Navigation – Plan du site
Lectures

Gilles BASTIN (2018), Petit lexique du journalisme

Fontaine, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « Journalisme en plus »
Annie Lochon
Référence(s) :

Gilles BASTIN (2018), Petit lexique du journalisme, Fontaine, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « Journalisme en plus »

Texte intégral

1Le journalisme est l’un des sujets sur lesquels le sociologue Gilles Bastin travaille depuis plusieurs années. Sa thèse, soutenue en 2003 à l’école normale supérieure de Cachan, portait sur la profession de journaliste dans les institutions européennes. Il a dans un premier temps travaillé sur la responsabilité des journalistes dans l’affaire d’Outreau, la personnalité et la carrière des journalistes, avant de s’intéresser dans un deuxième temps aux écrits de Max Weber sur la profession de journaliste et, dans un troisième temps, aux transformations liées à la massification des données ou big data. Sa connaissance du monde journalistique et ses recherches lui procurent par conséquent une forte légitimité pour la rédaction de cet ouvrage. Le Petit lexique du journalisme qu’il propose s’inscrit dans la perspective de la théorie critique, et plus particulièrement de la critique des médias.

  • 1 Les termes et expressions en italique correspondent à des entrées du Petit lexique du journalisme.

2Un examen de la table des matières donne un premier aperçu du contenu de l’ouvrage. Des notions de base de journalisme sont présentes ainsi que des notions de sociologie des médias ou de critique (zététique1). L’actualité et les transformations récentes des médias sont elles aussi prises en compte. Ainsi, l’adjonction de nouvelles constructions sémantiques telles que fake news, Hoax ou encore piège à clics, d’une part, apportent un renouveau par rapport aux lexiques et dictionnaires déjà existants et, d’autre part, viennent marquer l’importance du développement des technologies de l’information et de la communication dans les pratiques journalistiques. De facto, l’ouvrage appréhende les mutations auxquelles les médias traditionnels sont confrontés. Ces premiers éléments confèrent au Petit lexique une dimension analytique que l’on espère retrouver dans chacune des 239 entrées exposées.

3L’ouvrage s’ouvre sur une introduction dans laquelle l’ambition critique de l’ouvrage est clairement énoncée. La manière dont chaque article est constitué est présentée : identification de l’étymologie (origine du terme), son sens, ses enjeux intellectuels et quelques références utiles pour compléter les premiers éléments de définition proposés par l’auteur. In fine, le sociologue souhaite que ses lecteurs et lectrices continuent de s’interroger sur rôle des médias et du journalisme dans les sociétés démocratiques.

4La première lecture continue du Petit lexique est assez déroutante. En effet, le classement par ordre alphabétique fait passer d’un terme à l’autre sans logique apparente. La lecture usuelle de ce type d’ouvrage se concentre généralement sur le ou les points dont la définition est recherchée. Cependant, l’ensemble aborde l’histoire du journalisme (professionnalisation, précarisation), son économie, sa déontologie grâce aux articles sur l’objectivité et la transparence, et ses évolutions récentes. Plusieurs thèmes se dégagent finalement de cette lecture.

  • 2 Plusieurs entrées utilisent les termes ou expressions en anglais. Quelques citations en anglais dan (...)

5Tout d’abord, les différentes formes de journalisme (activisme médiatique, journalisme critique, infotainment2, journalisme narratif, open journalism, journalisme de pack, peace journalism, journalisme radical, tabloïd, etc.), les pratiques et outils pour obtenir puis transmettre des informations (churnalisme, interview, investigation, off, source, undercover, cinq W) ainsi que les différents lieux et métiers (rubricard, salle de rédaction) sont présentés dans le lexique. Les évolutions engendrées par l’arrivée des technologies numériques et les plateformes qui y sont associées sont aussi prises en compte, notamment à travers leur aspect économique. Les grandes théories, les rôles sociaux attribués aux médias, leur fonction et la valeur de l’information ressortent également dans différentes acceptions. Ainsi, la presse en tant que quatrième pouvoir est présentée comme jouant un rôle dans la démocratie, à condition toutefois que la propriété de la structure d’information, le besoin de financement procuré par la publicité et le pseudo-environnement ne viennent pas limiter leurs possibilités d’enquête et de révélation.

6En outre, la dimension critique du lexique apparaît directement dans certaines entrées comme artefact, biais, cirque médiatique, médiatisation, panique morale, loi de proximité, traitement médiatique ou encore pseudo-événement. La dimension critique est également présente dans les descriptions des mots et expressions. À titre d’exemple, l’entrée consacrée aux cinq W explique que les articles doivent répondre aux questions « qui, quoi, où, quand et pourquoi » pour être considérés comme objectifs. Mais Bastin relève que la question « pourquoi » est souvent délaissée, alors que la question « comment » n’est que rarement posée. Aussi les faits sont-ils privilégiés par rapport aux analyses dans la manière de présenter l’information.

7Par ailleurs, bidonnage, bourrage de crâne, censure, crédibilité des médias, désinformation, faits alternatifs, mésinformation, propagande, post-vérité, réinformation, vérité apparaissent parmi les termes et expressions relevant d’une autre thématique, qui illustre les dérives des mécanismes de l’information. Si certains de ces termes sont anciens, d’autres viennent renouveler le genre et la manière de saisir la nature des informations transmises au public. Il s’avère d’ailleurs au sein de ces mécanismes que certains sont volontairement recherchés, alors que d’autres sont des effets pervers, par essence involontaires, liés à l’organisation et aux pratiques journalistiques. Si ces techniques sont utilisées, c’est en raison des effets qui leur sont attribués. Les effets des médias sur les individus sont abordés dans différentes entrées (influence, leader d’opinion) et partiellement récapitulés dans l’entrée effets limités. En effet, cette définition inclut différentes théories qui s’opposent : celle des effets limités et celle des effets de renforcement. Une entrée est consacrée à ce dernier effet. L’auteur suggère que de nouvelles recherches devraient être menées sur ce thème, car entre ces deux positions auxquelles s’ajoutent les évolutions sociétales et technologiques, il n’y a pas de consensus relatif aux effets des médias sur l’opinion. Les recherches portant sur la mise à l’agenda, le cadrage et les paniques morales ne suffisent pas à caractériser précisément ces effets, même si elles en suggèrent la présence.

8Les références qui apparaissent à la fin de la grande majorité des notices sont un plus indéniable pour de premiers approfondissements. Toutefois, une partie des notices ne comporte pas de référence et une autre partie ne cite pas les références qu’elle nomme pourtant. Pour illustration, alors que la notice propagande fait référence aux cinq filtres déterminés par Edward Herman et Noam Chomsky, la référence de l’ouvrage La fabrique du consentement (1988) n’apparaît pas sous la notice. De même, les quelques lignes consacrées à la mésinformation ne sont pas appuyées par une référence. Dans ce dernier cas, il semble que cela marque la volonté de l’auteur de risquer une première définition d’un terme qui émerge dans les réflexions sur les médias. Nous saluons cette initiative qui permet d’alimenter les débats scientifiques.

  • 3 Depuis 1975, Ouest-France est le premier quotidien français, avec une diffusion moyenne de plus de (...)

9Il apparaît dommageable que ce Petit lexique du journalisme n’aborde pas la presse quotidienne régionale (PQR) ni son rôle. Il semble en effet nécessaire de rappeler que les 44 éditions locales du quotidien Ouest-France lui confèrent une place particulière dans le paysage médiatique français, puisque c’est le quotidien francophone le plus lu3. Sans être reconnue comme journal de référence, la PQR a un rôle certain dans la sociabilité locale et la politique locale(Frisque, 2010), du moins en France.

  • 4 Le terme storytelling ou art de raconter des histoires est présent dans les éléments de bibliograph (...)

10L’absence de notices sur l’association Action-CRItique-MEDias (Acrimed), l’appel aux émotions et l’utilisation du sensationnalisme ou encore le storytelling4 est à déplorer, d’autant qu’elles auraient renforcé la dimension critique dont Bastin se revendique. De plus, il est regrettable que l’auteur n’ait pas pris le temps de présenter certains auteurs ou courants qu’il cite pourtant à plusieurs reprises comme Paul Lazarfeld, Noam Chomsky ou le Centre for Contemporary Cultural Studies de l’Université britannique de Birmingham. Cela aurait amené des éléments de compréhension supplémentaires à des citoyens et citoyennes qui auraient souhaité avoir un premier aperçu sur le journalisme et les études sociologiques sur les médias. Enfin, la télévision est le support journalistique le moins présent de ce Petit lexique du journalisme, alors qu’elle reste la première source d’information des Français (Rieffel, 2015).

11Nonobstant ces critiques, l’ouvrage est un outil à conseiller aux étudiants de licence et à tous les curieux qui voudraient affûter leurs arguments pour continuer de critiquer les médias. En effet, il semble préférable d’avoir d’abord quelques connaissances de sociologie et des origines de la théorie critique pour comprendre l’ensemble des définitions et mieux les situer dans leur champ d’études.

Haut de page

Bibliographie

FISQUE, Cégolène (2010), « Des espaces médiatiques et politiques locaux ? », Revue française de science politique, 60(5) : 951-973. [En ligne]. https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2010-5-page-951.htm. Page consultée le 23 avril 2019.

RIEFFEL, Rémy (2015), « Le numérique et les nouvelles pratiques d’information », Journée d’étude Us et abus d’internet : enjeux sociaux et psychologiques des pratiques numériques, organisée par le Centre d’étude et de recherche sur les risques et vulnérabilités, durée de 27 minutes. [En ligne]. https://www.canal-u.tv/video/centre_d_enseignement_multimedia_universitaire_c_e_m_u/08_le_numerique_et_les_nouvelles_pratiques_d_information.19278. Page consultée le 18 avril 2019.

Haut de page

Notes

1 Les termes et expressions en italique correspondent à des entrées du Petit lexique du journalisme.

2 Plusieurs entrées utilisent les termes ou expressions en anglais. Quelques citations en anglais dans les notices ne sont pas non plus traduites.

3 Depuis 1975, Ouest-France est le premier quotidien français, avec une diffusion moyenne de plus de 750 000 exemplaires. « Tout savoir sur : Ouest-France ». [En ligne]. https://www.ouest-france.fr/medias/ouest-france/. Page consultée le 17 avril 2018.

4 Le terme storytelling ou art de raconter des histoires est présent dans les éléments de bibliographie, mais non explicité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Lochon, « Gilles BASTIN (2018), Petit lexique du journalisme », Communication [En ligne], vol. 37/1 | 2020, mis en ligne le 04 mai 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/11139

Haut de page

Auteur

Annie Lochon

Annie Lochon est docteure en sociologie et chercheuse associée au Centre d’Étude et de Recherche sur les Risques et les Vulnérabilités (Cerrev), Université de Caen Normandie. Courriel : annie.lochon@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals