Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/1RecherchesLa malédiction de Giverny

Recherches

La malédiction de Giverny

Vivre dans un tableau impressionniste
Adeline Clerc-Florimond et Lylette Lacôte-Gabrysiak

Résumés

Giverny est un village normand qui a servi pendant plus de quarante ans (de 1883 à 1926) de résidence principale à Claude Monet, le chef de file de l’impressionnisme. Giverny est présenté comme un lieu exceptionnel créé par un grand artiste, il s’en dégage une image idéale, romantique qui ne fait que renforcer le mythe d’un jardin extraordinaire qu’il faut absolument visiter. Les auteures s’intéressent à la réalité d’un territoire tiraillé entre développement touristique et bien-être de sa population. Un endroit à visiter sans doute mais est-ce un endroit où vivre ?

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves:

Monet, Giverny, mito, turismo, bienestar
Haut de page

Texte intégral

Monsieur Monet, que l’hiver ni

L’été en vision ne leurre

Habite, en peignant, Giverny

Sis auprès de Vernon, dans l’Eure

(adresse d’une lettre de Stéphane Mallarmé à Claude Monet, dans Bonafoux, 2010 : 18).

1Giverny est un village normand qui a servi pendant plus de quarante ans (de 1883 à 1926) de résidence principale à Claude Monet, le chef de file de l’impressionnisme. C’est aussi un haut lieu touristique. Son originalité se loge dans sa principale attraction : un jardin. Un jardin de particulier, celui de l’artiste, loin des royales plantations de Versailles. Attenant à la maison de Monet, le premier jardin est appelé le Clos Normand. C’est un « jardin de peintre » qui présente aux visiteurs une palette de couleurs renouvelée au fil des floraisons et des saisons. Plus loin, un petit souterrain mène au jardin d’eau et à son célèbre bassin aux nymphéas. Certes, les deux jardins représentent une superficie limitée, mais ils font l’objet de l’intérêt du public et la réputation du village.

2Au-delà des jardins de Monet, que voit-on quand on visite aujourd’hui Giverny ? Ce qui domine, ce sont les couleurs et les arrangements floraux. Outre les jardins du peintre, c’est le village dans son entier qui, par métonymie, s’apparente à un grand jardin. Tout n’y est que fleurs. Il y a même des visiteurs d’un jour qui profitent de leur passage pour planter quelques bulbes sur le bord des chemins. On trouve des jardins au restaurant Baudy, au musée des impressionnismes et même des nymphéas en bassine devant l’Office du tourisme, les trois étant sis dans la rue principale, la rue Claude Monet bien sûr. Il s’agit donc d’un tout petit périmètre qui concentre les 500 à 700 000 touristes qui viennent annuellement visiter ce village de 512 âmes.

3On peut alors se demander comment cela est vécu par les habitants. Nous nous intéresserons à la réalité d’un territoire tiraillé entre développement touristique et bien-être de sa population. Afin de répondre à cette question, nous nous sommes rendues à deux reprises à Giverny pour des phases d’observations participantes, par un jour d’été au milieu de la foule pressée et par un jour d’hiver dans des rues totalement désertées. Nous avons effectué des entretiens auprès du maire de Giverny, d’un responsable de la Maison du Tourisme Normandie-Giverny, d’une Givernoise, mais aussi auprès d’auteurs de romans récents ayant pour cadre Giverny (Renée Bonneau, Michel Bussi et Frédéric Révérend). Dans ces ouvrages comme dans beaucoup d’autres documents depuis le xixe siècle, Giverny est présenté comme un lieu exceptionnel créé par un grand artiste, il s’en dégage une image idéale, romantique, qui ne fait que renforcer le mythe d’un jardin extraordinaire qu’il faut absolument visiter. Un endroit à visiter sans doute, mais est-ce un endroit où vivre ?

Vivre dans un jardin

4L’attrait premier du village demeure donc les jardins, les professionnels du tourisme et les commerçants installés sur place l’ont bien compris. « Il n’y a pas d’ambiguïté : les gens viennent voir les jardins. Les étrangers vous citent les noms des fleurs, ils citent leurs noms latins. Ce sont des passionnés d’où les lettres de réclamation qu’on reçoit quand ils ne peuvent pas admirer calmement le jardin de Monet » (entretien, Claude Landais, maire de Giverny, 8 août 2016). Un des responsables de la Maison du Tourisme Normandie-Giverny abonde en ce sens : « On vient surtout pour voir les fleurs et les prendre en photos » (entretien, 8 août 2016). Les souvenirs proposés sont avant tout des bulbes, du matériel de jardinage, des beaux livres sur les jardins.

  • 1 Cette fondation gère la maison et les jardins de Monet dont elle a hérité à la suite de la mort du (...)
  • 2 Rappelons que Monet, quand il s’est installé à Giverny, a attiré une colonie d’artistes principalem (...)
  • 3 Le tourisme est défini comme « les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages (...)
  • 4 On compte 180 000 visiteurs seulement au musée des impressionnismes en 2018 contre 700 000 pour la (...)
  • 5 « Les restos ferment à partir de novembre, les boutiques aussi. Il y a une fermeture entre le 15 no (...)
  • 6 « On y [à Giverny] croise photographes, sculpteurs ou peintres en résidence à la Fondation Claude M (...)
  • 7 « Monet est saturé le samedi et le dimanche. Il y a trop de monde » (entretien, Claude Landais, mai (...)
  • 8 « Pendant le mois de mai au niveau des ponts : grand soleil et là record à Giverny parce qu’il y av (...)

5Toutefois, à cette vision idyllique de Giverny (explosion de fleurs et de couleurs, témoin d’un passé pictural) s’ajoute celle de la foule, pressée, pressante, envahissante qui, tous les ans, occupe ce tout petit village, faisant de celui-ci un simple décor et de ceux qui l’habitent d’amusants figurants. L’indépendance revendiquée de la municipalité conduit également à de nombreux paradoxes : comment une si petite commune peut-elle gérer les contraintes liées à un tel afflux de visiteurs ? Les derniers chiffres communiqués par les responsables de la Fondation Claude Monet-Giverny, dépendante de l’Académie des beaux-arts1, parlent de 46 % de visiteurs venus de l’Hexagone contre 54 % de l’étranger. Les Américains sont toujours les plus nombreux2. Les autres touristes étrangers sont anglais, australiens, chinois, japonais et coréens. Si l’on reprend la définition du terme de tourisme donnée par la Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services, les personnes en visite à Giverny ne sont pas considérées comme des touristes, mais comme des excursionnistes puisque la plupart d’entre elles restent seulement une demi-journée, au plus une journée sur place3. En effet, quelques heures suffisent à boucler le parcours touristique de Giverny qui, dans la grande majorité des cas, se résume à la maison et aux jardins de Monet, auxquels s’ajoute éventuellement la visite du musée des impressionnismes4. Ces gens qui viennent consommer pour quelques heures un bout de jardin et qui repartent dans leur autobus représentent un véritable défi pour la commune. La cohabitation entre excursionnistes, touristes, résidents principaux, résidents secondaires et saisonniers donne lieu à un village à double vitesse. Que signifie pour ces Givernois la vie dans ce village en butte aux hordes touristiques ? Cela signifie déjà que Giverny vit au rythme d’un jardin : en pleine effervescence la moitié de l’année et en sommeil l’autre moitié. Une fois l’automne arrivé, les feuilles tombent et tous les commerces ferment leurs portes pour ne rouvrir qu’au printemps suivant5. La haute saison touristique est, quant à elle, rythmée par un programme relativement dense d’activités artistiques et culturelles6. Habitants et professionnels de la culture et du tourisme déplorent parfois une forme de « saturation », précisément le week-end7. Celle-ci se manifeste notamment par les temps d’attente pour visiter la maison et les jardins de Monet8. La gestion des flux touristiques devient chaque année, pendant près de six mois, le problème majeur des professionnels de la culture, des élus locaux et des Givernois.

6À un Giverny de carte postale s’oppose donc un village qui connaît les mêmes difficultés administratives et financières que n’importe quel village (fermeture des commerces de proximité, menace de fermeture de l’école primaire, mise en place du tout-à-l’égout), mais auquel il faut ajouter la présence massive de touristes sur une période réduite et dans un espace concentré. Le maire et ses élus occupent une position compliquée d’autant plus que le tourisme est perçu comme source de nombreuses contraintes sans contreparties jugées satisfaisantes, sauf pour les professionnels du tourisme installés à Giverny (commerces et hébergement). « On partage le prestige, les honneurs, la qualité, mais ça s’arrête là, les emmerdes, personne ne les partage. Tout le monde est très exigeant avec nous » (entretien, Claude Landais, maire de Giverny, 8 août 2016). Cet habitant issu d’une famille implantée de longue date à Giverny s’agace :

Rien n’est reversé au village. Nous, habitants, devons payer les installations pour la sécurité du village, les bornes anti-intrusion aux caméras de vidéosurveillances, mais également les toilettes publiques et l’entretien des parkings. Pendant ce temps, les mares sont en train de pourrir, l’assainissement n’a pas été fait depuis quarante ans (Mick, 2019).

7Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les problèmes liés à la présence touristique relèvent bien souvent de l’anecdotique mais, à répétition, ils occasionnent d’importantes nuisances : « On a des amis qui sont sur la rue Claude Monet et c’est le binz total. Et encore ça va mieux depuis qu’on a les toilettes publiques. Avant ça, les gens entraient dans les propriétés pour faire leurs besoins » (entretien, habitante de Giverny, 9 août 2016). Le maire de Giverny se remémore les mêmes types de désagréments : « On trouve souvent chez nous des gens assis sur nos pelouses qui se croient chez eux. On nous demande des choses particulières : utiliser nos toilettes, téléphoner, un tire-bouchon, un pot de moutarde. Ils arrivent encore à m’étonner » (entretien, 8 août 2016). Rapidement, on comprend que le fond du problème concerne les prises de décision politiques quant à l’aménagement d’un territoire touristique. Comme bien souvent, « des conflits peuvent survenir dans le choix d’investissement des collectivités : privilégier des infrastructures touristiques au détriment d’autres infrastructures, des lieux touristiques (les centres historiques) au détriment d’autres lieux (les quartiers périphériques) » (Delaplace et Simon, 2017 : 42). Une habitante abonde en ce sens :

Les pouvoirs publics installent le wifi dans la rue principale, sur le parcours de la Seine à vélo, alors qu’Internet fonctionne très mal à l’extrémité du village. Et le distributeur automatique de billets est, quant à lui, activé uniquement pendant la saison touristique. […] Giverny est coupé en deux aujourd’hui. Chacun reste dans son coin pour préserver ses intérêts et c’est sans doute ce que nous avons de mieux à faire (Mick, op. cit.).

  • 9 Il s’agit d’un regroupement d’habitants résidant notamment dans les rues adjacentes de la rue Claud (...)
  • 10 En référence au 9 3 qui reprend le numéro administratif du département de Seine-Saint-Denis en péri (...)

8La création du collectif « les Givernois en colère »9 est symptomatique des difficultés de gestion des espaces publics à vocation commerciale et touristique de Giverny. La revendication première des habitants concernés est l’absence de concertation, ce qui semble être le cas de tout territoire où touristes et habitants se côtoient (Delaplace et Simon, op. cit.). Une « Givernoise en colère » déclare lors d’un entretien (30 janvier 2018) que des habitants quittent le village par lassitude du fait de ne pas être entendus par le conseil municipal, le dernier point de discorde concernant le raccordement tardif des rues excentrées de la rue Monet au tout-à-l’égout. Ce collectif est constitué d’habitants vivant « en périphérie » de Giverny, c’est-à-dire dans une autre rue que la rue Claude Monet. Eux-mêmes s’autodéfinissent ainsi et déclarent vivre dans des quartiers spécifiques, « oubliés », comme le très ironique « 9 cube de Giverny »10. À l’image d’une ville, les termes employés comme « cœur de ville », « quartier », « micro-quartier » (entretien, habitante de Giverny, 30 janvier 2018) rendent compte d’une forme de cloisonnement dans une superficie certes réduite, mais reconstituant des logiques et des rapports de force à échelle de quartiers.

Vivre dans le village d’un peintre

  • 11 L’étude porte sur les habitants de la ville de Nancy ; la fierté qu’ils éprouvent à l’égard de leur (...)

9Par ailleurs, notons qu’au cours de notre enquête, contrairement à ce que nous avons pu observer lors d’une précédente étude portant sur l’attachement d’une population à son patrimoine11, nous n’avons pas observé ce sentiment de fierté que les habitants de Giverny pourraient avoir à vivre dans un village connu dans le monde entier. Cet attachement au patrimoine local n’est que très peu perceptible. Une Givernoise (entretien, 9 août 2016) déclare connaître des habitants qui ne sont jamais allés voir les jardins de Monet (« ça ne les intéresse pas »). Dans l’ensemble, les habitants ne sont pas ce qu’Anne Watremez (2008) nomme des « pratiquants ordinaires du patrimoine ». Sans doute car le patrimoine en question est avant tout caché : les jardins de Monet et le musée des impressionnismes ne sont accessibles que sur billets d’entrée payants, et les habitants de Giverny n’ont aucun avantage (gratuité ou billet coupe-file) sur les visiteurs extérieurs.

  • 12 Preuve en est le nouveau record pour l’artiste lors d’enchères le mardi 14 mai 2019. Une toile de l (...)

10À cela s’ajoute aussi l’animosité des villageois envers le peintre qui dure depuis plus d’un siècle. L’écrivain givernois Frédéric Révérend souligne ainsi « l’éternel étonnement des Givernois » face à la notoriété de Monet et d’ajouter que ce qui les fascine, ce sont plutôt le coût des toiles12. Cela tient sans doute à la nature du lien entre Monet et les habitants. En effet, Révérend confirme que

Monet n’a jamais tellement été aimé dans le village. Il agaçait tout le monde parce qu’il avait des façons de grand seigneur. Il faisait arrêter le train en haut de sa propriété pour pouvoir monter dedans. De toute façon, les gens de Giverny n’étaient pas tellement amateurs d’art. C’était des cultivateurs qui ne s’intéressaient pas forcément à ça (ibid.).

  • 13 Les Givernois ont aussi fait « payer » le peintre pour ne pas déplacer les meules qu’il était en tr (...)
  • 14 Mot de patois normand qui signifie « étranger » avec une forte nuance péjorative.

11Les recherches historiques que nous avons effectuées et les discussions que nous avons conduites avec des habitants aboutissent au même constat : Monet n’était ni aimé ni admiré. Dans un petit village comme Giverny, composé de quelques grandes familles, l’arrivée d’un artiste peintre aux exigences bourgeoises (rappelons, entre autres exigences, qu’il a fait détourner, à trois reprises, le courant de l’Epte pour que le ruisseau passe dans son jardin) n’a pas plu13. Considéré comme un « horsain »14 qui les prenait de haut, il n’était guère apprécié des habitants. Certes, Monet ne fit rien pour améliorer la situation. « Il ne cherchait pas le contact avec les villageois, bougonnait volontiers, ne sortait que très rarement et saluait fort distraitement » (Decker, 1982 : 157-158). Quand Monet et Blanche Hoschedé-Monet, sa belle-fille, partent à travers champs pour peindre, Alice — la seconde femme de Monet — raconte dans une lettre : « Ils partaient parfois avec un domestique, un chien en laisse histoire de tenir les curieux à distance. Je le reconnais bien là, lui le plus pacifique des hommes. Pas étonnant que tout le monde ne nous aime pas » (lettre d’Alice Monet à sa fille, dans Piguet et Breschand, 2010).

12Comme la mémoire est particulièrement persistante dans un village, cela explique aussi, selon Révérend, le désintérêt actuel ou en tout cas l’éloignement des Givernois de cet attrait touristique qu’ils ne comprennent pas toujours.

Vivre dans un tableau

  • 15 Les tableaux de Monet sont visibles surtout à Paris aux musées d’Orsay, Marmottan Monet et de l’Ora (...)

13À Giverny, si l’on trouve la maison et les jardins de Monet, aucune de ses œuvres n’est visible15, mais cela ne semble pas rompre le charme. Car ce que l’on trouve à Giverny, c’est l’atmosphère dans laquelle le peintre produisait au début du xxe siècle. L’attrait touristique premier est donc la reconstitution d’une époque, dont l’essence est à puiser dans les tableaux de Monet. Celui-ci a peint Giverny sous plusieurs angles, depuis son jardin bien sûr, mais aussi depuis les champs qui bordent le village. Aujourd’hui, la volonté assumée de la Fondation Monet est d’entretenir les jardins du peintre tels qu’il les a peints. La mise en abyme est ici intéressante, car inversée. En effet, il s’agit de reconstituer les jardins que Monet avait conçus pour lui servir de modèle d’après ses œuvres, autrement dit, il s’agit de faire un paysage d’après tableaux.

  • 16 Cette volonté de reconstituer Giverny à l’époque de Monet est largement décrite dans le roman d’Adr (...)

14Plus que le jardin, c’est tout un paysage impressionniste qui est mis en avant et reconstruit. Les habitants de Giverny concourent, malgré eux, à cette vaste entreprise de reconstitution. Ils doivent, par exemple, respecter un certain nombre de contraintes en matière d’aménagement de leurs espaces verts. « On a une liste d’arbustes qu’on a le droit de planter. Le thuya est interdit par exemple dans Giverny. Il faut que ça soit local. Il faut essayer de rester dans le jus des années 1905 quand Monet était en pleine forme » (entretien, Claude Landais, maire de Giverny, 8 août 2016)16. De même, il est un fait qu’un certain « standing » doit être maintenu pour préserver une certaine image du village : « On a eu plein de gens qui voulaient faire de la frite, du kebab. On a eu parfois peur. Business is business. Monet, ça s’écrit aussi avec un “y” comme dans “money” » (ibid.). Il s’agit donc, encore une fois, de trouver un juste milieu pour satisfaire autant les attentes d’un public touristique que celles des habitants.

Depuis une dizaine d’années, il y a beaucoup de maisons qui se transforment en chambres d’hôtes, en commerces, des galeries, on n’en avait pas avant. Là ça va, il n’en faut pas plus. Sinon après ça devient un village vide et il n’y a plus d’intérêt. On arrivera plus à faire de la qualité (ibid.).

15Car l’attrait de Giverny réside aussi dans le fait qu’il s’agit d’un village tel qu’on se l’imagine, à savoir un petit territoire, des maisons de village et une vie de village (où l’on croise des habitants allant chercher leur pain à pied — en été seulement puisqu’en hiver aucun commerce n’est ouvert —, où l’on s’arrête pour discuter près du lavoir, etc.). Un village de carte postale du début du xxe siècle tel que Monet l’a connu et l’a peint. Giverny étant l’idéal-type du village-jardin, ses représentants sont particulièrement vigilants. Par exemple, pour respecter les valeurs qui lui sont associées, « l’image que les gens en ont », le maire de Giverny « évite de montrer des photos avec de la foule » (ibid.). Car le revers de la médaille est l’afflux de touristes qui, concentrés dans un espace restreint, entache la carte postale. C’est le « paradoxe de l’authenticité dégradée » (Daum et Girard, 2018 : 10).

  • 17 « Giverny, j’ai toujours eu peur que ça soit un peu kitsch, style calendrier des postes, une fleur (...)
  • 18 Voir à ce sujet Brunel (2012).

16La volonté de réifier les hommes et l’image des lieux afin d’en proposer une lecture exagérément favorable a pour conséquence de transformer le territoire en une sorte de carton-pâte, fleuri, ensoleillé, d’où la foule est volontairement effacée17. L’oscillation entre un lieu réel et un espace attrayant pour un public touristique est d’autant plus complexe que la caricature est parfois proche. Comme dans bon nombre de lieux culturels, le phénomène de « disneylandisation », comme le dit Michel Bussi (entretien, 29 janvier 2018), reste le piège majeur18. L’auteur et chercheur géographe s’interroge sur cette injonction de la mise en scène : « Faut-il aller jusqu’à replacer les bottes de paille telles que Monet les a peintes ? » (ibid.).

17Le village doit éviter le piège de la muséification, ce phénomène massif qui tend à transformer les villes en un vaste décor depuis les années 1970 en France. Ici, il ne s’agit pas tant de transformer le territoire en un musée à ciel ouvert, mais de le replier sur son passé et de le figer dans un décor végétal et floral d’après tableaux. Bussi dans Nymphéas noirs fait porter par la vieille femme du roman un regard négatif sur le Giverny actuel : « La campagne de Monet, aujourd’hui, c’est un décor d’hypermarché ! » (2011 : 22). Et elle raille le sans-gêne des touristes : « Parfois, il y a même des connards pour me prendre en photo, comme si je faisais partie du paysage… » (ibid. : 148).

Conclusion 

18En 1915, dans son film Ceux de chez nous, Sacha Guitry, ami du peintre, dit de lui : « Monet n’avait qu’un seul luxe : ses fleurs. Son jardin était un des plus beaux jardins du monde »19.

19Finalement, qu’est-ce que Giverny aujourd’hui ? Les personnes interrogées au cours de la présente étude mettent toutes l’accent sur l’importance des jardins de Monet et en font une œuvre d’art à part entière. Dans le catalogue de l’exposition Monet chefs-d’œuvre (2018) du musée Marmottan Monet, il est écrit : « Dès lors, il […] dessine les contours de son jardin tel un tableau vivant, motif de prédilection qu’il peindra jusqu’à la fin de sa vie » (2018 : 102). Dans le livre de Christoph Heinrich intitulé sobrement Monet (2019), il est dit en termes proches : « On sent clairement une force ordonnatrice à l’œuvre dans ce jardin comme dans les œuvres du peintre. […] Il compose un tableau coloré sur des plates-bandes parallèles » (2019 : 74). Giverny est donc l’œuvre d’un grand peintre tout en offrant l’avantage d’être aussi un jardin, il propose le rêve d’une promenade dans une œuvre d’art végétale. Et pour ses habitants ? Soumis aux contraintes liées au flux touristique, ils n’en tirent avantage que s’ils sont impliqués dans des activités commerciales. Sinon, ni fierté ni attachement particulier ne semblent présents pour compenser les nuisances.

20Monet avait conçu ses jardins comme des tableaux et c’est ainsi que l’on a reconstruit le Giverny d’aujourd’hui. Alice, la seconde femme du peintre, disait dans une lettre adressée à sa fille : « J’ai besoin d’air. On ne peut pas rester comme ça enfermée dans un tableau. C’est pas humain » (Piguet et Breschand, 2010). Alice n’est plus là et les habitants de Giverny, toujours prisonniers du tableau, font maintenant face à l’explosion du nombre de visiteurs qui viennent s’y promener, chaque année, plus nombreux.

Haut de page

Bibliographie

BANDO, Cécile, Adeline CLERC et Lylette LACÔTE-GABRYSIAK (2017), « “La plus belle place du monde” : les Nancéiens et la place Stanislas », The Conversation, 25 octobre. [En ligne]. http://theconversation.com/la-plus-belle-place-du-monde-les-nanceiens-et-la-place-stanislas-85864. Page consultée le 4 juillet 2019.

BONAFOUX, Pascal (2010), Monet, Paris, Tempus Perrin.

BONNEAU, Renée (2015), Nature morte à Giverny, Paris, Éditions Nouveau Monde.

BRUNEL, Sylvie (2012), La planète disneylandisée. Chroniques d’un tour du monde, Paris, Éditions Sciences humaines.

BUSSI, Michel (2011), Nymphéas noirs, Paris, Presses de la Cité.

DAUM, Thomas et Eudes GIRARD (2018), Du voyage rêvé au tourisme de masse, Paris, CNRS Éditions.

DECKER, Michel de (1982), Histoires de Vernon-sur-Seine… Giverny et d’alentour, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet.

DELAPLACE, Marie et Gwendal SIMON (2017), Touristes et habitants. Conflits, complémentarités et arrangements, Paris, Gollion, Infolio.

ELDER, Marc (2012/1924), À Giverny chez Claude Monet, Paris, Le livre d’histoire – Lorisse.

GOETZ, Adrien (2014), Intrigue à Giverny, Paris, Grasset.

GOETZ, Adrien (2017), Un jour avec Claude Monet à Giverny, Paris, Flammarion.

GRANVILLE, Patrick (2018), Falaise des fous, Paris, Seuil, Coll. « Carré Rouge ».

HEINRICH, Christoph (2019), Monet, Paris, Taschen.

JOURNAL DES ARTS et AGENCE FRANCE PRESSE (2019), « Un tableau de Monet vendu 110,7 millions de dollars aux enchères à New York », Le Journal des arts, 15 mai. [En ligne]. https://www.lejournaldesarts.fr/marche/un-tableau-de-monet-vendu-1107-millions-de-dollars-aux-encheres-new-york-144176. Page consultée le 8 janvier 2020.

MICK, Celia (2019), « À Giverny, le tourisme de masse ne satisfait pas tout le monde », Paris Normandie, 10 avril. [En ligne]. https://www.paris-normandie.fr/loisirs/a-giverny-le-tourisme-de-masse-ne-satisfait-pas-tout-le-monde-GK14873731. Page consultée le 4 juillet 2019.

MUSÉE MER et Marine de BORDEAUX (2018), Monet chefs-d’œuvre du musée Marmottan Monet, catalogue d’exposition, Paris, Éditions Hazan.

PIGUET, Philippe et Jean BRESCHAND (2010), Claude Monet à Giverny, la maison d’Alice, France Télévision.

WATREMEZ, Anne (2008), « Vivre le patrimoine urbain au quotidien : pour une approche de la patrimonialité », Culture & musées, 11 : 11-36.

Haut de page

Notes

1 Cette fondation gère la maison et les jardins de Monet dont elle a hérité à la suite de la mort du seul fils survivant du peintre. Pendant plus de trente ans, maison et jardins ont été laissés à l’abandon (de nombreux tableaux du peintre sont ainsi restés dans les ateliers protégés par un simple cadenas). C’est Gérald Van Der Kemp, engagé par l’Académie des beaux-arts, qui s’est chargé de trouver des fonds et d’assurer la réhabilitation de la maison et la reconstitution des jardins avant une ouverture au public en 1980.

2 Rappelons que Monet, quand il s’est installé à Giverny, a attiré une colonie d’artistes principalement américains.

3 Le tourisme est défini comme « les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel à des fins de loisirs, pour affaires ou autres motifs […]. La durée du séjour permet de distinguer deux catégories de visiteurs : les touristes qui passent au moins une nuit (et au plus un an) hors de leur environnement habituel, et les excursionnistes, qui n’en passent aucune » (Direction générale de la compétitivité de l’industrie et des services. [En ligne]. https://www.economie.gouv.fr/. Page consultée le 11 juin 2019).

4 On compte 180 000 visiteurs seulement au musée des impressionnismes en 2018 contre 700 000 pour la maison et les jardins de Monet.

5 « Les restos ferment à partir de novembre, les boutiques aussi. Il y a une fermeture entre le 15 novembre et le 15 mars » (entretien, Claude Landais, maire de Giverny, 8 août 2016). L’augmentation très forte des excursionnistes en haute saison induit « une très forte saisonnalité de l’usage de certains services dans les territoires touristiques et pos[e] la question du dimensionnement de certains réseaux (assainissement, réseau de distribution électrique, etc.). De même, une présence uniquement temporaire de la population n’est pas sans conséquence sur la présence des services publics ou des commerces » (Delaplace et Simon, 2017 : 53).

6 « On y [à Giverny] croise photographes, sculpteurs ou peintres en résidence à la Fondation Claude Monet, logés dans une ancienne ferme non loin de la maison du peintre. […] Tous les deux ans, au mois de juin, un concours de sculpture très suivi met aux prises pendant huit jours des maîtres de la taille directe, devant des blocs de pierre blanche de Vernon. En mai ou en juin, c’est un salon de pastellistes qui s’achève par un concours. Au mois d’août, depuis 2004, le festival de musique de chambre accueille des formations venues de partout, dont de nombreux ensembles de jeunes talents » (Goetz, 2017 : 125).

7 « Monet est saturé le samedi et le dimanche. Il y a trop de monde » (entretien, Claude Landais, maire de Giverny, 8 août 2016).

8 « Pendant le mois de mai au niveau des ponts : grand soleil et là record à Giverny parce qu’il y avait jusqu’à deux heures d’attente pour entrer dans les jardins et la maison. Même ceux qui avaient leur ticket, l’entrée coupe-file était bouchée car il y avait trop de monde à l’intérieur. Pour passer du clos normand au jardin japonais, il y avait ¾ heure dans le tunnel occasionnant beaucoup de mécontentements » (entretien, responsable de la Maison du Tourisme Normandie-Giverny, 8 août 2016).

9 Il s’agit d’un regroupement d’habitants résidant notamment dans les rues adjacentes de la rue Claude Monet et qui, aux dires d’un de ses membres, porte la voix de ceux « qui ne sont pas entendus » (entretien, habitante de Giverny, 30 janvier 2018).

10 En référence au 9 3 qui reprend le numéro administratif du département de Seine-Saint-Denis en périphérie de Paris caractérisé par ses grands ensembles, qui conjugue insécurité, abandon de l’État et mauvaise image.

11 L’étude porte sur les habitants de la ville de Nancy ; la fierté qu’ils éprouvent à l’égard de leur ville et de son patrimoine (en particulier la place Stanislas) est très frappante et largement partagée, quel que soit le quartier de résidence (Bando, Clerc et Lacôte-Gabrysiak, 2017).

12 Preuve en est le nouveau record pour l’artiste lors d’enchères le mardi 14 mai 2019. Une toile de la série des « Meules » de Monet a été adjugée à 110,7 millions de dollars lors d’une vente organisée par la maison Sotheby’s (Le Journal des arts, 15 mai 2019).

13 Les Givernois ont aussi fait « payer » le peintre pour ne pas déplacer les meules qu’il était en train de peindre, pour éviter la construction d’une usine, pour participer aux travaux sur les routes (qu’il avait encouragés afin d’éviter la poussière sur ses fleurs) (Decker, 1982).

14 Mot de patois normand qui signifie « étranger » avec une forte nuance péjorative.

15 Les tableaux de Monet sont visibles surtout à Paris aux musées d’Orsay, Marmottan Monet et de l’Orangerie.

16 Cette volonté de reconstituer Giverny à l’époque de Monet est largement décrite dans le roman d’Adrien Goetz : « Maintenant […] que va-t-il inventer ! De vieilles voitures dans le garage, à vingt euros la promenade ? […] [I]l suffirait d’en acheter une, de faire un uniforme à boutons dorés pour le chauffeur, et d’embarquer des Japonais en costume de mariage. […] Une meule en plastique dans le champ d’en face, qu’on photographiera sous la neige ? Money, Money, Money ! » (2014 : 144-145).

17 « Giverny, j’ai toujours eu peur que ça soit un peu kitsch, style calendrier des postes, une fleur par mois, avec des petits chats dans les allées » (Goetz, 2014 : 157).

18 Voir à ce sujet Brunel (2012).

19 Ce petit film est disponible en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=hhvOeoOl17Y. On y voit Monet dans son jardin. Page consultée le 8 janvier 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Clerc-Florimond et Lylette Lacôte-Gabrysiak, « La malédiction de Giverny »Communication [En ligne], vol. 37/1 | 2020, mis en ligne le , consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/11613 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.11613

Haut de page

Auteurs

Adeline Clerc-Florimond

Adeline Clerc-Florimond est maîtresse de conférences et membre du Centre de recherche sur les médiations, Université de Lorraine, CREM, F-54000 Nancy, France. Courriel : adeline.florimond-clerc@univ-lorraine.fr

Lylette Lacôte-Gabrysiak

Lylette Lacôte-Gabrysiak est maîtresse de conférences et membre du Centre de recherche sur les médiations, Université de Lorraine, CREM, F-54000 Nancy, France. Courriel : lylette.lacote@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search