Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/1ArticlesVision et usages enchantés des ré...

Articles

Vision et usages enchantés des réseaux sociaux numériques au Burkina Faso

Étienne Damome, Aminata Ouédraogo et Élodie Alimata Tapsoba

Résumés

L’objectif de cet article est de contribuer à expliquer les ressorts de la croyance en la Technologie. Les auteurs postulent que ce phénomène procède de la force d’un mythe construit autour des technologies de l’information et de la communication. Ils analysent un corpus constitué d’entretiens qualitatifs menés auprès d’un échantillon d’utilisateurs burkinabés d’internet et de personnes qui ont participé à la mobilisation citoyenne de 2014 au Burkina Faso. L’objectif est de recueillir les motifs de leur investissement sur les réseaux sociaux numériques et de relever les représentations qui en commandent leurs usages.

Haut de page

Texte intégral

1Comme par le passé pour les médias traditionnels, l’émergence d’Internet et de ses applications auprès du « grand public » au milieu des années 1990 s’est accompagnée d’une multitude de discours volontiers euphoriques. « L’extension du “réseau des réseaux” au-delà de sa sphère universitaire d’origine, son développement volontariste dans tous les espaces de la vie sociale ont suscité bien des discours prophétiques », commente Jean-Michel Utard (2002 : 18). Les organismes internationaux et les gouvernements africains ont cru avoir trouvé enfin le chaînon qui manquait pour impulser le développement économique, social et culturel sur le continent. La conférence des ministres de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) de l’Union africaine (UA) se dit convaincue que

[l]’édification de la société africaine à l’ère de l’information aidera l’Afrique à accélérer l’exécution de ses plans de développement, à stimuler la croissance et à créer de nouvelles chances en matière d’éducation, de commerce, de soins de santé, d’emplois et de sécurité alimentaire, ce qui contribuerait à propulser les pays africains en avant dans le domaine du développement et à élever leur niveau de vie (Paré, 1999 : 6).

2Cette vision quasi prophétique percevait Internet non pas comme une simple technologie, mais comme une promesse de libération du continent entier. Au Burkina Faso, de nombreux investissements ont été consentis avec la certitude que l’accès à Internet permettrait au pays de sauter des étapes dans le processus de développement (Bâ, 2003).

  • 1 En 2014, le taux d’alphabétisation en français de la population de 15 ans ou plus était de 28 %, se (...)

3Aujourd’hui, Internet est devenu une infrastructure ordinaire de la vie quotidienne et sociale, de plus en plus impliquée dans nombre de médiations (Wamé, 2005). Par exemple, Internet, et plus largement le numérique, accompagne nombre de comportements quotidiens, du lever au coucher, en passant par la journée de travail. Cependant, l’espoir d’un avenir meilleur est toujours en creux des représentations que l’on se fait d’Internet et de ses applications. Cet aspect ne tempère pas pour autant l’engouement de la population pour ces outils. Dans certains pays africains comme le Burkina Faso, la faible alphabétisation1, la mauvaise qualité du réseau et son coût élevé pour le citoyen moyen peuvent être considérés comme des obstacles sérieux à l’utilisation d’Internet. Cela ne décourage pourtant pas les citoyens, qui sont de plus en plus nombreux à investir leurs maigres moyens dans cette technologie, considérée comme vecteur de réalisation de leurs aspirations. Ce n’est sans doute pas un hasard si les réseaux sociaux numériques sont apparus comme le canal principal de communication dans la dynamique de lutte qui a mené à l’insurrection populaire d’octobre 2014. L’espoir suscité par cet outil au cours du printemps arabe a participé de la croyance selon laquelle le cours de l’histoire d’un pays dépendait essentiellement de la sophistication des moyens techniques d’information mobilisés. Si au Sénégal (Awenengo-Dalberto, 2011) comme en Tunisie (Abid et al., 2011 ; Zouari, 2014) les réseaux sociaux ont effectivement constitué un puissant moyen d’organisation et de mobilisation, en particulier pour diffuser des mots d’ordre, faire circuler les informations liées à la lutte et aux forfaits des dirigeants, c’est qu’ils possèdent certainement des caractéristiques intrinsèques qui en font des outils très performants dans le cadre des mouvements de luttes politiques et sociales, même les plus âpres. La croyance quasi magique aux vertus politiques révolutionnaires de ces réseaux découle sans doute de la fascination qu’exerce leur perfection technique sur les utilisateurs. Mais cette hypothèse de simple déterminisme technique ne résiste pas à une analyse sociologique et politique sérieuse des contextes historiques qui favorisent l’apparition de mouvements révolutionnaires. L’objet du présent article est précisément d’interroger les processus sociaux et cognitifs impliqués dans le développement et l’enracinement de ces croyances mythiques autour des technologies de l’information et de la communication.

4Nous nous référons pour cela à des travaux menés dans le domaine des représentations sociales (Abric, 1994 ; Bonardi et Roussiau, 1999) afin d’identifier quelques ressorts sociocognitifs de cette croyance à la technologie. Les outils mobilisés ne pouvant être dissociés des conditions sociales dans lesquelles se développent les usages, il s’agit de replacer ces nouvelles pratiques dans une approche interprétative. Car, si nous sommes certes ici dans le registre du mythe, il n’empêche que celui-ci produit des effets bien réels. Comme le mentionnent Philippe Mallein et Yves Toussaint, les modalités d’appropriation des technologies dépendent largement, dans un premier temps du moins, des significations d’usage qui sont « projetées et construites par les usagers sur le dispositif technique qui leur est présenté » (1994 : 318). L’analyse que nous proposons ici des pratiques collectives des réseaux sociaux au Burkina Faso découle de ce paradigme interprétatif.

Approche théorique 

5L’analyse des données de l’enquête de terrain et de la revue documentaire en ligne montre que les applications Web, que l’on appelle réseaux sociaux en France et médias sociaux au Canada, sont celles qui mobilisent plus particulièrement la croyance mythique au pouvoir des technologies de l’information et de la communication. Les sources de la croyance au pouvoir des médias sociaux sont multiples. Cependant, la matrice commune de cette représentation mythique renvoie à la question plus ancienne du pouvoir de persuasion des médias. Après une période d’interrogation sur leurs effets directs et puissants d’influence, on s’est davantage intéressé vers la fin des années 1950 à leurs fonctions sociale et individuelle. La finalité de l’acte de consommation médiatique est alors envisagée comme la réponse à un besoin ou à une attente spécifique de publics particuliers. La typologie des domaines de satisfaction qui a découlé de cette approche fonctionnaliste n’a pas pour autant clos le débat sur les mutations sociales liées à la nouvelle croissance médiatique à partir de la fin des années 1950. Un consensus se dégage alors parmi les chercheurs quant aux liens entre modernité, développement économique et social et essor de l’information médiatique comme le fait par exemple Daniel Lerner (1958). Dans le même ordre d’idées, Everett Rogers (1962), Ithiel De Sola Pool (1963) et Wilbur Schramm (1964) développent même une « théorie de la modernisation », où le média est considéré comme le facteur de modernisation par excellence. Rogers par exemple conçoit le développement comme un système où les progrès sociaux, culturels et économiques sont étroitement (pour ne pas dire strictement) dépendants des innovations technologiques. Un autre auteur, Sola Pool, adhère de la même façon à l’idée que les médias commerciaux favorisent les processus de modernisation. Il avance notamment l’idée que la publicité commerciale et les médias de masse sont plus efficaces que les médias publics pour impulser des dynamiques de changement social au sein de la population, en ce sens qu’ils favorisent davantage la cohésion sociale autour de modes de vie et de consommation partagés. Il affirme qu’« en établissant une réserve commune d’informations compréhensibles et simultanément disponibles sur de larges étendues, un système de mass medias soude les segments du réseau des contacts personnels en un tout susceptible d’une action intégrée » (op. cit. : 289). Ithiel De Sola Pool attribue une importance décisive aux télécommunications internationales qu’il considère comme la source principale de progrès à venir pour les pays en développement. Schramm ne croit pas autre chose lorsqu’il écrit dans L’information et le développement national : « Il est un aspect du développement de l’information qui intéresse plus particulièrement les pays neufs ou en voie de formation : c’est la contribution que des moyens d’information efficaces peuvent apporter au développement économique et social » (1966 : 231). Renouant avec la tradition typologique des fonctions médiatiques, il définit trois fonctions de l’information. Tout d’abord, la fonction de veille qui permet une ouverture importante sur l’extérieur. Ensuite, la fonction politique qui consiste à persuader les populations de modifier leurs modes de vie et leurs croyances, de viser de nouveaux objectifs et d’adopter de nouvelles attitudes. Enfin, la fonction éducative, l’information devant permettre l’accès de tous les citoyens à de nouvelles connaissances non seulement sur le plan technique, mais aussi sur les affaires publiques de leur époque. Les théories de la réception apparues au début des années 1970 ont en quelque sorte adopté une conception mécaniste inverse, en proposant cette fois-ci que ce sont les publics qui peuvent faire ce qu’ils veulent des médias. Un auteur comme Reinhart Koselleck (1990) parle ainsi d’« horizons d’attente » des publics, que les médias seuls sont à même de combler ou de satisfaire. Le remplacement d’un déterminisme par un autre n’a donc en rien modifié la nature prophétique, mystique des discours tenus sur les médias, ou l’exaltation utopique d’un horizon sublime de la technologie.

  • 2 Déclaration faite pour Les Échos, no 18 029, 19 et 20 novembre 1999.

6Une même rhétorique enthousiaste prospère à propos des technologies de l’information et de la communication, nonobstant les mises en garde de la sociologie des usages et des appropriations. Wanda Janina Orlinkowski (1999) invite à s’interroger davantage sur les pratiques et les usages réels qui en sont faits. Il déclare ainsi au cours d’un entretien pour le magazine Les Échos qu’« [e]n négligeant l’utilisation de la technologie, nous oublions que celle-ci n’a ni valeur, ni sens, ni conséquence par elle-même : seul son usage révèle sa valeur »2.

7Jacques Perriault (2001) dira pour sa part, dans la même veine, qu’il ne suffit pas de mettre en place des ordinateurs connectés pour permettre l’accès au savoir. En dépit de ces rappels à la nécessité de débats moins idéologiques sur la question, les technologies de l’information et de la communication en ce début de xxie siècle continuent d’alimenter des discours apologétiques sur la société de l’information, dont Nicholas Negroponte (1997) s’est fait le prophète. Les ordinateurs modifieraient ainsi d’une manière spectaculaire la qualité de vie, alors que la technologie numérique créerait ce village global dont parlait Marshall McLuhan (1968), où régneraient l’harmonie et la paix entre les peuples, comme si la conflictualité sociale (Marcos, 2017) allait définitivement céder et disparaître par le seul enchantement du miracle technologique.

Approches méthodologiques

8Pour étudier les croyances mythiques au numérique chez des usagers burkinabè, nous avons combiné quatre méthodologies qualitatives différentes : entretiens approfondis avec des jeunes, analyse de divers documents officiels, netnographie de pages Facebook et observation participante.

Enquête qualitative auprès des jeunes utilisateurs

9Une enquête qualitative a été menée entre le mois de mars et le mois d’août 2019 auprès de 50 jeunes des deux sexes (37 garçons et 13 filles). Ils ont été sélectionnés au hasard sur la base du volontariat, c’est-à-dire parmi ceux qui ont accepté de se rendre disponibles dans les villes de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou. Ces trois plus grandes villes du pays offrent plus de commodités que d’autres en matière de connexion et de possibilités d’usage des technologies numériques. Le guide d’entretien a été conçu pour permettre une large expression personnelle des interviewés.

  • 3 Secteurs 1, 2 et 3.

10À Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, nous avons interrogé dix-neuf personnes, dont sept personnes dans les unités de formation et de recherches de lettres, arts et communication, de sciences et technologie et de médecine de l’Université Ouaga Joseph Ki-Zerbo et six personnes au lycée technique national Aboubacar Sangoulé Lamizana, à Zogona et au collège privé de Kossoghin. Il s’agissait de cibler globalement la jeunesse étudiante afin de lui faire produire un discours sur ses pratiques et usages effectifs d’Internet et des réseaux sociaux. Les autres jeunes ont été sélectionnés aux heures ouvrées, aux abords des commerces des quartiers Zogona et Tampouy, pour être à peu près certains de toucher les autres catégories de la population jeune. Nous avons ainsi pu y rencontrer deux jeunes commerçants, trois jeunes actifs indépendants et un sans-emploi. À Bobo-Dioulasso, les entretiens ont eu lieu dans le quartier Belle-Ville, dans l’enceinte de l’Institut des Sciences de la Santé (INSSA), avec 15 étudiants et fonctionnaires de l’État habitant dans cette ville. À Koudougou, par contre, les entretiens ont eu lieu dans différents quartiers. Ils ont concerné également 15 jeunes de 3 secteurs3. Nous avons pu joindre 6 élèves, 3 étudiants, 2 enseignants, 2 commerçants et 2 agents de transit.

11Le guide d’entretien a mis l’accent sur les moyens d’expression de ces jeunes, leurs usages des réseaux sociaux et les croyances liées à ces mêmes réseaux. L’enquête visait à répondre principalement à la question suivante : comment les jeunes burkinabè se représentent-ils les réseaux sociaux ? Et à la lumière de leurs représentations, quels usages font-ils de ces réseaux ? Notre postulat est que la croyance mythique au pouvoir des réseaux sociaux peut éclairer les représentations que les jeunes développent de ces réseaux. En conséquence, nous présupposons que plus les jeunes croient aux pouvoirs de ces réseaux sociaux en matière de développement social, politique, économique et informationnel, plus leurs usages sont orientés vers l’espoir de ces réalisations.

Analyse documentaire

12La revue documentaire visait à analyser le discours produit par les médias sur les fonctions et les usages des réseaux sociaux. Une catégorisation en fonction de thèmes préétablis (avantages, dérives, développement de l’activisme, formation) a permis de choisir 45 articles de presse en ligne. Ce chiffre repose sur l’atteinte d’un seuil de saturation relatif aux thèmes préétablis. Tous ces articles ont été publiés entre 2013 et 2019.

13Pour le choix des médias, nous avons décidé de cibler les plateformes dominantes en ligne — nombre de visites, innovation — du paysage médiatique burkinabè abordant le thème des réseaux sociaux. Notre choix s’est alors porté sur le Lefaso.net parce qu’il est le pionnier dans le domaine de la presse en ligne au Burkina Faso et jouit de la réputation d’être une plateforme dynamique. « Lancé en octobre 2003, Lefaso.net s’affiche comme le principal site Web d’information des Burkinabè avec en moyenne 50 000 visiteurs quotidiens et plus de 37 000 abonnés à sa newsletter quotidienne »4. Alexa.com5, le site de mesure de l’audience des sites Web, a publié au début du mois de novembre 2018 des statistiques sur l’audience des sites Web visités par les Burkinabè. Le peloton de tête est composé des plateformes internationales et de leurs diverses déclinaisons : Yahoo.com (1er), Google.com (2e), Google.bf (3e), Facebook.com (4e), Google.fr (5e). Lefaso.net se classe en sixième position, mais reste le premier site burkinabè le plus visité au Burkina Faso. Lefaso.net est le site burkinabè le plus consulté par les internautes depuis le Burkina Faso et il est, par là même, la première plateforme médiatique burkinabè en matière de popularité.

14Burkina24 a été choisi à cause de sa relative jeunesse. Média en ligne d’informations généralistes en continu, Burkina24 a été porté sur les fonts baptismaux en 2011. Cela ne l’a pourtant pas empêché, en six ans d’existence, de se hisser à la troisième place des sites médias influents sur le plan de l’audience et des efforts d’innovation sur l’échiquier national derrière Lefaso.net et Netafrique.net. Aujourd’hui, Burkina24 compte 400 000 abonnés à sa page Facebook et de 25 à 30 000 visites / jour sur sa plateforme. Toutes ces raisons font que le site média est retenu comme terrain d’étude pour la présente recherche.

15Concernant les visites quotidiennes, Burkina24 ne fait pas mieux que Netafrique.net, qui est classé deuxième après Lefaso.net. Cependant, Burkina24 a été préféré à Netafrique.net parce que le média a une rédaction formelle, alors que Netafrique.net fonctionne comme un site portail à partir de la reprise d’article. Aucune plateforme en ligne de média de presse écrite n’a été considérée parce que les plateformes ne permettent pas l’archivage.

Netnographie

16Nous avons procédé par ailleurs à une netnographie de cinq pages Facebook de webactivistes, réalisée du 1er au 30 avril 2019. Cette méthode d’enquête « utilise Internet comme source de données en s’appuyant sur des études des communautés virtuelles de consommation » (Bernard, 2004 : 49). L’objectif était d’analyser et d’interpréter les discours des webactivistes ainsi que les commentaires des membres de leurs communautés virtuelles. Il s’agit tout d’abord de Smockey. Ce qui n’était au départ qu’un profil comptabilisait au début d’avril 2018 4 989 amis et était suivi par près de 26 000 personnes. À la fin du même mois, il avait converti son profil personnel en page, sans doute parce qu’il a atteint le nombre limite de fans fixé à 5 000 par Facebook. Il y a ensuite les pages du mouvement Le Balai citoyen et des emblématiques Basic.Soul et Naïm Touré qui génèrent des centaines de commentaires à chaque publication. La page de la « république du Grin » ensuite. Ce groupe constitué en État fictif parodie la politique nationale, avec son président fondateur, son chef de file de l’opposition et presque toutes les répliques des « corps constitués » de la république ordinaire. Il organise des échanges humoristiques sur l’actualité. Les populations trouvent dans ces dispositifs des arguments qui renforcent leur engagement. Enfin, nous avons retenu la page Alino Faso qui comptabilisait en avril 2018 5 000 amis et était suivie par près de 34 000 personnes. La fréquence de publication et le taux d’engagement des intervenants ont été des indicateurs précieux tout au long de notre observation. En ce qui concerne les contenus, les thèmes de la gouvernance, de la corruption, de la mobilisation et du terrorisme constituaient la trame de notre grille d’entretien.

Observation participante

17Nous avons enfin procédé à une observation participante lors du deuxième sommet Africtivistes organisé à Ouagadougou les 22 et 23 juin 2018. Nous avons participé aux rencontres en plénière ainsi qu’à certains ateliers et pris des notes durant les travaux. L’objectif principal était d’identifier dans les discours de ceux qui sont considérés comme des acteurs majeurs de la communication numérique burkinabè des indicateurs langagiers de croyances au pouvoir politique, social et économique des réseaux sociaux. Nous voulions également déceler les spécificités d’utilisation des technologies de l’information et de la communication à travers leurs témoignages, partages d’expériences, discussions informelles, etc.

Résultats et discussion au sujet de la revue documentaire

Croyance des autorités aux technologies numériques

18La revue documentaire rend compte de l’adhésion au mythe du pouvoir des technologies numériques et de la société de l’information. Très tôt, les pays de l’Union africaine se sont dotés d’un programme de développement des technologies de l’information et de la communication. Ces pays ont été soutenus dans cette démarche par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA). C’est ainsi que l’initiative de la Société africaine à l’ère d’information (AISI de son sigle anglophone) a été adoptée en mai 1996 par la conférence des ministres de la CEA (réunissant les 53 pays membres). Celle-ci s’est dit

convaincue que l’édification de la société africaine à l’ère de l’information aidera l’Afrique à accélérer l’exécution de ses plans de développement, à stimuler la croissance et à créer de nouvelles chances en matière d’éducation, de commerce, de soins, de santé, d’emploi et de sécurité alimentaire, ce qui contribuerait à propulser les pays africains en avant dans le domaine du développement et à élever leur niveau de vie (cf. introduction, p. 2).

19Dans ce contexte favorable, le Burkina Faso, par l’intermédiaire de son Conseil Supérieur de la Communication (CSC) adopte en avril 1998 son premier cadre de référence pour le développement des technologies de l’information et de la communication, rappellent Mahamoudou Ouédraogo et Joachim Tankoano (2001 : 47). Les ambitions de ce cadre étaient les suivantes :

  • Créer les conditions pour la bonne gouvernance en réduisant les charges et en améliorant la circulation de l’information, la productivité, la qualité des services et la pertinence des prises de décision ;

  • Aider le pays à développer des avantages concurrentiels qui lui permettront de tirer le meilleur parti de la mondialisation, à travers une parfaite maîtrise et une utilisation optimale des NTIC ;

  • Garantir la rationalisation des efforts à consentir, un développement conséquent des ressources humaines requises et la cohérence du cadre institutionnel et de l’infrastructure nationale à mettre en place.

20Pour réaliser ces objectifs, ces ambitions ont été traduites en six programmes sectoriels : la modernisation de l’Administration et l’organisation du secteur ; la facilitation du commerce ; l’appui à l’éducation et à la recherche ; le développement des centres communautaires ; la mise en place d’une infrastructure nationale de communication ; les choix technologiques (ibid. : 48). En mars 2018, soit un peu plus de vingt ans après l’adoption de plusieurs autres plans nationaux de développement des technologies de l’information et de la communication, le Burkina Faso s’est doté d’un nouveau cadre d’appropriation de ces technologies, à savoir la Stratégie nationale de développement de l’économie numérique 2018-2027. Il faut relever que l’objectif global de la stratégie nationale reste de « bâtir une économie numérique performante qui contribue efficacement à la transformation structurelle de l’économie et de la société burkinabè » (p. 22). Cet objectif est décliné en sept objectifs spécifiques : mettre en place une gouvernance efficiente et efficace ; développer un environnement propice à l’instauration de la confiance numérique ; déployer une infrastructure large bande de qualité sur l’ensemble du pays ; faire des technologies de l’information et de la communication un levier durable de la transformation de l’administration publique et des autres secteurs porteurs de développement ; développer l’expertise numérique nationale ; intégrer le numérique dans le système éducatif ; développer une économie numérique équitable et inclusive (Stratégie nationale de développement de l’économie numérique 2018-2027 : 22).

21Ces propos futuristes ne sont pas sans rappeler le prophétisme d’auteurs comme Daniel Lerner, Everett Rogers, Ithiel De Sola Pool et Wilbur Schramm. On les retrouve aussi dans le discours du président de l’Autorité de Régulation des Communications électroniques, et des Postes (ARCEP). Il déclare ainsi dans le Rapport public d’activités, publié en juin 2018, que « c’est connu, les communications électroniques sont le moteur de l’économie nationale. Ce sont elles qui impriment le rythme à l’ensemble des projets de développement. C’est donc à juste titre que les communications électroniques et les postes sont au cœur du processus de développement de notre pays » (mot introductif du président). La vision enchantée d’Internet est partagée au plus haut niveau de la gouvernance burkinabè.

Discours futuristes des médias

22Il ressort de l’analyse du discours médiatique deux idées principales. La première réaffirme que les réseaux sociaux constituent le futur de la communication sociale, au sens où ils regroupent l’ensemble des actes de communication visant à modifier les représentations et les comportements des citoyens ainsi qu’à renforcer des solidarités au sein de la société (Rouquette, 1989 ; Collet, 2007). Ce raisonnement relève en quelque sorte de la tautologie : les médias se présentent eux-mêmes comme le point de départ et d’arrivée de toute information. La seconde renvoie à un paradoxe : si les applications du Web cristallisent l’horizon des possibles dans tous les domaines, elles contiennent potentiellement aussi des risques de dérive. En mars 2018, les statistiques d’audience de Facebook affichaient ainsi un million d’utilisateurs actifs du réseau social au Burkina Faso. Dans un pays où environ 70 % des 18 millions de Burkinabè sont analphabètes, ce cap symbolique est une étape importante qui intéresse autant les entreprises, les régies de publicité et les institutions étatiques que le citoyen lambda avide de liberté. En effet, avec le développement d’Internet et des réseaux, le rapport à la liberté d’expression s’est trouvé modifié. Ce taux d’utilisation témoigne non seulement de la vitalité de la participation des populations, mais aussi de la diversité des champs du possible qui semblent tout d’un coup à portée de main. Cette idée est confortée par le discours médiatique qui accompagne le développement des réseaux sociaux ; ce discours donne l’illusion que c’est là que ça se passe, que les réseaux sociaux constituent le futur de la communication sociale.

Futur de la médiatisation

23Tout droit sorti du rêve de McLuhan, le village planétaire, dont les réseaux sociaux sont une des matérialisations les plus abouties, n’en finit pas d’alimenter l’utopie communicationnelle du numérique. Les réseaux sociaux sont aujourd’hui présentés comme des lieux de facilitation de l’accès universel à l’éducation, de consécration de la liberté d’expression, surtout dans des pays qui ont connu des périodes de régime politique unique. Au Burkina Faso, depuis 2014, un discours quasi unanime est développé dans les médias quant au rôle déterminant des réseaux sociaux dans la survenue de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre de la même année. Avec un titre explicite : « Burkina Faso : le rôle des médias sociaux dans la survenue de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 »6, le contenu d’un article paru dans Lefaso.net du 9 décembre 2015 explique le rôle déterminant qu’ont joué les réseaux sociaux à travers une analyse de la naissance de groupes et profil aux noms tout aussi explicites7. Il est vrai que la liberté de ton pratiquée sur les réseaux sociaux est difficilement imaginable dans d’autres espaces d’expression publique. La liberté d’expression ou encore de débat public qu’autorisent les réseaux sociaux peut en effet en ce sens être comprise comme une forme de démocratisation de la parole citoyenne. Que ce soit à travers des tribunes, les analyses ou les réactions de toutes sortes, les médias rendent compte de l’engouement des citoyens et surtout de leur détermination à se faire entendre sur les grands enjeux nationaux.

24Si Lefaso.net et Burkina24 se font le relais de la façon dont les citoyens profitent de cet espace de liberté pour débattre à profusion des questions de la cité, ils rendent aussi compte dans le même temps des tentatives d’encadrement ou de musellement de ces espaces. Le procès intenté en 2018 contre le lanceur d’alerte Naïm Touré pour incitation à la révolte en témoigne.

25Sur ce terrain, les médias eux-mêmes ne sont nullement épargnés puisqu’ils investissent eux aussi les réseaux sociaux. À titre d’exemple, le titre Le Dossier a été auditionné par le Conseil supérieur de la communication pour la diffusion sur les réseaux sociaux d’un document sonore signé par la rédaction du journal portant sur la riposte des Forces de défense et de sécurité contre les terroristes dans des communes du nord du pays. Le domaine de compétence du régulateur est donc circonscrit aux contenus médiatiques, c’est pourquoi cette manière de procéder ne résout aucunement le problème de la régulation des réseaux sociaux, tant les contenus sont multiples et diversifiés. Dans un article de Lefaso.net en date du 6 juin 2018 intitulé « Réseaux sociaux : un domaine difficile à réguler, selon le CSC »8, le Conseil supérieur de la communication (CSC), l’organe de régulation au Burkina Faso, reconnaît avoir des difficultés à réguler les réseaux sociaux. Les juridictions classiques prennent donc en charge les cas impliquant les citoyens, mais se heurtent à la mobilisation de ceux-ci. Des associations sont créées pour faire barrage à ces mécanismes de régulation institutionnelle, par exemple le Comité d’initiative pour la défense et la protection des utilisateurs des réseaux sociaux. Les médias contribuent néanmoins à véhiculer l’idée qu’une véritable opinion publique existe, et ce, grâce aux réseaux sociaux.

Médiatisation du futur

26Des discours dont les médias se font l’écho dans une perspective qui oscille entre la présentation des possibilités (commerce en ligne, blockchain, liberté d’expression, éducation pour tous, développement…), des risques de dérive des offensives pour les maîtriser. « Yo man ! Ya kel Ken ? », les « occasions d’affaires » sont, entre autres, des groupes sur le réseau social Facebook (par exemple le réseau « Yo man ! Ya kel Ken ? ») où des Burkinabè font en effet de bonnes affaires. Vous avez quelque chose à vendre, vous cherchez un article ou un service ? Vous avez tapé à la bonne porte. Et c’est Lefaso.net, dans une livraison du 28 août 2015 intitulée « Économie numérique : Le e-commerce est en marche au Burkina »9, qui en explique le principe. « Quand tu as une marchandise ou des services à vendre, tu fais la publication sur Facebook. Si un acheteur se manifeste, vous vous donnez rendez-vous dans un lieu public bien connu et vous effectuez vos échanges ». Le commerce en ligne est en pleine expansion. Bien sûr, quand tout s’achète et se vend, cela peut aussi signifier la prostitution en ligne avec des profils personnels ou des groupes dédiés comme « Rencontre sensuelle Plan à Ouaga ». Des dizaines d’annonces de ce type sont publiées sur le réseau social Facebook. Les tarifs des prestations sont négociés en ligne et le service est rendu dans la plus stricte intimité. Mais pas toujours. En 2018, trois adolescents filment leurs ébats sexuels avec leur camarade, une fille de 15 ans. Le film est mis en ligne sur les réseaux sociaux, qui très vite entrent en ébullition. Les médias s’en font les relais et l’affaire prend de plus amples proportions. Les trois jeunes garçons sont arrêtés et soupçonnés d’agression, une cellule psychologique diligentée par le ministère de la Femme, de l’Action sociale et de la Solidarité nationale est mise en place pour la victime et sa famille, et la vidéo est supprimée du réseau social. Les dérives peuvent donc être aussi importantes que les avantages. Les médias se font également l’écho de cas de cybercriminalité (vol d’identité, vol de données personnelles compromettantes à usage de chantage, les diffamations…). Les réseaux sociaux sont aussi à l’origine de la constitution d’un groupe particulier, celui des webactivistes.

Accréditation de la thèse du pouvoir des réseaux sociaux par les webactivistes

27De plus en plus nombreux, les webactivistes peuvent être considérés comme les premiers acteurs des pratiques qui accompagnent le développement des réseaux sociaux. Principaux émetteurs d’informations et experts d’un réseau mondial, ils sont capables de récupérer les photos ou les vidéos de manifestations sur le terrain, de les mettre en scène, de monter les images et de les diffuser sur les réseaux sociaux. Au Burkina Faso, certains activistes comme Naïm Touré ou Souleymane Ouédraogo (dit Basic Soul) sont des exemples emblématiques du cyberactivisme. La plupart de ces activistes ont pour ambition de dénoncer les inégalités et les injustices sociales ainsi que l’omnipotence des pouvoirs politiques et d’exiger des dirigeants une démocratisation génératrice de développement. Ils se veulent sentinelles, vigies, mais aussi force de proposition pour des projets à fort impact social. Ils utilisent Facebook, WhatsApp, YouTube comme des territoires de regroupement et outils de mobilisation, de conscientisation. Les activistes accréditent ainsi l’idée du pouvoir politique des réseaux sociaux. Leur discours en témoigne :

Jamais dans l’histoire de l’humanité, le citoyen n’a autant été outillé parce qu’il est en lui-même un média. Il est acteur de média, de démocratie parce qu’il a la possibilité d’informer le monde entier, d’impacter la société ; parce qu’il a aussi des outils pour rentrer dans des écosystèmes qui ne sont pas de chez lui et qui pourraient le renforcer dans son combat. Ça c’est extraordinaire,

28s’émerveille Cheick Fall dans une interview accordée au Faso.net en janvier 2018.

  • 10 L’Association des blogueurs du Burkina (ABB).
  • 11 La Ligue panafricaine des webactivistes et blogueurs pour la démocratie (Africtivistes).
  • 12 Le Présimètre est une plateforme de partage d’informations entre des groupes de la société civile t (...)

29Peu organisés à leurs débuts, les activistes se regroupent de plus en plus dans des structures nationales10, régionales, voire panafricaines11. Dans ces structures, ils continuent à diffuser leur rêve de démocratie directe grâce aux réseaux sociaux. L’ABB, l’Association des blogueurs du Burkina, à travers son projet « Suivi des politiques publiques par les technologies de l’information et de la communication » entrant dans le cadre du Présimètre12, partage et poursuit sa vision de démocratie participative, de politique de transparence, de bonne gouvernance ainsi que de démarche globale de reddition des comptes. L’association organise couramment des formations sur l’utilisation des réseaux sociaux à destination des représentants des partenaires du projet Présimètre.

30En 2017, Africtivistes a entamé un vaste programme de formation et de renforcement des compétences pour les journalistes et acteurs médiatiques de la société civile, nommé Afrique Média CyberSécurité, dédié à sa regrettée collègue Anna Gueye. L’objectif de ce programme est de former à la cybersécurité 500 journalistes professionnels et acteurs médiatiques de la société civile dans au moins 11 pays de la sous-région ouest-africaine. À ce jour, Africtivistes a déjà formé plus de 350 personnes à travers les séances organisées en Guinée, en Guinée-Bissau, en Mauritanie, au Sénégal, au Niger, en Gambie et au Burkina Faso. La Côte d’Ivoire, le Mali, le Bénin et le Togo sont les prochains pays qui participeront et boucleront ce programme de formation et d’outillage des acteurs des médias en Afrique de l’Ouest.

31Au cours de ce programme, la Ligue a rencontré les chefs d’État de la Gambie Adama Barrow et du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré, avec qui elle a partagé les actions et la vision des Africtivistes. Le programme de la Ligue a sans doute séduit le président burkinabè, qui a participé au deuxième sommet d’Africtivistes à Ouagadougou.

32Ces regroupements d’activistes sont soutenus par d’autres structures comme le Comité d’initiative pour la défense et la protection des utilisateurs des réseaux sociaux, ou encore grâce à des initiatives comme celle de Mahamadi Ouédraogo. Si son initiative, le Salon national des activistes en décembre 2017, n’a pas remporté un franc succès, elle a au moins eu le mérite d’ouvrir le débat sur la responsabilité des lanceurs d’alerte, thème d’actualité au sein de cette communauté.

33Ces efforts conjugués constituent une tentative de « professionnalisation » du webactivisme, qui n’entame pas pour autant la thèse du pouvoir des réseaux sociaux. Comme nous allons le montrer maintenant, les internautes et usagers des réseaux sociaux partagent avec les médias et les réseaux cyberactivistes la même croyance quasi magique.

Résultats et discussion au sujet de l’étude de terrain

34L’étude de terrain menée auprès des jeunes des villes de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou visaient à analyser le discours qu’ils produisent sur leur rapport aux réseaux sociaux et sur les usages qu’ils en ont. L’on peut tirer deux enseignements fondamentaux des résultats de cette enquête. Premièrement, les représentations des jeunes usagers des réseaux sociaux rejoignent celles diffusées par les journalistes et celles des webactivistes, et semblent donc désormais faire partie d’un environnement culturel partagé. Deuxièmement, à l’instar des journalistes et des webactivistes, ils utilisent les réseaux sociaux conformément à des attentes et à des objectifs précis.

Messianisme

35Selon Achille Mbembe (2017), les technologies de l’information et de la communication ont la capacité de faire rêver leurs usagers. Au Burkina Faso, les jeunes croient ainsi que les réseaux sociaux apporteront des solutions pérennes aux problèmes auxquels ils sont confrontés, à savoir la rétention d’informations, le chômage et l’opacité dans la gestion des affaires publiques… Les jeunes estiment qu’ils ont enfin trouvé l’outil qui leur permettra d’accéder à l’information, de s’ouvrir sur l’extérieur et de partager leurs visions du monde. Les représentations que les jeunes développent à propos des réseaux sociaux dépendent aussi et surtout des fonctions qu’ils leur attribuent.

Informer et mobiliser les gens

  • 13 Pour respecter le choix de nos interviewés qui ont préféré l’anonymat, nous les désignons par les i (...)

36Les jeunes se représentent ainsi les réseaux sociaux comme un moyen d’accéder à l’emploi et de faire de bonnes affaires. En plus d’être de potentiels pourvoyeurs de l’emploi qu’ils convoitent, les réseaux sociaux sont plus largement perçus comme des outils indispensables de réseautage et de visibilité sociale. Mais ce qui les motive le plus, c’est la possibilité de rester en contact permanent avec leurs proches. Cette observation étaie ainsi la thèse d’une nouvelle ère de médiation et d’harmonie sociale de Nicolas Negroponte (op. cit.). SD13 explique ceci à ce sujet :

  • 14 Entretien du 6 mars 2019.

Sur les réseaux sociaux, l’on va pour rencontrer des amis, pour chercher des informations. Aujourd’hui, Facebook est un moyen incontournable pour s’informer. Nous avons la retransmission des événements en temps réel, alors qu’il faut attendre pendant longtemps pour avoir les échos de ces mêmes événements sur les antennes classiques14.

  • 15 Entretien du 1er mars 2019.
  • 16 Entretien du 1er mars 2019.
  • 17 Entretien du 6 mars 2019.

37Par ailleurs, la possibilité qui leur est offerte de partager leurs idées en ligne est une importante source de satisfaction pour ces jeunes. Ils croient ainsi pouvoir directement mobiliser les autres par l’intermédiaire des réseaux sociaux et participer aux mouvements sociaux (Boullier, 2016), ce qui relève d’une utopie techniciste (Boullier, 1984). Selon l’internaute SS, le pouvoir de mobilisation de Facebook n’est plus à démontrer. Facebook a joué un rôle de mobilisation citoyenne ces dernières années au Burkina Faso. Il rappelle ceci à propos de l’insurrection populaire d’octobre 2014 : « Lorsque les gens étaient dans la rue, ils avaient leurs téléphones portables pour voir ce qui se passe autour d’eux sur Facebook. Lorsque c’était chaud, les gens restaient mobilisés sur Facebook »15. En outre, « les syndicats du monde de l’éducation ont beaucoup utilisé Facebook pour mobiliser les gens. Les sorties médiatiques de Basolma Bazié ont été largement diffusées sur Facebook, ce qui a permis le respect des mots d’ordre de grève par la majorité des syndiqués »16, remarque pour sa part SD. La même idée est partagée par DS, selon qui Facebook a permis non seulement de faire front au RSP (Régiment de sécurité présidentielle, désormais dissous), mais aussi d’empêcher le président Blaise Compaoré de modifier l’article 37 en 2014 au Burkina Faso. Il est même convaincu que c’est Facebook qui a déclenché l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 dans le pays. Selon lui, « c’est sur Facebook que les gens se donnaient rendez-vous, Facebook a été le facteur majeur de la réussite de cette lutte »17.

38Selon AM, Facebook permet également de fédérer les autres. Prenant l’exemple du club d’histoire et archéologie dont elle est membre active, elle estime qu’il serait impossible de diffuser les informations auprès des étudiants par un autre canal. Ce qui la conforte dans son idée selon laquelle Facebook exerce un réel pouvoir de mobilisation des gens. Aussi se réjouit-elle d’avoir Facebook comme allié incontournable pour passer les informations à ses camarades. En somme, le coût de la connexion lui importe moins que l’atteinte de ses objectifs sur les réseaux sociaux.

  • 18 Entretien du 6 mars 2019.

39Des entretiens, il ressort en définitive que Facebook est un espace où l’information abonde et qui est propice aux rencontres et aux bonnes affaires. La plupart des internautes croient qu’il est possible d’obtenir des offres d’emploi ou des bourses d’études grâce aux réseaux sociaux, en particulier Facebook. C’est le cas de PZ et de MI qui utilisent les réseaux pour leurs affaires. « J’y ai rencontré plusieurs amis, j’ai aussi eu des contrats à travers Facebook. De plus, il y a des pages qui apportent beaucoup intellectuellement », soutient MI. « Même les illettrés au marché connaissent Facebook, parce qu’ils y trouvent leur compte »18, renchérit-elle. Le fait de se retrouver dans un monde virtuel apporte du réconfort et permet de voyager tout en étant sur place, ce qui révèle le désir de ces jeunes de vivre ensemble dans un monde virtuel (Maffesoli et De Lemos Martins, 2011). Les réseaux sociaux suscitent aussi d’autres espoirs dans la sphère du politique.

Contribuer à la démocratie

40Il ressort du discours de la majorité des jeunes citoyens interrogés que les réseaux sociaux contribuent à démocratiser la société. On retrouve ici la vision prophétique du rôle des médias dont parlait Lerner (op. cit.). Les interviewés citent presque tous comme exemple la façon dont la mobilisation, au moyen de ces outils, a conduit au départ de l’impopulaire président Compaoré. Les réseaux sociaux participent donc de l’avènement de la démocratie participative. Ils contribueraient à la formation d’organisations moins hiérarchisées. Discours profanes et experts se rejoignent sur ce point. Dominique Boullier affirme ainsi que

[l]a démocratie elle-même voit certains de ses aspects amplifiés par le numérique, selon les choix faits et selon les acteurs concernés. […] L’espace public est étendu sur des réseaux […]. Cela débouche aussi sur des formes d’amplification de mouvements sociaux qui semblent appuyés sur ces connexions numériques (2016 : 223).

41L’idée que les échanges numériques ou dématérialisés remettent en cause les hiérarchies occupe une place dominante dans la littérature scientifique. Cette croyance largement partagée évacue néanmoins de son champ d’analyse une réalité sociologique : des inégalités considérables demeurent quant à la participation. La mobilisation politique dans l’espace public numérique montre plutôt que seule une minorité est réellement active. En réalité, les modalités de prise de parole ne favorisent pas systématiquement la participation de tous et obligent même certains collectifs à modérer leurs propos.

Contrôler et influencer la gestion de la chose publique

42Les jeunes estiment que les dirigeants ne peuvent plus gérer les affaires publiques dans le respect de l’intérêt des citoyens. De ce fait, explique MS.

  • 19 Entretien du 1er mars 2019.

pour la bonne gouvernance, il faut que les informations soient publiées. Facebook est le lieu indiqué pour publier les informations, les médias tels que la radio qui est censée couvrir tout le territoire est absente de certaines zones du pays. Par contre, Facebook permet de rester connecté aux réalités du pays19.

43Et comme tout est rendu public, on assiste selon certains à une meilleure gestion du pays. Les autorités politiques savent qu’elles sont suivies sur les réseaux sociaux. Prenant le cas du mémorial Thomas Sankara, DS fait cette déclaration :

  • 20 Entretien du 6 mars 2019.

Facebook permet d’interpeller les pouvoirs publics sur des questions courantes. Tout récemment l’on a dédié un mémorial à l’ancien président Thomas Sankara. Tout de suite, les gens ont remarqué que cette statuette a été bâclée et ils ont réagi promptement sur les réseaux sociaux. Ce qui a entraîné une réaction rapide du comité d’organisation qui dit prendre note des commentaires et exprimer sa volonté de corriger le mémorial20.

44Pour interpeller les gouvernants, certains internautes comme DS utilisent des pseudonymes afin d’éviter d’être censurés par les pouvoirs publics. C’est pourquoi ils utilisent plusieurs comptes Facebook. De plus, plusieurs jeunes ont affirmé suivre des pages de partis politiques pour savoir ce qui se passe en leur sein. Ils observent tout à distance et sont prêts à réagir lorsque les promesses des politiques ne sont pas tenues ou ne sont pas conformes à leurs souhaits.

Changer la vie

45Les réseaux sociaux cristallisent également des horizons d’attente (voir Koselleck, op. cit.) plus personnels. Certains jeunes se représentent la vie autrement avec eux. SR explique :

  • 21 Entretien du 1er mars 2019.

Avant Facebook, on vivait bien, mais on tardait à avoir des contacts avec les connaissances. Mais à présent, on peut rester permanemment en contact avec les autres. De plus, Facebook permet à coup sûr de s’informer et d’apprendre un peu plus sur le monde21.

  • 22 Entretien du 29 juillet 2019.
  • 23 Entretien du 1er mars 2019.
  • 24 Entretien du 8 août 2019.

46AB « est partie sur Face » par curiosité, incitée par ses amis. Ce qui la motive à utiliser ce réseau depuis qu’elle a créé son compte il y a quelques jours, c’est la possibilité d’échanger avec ses amis et aussi de les retrouver virtuellement à tout moment. LO partage aussi cette vision des réseaux sociaux. « Il y a environ deux ans que je suis connectée aux réseaux sociaux pour pouvoir avoir les informations. J’ai non seulement les nouvelles de mes amis, mais je suis également l’actualité via ces réseaux »22, révèle-t-elle. Pour BO, de même, « le fait d’avoir plus d’ouverture et d’être en avance par rapport aux autres »23 est une véritable source de satisfaction. Par ailleurs, SR rapporte qu’il ne se sent plus seul bien qu’il soit dans un monde « fictif ». « Ça fait sept ans que je suis sur Facebook. Ce que je gagne c’est de pouvoir rester en contact avec mes amis. J’ai grandi à Ouahigouya, et étant présentement à Bobo, j’ai les nouvelles de mes amis, même de ceux qui ne sont plus là-bas »24, selon TS.

47La distraction est en outre une autre source de motivation pour se connecter. Plusieurs jeunes ont ainsi affirmé que Facebook est un lieu de distraction. Ce qui leur permet de changer d’idée et d’envisager la vie autrement.

  • 25 Entretien du 6 mars 2019.

48D’autres jeunes encore ont vu leur vie se transformer. « Depuis l’insurrection populaire, j’ai changé d’approche sur les réseaux sociaux, je sais que j’ai un moyen incontournable pour défendre mes idées », confie SD, un autre utilisateur de Facebook, avant d’ajouter que « dans les situations exceptionnelles comme pendant l’insurrection où on n’avait pas accès aux médias, Facebook a été notre dernier recours pour nous informer »25. Pour lui, comme pour les autres, la connexion sur les réseaux n’a pas de prix face à la diversité de l’information qu’ils leur apportent.

49Pour SS2, Facebook permet de résoudre des problèmes courants. Selon lui,

  • 26 Entretien du 8 juillet 2019.

Facebook est indispensable dans plusieurs domaines. Par exemple, actuellement, il y a des inscriptions qui se font en ligne dans les universités. Il peut arriver qu’au moment de la saisie des données, l’on soit bloqué. Dans ce cas, il suffit de faire une capture d’écran et de partager son problème sur Facebook. Quelqu’un vous répondra et vous aidera à poursuivre facilement l’inscription en ligne26.

50L’avènement des réseaux sociaux ouvre ainsi une nouvelle page dans la vie de ces jeunes et leur apporte l’espoir d’un avenir meilleur.

Outils efficaces

51Comme l’attestaient Mallein et Toussaint (op. cit.), les modalités d’appropriation des technologies dépendent des significations d’usage qui sont projetées et construites par les usagers. Les données de l’enquête montrent que l’engouement que suscitent les réseaux sociaux auprès des usagers découle très largement des représentations qu’ils s’en font. Mais avant d’y revenir, nous présentons quelques données de contexte issues de l’enquête de terrain.

WhatsApp pour les uns et Facebook pour les autres

52Les entretiens ont permis de conclure que trois réseaux nourrissent les fantasmes des jeunes : WhatsApp, Facebook et Messenger. Et ce sont effectivement les trois qu’ils utilisent principalement, les deux premiers étant de loin les plus usités. Plus de la moitié des internautes, soit 52 % d’entre eux, utilisent Facebook, 46 % utilisent WhatsApp, alors que seulement 2 % des interviewés recourent à Messenger.

  • 27 Entretien du 6 mars 2019.
  • 28 Entretien du 6 mars 2019.
  • 29 Entretien du 6 mars 2019.
  • 30 Entretien du 6 mars 2019.

53Ceux qui choisissent WhatsApp sont ceux qui privilégient les messages privés : « Je ne m’exprime pas beaucoup sur Facebook, je préfère aller sur WhatsApp c’est plus respectable »27 ; « WhatsApp est beaucoup plus restreint, il permet de rester en contact avec ses intimes »28 ; « N’importe quelle personne qui a une page sur Facebook peut être ton ami »29. « Avec WhatsApp l’information est fiable. La communication passe rapidement. Facebook est un lieu populaire »30, se défendent certains utilisateurs de WhatsApp pour qui Facebook serait trop populaire. Mais selon Marlène Loicq, cette caractéristique de Facebook constitue l’une de ses forces :

Les TIC, et plus précisément les réseaux sociaux tels que Facebook sont donc un moyen de communiquer dans la mesure où ils servent à échanger de l’information, mais aussi à organiser ses relations sociales en les faisant exister au-delà des rencontres dans l’ici et le maintenant, ceci rendant possible une construction active des sujets participants à l’échange (2011 : 47).

54Les réseaux sociaux permettent ainsi de nouvelles rencontres.

  • 31 Entretien du 6 mars 2019.

55Par ailleurs, très peu d’utilisateurs des réseaux sociaux font usage des émoticônes, parce qu’ils veulent éviter d’exposer leurs sentiments, comme l’explique DS : « On ne sait pas qui est qui »31. Il ajoute que le fait d’être ami avec des inconnus comporte des risques.

  • 32 Entretien du 6 mars 2019.

Facebook est public. Il suffit par inattention de publier une photo ou une information que vous n’avez pas envie de partager avec tout le monde. Et tout de suite, cela va faire la une sur la Toile et les gens vont se partager cela. À partir de ce moment, des gens vont faire des commentaires, et même utiliser vos images à d’autres fins. Ce qui est regrettable, c’est que votre vie privée se retrouve entre les mains de gens que vous ne connaissez pas. Par contre, avec WhatsApp, vous partagez vos informations avec vos contacts personnels, des gens dont vous êtes proches. Au lieu de vous critiquer lorsque vous balancez une photo inappropriée, vos contacts vont attirer votre attention, vous conseiller. C’est en cela que Facebook est différent de WhatsApp32,

56avance-t-il. Ce qui signifie que ces jeunes font preuve d’une certaine prudence dans leurs usages.

57En ce qui concerne la fréquence de la connexion, l’enquête a montré que 60 % des jeunes se connectent à des heures précises, alors que seulement 21 % restent connectés toute la journée sur les réseaux. Les autres (19 %) se connectent rarement.

  • 33 Entretien du 6 mars 2019.

L’on ne peut pas rester connecté durant toute la journée avec le coût de la communication qui est élevé. L’on se connecte à des occasions sauf lorsqu’il y a des offres promotionnelles. En ce moment, l’on prend de gros forfaits qui nous permettent de tenir pendant longtemps33,

  • 34 Entretien du 6 mars 2019.

58révèle DS. Le coût de la connexion explique donc le caractère occasionnel de la connexion. En effet, les forfaits Internet ont un coût relativement élevé par rapport au revenu des jeunes, la plupart des élèves et étudiants (environ 72 % des enquêtés). Ces résultats concordent avec ceux d’Évariste Dakouré (2011) qui a trouvé que les jeunes scolarisés de 15 à 25 ans font partie des utilisateurs les plus actifs sur les réseaux sociaux. Les autres enquêtés sont de jeunes travailleurs autonomes ou issus du secteur informel (20 %), alors qu’environ 8 % d’entre eux sont au chômage ou à la recherche d’un bon emploi. La majorité de ces jeunes qui sont à la charge de leurs parents n’ont donc pas assez de revenus pour se procurer un abonnement permanent à Internet. Ils sont plutôt attirés par les forfaits journaliers que leur proposent les opérateurs de téléphonie mobile (Orange Burkina, TELECEL et ONATEL). Ces forfaits de 10 Mo à 500 Mo coûtent entre 100 Fcfa (0,15 €) et 1 025 Fcfa (1,56 €). Les autres abonnements hebdomadaires ou mensuels de 1 Go à 10 Go, dont le coût varie de 2 000 Fcfa (3,05 €) à 15 000 Fcfa (22,90 €), sont hors de portée pour certains enquêtés. La plupart des enquêtés souscrivent au forfait journalier de 10 Mo à 100 Fcfa proposés par Orange Burkina. Ce qui démontre que ces jeunes ont très peu de ressources financières. Par ailleurs, Internet haut débit ne semble pas être une réalité dans le pays, malgré les campagnes publicitaires des opérateurs dans ce secteur. Les internautes ont souligné des difficultés à se connecter de façon stable au cours de la journée. C’est sans doute pour cette raison que plusieurs d’entre eux choisissent de se connecter tard dans la nuit pour profiter un tant soit peu de la fluidité du réseau. D’ailleurs, leur choix de WhatsApp peut être lié à cette « mauvaise » connexion. Le débit actuel de la 3G au Burkina Faso de 1,9 Mbit/s n’arrive plus à satisfaire les utilisateurs. L’application WhatsApp utilisée le plus souvent pour envoyer des textes ne consomme pas un gros volume de données téléchargeables, ce qui permet de disposer d’un temps de connexion plus long. Malgré le coût élevé de la connexion, ou même de la connexion Internet jugée de qualité médiocre par certains jeunes, ils continuent de se connecter dès que l’occasion se présente. Pas plus que ces aspects économiques, l’analphabétisme ne semble pas non plus constituer un frein aux usages. D’ailleurs, l’entretien avec IK a été fait en langue locale moore. Il ne sait pas s’exprimer en français, mais il dit aimer Facebook. « Je suis les informations et je regarde les photos. Je recherche les opportunités d’affaires »34, nous a-t-il confié dans sa langue maternelle. Cela confirme notre hypothèse sur les pouvoirs que les jeunes accordent aux réseaux sociaux. Les illettrés sont convaincus que les usages de ces réseaux sont le moyen de s’émanciper et de participer à la vie collective. Comme ils croient que ces réseaux peuvent changer leur vie, ils les utilisent, quelles que soient leurs conditions.

Des usages procédant des représentations des réseaux sociaux

59Comme souligné dans la partie théorique de cette étude, les technologies de l’information et de la communication remplissent des fonctions spécifiques (Schramm, 1966). L’enquête a ainsi montré que les usages des réseaux sociaux sont liés aux fonctions que les jeunes leur font remplir, comme en témoignent les données synthétisées dans le tableau ci-après.

Tableau 1. Les usages des réseaux sociaux par rapport aux fonctions attribuées à ces réseaux par les enquêtés

Tableau 1. Les usages des réseaux sociaux par rapport aux fonctions attribuées à ces réseaux par les enquêtés

Source : Données de l’enquête sur le terrain (du 1er mars au 8 août 2019).

60Facebook est utilisé à 50 % essentiellement pour informer et mobiliser les gens à travers des publications et à 40 % pour formuler des commentaires qui permettent de participer à la vie collective. Cela rappelle la fonction de lien social, d’unité, de convergence et de consolidation du lien social dont parle Philippe Chanial (1999). Facebook est par ailleurs privilégié pour interpeller les pouvoirs publics sans risquer d’être personnellement identifié. Depuis l’insurrection populaire, les réseaux sociaux, en particulier Facebook, sont considérés par beaucoup comme des moyens incontournables pour exprimer et défendre leurs opinions. Des publications et commentaires permettent de prendre la parole sur les sujets de son choix. Pour les usagers, ils sont aussi le gage de la diversité de l’information.

  • 35 Entretien du 6 mars 2019.

61Mais les réseaux sociaux prolongent et amplifient également le rôle communautaire que la radio remplit dans le contexte burkinabè : la diffusion des annonces et des communiqués. Ils cristallisent ainsi l’espoir de faire circuler le plus rapidement possible l’information au sein de la communauté et plus largement dans le cercle des connaissances. Il en est ainsi des personnes ou des objets que l’on veut retrouver. Facebook permet de retrouver des papiers perdus, comme en témoigne PZ : « Lorsqu’on perd des documents, on n’a plus besoin de faire de multiples communiqués à la radio. Avec Facebook, les gens se partagent l’information et très vite l’on retrouve ce que l’on cherche »35. Cela marche même pour retrouver les enfants qui sortent et qui se perdent : « Il suffit de mettre leurs photos et de laisser des contacts téléphoniques, on arrive à les retrouver facilement avec Facebook. Facebook nous facilite beaucoup la vie » (ibid.). Facebook se trouve ainsi détourné à des fins conformes aux intérêts de ces jeunes. Ces usagers sont donc capables de créativité pour atteindre leurs objectifs (Certeau, 1990).

62Le recours aux réseaux sociaux s’explique aussi par le fait que les gens croient à la promesse qu’ils rendent leur vie meilleure, comme le dit Mbembe (op. cit.) à la suite de Negroponte (op. cit.). WhatsApp devient ainsi le réseau des bonnes affaires par excellence. Plus de la moitié de ses utilisateurs espèrent y trouver leur compte au quotidien. Ils recherchent des offres alléchantes de produits qu’ils sont en mesure d’acheter ou des objets qui leur conviennent à travers les images et vidéos mises en circulation par les connaissances. La rencontre de la marchandise et de la technologie pave ainsi « le chemin d’une nouvelle ère de l’animisme », pour reprendre l’expression de Mbembe (op. cit.).

63Par ailleurs, beaucoup utilisent les réseaux sociaux pour échanger avec leurs amis ou pour les retrouver virtuellement à tout moment. Ils y recourent également pour faire de nouvelles rencontres. Ils retissent ou tissent les liens par l’information et par la communication. On retrouve ici le rêve de tous les ingénieurs prophètes (Long, 2008) qui ont inventé ces outils, celui de rendre les liens sociaux à la fois plus chaleureux et plus communautaires (Maffesoli et De Lemos Martins, op. cit.). Mais la distraction n’est pas une motivation à négliger non plus. Plusieurs jeunes ont ainsi affirmé que Facebook est un lieu de distraction. Les commentaires, les messages privés, les mentions « j’aime » et les partages sont utilisés pour se distraire. Ce qui leur permet de changer d’idée et d’envisager la vie autrement. Les prédictions de Serge Proulx (1995), pour qui l’usage des technologies de l’information et de la communication est fonction des besoins psychologiques ou psychosociologiques des utilisateurs, trouvent ici à s’illustrer une nouvelle fois.

Du bon usage des réseaux sociaux

  • 36 Entretien du 8 août 2019.
  • 37 Entretien du 1er mars 2019.

64Cependant, malgré l’espoir d’une vie meilleure placé dans les réseaux sociaux, les jeunes ne sont pas dupes. Certains se focalisent principalement sur ce qu’ils peuvent espérer obtenir de ces réseaux, sans plus. D’ailleurs, la plupart des enquêtés, ceux de 25 ans ou plus, ont avancé que toutes les informations qui circulent sur Facebook ne se valent pas. Ils reconnaissent ainsi la nécessité de développer un esprit critique pour trier, suivre et publier les meilleures informations (cf. Perriault, op. cit.). « Facebook est une poubelle d’informations, tout y est. Il faut un minimum de bagages pour surfer sur ce réseau, c’est-à-dire la capacité de synthétiser, d’analyser, car on ne peut pas tout prendre »36, selon SS. SD, quant à lui, recommande aux plus jeunes la plus grande vigilance sur les réseaux sociaux. La question de Serge Proulx (2002) sur les compétences des usagers rencontre ici un écho particulier. Les individus apparaissent-ils suffisamment « compétents » pour circuler à leur aise dans le nouvel environnement informationnel aujourd’hui ? Sans formation à la pensée critique au préalable, la navigation sur les réseaux sociaux apparaît bien périlleuse pour les plus jeunes. « Quand on est jeune, on veut faire du buzz sur les réseaux sociaux. Mais il faudrait faire attention pour éviter les dérives. Il y a des gens qui ont bravé les mœurs sur Facebook, allant jusqu’à poster des images suggestives. Et cela peut avoir de lourdes conséquences dans le futur »37, regrette SD tout en insistant sur le fait que les informations sur les réseaux n’ont pas toutes la même importance.

  • 38 Entretien du 29 juillet 2019.

Des fois, il y a des publications sur Facebook qu’on ne peut même pas regarder. Mais tout n’est pas mauvais, il y a des groupes assez sérieux sur ce réseau. Par exemple le groupe « Préparation des concours directs » apporte beaucoup en matière de connaissances. Il y a aussi le groupe « Comment apprendre à s’exprimer en français ». Tout dépend de ce qu’on cherche38

  • 39 Entretien du 1er mars 2019.
  • 40 Entretien du 8 août 2019.
  • 41 Entretien du 8 août 2019.
  • 42 Entretien du 1er août 2019.

65conseille LO. Tout comme AM, certains jeunes sont formels : « Tout ce qui est sur Facebook n’est pas important. Il faut savoir trier ce qui est bon, car il y a beaucoup d’informations inutiles. Il faut savoir analyser, il ne faut pas tout prendre. Souvent, ce n’est que du montage. Il y a des gens qui inventent des histoires »39. Être conscients que les réseaux sociaux peuvent être des vecteurs de fausses informations est néanmoins une étape que les plus jeunes n’ont pas encore franchie. Les former, comme le préconise Danielle Bougaïré-Zangreyanagho (2015), apparaît donc comme une nécessité. Les plus jeunes utilisateurs en effet, environ 14 % ayant moins de 20 ans, déclarent utiliser les réseaux sociaux pour montrer à leurs camarades qu’ils sont branchés. C’est une forme de distraction pour eux. Et pour montrer qu’ils sont branchés, tous les moyens sont bons. Ils expliquent par exemple qu’ils publient les photos de ce qu’ils font au quotidien, qu’importe l’activité. Lorsqu’ils ont un peu de temps à l’école, ils passent la récréation en ligne, à partager des photos avec leurs amis, pour rester en contact avec eux. Ils reconnaissent qu’ils s’expriment sans tabous lorsqu’ils sont entre amis. Ils sont totalement immergés dans les réseaux sociaux lorsqu’ils disposent d’un petit laps de temps, même à l’école. Selon YL, « il y a des choses indésirables sur Facebook. C’est pourquoi il faudrait l’interdire aux enfants de moins de 15 ans »40. En général, les parents ne savent pas tout ce qu’ils font sur les réseaux sociaux. SN, collégienne, raconte pourtant que ses parents savent qu’elle est sur les réseaux sociaux, mais elle ne dit pas si ses parents suivent toutes ses publications. En général, entre amis, ces jeunes se retrouvent dans des groupes fermés, faisant des réseaux un espace entre « copains ». Pourtant, tous les jeunes n’approuvent pas cette manière d’utiliser les réseaux sociaux. « Il y a des gens qui se plaisent à publier sur la page des autres. Ils publient des images ou des choses que toi-même tu n’aimes pas. Sincèrement ce n’est pas bon. Ils n’ont qu’à arrêter »41, préconise GS. Loin des regards des adultes, ces jeunes ont la latitude de s’exprimer, d’être ce qu’ils sont. Ce qui amène OS à recommander de faire preuve de plus de discrétion dans les usages : « Il y a des gens qui s’exposent sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas tout qu’il faut montrer aux yeux du monde. Chacun doit savoir les utiliser pour éviter d’être victime de ces outils… Les réseaux sociaux sont un mal nécessaire »42.

Conclusion

66Les hypothèses émises dans le cadre de cette étude nous semblent corroborées. Nous constatons, d’une part, que les représentations des réseaux sociaux puisent largement dans le registre mystique et, d’autre part, que ces représentations influencent les usages et les pratiques des réseaux sociaux. L’unique surprise vient de la lucidité que les usagers conservent malgré les apparences. Si ces croyances mythiques aux technologies numériques guident leurs usages, elles ne les embrigadent pas totalement pour autant. Cependant, l’éducation aux nouveaux médias doit rester une priorité pour que ces usages développés par ces jeunes ne conditionnent pas outre mesure leurs représentations du monde et n’entravent pas leur liberté d’action. Pour les chercheurs, la réflexion doit se faire en envisageant les possibilités offertes par ces réseaux, tout en gardant une distance suffisante à l’égard des représentations idylliques et illusoires qu’ils mobilisent. Pour ce faire, les médias peuvent rendre compte de l’actualité de ces questions au travers de conférences, de journées d’étude, de séances de sensibilisation qui interrogent les avantages comme les dangers de l’utilisation des réseaux sociaux. Les dernières Universités africaines de la communication de Ouagadougou sur le thème de l’utilisation des réseaux sociaux ont abouti à la conclusion que les réseaux sociaux ne sont pas une zone de non-droit. Il semble souhaitable sur ce terrain que des mesures de régulation légales se mettent en place. Le régime juridique applicable est prévu entre autres par l’article 6 de la Constitution et 53 de la loi 10-2004/AN portant sur la protection des données personnelles. Ces articles visent spécifiquement les faits de diffamation, d’injure, d’atteinte à l’intimité de la vie privée, ainsi que les montages de voix ou d’image ; les personnes punissables étant l’auteur de la publication incriminée, mais aussi celles qui contribuent à la propager en la « likant », en la partageant ou en la soutenant. Ce faisant, un autre risque apparaît : les libertés individuelles ne risquent-elles pas d’être remises en cause par les pouvoirs publics au nom de l’intérêt de la communauté ?

67Nous conclurons sur quelques limites de cette étude, dont la principale réside sans doute dans les conditions du terrain. La durée de l’enquête n’a finalement pas permis d’observer, ne serait-ce que de façon rapide, les pratiques effectives des usagers pour les confronter ensuite à leurs déclarations. Par ailleurs, les conditions dans lesquelles les entretiens ont eu lieu n’ont pas permis de prendre plus de temps avec chaque interlocuteur, sans compter que certains se sont montrés peu prolixes. Une dernière limite concerne le critère qui a présidé aux choix des médias dont les contenus ont été retenus. Ces médias sont incontestablement les plus lus et ceux qui génèrent le plus d’engagement, mais il eût été sans doute important de voir ce qui se dit ailleurs pour diversifier les sources. En ce sens, cette étude mériterait d’être reconduite en y intégrant deux autres variables : le parcours individuel des utilisateurs et leurs retours sur expérience. Cela permettrait de savoir par exemple si les expériences de satisfaction et de déception liées aux usages renforcent ou atténuent selon le cas la croyance mythique au pouvoir économique, social et politique des réseaux sociaux.

Haut de page

Bibliographie

ABID, Nader et al. (2011), « Le rôle des médias et des TIC dans les révolutions arabes : l’exemple de la Tunisie », Chimères, 75 : 219-235. [En ligne]. https://www.cairn.info/revue-chimeres-2011-1-page-219.html?contenu=article. Page consultée le 8 janvier 2020.

ABRIC, Jean-Claude (dir.) (1994), Pratiques sociales et représentations, Paris, Presses universitaires de France.

ALEXA. [En ligne]. http://www.alexa.com. Page consultée le 8 janvier 2020.

ALINO FASO. [En ligne]. https://www.facebook.com/alino.faso. Page consultée le 8 janvier 2020.

ARCEP (2018), Rapport public d’activités 2017, Ouagadougou. [En ligne]. http://www.arcep.bf/download/publications-rapports-annuels/RAPPORT-PUBLIC-DACTIVITES-2017-ARCEP.pdf. Page consultée le 8 janvier 2020.

AWENENGO-DALBERTO, Séverine (2011), « Sénégal : les nouvelles formes de mobilisations de la jeunesse », Les Carnets du CAP, p. 37-65.

BÂ, Abdoul (2003), Internet, cyberespace et usages en Afrique, Paris, L’Harmattan.

BERNARD, Yohan (2004), « La netnographie : une nouvelle méthode d’enquête qualitative basée sur les communautés virtuelles de consommation », Décisions Marketing, 36 : 49-62. [En ligne]. https://www.jstor.org/stable/40593000?seq=1. Page consultée le 8 janvier 2020.

BONARDI, Christine et Nicholas ROUSSIAU (1999), Les représentations sociales, Paris, Dunod.

BOUGAÏRÉ-ZANGREYANAGHO, Danielle (2015), « L’autonomisation des jeunes Burkinabè face à Internet », dans Laurence CORROY-LABARDENS, Francis BARBEY et Alain KIYINDOU (dir.), Éducation aux médias à l’heure des réseaux, Paris, L’Harmattan, p. 139-149.

BOULLIER, Dominique (1984), « Usages du videotex et utopie techniciste », Réseaux, 2(6) : 21-36.

BOULLIER, Dominique (2016), Sociologie du numérique, Paris, Armand Colin.

BURKINA24. [En ligne]. https://www.burkina24.com/. Page consultée le 8 janvier 2020.

CERTEAU, Michel de (1990), L’invention du quotidien, I : Arts de faire, édition de Luce GIARD, Paris, Gallimard, Coll. « Folio essais », no 146.

CHANIAL, Philippe (1999), « Le projet utopique des sciences sociales : le paradigme de l’association », Quaderni, 40 : 79-95.

COLLET, Hervé (2007), Qu’est-ce que la communication sociale ? [En ligne]. http://www.colisee.org/article.php?id_article=2280. Page consultée le 8 janvier 2020.

DAKOURÉ, Évariste (2011), Promotion de dispositifs multimédia au Burkina Faso : pratiques, discours et stratégies d’acteurs. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Philippe QUINTON, Grenoble, Université Stendhal Grenoble 3, Grenoble.

DE SOLA POOL, Ithiel (1963), « The role of communication in the process of modernization and technological change », dans Bert HOSELITZ et Wilbert MOORE (dir.), Industrialization and Society [Proceedings], Paris, UNESCO-Mouton.

FACEBOOK, « Blaise Compaoré doit partir ». [En ligne]. http://www.facebook.com/pages/Blaise-Compaore-DOIT-Partir/193268870716006. Page consultée le 8 janvier 2020.

ISCOM. [En ligne]. www.iscom-bf.net. Page consultée le 8 janvier 2020.

Koselleck, Reinhart (1990), Le Futur passé, contribution à la sémantique des temps historiques, traduit de l'allemand par Jochen HOOCK et Marie-Claire HOOCK, Paris, Éditions de l'EHESS.

LE BALAI CITOYEN. [En ligne]. https://www.facebook.com/CitoyenBalayeur/. Page consultée le 8 janvier 2020.

LEFASO.NET. [En ligne]. http://lefaso.net. Page consultée le 8 janvier 2020.

Lerner, Daniel (1958), The Passing of the Traditional Society: Modernizing the Middle East, New York, Free Press.

LES ÉCHOS. [En ligne]. http://www.lesechos.fr. Page consultée le 8 janvier 2020.

LOICQ, Marlène (2011), « Facebook se paye ma tête ? Ou ce que dit l’image de profil… », dans Laurence CORROY-LABARDENS et Marie-Christine LIPANI-VAISSADE (dir.), Jeunes et médias, les cahiers francophones de l’éducation aux médias. La culture médiatique des jeunes : Des objets populaires méprisés ?, Paris, Publibook, p. 43-68.

LONG, Olivier (2008), « Prophètes du virtuel ? », Nouvelle Revue d’esthétique, 1(1) : 97-99.

MAFFESOLI, Michel et Moisés DE LEMOS MARTINS (2011), « À propos de l’imaginaire des médias », Sociétés, 111(1) : 5-9.

MALLEIN, Philippe et Yves TOUSSAINT (1994), « L’intégration sociale des technologies d’information et de communication : une sociologie des usages », TIS, 6(4) : 315-335.

MARCOS, Maria Lucília (2017) « La communauté en tension : critique de la transparence

MBEMBE, Achille (2017), « Afrocomputation », Multitudes, 69(4) : 198-204. [En ligne]. https://doi.org/10.3917/mult.069.0198. Page consultée le 15 mars 2020.

McLUHAN, Marshall (1968), War and Peace in the Global Village, en collaboration avec Quentin FIORE and Jerome AGEL, New York, Bantam.

MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE NUMÉRIQUE, DES POSTES ET DES TÉLÉCOMMUNICATION (2018), Stratégie nationale de développement de l’économie numérique 2018-2027, Ouagadougou.

MOUVEMENT BLAISE COMPAORÉ, « Mouvement Blaise Compaoré doit partir ». [En ligne]. http://www.facebook.com/groups/revolutionburkina2011/. Page consultée le 8 janvier 2020.

NEGROPONTE, Nicholas (1997), L’homme numérique. Comment le multimédia et les autoroutes de l’information vont changer votre vie, traduction par Michèle GARÈNE, Paris, Pocket.

ORLIKOWSKI, Wanda Janina (1999), « L’utilisation donne sa valeur à la technologie », L’Art du management de l’information. Les Échos, 8 : 6.

OUÉDRAOGO, Mahamoudou et Joachim TANKOANO (2001), Internet au Burkina Faso : réalités et utopies, Paris, L’Harmattan.

PARÉ, Cyriaque (1999), L’utilisation d’internet dans la presse écrite francophone : le cas du Burkina Faso. Mémoire de Diplôme universitaire de Recherches, sous la direction de Annie LENOBLE-BART, Bordeaux, Université de Bordeaux 3.

PERRIAULT, Jacques (2001), « Instruire, éduquer », Les cahiers de médiologie, 1(11) : 228-231.

PRÉSIMÈTRE. [En ligne]. www.presimetre.bf. Page consultée le 8 janvier 2020.

PROULX, Serge (1995), « Les perspectives d'analyse des médias : des effets aux usages », Les Cahiers de la Sécurité intérieure, 20 : 60-69.

PROULX, Serge (2002), « Trajectoires d’usages des technologies de communication : les formes d’appropriation d’une culture numérique comme enjeu d’une société du savoir », Annales des télécommunications, 57(3-4) : 180-189.

PROULX, Serge (2005), « Penser les usages des technologies de l’information et de la communication », dans Lise VIEIRA et Nathalie PINÈDE (dir.), Enjeux et usages des TIC : aspects sociaux et culturels, tome 1, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, p. 7-20.

RÉPUBLIQUE DU GRINÉ. [En ligne]. https://www.facebook.com/republiquedugrin/. Page consultée le 8 janvier 2020.

ROGERS, Everett (1962), Diffusion of Innovations, première édition, New York, Free Press of Glencoe.

ROUQUETTE, Michel-Louis (1998), La communication sociale, Paris, Dunod.

SCHRAMM, Wilbur (1964), Mass Media and National Development, Stanford, Stanford University Press.

SCHRAMM, Wilbur (1966), L’information et le développement national : le rôle de l’information dans les pays en voie de développement, Paris, UNESCO. 

SMOCKEY. [En ligne]. https://www.facebook.com/smockeyofficiel/. Page consultée le 8 janvier 2020.

SOULEYMANE OUÉDRAOGO dit Basic.Soul. [En ligne]. https://www.facebook.com/ouedraogo.souleymane.Basic.Soul. Page consultée le 8 janvier 2020.

TOURÉ, Naïm. [En ligne]. https://www.facebook.com/naim.toure. Page consultée le 8 janvier 2020.

UTARD, Jean-Michel (2002), « La presse en ligne », Médiamorphoses, 4 : 19-22.

WAMÉ, Baba (2005), Internet au Cameroun : les usages et les usagers. Essai sur l’adoption des technologies de l’information et de la communication dans un pays en voie de développement. Thèse de doctorat sous la direction de Francis BALLE, Paris, Université de Paris II (Panthéon-Assas). [En ligne]. http://www.afrik.com/IMG/doc. Page consultée le 22 octobre 2018.

ZOUARI, Khaled (2014), Internet, la démocratie numérique et la révolution tunisienne : entre utopies, mythes et réalités, Actes du 6Colloque spécialisé en sciences de l’information (COSSI), Institut d’administration des entreprises-Université de Poitiers.

Haut de page

Notes

1 En 2014, le taux d’alphabétisation en français de la population de 15 ans ou plus était de 28 %, selon les résultats de l’Enquête multisectorielle (EMC) 2014. [En ligne]. http://www.insd.bf/n/contenu/enquetes_recensements/Enq_EMC/Alphab%E9tisation_et_scolarisation.pdf. Page consultée le 6 septembre 2019.

2 Déclaration faite pour Les Échos, no 18 029, 19 et 20 novembre 1999.

3 Secteurs 1, 2 et 3.

4 [En ligne]. http://lefaso.net/spip.php?article73272. Page consultée le 23 mars 2019.

5 [En ligne]. http://www.alexa.com. Page consultée le 19 janvier 2019.

6 [En ligne]. https://lefaso.net/spip.php?article68542. Page consultée le 8 janvier 2020.

7 [En ligne]. http://www.facebook.com/pages/Blaise-Compaore-DOIT-Partir/193268870716006 et http://www.facebook.com/groups/revolutionburkina2011/. Page consultée le 25 septembre 2015.

8 [En ligne]. https://lefaso.net/spip.php?article83842. Page consultée le 24 mars 2019.

9 [En ligne]. http://lefaso.net/spip.php?article66591. Page consultée le 26 mars 2019.

10 L’Association des blogueurs du Burkina (ABB).

11 La Ligue panafricaine des webactivistes et blogueurs pour la démocratie (Africtivistes).

12 Le Présimètre est une plateforme de partage d’informations entre des groupes de la société civile travaillant sur la gouvernance démocratique pour renforcer la collaboration, le plaidoyer et rendre possible une réponse rapide aux dysfonctionnements dans la gestion des politiques publiques. [En ligne]. www.presimetre.bf. Page consultée le 8 janvier 2020.

13 Pour respecter le choix de nos interviewés qui ont préféré l’anonymat, nous les désignons par les initiales de leurs nom et prénom.

14 Entretien du 6 mars 2019.

15 Entretien du 1er mars 2019.

16 Entretien du 1er mars 2019.

17 Entretien du 6 mars 2019.

18 Entretien du 6 mars 2019.

19 Entretien du 1er mars 2019.

20 Entretien du 6 mars 2019.

21 Entretien du 1er mars 2019.

22 Entretien du 29 juillet 2019.

23 Entretien du 1er mars 2019.

24 Entretien du 8 août 2019.

25 Entretien du 6 mars 2019.

26 Entretien du 8 juillet 2019.

27 Entretien du 6 mars 2019.

28 Entretien du 6 mars 2019.

29 Entretien du 6 mars 2019.

30 Entretien du 6 mars 2019.

31 Entretien du 6 mars 2019.

32 Entretien du 6 mars 2019.

33 Entretien du 6 mars 2019.

34 Entretien du 6 mars 2019.

35 Entretien du 6 mars 2019.

36 Entretien du 8 août 2019.

37 Entretien du 1er mars 2019.

38 Entretien du 29 juillet 2019.

39 Entretien du 1er mars 2019.

40 Entretien du 8 août 2019.

41 Entretien du 8 août 2019.

42 Entretien du 1er août 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les usages des réseaux sociaux par rapport aux fonctions attribuées à ces réseaux par les enquêtés
Légende Source : Données de l’enquête sur le terrain (du 1er mars au 8 août 2019).
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/11192/img-1.png
Fichier image/png, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Damome, Aminata Ouédraogo et Élodie Alimata Tapsoba, « Vision et usages enchantés des réseaux sociaux numériques au Burkina Faso »Communication [En ligne], vol. 37/1 | 2020, mis en ligne le , consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/11192 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.11192

Haut de page

Auteurs

Étienne Damome

Étienne Damome est maître de conférences habilité à diriger les recherches en Sciences de l’information et de la communication au sein du MICA (Médiation, Information, Communication, Art), Université Bordeaux Montaigne. Courriel : etienne.damome@u-bordeaux-montaigne.fr

Aminata Ouédraogo

Aminata Ouédraogo est doctorante en sciences de l’information et de la communication, Université Bordeaux Montaigne. Courriel : ouedraogoaminata64@yahoo.fr

Élodie Alimata Tapsoba

Élodie Alimata Tapsoba est doctorante en sciences de l’information et de la communication, Université Bordeaux Montaigne. Courriel : elodie.tapsoba@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search