Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/1LecturesAnne-Marie GINGRAS (dir.) (2018),...

Lectures

Anne-Marie GINGRAS (dir.) (2018), Histoires de communication politique. Pratiques et états des savoirs

Québec, Presses de l’Université du Québec
Larbi Chouikha
Référence(s) :

Anne-Marie GINGRAS (dir.) (2018), Histoires de communication politique. Pratiques et états des savoirs, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1Faire immersion dans le passé parfois le plus reculé pour scruter sous plusieurs angles l’histoire peu ou prou explorée de la communication politique et ses différentes sous-disciplines : telle est la gageure que se proposent de relever la plupart des auteurs de cette publication. Cet ouvrage collectif contient 17 contributions rédigées par des auteurs venant essentiellement de la science politique et qui exercent ou étudient dans des universités canadiennes. Trois objectifs servent de trame à cet ouvrage : d’abord, « saisir les origines de pratiques et de phénomènes très familiers de nos jours, mais qui existaient il y a quelques décennies, voire depuis presque deux siècles », ensuite, « faire voir les évolutions dans les pratiques et les phénomènes de communication politique », enfin, « faire le point sur l’état des savoirs dans quelques sous-champs de la communication politique » (p. 1-3). Ces contributions constituent dans leur ensemble une source de données et de réflexions particulièrement utiles pour les chercheurs en quête de pistes originales et fécondes dans le champ de la communication politique et de ses sous-disciplines.

2Pour la rédaction de cette recension, nous avons privilégié les communications qui examinent la « préhistoire » de certains paradigmes et notions qui forment aujourd’hui des sous-disciplines de la communication politique comme le marketing politique ou la communication électorale.

3Dans le premier texte publié, intitulé « Les campagnes électorales américaines au XIXe siècle : admiration et identification au cœur de la construction des stratégies de personnalisation », Quentin Janel, qui « consacre sa thèse sur les campagnes présidentielles américaines au cours du XIXe siècle » (p. 13), revient sur les prémices des notions sur lesquelles se fonde aujourd’hui la communication électorale pour se proposer in fine de les déconstruire. Il critique cette « vision linéaire et positiviste de l’histoire » et apporte un éclairage très éclairant « à la redéfinition de l’historiographie de la communication électorale en s’intéressant plus particulièrement aux phénomènes de personnalisation des campagnes présidentielles américaines du début du XIXe siècle », et plus précisément à la période qui s’étend à trois échéances électorales : 1824, 1828 et 1840 (p. 15). Il démontre ainsi que « certaines représentations et certaines pratiques de personnalisation des candidats considérées comme représentatives des campagnes modernes, voire post-modernes, existaient déjà de façon plus ou moins développée au cœur des campagnes du XIXe siècle » (p 14-15). Pour illustrer ses propos, il montre, par exemple, que l’année 1824 marque les débuts des sondages d’opinion : « L’arrivée du peuple dans la campagne 1824 se fait sentir lorsque, pour la première fois, on essaie de prendre le pouls de l’opinion avec des formes préhistoriques de sondage : des votes sont organisés dans les réunions publiques ou au sein des milices et relayés par des journaux locaux » (p. 15). En guise de conclusion, il plaide « en faveur d’une étude historique et culturelle des campagnes électorales “prémodernes” » (p. 30).

4Dans le deuxième texte qui a retenu notre attention, soit « Une histoire contextuelle du marketing politique », Alexis Hudelot, qui se spécialise « dans l’instrumentalisation des techniques et technologies de communication à des fins de contrôle social » (p. 367), défend l’idée selon laquelle, aujourd’hui, avec l’émergence et la généralisation « des réseaux de communication modernes et instantanés », les hommes politiques et leurs conseillers sont davantage attentifs à l’opinion publique et font de plus en plus appel à des spécialistes « pour interpréter une opinion publique toujours plus polarisée qu’ils ne peuvent pas se permettre d’ignorer » (p. 33). Dans la même veine, il observe que « la naissance et le développement des relations publiques annoncent une nouvelle forme de propagande » où « les pionniers de la profession » deviennent « plutôt des acteurs de contrôle social de premier plan » et non plus « de simples facilitateurs de la communication » comme ils le furent jadis (p. 34). Et c’est précisément du fait du développement des technologies de communication avec l’apparition des journaux nationaux aux États-Unis que « les stratégies électorales doivent s’adapter à une nouvelle réalité : le message et l’image politique doivent dorénavant être conçus pour plaire au plus grand nombre, ou du moins, ils doivent rebuter le moins d’électeurs possibles » (p. 38). Parmi ces nouvelles formes de propagande figure le « marketing politique ». L’auteur admet cependant qu’il n’existe pas de définition précise du marketing politique, mais il s’évertue toutefois à en proposer une : « De manière générale, on pourrait dire que le marketing politique est l’adaptation des techniques du marketing commercial au champ politique. » Autrement dit, « [l]e marketing politique repose sur un postulat de base qui stipule que l’on peut vendre un candidat politique aux électeurs de la même manière que l’on peut vendre un produit aux consommateurs » (p. 37), et cette expression, écrit-il, commence véritablement à circuler à la fin du XXe siècle. En conséquence, « [g]râce à l’ingénierie du consentement, le politicien n’adapte pas son discours aux aléas de l’humeur de l’électorat, il utilise le discours pour changer l’opinion des électeurs, et les rallier » (p. 52).

5Le même auteur publie une seconde contribution dans cet ouvrage, celle-ci intitulée « L’adoption et l’instrumentalisation des technologies de communication pendant les deux Guerres mondiales. Le cas de l’Allemagne (1914-1945) ». Il s’y intéresse à l’évolution des technologies de communication de masse et de leur instrumentalisation à des fins politiques dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres. Et pour ce faire, il s’inspire largement de l’école de Toronto, « qui s’est penchée sur les liens qui existent entre les technologies des médias et les structures de pouvoir » (p. 55). Pour étayer son analyse, il part du postulat peu contesté jusque-là que les années 1914-1945 couvrant la période des deux guerres mondiales

sont généralement reconnues comme celles ayant marquée la naissance de la propagande moderne. Or, dans cette histoire, la question de l’instrumentalisation politique des technologies de communication de masse n’est que peu abordée, contrairement à l’évolution des techniques de communication politique qui ont largement été étudiées au fil des décennies (p. 56).

6Et dans cet ordre d’idées, il développe l’idée suivante, somme toute originale :

Si, pendant la Première Guerre mondiale, les plus grandes avancées en matière de communication politique de masse trouvent leur origine dans les puissances alliées, c’est en Allemagne que ces découvertes seront par la suite raffinées. Les nazis sauront ainsi perfectionner et créer des plateformes de diffusion, tout en adaptant leur discours à chacune d’elles et en devenant extraordinairement efficaces pour projeter une image politique de leur Führer et de leur mouvement (id.).

7L’analyse de l’auteur se fonde sur la thèse suivante : « […] pour que le public allemand accepte les propositions du parti nazi, il faut qu’il existe une dissonance cognitive entre les messages conservateurs et les techniques avant-gardistes » (p. 56). Cette contradiction du IIIe Reich qualifiée de « modernisme réactionnaire » par l’historien Jeffrey Herf, cité par l’auteur,

renvoie à la valorisation des technologies modernes accompagnées d’une exploitation des rancœurs antimodernes d’une partie de la population allemande ; le type de nationalisme des nazis, ancré dans une nostalgie nietzschéenne, s’appuyait sur les contestations de 1789, le refus de l’« outrage » national de 1918, et le rejet d’un modernisme culturel (p. 56-57).

8Ces données et les développements qui les sous-tendent livrent une lecture originale et intéressante du lien entre technologie de communication et politique, et comme le souligne l’auteur, dans les discours publics, ce lien a longtemps été étudié dans les régimes démocratiques en associant les technologies médiatiques et la démocratie. « Or, le modernisme réactionnaire des nazis montre que cette association peut être contredite, car si une modernité technologique distille une vision du futur, une pensée profondément antimoderne peut tout de même être transmise par des technologies d’avant-garde » (p. 71). Par conséquent, il semble évident pour l’auteur que « [l]’étude de la communication politique au XXe siècle gagne à conjuguer l’analyse des messages et de la culture avec celle du développement technologique et des régulations, qu’elles soient institutionnelles ou autres » (p. 71).

9Ces études, citées précédemment, peuvent être mises en perspective avec le texte « Données, ciblage et positionnement. Les grands axes de la production scientifique sur les pratiques de marketing politique », qui se propose de dresser une synthèse de la production scientifique sur les pratiques du marketing politique. Thierry Giasson, Jean-Charles Del Duchetto, Catherine Ouellet et Émile Foster s’y fixent plusieurs objectifs : d’une part, il s’agit de dresser un état de « l’évolution du savoir scientifique sur les pratiques de marketing politique et [de] recense[r] des travaux de recherche qui ont balisé théoriquement le phénomène et son application au cours des 35 dernières années » (p. 301). D’autre part, il s’agit de proposer « une analyse critique de près de 125 études produites aux États-Unis, en Grande-Bretagne, au Québec, au Canada, en France et dans les pays scandinaves. Cette revue exhaustive permet de revoir l’étude du marketing politique en abordant les travaux libéraux et critiques, empiriques et théoriques, qualitatifs et quantitatifs » (p. 301). Enfin, il s’agit aussi de « présenter et d’expliquer aux néophytes ce qu’est le marketing politique, ce qui le distingue d’autres pratiques et ce que sont les débats théoriques et méthodologiques qui animent la recherche qui y est consacrée » (p. 301). Ils observent notamment que les notions de marketing politique, de communication politique et de publicité sont parfois confondues. « Cette confusion tire son origine du fait que la publicité, qui est une composante intrinsèque de la communication politique, est la partie la plus visible du processus du marketing politique auprès de la population » (p. 302).

10Au terme de leur analyse, ils dégagent quelques pistes inédites « dans la recherche en marketing politique au Canada et ailleurs dans le monde » telles que « la théorie de la campagne permanente », qui suppose que les acteurs politiques, dans une logique de maintien ou de prise éventuelle du pouvoir, agissent constamment comme s’ils étaient au cœur d’une lutte électorale » (p. 315-316). C’est ce qui explique d’ailleurs la confusion entre le marketing politique en période de campagne électorale et le marketing gouvernemental (lorsqu’il est au pouvoir) : « […] les élus sont en campagne 24 heures sur 24, 365 jours par année » (p. 316). Au terme de leur étude, ils affirment que « la recherche en marketing politique se rapproche maintenant de plusieurs autres sous-disciplines de la science politique. C’est entre autres le cas de l’étude du comportement électoral, du fonctionnement des partis politiques ou de l’administration publique » (p. 317).

11Dans un autre texte qui allie l’histoire à la littérature, « Le moment Chateaubriand. Le gouvernement de l’opinion publique dans la France postrévolutionnaire », Marc Chevrier revisite la thèse communément admise que la communication politique a pris naissance aux États-Unis et que les Américains sont les seuls précurseurs de « l’idée de gouvernement de l’opinion publique » (p. 217). Il souligne cependant ceci :

Bien avant que Tocqueville ne remarquât dans son périple américain la force de l’opinion publique sur le continent, la France, dans une période d’âpres débats qui suivit la restauration de la monarchie après la défaite de Napoléon, découvrit tous ensemble le gouvernement représentatif, l’opinion publique et la liberté de la presse (p. 217).

12Pour corroborer ses propos, l’auteur part d’une étude sur les conceptions de la médiatisation au début du XIXe siècle en France pour dégager la figure d’un individu « habituellement associé au courant des libéraux et des doctrinaires de la Restauration : François-René de Chateaubriand » (p. 218), dont il s’emploie à rappeler la biographie et l’œuvre, en insistant notamment sur « certains traits de sa pensée politique » (p. 221). Il conclut que

[l]’œuvre politique de Châteaubriant n’est pas moins paradoxale, elle qui bivouaqua à la croisée des chemins de France postrévolutionnaire. Elle nous apprend aussi que la presse gagne à être comprise comme autre chose qu’une simple liberté du catalogue des libertés fondamentales. Elle est la condition du courant continu, sans borne — et sans fil dirions-nous aujourd’hui — du gouvernement représentatif (p. 234).

13Il serait long de citer les autres textes, tout aussi éclairants et instructifs. Ce qui ressort en substance, c’est que le dispositif argumentaire sur lequel s’appuient la plupart des communications publiées dans cet ouvrage ainsi que les matériaux qui le sous-tendent nous conduisent à admettre aujourd’hui qu’il est nécessaire de recourir à l’histoire du passé — parfois lointain — pour comprendre la genèse et l’essence même de certaines notions qui forment aujourd’hui la communication politique et ses différentes sous-disciplines. Cette lecture donne aussi l’occasion de revoir certaines thèses et de revisiter certains paradigmes dominants dans cette discipline, qui tend à se diversifier sous l’effet croisé des technologies de l’information et de la communication, du poids des opinions sur les modes de gouvernance politique ainsi que du développement des techniques du marketing. Nous remarquons cependant que cette somme de connaissances aussi passionnante et féconde émerge à partir de travaux effectués essentiellement dans le monde occidental. En conséquence, il serait pertinent que ce travail se poursuive et se développe, mais en privilégiant cette fois-ci une démarche comparative et réflexive qui vise à mettre en perspective ces notions, représentations et pratiques de la communication politique avec celles qui se déclinent et se déploient dans des contextes culturels et géographiques autres que ceux d’Europe et d’Amérique du Nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Larbi Chouikha, « Anne-Marie GINGRAS (dir.) (2018), Histoires de communication politique. Pratiques et états des savoirs »Communication [En ligne], vol. 37/1 | 2020, mis en ligne le 11 mai 2020, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/11921 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.11921

Haut de page

Auteur

Larbi Chouikha

Larbi Chouikha est professeur à l’Institut de presse et des sciences de l’information, Université de la Manouba, Tunis. Courriel : larbichouikha@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search