Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2LecturesRachel O’NEILL (2018), Seduction....

Lectures

Rachel O’NEILL (2018), Seduction. Men, Masculinities and Mediated Intimacy

New York, Polity Press
Érik Neveu
Référence(s) :

Rachel O’NEILL (2018), Seduction. Men, Masculinities and Mediated Intimacy, New York, Polity Press

Texte intégral

1Parmi les contributions récentes les plus fécondes dans le domaine des études de genre figurent celles qui s’intéressent aux formes de « rationalisation » de la sexualité et questionnent les ambiguïtés du grand partage entre des sexualités qui seraient préservées des effets contaminants et délétères de l’argent et du calcul et celles qui seraient dans l’orbite des rapports marchands. Les travaux de Paola Tabet et ceux d’Elizabeth Bernstein en sont des illustrations. Une autre veine novatrice s’est exprimée dans le basculement des recherches sur le genre vers le masculin, mettant fin à une asymétrie — historiquement intelligible — qui n’abordait le masculin qu’en creux, comme porteur de dominations, souvent au prix d’une relative indifférence aux expériences et subjectivités masculines. Des travaux sur les magazines pour hommes ont ainsi montré les profits de connaissance qu’il y avait à se fixer sur ce genre de support. C’est au carrefour de ces deux courants, celui d’une analyse des sexualités rationalisées et celui d’un suivi des pratiques et subjectivités masculines, que se situe le livre de Rachel O’Neill, dont on dira d’entrée de jeu qu’il est de grande qualité.

2Le titre du livre peut induire en erreur. S’il est question de séduction, on n’y cherchera pas une exploration des tactiques, ruses et savoir-faire par lesquels hommes et femmes peuvent, par jeu ou besoin, tenter d’attirer l’attention de partenaires, d’accéder à une intimité affective ou sexuelle. Le volume traite d’une forme particulière de séduction, celle reposant sur l’initiative masculine, et plus précisément encore qui fait l’objet d’une rationalisation/codification qui s’exprime en supports pédagogiques (vidéos, textes), offre de coaching, de stages de formation, parfois de week-ends avec travaux pratiques dans l’espace public, sous la houlette de professeurs se revendiquant du titre de Pick-Up Artists (PUA)… tout cela pouvant être facturé jusqu’à 5 000 livres sterling pour un « camp » de week-end avec hébergement.

3La recherche de O’Neill repose sur un suivi ethnographique, pour l’essentiel à Londres, de ces moments de formation, de chasse — car c’est bien à cela que beaucoup d’interactions font penser — aux femmes dans les rues de la ville, de bilan des opérations dans des pubs. Le livre repose aussi sur une trentaine d’entretiens tant avec des stagiaires qu’avec des PUA ainsi que sur l’analyse du matériel pédagogique et de ses appuis « théoriques ».

  • 1 reconnaît que l’industrie de la séduction n’est ni une déviation ni un retrait des conventions soci (...)
  • 2 un savoir-faire ou une compétence qui peut être cultivé par un entraînement pratique et le développ (...)

4Le premier point que souligne O’Neill dans le chapitre intitulé « Le travail de séduction » tient à une représentation de l’activité de séduction et d’intimité sexuelle comme un « travail », comme la déclinaison dans le domaine de l’intime d’un impératif général de la modernité qui est d’être l’entrepreneur de tous les moments de son existence, capable d’anticiper, de rationaliser, d’être efficace. Cet impératif de contrôle et de performance revêt alors deux dimensions. Puisque la vie intime est l’objet d’un travail et d’un impératif de performance, mieux vaut s’appuyer sur les conseils et le savoir-faire de vrais professionnels en la matière, dont la compétence est attestée par un tableau de chasse sexuel. Cette rationalisation « recognizes the seduction industry not as a deviation or departure from current social conventions but as an extension and acceleration of existing cultural norms1 » (p. 7). Une seconde dimension bien visible dans le discours des formateurs est que les hommes doivent être ceux qui initient et contrôlent. La séduction est donc moins un jeu ou une grammaire entre les sexes qu’une technologie, « a skill or competency that can be cultivated through practical training and personal development. Seduction thus enjoins heterosexual men to cultivate a “sexual work ethic2 » (p. 25). Il s’agit d’introduire dans l’intime le principe de performance, d’en faire, comme le monde du travail, un espace d’ambition. Mais loin d’être neutre, cette rationalisation de la gestion des affects est aussi fortement genrée : il s’agit de réaffirmer l’autorité masculine, de conforter une estime de soi spécifique qui naît de la capacité répétée à obtenir de femmes des rapports intimes, à exercer sur elles un pouvoir.

5Ce que montre aussi cette recherche, tout spécialement dans son second chapitre, intitulé « Pédagogie et profit », c’est l’effet paradoxal de cette rationalisation de la vie intime. Là où Weber voyait dans l’érotisme et les rapports amoureux l’un des lieux de résistance à la « cage d’acier » et au « froid polaire » des rapports marchands et bureaucratisés, les artistes autoproclamés de la cueillette sexuelle y font avancer le règne froid des classements, de l’efficacité comme fin en soi. L’ouvrage offre des développements sur les effets de la mise en calcul des performances intimes. Les femmes sont classées de 1 à 10 selon leur esthétique, et coucher avec une 3 est alors un piètre accomplissement. Tout se passe ici comme si la « carte du tendre » était remplacée par un système de classement où le degré d’accomplissement masculin se mesure à une combinatoire de vitesse de séduction et de quantité des relations, pondérées par la cotation des femmes séduites. L’intérêt de l’ouvrage est aussi de laisser entrevoir le paradoxe de ce que l’auteure nomme l’« hédonisme dépressif » : les plus grands accomplissements dans la logique du PUA s’accompagnent, dans certains témoignages, d’une forme de lassitude, de désinvestissement de l’expérience intime… tantôt parce qu’il est toujours possible ou impératif de faire mieux dans la performance, tantôt parce que l’accumulation des relations intimes sans autre intimité que celle des corps suscite une forme d’indigestion libidinale. Les communautés provisoires formées par les hommes en quête de savoir-faire ne sont pas, souligne l’auteure, des lieux d’échange émotionnels mais de « problem-solving » sur les technologies de la séduction.

6Une autre contribution significative de ce volume tient à son attention aux supports idéologiques des programmes de formation. On y retrouve, sans surprise, toutes les formes de discours demi-savant qui peuvent justifier une vision traditionnelle des polarités de genre : actif/passif, rationnel/émotionnel. C’est donc sans surprise qu’on trouve, comme chez John Gray, dans les alibis théoriques la « psychologie évolutionniste », dont l’un des apports majeurs semble être de faire sens des comportements masculins par un irrépressible désir de se conformer à ce qui était la devise du Petit Larousse de mon enfance : « Je sème à tout vent. » S’adjoint à cette pauvre science toute une bimbeloterie biologisante qui naturalise des femmes émotionnelles, des hommes dont la sexualité repose sur des gâchettes « visuelles » des corps. La fonction de ces savoirs est aussi, comme ceux des techniques de séduction, de transformer des questions de valeur ou de morale en problèmes techniques. Chercher des rapports sexuels avec de très jeunes femmes est compréhensible puisque c’est leur « fertilité » qui attire le mâle maximisateur.

7Outre ses apports théoriques, la séduction qu’exerce aussi ce livre tient aux scènes et choses vues qu’il propose. Il y en a des comiques, comme la réaction excédée d’une passante qui fait observer au dragueur en action que voilà la troisième fois de la matinée qu’elle est abordée avec les mêmes phrases d’attaque issues d’un script de séduction. Il en est davantage de glauques ou de rebutantes, qu’il s’agisse pour un formateur de brandir une clé ouvrant les portes de toutes les toilettes publiques, sésame pour raccourcir la distance entre les lieux de drague et ceux de coït, du travail des photographes et vidéastes qui filment les succès des PUA et des stagiaires jusque dans les moments de rapports sexuels enregistrés à l’insu des femmes, ou des considérations sur la manière de venir à bout des « last minute resistances » (p. 97-99), où l’on voit combien la notion de « culture du viol » n’est pas qu’une formule. C’est aussi une autre dimension du livre, plus explicite dans le dernier chapitre (« Séduction et politique sexuelle »), que de mettre l’accent sur la dimension du pouvoir. Si formateurs et stagiaires disent adhérer à un modèle de l’égalité hommes-femmes — mais comment faire autrement en présence d’une observatrice universitaire ? —, le féminisme apparaît bien, sinon comme une cible, du moins comme ce par quoi l’ordre du genre, et donc la domination masculine, est compliqué. Compliqué par le brouillage de ce qu’auraient été des modèles naturels ou logiques de masculinités ou de féminités dont la Russie serait le sain conservatoire, compliqué par l’institution d’un monde asymétrique où des femmes autonomes et objets de sollicitations peuvent avoir des rapports sexuels sans effort quand les hommes doivent développer un travail, essuyer des refus pour y parvenir (p. 139).

  • 3 être contre la séduction, c’est être contre un sexe qui est cynique, calculateur, désingénu. C’est (...)

8Dans une conclusion plus normative, l’auteure plaide « contre la séduction », en tout cas contre celle qu’elle analyse : « To be against seduction is instead to be against sex that is cynical, calculating, disingenuous. It is to be against the packaging of intimacy as a script that can be rehearsed, in which trust is conjured rather than cultivated3 » (p. 152). C’est aussi refuser des rapports d’intimité où les expériences des partenaires servent juste à assurer notre pouvoir de manipulation, à satisfaire nos fantasmes. C’est se défier d’une rhétorique de la libération et de l’empowerment quand elle ne sert qu’à subjuguer aux dépens d’autrui. Mieux vaut, souligne O’Neill, penser les relations intimes comme un espace non de performances à évaluer, mais de connexions, de prise du risque de se trouver changé soi-même.

9Par la qualité de son enquête ethnographique, la réflexion qu’il alimente sur la rationalisation/managérialisation de la vie privée, sur le sens même de l’intimité, le livre de O’Neill est une contribution de première qualité. On lui reprochera simplement deux lacunes. L’une tient à l’absence d’une remise en perspective relationnelle de la formation à la séduction dans un espace d’offres de gestion et de performance de l’intime (sites de rencontres, palette des offres de sex-work). Si l’auteure nous fait bien comprendre ce que des hommes investissent dans le rêve de devenir PUA, elle est peu attentive aux propriétés sociales de ceux qui investissent sur cette offre spécifique. Il est imprudent de théoriser sur de très petits échantillons, mais la grosse vingtaine de stagiaires interviewés suggère des singularités : près d’une moitié de personnes d’origine asiatique ou africaine, un haut niveau de formation avec une petite moitié de diplômés du second cycle universitaire, une surreprésentation de personnes venant des univers des affaires et de la finance, un nombre important de personnes à tendance dépressive. Si le livre relève une partie de ces particularités, suggère ponctuellement que la séduction peut précisément être perçue par des migrants ou des minorités ethniques comme un levier d’intégration, l’ouvrage ne brille pas par une hypersensibilité à la manière dont des variables sociales peuvent générer des dispositions, peser sur les options au sein de ce qui est désormais un marché de l’intimité rationalisée. Il y a là une lacune, un manque de sensibilité sociologique. Le constater ne modifie pas le jugement que l’on peut porter sur une recherche réussie et stimulante, dont la lecture captivera et fera réfléchir non seulement les universitaires qui travaillent sur le genre, mais aussi les hommes et les femmes pour qui séduire, et d’abord sans les béquilles d’un manuel, fait aussi partie de l’expérience.

Haut de page

Notes

1 reconnaît que l’industrie de la séduction n’est ni une déviation ni un retrait des conventions sociales existantes, mais une extension et une accélération des normes culturelles existantes (traduction de l’auteur).

2 un savoir-faire ou une compétence qui peut être cultivé par un entraînement pratique et le développement personnel. La séduction enjoint alors aux hommes hétérosexuels de cultiver une éthique du travail sexuel (traduction de l’auteur).

3 être contre la séduction, c’est être contre un sexe qui est cynique, calculateur, désingénu. C’est être contre le packaging de l’intimité comme script à assimiler, où la confiance est truquée (conjured) plus que cultivée (traduction de l’auteur).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Érik Neveu, « Rachel O’NEILL (2018), Seduction. Men, Masculinities and Mediated Intimacy », Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/12413

Haut de page

Auteur

Érik Neveu

Érik Neveu est professeur à Sciences Po Rennes et membre du laboratoire Arènes, Université de Rennes. Courriel : erik.leteure@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search