Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2LecturesVéronique PRINCE et Thierry GIASS...

Lectures

Véronique PRINCE et Thierry GIASSON (2019), Là, tout de suite ? La gestion de crise gouvernementale à l’ère de l’instantanéité médiatique

Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. « Communication – Relations publiques »
Lylette Lacôte-Gabrysiak
Référence(s) :

Véronique PRINCE et Thierry GIASSON (2019), Là, tout de suite ? La gestion de crise gouvernementale à l’ère de l’instantanéité médiatique, Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. « Communication – Relations publiques »

Texte intégral

1Cet ouvrage est tiré d’un travail de master en communication politique de Véronique Prince, journaliste politique à l’Assemblée nationale du Québec. Il rend compte d’une série d’entretiens réalisés auprès de communicants politiques et de fonctionnaires des services de communication publique et inclut des cas de communication de crise (instauration du projet de loi 78 sur les frais d’inscription dans les collèges et les universités en 2012, accident ferroviaire de Lac-Mégantic en 2013 qui a causé la mort de 47 résidents et démission du ministre de la Santé Yves Bolduc en 2015) auxquels ces personnes ont participé. Ce « retour d’expérience » de professionnels réellement impliqués dans ces grandes crises québécoises fait la richesse et l’originalité de ce livre.

2Même s’il peut sembler un peu scolaire, le livre est agréable à lire, pertinent et bien structuré. Il s’agit quasiment d’un manuel fondé sur les expériences des professionnels qui s’adresse aux étudiants, aux communicants et au grand public autant, voire plus qu’au chercheur. La présence de nombreux tableaux synoptiques qui résument les propos permet notamment de retrouver facilement les informations.

3Comme tout travail universitaire, l’ouvrage commence par un état de la question qui reprend les principaux travaux présentant un intérêt dans le cadre de l’étude de la communication de crise politique et des médias sociaux. Il en ressort notamment le problème de l’instantanéité de la communication sur les réseaux, de l’hybridation du système médiatique entre médias traditionnels et médias socionumériques, des changements poussant les hommes politiques à être en campagne permanente, des crises médiatiques nées d’une prise de parole intempestive ou d’une « gaffe » conduisant à un emballement médiatique passant par les réseaux avant d’atteindre les médias traditionnels. Ces changements, dont on ne mesure pas encore totalement la portée, méritent effectivement que l’on s’y arrête.

4Suit une description du fonctionnement politique québécois, nécessaire aux lecteurs qui ne sont pas canadiens. Cette partie est un peu fastidieuse et ne permet pas tout à fait de dissiper, pour un étranger, toutes les interrogations contextuelles qui surviennent lors de l’exposé des études de cas (le fait qu’il y ait deux premiers ministres impliqués dans une crise par exemple peut poser problème à un habitant d’un pays sans État fédéral). Le court descriptif des crises étudiées aurait eu avantage à être placé aux endroits où ces crises sont décrites en détail.

5L’exposé des principes et définitions des communications de crise gouvernementales offre un bon panorama des techniques et des questions qui peuvent se poser. Les nombreux exemples qui émaillent l’ouvrage et les études assez détaillées de cas québécois illustrent et densifient le propos.

6Des points saillants sont particulièrement intéressants : la tension entre communicants politiques des cabinets et fonctionnaires et la répartition des tâches entre ces deux catégories de personnel. Les fonctionnaires sont les plus à même de fournir des données et peuvent s’appuyer sur des protocoles de gestion de crise éprouvés, ce qui en fait des partenaires indispensables dans la gestion des crises « catastrophiques », même si c’est au cabinet du premier ministre que revient l’établissement de la stratégie de communication. En revanche, face à une crise politique, il est plus difficile de leur faire confiance, et leur rôle demeure a priori très limité. Cela peut renvoyer le lecteur français à des questions actuelles : en cas de décision gouvernementale contestée, comment faire si ce sont les fonctionnaires eux-mêmes qui communiquent contre le gouvernement ? Dans le cadre de la réforme des retraites, on a vu par exemple des fonctionnaires de l’Institut national de la statistique (INSEE) soutenus par des syndicats diffuser un document contredisant les chiffres et les hypothèses de calcul venant du gouvernement. Bien sûr, il ne s’agit pas de communicants, mais de fonctionnaires experts ayant accès aux informations utilisées par le pouvoir et les produisant.

7Cet ouvrage montre clairement que l’objectif des communicants politiques est d’imposer par la rapidité et l’occupation de l’espace médiatique le cadre d’interprétation d’une crise que veut privilégier un gouvernement. Cela est particulièrement vérifié pour les crises politiques et médiatiques. Le développement des chaînes d’information en continu et des médias sociaux rend plus ardue cette imposition, d’autant plus que les communications politiques doivent faire l’objet de validation (ce qui les ralentit) et qu’au moment des cas étudiés, la classe politique manquait d’expertise en matière de médias sociaux.

8Enfin, l’ouvrage rend bien compte du nouveau problème que constitue l’utilisation des contenus publiés sur les médias sociaux par les médias traditionnels qui font alors caisse de résonance et parviennent ainsi à mettre en place d’autres cadres d’interprétation que ceux proposés par le pouvoir en place.

9Il me semble qu’une limite de cet ouvrage est inhérente aux sources : partant de la parole des communicants, sans avoir étudié effectivement ce qu’ont été les communications de l’époque, il manque des détails sur l’usage des médias sociaux fait par les adversaires politiques. Des exemples d’échecs cuisants de la communication gouvernementale font regretter de ne pas avoir une vision plus générale de ce qui a circulé dans les médias au moment de ces crises et soulèvent plusieurs questions : Comment utiliser ces médias socionumériques et contrer les arguments des opposants largement accessibles par des publics morcelés ? Morcelés puisque les gens s’abonnent aux médias sociaux qui vont dans leur sens et que le filtrage opéré par ces mêmes médias donne exclusivement de la visibilité à des contenus susceptibles de plaire à l’internaute. Comment gérer l’émergence d’adversaire associatif, voire du simple citoyen, qui peut prendre de l’ampleur en un temps très court sans qu’il soit possible de vraiment l’arrêter ?

10Si l’ouvrage prend en compte différents types de crises (catastrophique, médiatique et politique), il n’envisage pas (car cela ne s’est peut-être pas produit au Québec depuis l’émergence des médias sociaux) de crise politique avec une dimension insurrectionnelle. Ce qui conduit le lecteur français à être tenté d’extrapoler en fonction de l’actualité récente. Depuis 2018, la crise des Gilets jaunes est une illustration puissante des possibilités offertes par les médias sociaux en France. Cette crise a vu le jour après l’annonce de l’augmentation d’une taxe sur les carburants. Certains internautes se sont insurgés contre cette mesure le plus souvent sur Facebook. C’est ainsi par exemple que la vidéo de Jacline Mouraud a été partagée plus de six millions de fois (Arama, 2019) et a même été relayée par les médias traditionnels. Utilisant ce canal, des particuliers se sont très rapidement mobilisés pour occuper des ronds-points un peu partout en France et ainsi bloquer ou ralentir la circulation, mais aussi pour organisant des manifestations, le samedi principalement, dans de nombreuses villes. Le port du gilet jaune (le gilet de haute visibilité qui fait partie des moyens de secours devant être présents dans chaque véhicule) a été, dès le départ, le moyen de ralliement de ceux qui ont, de ce fait, été rapidement désignés justement ainsi. Très vite le mouvement est allé bien au-delà des revendications d’origine, prenant la forme d’une protestation beaucoup plus globale et multiforme (à la demande de la suppression de l’augmentation de la taxe se sont ajoutées des demandes autour de l’amélioration des conditions de vie des classes populaires, de la mise en place d’un referendum d’initiative populaire, de la démission d’Emmanuel Macron, etc.). La multiplicité des personnes impliquées comme le modèle horizontal, presque anarchiste, du mouvement ne pouvaient exister que grâce à l’utilisation massive et quasi exclusive des médias socionumériques comme moyen d’organisation et de communication. Les premières manifestations (certaines se sont poursuivies jusqu’au confinement du 17 mars 2020) ont réuni une population nombreuse (de 300 000 à 1,3 million de personnes pour l’ensemble des manifestations du 17 novembre 2018). Elles ont été émaillées de violences de la part des manifestants (saccage de l’Arc de triomphe à Paris lors de la manifestation du 1er décembre 2018, échauffourées avec les forces de l’ordre) et d’une répression policière souvent jugée féroce. En tout, on compte environ 4 400 blessés, dont 2 500 parmi les manifestants, notamment à la suite de tirs de pistolets avec des balles non létales qui ont fait de nombreux blessés graves ainsi qu’un nombre inédit de gardes à vue et d’inculpations. Enfin, on compte 11 morts liés à ce mouvement, dont 10 à la suite d’accidents sur les ronds-points (Balu, 2019).

11L’utilisation des médias sociaux dans le cadre d’une telle crise est inédite à cette échelle tant sur le plan de l’organisation du mouvement (officiel et semi-clandestin) que sur celui de la communication d’informations, vraies ou fausses, en contradiction avec le discours officiel. Sans médias sociaux, cette crise n’aurait pas pu avoir lieu sous cette forme, voire n’aurait pas pu avoir lieu du tout. Bien sûr, les causes de ce mouvement sont profondes, mais nous parlons ici de son expression à travers les Gilets jaunes.

12La réponse gouvernementale, assez tardive, a pris la forme de l’organisation d’un grand débat national fondé sur des cahiers de doléances disponibles dans toutes les mairies du pays et sur l’organisation de débats réunissant des citoyens volontaires. La mise en place de ce grand débat national correspond effectivement en partie aux préconisations des experts interrogés dans l’ouvrage de Véronique Prince et Thierry Giasson : 1) occuper l’espace médiatique : lors d’une crise politique, il faut « reprendre l’initiative dans la communication et la couverture médiatique » (p. 66) et 2) créer une structure ad hoc :

le gouvernement devrait combattre la pression de la population, des médias et des adversaires politiques en évitant de faire des promesses qu’il ne peut pas respecter. Il lui faut gagner du temps, pour peaufiner sa communication d’après-crise. La solution peut être de rediriger les interrogations restantes vers une autre instance, créée spécialement pour l’occasion et dont l’objectif sera, entre autres, de lui fournir des recommandations (p. 81).

13Même si ce dernier paragraphe correspond, dans l’ouvrage, à la gestion de la crise après une catastrophe, il s’inscrit bien dans la logique de la mise en place de ces débats partout en France : cela a pris du temps, a permis d’occuper largement l’espace médiatique pendant plusieurs semaines, a montré la bonne volonté gouvernementale tout en laissant les initiatives des propositions aux participants. Le mouvement des Gilets jaunes, de moins en moins soutenu par la population et qui montrait un très fort essoufflement, a semblé quasiment disparaître du paysage médiatique après ces débats. Mais c’était avant que la réforme des retraites en janvier 2020 ne relance un nouveau mouvement social assorti de nouvelles manifestations auxquelles les Gilets jaunes rescapés se sont tout naturellement joints…

14Une autre limite de l’ouvrage est l’absence de prise en compte de la « factualité » dans les cas exposés. Si certains communicants prônent effectivement la rétention d’une partie des informations en cas de catastrophe (ce qui semble de plus en plus risqué), il n’est pas fait allusion aux nouvelles falsifiées dont les médias sociaux regorgent pourtant. Or, même si le cadre d’interprétation des faits peut varier, il n’en demeure pas moins vrai que des informations peuvent être mensongères (anciennes photos republiées avec une légende erronée, montage photo, fausses nouvelles, calculs issus d’hypothèses spécieuses, etc.). Comment rétablir la « vérité » ? Comment faire passer une information douteuse (il est sûr qu’il était difficile de poser cette question en entretien aux communicants) ?

15Il s’agit donc ici d’un ouvrage intéressant et accessible, davantage tourné vers la communication de crise gouvernementale à l’heure des médias socionumériques que vers l’analyse de la circulation de l’information sur ces médias lors d’une crise, ce qui s’explique en partie par le peu d’expertise des communicants du gouvernent québécois en cette matière à l’époque des cas décrits. Cet ouvrage trouve son utilité quand on mesure les erreurs qui peuvent encore marquer la communication de crise, même catastrophique (les divers modes de gestion de la crise du coronavirus par les différents gouvernements feront autant d’études de cas particulièrement intéressantes).

16On espère une suite, actualisée, à l’heure où la communication sur les réseaux sociaux prend une ampleur inédite et pourrait, prédisent les plus pessimistes, aller jusqu’à menacer le processus démocratique. On peut penser, par exemple, aux soupçons relatifs aux ingérences russes dans les élections étatsuniennes à travers Facebook. Au cours des dernières années, l’usage des réseaux socionumériques est également devenu central en communication politique, comme le montrent les interventions, souvent intempestives, de Donald Trump sur Twitter ou la manière dont des informations assez essentielles peuvent passer par ce même réseau directement envoyées sur les comptes de responsables politiques sans passer par les journalistes.

Haut de page

Bibliographie

ARAMA, Valentine (2019), « Gilets jaunes : que sont devenues les figures du mouvement ? », Le Point, 19 novembre. [En ligne]. https://www.lepoint.fr/societe/gilets-jaunes-que-sont-devenues-les-figures-du-mouvement-05-06-2019-2317185_23.php#xtmc=gilets-jaunes-que-sont-devenues-les-figures-du-mouvement&xtnp=1&xtcr=2. Page consultée le 20 mai 2020.

BALU, Matthieu (2019), « Gilets jaunes : les chiffres faramineux d’un mouvement historique », Huffingtonpost, 15 novembre. [En ligne]. https://www.huffingtonpost.fr/entry/les-gilets-jaunes-les-chiffres-faramineux-dun-mouvement-historique_fr_5dcd9449e4b03a7e0296d6ed. Page consultée le 20 mai 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lylette Lacôte-Gabrysiak, « Véronique PRINCE et Thierry GIASSON (2019), Là, tout de suite ? La gestion de crise gouvernementale à l’ère de l’instantanéité médiatique », Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/12422

Haut de page

Auteur

Lylette Lacôte-Gabrysiak

Lylette Lacôte-Gabrysiak est maîtresse de conférences et membre du Centre de recherche sur les médiations (Université de Lorraine, CREM, F-54000 Nancy, France). Courriel : lylette.lacote@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search