Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2LecturesJean BURGESS et Joshua GREEN (201...

Lectures

Jean BURGESS et Joshua GREEN (2018), YouTube, Online Video and Participatory Culture

Cambridge, Polity Press
Marie Canet
Référence(s) :

Jean BURGESS et Joshua GREEN (2018), YouTube, Online Video and Participatory Culture, Cambridge, Polity Press

Texte intégral

1Dans la préface de la seconde édition du livre consacré à la plateforme YouTube, les chercheurs Jean Burgess et Joshua Green préviennent le lecteur et la lectrice : la première édition fut écrite en 2007, publiée en 2008, et les choses ont bien changé. YouTube s’est transformée et a même muté. Cette transformation est une expansion économique et structurelle ; YouTube ne peut plus être qualifiée de site Web. La plateforme est partout, sur les téléphones comme sur les télévisions, elle est un média de masse mainstream et sa transportabilité lui vaut quasiment le qualificatif d’application. C’est ainsi que YouTube est passée, en quelques années, du statut d’interface modèle, pour ce qui concerne l’échange de données à contenu culturel, à régulateur de contenus et de comportements — telle est sa nouvelle responsabilité. Puissante, YouTube de YouTube Inc. appartient maintenant à Google.

  • 1 Ces fonctionnalités de réseautage social et de partage ont été capitalisées et ont été conçues pour (...)

2YouTube a été fondée par les anciens employés de PayPal Chad Hurley, Steve Chen et Jawed Karim. Ils inaugurent discrètement le dénommé « site Web » en juin 2005. L’originalité du site est alors technologique plus que culturelle. Il propose de lever les barrières technologiques qui empêchent jusqu’alors les amateurs de publier des vidéos en ligne. Avec YouTube, on peut désormais, et sans limites, mettre en ligne, publier, regarder des vidéos en streaming. Les fonctions sociales, bien que basiques, offrent la possibilité de « e-rencontrer » d’autres usagers. Les codes HTLM utilisés par la plateforme, simples, permettent en plus d’intégrer les vidéos sur d’autres sites. En cela, YouTube est contemporaine du développement technologique comme conceptuel des réseaux de partage, qu’ils soient définis en termes de réseaux sociaux ou en termes de partage de contenus. Les contenus publiés, comme partagés, sont un moyen pour les usagers de créer du lien social. Burgess et Green écrivent : « This social networking and sharing features capitalized on and were designed to add value to the recent introduction of popularity accessible blogging platforms like Blogger and WordPress 1 » (p. 2) — dont YouTube est contemporaine.

3Le succès de YouTube, c’est l’idéologie du participatif 2.0 à l’aube des années 2000. YouTube, plateforme pionnière, participe à l’invention de nouveaux principes de fonctionnement : les contributeurs sont des usagers et des producteurs de contenus. Parmi eux, il y a bien sur les chaînes de télévision, l’industrie musicale comme les clubs de sport ou les publicitaires, mais il y a aussi les petites entreprises, des institutions culturelles, des artistes et des activistes, des amateurs de toutes sortes. En 2000, tous ces contributeurs-producteurs façonnent les contenus et la dynamique de la plateforme. Et ce qui était vrai alors l’est encore à présent. Burgess et Green affirment qu’aujourd’hui, encore plus qu’hier, « la culture participative est le cœur de métier de YouTube ». Ils écrivent de même :

  • 2 Les logiques culturelles de la communauté, de l’ouverture et de l’authenticité sont intégrées à la (...)

The cultural logics of community, openness, and authenticity are embedded in the YouTube platform and brand at all scales of commerciality, from everyday documentation through to those star Youtubers with six-figure incomes, billions of views and millions of subscribers2 (« Préface »).

4La réédition de cet ouvrage, qui cherche à analyser les forces historiques et politiques qui dessinent le visage de YouTube, nous permet de prendre la mesure des transformations du vocabulaire, des idées et de la réalité de YouTube entre 2007 et 2017. Cela nous donne également l’occasion de mesurer, en dehors des fondamentaux mécaniques de la plateforme, ce que sont devenus, en ligne, les liens qui unissent les médias participatifs et le social, les cultures de masse et les sous-cultures. L’ouvrage nous permet de mesurer aussi ce qu’est, encore aujourd’hui, la politique des autrices et auteurs associés à la culture webcam, la politique des productrices et producteurs 2.0 à l’ère du social numérique ainsi que la manière dont l’échange et la participation y structurent et y défont le social tout à la fois. Il est question alors de rapports de domination et d’expression libérées comme régulées par les géants du Web.

5En dix années, tel est le point fondamental des auteurs, le vocabulaire attaché à la plateforme s’est lui-même transformé. Aujourd’hui, employer des termes tels que « Nouveaux médias » ou « Web 2.0 » auraient presque des accents comiques. À travers cet exemple, on comprend que ce sont la physionomie et le langage d’Internet qui se sont transformés. Une sorte de maturité ? Les auteurs ont ainsi dû rebaptiser certains chapitres pour mettre à jour leur propre théorie. C’est ainsi que « YouTube et les médias de masse » est devenu, par exemple, « YouTube et les médias », car la plateforme est depuis entrée dans l’arène des médias dominants à l’échelle mondiale.

6Cette réédition marque-t-elle l’obsolescence programmée des start-up concepts ? Entérine-t-elle, à côté d’autres ouvrages, le dévoiement des ambitions sociales et communautaires du Web 2.0 ? On le voit, les concepts comme la technologie liée à Internet permettent des effets d’extension et parfois de contradiction. Ce qui compte alors n’est plus tant de savoir ce qui a disparu que d’interroger ce qui est resté.

7Alors, qu’est-il resté ?

  • 3 a évolué pour devenir une archive publique massive, hétérogène, mais pour la plupart accidentelle e (...)

8YouTube propose un catalogue édité collectivement par les usagers qui sont aussi les producteurs de contenus de la plateforme. Elle permet encore d’archiver et de préserver un patrimoine audiovisuel qui lui-même informe de l’évolution des pratiques, usages et contenus culturels d’Internet allant du vidéoclip au discours de haine, de la publicité au tutoriel maquillage — et cela en totale ignorance des enjeux et règles associés aux droits des auteurs. Pourtant, l’enjeu de la plateforme n’est pas institutionnel et le remplacement de structures publiques au service du collectif par les compagnies privées les plus puissantes du Net fait question. La plateforme, écrivent les chercheurs, « has evolved into a massive, heterogeneous, but for the most part accidental and disordered, and increasingly precarious, public archive 3 » (p. 136). Plus loin, ils affirment :

  • 4 Bien que YouTube puisse apporter une valeur publique importante en tant qu’archive culturelle « acc (...)

While YouTube might contribute significant public value as an « accidental » cultural archive, the question of whether YouTube should seriously take responsibility for preserving, archiving, and curating this archive as a public good is at least now being asked, even if it is far from being resolved4 (p. 139).

9Tel est donc l’enjeu fondamental de cet ouvrage qui éclaire, après dix années de maturation, le devenir et les enjeux liés au partage et à la production de contenus culturels sur le Net : il est ici question de l’importance de YouTube dans l’archivage et la préservation d’un patrimoine audiovisuel construit collectivement ; il est question des enjeux et de la valeur d’un tel patrimoine tout comme de la responsabilité de son ou de ses propriétaires dans le devenir de ses données.

Haut de page

Notes

1 Ces fonctionnalités de réseautage social et de partage ont été capitalisées et ont été conçues pour ajouter de la valeur aux lancements récents de plateforme de blogging accessible au public, telle que Blogger et WordPress (traduction de l’auteure).

2 Les logiques culturelles de la communauté, de l’ouverture et de l’authenticité sont intégrées à la plateforme et sont la marque YouTube à toutes les échelles de sa commercialisation, de la documentation quotidienne aux YouTubers stars et leurs revenus à six chiffres, milliards de vues et des millions d’abonnés (traduction de l’auteure).

3 a évolué pour devenir une archive publique massive, hétérogène, mais pour la plupart accidentelle et désordonnée, et de plus en plus précaire (traduction de l’auteure).

4 Bien que YouTube puisse apporter une valeur publique importante en tant qu’archive culturelle « accidentelle », la question de savoir si YouTube doit sérieusement assumer la responsabilité de la préservation, de l’archivage et de la conservation de cette archive en tant que bien public est au moins maintenant posée, même si elle est loin d’être envisagée, d’être résolue (traduction de l’auteure).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Canet, « Jean BURGESS et Joshua GREEN (2018), YouTube, Online Video and Participatory Culture »Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/12308 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.12308

Haut de page

Auteur

Marie Canet

Marie Canet est critique d’art et enseignante en esthétique à l’École des Beaux-arts de Lyon. Courriel : mariecanet@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search