Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/1LecturesMarcel DANESI (2018), From Flappe...

Lectures

Marcel DANESI (2018), From Flappers to Rappers. The Origins, Evolution, and Demise of Youth Culture

Toronto, Canadian Scholars
Chantal Royer
Référence(s) :

Marcel DANESI (2018), From Flappers to Rappers. The Origins, Evolution, and Demise of Youth Culture, Toronto, Canadian Scholars

Texte intégral

1Dans un contexte où les tendances et les cultures jeunes naissent, évoluent et se modifient à un rythme accéléré, parfois difficile à suivre et à comprendre, le travail de Marcel Danesi tombe à point. Dès les premières lignes, From Flappers to Rappers entraîne le lecteur dans le monde de la musique puis, rapidement, dans celui des jeunes et plus spécifiquement dans celui de la culture des jeunes en Amérique du Nord. Tout comme le sous-titre de l’ouvrage l’indique, l’angle d’analyse est sociohistorique. L’auteur, professeur de sémiotique et d’anthropologie linguistique à l’Université de Toronto, soutient l’idée que la culture des jeunes, qui est une composante majeure de l’évolution de la société étatsunienne, est appelée à disparaître. Pour lui, l’une des clés de la compréhension de cette culture est la musique.

2La discussion s’articule autour de six chapitres. Chacun porte sur une période particulière qui est considérée comme le théâtre d’un mouvement culturel, et dont la bougie d’allumage est la musique. Au fil des chapitres, Danesi guide le lecteur au travers l’évolution de cette culture jeune qui prend racine dans les années 1920 marquées par le jazz, jusqu’à aujourd’hui, moment où elle se perd dans le cyberespace.

  • 1 De la construction de l’adolescence aux années folles (traduction de l’auteure).

3Le premier chapitre, « Origins: From the construction of adolescence to the Roaring Twenties1 », est l’un des plus importants de l’ouvrage. Ce chapitre jette les bases du mouvement jeune, un mouvement dont Danesi montrera l’évolution tout au long de l’ouvrage. Selon l’auteur, les mouvements jeunes ont pris naissance dans les années 1920 — les années folles, appelées Roaring twenties en anglais. C’est une période très prospère généralement bien documentée dans la littérature sociologique et économique notamment. Durant cette période, plusieurs phénomènes ont contribué à allumer les jeunes et suscité l’émergence d’un mouvement de rébellion, c’est-à-dire un lieu où les adolescents écoutent leurs impulsions et développent leurs propres produits musicaux, littéraires et artistiques. La naissance du concept d’adolescence et la construction de ce phénomène au début du XXe siècle, l’urbanisation, la présence et le rôle important des médias de communication dans la vie des Américains de même que le besoin de plus en plus fort de rompre avec la culture adulte — alors fortement moralisatrice et discriminatoire — comptent parmi ces phénomènes. De plus, la prohibition et l’effet qu’elle a eu sur les jeunes, les amenant en quelque sorte à se rassembler dans des bars clandestins (speakeasies), ainsi que la présence et l’influence très forte du jazz ont aussi contribué à l’éclosion de la jeunesse et d’une culture aux fondements rebelles.

  • 2 Renaissance et rébellion dans les années 1950 (traduction de l’auteure).

4Bien qu’interrompue par la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale, cette éclosion de culture a néanmoins survécu, refaisant surface dans les années 1950. Au milieu de cette décennie, Elvis Presley a en effet renversé la vie des jeunes de façon draconienne, avec une musique à laquelle personne ne pouvait résister : le rock and roll (chapitre 2 — « Rebirth and rebellion: The 1950s »2). Selon Danesi, cette musique rapide, fougueuse et électrisante, qui ne correspondait à rien de ce qui avait été entendu jusque-là, a ravivé et stimulé le désir des jeunes de se rebeller contre la culture des adultes, ennuyeuse, moralement rigide et porteuse de préjugés contre les femmes et les races. Selon Danesi, le monde ne sera plus jamais le même après l’avènement du rock and roll.

  • 3 Révolution : la période de contre-culture (traduction de l’auteure).

5Le chapitre 3 (« Revolution: The counterculture era »3) montre que cette rébellion des jeunes, lancée dans les années 1920, s’est poursuivie jusqu’à être littéralement portée dans la rue dans les années 1960 par le mouvement hippie. En 1964, les Beatles vont carrément marquer le début d’une nouvelle ère. La culture hippie va naître en tant que manière de lutter contre l’establishment, le sexisme et le racisme notamment. Comme on le sait, ce mouvement de contre-culture aura contribué à changer le monde de façon radicale. Il ne durera toutefois que quelques années. Par la suite, les styles de rock vont se diversifier en même temps que la dispersion du mouvement.

  • 4 1970 et 1980, la post-contre-culture (traduction de l’auteure).
  • 5 L’intégration (traduction de l’auteure).
  • 6 La disparition (traduction de l’auteure).

6Le développement d’une culture jeune a continué à progresser jusqu’au tournant du siècle, soutenu par les générations suivantes à leur tour influencées par une mixture de genres tels le métal, le punk et le disco (chapitre 4 — « Mutation: The post-counterculture era »4) et par l’apparition de pop stars très sexuées telles que Madonna et Michael Jackson. Danesi qualifie cette époque de période de mutation. La période suivante, qui va de 1990 à 2005 environ, sera celle de l’intégration (chapitre 5 — « Integration: Rap and hip-hop »5). Il s’agit ici d’une intégration raciale favorisée par le rap et le hip-hop, deux mouvements proches mais distincts, tous deux portés par de jeunes musiciens afro-américains qui dénoncent leurs conditions de vie, souvent malheureuses. Par la suite, les styles musicaux ont continué de se diviser (ou de se multiplier, selon le point de vue), ce qui a entraîné une forme de dilution des styles. Dans cette période, le cyberespace a gagné du terrain. En quelque sorte, ce phénomène a contribué à mettre chacun sur un même pied d’égalité en permettant l’accès à un vaste ensemble de courants et de styles, tant passés qu’actuels, de même qu’à la possibilité de créer sa propre tendance et de la mettre en scène. Pour Danesi, il n’y a alors plus de « causes » ni de raisons pour les jeunes de se rebeller. De surcroît, leurs messages se perdent dans le cyberespace, théâtre de tendances éphémères telles que celles véhiculées aujourd’hui par les mèmes. Cette dilution de la culture est au cœur de la thèse de Danesi selon laquelle la culture jeune est appelée à disparaître (chapitre 6 – « Demise: The day the music died »6).

7From Flappers to Rappers est un ouvrage intéressant, bien documenté, structuré de manière efficace et agréable à lire. Les genres ou styles musicaux qui ont marqué l’histoire des États-Unis depuis les années 1920 sont décrits depuis leurs origines jusqu’à leur chute, s’il en est, ou leur évolution vers autre chose. Avec eux, les figures emblématiques de la musique sont identifiées, mais aussi celles de la littérature et des arts. Ainsi, plus que le fruit d’une analyse, l’ouvrage se révèle d’une richesse quasi encyclopédique parce qu’il fournit de nombreux repères musicaux et puise dans le répertoire médiatique (radio, cinéma, télévision, vidéo, Internet), littéraire (Fitzgerald, Hemingway, Kerouac, etc.) et artistique qui a marqué la culture des jeunes Étatsuniens depuis les années 1920. De plus, pour mieux comprendre certains comportements et mouvements sociaux, l’auteur fait habilement appel à des travaux et théories sociologiques, anthropologiques et économiques reconnus. La recherche iconographique est aussi un aspect intéressant à mentionner. L’insertion d’illustrations et de photos est pertinente et contribue à l’éloquence de l’ouvrage. Le fait de rassembler ces dimensions classe cet ouvrage parmi les contributions importantes à la compréhension de la jeunesse, telle qu’elle se présente à nous aujourd’hui, et de sa place dans l’Amérique moderne.

8La thèse de Danesi, qui culmine vers la disparition de la culture jeune, laisse toutefois le lecteur sur son appétit. Si la progression de l’analyse justifie le prologue, l’auteur conclut sur une note pessimiste qui donne peu de prospective. On aurait pu s’attendre à une conclusion moins dramatique. La disparition de la culture jeune au profit d’une multitude de tendances ayant cours dans le cyberespace et contribuant à diviser les jeunes est une hypothèse. Toutefois, alors qu’il a bien montré que l’histoire de la culture jeune est marquée de périodes plus tranquilles — Grande Dépression, Seconde Guerre mondiale, fin 1950 début 1960, etc. — et que ces moments de dormance ont débouché sur des réveils foisonnants qui ont donné naissance à de nouveaux rythmes et mouvements de rébellions, on pourrait penser que la période actuelle, composée de tout et de rien, pourrait être elle aussi une période de transition ou de mutation. Or, rien ne le laisse présager si l’on se fie aux propos de l’auteur.

9Je termine néanmoins cette lecture avec de meilleures connaissances. J’ai aussi en tête des œuvres à lire ou à relire, de films à voir ou à revoir, de pièces musicales à redécouvrir, à commencer par le roman de Charles Dicken, Oliver Twist (1838), qui rappelle la manière cruelle dont les enfants et les jeunes étaient traités à l’époque victorienne, puis celui de Salinger, The Catcher in the Rye (1951) qui illustre ce qu’était devenue la vie des adolescents à la fin des années ’40, et On the Road (1957), de Jack Kérouac, qui traite de la « Beat Generation ».    Parmi les films à revoir, j’en retiens quelques-uns qui rappellent des aspects de la vie des jeunes durant les années folles : Roxie Hart (1942), Tea for Two (1950), Midnight in Paris (2011), Chicago (2002), The Great Gatsby (2013). D’autres sont tout aussi intéressants à retenir tels que American Beauty (1999) qui illustre la perte de sens d’une famille de la classe moyenne dans une Amérique capitaliste et blasée, Saturday Night Fever (1977) qui a contribué à promouvoir la culture disco, The Harder they Come (1973) qui a joué le même rôle pour le reggae, A Clockwork Orange (1971) pour la culture punk, The Rocky Horror Picture Show (1975) pour le gothique et le film satirique Bamboozled (2000) pour la culture Gangsta. À ces œuvres, j’ajoute la musique de Chubby Checker qui a eu une immense influence sur la culture jeune du début des années soixante en faisant naître le twist; la pièce « Hearthbreack Hotel » (1956) d’Elvis Presley qui a donné naissance au Rock and Roll; et, dix années plus tard, les albums « Rubbur Soul » (1965) et « Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band » (1967), des Beattles, qui ont tout simplement révolutionné la culture jeune en lui insufflant un caractère plus mature et philosophique (Danesi, p. 88). 

10Ainsi, le travail du professeur Danesi est en soi une occasion de mieux connaître et de mieux comprendre, d’un côté, des jalons de l’histoire qui contribuent à définir la culture des jeunes Étatsuniens et, de l’autre, une Amérique qui a évolué non seulement en réponse aux pulsions de sa jeunesse, mais aussi grâce à elle. Il faut le remercier de l’avoir fait.

Haut de page

Notes

1 De la construction de l’adolescence aux années folles (traduction de l’auteure).

2 Renaissance et rébellion dans les années 1950 (traduction de l’auteure).

3 Révolution : la période de contre-culture (traduction de l’auteure).

4 1970 et 1980, la post-contre-culture (traduction de l’auteure).

5 L’intégration (traduction de l’auteure).

6 La disparition (traduction de l’auteure).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Royer, « Marcel DANESI (2018), From Flappers to Rappers. The Origins, Evolution, and Demise of Youth Culture »Communication [En ligne], vol. 37/1 | 2020, mis en ligne le 11 mai 2020, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/communication/11848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.11848

Haut de page

Auteur

Chantal Royer

Chantal Royer est professeure au Département d’études en loisir, culture et tourisme, à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : Chantal.Royer@uqtr.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search