Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/1LecturesPhilippe SIMONNOT (2018), Le sièc...

Lectures

Philippe SIMONNOT (2018), Le siècle Balfour, 1917-2017

Paris, P.-G. de Roux
Jean-Pierre Chamoux
Référence(s) :

Philippe SIMONNOT (2018), Le siècle Balfour, 1917-2017, Paris, P.-G. de Roux

Texte intégral

1Préparant la création de l’État d’Israël il y a cent ans, une communication du ministre anglais Balfour concluait, sans le savoir, le XIXe siècle ; elle annonçait, sans le dire, la fin des empires coloniaux et, sans le sentir vraiment, contribuait à l’avènement de l’Empire américain, qui régit le monde depuis lors. En abordant son sujet, Philippe Simonnot jette une lumière crue sur le sionisme, sur ses relations avec les grandes puissances, sur les migrations juives et sur la colonisation israélienne de la Palestine, de vrais enjeux de notre temps.

2Création du XXe siècle, installée en Terre sainte avec le soutien des Occidentaux, Israël associe, à sa manière, démocratie et théocratie, innovation et tradition, laïcité et religion, et combine le libéralisme économique de ses entrepreneurs avec le socialisme de ses kibboutzim ! Il lui a fallu, pour réussir ce grand écart, beaucoup user le verbe et la rhétorique, mais aussi montrer sa force et savoir s’en servir. Établi en terre d’islam, cet État récent, fragile en apparence, prouve chaque jour sa maîtrise du savoir, du faire-savoir et de l’action. En ce sens, il est occidental ; il ne prolonge cependant pas plus l’Europe au Levant qu’il ne représente l’Amérique en Orient. Ne serait-il, en définitive, que l’expression contemporaine de l’éternelle question d’Orient que personne n’a réussi à résoudre depuis plus de deux millénaires ?

3Simonnot nous avait habitués à découvrir les tours et les détours de l’économie. Sa plume, qu’il manie avec vivacité depuis plus d’un demi-siècle, les lecteurs du Monde en furent longtemps friands. Mais son nouvel essai ne traite presque pas d’économie : il complète et poursuit une enquête et des réflexions entamées depuis les années 1960, touchant au destin des Juifs dans le monde moderne, à l’État d’Israël et à son inscription dans le concert (rarement bien tempéré) des nations d’aujourd’hui.

4Ce travail parcourt les nombreuses retombées de la courte « déclaration » transmise par le ministre britannique à lord Rothschild le 2 novembre 1917, dont les termes engageaient le processus politique qui aboutit à la naissance d’Israël. L’auteur décrit les détours qui précédèrent et qui suivirent cet endossement du projet sioniste par le gouvernement britannique. Il en analyse les conséquences sur l’ordre du monde et sur les « grandes puissances » d’alors. Il met en évidence le complexe écheveau des stratégies de communication et d’influence de chaque puissance, leurs faces cachées et leurs échecs ; il apporte ainsi un éclairage cru sur les prétentions et sur les déceptions européennes, juives et arabes. Il dit enfin son inquiétude et juge sans fard les comportements politiques que révèle ce dossier.

5En rappelant les politiques des uns et des autres (Allemands, Anglais et Français, en particulier) au cours du XXe siècle, il dévoile leurs intentions et leurs propagandes tout au long de ce siècle qui consacre partout l’Amérique comme gendarme du monde et comme le tuteur du Levant, alors que les puissances coloniales furent ravalées, dans cette région comme ailleurs, au rang de puissance moyenne !

  • 1 Reproche que l’on doit, malheureusement, faire souvent aux essais publiés en France ; sur ce plan, (...)

6D’une grande richesse, ce livre aborde des sujets délicats : ceux que pose l’établissement d’Israël au cœur d’un Levant marqué par l’islam et peuplé d’Arabes. Simonnot distingue avec soin ce qui relève des différentes acceptions du sionisme et des nationalismes foisonnants dans la région ; il évite les raccourcis trompeurs, les amalgames et les faux-semblants d’un langage compassé. Son ouvrage est précis et courageux. On regrette cependant que l’exposé soit parfois touffu, ce qui complique sa lecture ; et, surtout, qu’il manque l’index et la bibliographie générale qui permettraient d’exploiter pleinement le potentiel d’un essai qui mérite non seulement d’être connu, mais aussi d’être exploité1 !

Du sionisme à l’État d’Israël : un parcours centenaire

7L’auteur inscrit d’abord son sujet dans la diplomatie britannique du début du XXe siècle : il rappelle les faits politiques qui préparèrent (sans pour autant le prévoir!) l’institution d’un État juif en Palestine. Sa première partie pose sept questions qui évoquent les sept jours de la Genèse, sur lesquelles je reviens plus loin.

8La deuxième partie du livre (« Marche à la bombe israélienne ») est une parabole du chemin de la Croix et de la Passion du Christ au Vendredi saint ; elle comporte 14 « stations » au terme desquelles l’État hébreu, nous dit l’auteur, dispose de 200 ogives nucléaires, d’une force de frappe sous-marine et de missiles Jéricho « capables de porter aujourd’hui le feu atomique jusqu’en Iran » (p. 177). Ce « secret de Polichinelle » conditionne évidemment la conduite des « grands » du monde contemporain, à commencer par les États-Unis. Mais pèse aussi sur la paix du monde car Israël, État nucléaire inavoué, n’affiche aucune doctrine de dissuasion. Chacun peut donc l’imaginer à sa guise ce qui constitue un cauchemar pour les chancelleries…

  • 2 La plupart des hôtes de la Maison-Blanche depuis 1917 sont cités, à l’exception notable de Ike Eise (...)
  • 3 Extrait de l’article « Superstition » du Dictionnaire philosophique, Paris, Garnier, tome 20, 1878, (...)

9Courte et incisive, la troisième et dernière partie de cet essai (« L’Amérique prise au piège ») constate que, depuis l’ordre mondial prophétisé par le président Woodrow Wilson (en 1916, à la veille de la déclaration Dalfour) jusqu’aux foucades du président Donald Trump face à Mahmoud Abbas en 2017, les leaders étatsuniens n’ont guère échappé au « tropisme pro-israélien » qui marque leur diplomatie depuis cent ans2. La conclusion de l’auteur est sèche : « Trump est un Balfour en pire » (p. 198). L’ouvrage se referme sur un aphorisme voltairien, faussement candide : si « la superstition met le monde entier en flammes, la philosophie les éteint3 » !

Dalfour ou le cynisme britannique

  • 4 En raison de sa stratégie impériale, l’Angleterre tenait à ce que sa marine accède aux ressources p (...)

10Simonnot résume la diplomatie britannique de la fin du XIXe siècle et de l’entre-deux-guerres : à l’époque de Balfour, l’épine dorsale de l’Empire britannique reliait l’Inde à la Grande-Bretagne. Une liaison sûre s’imposait sur cet axe maritime essentiel ; cela impliquait le contrôle du canal de Suez et de l’Égypte. De plus, le Proche-Orient devait être favorable aux intérêts britanniques. Il fallait donc chasser les Turcs qui occupaient ces territoires4. Pour s’en assurer, un important contingent britannique (400 000 hommes appuyés par autant de supplétifs arabes et indiens) tentait, avec des succès mitigés, de conquérir la Mésopotamie depuis 1914, pendant que la bataille de Verdun épuisait les troupes françaises qui auraient eu besoin d’être épaulées en Europe, par leurs alliés anglais notamment!

  • 5 Dans le même temps, les Anglais faisaient aux Arabes des promesses parfaitement contraires à l’espr (...)

11Pour se faire pardonner que leur guerre du Levant limite leur engagement en Europe, les Britanniques formèrent le projet d’associer les Français au « partage » du Proche-Orient. Les accords proposés par Mark Sykes à François Georges-Picot prirent forme en mai 1916 : ils allouaient aux Français le Liban et la Syrie, tandis que la Grande-Bretagne s’attribuait le Koweït, l’Irak, la Jordanie, la Palestine, le port de Haïfa et Saint-Jean-d’Acre ; Jérusalem, enfin, aurait une administration internationale5 !

12Soigneusement mise en scène 18 mois plus tard, la promesse sibylline du ministre Arthur Dalfour à lord Rothschild préparait « le mandat que l’Angleterre exercera sur la Palestine de 1920 à 1948 » ; en « sympathie » avec les « aspirations juives sionistes », elle promettait d’établir en Palestine « un Foyer national pour le peuple juif » (p. 13). Cette déclaration répondait donc à la fois aux ambitions des sionistes juifs et au mondialisme du président Wilson qui prôna, devant le Sénat des États-Unis en janvier 1917, « une paix sans victoire et sans annexion » pour l’après-guerre (p. 32) ! Cependant, l’Angleterre (comme la France, d’ailleurs) avait besoin de l’argent américain pour continuer ses guerres : elle ménagea donc l’universalisme du président étatsunien qui espérait pourtant éteindre l’époque coloniale, consubstantielle de l’Empire britannique!

Du sionisme chrétien…

  • 6 Voir citation de Benyamin Nétanyahou, mise par l’auteur en exergue de son essai : « Le sionisme chr (...)
  • 7 Voir le raisonnement des diplomates français et des stratèges américains au regard de l’armement d’ (...)

13Simonnot consacre de nombreuses pages au « sionisme chrétien », expression dont les racines remontent loin dans l’histoire et prolongent le millénarisme de nombreuses sectes du Moyen-Âge6. À l’époque moderne, les protestants qui contribuèrent à peupler le « Nouveau Monde » en gardaient les traces ; des politiques comme Jimmy Carter ou George W. Bush en furent imprégnés. Ce qui explique que Balfour, Shaftesbury, Lloyd George ou Sykes se convertirent au sionisme et que des hommes comme William Hechler et William Ormsby-Gore s’affirmèrent sionistes « en tant que membre de l’Église d’Angleterre » (p. 69). Winston Churchill, lui, fut un « sioniste cynique » : il pensait que les Anglais et les Juifs avaient une même défiance envers les Arabes et que l’installation des Juifs en Palestine serait donc un facteur de sécurité pour les Britanniques. Il justifiait ainsi la déclaration Balfour à laquelle il n’avait pourtant pris aucune part. L’établissement juif devenait , pour les Anglais, un moyen de cantonner l’influence arabe au Proche-Orient, d’accéder aux ressources mésopotamiennes et de mettre en culture les terres laissées en friche par les Arabes7 !

… au sionisme juif !

  • 8 Expression utilisée aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, en Europe comme ailleurs !
  • 9 Formule attribuée à Shaftsbury, oncle de Balfour : n’était-ce pas aussi une façon élégante de « rés (...)
  • 10 Une partie des hommes politiques d’Israël furent de cette origine (comme Chaïm Weizmann, Ytzhhak Sh (...)

14Des persécutions chroniques poussèrent longtemps les Juifs polonais ou russes à émigrer vers l’Ouest. Certains s’établirent en Allemagne, d’autres en France, en Angleterre et aux États-Unis, comme on le sait. Au sein de ces populations déplacées8, marquées par leurs traditions et par un rigorisme oriental, naquît toutefois l’idée que, quitte à émigrer, autant poursuivre jusqu’en Palestine, cette « terre sans peuple pour un peuple sans terre9 ». Base du sionisme de Theodor Herzl dès 1896, cette hypothèse trouva un écho favorable chez les migrants d’origine russe, ukrainienne ou polonaise10 ; mais elle souleva de fortes réticences chez les Juifs assimilés (allemands, britanniques ou français) et parmi les Étatsuniens pour qui l’antisionisme était encore de rigueur à cette époque. Car Der Judenstaat (l’État des juifs) affirmait que les Juifs sont un peuple à qui il faut un État. Une affirmation qui hérissa des rabbins de Vienne ou de Munich et qui prit à revers les Juifs intégrés en Angleterre, en Hollande, en France ou en Italie !

  • 11 De 1880 à 1920, le nombre des Juifs quintupla en Angleterre ; pour limiter l’antisémitisme, le mini (...)

15En s’appuyant sur les émigrants d’Europe centrale ou orientale, Herzl ratissait large. L’un de ses suiveurs convainquit Balfour et contra le « lobbying des juifs anglais assimilés » (p. 58) : Chaïm Weizmann, né en 1874 à la frontière occidentale de l’Empire russe, émigré en Angleterre en 1904, sera le premier président du nouvel Israël11 !

  • 12 Simonnot souligne l’ambiguïté d’un personnage comme Thomas Edward Lawrence, dit « Lawrence d’Arabie (...)

16En définitive, Dalfour, Sykes, Georges-Picot ou Paul Cambon, ambassadeur français à Londres lors de la signature des accords Sykes-Picot, s’exprimaient et concevaient le monde dans des termes propres au XIXe siècle : la stratégie anglaise se consacrait à conforter les implantations de l’Empire britannique ; la France radicale, laïque et républicaine s’affirmait protectrice des Lieux saints et des communautés chrétiennes du Levant. La Couronne britannique contrecarrait en coulisses les positions françaises et cultivait simultanément ses amitiés arabes et les espoirs sionistes12 : bien difficile de démêler cet écheveau !

Les prétentions et les collaborations franco-israéliennes

  • 13 Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, frère cadet de l’ambassadeur de France à L (...)
  • 14  Citation des Mémoires de guerre, t. I, p. 205, reprise par Simonnot, p. 133.
  • 15 Récit développé dans les huitième, neuvième et dixième stations de la partie II, rappelant notammen (...)

17Dans cet Orient où rien n’est jamais simple ni univoque, parlons d’abord de la France. Première étape, quelques mois avant la déclaration Balfour : le sioniste Nahum Solokow reçoit de Jules Cambon13 une lettre (secrète, comme les accords Sykes-Picot !) qui lui promet la sympathie de la France et s’engage à soutenir « la renaissance […] de la nationalité juive sur cette terre dont le peuple juif a été chassé depuis tant de siècles » (cité p. 34). Le Quai d’Orsay prenait ainsi position. Seconde étape : soucieux de contrer le désir britannique de « remplacer la France à Damas et à Beyrouth14 », Charles de Gaulle aviva en 1941 une collaboration franco-sioniste qui se prolongea bien après la fin du second conflit mondial : « […] ennemis des Anglais, ils deviennent des amis de la France » (p. 134) ! La France soutint donc la résistance juive dont le terrorisme sapait la présence des Anglais en Palestine (Groupe Stern, Haganah, Irgoun) avant leur départ définitif. Elle appuya aussi l’émigration vers la Terre promise des Juifs d’Europe centrale qui fuyaient les pogroms de Pologne, de Roumanie et de Hongrie, après l’armistice de 194515.

18La Passion se poursuit avec le vote de la France à l’ONU, en faveur de la partition de la Palestine entre Juifs et Arabes (novembre 1947, 12station), et par une coopération militaire qui contribua à consolider le complexe militaro-industriel israélien dont la clef de voûte fut l’arme nucléaire tactique dont dispose l’État d’Israël. Une vingtaine de pages touffues distille des détails sur cette « marche à la bombe » et sur la collaboration (parfois cynique, de part et d’autre) qu’ont poursuivie Français et Israéliens dans les domaines des armes, du renseignement, de la tactique et de la stratégie, depuis Ben Gourion jusqu’à Begin et Shamir…

Une collaboration germano-sioniste imprévue

19Le sionisme espérait dévier vers la Palestine une partie des migrants qui, de Pologne ou de Russie, se dirigeaient spontanément vers l’Allemagne. Au cours d’un voyage à Jérusalem en 1898, l’empereur Guillaume II aurait admis que la Palestine « appartien[t] de droit aux juifs » (p. 70). Ce soutien allemand fera même l’objet d’un trafic triangulaire entre le Troisième Reich, la Fédération sioniste et la Grande-Bretagne, mandataire en Palestine ; coincés par le contrôle des changes allemand, les émigrants juifs ne pouvaient satisfaire aux conditions qu’exigeait le mandataire britannique : importer un capital minimal de 1 000 £, afin d’être admis en Palestine !

20Sam Cohen, directeur d’une compagnie de colonisation, négocia avec le consul allemand en Palestine un accord de troc : le capital des émigrants allemands, consigné à Berlin, finança du matériel « made in Germany » destiné à la Palestine. Les émigrés touchaient la contre-valeur en livres sterling de leurs marks bloqués à Berlin et leur pécule payait ces importations ; il faisait donc travailler des industries allemandes et leur apportait des devises ! Un jeu « à somme positive » préempté par la Fédération sioniste allemande qui contrôlait le Havaraa Trust & Transfer Office. Pour Ben Gourion qui souhaitait « enrôler des juifs pour établir un État juif » (p. 121), cette immigration sélective fut une bonne affaire : de 40 000 à 60 000 Juifs allemands en bénéficièrent. Les transferts furent, semble-t-il, « de grande importance pour l’économie de l’État d’Israël » (p. 123). Entre 1933 et 1937, ils passèrent de 1,2 million de marks à 31,4 millions l’an !

L’Amérique, carrefour des sionismes ?

21Depuis la déclaration Balfour de 1917, le soutien de l’Amérique à Israël reste un lieu commun : de Wilson à Trump, l’Oncle Sam poursuit au Proche-Orient une politique sioniste, soutenue à la fois par des lobbies chrétiens et juifs. Comme la Grande-Bretagne avant elle, l’Amérique est prisonnière de ses contradictions et d’engagements incompatibles entre eux : alliance arabe avec les monarchies du Golfe, d’un côté, alliance israélienne, de l’autre.

22Il ne faut pas s’en étonner, car de telles contradictions font partie du jeu levantin : personne ne peut s’en abstraire dans une région où les faits religieux, le communautarisme et le clanisme participent à l’opacité des enjeux politiques. C’est pourquoi Simonnot met en lumière, à bon droit, les multiples influences qui se croisent sur tous les sujets, dans un contexte qui rend l’action politique illisible pour un esprit occidental et rationnel : en Orient, l’égoïsme, la manœuvre et le double langage sont de règle ; la promesse est rarement durable, sauf si le plus fort l’impose et qu’il dispose d’une force crédible, ce qui semble être le cas grâce à la dissuasion nucléaire juive !

23Herzl, inspirateur du sionisme moderne, est un personnage essentiel de cet essai ; il n’aborda pas la « question arabe » dans ses interventions aux congrès sionistes, entre 1897 et 1904. Au contraire souligna-t-il sans fard : « […] faire disparaître les Arabes (de Palestine) est au cœur du rêve sioniste » (cité p. 84). Ben Gourion affirmait lui aussi, dès les années 1930, que les sionistes ont transféré les populations arabes afin que la Palestine devienne une « terre sans peuple » et puisse recevoir son « peuple sans terre », déplacé depuis l’Europe centrale. Un dessein que Weizmann, président du nouvel Israël, condensa dans un dicton que personne n’oserait sans doute prononcer à nouveau aujourd’hui : « L’Arabe, fils du désert ? Il serait plus juste de l’appeler le père du désert ! »

24Sur quoi débouche en définitive cette curieuse aventure, vieille d’un siècle ? Simonnot souligne qu’il a toujours existé, en France et ailleurs, des Juifs pour s’opposer au sionisme et que ce dernier n’a pas toujours eu la meilleure part dans la politique internationale ! Le déplacement des populations arabes se poursuit : l’auteur n’hésite pas à le rapprocher des « épurations ethniques » au sein de la Yougoslavie des années 1990 ; commencé en 1947, ce déplacement continue. Est-ce la face sombre du sionisme contemporain ? Quant à sa face claire, serait-elle illustrée par les start up qui participent depuis Tel-Aviv au progrès numérique de notre temps, en liaison avec les universités et les réseaux internationaux qui alimentent l’innovation du monde actuel ?

Haut de page

Bibliographie

NÉMO, Philippe (2004), Qu’est-ce que l’Occident ?, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Reproche que l’on doit, malheureusement, faire souvent aux essais publiés en France ; sur ce plan, les éditeurs français sont moins consciencieux que leurs homologues hollandais, anglais ou allemands !

2 La plupart des hôtes de la Maison-Blanche depuis 1917 sont cités, à l’exception notable de Ike Eisenhower et de Richard Nixon !

3 Extrait de l’article « Superstition » du Dictionnaire philosophique, Paris, Garnier, tome 20, 1878, p. 452.

4 En raison de sa stratégie impériale, l’Angleterre tenait à ce que sa marine accède aux ressources pétrolières découvertes en Irak. La flotte britannique avait en effet remplacé le coke par le mazout que l’Amirauté souhaitait « extraire, raffiner et transporter » depuis l’Irak, selon les mots de Churchill aux Communes, en juillet 1913 (cité p. 28).

5 Dans le même temps, les Anglais faisaient aux Arabes des promesses parfaitement contraires à l’esprit de ces accords !

6 Voir citation de Benyamin Nétanyahou, mise par l’auteur en exergue de son essai : « Le sionisme chrétien précède le sionisme juif moderne et, je crois, lui a permis d’exister » (8 mars 2010). Voir également Némo (2004 : 41-44).

7 Voir le raisonnement des diplomates français et des stratèges américains au regard de l’armement d’Israël !

8 Expression utilisée aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, en Europe comme ailleurs !

9 Formule attribuée à Shaftsbury, oncle de Balfour : n’était-ce pas aussi une façon élégante de « résoudre la question juive en supprimant son support, le judaïsme » ? s’interroge Simonnot (p. 65-66).

10 Une partie des hommes politiques d’Israël furent de cette origine (comme Chaïm Weizmann, Ytzhhak Shamir ou Menahem Begin).

11 De 1880 à 1920, le nombre des Juifs quintupla en Angleterre ; pour limiter l’antisémitisme, le ministre Balfour souhaita sans doute détourner une partie de ce flux vers la Palestine (p. 60, note 1).

12 Simonnot souligne l’ambiguïté d’un personnage comme Thomas Edward Lawrence, dit « Lawrence d’Arabie », qui entraîna ses légions arabes à se battre contre leurs coreligionnaires loyaux avec les occupants turcs (p. 31).

13 Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, frère cadet de l’ambassadeur de France à Londres (déjà cité).

14  Citation des Mémoires de guerre, t. I, p. 205, reprise par Simonnot, p. 133.

15 Récit développé dans les huitième, neuvième et dixième stations de la partie II, rappelant notamment l’affaire terrible de l’Exodus pendant l’été 1947 (p. 134-147).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Chamoux, « Philippe SIMONNOT (2018), Le siècle Balfour, 1917-2017 »Communication [En ligne], vol. 37/1 | 2020, mis en ligne le 11 mai 2020, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/12023 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.12023

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chamoux

Jean-Pierre Chamoux est professeur émérite à l’Université Paris Descartes. Courriel : chamoux@parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search