nouveaux types de discours :

Chaque locuteur pourrait alors bien sûr fabriquer des discours qui lui sont propres, en fonction des situations dans lesquelles il se retrouve mais à partir d’atomes discursifs préconstruits et formatés dans un environnement social, psychologique, économique, linguistique et politique précis : nous pourrions alors arguer du fait que le discours constitue une molécule dont les prédiscours constituent les atomes élémentaires, combinés par le génie des locuteurs, en fonction de leurs représentations et de leur perception des contextes (Wagener, 2016 : 100).

25Le nouveau système langagier de capsules d’expression cognitivo-affective n’échappe pas à cette logique discursive, ce que montre aisément la simple nature interdiscursive et multiréférentielle des mèmes et des gifs. Au sein de l’espace de communication numérique, les mèmes et les gifs constituent alors de nouveaux atomes (l’analogie à la capsule restant entièrement pertinente) que les internautes peuvent combiner librement, afin de construire des discours à forte teneur cognitivo-affective. En partant de ce principe, nous admettons que le programme de recherche reste alors entier. Il conviendrait en effet d’analyser la manière dont ces systèmes se structurent et se modifient dans les espaces interdynamiques numériques, d’en hiérarchiser les différents degrés de valeur cognitivo-affective — bref, d’en structurer une grammaire langagière, afin de mieux comprendre ce phénomène qui est en train de prendre d’assaut les interactions numériques et de stimuler une telle créativité plurisémiotique chez les individus, quelle que soit leur langue d’expression et quel que soit leur pays d’origine. Un phénomène aussi translinguistique et transculturel que la production, la transmission, la réception et la diffusion des mèmes et des gifs mérite très largement des projets de recherche qui leur sont propres, allant de l’interrogation des données jusqu’à une dimension applicative et située des différents domaines d’utilisation, dans un esprit propre à ce que d’aucuns, au sein de cette interdiscipline émergente que constituent les humanités numériques, appellent déjà de leurs vœux.

Haut de page

Bibliographie

BAUCKHAGE, Christian (2011), « Insights into Internet memes », Proceedings of the Fifth International AAAI Conference on Weblogs and Social Media : 42-49.

BOUTAUD, Jean-Jacques (2004), « Sémiotique et communication : un malentendu qui a bien tourné », Hermès, 38(1) : 96-102.

DAWKIN, Richard (1976), The Selfish Gene, Oxford, Oxford University Press.

FONRAD, Alex (2016), « Giphy passes 100 million daily users who send 1 billion gifs each day, reveals gv as investor », Forbes, 26 octobre. [En ligne]. https://www.forbes.com/sites/alexkonrad/2016/10/26/giphy-passes-100-million-users-reveals-gv-as-investor/. Page consultée le 26 février 2019.

GARRIC, Nathalie et Julien LONGHI (2013), « Atteindre l’interdiscours par la circulation des discours et du sens », Langage et société, 144(2) : 65-83.

GUADAGNO, Rosanna E. et al. (2013), « What makes a video go viral? An analysis of emotional contagion and Internet memes », Computers in Human Behavior, 29 : 2312-2319.

GÜRSIMSEK, Ödül Akyapi (2016), « Animated GIFs as vernacular graphic design: Producing Tumblr blogs », Visual Communication, 15(3) : 329-349.

HEATH, Chip, Chris BELL et Emily STERNBERG (2001), « Emotional selection in memes: The case of urban legends », Journal of Personality and Social Psychology, 81(6) : 1028-1041.

HIGHFIELD, Tim et Tama LEAVER (2016), « Instagrammatics and digital methods: Studying visual social media, from selfies and GIFs to memes and emoji », Communication Research and Practice, 2(1) : 47-62.

KNOBEL, Michele et Colin LANKSHEAR (2007), « Online memes, affinities, and cultural production », dans Michele KNOBEL et Colin LANKSHEAR (dir.), A New Literacies Sampler, New York, Peter Lang, p. 199-228.

MEUNIER, Jean-Pierre (2003), Approches systémiques de la communication, Bruxelles, De Boeck.

MILTNER, Kate M. et Tim HIGHFIELD (2017), « Never gonna GIF you up: Analyzing the cultural significance of the animated GIF », Social Media + Society, 3(3) : 1-11.

ROURKE, Daniel (2012), « The doctrine of the similar (GIF GIF GIF) », Dandelion: Postgraduate Arts Journal & Research Network, 3(1) : 1-5.

SHIFMAN, Limor (2013), « Memes in a digital world: Reconciling with a conceptual troublemaker », Journal of Computer-mediated Communication, 18 : 362-377.

STARK, Luke et Kate CRAWFORD (2015), « The conservatism of emoji: Work, affect and communication », Social Media + Society, 1(2) : 1-11.

WAGENER, Albin (2012), « Connexions sémantiques et contextique relationnelle : pour une modélisation complexe des interactions humaines », Nouvelles perspectives en sciences sociales, 7(2) : 67-104.

WAGENER, Albin (2013), « Émergence et diffusion d’items identitaires et culturels : le cas de la communauté en ligne 9gag », Recherches en communication, 40 : 209-225.

WAGENER, Albin (2016), « Prédiscous, interdiscours et postdiscours : analyse critique de la circulation des possibles discursifs », Revue de sémantique et de pragmatique, 39 : 95-110.

WENG, Luosheng et al. (2012), « Competition among memes in a world with limited attention », Scientific Reports, 2(335) : 1-8.

Haut de page

Notes

1 Le terme de mème sur Internet fait référence au phénomène lié à la diffusion rapide de contenu ou de concepts auprès des internautes. […] Sous leur forme basique, les mèmes numériques se propagent auprès des individus à travers les courriels, les messageries instantanées, les forums, les blogues et les réseaux sociaux. Leur contenu est constitué d’informations décalées, de sites Web, de slogans, d’images ou de clips vidéo […]. De façon plus simple, les mèmes numériques sont des blagues d’initiés ou des fragments de savoir tendance et underground, qui rapprochent plusieurs individus. Les mèmes numériques évoluent souvent à travers des commentaires, des imitations ou des parodies, ou même à travers d’autres informations sur des médias tiers. La plupart des mèmes numériques se diffusent rapidement ; certains deviennent populaires puis impopulaires en quelques jours seulement. Les mèmes se diffusent de manière volontaire et de pair à pair, sans aucune espèce d’obligation. Leur prolifération dans les communautés en ligne ne suit aucune voie prédéterminée et réduit souvent à néant les efforts faits pour les contrôler (traduction de l’auteur).

2 Étudier Internet et la culture numérique à travers les mèmes est fondamental. Le comportement mémétique n’est pas nouveau, mais son échelle, son périmètre et sa visibilité mondiale dans les environnements numériques contemporains sont sans précédent. Dans cette ère hyper-mémétique, la circulation de copies et de dérivatifs par les utilisateurs constitue une logique prédominante […]. En ce sens, les copies deviennent plus importantes que ce qui est « original » : elles sont la raison d’être de la communication numérique. Extraire toute la richesse qui émerge du mariage entre le concept de mème et la communication numérique nécessitera clairement encore beaucoup de travail (traduction de l’auteur).

3 Les gifs remplissent un espace entre commodité et abondance, où la panne apparente de communication est capable de stimuler, dans le monde numérique, de nouveaux modes d’expression de similitudes non sensuelles. Des sites comme dump.fm, 4chan et ytmnd se repaissent de la capacité du gif à correspondre rapidement au monde. Il est possible de s’introduire dans les différentes images du gif, de les compresser et de les corrompre à dessein ou encore de les transformer en archives d’événements viraux qui voyagent sur la Toile. Ce terrain de jeu de correspondances, qui donnait d’abord à voir le langage et le monde dans ses grandes largeurs, est de plus en plus tourné sur lui-même. Trouver du sens dans cette vase sémiotique que constituent les gifs requiert une sensibilité à la similitude qui confine à l’extraordinaire (traduction de l’auteur).

4 [En ligne]. https://giphy.com/gifs/nyan-cat-sIIhZliB2McAo. Page consultée le 21 novembre 2019.

5 [En ligne]. https://giphy.com/gifs/dance-tyrion-lannister-qNnQAESrblfDG. Page consultée le 21 novembre 2019.

6 [En ligne]. https://giphy.com/gifs/optical-illusions-asap-science-aZ3LDBs1ExsE8. Page consultée le 21 novembre 2019.

7 La production et l’utilisation de gifs animés peuvent être considérées comme une forme de littératie en soi et pour soi. Les destinataires utilisent cette littératie et leur connaissance de logiciels spécifiques pour créer des gifs animés à partir de films et de productions télévisées, condensant des performances artistiques appropriées en des expressions brèves et pertinentes. D’autres utilisateurs de contenu s’emparent ensuite de la littératie du gif pour les employer de manière appropriée dans des contextes adéquats, comme des réactions, des appropriations, de l’humour ou du commentaire (traduction de l’auteur).

8 Si le gif dispose de potentialités techniques spécifiques qui le rendent hautement polyvalent, cela ne constitue pas pour autant l’unique raison de son ubiquité. Plus précisément, les gifs sont devenus un outil de communication incontournable des cultures numériques contemporaines, grâce à une combinaison de leurs spécificités, de leurs contraintes et de leurs potentialités. Les gifs sont polysémiques, d’abord parce qu’ils représentent des fragments isolés de textualités plus étendues. Par la combinaison de cela à leur boucle infinie de répétition, plusieurs niveaux de sens peuvent alors être relayés dans un seul gif. Cette complexité symbolique fait d’eux un outil idéal pour améliorer deux aspects fondamentaux de la communication numérique : la représentation de l’affect et la démonstration du savoir culturel. L’impact combiné de ces spécificités imprègne le gif d’un potentiel de résistance, tout en le rendant mûr pour la marchandisation. L’adoption du gif à des fins commerciales démontre la reconnaissance de ces aspects fondamentaux et met en lumière la manière dont le gif est passé d’un format maîtrisé par l’utilisateur dans des cultures numériques de niche à un dispositif visuel pourvu d’applications et d’investissements institutionnels (traduction de l’auteur).

9 Sur le bas de la page https://developers.giphy.com/, une liste des acteurs numériques intégrant les gifs de la plateforme Giphy permet de comprendre l’étendue du phénomène, puisqu’il est possible d’y retrouver WhatsApp, Facebook, Twitter, Tinder, Slack ou encore Microsoft Outlook.

10 Le phénomène de contagion deviendrait plus probable en ligne, en raison de la facilité avec laquelle les individus peuvent transmettre de l’information. En ligne, partager de l’information avec vingt amis afin de renforcer la solidarité du groupe et s’engager dans une émotion partagée est plus facile et plus rapide. En transférant un simple courriel, un individu peut simultanément partager de l’information avec un nombre élevé de personnes. Hors ligne, accomplir une prouesse similaire demanderait une quantité substantiellement plus importante de ressources et de temps. Ainsi, si Internet en lui-même n’encourage peut-être pas la diffusion des mèmes numériques, la facilité avec laquelle les individus peuvent les diffuser pourrait exacerber la puissance de propagation des mèmes en ligne (traduction de l’auteur).

11 Voir Fonrad (2016).

12 La sélection émotionnelle représente une théorie intéressante en ce qu’elle implique que la sélection d’information n’est pas le seul processus à l’œuvre sur le marché des idées. En outre, la sélection émotionnelle peut être également importante du point de vue pratique, parce qu’elle a le pouvoir d’altérer les relations sociales et communautaires. Par exemple, si des mèmes sont sélectionnés pour leur contenu émotionnel, alors les systèmes sociaux peuvent parfois passer par un effet émotionnel boule de neige, soit la sélection incontrôlée à partir du contenu émotionnel plutôt que de l’information (traduction de l’auteur).

13 Dans le monde de l’information, l’attention et le temps limités du comportement humain suffisent à générer un paysage complexe de l’information et à définir un éventail important de modèles différents pour la diffusion de mèmes. Cela implique une révision majeure des nombreux concepts communément employés dans la modélisation et la description des types de diffusion de mèmes, tout en ouvrant la voie à des cadres variés d’analyse, pour ce qui concerne à la fois la compétition entre les idées et les stratégies pour l’optimisation et la suppression de leur diffusion (traduction de l’auteur).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Capture d’écran 1. Mème 1 : mème faisant référence à l’affaire Fillon lors de la campagne présidentielle française de 2017
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/11061/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Capture d’écran 2. Mème 2 : mème faisant référence à la possible disparition du personnage d’Apu de la série The Simpsons, en raison de la polémique au sujet d’une représentation stéréotypée des Indiens
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/11061/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Capture d’écran 3. Mème 3 : mème faisant référence à une anecdote de vie quotidienne, racontée à travers l’utilisation du « socially awkward penguin » (pingouin mal à l’aise socialement)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/11061/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Capture d’écran 4. Gif représentant le nyan cat, symbole absurde de la culture underground ou marginale des forums numériques
Légende Plateforme Giphy4
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/11061/img-4.gif
Fichier image/gif, 73k
Titre Capture d’écran 5. Gif représentant le personnage de Tyrion Lannister, issu de la série Game of Thrones et joué par Peter Dinklage, dans une scène tirée d’un bêtisier lié au procès du personnage
Légende Plateforme Giphy5
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/11061/img-5.gif
Fichier image/gif, 2,9M
Titre Capture d’écran 6. Gif représentant l’émotion de surprise mêlée d’incompréhension, faisant référence à un clip du groupe de punk américain Blink 182 — ici représenté par quatre captures d’écran pour tenter de saisir l’expression « what the fuck »
Légende Plateforme Giphy6
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/11061/img-6.png
Fichier image/png, 223k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albin Wagener, « Mèmes, gifs et communication cognitivo-affective sur Internet »Communication [En ligne], vol. 37/1 | 2020, mis en ligne le , consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/communication/11061 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.11061

Haut de page

Auteur

Albin Wagener

Albin Wagener est directeur académique chez Campus Tech, Angers, et chercheur affilié à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) Paris et au Pôle de Recherche Francophonies, Interculturel, Communication, Sociolinguistique (PREFics), Université Rennes 2. Courriel : albin.wagener@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search