Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2LecturesKatie MOYLAN (2019), The Cultural...

Lectures

Katie MOYLAN (2019), The Cultural Work of Community Radio

Londres, Rowman & Littlefield International
Amélie Daoust-Boisvert
Référence(s) :

Katie MOYLAN (2019), The Cultural Work of Community Radio, Londres, Rowman & Littlefield International

Texte intégral

1Intimement intriquée à l’identité caribéenne et à la musique à La Nouvelle-Orléans. Militante et inclusive à Montréal. Alternative et rassembleuse pour les communautés culturelles de Toronto. Organique, souvent rebelle, la radio communautaire adapte ses fréquences au contexte social et culturel duquel elle émerge tout en révélant la face cachée des villes, dans toute leur diversité.

2Pour son essai, Katie Moylan a parcouru l’Amérique du Nord. La quête de l’enseignante de l’Université de Leicester s’inscrit dans la continuité de son ouvrage précédent, Broadcasting Diversity (2013), qui explorait la représentation des migrants à la radio irlandaise. Ici, la chercheuse traverse l’Atlantique. Arizona, Québec, Ontario, La Nouvelle-Orléans, Floride. Cinq lieux, cinq radios communautaires, semblables et étrangères à la fois, dont elle a documenté les pratiques, les structures et les contenus, le tout décliné en autant d’études de cas.

3Quelles fonctions la radio communautaire assume-t-elle  ? Quels angles morts dans la représentation de communautés marginales éclaire-t-elle  ? Quels cadres théoriques fournissent assez de clés pour la décrire et la comprendre  ? Moylan développe des réponses à ces questions de départ en analysant les politiques internes et les façons de faire des stations visitées, tout en cumulant les entrevues avec leurs artisans et artisanes, dont elle adopte pleinement la perspective. Le fait que l’autrice ait elle-même œuvré au sein d’une radio qu’elle qualifie de « pirate », puis dans une station régionale, lui confère une familiarité avec son sujet qui autorise une enquête refusant la superficialité.

  • 1 la radio communautaire est souvent plus que la somme de ses parties sous-financées (traduction de l (...)

4Lieu d’apprentissage nourri par le bénévolat, « [c]ommunity radio is often greater than the sum of its under-resourced parts1 », rappelle Moylan (p. 1). Les communautés culturelles et les groupes marginalisés y trouvent une représentation culturelle et politique, espace laissé vacant par les médias de masse.

5La radio reste un média des plus ouverts. Plus simple à faire fonctionner et moins chère que la production vidéo ou l’impression, elle peut se montrer accessible tout en ayant une portée élargie. Sans compter qu’elle s’accroche à son statut profondément local, malgré l’avènement des baladodiffusions et de la mondialisation virtuelle des ondes.

  • 2 la radio communautaire crée, incarne et renforce le sens commun de communauté (traduction de l’aute (...)

6Moylan soutient ceci au sujet de la radio communautaire : « I argue that community radio creates, performs and reinforces an everyday sense of community2 » (p. 15) et se fait l’interphone de valeurs communes. Elle développe le concept d’accented radio (radio accentuée ou augmentée). Pour cela, elle s’inspire des travaux de Hamid Naficy (2001) autour du concept d’accented cultural production (production culturelle accentuée), théorie qui s’articule à partir de la production cinématographique de communautés migrantes ou en exil.

  • 3 poétique de l’imperfection (traduction de l’auteure).

7Moylan, dans un autre texte paru en 2018, explique qu’un mode de production dit accentué comporte un sens de la dualité propre à l’expérience transnationale. En effet, la personne migrante parle, de sa perspective, à une communauté elle aussi migrante et minoritaire, soit. Mais elle doit s’exécuter en utilisant les structures communicationnelles normatives du pays hôte et percer un espace public qui offre peu de latitude, tant en matière d’espace que de registre interprétatif, pour la marginalité. Pour Moylan, l’esthétique brute de la radio communautaire incarne une « poetics of imperfection3 » (p. 17). Avec son vernis fait maison et ses règles plus souples que celles de la radio commerciale, elle donne de la profondeur aux conversations qui s’y déploient.

  • 4 L’hebdomadaire Under the Olive Tree estime être la seule émission canadienne dédiée entièrement à l (...)

8C’est pour laisser tout l’espace aux stations que Moylan a choisi de décliner son enquête en cinq études de cas, autour de cinq lieux, plutôt que de produire une analyse thématique. Lors de son passage à Montréal, Moylan s’est attardé au cas de CKUT, la radio de l’Université McGill. Elle souligne ses pratiques et ses politiques profondément inclusives — vous n’y trouverez pas de gestionnaire, par exemple. Selon elle, on doit à ce mode de production et de gestion la gestation de la programmation axée sur la justice sociale. À quelle autre station, en effet, donne-t-on une voix au peuple palestinien, par exemple4 ?

9En Arizona, l’autrice plonge dans l’univers de trois stations occupant les ondes dans des terres autochtones ancestrales, celles des peuples Hualapai, Hopi, Tewa et Pascua Yaqui. Ces stations, KPYT, KWLP et KUYI, remarque-t-elle, fonctionnent, comme si cela était possible, avec des moyens encore plus maigres que les cas de figure urbains précédemment cités. Recruter des bénévoles est donc plus ardu en raison du caractère isolé de ces stations, alors que les membres des Premières Nations vivant sur ces territoires n’ont souvent pas accès à une automobile. Ce sont aussi des stations qui se donnent un mandat de valorisation des langues autochtones, remplissant ainsi une mission de préservation culturelle sur leur territoire — mais qui n’arrivent pas toujours à trouver des personnes qui les maîtrisent.

10Le travail de fond de Moylan, argue-t-elle, peut se transposer dans l’élaboration de guides de bonnes pratiques qui reconnaissent la valeur de la production bénévole et « l’efficacité » de la radio communautaire pour rendre compte d’expériences diversifiées et généralement sous-représentées. Cet ouvrage nourrira les réflexions des chercheurs et chercheuses intéressés par la radio, l’espace public, les communautés migrantes/minoritaires et la production culturelle underground. Il intéressera aussi les multiples bénévoles des radios communautaires qui veulent nourrir leur inspiration pour une inclusivité renouvelée.

Haut de page

Bibliographie

NAFICY, Hamid (2001), An Accented Cinema: Exilic and Diasporic Filmmaking, Princeton, Princeton University Press

MOYLAN, Katie (2018), « Accented radio in Miami and New Orleans: New approaches to an old medium », dans Golo FÖLLMER et Alexandre BADENOCH, Transnationalizing Radio Research, Bielefeld, Transcript-Verlag, p. 47-56.

Haut de page

Notes

1 la radio communautaire est souvent plus que la somme de ses parties sous-financées (traduction de l’auteure).

2 la radio communautaire crée, incarne et renforce le sens commun de communauté (traduction de l’auteure).

3 poétique de l’imperfection (traduction de l’auteure).

4 L’hebdomadaire Under the Olive Tree estime être la seule émission canadienne dédiée entièrement à la Palestine. Elle diffuse en direct sur CKUT 90.3 FM à Montréal le jeudi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Daoust-Boisvert, « Katie MOYLAN (2019), The Cultural Work of Community Radio », Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/12398

Haut de page

Auteur

Amélie Daoust-Boisvert

Amélie Daoust-Boisvert est professeure adjointe, Département de journalisme, Université Concordia. Courriel : amelie.daoust-boisvert@concordia.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search