Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2LecturesMarianne BLOCH-ROBIN (2017), Carl...

Lectures

Marianne BLOCH-ROBIN (2017), Carlos Saura : paroles et musique au cinéma

Villeneuve d’Ascq, Septentrion, Coll. « Arts du spectacle-Images et sons »
Pascale Gossin
Référence(s) :

Marianne BLOCH-ROBIN (2017), Carlos Saura : paroles et musique au cinéma, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, Coll. « Arts du spectacle-Images et sons »

Texte intégral

1La musique représente pour Carlos Saura, réalisateur et scénariste espagnol, un pilier esthétique fondamental de son œuvre. Porque te vas, mélodie obsédante dans Cria Cuervos, reste à l’issue de la projection irrémédiable mémorisée par le spectateur. « Tous mes films sont musicaux ! » affirme le cinéaste (p. 9). Dans l’esprit général, lorsque l’on parle cinéma, l’image l’emporte sur l’environnement sonore. Cette opinion est à relativiser chez Saura. Dans ses films, la musique rivalise avec l’image, celle utilisée est souvent vocale et fréquemment diffusée dans son intégralité. Elle est omniprésente, non seulement par le biais de la bande-son, mais également par le fait que de nombreuses séquences de danse traversent la quarantaine de films réalisés.

2Marianne Bloch-Robin, maîtresse de conférences à l’Université de Lille, s’attelle avec minutie et précision à pointer les fonctions essentielles assurées par la musique dans les films de Saura. Pour ce faire, elle sollicite différentes disciplines des sciences humaines : musicologie, hispanologie, narratologie et arts du spectacle. Les sciences politiques figurent en toile de fond dans la mesure où Saura trouve, par le biais de son art, un moyen d’expression pour faire face à l’oppression de la dictature espagnole qu’il a vécue.

3Dans le premier chapitre, Marianne Bloch-Robin recense de façon exhaustive et chronologique les morceaux de musique vocale utilisés par Saura. Elle construit un tableau (Annexe 3) dans lequel elle identifie les extraits et mesure le pourcentage de musique diffusé sur la durée des films. Il s’agit là d’une prouesse, dans la mesure où les références musicales ne se trouvent pas systématiquement citées dans les génériques. L’exercice était néanmoins incontournable puisque Bloch-Robin s’appuie sur les résultats obtenus pour effectuer dans les deux chapitres suivants une analyse narratologique et esthétique de la musique choisie par le réalisateur. Elle s’attache également à mesurer l’évolution de l’utilisation de la musique d’un point de vue diachronique. Cela lui permet de dégager de grandes périodes. Elle montre que la musique retenue s’avère être essentiellement traditionnelle ou populaire, parfois savante. La chercheuse retient ensuite 19 morceaux qui constituent la matière principale de la suite de son analyse.

4Dans le deuxième chapitre, elle montre, en s’appuyant sur les travaux de Gérard Genette (théoricien de la littérature), la fonction narratologique des paroles. Saura se sert de la musique vocale comme d’un levier qui ordonne le récit. Par ailleurs, elle rythme le film. La musique est également utilisée pour préciser et caractériser l’espace représenté à l’écran. Les paroles des chansons entrent en adéquation avec le récit.

5Dans le troisième chapitre, l’auteure montre que la musique vocale utilisée dans l’œuvre de Saura introduit la notion de point de vue. Elle façonne les personnages. Elle assure également une fonction d’énonciateur filmique.

6L’étude traite d’un champ jusque-là peu, voire pas étudié. S’il existe des travaux portant sur la musique de film (Chion, 2003), aucune, selon Berthie Nancy, auteure du prologue du livre, n’a porté précisément sur la musique vocale. Le livre est enrichi d’un glossaire et d’une bibliographie particulièrement riche. Notons également une présentation chronologique des œuvres retenues par le cinéaste ainsi que sa filmographie complète.

7La méthodologie retenue par Bloch-Robin mérite d’être soulignée. C’est aussi en cela que l’ouvrage apparaît novateur et remarquable. La chercheuse utilise une démarche analytique, largement étayée d’exemples. Elle démontre ce qu’elle affirme. Elle effectue une analyse qualitative aussi bien que quantitative. Elle mesure la durée de la matière musicale pour faire l’hypothèse de corrélations. Elle pose un cadre théorique « qui permet d’appréhender le rôle esthétique et narratif de la musique vocale au cinéma en prenant en compte sa double nature musicale et textuelle » (p. 18). Elle construit et définit des concepts qui pourraient être repris dans des études à venir.

8Le livre rédigé par Bloch-Robin est atypique sous plusieurs aspects. Il relève d’une étude originale et minutieuse. Il propose une analyse structurelle de la musique présente dans l’œuvre de Saura. Sa méthodologie est transposable à d’autres recherches portant sur l’esthétisme.

Haut de page

Bibliographie

CHION, Michel (2003), Un art sonore, le cinéma, histoire, esthétique poétique, Paris, Cahiers du cinéma.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Gossin, « Marianne BLOCH-ROBIN (2017), Carlos Saura : paroles et musique au cinéma »Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/12287 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.12287

Haut de page

Auteur

Pascale Gossin

Pascale Gossin est rattachée au Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication (LISEC), Université de Strasbourg, Université de Haute-Alsace et Université de Lorraine. Courriel : pascale.gossin@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search