Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2LecturesOlivier BELIN et Florence FERRAN ...

Lectures

Olivier BELIN et Florence FERRAN (dir.) (2018), Les éphémères et l’événement

Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Izabeau Legendre
Référence(s) :

Olivier BELIN et Florence FERRAN (dir.) (2018), Les éphémères et l’événement, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Texte intégral

À partir du moment où l’histoire ne s’est plus située en opposition radicale avec cette vision concurrente du passé qu’est la mémoire, et qu’elle s’est emparée à son tour de ses lieux et de ses objets, les éphémères, ces petits imprimés du quotidien témoins et agents des événements ordinaires ou extraordinaires qui le ponctuent, ont vu leur place s’accroître dans l’étude de l’événement (p. 14-15).

1S’inscrivant dans la continuité des travaux de Jean-Yves Mollier qui en signe d’ailleurs la postface, l’ouvrage collectif dirigé par Olivier Belin et Florence Ferran se propose de montrer l’étonnante variété d’études rendues possibles par le travail sur les éphémères. Les éphémères, catégorie rassemblant l’ensemble des documents initialement destinés à la disparition tant ils sont liés à l’actualité de leur production, peuplent en effet les différentes archives, que les 14 autrices et auteurs rassemblés ici se sont donné le mandat de scruter.

  • 1 « Les éphémères, un patrimoine à construire », Fabula (section « Colloques en ligne »), www.fabula. (...)

2Issu du programme PatrimEph (Patrimonialisation des éphémères) rassemblant plusieurs laboratoires de recherche de l’Université Cergy-Pontoise et que Belin et Ferran portent depuis 2013, Les éphémères et l’événement fait suite à une série de travaux, dont le colloque Les éphémères, un patrimoine à construire, publié en ligne sur la plateforme Fabula1. Puisant dans une multitude d’approches et multipliant les types de documents étudiés, les textes présentés sont rassemblés en quatre parties. Chacune d’entre elles, à l’image d’un corpus forcément inépuisable, propose l’une des articulations possibles de la relation unissant l’« éphémère » à l’« événement », deux notions insaisissables que chacun de ces chapitres se propose de définir.

3Dans la première partie de l’ouvrage, intitulée « Dimensions : entre événements privés et collectifs », se dévoile, comme le propose dans sa contribution Michael Twyman, « l’importance des imprimés éphémères comme interface graphique avec le passé » (p. 46). En tant que publications à la frontière des sphères publique et privée, les éphémères se présentent sous cet angle comme autant de portes d’entrée pour une histoire des représentations visuelles des événements du quotidien.

4Romain Thomas, analysant les épithalames illustrés néerlandais du XVIIe siècle — des publications de circonstance mêlant poésie et gravures et qui accompagnaient notamment les mariages des grandes familles —, insiste sur ce point. En les identifiant comme témoignages d’une « communion visuelle » (p. 54), il note comment les représentations visuelles du mariage sont à l’image du rite lui-même, dans la mesure où chaque épithalame est à la fois individuel (associé à un événement particulier) et collectif (mis en circulation dans la sphère publique).

5Portant cet échange entre le collectif et l’individuel à une autre échelle, Isaura Solé Boladeras se penche sur les affiches produites à l’occasion de l’Exposition universelle de Barcelone de 1888. Elle insiste, dans ce contexte, sur la relation réciproque entre publicisation de l’événement par l’éphémère et redéfinition de l’éphémère par l’événement. L’Exposition universelle de 1888 correspond, en ce sens, au « point de départ symbolique de l’histoire de l’affichage catalan moderne » (p. 73) marqué par l’exploration formelle.

6Dans chacun de ces cas, la tension entre le privé et le collectif — mais aussi entre l’individu et sa place dans l’espace public et, d’une certaine façon, entre l’expérience vécue et l’événement — semble en partie créée par les éphémères qui publicisent l’événement. C’est cette relation entre la publication d’éphémères et la construction de l’événement qui est abordée dans la partie suivante du livre.

7Intitulée « Actions : construire l’événement », la deuxième partie de l’ouvrage se penche sur la tension constitutive mais paradoxale qui unit le reportage de l’événement, d’une part, et sa fabrication en tant qu’événement, d’autre part. Cette réflexion sur le rôle joué par les éphémères dans la composition même de l’événement servira également de prétexte à l’introduction de réflexions méthodologiques plus larges. L’éphémère se présente alors à l’observateur ou à l’observatrice comme une porte d’entrée menant à la constitution de la portée historique de l’événement, de la même manière que l’événement historique sert de point de départ pour une réflexion sur le statut des éphémères dans la recherche historique.

8Dans « Quand la sainteté sature l’espace public », Axelle Guillausseau interroge le rôle qu’a joué l’abondante production d’éphémères dans un événement important de la Contre-Réforme, soit la série de canonisations de 1622. La quintuple canonisation cristallise ainsi un ensemble de conflits entre les pouvoirs français et espagnols, entre différents membres du clergé, différents ordres et plusieurs communautés de croyants et croyantes. Les publications éphémères sont un élément-clé de ces luttes et permettent « d’éclairer l’instrumentalisation politique de la sainteté » (p. 92).

9L’utilisation politique des éphémères entourant la production d’un événement est également au centre des textes de Philippe Martin et de Jean-Luc Laffont. Pour le premier, c’est encore le processus de canonisation et le rôle des ordres religieux qui la mettent en lumière : « Pour ce peuple des saints, les ephemera sont un moyen de naître, d’être célébrés et de vivre parmi les fidèles » (p. 103). Pour le second, c’est au contraire la répression de la production d’éphémères qui est mise de l’avant. Dans la « lutte pour le contrôle de l’espace graphique » (p. 133) opposant les sociétés populaires et les clubs à la police pendant la période révolutionnaire, c’est la peur que l’actualité ne fasse événement par sa représentation sur les affiches et les placards qui est mise au jour. Les éphémères portent ainsi, en ce qu’ils participent de la création d’événements, la trace de conflits et de luttes politiques.

10La troisième partie, intitulée « Effets : diffuser l’événement », se penche sur une tension d’un autre ordre : celle qui oppose la réalité de l’événement à sa diffusion par la voie d’éphémères. Les enjeux entourant la diffusion des éphémères sont, également, l’occasion d’aborder le vaste problème d’accès aux sources premières. S’il est vrai que l’éphémère offre un accès privilégié à l’événement, « il faut bien dire », comme le notent Belin et Ferran, « que, sauf exceptions […] nos éphémères ont disparu en masse » (p. 21). C’est dans cette tension entre leur diffusion initiale et leur conservation que s’instaure un dédoublement de la mémoire qui pose problème aux chercheurs et chercheuses intéressés par les éphémères : l’éphémère est, en ce sens, trace de l’événement pour ses contemporains d’abord, puis pour celles et ceux qui les retrouvent dans les archives ensuite, parfois à des siècles d’intervalle.

11Vincent Chambarlhac, travaillant sur l’histoire de la troupe de « théâtre populaire » des Copiaus dans la première moitié du XXe siècle, présente de façon éloquente la difficulté que pose l’établissement d’un corpus pour toute étude mobilisant les éphémères. La série d’éphémères composant tel corpus étudié, « surtout l’effet du hasard », est « nécessairement fragmentaire et discontinue » et ne « vaut [que] pour ce qu’elle permet comme hypothèse » (p. 184). La difficulté méthodologique semble en effet une constante dans l’ensemble des contributions rassemblées dans Les éphémères et l’événement. Chambarlhac la trouve chez Michel de Certeau, qui la reprenait déjà de Christian Jouhaud et de son étude des mazarinades de la Fronde : « La pratique historienne de l’éphémère vise “à partir d’un cas historique l’exploration d’une méthode” » (p. 189).

12Le dédoublement relatif à la conservation nécessairement partielle des éphémères dont il est question dans cette troisième partie est repris dans la quatrième et dernière partie de l’ouvrage, au regard de la durée même de l’événement cette fois. Le floutage du partage entre le privé et le collectif abordé dans la première partie, celui entre le reportage et la création de l’événement abordé dans la deuxième, puis entre son actualisé et sa diffusion tel qu’abordé dans la troisième, en engendrent nécessairement un quatrième, brouillant la distinction entre temps court et temps long. L’éphémère joue ici un rôle renouvelé, en tant que partie prenante d’une redéfinition et d’une accélération de l’historiographie, sinon de l’histoire, à l’époque moderne. « L’urgence d’une historiographie immédiate peut donc se traduire par une extension horizontale du champ d’étude », avance Cécile Robin (p. 233), extension vers une intégration du banal, du trivial, de l’éphémère. Analysant les prospectus de journaux révolutionnaires et ce qu’ils indiquent de l’« urgence d’une histoire immédiate » pendant la Révolution, elle note le nécessaire investissement de l’éphémère dans un temps simultanément court et long — à la fois produit des circonstances et trace d’une histoire en train de se faire.

13La même tension entre les deux temps de l’éphémère attire l’attention de Laurence Giavarini. Cette fois, c’est l’usage de la valeur accordée à la « Littérature » garantissant l’existence de textes dans la durée qui est interrogé. Se penchant sur les publications attribuées à Théophile de Viau entourant son procès pour « libertinage » puis son bannissement, elle note comment certains de ces écrits sont, par après, passés du côté de la littérature et de la postérité : « […] le fait qu’un écrit se qualifie comme relevant de la littérature est une action en soi et induit une situation spécifique dans le temps long des écrits » (p. 240).

14Pour Alan Marshall, qui signe la dernière contribution de l’ouvrage, ce ne sont pas les processus de l’Histoire ou de la Littérature en train de se faire qui sont restitués par l’analyse, mais, plus banalement, le fonctionnement des brevets et autres publications à la jonction du légal, du commercial et du scientifique. Si l’objet semble radicalement différent, le constat, lui, reste le même. Le brevet, « intimement lié à l’actualité technique », mais malgré tout « destiné à être archivé pour être consulté par des générations suivantes d’inventeurs et d’industriels » (p. 274), montre bien la temporalité paradoxale constitutive de l’éphémère et de son rapport à l’événement.

15L’incroyable variété des approches, sujets et cadres théoriques esquissée ici ne recouvre qu’une partie du foisonnement qui se dégage de l’ouvrage dirigé par Belin et Ferran. Les éphémères et l’événement ne propose pas de synthèse et ne semble contenir qu’à peine la diversité des textes rassemblés. Malgré tout, l’effet d’ensemble reste tout de même convaincant, tant il donne à voir une incroyable diversité. Des types de documents d’abord : étiquettes de prix, épithalames, affiches, tracts, prospectus, documents légaux, administratifs, commerciaux, brochures, canards, écrans pare-feu, monnaie de nécessité et autres brevets, circulaires et rapports. Des approches ensuite : historique, littéraire, visuelle, médiatique, sociologique ou, plus simplement, poussée par un amour du document en question. Des périodes historiques : du XVIe au XXIe siècle. Des contextes, finalement : s’étendant du banal et du quotidien à l’extraordinaire, en passant par la paradoxale Histoire en train de se faire.

16Un effort de synthèse plus affirmé aurait sans doute pu contribuer à donner une direction plus franche aux différentes études présentées. La postface de Jean-Yves Mollier est, en ce sens, quelque peu décevante en ce qu’elle ne parvient qu’à effleurer les problèmes et questions soulevés tout au long du livre. L’étude des éphémères et de leur relation à l’événement reste en ce sens, comme le souligne la citation placée en exergue de ce compte rendu, une promesse pour les historiens et historiennes, une promesse qui reste encore à tenir.

Haut de page

Notes

1 « Les éphémères, un patrimoine à construire », Fabula (section « Colloques en ligne »), www.fabula.org/colloques/sommaire2882.php. Page consultée le 9 mars 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Izabeau Legendre, « Olivier BELIN et Florence FERRAN (dir.) (2018), Les éphémères et l’événement »Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/12268 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.12268

Haut de page

Auteur

Izabeau Legendre

Izabeau Legendre est étudiant au doctorat en Cultural Studies à l’Université Queen’s (Canada). Courriel : izabeau.legendre@queensu.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search