Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2LecturesRomain BADOUAR et Clément MABI (d...

Lectures

Romain BADOUAR et Clément MABI (dir.), supervisé par Cécile MÉADEL (2015), « Controverses et communication »

Hermès, 73, Paris, CNRS Éditions.
Aïssa Merah
Référence(s) :

Romain BADOUAR et Clément MABI (dir.), supervisé par Cécile MÉADEL (2015), « Controverses et communication », Hermès, 73, Paris, CNRS Éditions.

Texte intégral

1Pour arriver directement à cette thématique de controverses scientifiques tant bruyante mais demeurant floue, j’opte pour la provocation en empruntant un passage qui sème le doute sur le caractère sérieux de la science : « C’est aujourd’hui presque devenu un motif frictionnel privilégié : l’activité scientifique “en train de se faire”, ses balbutiements, ses errances, ses revirements, ses figures méconnues et ses hérauts, ses transactions épistémologico-politiques et ses technico-marchandes » (p. 39).

2« Controverses et communication », tel est l’intitulé du numéro thématique 73 de la revue Hermès cordonné par Romain Badouar et Clément Mabi et supervisé par Cécile Méadel. Le dossier s’inscrit dans un effort d’actualisation des recherches publiées dans de précédents numéros de la revue. Il vise, par ailleurs, la valorisation des récentes communications discutées lors des différentes manifestations scientifiques sur le sujet organisées par l’éditeur, en l’occurrence ISCC.

3La notion de controverse dans son acception d’opposition de visions, de concurrence des postures d’acteurs et de mobilisation des arguments contradictoires est privilégiée comme un exercice d’expérimentation de la discussion et de l’analyse des controverses.

4À l’ère de la « politisation de la science » (p. 98) et de la spectacularisation du traitement médiatique des questions liées aux risques de la science, la thématique des controverses s’impose, selon une approche communicationnelle qui prendra en considération les facteurs contextuels et les acteurs parties prenantes en intervention et en confrontation.

5Le numéro dans son format papier est constitué d’une trentaine d’articles (enquêtes empiriques, réflexions théoriques, encadrés et entretiens avec des experts) répartis dans les quatre parties distinctes mais complémentaires : la mise en public des controverses, la communication et les rapports de pouvoir dans les controverses, la pratique scientifique à l’épreuve des controverses et les technologies de communication comme terrain et objet des controverses.

6L’introduction signée par les deux coordonnateurs, Badouar et Mabi, s’avère à la fois une problématisation actualisée de la question et un retour sur sa littérature et les approches théoriques qui la fondent. Cette démarche pédagogique a légitimé la pertinence sociale et scientifique de la thématique tout en discréditant les partisans des traitements simplistes de la question des « frictions et conflits qu’entraîne la diffusion de l’innovation technologique et scientifique dans la société » (p. 11). D’ailleurs, elle a facilité la progression dans la lecture et la compréhension de nombreux chapitres dédiés aux sujets objet de médiatisation et de polémique : les OGM, le nucléaire, les vaccins, les déchets radioactifs, le gaz de schiste, les nanotechnologies, etc. Dans cette optique pédagogique, une sélection bibliographique pluridisciplinaire couvrant les différents aspects de la thématique est proposée. Cette longue liste renseigne sur l’abondante et exhaustive littérature qui permettra davantage au lecteur et surtout au chercheur d’approcher les controverses médiatées et médiatisées.

7À la lecture du sommaire et les titres d’articles, on comprend le défi que représente le recensement de cet ouvrage. D’emblée, il faut le reconnaître, l’exercice est ardu, surtout en raison de la diversité des littératures mobilisées, des approches adoptées et des sous-champs abordés. Le fait de consacrer un numéro thématique à ce sujet dans une revue de renommée telle Hermès légitime l’émergence de tout un champ disciplinaire fondé sur l’analyse qui « s’articule habituellement autour de trois principes majeurs : elle est empirique, elle est symétrique et elle vise à décrire les différents acteurs impliqués » (p. 98).

8Les résumés des articles présentés à la fin du document nous ont épargné le retour linéaire sur les contenus et les traitements thématiques de chaque texte. C’est pourquoi nous privilégions plutôt une lecture par partie en insistant sur le rapport et l’apport de la communication dans les carrières des controverses, et ce, sans vouloir réduire les autres facteurs et approches en connexion.

9En réalité, aborder les controverses et la communication représente pour nous la possibilité de renouveler nos postulats construits et de revoir les résultats obtenus dans notre recherche doctorale qui a porté sur « la construction médiatique d’un problème public de santé : cas d’épidémie de syndrome néphrétique aigu ». En effet, c’est l’occasion d’interroger des pistes non creusées. La lecture de ce document pertinent, qui réunit tant de recherches récentes et poussées, permettra au lecteur de comprendre des facettes des enjeux de la conjugaison de la science à la communication dans ses diverses formes et applications : médiatique, scientifique, médicale, environnementale, publique et commerciale.

10Les coordonnateurs commencent leur introduction en donnant une définition accessible du concept de controverses articulé au pluriel pour signifier son caractère pluriel de plus en plus mobilisé et favorisé pour désigner les sujets conflictuels objet de polémiques scientifiques et médiatiques « face aux incertitudes engendrées par les innovations » (p. 11). Pour eux, ces controverses sont la résultante normale d’opposition de logiques de travail réalisée dans l’arène publique « des acteurs [qui] défendent des intérêts divergents et [qui] expriment des désaccords que l’état actuel de la connaissance scientifique ne permet pas de trancher » (ibid.).

11De nombreux exemples de controverses abordés se dégagent et des thématiques s’installent : écologie, santé, consommation, organisme et climatologie avec des enjeux plus visibles (scientifique, politique, économique, social, éthique). À ce propos et en revenant sur l’émergence du cas de l’obsolescence programmée, Thierry Libaert souligne que « la controverse est un lieu d’une réflexion complexe qui traduit une prise de conscience politique autour de cette problématique et qui convoque des logiques propres au développement durable et à la communication environnementale » (p. 151).

12L’intérêt de ce dossier ne réside pas seulement dans le traitement de cette thématique d’actualité scientifique pour ses enjeux sur la place de la science, mais aussi dans la mise en avant de son glissement des registres des discours médiatiques et politiques pour constituer un champ pluridisciplinaire fécond et outillé en sciences humaines et sociales.

13Au sujet des controverses dans l’histoire, notamment de la médecine avec les inoculations, Jean-Baptiste Fressoz écrit que « nous ne sommes pas soudainement passés de la confiance au rejet, de l’enthousiasme technophile à la méfiance précautionneuse » (p. 23). Dans le même sillage, la contribution de Caroline Ollivier-Yaniv aborde la pratique de la communication publique sanitaire en revenant sur les épreuves de controverses ayant marqué les secteurs, les professionnels, les usagers et les filières de la santé publique : l’affaire du sang contaminé, la polémique de la vache folle, le scandale de l’amiante et de nos jours la pandémie du coronavirus qui marque l’actualité, etc.

14Et pour illustrer la reconfiguration des processus de fabrication ou de construction des controverses à l’ère du numérique, Fabian Granjon explique comment le phénomène Internet, « comme outil et comme cause, a encouragé la constitution de groupements dont le ciment relationnel semble tenir au moins avant aux potentialités pratiques qu’ils mobilisent » (p. 219). Autrement dit, il explique comment le tournant numérique a contribué au renouvellement de l’agir collectif, loin des facteurs traditionnels de communauté en mobilisation. Dans cette perspective qui met en avant les réseaux et « les liaisons dangereuses » d’Internet, Francesca Musiani fournit un « aperçu des différents enjeux et débats qui font que l’on peut “— aujourd’hui et depuis juin 2013 — qualifier Edward Snowden d’homme-controverse” sur la question de surveillance et de vie privée sur les réseaux » (p. 209).

15Sans vouloir réduire de l’effort de coordination d’un dossier sur les controverses liées à la science et à l’innovation technologique, nous aurions aimé découvrir, à titre de lecteur, des études empiriques dans des contextes autoritaires où les espaces publics médiatiques sont fermés et où les discours officiels dominants sont fondés sur la rétention de l’information, le monopole de la vérité et du déni du désaccord. Ici et devant les démarches de confinement et d’empêchements des controverses pratiquées par les pouvoirs politiques, analyser les démarches de contournement des acteurs mobilisés pour médiatiser et débattre leurs causes est aussi un aspect à traiter. La pertinence de cette diversification des contextes aurait permis de comprendre comment des cas de controverses existent quand même, en analysant leurs processus de construction et de déconstruction surtout chez les promoteurs de causes opposés aux discours officiels. D’ailleurs, plusieurs faits scientifiques pourraient fournir des exemples à inscrire dans la case de projets potentiels de controverse. L’accumulation des résultats de recherche en construction des problèmes publics a démontré que des facteurs contextuels et des acteurs en interaction ont contraint ses faits au silence et au confinement médiatiques. La discussion des cas de controverses a été réalisée dans une vision un peu réductrice des apports de la crise amplifiée par la communication. En effet, l’analyse s’est limitée aux indicateurs observables : la matérialité des textes et des arènes ainsi que la dimension sensible. L’élargissement du traitement aux apports des controverses à la construction des événements médiatiques et des problèmes publics aurait permis d’envisager des politiques publiques. Pour terminer, nous regrettons certains articles et encadrés qui envisagent la question névralgique de l’avancée de la science selon une démarche de banalisation et de « sceptisation » des connaissances conjuguées avec certitude scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aïssa Merah, « Romain BADOUAR et Clément MABI (dir.), supervisé par Cécile MÉADEL (2015), « Controverses et communication » », Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/12253

Haut de page

Auteur

Aïssa Merah

Aïssa Merah est professeur d’enseignement supérieur à l’Université Abderahmane Mira, Bejaia (Algérie). Courriel : merah_aissa@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search