Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2RecherchesL’affordance auditive entraîne-t-...

Recherches

L’affordance auditive entraîne-t-elle une affordance verbale sur les sites Web d’apprentissage de langue ?

Perihane Adel

Résumés

Nous passons de la communication traditionnelle, basée sur un échange verbal entre deux ou plusieurs personnes, à une communication gérée par l’intermédiaire d’une machine. L’analyse du discours élaboré dans cet environnement virtuel impose de nouveaux outils d’étude afin de correspondre aux caractéristiques propres à ce contexte. Dans la présente recherche, nous procéderons à l’étude d’un point important caractérisant ce monde, à savoir la notion d’affordance.

Haut de page

Texte intégral

1Le domaine de la communication connaît une évolution grandiose avec la naissance de l’Internet, voire l’expansion du Web 2.0, connu sous le nom de « Web participatif » ou « Web des réseaux sociaux ». Nous passons de la communication traditionnelle, basée sur un échange verbal entre deux ou plusieurs personnes, à une communication gérée par l’intermédiaire d’une machine. Nous quittons l’interaction entre des locuteurs et des destinataires ayant une identité bel et bien présente au profit d’une interaction entre des locuteurs et des destinataires cachés derrière l’anonymat et le pseudonymat, et ce, dans le cadre d’un environnement numérique natif obéissant à un contrat de communication d’un nouvel ordre. En fait, le contrat de communication

désigne ce qui fait qu’un acte de communication soit reconnu comme valide du point de vue du sens. C’est la condition pour que les partenaires d’un acte de langage se comprennent un minimum et puissent interagir en co-construisant du sens (Charaudeau et Maingueneau, 2002 : 135).

2Il s’ensuit que l’analyse du discours élaboré dans cet environnement virtuel impose de nouveaux outils d’étude afin de correspondre aux caractéristiques propres à ce contexte. Dans la présente recherche, nous procéderons à l’étude d’un point important caractérisant ce monde, à savoir la notion d’affordance.

Historique de la notion d’affordance

3Le terme d’affordance a connu une propagation récente dans les études des sciences du langage. L’apparition de ce concept remonte aux années 1920 et 1930, chez le psychologue austro-américain Heinz Werner et le biologiste et philosophe allemand Jakob Von Uexküll, considérés comme les précurseurs de la notion d’affordance. En fait, ils ont démontré comment les objets induisent certains comportements spécifiques. C’est avec le psychologue étatsunien d’origine allemande Kurt Lewin que naît le terme d’affordance (Ruchon, 2019 : 2). Les travaux des psychologues allemands Wolfgang Köhler et Kurt Koffka ont également contribué au développement de cette théorie.

  • 1 les affordances de l’environnement sont ce qu’il offre à l’animal, ce qu’il lui fournit, que ce soi (...)

4Cependant, la notion d’affordance a subi un important tournant quand le spécialiste étatsunien de la perception visuelle James J. Gibson a donné en 1966 une première définition claire et nette du terme d’affordance dans son ouvrage The Ecological Approach to Visual Perception. Selon lui, « the affordances of the environment are what it offers the animal, what it provides or furnishes, either for good or ill. The verb to afford is found in the dictionary, the noun affordance is not. I have made it up1 » (Gibson, 1986 : 70).

5L’affordance représente donc une incitation à l’action. Elle est définie en général « comme l’ensemble des potentialités d’action offertes par l’environnement » (Ghliss, Perea et Ruchon, 2019 : 2). Par conséquent, cette notion fut exploitée dans les domaines de l’apprentissage et du design. Et c’est grâce au psychologue étatsunien Donald Norman, dans les années 1980, que l’affordance a joué d’un rôle important dans la relation homme-machine.

Affordance et Web 2.0 (Web social ou participatif)

6Apparu dans les années 2000, le Web 2.0 a connu un grand essor grâce à ses différents réseaux sociaux. Les discours numériques se sont répandus de façon surprenante et sont devenus un objet d’études. En fait, « le discours numérique natif est l’ensemble des productions verbales élaborées en ligne, quels que soient les appareils, les interfaces, les plateformes ou les outils d’écriture » (Paveau, 2017 : 9). Il est à noter que l’analyse des discours numériques natifs du Web diffère de celle des discours traditionnels. Son environnement numérique nous transpose dans un contexte différent. En fait, nous passons du rapport homme-homme, du face-à-face, de l’oralité et de gestualité de la communication à un autre genre de rapport basé essentiellement sur la relation homme-machine ou plus précisément basé sur la relation homme-homme, dictée par la machine. Ces discours numériques natifs ainsi obtenus par ce nouveau genre de communication jouissent de caractéristiques propres au monde du technodiscours et nécessitent par la suite de nouveaux outils d’analyse. À cet égard, les travaux de Marie-Anne Paveau (2019) illustrent bel et bien une typologie détaillée des caractéristiques des technodiscours. En fait, cette dernière a relevé un certain nombre de traits propres aux technodiscours, à savoir la composition, la délinéarisation, l’augmentation, la relationalité, l’investigabilité et l’imprévisibilité.

7Et c’est dans le cadre de ce technodiscours que se développe la théorie d’affordance sous un autre angle. À travers les différentes études, les chercheurs sont parvenus au constat suivant :

La diversité d’affordances d’un objet dépend de la perception du sujet (visuelle, tactile, etc.) qui permet d’évaluer les potentialités de l’objet en fonction du besoin, de l’expérience de l’usager (à qui l’on a appris la fonctionnalité de l’objet et qui connaît les potentialités de divers objets). La combinaison des deux multiplie le coefficient affordant (Ruchon, op. cit. : 7).

Corpus

8Dans la présente recherche, nous essayerons de décortiquer un environnement numérique composite précis où figurent texte, image et son. Notre choix s’est orienté vers les sites d’apprentissage de la langue française, et plus précisément vers l’axe concernant la discipline de la phonétique. Notre périmètre d’observation s’est limité aux sites francophones d’expression française, autrement dit sur des sites soit français, soit canadiens. Nous avons écarté les sites européens, étatsuniens et asiatiques d’expression française étant donné que ce ne sont pas des sites natifs, car l’étude de la phonétique d’une langue doit avoir pour source le pays d’origine. Et nous nous sommes focalisée sur une analyse de quatre principaux sites Web, consultés par ordinateur uniquement, étant donné que la configuration de certains sites diffère selon l’outil de consultation (que ce soit une tablette ou un téléphone mobile). Et par respect pour les sources consultées, nous relevons dans le tableau qui suit toutes les informations concernant ces sites tout en précisant la date de consultation relative à notre étude étant donné que ce monde numérique subit des mises à jour de façon systématique :

Tableau 1. Sources consultées

Tableau 1. Sources consultées

9En nous basant sur la théorie des affordances élaborée par Gibson (1979), Norman (1988) et Paveau (2010), nous accorderons une attention particulière à un certain genre d’affordance, à savoir l’affordance auditive qui découle des sites natifs d’apprentissage de langue française.

10Nous essayerons de détailler les différents outils affordanciels exploités par ces sites Web afin de produire une affordance auditive et nous essayerons d’évaluer s’il n’existe pas une autre affordance que subit l’internaute sur le plan verbal. Autrement dit, nous relèverons les divers moyens exploités pour capter l’attention de l’internaute, le familiariser avec ce monde numérique et l’amener en fin de compte à subir de son propre gré une affordance auditive, mais aussi et pourquoi pas une affordance verbale. Et c’est par le biais d’une approche descriptive d’analyse du discours numérique que nous tenterons de répondre à cette problématique.

Taxinomie de l’affordance

11L’étude des sites numériques d’apprentissage de langue nous offre un technodiscours composite formé de texte, son et image ; un technodiscours caractérisé par un ensemble de critères, à savoir des critères pragmatique, interactionnel, énonciatif et discursif. En fait, le critère pragmatique se situe dans la présence d’une volonté d’apprentissage, que ce soit chez le concepteur du site ou chez l’internaute. Quant au critère interactionnel, il réside dans le choix du site par l’internaute pour apprendre une langue. En fait, celui-ci se trouve face à un large éventail de liens électroniques proposés par le moteur de recherche. Vient ensuite le critère énonciatif, qui s’illustre par l’intermédiaire de la reprise orale par l’internaute des énoncés enregistrés afin de s’autoformer. Figure enfin le critère discursif, qui se manifeste dans les réponses-textes choisies par l’usager et qui représentent un environnement discursif incrusté dans l’environnement numérique natif du site.

12Ce monde numérique auquel fait face l’internaute est un monde virtuel ayant des caractéristiques qui diffèrent de celles du monde réel. Il s’ensuit que son affordance diffère de celle du monde réel. En effet, dans le monde réel, l’affordance d’un objet dépend de l’expérience de l’utilisateur. À titre d’exemple, la présence d’un verre d’eau devant une personne incite cette dernière à le remplir et à l’utiliser pour boire. Ce geste effectué par l’homme représente une affordance qui résulte d’un cumul d’expériences humaines. En effet, une affordance

est l’ensemble des possibilités d’usage offertes par un objet ; elle repose sur la perception humaine, induit une adaptation à l’environnement et postule une forme d’agentivité des objets. La théorie des affordances suppose une épistémè non dualiste et une conception non symbolique de l’information (Paveau, 2019 : 3).

13Cependant, pour ce qui est des sites Web, qui regorgent de technodiscours, la situation n’est pas identique, d’autant plus que nous sommes en présence de deux genres d’internautes, à savoir un internaute usager et un internaute profane. À cet égard, les études menées par les différents chercheurs ont prouvé la présence de deux niveaux d’affordances :

[…] les affordances primaires, dont la perception est suivie d’une réponse immédiate, et les affordances secondaires, dont l’action qui en découle nécessite une certaine réflexion et plusieurs gestes pour son accomplissement (Ruchon, 2019 : 7).

14Nous procéderons donc à l’étude de ces deux genres d’affordance en ce qui a trait à leur fonctionnement et à leur rôle auprès de l’internaute. Cette étude requiert également de savoir si l’adjectif secondaire signifie un rôle secondaire ou un rôle complémentaire. Autrement dit, nous essayerons de voir s’il existe ou pas une différence entre ces deux genres d’affordance sur le plan des technodiscours que représentent les sites numériques natifs d’apprentissage de langue.

Affordance primaire

15En examinant les différents sites susmentionnés à la loupe, nous découvrons de prime abord que leurs technodiscours se basent apparemment sur les affordances primaires. Dans notre cas, l’affordance primaire a pour rôle d’inciter l’internaute à opérer le geste du clic pour écouter un message oral. Nous passons d’un message texte repéré visuellement à un message son repéré auditivement. L’affordance primaire sur les sites d’apprentissage de langue représente donc une affordance auditive. L’internaute, par une communication visuelle, réagit en cliquant pour écouter diverses séquences audio. Ces messages oraux sont liés à l’expression de l’alphabet, des différents accents de la langue française (l’accent aigu, l’accent grave, le tréma), des mots, des phrases (la mise en relief de l’intonation propre à chaque structure syntaxique) et même des liaisons (les liaisons obligatoires, les enchaînements consonantiques et vocaliques). En d’autres termes, ces messages sons visent à regrouper tous les aspects essentiels de la prononciation standard de la langue française.

16En creusant davantage, nous remarquons que cette affordance primaire auditive est constituée de deux phases. La première phase est la communication visuelle qui permet à l’usager ou à l’internaute devant l’écran de son ordinateur de repérer les éléments indicateurs de l’action à effectuer. Ces éléments varient en fonction du genre des sites. À cet égard, nous avons des sites d’apprentissage et des sites annuaires.

17Pour ce qui est des sites numériques d’apprentissage de langue, nous repérons sur certains sites divers pictogrammes représentant à titre d’exemple soit une oreille, soit un visage à bouche ouverte, soit un visage accompagné d’une bulle de bande dessinée comprenant un verbe à la forme impérative pour guider l’internaute vers l’action voulue. Sur d’autres sites, nous relevons l’absence de pictogrammes. Et cette omission volontaire par les concepteurs des sites est compensée par des boutons iconiques ou iconotextuels ainsi que par des technomots ou des liens hypertextes qui transposent l’internaute dans un deuxième temps vers d’autres fenêtres. Et ces nouvelles fenêtres illustrent la deuxième phase de l’affordance primaire. En effet, ces nouvelles fenêtres sont considérées comme des discours secondaires incrustés dans le discours d’origine, qui est la page d’accueil du site d’apprentissage. Il est à noter que ces hypertextes sont facilement repérables par l’internaute grâce au changement du pointeur (la flèche devient une main à index levé) ainsi qu’au changement de la couleur de l’hypertexte (du bleu vers le rouge foncé).

La couleur du lien fonctionne dynamiquement, manifestant trois états : le lien est dans une première couleur avant cliquage, une seconde ou un soulignement au moment du pointage du curseur et une couleur différente après le clic, comme marque de passage (Paveau, 2017 : 81).

18En fait, ce changement de couleur figure même comme une composante de la communication visuelle et comme un indicateur signalant la cliquabilité du texte.

19En étudiant ces nouvelles fenêtres qui invitent l’internaute à un nouveau discours emboîté, nous découvrons que ce dernier constitue une cible textuelle. En d’autres termes, nous passons d’un texte source ou texte d’origine à un texte cible ou texte second. Et nous constatons que le contenu de ces textes cibles varie d’un site à un autre. L’internaute découvre à titre d’exemple le monde du vlogue concrétisé par les fichiers vidéo de YouTube ou se trouve face à des tableaux interactifs formés de technomots cliquables permettant d’écouter la prononciation du technomot en question. Par suite, ces nouvelles fenêtres illustrent la caractéristique de délinéarisation du technodiscours ou du discours numérique natif sur le Web. L’internaute n’est plus en face d’un contenu informatif limité. Au contraire, il se trouve dans un monde composite d’informations où se mêlent texte, son et image.

20Quant aux sites annuaires qui représentent un inventaire des sites d’apprentissage de langue, ils sont considérés comme un portail d’hypertextes invitant l’internaute à surfer sur un ensemble de sites dont la conception diffère selon l’intention de chaque concepteur et selon l’objectif pédagogique ciblé. Nous remarquons que ces sites annuaires sont presque dénués de textes sources au profit des hypertextes qui deviennent dans ce contexte des textes sources. Autrement dit, ces sites annuaires sont composés de technomots et d’hypertextes qui transposent l’internaute vers d’autres sites, illustrant ainsi une certaine délocalisation de l’internaute, étant donné qu’ils ne sont pas l’espace dédié à l’apprentissage, mais un vecteur des sites d’apprentissage.

21De ce qui précède, nous remarquons que cette affordance primaire avec ses deux phases (la communication visuelle et l’hypertextualité) représente trois genres de délinéarisation selon la terminologie de Paveau, à savoir une délinéarisation visuelle, énonciative et sémiotique. En effet, la délinéarisation visuelle se situe dans le changement de couleur et de pictogrammes à travers le geste de cliquabilité qui concrétise une affordance gestuelle. Pour la délinéarisation énonciative, elle se situe dans le passage du texte source au texte cible à travers l’outil des technomots et des hypertextes. Quant à la délinéarisation sémiotique, elle se situe dans le passage de l’image au son, ce passage qui a pu être opéré grâce à la cliquabilité symbolisant l’affordance gestuelle.

22Nous pouvons récapituler ces deux phases de l’affordance primaire auditive au moyen des schèmes suivants :

Schéma 1. Première phase de l’affordance primaire

Schéma 1. Première phase de l’affordance primaire

Schéma 2. Deuxième phase de l’affordance primaire

Schéma 2. Deuxième phase de l’affordance primaire

Affordance secondaire

23Au terme de cette analyse descriptive de l’affordance primaire auditive, nous pouvons dire que grâce à ces deux phases, l’internaute est transposé dans un environnement auditif où la composante « son » constitue un axe principal incrusté dans l’univers numérique graphique. Or cette affordance primaire n’est pas considérée comme l’objectif escompté sur ce genre de sites numériques et n’illustre pas l’achèvement de la délinéarisation. L’écoute des séquences audio pour la première fois est le fruit de l’affordance primaire que subissent tous les internautes. Néanmoins, une réécoute pour une deuxième fois ou pour une énième fois représente une affordance « subjective » selon chaque usager. Par conséquent, nous passons d’une affordance primaire auditive « standard » à une affordance idionumérique où une audition accompagnée d’une verbalisation s’invite. En effet, d’après Laetitia Emerit-Bibié (2016), les corpus idionumériques sont des corpus fortement ancrés dans leur environnement matériel et foncièrement subjectif. Cela dit, nous avons une affordance individuelle relative à chaque internaute. Un internaute (A) peut subir une affordance auditive à deux fréquences à titre d’exemple contre une affordance à (n) fréquences pour un internaute (B). Et cette audition s’accompagne d’un nouvel aspect, qui est la prononciation exercée par l’internaute.

24À cet égard, une question importante s’impose : qu’est-ce qui guide cette affordance secondaire ? Le passage de l’affordance auditive à l’affordance verbale est-il instinctif ou une conséquence potentielle relative à chaque usager ou produsager ? En d’autres termes, existe-t-il des outils affordanciels secondaires qui gèrent cette idionuméricité ? Des outils qui guident l’interaction de l’internaute et le transposent de l’environnement audiovisuel offert par le site numérique à un environnement audiovisuel enrichi d’une composante verbale incrustée par l’internaute ? Question à laquelle nous essayerons de répondre.

25À travers l’étude des différents sites qui sont l’objet de notre analyse, nous avons constaté que les divers outils constitutifs de l’affordance primaire entraînent l’internaute directement vers une affordance auditive. Cependant, la présence d’autres outils représente une potentialité qui incite l’usager implicitement soit à une réécoute « subjective » pour (n) fois des séquences audio, soit à les oraliser. Et cette prononciation par l’internaute illustre une affordance verbale.

26Nous pouvons énumérer ces outils comme suit :

  1. Les boutons textuels à l’instar de « score » ou « voir le score » représentent une évaluation instantanée de l’affordance primaire auditive de l’usager. Ce genre de bouton transforme ce monde numérique natif en un monde interactif. Et cette interaction vise à oublier la relation machine-homme en faveur d’une relation homme-homme. L’internaute devant le résultat de son travail subit une deuxième affordance qui réside dans la curiosité de connaître en détail ces erreurs. Et cette deuxième affordance se concrétise par la cliquabilité des boutons textuels du genre « résultat » ou « réponse ». En fait, il existe un lien intrinsèque entre les boutons textuels « score » et « résultat », une relation implicite basée sur une affordance qui transmet l’internaute à la phase de connaissance de ses erreurs. Et cette nouvelle phase d’analyse représente une réévaluation de l’affordance primaire auditive et une incitation implicite à la rectification à travers la réécoute de la séquence audio (n) fois selon le nombre d’erreurs commises par chaque usager. Et cette étape de réécoute est censée s’achever au moment où l’internaute ne commet aucune erreur. C’est l’essence des sites d’apprentissage d’une langue pour remédier à l’absence d’un être humain guidant l’internaute apprenant dans le processus d’autoformation.

  2. Les boutons textuels du genre « refaire l’exercice » illustrent bel et bien l’idionuméricité. En fait, le choix de refaire ou de ne pas refaire l’exercice dépend de l’usager. À cette étape, nous sommes face à une subjectivité totale. L’emploi même d’un verbe à l’infinitif sans s’adresser directement à l’internaute lui donne libre cours devant l’action à entreprendre. Et cette action-là représente un discours audio-textuel exempt de temporalité. Autrement dit, nous sommes en présence d’un discours sans périodicité, sans durée de déroulement, sans continuité dans le déroulement et même sans durée de périmation selon la typologie de Dominique Maingueneau (1998). Par suite, ces boutons évoquent bien la caractéristique d’augmentabilité du technodiscours, créée par la présence d’une affordance à l’infini selon les internautes.

  3. Les boutons textuels à l’instar de « testez-vous » ou « pratiquez » transposent l’usager dans une situation d’énonciation linguistique semblable à celle d’une communication traditionnelle. Ce pronom d’adresse « vous » a pour référent le coénonciateur qui est face à son écran en train de consulter le site numérique natif d’apprentissage de langue. Et ce coénonciateur implique la présence d’un énonciateur responsable de cette énonciation. Par suite, en empruntant des aspects de la communication traditionnelle, l’internaute est plus familiarisé avec le site, plus à l’aise et se trouve amener facilement vers une affordance secondaire auditive et verbale. Il est à noter que cette affordance englobe un ensemble d’affordances secondaires, à savoir une affordance auditive d’écoute (au moyen de la cliquabilité du bouton « Play/ ») — une affordance cognitive gestuelle (au moyen du choix de la réponse appropriée) et une affordance de répétition de l’exercice pour rectifier les erreurs. Il est à noter que l’affordance de répétition dépend ici des messages de commentaires qui apparaissent dans de nouvelles fenêtres. Cette affordance subjective est donc liée dans ce cas aux commentaires et n’est plus liée à la volonté de l’usage, comme c’était le cas pour l’idionuméricité concernant le bouton du verbe à l’infinitif. En fait, ces commentaires qui apparaissent au fur et à mesure du déroulement des exercices représentent une modalité appréciative ou un jugement évaluatif. Cette modalité varie entre les pictogrammes (visage souriant ou triste), le signe de multiplication « x » indiquant que la réponse est incorrecte et le signe exclamatif intonatif accompagné par un terme « Correct ! » dissimulant un énonciateur latent, à savoir le concepteur du site pour notre cas. Cette modalité appréciative est donc liée aux contraintes du monde numérique natif et constitue un outil de captation pour persuader l’internaute de rester sur le site. En fait, « les stratégies de captation donnent lieu à des configurations discursives particulières selon les situations de communication » (Charaudeau et Maingueneau, op. cit. : 90).

  4. Les fichiers vidéo qui représentent un homme ou une femme en train de prononcer les différents phonèmes évoquent de façon pertinente la communication traditionnelle. En fait, en focalisant l’objectif sur la bouche de la personne, l’internaute se trouve face à son énonciateur en « chair et en os » si on ose le dire. Et ce face-à-face crée une familiarité et une affordance secondaire à copier cet interlocuteur en imitant sa façon de prononcer.

27Ainsi pouvons-nous récapituler l’affordance secondaire :

Schéma 3. Récapitulation

Schéma 3. Récapitulation

Conclusion

28En guise de conclusion, nous pouvons dire que cette recherche constitue un point de départ dans l’étude de l’affordance auditive et verbale sur les sites Web d’apprentissage de langue française. À travers une analyse descriptive, nous avons relevé deux niveaux d’affordance, à savoir l’affordance primaire et l’affordance secondaire.

29Pour l’affordance primaire, nous avons découvert la présence de deux phases. La première phase se situe dans la communication visuelle qui comprend le recours aux pictogrammes, aux boutons iconiques et iconotextuels ainsi que les messages textuels et la couleur graphique des textes. Ces différents moyens constituent des outils visant à créer une affordance primaire qui incite l’internaute à la cliquabilité. Quant à la deuxième phase, elle se manifeste dans les technomots et les hypertextes qui créent une délocalisation en transposant l’usager vers une nouvelle fenêtre avec tout le technodiscours qu’elle présente. Par conséquent, ces deux phases ont pour résultat de créer une affordance auditive. L’internaute se trouve incité à la cliquabilité pour écouter les séquences audio d’apprentissage de la langue française.

30Vient ensuite l’affordance secondaire qui exploite l’interaction, l’idionuméricité, la modalité d’appréciation ainsi que le face-à-face au moyen de différents outils à l’instar des boutons-actions, les pronoms d’adresse et les vlogues en vue de créer une affordance verbale chez l’internaute. Et cette affordance secondaire verbale est subjective selon le degré d’interaction et d’attractivité offert par le technodiscours du site Web.

31Il s’ensuit que les sites Web d’apprentissage de la langue française regorgent d’affordances auditive et verbale afin de répondre aux attentes des internautes. En fait, l’affordance verbale relevée est étroitement liée à l’affordance auditive. À force d’écouter les messages sons, l’internaute est incité à répéter oralement les séquences audio et à les imiter pour acquérir une prononciation correcte de la langue.

32À travers cette recherche, nous avons essayé de décortiquer la notion d’affordance sur un genre précis de sites Web. Reste à savoir s’il existe ou pas d’autres genres d’affordance sur les sites Web en général et sur ceux d’apprentissage de langue en particulier. En fin de compte, ce travail représente un point de départ réflexif pour de nouveaux travaux de recherche relatifs à l’analyse des discours numériques natifs du Web.

Haut de page

Bibliographie

ALLARD, Laurence (2015), « De l’hypertexte au “mobtexte” : les signes métissés de la culture mobile. Écrire quand on agit », dans Caroline ANGÉ (dir.), Les objets hypertextuels. Pratiques et usages hypermédiatiques, Londres, Iste Éditions, p. 167-186.

CHARAUDEAU, Patrick et Dominique MAINGUENEAU (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Éditions du Seuil.

ÉMERIT-BIBIE, Laetitia (2016), « La notion de lieu de corpus : un nouvel outil pour l’étude des terrains numériques en linguistique », Corela Cognition, représentation, langage. [En ligne]. https://journals.openedition.org/corela/4594. Page consultée le 16 novembre 2019.

EMERIT-BIBIÉ, Laetitia (2019), « Affordances et matérialité dans les publications fantômes sur Facebook », Corela Cognition, représentation, langage. [En ligne]. http://journals.openedition.org/corela/8486. Page consultée le 17 novembre 2019.

GIBSON, James J. (1977), « The theory of affordances », dans Robert SHAW et John BRANSFORD (dir.), Perceiving, Acting, and Knowing: Toward and Ecological Psychology, New York, Routledge, p. 62-82.

GIBSON, James J. (1986), « The ecological approach to visual perception ». [En ligne]. https://archive.org/details/pdfy-u5hmFOvOM2Civ4Gz/page/n70. Page consultée le 27 octobre 2019.

GHLISS, Yosra (2019), « Les photo-discours WhatsApp : éléments d’analyse d’une affordance d’une application mobile », Corela Cognition, représentation, langage. [En ligne]. http://journals.openedition.org/corela/8480. Page consultée le 18 septembre 2019.

GHLISS, Yosra, François PEREA et Catherine RUCHON (2019), « Introduction : les affordances langagières, levier d’une réflexion postdualiste du discours numérique ? », Corela Cognition, représentation, langage. [En ligne]. http://journals.openedition.org/corela/8282. Page consultée le 2 septembre 2019.

MAINGUENEAU, Dominique (1998), Analyser les textes de communication, Paris, Dunod.

NORMAN, Donald A. (1988), The Psychology of Everyday Things, New York, Basic Books.

NORMAN, Donald A. (2004), « Affordances and design ». [En ligne]. https://www.researchgate.net/publication/265618710_Affordances_and_Design. Page consultée le 15 octobre 2019.

PAVEAU, Marie-Anne (2017), L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.

PAVEAU, Marie-Anne (2019), « Technographismes en ligne. Énonciation matérielle visuelle et iconisation du texte », Corela Cognition, représentation, langage. [En ligne]. http://journals.openedition.org/corela/9185. Page consultée le 13 septembre 2019.

RUCHON, Catherine (2019), « De l’affordance injonctive à la créativité discursive : l’exemple du ticker numérique », Corela Cognition, représentation, langage. [En ligne]. http://journals.openedition.org/corela/8457. Page consultée le 4 septembre 2019.

WIKIPÉDIA, « Approche écologique de la perception visuelle ». [En ligne]. https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Approche_%C3%A9cologique_de_la_perception_visuelle. Page consultée le 27 octobre 2019.

Haut de page

Notes

1 les affordances de l’environnement sont ce qu’il offre à l’animal, ce qu’il lui fournit, que ce soit bon ou mauvais. Le verbe to afford se trouve dans le dictionnaire, mais pas le nom affordance. Je l’ai créé (traduction de Wikipédia).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Sources consultées
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/12588/img-1.png
Fichier image/png, 387k
Titre Schéma 1. Première phase de l’affordance primaire
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/12588/img-2.png
Fichier image/png, 468k
Titre Schéma 2. Deuxième phase de l’affordance primaire
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/12588/img-3.png
Fichier image/png, 318k
Titre Schéma 3. Récapitulation
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/12588/img-4.png
Fichier image/png, 317k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Perihane Adel, « L’affordance auditive entraîne-t-elle une affordance verbale sur les sites Web d’apprentissage de langue ?  »Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/12588 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.12588

Haut de page

Auteur

Perihane Adel

Perihane Adel est professeure adjointe à la Faculté des lettres de l’Université de Helwan (Égypte). Courriel : perihaneadel@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search