Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/1LecturesJason LEE (2018), Nazism and Neo-...

Lectures

Jason LEE (2018), Nazism and Neo-Nazism in Film and Media

Amsterdam, Amsterdam University Press.
Quentin Janel
Référence(s) :

Jason LEE (2018), Nazism and Neo-Nazism in Film and Media, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Texte intégral

1Dans Nazism and Neo-Nazism in Film and Media, Jason Lee avance l’hypothèse selon laquelle les médias, dont le cinéma, contribuent à normaliser les idées et les symboles liés au nazisme et au néonazisme. En multipliant les références à l’Allemagne hitlérienne et à ses descendantes, les médias auraient permis à l’idéologie nazie et à ses représentations de s’imposer au cœur de l’espace public. L’ouvrage s’inscrit dans un contexte de résurgence des idées d’extrême droite à travers le monde, notamment illustrée par l’élection de Donald Trump en 2016. Lee revient régulièrement sur cet événement au cours de la démonstration, de manière à souligner la pertinence et l’actualité des questions qu’il aborde.

2Dès le premier chapitre, Lee développe la thèse principale selon laquelle les cultures nazies et néonazies, souvent présentées comme extrêmes, ont en fait intégré la norme. Il expose le rôle des médias dans ce processus en utilisant l’exemple des tueries de masse commises par des individus d’extrême droite et la façon dont leur cadrage médiatique diffère des attentats terroristes perpétrés par des musulmans. Selon lui, l’utilisation de l’imaginaire du loup solitaire, psychologiquement dérangé, par opposition à la cellule terroriste organisée, renforce la normalisation des mouvements d’extrême droite, notamment en Occident, en occultant l’idéologie qui les encourage. L’auteur précise sa proposition dans les chapitres 2 et 3 par une multitude de courtes analyses sur différents films, émissions télévisées et autres courants artistiques liés au cinéma d’exploitation.

3Dans le chapitre 2, Lee avance que le renouveau de la nazisploitation a favorisé une forme de pornographie nazie qui met en scène de façon outrageuse toute l’iconographie du IIIReich. La présence accrue des symboles nazis dans ce cinéma de niche, puis dans le cinéma plus classique, a causé une banalisation et une désensibilisation du public à l’endroit de cette esthétique. De plus, la multiplication de films et de documentaire mettant en scène des nazis ou des néonazis peut, selon l’auteur, inspirer de vrais groupes fascistes, même lorsque l’éclairage du document reste négatif.

4Le chapitre 3 reprend ce type d’argument en se focalisant plus spécifiquement sur le genre comique. Là encore, Lee propose une litanie d’exemples de la ridiculisation des nazis, et plus particulièrement d’Hitler. Il montre comment la récupération humoristique de mythes sur la virilité ou la sexualité du Führer sert à se moquer de lui. Si ce cadrage permet de créer une distance entre le public et ce personnage construit comme un autre monstrueux, il tend aussi à intégrer le nazisme et le néonazisme comme éléments normaux et communs de l’espace public. De plus, en se concentrant sur des traits individuels ou des caricatures extrêmement exagérées, la symbolique entourant ces mouvements se voit détachée de son idéologie, qui passe au second plan dans le traitement humoristique et intègre insidieusement l’imaginaire collectif.

5Étrangement, le chapitre 4 s’éloigne de l’analyse médiatique pour se plonger dans des réflexions philosophiques mobilisant tour à tour Hegel, Baudrillard, Bergson ou encore Levinas. Bien qu’il s’ouvre sur la thématique du fonctionnement médiatique et de la perte de sens entraînée par l’orientation très événementielle de la télévision, le texte se perd ensuite quelque peu dans diverses considérations sur l’histoire, la vérité, l’irrationalité et le postmodernisme. En plus d’être relativement difficile d’accès pour quiconque n’est pas familier avec ces auteurs, cette partie trouve difficilement sa place à la suite de l’analyse entamée dans les chapitres précédents. De même, on peine à voir un lien avec le chapitre suivant, qui traite de la mondialisation du phénomène décrit jusqu’alors.

6Dans le chapitre 5, Lee présente une collection de mouvements d’extrême droite à travers le monde, du Pérou à la Malaisie, en passant par Taïwan et la France. Selon lui, la mondialisation et l’influence de la culture américaine participent à la propagation d’idéologies et de symboles dans des contextes très différents. Bien qu’adaptés aux contextes locaux, ces mouvements partagent un rejet de la différence et une volonté de renfermement sur soi.

7L’auteur expose, au dernier chapitre, deux exemples supplémentaires de la mondialisation du nazisme et du néonazisme. Tout d’abord, il évoque le succès international des films et des documentaires racontant le phénomène des chasseurs de nazis, qui témoigne de l’importance de la question nazie à travers le monde. Il consacre ensuite quelques pages au phénomène vidéoludique et à la place du nazisme en son sein. Reconnaissant le caractère global des jeux vidéo, il cite quelques exemples maintes fois analysés (les sagas Call of Duty ou Wolfenstein) pour conclure que l’existence de jeux sur la thématique nazie prouve la prégnance mondiale de ce sujet. L’ouvrage se termine par une brève analyse des événements politiques récents aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Tout en soulignant le rôle des médias dans la banalisation des idées racistes (les musulmans seraient les nouveaux Juifs), Lee concède l’impossibilité de mesurer l’effet direct de la couverture médiatique sur le vote des Étatsuniens et des Britanniques. Si la responsabilité directe des médias est évoquée, l’analyse s’aventure rarement plus loin qu’une reprise des éléments classiques de l’école critique, faisant des médias les outils de propagande de l’État. On touche ici une des limites fondamentales de son travail, qui prétend démontrer la banalisation d’idées par l’intermédiaire des médias sans pouvoir prouver les effets réels de ces derniers.

8Malheureusement, le manque de profondeur et de clarté grève le travail de Lee tout au long du livre. La première partie, bien que directement liée à la problématique, se contente trop souvent d’égrainer un ensemble d’œuvres culturelles contenant des éléments nazis et néonazis, sans qu’on comprenne bien ce que l’auteur cherche à montrer. Seuls quelques cas d’étude, comme celui sur The Reader, entrent plus en détail dans l’analyse sémiotique à proprement parler. Même le chapitre 3 sur la comédie et le nazisme se termine sur des considérations psychanalytiques mal amenées, mobilisant Julia Kristeva pour tenter de comprendre la réaction des cibles du comique. Plus problématiques, les chapitres suivants s’éloignent clairement de la représentation de l’extrême droite dans les médias et de sa banalisation subséquente. En l’absence d’un fil conducteur clair, l’accumulation des citations philosophiques, des descriptions sommaires de processus complexes et des anecdotes et exemples en lieu d’arguments peut égarer le lecteur. La référence permanente à Donald Trump, bien que pertinente, tend à affaiblir le propos général en faisant du cas spécifique étatsunien un idéaltype autour duquel toute l’analyse s’articule. Celle-ci se tient lorsque Lee montre l’influence des références nazis et néonazis sur la construction de la candidature et de la présidence de Trump, mais elle néglige de prendre en compte les spécificités nationales des extrêmes droites abordées par ailleurs.

9Ainsi, malgré une introduction qui se prévaut de toute automaticité et de toute exhaustivité dans l’analyse, on ne peut que rester sur sa faim à la lecture de l’ouvrage de Lee, qui aurait bénéficié du traitement plus approfondi d’un nombre réduit de sources. Partant d’un sujet extrêmement pertinent, et proposant une problématique plus que jamais d’actualité sur le poids des médias dans la banalisation des extrêmes, l’ouvrage manque de cohérence globale et d’une méthodologie claire. Après trois premiers chapitres critiquables mais prometteurs, l’auteur s’éparpille et perd de vue son sujet, essayant de condenser en une centaine de pages une réflexion philosophique globale, une analyse transnationale de l’extrême droite et une hypothèse peu soutenue sur les jeux vidéo. Faute d’une ligne directrice, l’argument majeur apparaît peu convaincant malgré une prémisse intellectuellement stimulante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Janel, « Jason LEE (2018), Nazism and Neo-Nazism in Film and Media »Communication [En ligne], vol. 37/1 | 2020, mis en ligne le 11 mai 2020, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/11943 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.11943

Haut de page

Auteur

Quentin Janel

Quentin Janel est candidat au doctorat en science politique à l’Université du Québec à Montréal et chercheur associé au Laboratoire d’analyse de la communication politique et de l’opinion publique (LACPOP). Courriel : Janel.quentin@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search