Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2LecturesGuylaine MARTEL (2018), Incarner ...

Lectures

Guylaine MARTEL (2018), Incarner la politique. La construction de l’image médiatique des femmes et des hommes politiques au Québec

Québec, Presses de l’Université Laval
Pierre Leroux
Référence(s) :

Guylaine MARTEL (2018), Incarner la politique. La construction de l’image médiatique des femmes et des hommes politiques au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1L’univers politique a connu une profonde transformation de sa représentation médiatique dès lors que les grands médias et tout particulièrement la télévision, dès ses débuts, ont donné au jour le jour un écho des différents aspects de la vie politique. Pour des raisons qui tiennent à des évolutions concomitantes de l’univers politique aussi bien que de l’espace médiatique, la représentation des acteurs politiques a pris le dessus — en termes de cadre cognitifs ordinaires — sur les collectifs (partis, organisations, syndicats, associations, etc.). La politique se trouve ainsi « incarnée » par des personnalités dont l’importance médiatique, sans être indépendante de leurs rôle et fonctions proprement politiques, est également largement liée à leur capacité de se mettre en valeur et/ou d’être mis en valeur par les médias. C’est à cette question de « l’incarnation » de la politique qu’est consacré l’ouvrage de Guylaine Martel, professeure au Département d’information et de communication de l’Université de Laval. L’auteure aborde le sujet en étudiant la scène politique québécoise contemporaine, les hommes et les femmes qui l’occupent, prenant en compte les exigences qui s’imposent aux acteurs politiques dans l’exercice de leurs fonctions et en premier lieu dans la relation qu’ils entretiennent avec leur médiatisation.

2« Peopolisation », « personnification » sont des termes qui résument les formes contemporaines de la médiatisation des acteurs politiques auxquelles Martel va consacrer son ouvrage, dans la continuité des recherches qu’elle a menées auparavant. Certes, l’incarnation de la politique n’est pas nouvelle, elle est même inséparable du fonctionnement de la politique, mais les dimensions contemporaines de cette incarnation sont devenues particulièrement importantes avec la multiplication des « scènes » où se déploie la médiatisation de la politique. Cet ouvrage, relativement bref et divisé en quatre chapitres, entend faire le tour de cette question à partir de l’étude d’un corpus passé au crible de l’analyse de discours. Celle-ci repose sur 500 heures d’enregistrement d’émissions (débats, journaux télévisés, émissions d’information de divertissement et d’infodivertissement) diffusées à la télévision québécoise de langue française, réalisées sur une période de 20 ans et dont sont extraits 80 exemples venant illustrer les analyses.

3L’auteure affirme son choix d’étudier l’incarnation à travers la parole des personnalités politiques tenue par les politiques eux-mêmes dans un contexte (celui des apparitions à la télévision) où l’auteure considère que « la part de spontanéité qui caractérise la production orale déjoue souvent la stratégie et la censure » (p. 8). Il s’agit donc d’étudier la contribution directe des acteurs politiques eux-mêmes à la construction de leur personnalité publique. On peut sans doute formuler une réserve sur le postulat de spontanéité attendu d’interventions télévisuelles dont le cadrage par le dispositif est relativement prégnant de même que la connaissance des attendus de tel ou tel format dans l’esprit des politiques qui y participent. La remarque ne remet pas en cause le travail d’analyse : l’auteure nous montre dans son premier chapitre qu’elle prend en compte une dimension stratégique à travers le choix des lieux et des modalités d’apparition afin de « laisser croire que le personnage et la personne réelle qui lui sert de support sont une seule et même entité » (p. 38).

4Le premier chapitre passe en revue la relation à l’éthos et au charisme ainsi que les éléments et principes de la construction de l’image publique, c’est-à-dire la façon dont l’acteur politique « collabore avec les citoyens dans le but de donner un sens au message politique » (p. 9). Dans le deuxième chapitre consacré à la construction identitaire des acteurs politiques, l’auteure élargit la focale pour situer les principes de l’incarnation dans un cadre plus large, celui de l’exercice contemporain du métier politique. La construction identitaire prend ainsi place dans un modèle identitaire prédéfini dont les composantes ne sauraient être totalement propres et originales. La prise en compte, dans cette partie de l’ouvrage, des spécificités de la représentation médiatique des femmes est ici tout particulièrement bienvenue et finement analysée. Comme le montre le chapitre suivant, la « performance » médiatique dans le cadre des émissions analysées doit obéir à un double principe de « compétence communicationnelle » : le discours proprement politique (sur les décisions, les actions, les enjeux) doit se faire par l’intermédiaire d’une performance réussie du point de vue de la forme, celle-ci étant définie non seulement par la capacité de répondre aux attendus des émissions, mais aussi au travers de catégories de jugement psychologisantes devenues prégnantes (sincérité, spontanéité, etc.) qui visent à se rapprocher du citoyen-téléspectateur ordinaire. Cette idée est poursuivie dans le quatrième et dernier chapitre, qui montre comment s’actualisent les modèles de cette représentation : l’acteur politique est ainsi sommé de faire la preuve, dans son discours, ses attitudes, de sa capacité à jouer sur tous les registres d’un idéal contemporain qui définirait le plein accomplissement du métier politique par son occupant. L’auteure conclut en synthétisant les éléments d’analyse qui mettent en relief les tensions inhérentes aux différentes composantes de l’incarnation : vie privée/vie publique, sous-représentation/surexposition, emprunt ou non de modèles stéréotypés, notamment.

5On appréciera tout particulièrement le fait que l’auteure se dégage dès l’introduction de toute appréciation morale ou subjective qui viendrait biaiser l’analyse : il ne s’agit pas de fournir des évaluations des acteurs politiques au regard de leur performance médiatique ni d’esquisser une définition de bonnes ou de mauvaises pratiques du métier politique. Par ailleurs, le lecteur qui ne serait pas au fait de la vie politique québécoise sera également heureux que lui soit donnée en annexe une synthétique liste des acteurs politiques cités agrémentée d’une courte biographie ainsi qu’une liste des productions télévisuelles citées permettant de contextualiser les exemples convoqués dans l’ouvrage.

6Un élément complémentaire à l’analyse aurait pu être intégré, car il paraît caractéristique de l’incarnation de la politique aujourd’hui : c’est la façon dont l’image télévisuelle circule aujourd’hui sous la forme le plus souvent de courts extraits, notamment sur les réseaux socionumériques, renforçant certaines modalités « d’incarnation ». Dès lors, on peut se poser la question d’un possible biais de l’analyse — qui ne remet pas en cause les grandes lignes mises en avant par Martel — dont le mode de production de l’analyse est principalement fondé sur le découpage opéré par les instances de production des émissions : celui du déroulement linéaire d’une émission dans son entier, alors qu’on peut postuler chez beaucoup d’acteurs politiques une anticipation des spécificités de la circulation de l’information qui privilégient souvent une logique du coup d’éclat, de la formule et plus généralement de la scandalisation. Il y aurait là des caractéristiques complémentaires à analyser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Leroux, « Guylaine MARTEL (2018), Incarner la politique. La construction de l’image médiatique des femmes et des hommes politiques au Québec », Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/12366

Haut de page

Auteur

Pierre Leroux

Pierre Leroux est professeur en science de l’information et de la communication à l’Université catholique de l’Ouest (Angers, Nantes), Arènes (UMR 6501 CNRS). Courriel : pierre.leroux@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search