Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2LecturesMichael SCHUDSON (2018), Why Jour...

Lectures

Michael SCHUDSON (2018), Why Journalism Still Matters

Londres, Polity Press
Érik Neveu
Référence(s) :

Michael SCHUDSON (2018), Why Journalism Still Matters, Londres, Polity Press

Texte intégral

1Le plus récent ouvrage de Michael Schudson sur le journalisme pourrait être désigné par le curieux nom de plat qu’on trouve dans certains romans de Balzac : un arlequin. C’est ainsi que les restaurateurs du début du XIXe siècle désignaient une assiette qui, pour pouvoir être délicieuse, était composée de fragments de divers plats. « Arlequin » parce que ce volume d’une petite douzaine de chapitres est pour une moitié fait de la reprise, parfois de l’actualisation, de chapitres ou articles déjà parus. Si l’on est de ceux qui pensent que Schudson est depuis bientôt quarante ans l’un des plus remarquables, si ce n’est le spécialiste mondial de l’analyse du journalisme, le relatif côté patchwork du volume, parfois amplifié par la dimension énumérative de certains chapitres, restera un défaut mineur, tant il y a matière à nourrir la réflexion dans ces courts textes.

  • 1 aller plus profondément dans le journalisme contemporain (traduction de l’auteur).

2Le volume est en fait structuré en trois grandes parties. La première se demande « D’où vient le journalisme ? » et déploie trois chapitres qui invitent à penser la formation historique de l’activité journalistique ainsi que la nature de son professionnalisme, spécialement au travers des visions changeantes de l’objectivité. Cela se complète d’une amusante (fausse) interview de Walter Lippmann sur le rôle politique du journalisme. La seconde partie, plat de résistance, s’intitule « Going deeper into contemporary journalism »1. Elle le fait en quatre entrées. La première — reprenant un texte lié aux analyses du journalisme en termes de « champ » — travaille la question de ce qu’est l’autonomie du journalisme… mais pose aussi la question souvent impensée de ce que pourrait être un journalisme si « autonome » qu’il puisse proposer des produits déconnectés de la demande sociale, à la manière par exemple de certaines créations artistiques des avant-gardes. Un second chapitre traite de la question des fake news, un autre revisite le journalisme contemporain en empruntant astucieusement aux analyses de Raymond Williams sur le drame théâtral, ou plutôt sur le statut du « drame » dans une société elle-même « dramatisée ». Un autre texte interroge le thème de la crise du journalisme. Une troisième partie propose de « Brefs éclairages sur le journalisme et la démocratie », en revenant sur la question des rapports entre modèles du bon citoyen et usages des médias, puis en balisant les rôles politiques du journalisme, enfin en utilisant une analogie du slow government sur le mode du slow food comme outil de réflexion. Une (fausse) dernière partie en postface est sans doute celle où le statut de pièce rapportée d’un texte déjà publié est vraiment gênant, puisqu’il s’agit du papier de conclusion d’un numéro spécial de Journalism issu de deux journées à l’Université de Groningue aux Pays-Bas durant lesquelles, à l’initiative de Marcel Broersma, des spécialistes du monde entier étaient venus présenter des communications sur et autour de l’œuvre de Schudson. Et quel que soit le talent pédagogique de l’auteur, lire les réponses à des textes qu’on n’a pas sous les yeux ressemble un peu à une forme de shadow-boxing académique.

3On l’aura compris, il n’est pas facile de discuter en détail un livre d’une telle structure. On peut en retenir au moins trois dimensions avant de suggérer quelques formulations critiques.

4Ce qui émerge sans doute avec le plus de puissance de ces textes, c’est le remarquable pouvoir critique et anti-essentialiste que recèlent les approches historiques du journalisme dont Schudson est un maître. Non, il n’existe pas un métier vieux de plus de cent cinquante ans qui serait « le Journalisme ». Il existe des pratiques du journalisme historiquement et nationalement situées, des définitions changeantes de l’excellence professionnelle, des normes (objectivité, distanciation critique). Peut-être d’ailleurs faut-il, et c’est un second repère, pour profiter pleinement des pouvoirs de cet éclairage historique fréquenter Schudson pas simplement comme un sociohistorien du journalisme, mais comme un sociohistorien de la citoyenneté politique. Dans une bibliographie riche de livres de référence, deux sont sans doute moins connus des spécialistes des médias. Ils sont pourtant parmi les meilleurs de Schudson. Il faut lire The Good Citizen (1998) dont le chapitre 8 donne un condensé en forme de clin d’œil. L’ouvrage pose la question d’apparence simple « Qu’est-ce qu’un bon citoyen ? » et montre à la fois les variations considérables des modèles normatifs de la vertu civique et leur articulation à des usages politiques de la presse et de l’information. S’il est peu présent dans l’ouvrage chroniqué ici, le récent volume The Rise of the Right to Know (2015) alimente aussi cette veine, en posant la question des conditions d’émergence et des effets d’un ensemble de sunshine laws qui ont depuis trente ans radicalement modifié les conditions d’accès aux données et documents officiels au profit des citoyens, des journalistes et des groupes mobilisés. On en devine les effets sur la mise en discussion de problèmes publics, les pratiques d’un journalisme d’enquête et d’analyse. Évoquer ces volumes n’est pas digresser, mais souligner la place d’une problématique — empruntée à John Keane — qui devient structurante dans la réflexion de Schudson, celle de la démocratie de surveillance/monitory democracy. Le « bon citoyen » réellement observable est aujourd’hui moins un citoyen politisé, mobilisé, équipé de fortes lunettes idéologiques, qu’un observateur à l’attention flottante mais réelle, comme ces parents qui, tout en discutant ou buvant un verre, ont l’œil sur les enfants dans la piscine. Ce modèle de citoyen ne suit pas chaque décision et geste des élus ou des institutions, mais il sait, à partir d’indices, de données ou d’alertes de presse, se mobiliser et manifester son refus quand se dessinent un comportement scandaleux ou des faits perçus comme problématiques.

5L’intérêt de ces chapitres en manteau d’Arlequin est aussi de manifester l’inventivité de leur auteur, sa capacité à ouvrir des pistes contre-intuitives. La question d’une autonomie absolue des rédactions comme menace paradoxale à leur capacité de répondre aux intérêts et attentes latentes des publics en est une. Les réflexions sur ce que pourrait être demain, bientôt, une redéfinition de l’objectivité (chapitre 3 « Objectivity 1.0, Objectivity 2.0 and beyond »), qui inclut aussi une forme de transparence des journalistes quant à leur trajectoire sociale, à leur éducation, à leurs préjugés, à leur connaissance sensible du monde, sont tout aussi intéressantes. Un lecteur français concerné par ce fléau national que sont les « éditorialistes » qui constituent, hélas, les plus visibles des journalistes de l’audiovisuel se prend à rêver… Si ils et elles devaient soudain afficher ou expliciter qu’ils sont issus de milieux privilégiés, ont été scolarisés dans des écoles où ils n’ont guère été mis face à la diversité sociale, voire indiquer combien ils gagnent, il est alors douteux qu’ils puissent continuer à traiter des invités issus des classes populaires (les Gilets jaunes par exemple) avec la condescendance et le mépris qui sont si souvent observables. Cette pensée vive et inventive, c’est encore celle qui se saisit du « vieux » concept de « privatisation mobile » que Williams avait élaboré dans les années 1960 en réfléchissant à la diffusion-démocratisation de l’accès à la voiture et à la télévision pour le réinvestir sur l’usage des téléphones mobiles…

6S’il fallait ajouter à la liste des thèmes fédérateurs, il faudrait mentionner l’optimisme. Contre les prophètes de malheur ou l’attrait des histoires d’horreur pour universitaires sur le déclin incessant de l’espace public, Schudson vient rappeler que tout n’est pas catastrophique. Il faut beaucoup de naïveté pour dater de l’élection de Trump l’émergence des fake news (chapitre 5 « Belgium invades Germany »), dont les équivalents ont une longue et sinistre histoire, contre lesquelles il n’est pas impossible de lutter, avec les armes du journalisme en particulier. Un ensemble de supports (journaux, sites, livres) ont aussi vu éclore des formes de reportage long, mêlant objectivation et attention aux subjectivités, cela avec une intensité qui n’a pas de précédents. Si la composante anti-apocalyptique de cet optimisme est assez convaincante, il faut aussi en questionner les possibles points aveugles. Schudson souligne, de façon précise et convaincante si l’on pense en particulier à son article avec Katherine Fink sur la montée d’un journalisme « contextuel » (2013), que la qualité du journalisme n’a cessé de croître si l’on prend des critères comme la centralité prise par les réponses à la question « Pourquoi ? », le souci de donner des arrière-plans explicatifs, le recul de préjugés racistes et sexistes dans les quotidiens. Il relève aussi que les citoyens sont plus sceptiques, plus critiques face aux autorités.

7Soit. Mais on peut également poser la question impertinente d’une course de vitesse. Si la qualité journalistique grimpe par l’escalier, est-il impensable que le pouvoir des sources sur des dossiers-clés ne monte, lui, par l’ascenseur avec leurs armées de relationnistes, comme ont pu le montrer Aeron Davies ou Dan Starkman sur l’information relative à la bourse et aux enjeux financiers, comme le dévoilent en France des journalistes comme Huet ou Foucard sur les enjeux de santé publique et de pollution ? Si de vieux préjugés, racistes, deviennent peu présentables, n’en émerge-t-il pas dans les médias de neufs tenus, eux, pour acceptables (islamophobie, mépris des « assistés » de l’État-providence) ? Et si en effet sites Web et livres offrent le meilleur d’un journalisme combinant explication et empathie, peut-on poser la question déplaisante de la sociologie des consommateurs de ces reportages ? Ils et elles sont urbains, diplômés de l’université, venant en plus grand nombre des mondes des classes supérieures, tandis qu’une grande partie des classes populaires, rurales, peu diplômées — le trait est bien sûr forcé — va s’alimenter en information aux États-Unis sur Fox News qui, pour se dire fair and balanced, n’est sans doute pas un modèle de journalisme distancié et contextualisant, sur le réchauffement climatique par exemple. S’il est permis de prolonger la critique à partir de l’intérêt bienveillant que Schudson manifeste pour Lippmann, on peut, sans être libéral au sens européen, s’accorder sur le fait que le libéralisme, quand il est attention vigilante aux droits humains, au jeu des contre-pouvoirs et au rôle protecteur des institutions, a de grandes vertus. Mais il se définit aussi par une méfiance à l’égard du démos qui fait écrire à Schudson (chapitre 10 « Democracy in a slow government movement ») que pour être intelligible mis en contexte, le mot d’ordre des années 1970 « Power to the people » est un « slogan horrifiant » parce que le peuple peut préférer le présent au futur, suivre la passion et non la raison, ne pas respecter les minorités. Le risque est incontestable. Mais le mépris des générations futures en matière de climat, de sauvegarde de la biodiversité n’est-il pas aujourd’hui avant tout le fait de l’agrochimie et de l’industrie, d’experts et ministres surdiplômés et cravatés ? Les dynamiques d’irrespect des minorités sont-elles l’expression spontanée de bas instincts populaires ou cyniquement attisées par des gouvernements qui enrôlent ou contrôlent les médias en Hongrie, en Inde, en Birmanie ? Cet optimisme à l’égard des capacités auto-correctrices de modèles libéraux est au principe de la seule réserve que m’ait jamais inspirée un travail scientifique à tant d’égards admirable : la perception d’un hiatus entre une acuité d’approche sociohistorique exceptionnelle et la prudence fade de certaines conclusions ou suggestions. Le rapport qu’il a cosigné avec Leonard Downie voici quelques années sur l’avenir du journalisme aux États-Unis montre bien combien Schudson est attentif aux effets catastrophiques d’un règne absolu des logiques de marché sur la production de l’information. Mais on aimerait voir aussi entrer dans ses objets de réflexion des enjeux comme le recrutement social des journalistes, la question de ce que pourrait être un journalisme « contextuel » ou « interprétatif » touchant vraiment des publics populaires, les manières dont des politiques publiques proactives — qui peuvent aussi mobiliser la profession journalistique et des associations — pourraient contribuer à rétablir la santé financière des médias, à réprimer les usages les plus impudents du mensonge, à limiter la subordination des entreprises de presse aux intérêts de grands groupes économiques.

Haut de page

Bibliographie

FINK, Katherine et Michael SCHUDSON (2013), « The rise of contextual journalism, 1950s-2000s ». Journalism, 15(1): 3-20.

SCHUDSON, Michael (1998), « Citizenship – According to “The Simpsons” », dans The Good Citizen, New York, The Free Press, p. 137-149.

SCHUDSON, Michael (2015), The Rise of the Right to Know, Cambridge (Mass.), The Belknap Press

Haut de page

Notes

1 aller plus profondément dans le journalisme contemporain (traduction de l’auteur).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Érik Neveu, « Michael SCHUDSON (2018), Why Journalism Still Matters », Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/12428

Haut de page

Auteur

Érik Neveu

Érik Neveu est professeur à Sciences Po Rennes et membre du laboratoire Arènes, Université de Rennes. Courriel : erik.neveu@sciencespo-rennes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search