Navigation – Plan du site
Lectures

Anamik SAHA (2018), Race and the Cultural Industries

Cambridge, Polity Press
Chloé Monin
Référence(s) :

Anamik SAHA (2018), Race and the Cultural Industries, Cambridge, Polity Press

Texte intégral

1La préface de cet ouvrage part d’un constat sous la forme d’un paradoxe : la diversité n’a jamais été aussi visible dans la culture populaire. Dans le même temps, les discours populistes se multiplient et triomphent dans nos démocraties occidentales, usant de représentations stéréotypées et racistes dont les médias se font largement l’écho. Ici, c’est donc la représentation des minorités au sein des productions culturelles de masse qu’Anamik Saha entend traiter. Il se propose d’interroger la relation ambiguë qu’entretiennent les industries culturelles avec la notion de diversité. Le but de cet ouvrage est de résoudre une contradiction, à savoir la visibilité croissante des minorités dans la culture populaire et médiatique, allant de pair avec la persistance des stéréotypes, dont le psychiatre Franz Fanon (cité en début d’ouvrage) dénonce les dommages psychosociaux sur les populations ainsi stigmatisées. Il s’agit donc d’un ouvrage à la fois scientifique et militant qui cherche à éclairer un angle peu exploré des études culturelles et médiatiques. Dans le même temps, l’auteur espère apporter des solutions politiques permettant une représentation plus fidèle de la diversité, libérée des biais culturels et des stéréotypes racistes.

2Dans un long chapitre introductif, l’auteur fait d’abord un état des lieux de la recherche pour en distinguer les lacunes. Il apparaît que le racisme, envisagé au prisme des industries médiatiques et culturelles, est globalement peu traité, et encore moins sous l’angle de la sociologie de la production. Si certains auteurs issus des cultural studies (notamment Stuart Hall, souvent cité dans cet ouvrage) ont pu aborder la question de la représentation des minorités dans la culture populaire, c’est souvent sous l’angle de la mise en texte (avec une approche sémiotique) ou de la réception. Saha propose ici d’éclairer les conditions spécifiques d’émergence de ces représentations. Il constate par la même occasion que le concept de racialisation, central dans cet ouvrage, est relativement absent de la sociologie européenne et occidentale, qu’il qualifie de « majoritairement blanche ». C’est aussi dans cette introduction que l’auteur expose un paradoxe intrinsèque à l’idéologie néolibérale, qui servira de fil conducteur à son étude : l’exploitation mercantile de la diversité au moyen de la fabrication de marchandises culturelles par un processus de production maintenant l’hégémonie raciste et l’oppression des minorités. Il cherche ainsi à éclairer la construction de représentations racialisées par une approche historique et socioéconomique. Pour ce faire, l’auteur adopte une approche sociologique de la production culturelle, menée sur la base d’enquêtes ethnographiques et d’études de cas, à la lumière des théories françaises sur les industries culturelles (empruntées à Edgar Morin et Bernard Miège) et des études postcoloniales. Saha déclare se concentrer sur les contenus culturels produits dans les pays anglo-saxons et d’Europe de l’Ouest. L’auteur défend sa position ethnocentrée en rappelant l’absence de travaux sur le sujet.

3Dans un deuxième chapitre, Saha tente de construire un cadre théorique intégrant les apports de l’économie politique et les aspects socioculturels de la production culturelle industrielle. L’ouvrage Policing the Crisis de Hall est considéré comme pionnier dans sa façon de présenter les médias comme élément central dans la construction centrale des perceptions racialisées. Saha se livre ensuite à une analyse de l’état des lieux de la recherche de la sociologie du journalisme (plus particulièrement des rédactions) et des cultural studies sur la question de la production de contenus culturels et médiatiques. Trois aspects sont à retenir de ces travaux : la question de la diversité (ou de l’absence de diversité) au sein des équipes journalistiques, la nature intrinsèquement racialisée des codes et pratiques professionnels, la tension permanente entre les impératifs commerciaux affectant les industries culturelles et médiatiques ainsi que la marge de manœuvre des acteurs de la production en lien avec leurs valeurs politiques, sociales et culturelles (agentivité).

4L’auteur propose ainsi une théorie de la construction de la race au sein des industries culturelles qui articule trois tensions dialectiques :

  1. La contradiction entre le poids de la structure organisationnelle sur les pratiques professionnelles et l’agentivité (agency) des individus ;

  2. La dialectique entre l’inscription du phénomène de production dans une histoire et une culture (aspect macro-sociétal) et les aspects micro-socioéconomiques de la production culturelle ;

  3. Un paradoxe entre la persistance des représentations stéréotypées et essentialistes et l’émergence de représentations contre-hégémoniques et subversives.

5Il en résulte la définition d’un champ social complexe et ambivalent, dans lequel les industries culturelles sont un espace d’oppression, de résistance et d’expression.

  • 1 La terminologie est ici empruntée par l’auteur à Michel Foucault.
  • 2 Selon Saha, les médias publics sont particulièrement investis, dans les États-nations, d’une missio (...)

6L’auteur amorce la deuxième partie de son ouvrage par l’analyse des conditions socioéconomiques de la production culturelle industrielle. Celle-ci prend place dans un contexte marqué par l’histoire du colonialisme, dont les pays anglo-saxons et européens ont été des acteurs majeurs. C’est aussi dans ces empires coloniaux qu’apparaissent le concept d’État-nation et l’idéologie libérale. Or, d’après C. J. Robinson, dont Saha cite les travaux, cette idéologie est intrinsèquement raciste. Elle est la conséquence d’un processus incomplet de décolonisation, où persiste un système binaire de distinction entre le dominant européen et l’étranger opprimé, stigmatisé et contrôlé. Le néolibéralisme célèbre la différence par un discours dit « postracial » qui nie le racisme, rendant impossible sa dénonciation. L’oppression des minorités n’en est que plus violente, car incorporée par ces dernières. La diversité étant perçue comme un moyen de distinguer des marchandises culturelles dans un marché fortement concurrentiel, l’étranger est ici fétichisé et objectivé, comme il l’était déjà à l’époque coloniale. Ainsi transformé en produit de consommation, il se voit retirer toute possibilité d’expression et d’existence politique. Le statu quo serait ainsi maintenu et accepté par les minorités, celles-ci y voyant un moyen de reconnaissance et de réconciliation. D’après Bell Hooks, à qui Saha emprunte cette interprétation, la concentration économique des institutions médiatiques et culturelles renforce encore ce phénomène. Saha porte cependant une réflexion critique sur cette lecture. Bien que fortement concentré, le secteur n’en est que plus fragile, dépendant d’une exigence de rentabilité et victime de l’impossibilité de prévoir la réception des marchandises culturelles qu’il produit. Saha souhaite donc éviter l’écueil d’une vision fonctionnaliste, sans nuance, et souligne, une fois de plus, la complexité de son objet de recherche. La nature stéréotypée des représentations tiendrait, selon l’auteur, de la racialisation des marchandises culturelles, utilisées ici comme technologies de gouvernementalité raciste1. Saha en analyse le processus dans le chapitre qui suit. Il mène ainsi une analyse critique des politiques mises en place au sein des industries culturelles, de la création artistique et des services publics médiatiques. Les efforts ont ainsi porté sur la discrimination à l’embauche et sur la création d’œuvres « ethniques ». Ces politiques ont montré leurs limites. Aucun salarié issu des minorités culturelles n’a pu accéder aux fonctions dirigeantes et la production vise toujours le même public. Il en résulte une persistance de contenus stéréotypés et de représentations essentialistes des minorités. Concernant les médias publics, Saha constate la représentation d’une diversité « passe-partout » prenant la forme d’un discours postrace, puis d’une « diversité créative » fonctionnant selon les principes des industries créatives. Or, celle-ci relève davantage de l’expression de soi et de l’épanouissement individuel que de la prise en compte de la réalité vécue par une communauté2. Il en résulte la représentation d’une diversité neutre et dépolitisée.

7Dans les deux chapitres clôturant l’ouvrage, l’auteur analyse les procédés de production des marchandises culturelles à l’échelle micro-organisationnelle. La racialisation des produits culturels s’opère par le processus de rationalisation dont elle affecte tous les stades (bureaucratisation, formatage, étude mercatique et présentation des marchandises). Toutes ces étapes ont pour but d’homogénéiser les pratiques de travail, la production de symboles, et de prévoir leur réception par le public. Il peut arriver que certains secteurs des industries culturelles et médiatiques échappent à ces outils de rationalisation ou les utilisent, comme le fait la production indépendante, pour valoriser des créations contre-hégémoniques. De nouvelles représentations apparaissent alors, qui sont le résultat d’une indépendance de l’institution à l’égard des impératifs commerciaux et de l’agentivité des acteurs professionnels.

8À la suite de cette étude, l’auteur formule une série de recommandations : il préconise de garantir l’indépendance politique et économique des médias publics et de permettre la viabilité des médias communautaires par une ambitieuse action de financement. Il insiste enfin sur la capacité d’agentivité des intermédiaires et sur la nécessité de donner une place aux auteurs dans le contrôle de la production culturelle.

9L’ouvrage de Saha est un travail scientifique de qualité dont la dimension militante et prescriptive est assumée. Cela n’affecte pas pour autant l’objectivité et la rigueur de la démarche. L’auteur se livre à un examen minutieux de l’état de l’art sur la question du racisme dans la production culturelle, aboutissant à un cadre théorique ambitieux. On notera cependant une disproportion avec le travail de terrain, dont la méthodologie est trop succinctement présentée. Les résultats d’un travail qualitatif gagneraient à être éprouvés et mesurés dans un volet quantitatif, ce qui permettrait à l’auteur de monter en généralité. On regrettera enfin une écriture très scolaire qui alourdit le texte et en freine la lecture. Race and the Cultural Industries reste néanmoins une analyse pertinente de la représentation de la diversité au sein de la production des industries culturelles.

Haut de page

Bibliographie

HALL, Stuart, Chas CRITCHER, Tony JEFFERSON, John CLARKE et Brian ROBERTS, (2013/1978), Policing the Crisis: Mugging, the State, and Law & Order, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Haut de page

Notes

1 La terminologie est ici empruntée par l’auteur à Michel Foucault.

2 Selon Saha, les médias publics sont particulièrement investis, dans les États-nations, d’une mission d’intégration et de maintien de la cohésion des sociétés nationalisées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Monin, « Anamik SAHA (2018), Race and the Cultural Industries », Communication [En ligne], vol. 37/1 | 2020, mis en ligne le 11 mai 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/12016

Haut de page

Auteur

Chloé Monin

Chloé Monin est docteure en sciences de l’information et de la communication et chercheuse associée au laboratoire Éducation, culture, politique (ECP), Université Lyon 2. Courriel : Chloe.monin@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals