Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2LecturesMaxime CERVULLE et Nelly QUEMENER...

Lectures

Maxime CERVULLE et Nelly QUEMENER (2018/2015), Cultural Studies. Théories et méthodes

2e édition, Paris, Armand Colin
Catherine Roth
Référence(s) :

Maxime CERVULLE et Nelly QUEMENER (2018/2015), Cultural Studies. Théories et méthodes, 2e édition, Paris, Armand Colin

Texte intégral

1La deuxième édition de Cultural Studies. Théories et méthodes, de Maxime Cervulle et Nelly Quemener, propose un panorama vaste et bref de ce que peuvent être les cultural studies (CS) dans le monde, dans la pluralité et la labilité de leurs approches et dans la diachronie, depuis les origines anglaises dans les années 1960 jusqu’à une présence-monde aujourd’hui. Par rapport à la première édition, il s’agit d’une version augmentée, ici plus complète, là plus accessible pour des lecteurs étudiants, avec la même structure cependant. Les objets des CS se recrutent depuis les débuts autour des rapports de pouvoir dans la culture. Mais qu’est-ce que la culture ? Elle est définie au sens large, anthropologique, des modes de vie dans leur ensemble (ou encore des manières d’agir et de penser propres à un groupe social), et non pas au sens retreint des seules productions artistiques ou intellectuelles.

2Différentes catégories de minorités, situées à la périphérie sociale, sortent de l’invisibilité avec la recherche, qui les amène au centre de l’attention. Après les minorités de classe, l’accent est également mis sur le genre, la sexualité ainsi que la race, en lien non exclusif avec les questions postcoloniales. Ces groupes stigmatisés sont étudiés par le biais de représentations et de pratiques d’abord déconsidérées : séries télévisées, romans de gare, musiques populaires et leurs fans… Les productions médiatiques dites de masse se répandent au moment où, à Birmingham, étudiants et intellectuels se regroupent au Centre for Contemporary Cultural Studies (le CCCS, fondé en 1964) autour de Richard Hoggart puis de Stuart Hall, et les médias sont alors l’un de leurs terrains de prédilection. Prenant le contre-pied de l’école de Francfort, qui depuis l’avant-guerre met en garde contre l’aliénation des foules par les nouvelles technologies de la communication, les CS décryptent la réception médiatique comme une activité de production du sens, une co-construction par le spectateur ou l’auditeur. Elles le font parfois jusqu’à l’excès (comme d’ailleurs tout ce qu’elles font), en considérant la production de sens à l’émission comme quantité négligeable. Au moment où paraissent cette réédition et le présent compte rendu, les sujets se sont élargis à la planète et aux rapports de l’humain avec l’altérité sous ses différentes formes : nature, animaux, et surtout algorithmes, intelligence artificielle et post-humanisme. Traversant toutes ces problématiques, celle de l’identité a été un fil rouge dans l’univers hétérodoxe des CS bien avant son entrée en force dans les disciplines consacrées.

3Quant aux méthodes, elles sont pour le moins au pluriel, mais les deux auteurs montrent bien qu’elles ont en partage une approche fondamentalement critique. Au service des minorités, elles se veulent certes outils de compréhension du monde, mais aussi levier de résistance et de changement. Elles ne se conçoivent pas comme une utopie, mais bien comme un agir dans et sur le monde, ce dont témoignent deux termes anglais dont la langue française n’offre pas d’équivalent : l’agency, qui désigne la puissance d’action, et l’empowerment, le fait de gagner du pouvoir. La place de l’universitaire, dans une telle démarche, ne va pas de soi. Une théorie critique est un angle de vue légitime, mais un agir par la critique peut l’être moins. L’interrogation sur l’engagement politique et sa légitimité a donc presque toujours maille à partir avec le travail en CS, au point de miner selon certains la légitimité des CS elles-mêmes. Combien d’engagement la recherche supporte-t-elle, telle est sans doute la question.

4Combien de marxisme elle supporte en est une autre, essentielle aux origines et souvent en creux dans l’évolution du mouvement. Deux des fondateurs, Edward P. Thompson et Raymond Williams, pratiquent un marxisme distancé : sujet oblige, ils ne peuvent penser la culture superstructure comme un simple reflet de l’économie infrastructure. En d’autres termes, ils veulent réduire le réductionnisme économique du marxisme orthodoxe. Entre Althusser et Gramsci, plusieurs générations de chercheurs dialoguent avec les courants de pensée de leur époque : structuralisme, postmodernisme, déconstructivisme, etc.

5Une autre caractéristique fondamentale des méthodologies du champ (si c’en est un) est leur interdisciplinarité. Elle se conçoit non pas comme un échange entre des spécialistes ancrés chacun dans leur discipline, mais comme une sorte d’impératif de terrain : chacun requiert, selon le contexte, des outils qui sont à prendre où ils existent — en analyse du discours, anthropologie ou histoire, sciences politiques ou esthétique, etc. Cette méthode a les qualités de ses défauts : dilettante pour certains, elle est en éveil permanent et a une capacité presque ontologique à se saisir de sujets émergents, tout en apportant aux autres des réponses nouvelles. En multipliant ainsi les points de vue, les CS décentrent non seulement les objets, mais aussi le regard. Le refus de la spécialisation à outrance est aussi celui de l’enfermement dans le minuscule. Parvenir à une vision ample des problèmes de société est un prérequis pour la pensée qui se veut agissante.

6Au sein de ce foisonnement se repèrent des invariants : l’indéfinition elle-même en est un, et c’est elle qui conduit à l’inflation des turns, parfois traduits en français par « tournant », en commençant par le linguistic turn, qui insiste sur le rôle du langage dans l’appréhension, voire la construction de la réalité. Il est suivi de près par le cultural turn qui, prenant acte de l’impossibilité à être totalement objectif, se penche non seulement sur les faits, mais aussi sur la subjectivité des acteurs, la manière dont ils les interprètent, laquelle relève précisément de leur culture au sens large et crée des rapports de pouvoir au sein de la société. Les biens culturels, y compris ceux produits par l’industrie, ont ainsi une valeur identitaire. Avec et entre les tournants naissent de nouvelles studies : Black studies, queer studies, performance studies, visual studies, etc. Autres invariants, la permanence de la crise et la conflictualité entre les différents courants, cultivant tous la contradiction, souvent constructive, au service du savoir et du pouvoir de ceux qui n’en ont pas encore. Et quelle que soit la vivacité de cette forme d’anti-discipline, on ne peut nier y trouver, à toutes les époques, du creux. Même dans les chemins de traverse, la montagne accouche parfois d’une souris, par exemple lorsqu’elle découvre qu’il y a de l’idéologie dans la presse…

7Ce petit livre, qu’on ne s’y trompe pas, n’est pas une ixième déclinaison des abrégés sur le sujet. Sa particularité est d’être publié en France, un des quelques pays où l’institutionnalisation n’est pas effective. Chacune des pierres angulaires des studies, des minorités à la notion de populaire, de la critique à la discipline, représente un potentiel conflit avec la conception française de la nation et ses implications universitaires. L’universalisme républicain est prompt à coller l’étiquette de communautarisme à tout sujet sur les minorités ; le popular, dans l’Hexagone, a longtemps été appelé le vulgaire ; la présence des universitaires dans l’espace public y est plus réduite que dans d’autres pays européens ou non, si l’on excepte quelques figures médiatisées, voire « starisées ». Enfin, la défense de l’orthodoxie disciplinaire y est assurée par un organe sans véritable équivalent, le Conseil national des universités, qui est garant de qualité mais qui a aussi le pouvoir d’empêcher un in-discipliné de candidater à un poste. Malgré le faisceau d’obstacles, un nombre croissant de collègues français se réclament de cette filiation, que ce soit au sein des sciences de l’information et de la communication, des langues ou des études littéraires, et de plus en plus au sein des sciences historiques ou politiques.

8Le positionnement de l’ouvrage se comprend donc par rapport à l’imposante bibliographie anglophone et non européenne, y compris francophone, car le public visé n’est pas le même, et les obstacles non plus. Le grand intérêt des CS est leur permanente adaptation au contexte, et il est fort différent au Québec, par exemple. De ce fait, cette lecture peut être intéressante également pour les lecteurs nord-américains : la façon d’appréhender scientifiquement les cultures n’est-elle pas elle-même une culture ?

9Dans le paysage éditorial français, l’ouvrage est complémentaire d’une présentation parue en 2003, l’Introduction aux Cultural Studies, où Armand Mattelart et Érik Neveu retraçaient avec précision la naissance du mouvement et les premières décennies de son existence. À l’aube du xxie siècle, il avait perdu selon eux en précision et en vigueur. Or il s’est passé beaucoup de choses en quinze ans, dont rendent comptent Cervulle et Quemener dans leur synthèse non pas historique mais thématique, organisée en cinq faisceaux : culture, identité, représentations, médias, articulation. Ils ne les veulent pas exhaustifs, mais plutôt structurants dans l’ensemble de l’histoire et jusqu’à aujourd’hui. En traçant ainsi des lignes de force dans l’apparent morcellement du domaine, ils en illustrent non pas l’impossible unité, mais plutôt différentes unités dans la diversité.

10Par rapport à Mattelart et Neveu, ils montrent aussi plus de sym-pathie car plus d’em-pathie avec ce qu’ils décrivent, et le lecteur pourrait se demander jusqu’à quel point ils se considèrent eux-mêmes comme partie de ce tout. Une des rares critiques à leur adresser est leur absence de positionnement, alors qu’il s’agit peut-être du seul impératif vraiment catégorique des CS. Mattelart et Neveu, par opposition, apparaissent assez clairement comme des sociologues enrichissant leurs méthodes par les innovations des CS. Auxquelles ils reprochent d’ailleurs explicitement des déficits en sciences sociales.

11Enfin, la réflexion est à situer sur le plan théorique et méthodologique par rapport à un champ représenté en France surtout sur les marges rhénanes (et ailleurs par des germanistes), les Kulturwissenschaften ou sciences de la culture allemandes, plus anciennes, plus européennes également, et plus éclectiques car s’intéressant aux cultures en général et pas seulement (ou majoritairement) minoritaires. Les sciences de la culture ont en commun avec les CS leur esprit critique et leur transdisciplinarité, et s’en distinguent par un caractère plus réflexif et moins orienté vers l’action ainsi que par un fort ancrage dans les sciences historiques. Dommage qu’il n’y soit pas fait allusion, d’autant que si les CS doivent beaucoup à la French Theory, les Kulturwissenschaften se réclament de l’école des Annales.

  • 1 Est-il utile de préciser que cette remarque n’a rien de commun avec l’attaque des cultural studies (...)

12On peut également souhaiter que l’épistémologie des CS se défasse clairement de ce qui est devenu un topos, celui des sujets dits légitimes de la recherche, du moins selon une conception élitiste de la culture. Après les travaux déjà anciens du Conseil de l’Europe sur la démocratisation culturelle, cela ne correspond plus ni à la science ni au travail du ministère de la Culture français. On constate même parfois une tyrannie des sujets anciennement déconsidérés, compliquant dans certains laboratoires la tâche de celui qui voudrait interroger par l’interdisciplinarité un opéra ou une installation d’art contemporain. Il est temps de penser, pour la balayer, cette évidence d’une autre époque. Les valeurs culturelles sont prises dans un bouleversement que le chercheur observe dans ses infinies variations et dont personne ne peut actuellement prédire la future hiérarchisation1.

13Au total, on ne peut que recommander cette lecture, qui a aussi pour qualité de défaire nombre de lieux communs, par exemple la relation avec le marxisme, décrite tout en subtilité. Contrairement aux médiacultures, qui bien que fort stimulantes évacuent un peu vite les puissants outils de l’école de Francfort, on voit les CS s’en saisir pour penser la dangerosité de certains usages médiatiques, aussi réelle que la liberté du récepteur, et malheureusement fort actuelle.

14Cette analyse permettra d’ordonner ses idées à celui qui, plutôt familier avec le vaste ensemble des CS, peine parfois à situer leurs multiples déclinaisons les unes par rapport aux autres. Pour le public cible étudiant, l’écriture est parfois un peu allusive, ce qui est dû à l’impératif de brièveté de la collection (et aux exigences actuelles de l’édition). Très riche et se voulant relativement complète en un petit nombre de pages, la démarche en a les écueils. Il ne s’agit pas d’un manuel ; le néophyte y trouvera une introduction aux problématiques des CS avec un large appareil de notes qui fonctionne remarquablement (pour qui le souhaite, le texte se lit vraiment de façon indépendante) et une excellente bibliographie invitant à poursuivre le voyage. La lecture parallèle de textes choisis devrait permettre à un étudiant de prendre pied dans les problématiques énoncées ; par exemple, en français, l’anthologie d’Hervé Glevarec, Éric Macé et Éric Maigret ou les textes de Hall présentés également par Maxime Cervulle. Cultural Studies. Théories et méthodes est déjà un classique qui s’achemine, à n’en pas douter, vers sa troisième édition.

Haut de page

Bibliographie

DARRAS, Bernard (dir.) (2006), dossier « Études culturelles & Cultural Studies », Médiation et information, 24-25.

FAVRET-SAADA, Jeanne, Gérard LENCLUD et Alain FINKIELKRAUT (1991), « Un clip vaut Shakespeare », Terrain, 17 octobre. [En ligne]. http://terrain.revues.org/3013. Page consultée le 5 janvier 2020.

GLEVAREC, Hervé, Éric MACÉ et Éric MAIGRET (dir.) (2008), Cultural Studies. Anthologie, Paris, Armand Colin/Ina.

HALL, Stuart (2008), Identités et cultures. Politiques des cultural studies, édition établie par Maxime CERVULLE, traduit de l’anglais par Christophe JAQUET, Paris, Éditions Amsterdam.

HALL, Stuart (2013), Identités et cultures 2. Politiques des différences, édition établie par Maxime CERVULLE, traduction de l’anglais par Aurélien BLANCHARD et Florian VÖRÖS, Paris, Éditions Amsterdam.

MAIGRET, Éric et Éric MACÉ (dir.) (2005), Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, Armand Colin/Ina.

MATTELART, Armand et Érik NEVEU (2003), Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

Haut de page

Notes

1 Est-il utile de préciser que cette remarque n’a rien de commun avec l’attaque des cultural studies par Alain Finkelkraut en 1991, dans un article montrant qu’il n’avait pas compris les logiques en jeu (Favret-Saada, Lenclud et Finkielkraut, 1991) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Roth, « Maxime CERVULLE et Nelly QUEMENER (2018/2015), Cultural Studies. Théories et méthodes », Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/12326

Haut de page

Auteur

Catherine Roth

Catherine Roth est maître de conférences en sciences de la culture et de la communication à l’Université de Haute-Alsace, membre du Centre de recherches sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (CRESAT), et membre de la chaire Unesco Communication et diversité culturelle de l’université de Strasbourg. Courriel : catherine.roth@uha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search