Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2LecturesAmanda WAKARUK et Sam-chin LI (di...

Lectures

Amanda WAKARUK et Sam-chin LI (dir.) (2019). Government Information in Canada: Access and Stewardship

Edmonton, Presses de l’Université d’Alberta
Siham Alaoui
Référence(s) :

Amanda WAKARUK et Sam-chin LI (dir.) (2019). Government Information in Canada: Access and Stewardship, Edmonton, Presses de l’Université d’Alberta.

Texte intégral

1L’accès équitable à l’information publique est l’une des manifestations d’un État de droit. Pour qu’un tel accès soit favorisé, cette information doit être efficacement gérée par les acteurs publics concernés. Dans la foulée des transformations numériques touchant les appareils gouvernementaux à travers le monde, la gestion de l’information gouvernementale commande la révision des méthodes par lesquelles elle est créée, gérée, préservée et rendue accessible aux citoyens. La gouvernance ouverte, ce mouvement renforcé par le numérique et qui prône une meilleure transparence de l’activité publique, contraint les gouvernements à réinventer leurs relations avec les citoyens par l’intermédiaire d’un accès plus équitable à l’information. Le Canada, en tant que pays membre du Partenariat pour un gouvernement ouvert (Open Government Partnership)1 et s’étant engagé, depuis 2011, à faire preuve de plus d’ouverture envers le citoyen, est soumis à ces obligations. Government Information in Canada : Access and Stewardship s’inscrit dans ce courant assez mouvementé de transformations sociopolitiques. Sous la direction d’Amanda Wakaruk et de Sam-chin Li, respectivement bibliothécaire du dépôt légal à la Bibliothèque de l’Université de l’Alberta et bibliothécaire de référence à l’Université de Toronto, cet ouvrage multidisciplinaire se veut un recueil des contributions de chercheurs et praticiens issus des sciences de l’information (bibliothéconomie et archivistique), du journalisme, des sciences politiques et du droit. Ces auteurs partagent un même objectif : l’étude des mécanismes légaux, institutionnels et technologiques de la gestion de l’information gouvernementale dans le contexte canadien.

2L’ouvrage s’articule autour de trois grands axes qui offrent au lecteur la possibilité de se faire une lecture à la fois rétrospective, contextualisée et comparative des pratiques de la création, de la gestion et de la diffusion de l’information gouvernementale au Canada. Le premier axe retrace l’historique de ces pratiques, le deuxième décrit et compare ces pratiques telles qu’elles se manifestent dans différentes provinces canadiennes et, enfin, le troisième et dernier axe brosse le portrait des initiatives actuelles entreprises par les instances gouvernementales dans une optique de réédition de comptes.

3Dès la lecture des quatre chapitres composant le premier axe, on peut se faire une première idée des acteurs interpellés par la gestion de l’information gouvernementale. La mise sur pied du programme de dépôt des publications officielles du gouvernement fédéral canadien s’inscrit dans une préoccupation d’ouverture et de transparence. En empruntant une approche comparative, Graeme Gampbell, Michelle Lake et Catherine McGoveran brossent le portrait de ces programmes de dépôts à l’échelle fédérale, provinciale et territoriale, et ce, à partir des dernières décennies du xxe siècle. Ne prétendant pas l’exhaustivité, les auteurs décrivent l’expérience des provinces du Québec, de l’Ontario, de la Colombie-Britannique, du Nouveau-Brunswick, de la Saskatchewan et de l’Alberta en la matière.

4Dans le chapitre suivant, Tom Smyth positionne le rôle prépondérant que Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a joué, depuis longtemps, dans la promotion de la gestion de ce programme de dépôts. Une telle initiative émane de la conscience de BAC, l’institution culturelle la plus visible au Canada, de l’importance que revêtent les publications gouvernementales dans le reflet des régimes de gouvernance d’une nation. Se rejoint dans cette initiative, comme l’illustrent d’ailleurs Talia Chung et Maureen Martyn, une pluralité d’acteurs aux horizons disciplinaires multiples, dont les spécialistes de l’information et de la communication, des sciences politiques et du droit. S’intéressant plus particulièrement à l’information parlementaire, les deux auteures soulignent que ces acteurs agissent à titre de relais de communication de cette information entre les instances gouvernementales et les citoyens. Caron Rollins conclut le premier axe de ce livre par la mise en lumière du rôle indéniable rempli par les bibliothèques des tribunaux canadiens, qui collectent, sauvegardent et rendent accessible l’information issue des activités juridiques et légales.

5Au travers des quatre chapitres associés au second axe, on trouve une description fondée sur une certaine logique de régionalisation. Il est question des différentes « traditions » de gestion de l’information gouvernementale, respectivement en Alberta, en Saskatchewan et en Ontario. Le cinquième chapitre, signé par Dani Pahulje, rend compte de cette régionalisation en exposant la pratique de gestion de l’information par le gouvernement de l’Alberta. L’auteur souligne l’effet de la décentralisation de l’information et les enjeux liés aux ressources financières et matérielles nécessaires comme problèmes majeurs entourant la gestion de l’information numérique. Dans le chapitre subséquent, Gregory Salmers fait une description de l’écosystème de la création, de la gestion, de la diffusion et de l’accès à l’information gouvernementale en Saskatchewan. L’intérêt est porté sur l’information juridique, qui fait l’objet d’une rigoureuse gestion à l’aide d’un système de dépôts administré par la bibliothèque législative de la Saskatchewan. Les deux derniers chapitres sont entièrement consacrés à l’exploration de la tradition ontarienne en la matière. Sandra Craig et Martha Murphy ont pris le soin de mettre en valeur les stratégies déployées par le gouvernement de l’Ontario dans la numérisation des publications gouvernementales pour en favoriser l’accès aux citoyens. Cependant, cela ne va pas de soi et engendre des problèmes, inhérents même à la genèse du numérique. Dans le dernier chapitre, Carol Perry, Brian Tobin et Sam-chin Li esquissent davantage ces problèmes, lesquels sont essentiellement d’ordre éthique et moral (ex. : droit d’auteur), technologique, communicationnel et documentaire (ex. : usage des métadonnées pertinentes à des fins d’intelligibilité, interopérabilité des interfaces).

6En parcourant les chapitres du dernier axe de l’ouvrage — qui se révèle le plus important —, on aperçoit une véritable touche numérique correspondant à la réalité actuelle de gouvernance ouverte. Dans ces trois chapitres, les contributeurs s’attardent à l’exploration de ces enjeux tels qu’ils se manifestent dans le contexte actuel d’ouverture vers le citoyen. Peter Ellinger, dans le neuvième chapitre, tâche d’expliquer les barrières à la repérabilité de l’information juridique numérique en Ontario. L’auteur projette une réflexion sur les mécanismes infocommunicationnels et techniques qui répondent à la fois aux attentes des instances gouvernementales et des citoyens en matière d’accès politique, intellectuel et technologique à l’information gouvernementale. Ces aspects s’inscrivent, entre autres, dans le contexte de la prolifération des projets de libération des données gouvernementales ouvertes à travers le Canada. Dans la même veine, Amanda Wakaruk et Steve Marks rappellent le rôle prépondérant rempli par le Réseau canadien de la préservation de l’information gouvernementale numérique en réponse aux défis susmentionnés. Ils mettent plus spécifiquement l’accent sur l’importance de la collaboration entre les institutions gouvernementales. Susan Paterson, Nicholas Worby et Darlene Fitcher clôturent ce dernier axe en abordant la pratique de l’archivage de l’information gouvernementale disponible sur le Web en prenant l’exemple de la ville de Toronto. Si une telle pratique interpelle une pluralité d’experts, dont les archivistes, les bibliothécaires et les spécialistes de communication, il n’est dès lors pas étonnant de noter l’importance que ces auteurs accordent à la collaboration comme moteur du renforcement de la transparence et de l’obligation de rendre des comptes du gouvernement.

7Cet ouvrage s’adresse à des chercheurs, étudiants et praticiens issus de différents domaines, dont les sciences de l’information et de la communication, les sciences politiques et le droit. Il est rédigé dans un style simple et comprend des chapitres articulés d’une manière cohérente et qui permettent au lecteur de mieux comprendre la transition des institutions gouvernementales canadiennes de l’univers analogique vers le contexte numérique. Cette transition concerne aussi les quatre phases majeures de la transformation gouvernementale : la centralisation de l’information, l’introduction des mécanismes de modernisation issus de la nouvelle gestion publique (New public management), la décentralisation de l’information, puis sa (re)centralisation dans l’optique d’assurer la cohérence des modalités de la communication gouvernementale. Les contributeurs à cet ouvrage, soucieux de partager leur savoir théorique et pratique, illustrent leurs propos avec des exemples concrets tirés de la réalité gouvernementale canadienne. Ils offrent en outre, à la fin de chaque chapitre, une solide bibliographie orientant le lecteur vers de nombreuses ressources documentaires.

8Néanmoins, quelques facettes auraient le mérite d’être plus développées. Si, dès la lecture de la préface, on ressent la préoccupation d’aborder les enjeux de la gouvernance ouverte tels qu’ils se manifestent dans le contexte canadien, les auteurs semblent s’éloigner relativement de cette ambition dans leur réflexion. On s’étonne devant le peu de place accordée aux problématiques entourant la diffusion et l’usage des données gouvernementales ouvertes, un sujet omniprésent dans les discours gouvernementaux de nos jours. Qui plus est, les auteurs ont tendance à favoriser la description de la tradition de quelques provinces canadiennes, en négligeant quelques détails à l’égard des autres. Mentionnons, dans cet esprit, l’Ontario et l’Alberta, ces deux provinces dont les exemples présentés par les auteurs semblent envahir les lignes de l’ouvrage. Le Québec, en revanche, est très peu mis de l’avant ; dans le bref portrait qui en a été fait, les contributeurs se sont par ailleurs contentés d’une courte description de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) en tant qu’institution de mémoire. Nous tendons à expliquer cet écart par l’accès linguistique, le Québec étant une province francophone, alors que les auteurs sont majoritairement anglophones. Cependant, ces critiques n’enlèvent rien à cette œuvre qui offre des éclairages, sous la forme d’études de cas, sur la longue tradition canadienne en matière de gestion de l’information gouvernementale, laquelle reflète la position qu’occupe aujourd’hui le Canada en tant que chef de file de la gouvernance ouverte.

Haut de page

Notes

1 [En ligne]. https://www.opengovpartnership.org/fr/about/. Page consultée le 9 mars 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Siham Alaoui, « Amanda WAKARUK et Sam-chin LI (dir.) (2019). Government Information in Canada: Access and Stewardship », Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/12467

Haut de page

Auteur

Siham Alaoui

Siham Alaoui est candidate au doctorat sur mesure en archivistique et en communication publique, assistante de recherche et auxiliaire d’enseignement en archivistique, Université Laval. Courriel : Siham.alaoui.1@ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search