Navigation – Plan du site
Lectures

Thomas TUFTE (2018), Communication and Social Change

Oxford, Polity
Anda Rodideal
Référence(s) :

Thomas TUFTE (2018), Communication and Social Change, Oxford, Polity

Texte intégral

1L’ouvrage de Thomas Tufte couronne ses longues recherches dans le domaine du changement social et de la modalité, où la transformation de la communication influence le développement social actuel et où elle est influencée par celui-ci. Faisant appel aux exemples et aux situations concrètes de communication, Tufte réalise une analyse approfondie et complexe, souvent critique, des différents points de vue des théoriciens des médias de masse ou des sociologues, afin de démontrer comment le paradigme de la communication se modifie en même temps que le changement social de nos jours. Il réalise une jonction prolifique de points de vue théoriques variés avec les diverses expériences de pratique ethnographique, portant le lecteur de l’Europe à l’Amérique latine et en Afrique, des théories de la modernisation aux postmodernistes, en centrant son discours autour de la notion de citoyenneté active et la participation des citoyens en tant que protagonistes de la communication qui déterminent progressivement le changement social. Divisé en huit chapitres, l’ouvrage argumente en faveur d’un nouveau paradigme de la communication dans le changement social, circonscrit à une sociologie de l’individu et de l’agence (agency), dont il est investi, dans une vision qui inclut les citoyens comme des participants actifs au développement social. Le nouveau paradigme est fondé sur les normes de la justice sociale et des droits fondamentaux et il inclut tant les possibilités liées aux nouvelles technologies numériques dans la communication que le besoin des établissements, des gouvernements, des organismes non gouvernementaux (ONG) et des agences internationales de développement de se synchroniser avec les citoyens qui les constituent et les soutiennent.

2La vague globale et actuelle d’activisme social expérimenté à l’échelle mondiale, combiné avec, et soutenu par, le développement technologique médiatique numérique a modifié l’équation des relations entre les citoyens, l’État, le gouvernement, les médias de masse et le secteur privé, nécessitant de nouveaux concepts, définitions et paradigmes dans la recherche du changement social.

3Dans ce contexte, le changement social doit être entendu comme un processus positif, « complexe, non linéaire et souvent contesté » (p. 21) dans lequel les relations de pouvoir sont guidées par les standards normatifs de la justice sociale et de l’équité, et les média font implicitement partie de ce processus. Se concentrant sur l’engagement des citoyens dans le processus du changement social, Tufte est d’accord avec le chercheur mexicain Jorge Gonzalez (2014) et avec tous ceux qui considèrent le changement social comme le résultat du développement de la connaissance, des systèmes d’information et des pratiques de communication. Comme il le montre, les provocations contemporaines de la communication pour le changement social sont liées à quatre grands méta-processus nouveaux, qui ont brusquement changé la société et en même temps les pratiques de communication en général : l’apparition d’un nouveau type de mouvements sociaux — différents par le type d’objectifs, les participants et les formes de mobilisation ; la croissance substantielle à l’échelle globale de la société civile ; les critiques, de plus en plus nombreuses, envers la société de l’Ouest ; l’émergence de nouveaux types de médias numériques.

4En passant à travers l’histoire des théories de la communication pour le développement et le changement social, Tufte met en évidence que la communication pour le changement et le développement doit être un objet d’étude spécifique, et ce, pour plusieurs raisons : elle émerge des pratiques de communication institutionnalisées, liées à la logique de fonctionnement du système organisationnel ; elle exprime une série d’objectifs prédéfinis, tangibles et quantifiables par rapport aux informations offertes ; c’est une communication stratégique, systémique, qui comporte et présente un cadre normatif de développement, articulant un discours qui prône la justice sociale, l’équité et les droits de l’homme, ayant aussi une composante politico-économique, une orientation néolibérale axée sur l’intention de communication prosociale, où les besoins, les droits et les responsabilités des citoyens se situent à la base de la communication pour le changement social.

5Pour théoriser et exemplifier la modalité où le changement social et la communication s’interfèrent et s’influencent mutuellement, dans les chapitres 3, 4, 6 et 7 du livre, Tufte analyse en détail les divers mouvements sociaux et les activités des établissements et des ONG identifiant les facteurs et les caractéristiques de la communication qui détermine le développement social. Le trait fondamental des mouvements sociaux contemporains en relation avec les médias est qu’ils offrent aux individus ordinaires la possibilité de se faire entendre et de voir leurs idées mises en œuvre. La « participation » est le concept-clé, vu comme définitoire pour l’engagement des gens dans le développement et le gouvernement, ayant la force de générer le changement, et la communication est l’élément central qui offre aux individus « agency » le pouvoir de participer également, peu importe les mouvements sociaux à l’échelle locale, nationale ou mondiale. Pour comprendre la complexité de ce lien et pour conceptualiser la participation en tant que processus de transformation, il utilise de nouveaux concepts, par exemple la « communication participative » (participatory communication), les « espaces de participation » (participation spaces) (p. 57) et le « gouvernement participatif » (participatory governance) (p. 66), qui sont expliqués et exemplifiés, afin de démontrer comment la communication médiatise et mondialise la société, provoquant le processus du changement sur plusieurs plans et déterminant le développement social. L’analyse de la dynamique online-offline occupe une place à part. Y sont traitées les théories selon lesquelles l’espace public est un espace civique où des sphères de communication se manifestent, et qui peuvent se multiplier grâce à Internet, dans ce que Tufte appellera des « sphérules social-civiques », démontrant ainsi la construction sociale de l’espace public où la société civile existe (p. 97). La conclusion de Tufte est que pour réussir à communiquer le changement social, tant dans les mouvements sociaux que dans des établissements comme des ONG ou des agences gouvernementales, il faut remplir deux conditions : tenir compte des citoyens ainsi que des motivations et des émotions les poussant à participer à la société et envisager la manière dont la communication online-offline fusionne dans la pratique médiatique contemporaine, où les acteurs sociaux représentent le point de départ. Les mouvements sociaux de nos jours ont un caractère mondial évident, ils sont devenus des « global movements » (p. 128) parce que les provocations locales spécifiques sont liées à celles d’autres pays, ils ont des thématiques similaires — l’environnement, l’urbanisme, la crise économique et l’inégalité sociale, la critique générale sur le paradigme du développement néolibéral actuel — et ils sont fortement médiatisés online et offline, ce qui met en évidence une « identité activiste, qui devient partie des mouvements mondiaux à côté de l’appartenance aux mouvements nationaux » (p. 129). Un rôle important revient aux établissements gouvernementaux et aux ONG dans la promotion de la communication pour le développement et le changement social, puisqu’ils sont les premiers qui se sont adaptés et qui offrent aux citoyens le pouvoir, l’agency et la capacité de s’exprimer. L’exemple donné par Tufte à ce sujet — UNICEF qui s’implique à l’échelle mondiale pour soutenir les droits des enfants et des jeunes — est éloquent et illustre bien les nombreuses possibilités que les média sociaux et le partenariat entre les médias de masse et la société civile offrent pour dépasser l’inertie institutionnelle et établir de nouveaux standards de la communication pour le changement et le développement social, où les citoyens puissent être entendus.

6Pour expliquer la force du changement social actuel et faciliter la recherche, Tufte fait appel à de nouveaux concepts, encadrant dans l’épistémologie de la culture du gouvernement la notion de cybercultur@, repris de Gonzalez (2003, 2012 et 2014) et il argumente avec Oscar Hermer qu’une perspective ethnographique est essentielle dans le domaine de l’étude de la communication pour le développement et le changement social. La cybercultur@ comporte l’interrelation entre l’information, la communication et la connaissance contemporaine où la technologie est devenue un vecteur social assurant la liaison entre elles, ayant une fonction prépondérante pratique, comme une « arme stratégique » qui offre aux individus l’accès à l’information. Elle est essentielle à l’obtention du contrôle et à la croissance de la qualité de la vie, elle transforme les individus dans des participatifs et aide les membres des communautés désavantagées, marginalisées dans le processus de formation de la résilience.

7En conclusion, reprenant le concept de Roger Silverstone de « mediapolis », en tant qu’espace civil médiatisé, qui n’a pas une location physique, mais qui émerge de l’organisation des citoyens désirant s’exprimer ensemble, Tufte relève dans cet ouvrage comment est construit l’espace de l’imaginaire social, dans lequel la communication pour le changement et le développement est devenue une composante centrale de la résilience nécessaire de nos jours. Pour la comprendre, il est nécessaire d’avoir un nouveau paradigme et de nouvelles méthodes de recherche. La démarche théorique de Tufte invite les chercheurs de tous les domaines à prendre en compte les facteurs émergeant de l’actuel état social et à se positionner de manière novatrice vis-à-vis de la modalité où la technologie médiatique et l’émancipation sociale convergent.

Haut de page

Bibliographie

GONZÁLEZ, Jorge A. (2003), Cultura(s) e cibercultur@(s): incursiones no lineales entre complejidad y comunicación, México, Universidad Iberoamericana.

GONZÁLEZ, Jorge A. (2012), Entre cultura(s) e cibercultur@(s): incursóes e outras rotas náo lineares, Sáo Paulo, Metodista de Sáo Paulo.

GONZÁLEZ, Jorge A. (2014), « Researching and developing cibercultur@: Emerging local knowledge communities in Latin America », dans Tina ASKANIUS and Liv STUBBE ØSTERGAARD (dir.), Reclaiming the Public Sphere: Communication, Power and Social Change, Basingstocke, Palgrave Macmillan, p. 1-12.

SILVERSTONE, Roger (1994), Television and Everyday LifeNew York, Routledge.

SILVERSTONE, Roger (2007), Media and Morality: On the Rise of the Mediapoli, Cambridge (MA), Polity.

SILVERSTONE, Roger et Eric HIRSCH (dir.) (1992), Consuming Technologies: Media and Information in Domestic Spaces, New York, Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anda Rodideal, « Thomas TUFTE (2018), Communication and Social Change », Communication [En ligne], vol. 37/1 | 2020, mis en ligne le 11 mai 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/12033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.12033

Haut de page

Auteur

Anda Rodideal

Anda Rodideal est étudiante au doctorat, Faculté de sociologie et aide sociale, Université de Bucarest. Courriel : a_rodideal@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals